Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Déchirer le voile


de : Alina Reyes
mardi 23 novembre 2004 - 14h58 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 7 ko

de Alina Reyes

"Où en sommes-nous avec le temps ?", demandait à André Gide le facétieux Arthur Cravan. "Il est six heures moins un quart ", répondait platement le maître. "Le moyen de cacher un homme ?", interroge un jour Paul Valéry, en présence du même Gide qui, cette fois, se tut.

"Pourtant les réponses ne manquaient pas", commente Jean-Paul Sartre, qui rapporte ensuite cette phrase de Paul Nizan : "Où l’homme s’est-il caché ? Nous étouffons ; dès l’enfance on nous mutile..." A la première question, on pourrait répondre : sale temps ! A la deuxième, aux réponses de Sartre (la misère, la faim, les dîners, la maison centrale, l’Académie, ...), on pourrait ajouter celle-ci : derrière la femme.

A quoi sert donc le voile que certaines Françaises éprouvent le besoin de porter ? A les cacher, ou à cacher les sentiments inavouables d’autres Français qui veulent le leur ôter ? Et qui n’ont en général pas envie de voir, non plus, des mosquées pousser sur leur sol ni la Turquie entrer en Europe... Si l’on a bien fait le parallèle entre terrorisme et frustration sexuelle, on oublie de se rappeler que la xénophobie, la peur (le désir inavouable) d’être envahi par l’autre, sont aussi liées à un phénomène d’attirance-répulsion sexuelle. Ah, la sensualité orientale, les moustachus aux yeux de biche, les femmes secrètes épilées au miel, tout un vieux fond fantasmatique qui nous ramène loin en arrière dans une histoire compliquée !

Aujourd’hui, dans notre pays, des filles et des garçons ont été contraints de passer les premières semaines de la rentrée scolaire à l’écart des autres élèves, exclus des salles de classe et des cours de récréation avant d’être exclus du collège ou du lycée, c’est-à-dire de l’accès au savoir, au motif qu’ils cachent leurs cheveux sous un foulard, un bandana, un turban ou un sous-turban. Et au nom de la loi, qui permet à un être humain, en toute bonne conscience laïque et républicaine, de nier un autre être humain, là, sur le terrain, face à face, sans soulever la moindre indignation, sinon celle des victimes. Une fois ce mécanisme enclenché et entériné, l’Histoire nous apprend qu’on peut aller très loin dans le pire...

"Ces deux bourgeois trop fameux, poursuit donc Sartre, avaient bonne opinion d’eux-mêmes, ils faisaient tous les jours, publiquement, la toilette de leurs âmes jumelles et croyaient se révéler dans leur vérité nue... Ils moururent, longtemps après, l’un morose, l’autre satisfait, tous les deux dans l’ignorance..."

L’exposition "Véronèse profane", qui se tient à Paris au Musée du Luxembourg, nous offre une humanité glorieuse, richement vêtue ou fort dévoilée. Le corps y est heureux, le paysage architecture, la vie haute en couleur. Ce temps est celui de la Renaissance. Le nôtre est celui où l’on se presse autour des tableaux, audioguide vissé à l’oreille, un petit tour et puis s’en va. Autre moyen de cacher un homme... Mais avons-nous vu ce que cache le peintre ? Cette grande toile, par exemple, Suzanne et les vieillards. Dans le Livre de Daniel, on peut lire l’histoire de cette belle et vertueuse Suzanne, surprise au bain par deux anciens qui la convoitent. Elle se refuse, ils l’accusent d’adultère. Après avoir invoqué Dieu, elle sera sauvée par le prophète Daniel, qui démasquera les vieux coquins.

L’interprétation de la scène par Véronèse est pleine d’humour et, à première vue, relativement chaste, si on la compare à d’autres Suzanne au bain où la jeune femme apparaît dans toute sa nudité tentante. Elle a eu le temps de jeter sur ses charmes un voile qui la couvre presque entièrement, hormis un téton qu’elle pince entre deux doigts tandis que, derrière elle, se dresse une statue de femme sans tête qui, elle aussi pourvue d’une légère étoffe, enfonce carrément un doigt dans son pubis. Comme quoi toute vertu est relative... et le désir communicatif.

Mais avons-nous bien regardé les deux barbons venus offenser cette vertu ? Spécialement celui qui occupe le premier plan, homme vigoureux et pas si vieux que ça ? Que fait donc sa main gauche, enfouie sous le riche brocart qui le couvre à partir de la taille et se soulève étrangement ? Je doute que l’audioguide attire notre attention de grand public sur ce détail pourtant voyant, qui nous mène tout droit à l’expression de son visage, concentré sur sa fourbe et solitaire manœuvre.

Le moyen de voir un homme caché ? Laisser tomber le regard commun, et le regarder vraiment, les yeux ouverts. Le regarder regarder, et voir dans son regard. "Je suis caché et je ne suis pas caché", dit Rimbaud. "Dieu éternel, tu connais ce qui est caché", dit Suzanne.

La recherche du temps perdu n’est pas seulement un thème proustien. C’est l’éternelle quête du temps de l’innocence, lequel ne peut se saisir que dans l’imaginaire de l’homme et, paradoxalement, souvent par les moyens les plus pervers, voire les plus forcenés meurtriers (n’est-ce pas ainsi qu’il faut lire Sade ?).

Ce début de XXIe siècle, qui tente abominablement, pour être, d’être spirituel, cherche aussi désespérément, et par les pires moyens, à retrouver ce vert paradis des amours enfantines que chantait le poète des Fleurs du Mal. Pédophilie criminelle, organisée ou non, touristique ou familiale, terrorisme basé sur une foi en une mort pourvoyeuse de vierges en sont les manifestations les plus directes du spectacle mondial, résumé en croisade du Bien contre le Mal.

Mais ce désir perverti de pureté s’exprime aussi au quotidien, de façon heureusement moins sanguinaire, dans les nombreuses contraintes qui pèsent sur les enfants, religieuses parfois (aussi bien dans le rigorisme de chrétiens intégristes que dans l’image de petits garçons à papillotes ou petites filles voilées), mais surtout commerciales (l’enfant étant censé être roi, donc prescripteur d’achats) et dans la soumission des femmes à la chirurgie rajeunissante ou aux signes ostentatoires de pudeur. Cherchez l’homme...

"Plus l’homme recule devant sa jouissance, plus le diabolique a de prise sur lui", écrit François Meyronnis dans L’Axe du néant. N’est-ce pas reculer indéfiniment devant sa jouissance que de ne la souhaiter que dans l’impossible, dans ce vert paradis perdu d’avance quand on le cherche ? Je ne cherche pas, je trouve, comme dit Picasso, car là est en effet le seul accès à la pureté, pour un artiste et pour tout homme.

Or nous vivons un temps aveugle, privé de vision sur le présent aussi bien que sur l’avenir. Le spectacle nous a mangé les yeux. On aimerait que l’art, la littérature nous les ouvrent. "Il existe des poutres dans l’œil de tout genre, écrit Van Gogh : des poutres artistiques, des poutres théologiques, morales (très fréquent !), des poutres pratiques et des poutres théoriques (parfois les deux combinées : très fatal !), et enfin d’autres encore... J’ai arraché, j’arrache et je continuerai d’arracher les poutres morales de mon œil... J’ai enfoncé, j’enfonce et je continuerai d’enfoncer les portes de sortie morales. Jusqu’à ce que j’aie un œil libre et un passage libre."

Mais, quand on célèbre comme en ce moment l’anniversaire de Rimbaud ou la réédition d’Artaud, c’est en sachant qu’on ne sait toujours pas les lire, ou qu’on les lit en vain, et qu’on a renoncé à trouver dans les livres une vision, puisque, comme l’écrit Gérard Mordillat, "le roman n’anticipe plus le monde, il le suit ; on pourrait presque dire qu’il lui court après".

Comment remettre notre vie, notre vision, notre destin en jeu par la littérature ? Comme Lewis Carroll fait hurler Humpty Dumpty à l’oreille du petit poisson "pour voir s’- il - les réveille -s -", comme Nietzsche philosophe à coups de marteau, il y faudrait, pour paraphraser Artaud, une poésie de la cruauté, il faudrait vouloir, comme lui, "dans les périodes de névrose et de sensualité basse... attaquer cette sensualité basse par des moyens physiques auxquelles elle ne résistera pas", de même que la musique agit sur le serpent par "le massage très subtil et très long de ses vibrations".

Si notre temps se nihilise dans un matérialisme triomphant et des spiritualités dévoyées, sans doute ne pourra-t-il se sauver qu’en retrouvant une spiritualité poétique, vivante. L’histoire de Suzanne a servi de préfiguration au baptême. Le Verbe lave, l’Esprit oint et parfume. "Il faut s’entendre à sortir plus propre encore de conditions malpropres, dit Nietzsche, et à se laver aussi avec de l’eau sale, si cela est nécessaire."

Alina Reyes est écrivaine.

http://www.alinareyes.com/



Imprimer cet article





Gabriel, gilet jaune mutilé : « Je n’avais jamais foutu les pieds dans une manifestation »
lundi 18 - 16h24
de : jean1
1 commentaire
Norvège : "nouvelles" du fumeux vaccin Pfizer-BioNtech.
lundi 18 - 15h30
de : joclaude
1 commentaire
Femmes de chambre : que sont devenues les promesses de Marlène Schiappa ?
lundi 18 - 09h29
2 commentaires
Patrice Lumumba assassiné le 17 janvier 1961
dimanche 17 - 17h44
de : CADTM Eric Toussaint
1 commentaire
Souveraineté et démocratie ou mondialisation et régime autoritaire ?
dimanche 17 - 10h03
de : Par Michèle Dessenne, Présidente du Parti de la démondialisation
2 commentaires
la mouchardisation en plus de la marchandisation
samedi 16 - 23h00
de : reporterre
Affaire Duhamel : des réseaux de pouvoir ? Vraiment ?
vendredi 15 - 11h30
de : joclaude
1 commentaire
MACRON : Drôle de SMS, on les aura ... !
vendredi 15 - 10h49
de : joclaude
Dépistage covid massif à Roubaix une réussite ! Beaucoup plus de testeurs que de testés. Des chiffres étranges
jeudi 14 - 19h45
de : France 3 Régions
4 commentaires
CHINE : Visite de l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS)
jeudi 14 - 17h37
de : joclaude
2 commentaires
Etats-Unis : des centaines de personnes aux urgences après avoir reçu le vaccin contre le Covid-19
jeudi 14 - 17h31
de : joclaude
Affaire Pfizer-Nigeria : les victimes attendent toujours leur dédommagement
jeudi 14 - 17h14
de : Jeune Afrique - 03 février 2011
La maison carrée ronde
mercredi 13 - 20h15
de : jy.D
Carnaval funèbre - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 17h43
de : Hdm
CHiNE : un Médecin Français à Wuhan, s’exprime !
mercredi 13 - 11h27
de : joclaude
5 commentaires
Schneider Electric : « On nous vire pour 400 000 euros de bénéfice »
lundi 11 - 15h31
Une certaine idée de la souffrance.
dimanche 10 - 15h58
de : jy.D
MEETING de SOLIDARITE ANTI-IMPERIALISTE
samedi 9 - 19h02
de : Jean Clément
Bravo Antoine
samedi 9 - 15h20
de : jean1
Gérants du capitalisme : plus zélé que moi tu meurs !
samedi 9 - 14h41
de : joclaude
Sale année.
vendredi 8 - 17h45
de : jy.D
2 commentaires
Le boomerang des « révolutions de couleur »
vendredi 8 - 17h42
de : joclaude
1 commentaire
A Shijiazhuang (mégapole de 11 millions d’habitants) on renoue avec le meme scénario qu’à Wuhan en janvier 2020 (vidéo)
vendredi 8 - 15h29
de : nazairien
4 commentaires
COVID 19 : A vous faire froid dans le dos !
jeudi 7 - 16h38
de : joclaude
4 commentaires
Mali : La France annonce avoir tué des jihadistes, des villageois évoquent des victimes civiles
jeudi 7 - 12h11
de : joclaude
2 commentaires
B117 et V2, ces inquiétants variants du coronavirus préoccupent les autorités sanitaires
jeudi 7 - 11h24
de : nazairien
1 commentaire
Les USA en naufrage
jeudi 7 - 10h02
de : Jean-Luc Mélenchon
6 commentaires
L’année de l’mettre, c’est l’heure de l’mettre
mercredi 6 - 19h49
de : Hdm
Que se passe t il en France ?
mardi 5 - 11h21
de : azard
2 commentaires
Mort de Cédric Chouviat : révélations du "journaliste" sotto au 20 h. de france 2 le 03 01 2021
lundi 4 - 12h39
de : jean1
Pour un 2021 de résistance
dimanche 3 - 23h47
3 commentaires
Marche blanche pour Cédric Chouviat
dimanche 3 - 11h28
de : jean1
Mouvements sociaux : 9 dates à retenir début 2021
dimanche 3 - 09h31
CELA RESSEMBLE AU COMPORTEMENT DE BEAUCOUP DE JOURNALISTES FRANCAIS
samedi 2 - 18h15
de : jean1
2 commentaires
Ephémérides et Chansons 2020, la compil - C’est l’heure de le mettre !
vendredi 1er - 13h35
de : Hdm
Chronique sur le vif d’un récit de fin d’année macroniste !
jeudi 31 - 21h28
de : joclaude
Le Droit de manifester n’existe plus !
jeudi 31 - 16h50
de : joclaude
Bon an mal an ! C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 31 - 05h57
de : Hdm
STEVEN, 27 ANS, COUVREUR, MORT AU TRAVAIL
mercredi 30 - 14h45
de : joclaude
Macron et l’UE poursuivent la destruction de l’hôpital public
mardi 29 - 16h58
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite