Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Venezuela - Des travailleurs luttent pour le contrôle d’une fabrique de papier
de : Jorge Martin
lundi 15 novembre 2004 - 05h58 - Signaler aux modérateurs

de Jorge Martin

Le 7 septembre 2004, les propriétaires d’une fabrique de papier, située à Morón dans l’état vénézuélien de Carabobo, ont décidé de cesser leurs activités et de ne pas payer les salaires de leurs 400 employés. Il ne s’agit pas là d’une première : il y a un an, cette entreprise avait pris la même décision, prétextant des difficultés financières, à la suite de quoi les salariés avaient décidé d’occuper les lieux au cours d’un conflit acharné qui avait duré 11 semaines. Aujourd’hui, ils exigent que le gouvernement nationalise l’entreprise et que celle-ci soit gérée et dirigée par les travailleurs. Il s’agit ici d’une lutte d’une extrême importance dont l’issue pourrait avoir des conséquences cruciales pour l’avenir du mouvement syndical et de la Révolution bolivarienne au Venezuela.

Venepal est l’un des premiers producteurs vénézuéliens de papier et de carton ; ses bureaux se trouvent à Morón, dans l’état industriel de Carabobo. Autrefois, l’entreprise employait un total de 1.600 salariés, contrôlait 40% du marché national et était l’un des principaux producteurs dans ce secteur en Amérique latine. Mais la direction, par sa gestion, a fait progressivement perdre à l’entreprise des parts de marché et des revenus. En avril 2002, au moment de l’éphémère coup d’état militaire contre Chávez [1], certains de ses actionnaires assistèrent à la cérémonie d’intronisation de Pedro Carmona, le nouveau "président" sans légitimité. En décembre 2002 et janvier 2003, pendant le lock-out patronal contre le gouvernement Chávez [2], les travailleurs ont résisté à la tentative de paralysie par les employeurs des installations de l’entreprise.

Le 4 juillet 2004, l’entreprise s’est finalement déclarée en faillite, privant d’emploi 600 travailleurs à qui elle devait de surcroît une grosse somme de salaires impayés. L’entreprise avait contracté 100 millions de dollars de dettes auprès de banques (60% auprès des banques internationales Citibank et Chase Manhattan, et 40% auprès de banques nationales), elle devait en plus à l’état vénézuélien 30 millions de dollars d’impôts impayés, de charges, de factures de gaz et d’électricité, etc. Contrôle ouvrier

A cette époque, le processus révolutionnaire qui se développe au Venezuela depuis 1998 avait donné aux travailleurs suffisamment d’assurance pour mener des actions afin de préserver leurs emplois. A plusieurs reprises le président Chávez avait exhorté les travailleurs à occuper les usines si les patrons les fermaient. A la suite d’une assemblée générale à laquelle avaient pris part les organisations syndicales locales, les travailleurs avaient décidé d’occuper l’usine et d’en assurer la gestion et la direction. Le conflit dura 77 jours. Au moment de l’occupation, les travailleurs bénéficièrent du soutien de la députée bolivarienne Iris Varela et même du commandant de la garnison locale, le Général Acosta Carles, qui s’était rendu sur place pour garantir la sécurité des travailleurs parce que l’état de Carabobo est un fief de l’opposition réactionnaire [3]. Rowan Jimenez, un militant syndicaliste membre du comité de lutte, explique que pendant l’occupation, "les travailleurs ont organisé la production, ont battu tous les records de productivité et ont réduit le gaspillage dans des proportions jusqu’alors inégalées." (Entretien accordé à El Topo Obrero le 16 septembre 2004.) Durant cette période, les travailleurs exigèrent que la propriété légale des moyens de production soit transférée par le gouvernement à une coopérative ouvrière, qui deviendrait responsable de l’organisation de la production. Après trois longs mois de lutte et de pourparlers, un accord a finalement été conclu. Celui-ci prévoyait un calendrier pour le payement des salaires encore dus ainsi que le maintien de 400 à 600 emplois. La réouverture de l’usine était prévue, elle devait rester entre les mains de ses anciens propriétaires et bénéficier d’un investissement de l’Etat sous forme de crédits à taux préférentiel.

Les travailleurs estimaient avoir remporté une victoire partielle, en particulier en tenant compte du sort qu’avaient connu d’autres usines occupées à la même époque - cependant ils restaient vigilants. Alexis Polanco, dirigeant de l’Union nationale des travailleurs (UNT) à Morón, a exprimé clairement son point de vue lorsqu’il a déclaré que selon lui, "les conflits avec l’entreprise seront toujours là. Nous devons aller vers la nationalisation de l’entreprise et vers un système de cogestion, auquel participeraient les travailleurs et l’état." (Entretien accordé à El Militante, octobre 2003) Bien qu’aucun accord officiel n’ait été signé, les travailleurs, par le biais du syndicat, ont instauré une forme de gestion ouvrière. Par exemple, lorsqu’en décembre 2003, la direction leur a annoncé que leurs salaires et les primes de fin d’année leur seraient versés en deux fois, en décembre et en janvier, les travailleurs repliquèrent en affirmant qu’ils appliqueraient le même principe à la production ! Toutes les décisions concernant la production, l’inventaire, l’embauche et les licenciements, etc, étaient supervisées par les travailleurs. C’était là une trêve inconfortable qui ne pouvait pas durer. Crainte de rachat par une multinationale

Le 7 septembre de cette année, l’entreprise a de nouveau cessé ses activités et la lutte des travailleurs a repris une fois de plus. La décision est entre autres liée à une tentative de se débarrasser des travailleurs militants, de vendre les actions de la société à Smurfit, une multinationale du papier et de délocaliser la production en Colombie. Smurfit est l’une des plus grosses multinationales mondiales du secteur papetier et cartonnier et a déjà été engagée dans Venepal. Les travailleurs craignent qu’il ne s’agisse d’une brutale OPA, semblable à celle à laquelle s’est livrée la compagnie aérienne Iberia sur Viasa, la compagnie aérienne nationale vénézuélienne dans les années 1990.

Les travailleurs occupent actuellement les installations [4] et réclament la nationalisation sous gestion ouvrière comme seule solution progressiste. Le 16 septembre, une délégation de 100 travailleurs s’est rendue à Caracas et a manifesté devant les locaux du ministère du Travail. Edgar Peña, secrétaire général du syndicat des travailleurs de l’industrie du papier (SUTIP), affilié à l’UNT, a expliqué comment "Smurfit a démantelé Venepal et en dirige maintenant une partie avec l’intention de l’absorber entièrement" (entretien accordé à El Topo Obrero le 16/09/04). Union des travailleurs et des révolutionnaires

Les travailleurs affirment clairement la nécessité d’impliquer la population locale dans leur combat pour sauvegarder leur gagne-pain. La ville de Morón est un bastion révolutionnaire qui compte environ 80.000 habitants et où le soutien à Chávez lors du référendum du 15 août sur le maintien du président au pouvoir a atteint 73%. Les travailleurs expliquent comment Venepal pourrait servir à faire avancer la cause révolutionnaire. D’une part, grâce à la production de papier pour les "Misiones" (programmes sociaux mis en œuvre par le gouvernement bolivarien et gérés par les populations locales) en rapport avec l’éducation, l’Université bolivarienne, etc. Mais ce n’est pas tout. Dans les états de Carabobo, Falcón et Yaracuy, l’entreprise possède 5.000 ha de terres dont la plus grande partie est en jachère et que les paysans ont tenté de cultiver contre la volonté des propriétaires. Il y a aussi des moulins, des maisons abandonnées, une école, des herbages pour les troupeaux, un stade de base-ball, un hôtel équipé d’une piscine, d’un générateur électrique et même d’un aérodrome. La plupart de ces équipements ne servent actuellement à rien et les travailleurs disent qu’ils devraient être utilisés pour le bien du peuple dans le cadre du projet révolutionnaire. La terre devrait être donnée à des coopératives paysannes, les équipements sportifs et les établissements scolaires devraient être utilisés par les habitants, etc.

Pour cette raison, le 22 septembre, les travailleurs en lutte ont organisé un rassemblement de masse avec les Unités de bataille électorale (UBE), les organisations créées pour la campagne du référendum du 15 août 2004 [5] et qui deviennent maintenant les groupes organisateurs du mouvement révolutionnaire au niveau local. Dix des UBE locales y ont participé, représentant des centaines de personnes organisées. Tour à tour, les représentants de toutes les UBE présentes ont expliqué à l’assemblée combien de gens ils pouvaient mobiliser et de quelle manière ils pourraient contribuer à la lutte (en fournissant des vivres, des moyens de transport etc.) L’atmosphère lors de ce rassemblement était électrique. Un représentant d’une des UBE a déclaré : "Nous sommes engagés dans une révolution et ce combat est notre combat. Nous nous battons pour les travailleurs de Venepal et leurs familles, pour la défense de la révolution et pour notre pays", un travailleur de Venepal a ajouté : "C’est ici que nous voyons la puissance du prolétariat, qui est capable de s’unir et de mobiliser l’ensemble des forces populaires pour atteindre un but commun."

Alexis Polanco, dirigeant de l’UNT de Morón et secrétaire général du syndicat de l’usine métallurgique Ferrelca, a lancé un appel à l’UNT de l’état de Carabobo pour l’organisation d’une marche régionale en soutien aux travailleurs de Venepal. "Cette lutte doit devenir la bannière de ralliement de l’ensemble du mouvement révolutionnaire. Si Venepal tombe dans les mains de la multinationale Smurfit, il y aura des licenciements et une énorme part de la richesse qui appartient au peuple vénézuélien sera perdue au profit de la multinationale. Cela va à l’encontre du projet révolutionnaire pour lequel nous nous battons. Le combat de Venepal est le combat de tous ceux qui soutiennent le processus révolutionnaire, de tous les exploités, et nous pouvons gagner ce combat".

L’étape suivante de la lutte a été une manifestation dans les rues de Morón le 30 septembre. Plus de 700 personnes y participaient et l’atmosphère était confiante et enthousiaste. Il est certain que la victoire des forces révolutionnaires le 15 août, qui constitue la troisième défaite importante subie par l’oligarchie réactionnaire depuis le coup d’état d’avril 2002 et le lock-out patronal de décembre 2002, a eu un gros impact sur la conscience du prolétariat. Rien que dans le Carabobo, un état qui regroupe une grande partie des industries privées du pays, les travailleurs de dizaines d’usines s’organisent en syndicats affilés à l’UNT. L’exemple le plus récent est la création d’un syndicat indépendant classiste par 400 travailleurs de l’usine de montage Daimler-Chrysler, où avait sévi pendant 25 ans un syndicalisme de type mafieux. Organisation de la solidarité de la classe ouvrière

Le 6 octobre, à Valencia [capitale de l’état de Carabobo, ndlr], s’est tenue une réunion de l’UNT, à l’initiative régionale de Carabobo. Plus de 50 dirigeants syndicaux de cet état y ont discuté les modalités de l’organisation de la solidarité avec les travailleurs de Venepal. Etaient présents des dirigeants et des délégués syndicaux de Coca-Cola, Pirelli, Trimeca, Venezolana de Pinturas, Ford, General Motors, Proagro seccional Bejuma, Ferralsa, Owen-Illinois, Tubo Auto C.A., Protinal, Rodhia et Vicson, ainsi que des représentants des ouvriers de Venepal. Les autres syndicats ont fait preuve d’une solidarité impressionnante. Les délégués de Ford ont versé 200 000 Bolivars (Bs) [Un Euro équivaut à plus ou moins 2500 Bolivars, ndlr], et ceux de Owen-Illinois ont donné un chèque de 100 000 Bs. Le 9 octobre, les travailleurs de Venezolana de Pinturas ont décidé lors d’une assemblée générale de faire un don hebdomadaire au fonds de soutien et les travailleurs de la raffinerie de pétrole d’El Palito ont accepté de donner 10.000 Bs chacun. D’autres travailleurs ont accepté d’organiser des collectes à l’entrée de leurs usines, et une tournée dans les usines affiliées à l’UNT de l’état de Carabobo a été prévues.

Au cours de cette réunion, un manifeste a été adopté. Il réclame la nationalisation de Venepal sous gestion ouvrière, appelle tous les membres de l’UNT à soutenir la lutte des travailleurs de Venepal en participant à la mobilisation et à la collecte des fonds nécessaires à la continuation de la lutte. Il appelle également à organiser des assemblées générales dans toutes les usines pour expliquer le dossier et à collecter des dons hebdomadaires auprès de tous les travailleurs pour le fonds de soutien. Ce manifeste réprouve les négociations du gouvernement central avec les patrons qui ont soutenu le coup d’état, car elles violent les droits des travailleurs ; de plus, ce manifeste dénonce les juges réactionnaires complices des machinations patronales et appelle à un rassemblement de solidarité nationale à Venepal le 16 octobre au cours duquel les manières dont on peut faire avancer la lutte seront discutées. Enfin, les responsables syndicaux présents ont appelé à une campagne nationale et internationale de solidarité avec comme slogan : la "Nationalisation de Venepal sous gestion ouvrière".

Il est clair qu’il s’agit d’une lutte extrêmement importante pour l’avenir de la Révolution bolivarienne au Venezuela. Depuis le début, les parasites de la classe dirigeante vénézuélienne se sont violemment opposés à cette révolution, bien que le mouvement n’ait pas encore porté atteinte à la propriété privée des moyens de production. Pendant des décennies, ils ont montré leur totale absence de capacité et de volonté de faire progresser le pays de quelque manière que ce soit, et ils ont donc conscience qu’un mouvement révolutionnaire qui répondrait aux besoins même les plus élémentaires des masses populaires porterait gravement atteinte à leur mainmise sur l’économie du pays. Et ils ne se trompent pas. La lutte des travailleurs de Venepal montre clairement la marche à suivre. Afin de défendre et de faire progresser le niveau de vie des masses populaires du Venezuela, les travailleurs doivent prendre en main l’économie, pour que celle-ci puisse être démocratiquement planifiée dans le but de servir les intérêts de la majorité des gens.

Les travailleurs appellent à une campagne internationale demandant la nationalisation sous le contrôle ouvrier de cette importante industrie.

http://www.lariposte.com/22/venepal.htm



Imprimer cet article





un rêve( benalla et la canicule)
dimanche 19 - 17h04
de : jean 1
M. Kofi ANNAN est décédé quelques jours après M Samir AMIN.
dimanche 19 - 12h18
de : Christian DELARUE
Le Vénézuela et le Nicaragua précipitent la chute du socialisme latino-américain
samedi 18 - 03h24
de : Lahcen SENHAJI
5 commentaires
Barcelone, un an déjà, l’attentat djihadiste..
vendredi 17 - 21h20
de : Antoine (Montpellier)
Vive la Sociale pour le peuple-classe d’abord !
vendredi 17 - 09h19
de : Christian DELARUE
Un homme ça pleure pas
jeudi 16 - 20h43
de : Carland
3 commentaires
Petite révolution chez les libertaires : AL et la CGA tentent leur unification
jeudi 16 - 08h31
4 commentaires
BRESIL : LULA confirme sa candidature à la Présidentielle du 7 OCT.18
mercredi 15 - 19h35
de : JO
no pasaran
mercredi 15 - 11h26
de : jean 1
"UN JOUR, UN SIGNATAIRE DU CALENDRIER DES POSTIERS" - NUMÉRO 2
mercredi 15 - 10h21
FÊTE DE SOUTIEN AUX GRÉVISTES DE LA POSTE DU 92
mercredi 15 - 10h14
SAMIR AMIN : Pour une internationale des peuples
mercredi 15 - 00h47
de : Christian D - Altermd
1 commentaire
Une minute avant la fin des prophéties..
mardi 14 - 22h50
de : L’iena rabbioso
5 commentaires
VENEZUELA : Une preuve de plus de la violence dans la dogmatique capitaliste !
mardi 14 - 15h35
de : JO
MISÈRE DE L’ESPACE MODERNE - La production de Le Corbusier et ses conséquences
mardi 14 - 08h33
de : Ernest London
1 commentaire
Hôpital Pinel en Lutte
mardi 14 - 08h25
de : jean 1
Sous-pénalisation de ceux d’en-haut et sur-pénalisation de ceux d’en-bas -
mardi 14 - 01h24
de : Christian DELARUE
Communiqué suite à l’action de blocage de la #D281 #ZAD #NDDL la nuit du vendredi 10 aout 2018
lundi 13 - 20h52
de : jean 1
encore quelques nouvelles des deux larons Chimie & Nucléaire
dimanche 12 - 23h55
de : moins une
Vacances de M.Macron : Mépris envers les Français !
dimanche 12 - 19h32
de : JO
LA FAIM, LA BAGNOLE, LE BLÉ ET NOUS - Une dénonciation des biocarburants
dimanche 12 - 12h31
de : Ernest London
2 commentaires
Ce que cache l’immonde Loi Schiappa
samedi 11 - 11h23
de : JO
2 commentaires
GLYPHOSATE/MONSANTO : Mutisme total de la Fondation Hulot !
samedi 11 - 11h03
de : JO
1 commentaire
SalaManCaracas : les rats quittent le navire !
vendredi 10 - 17h42
de : Marc ARAKIOUZO
2 commentaires
LA MONDIALISATION : En ligne de mire, le capitalisme mondialisé !
vendredi 10 - 17h22
de : JO
1 commentaire
EN SYRIE libérée : Des découvertes d’armes de l’OTAN et d’Israël confirment !
vendredi 10 - 16h24
de : JO
Arkéa : des syndicats mis au rebut
vendredi 10 - 09h27
de : Le_Militant
6 août 1945 : la barbarie civilisée s’abat sur Hiroshima...
mercredi 8 - 10h29
de : Antoine (Montpellier)
2 commentaires
AFFAIRE BENALLA/MACRON : Le noeud gordien se dénoue (à suivre ?)
mardi 7 - 20h03
COLONIALISME FRANCAIS : Il y eu un début , il y aura une fin avec la prise de conscience des Peuples !
mardi 7 - 19h52
de : JO
1 commentaire
Les canicules s’emballent.
mardi 7 - 18h59
de : jean 1
LA VIOLENCE DES RICHES - Chronique d’une immense casse sociale
mardi 7 - 08h40
de : Ernest London
1 commentaire
FÊTE DE SOUTIEN AUX GRÉVISTES DE LA POSTE 92 !
mardi 7 - 08h37
TERRORISME AU VENEZUELA : TENTATIVE D’ASSASSINAT CONTRE MADURO !
lundi 6 - 18h11
de : JO
1 commentaire
QU’EST-CE VRAIMENT QUE LE COMMUNISME LIBERTAIRE OU L’ANARCHISME COMMUNISTE ?
lundi 6 - 17h51
de : jean 1
3 commentaires
Nos Salaires : Il y a "Arnaque" sous roche !
lundi 6 - 17h48
de : JO
2 commentaires
La déglingue du TER vue du Canada : Le train des illusions
lundi 6 - 16h35
de : John R. MacArthur
Affaire Lafarge en Syrie ou comment les troublions de l’OTAN savent manier Affaires et Terrorisme !
dimanche 5 - 21h46
de : JO
1 commentaire
Les nuits chaudes.
dimanche 5 - 19h07
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Arraisonnement du Freedom le 2ème bateau de la flottille pour la liberté
samedi 4 - 17h49
de : UJFP
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La race humaine doit sortir des conflits en rejetant la vengeance, l'agression et l'esprit de revanche. Le moyen d'en sortir est l'amour. Martin Luther King
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite