Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Déchirer le voile
de : Alina Reyes
mardi 23 novembre 2004 - 14h58 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 7 ko

de Alina Reyes

"Où en sommes-nous avec le temps ?", demandait à André Gide le facétieux Arthur Cravan. "Il est six heures moins un quart ", répondait platement le maître. "Le moyen de cacher un homme ?", interroge un jour Paul Valéry, en présence du même Gide qui, cette fois, se tut.

"Pourtant les réponses ne manquaient pas", commente Jean-Paul Sartre, qui rapporte ensuite cette phrase de Paul Nizan : "Où l’homme s’est-il caché ? Nous étouffons ; dès l’enfance on nous mutile..." A la première question, on pourrait répondre : sale temps ! A la deuxième, aux réponses de Sartre (la misère, la faim, les dîners, la maison centrale, l’Académie, ...), on pourrait ajouter celle-ci : derrière la femme.

A quoi sert donc le voile que certaines Françaises éprouvent le besoin de porter ? A les cacher, ou à cacher les sentiments inavouables d’autres Français qui veulent le leur ôter ? Et qui n’ont en général pas envie de voir, non plus, des mosquées pousser sur leur sol ni la Turquie entrer en Europe... Si l’on a bien fait le parallèle entre terrorisme et frustration sexuelle, on oublie de se rappeler que la xénophobie, la peur (le désir inavouable) d’être envahi par l’autre, sont aussi liées à un phénomène d’attirance-répulsion sexuelle. Ah, la sensualité orientale, les moustachus aux yeux de biche, les femmes secrètes épilées au miel, tout un vieux fond fantasmatique qui nous ramène loin en arrière dans une histoire compliquée !

Aujourd’hui, dans notre pays, des filles et des garçons ont été contraints de passer les premières semaines de la rentrée scolaire à l’écart des autres élèves, exclus des salles de classe et des cours de récréation avant d’être exclus du collège ou du lycée, c’est-à-dire de l’accès au savoir, au motif qu’ils cachent leurs cheveux sous un foulard, un bandana, un turban ou un sous-turban. Et au nom de la loi, qui permet à un être humain, en toute bonne conscience laïque et républicaine, de nier un autre être humain, là, sur le terrain, face à face, sans soulever la moindre indignation, sinon celle des victimes. Une fois ce mécanisme enclenché et entériné, l’Histoire nous apprend qu’on peut aller très loin dans le pire...

"Ces deux bourgeois trop fameux, poursuit donc Sartre, avaient bonne opinion d’eux-mêmes, ils faisaient tous les jours, publiquement, la toilette de leurs âmes jumelles et croyaient se révéler dans leur vérité nue... Ils moururent, longtemps après, l’un morose, l’autre satisfait, tous les deux dans l’ignorance..."

L’exposition "Véronèse profane", qui se tient à Paris au Musée du Luxembourg, nous offre une humanité glorieuse, richement vêtue ou fort dévoilée. Le corps y est heureux, le paysage architecture, la vie haute en couleur. Ce temps est celui de la Renaissance. Le nôtre est celui où l’on se presse autour des tableaux, audioguide vissé à l’oreille, un petit tour et puis s’en va. Autre moyen de cacher un homme... Mais avons-nous vu ce que cache le peintre ? Cette grande toile, par exemple, Suzanne et les vieillards. Dans le Livre de Daniel, on peut lire l’histoire de cette belle et vertueuse Suzanne, surprise au bain par deux anciens qui la convoitent. Elle se refuse, ils l’accusent d’adultère. Après avoir invoqué Dieu, elle sera sauvée par le prophète Daniel, qui démasquera les vieux coquins.

L’interprétation de la scène par Véronèse est pleine d’humour et, à première vue, relativement chaste, si on la compare à d’autres Suzanne au bain où la jeune femme apparaît dans toute sa nudité tentante. Elle a eu le temps de jeter sur ses charmes un voile qui la couvre presque entièrement, hormis un téton qu’elle pince entre deux doigts tandis que, derrière elle, se dresse une statue de femme sans tête qui, elle aussi pourvue d’une légère étoffe, enfonce carrément un doigt dans son pubis. Comme quoi toute vertu est relative... et le désir communicatif.

Mais avons-nous bien regardé les deux barbons venus offenser cette vertu ? Spécialement celui qui occupe le premier plan, homme vigoureux et pas si vieux que ça ? Que fait donc sa main gauche, enfouie sous le riche brocart qui le couvre à partir de la taille et se soulève étrangement ? Je doute que l’audioguide attire notre attention de grand public sur ce détail pourtant voyant, qui nous mène tout droit à l’expression de son visage, concentré sur sa fourbe et solitaire manœuvre.

Le moyen de voir un homme caché ? Laisser tomber le regard commun, et le regarder vraiment, les yeux ouverts. Le regarder regarder, et voir dans son regard. "Je suis caché et je ne suis pas caché", dit Rimbaud. "Dieu éternel, tu connais ce qui est caché", dit Suzanne.

La recherche du temps perdu n’est pas seulement un thème proustien. C’est l’éternelle quête du temps de l’innocence, lequel ne peut se saisir que dans l’imaginaire de l’homme et, paradoxalement, souvent par les moyens les plus pervers, voire les plus forcenés meurtriers (n’est-ce pas ainsi qu’il faut lire Sade ?).

Ce début de XXIe siècle, qui tente abominablement, pour être, d’être spirituel, cherche aussi désespérément, et par les pires moyens, à retrouver ce vert paradis des amours enfantines que chantait le poète des Fleurs du Mal. Pédophilie criminelle, organisée ou non, touristique ou familiale, terrorisme basé sur une foi en une mort pourvoyeuse de vierges en sont les manifestations les plus directes du spectacle mondial, résumé en croisade du Bien contre le Mal.

Mais ce désir perverti de pureté s’exprime aussi au quotidien, de façon heureusement moins sanguinaire, dans les nombreuses contraintes qui pèsent sur les enfants, religieuses parfois (aussi bien dans le rigorisme de chrétiens intégristes que dans l’image de petits garçons à papillotes ou petites filles voilées), mais surtout commerciales (l’enfant étant censé être roi, donc prescripteur d’achats) et dans la soumission des femmes à la chirurgie rajeunissante ou aux signes ostentatoires de pudeur. Cherchez l’homme...

"Plus l’homme recule devant sa jouissance, plus le diabolique a de prise sur lui", écrit François Meyronnis dans L’Axe du néant. N’est-ce pas reculer indéfiniment devant sa jouissance que de ne la souhaiter que dans l’impossible, dans ce vert paradis perdu d’avance quand on le cherche ? Je ne cherche pas, je trouve, comme dit Picasso, car là est en effet le seul accès à la pureté, pour un artiste et pour tout homme.

Or nous vivons un temps aveugle, privé de vision sur le présent aussi bien que sur l’avenir. Le spectacle nous a mangé les yeux. On aimerait que l’art, la littérature nous les ouvrent. "Il existe des poutres dans l’œil de tout genre, écrit Van Gogh : des poutres artistiques, des poutres théologiques, morales (très fréquent !), des poutres pratiques et des poutres théoriques (parfois les deux combinées : très fatal !), et enfin d’autres encore... J’ai arraché, j’arrache et je continuerai d’arracher les poutres morales de mon œil... J’ai enfoncé, j’enfonce et je continuerai d’enfoncer les portes de sortie morales. Jusqu’à ce que j’aie un œil libre et un passage libre."

Mais, quand on célèbre comme en ce moment l’anniversaire de Rimbaud ou la réédition d’Artaud, c’est en sachant qu’on ne sait toujours pas les lire, ou qu’on les lit en vain, et qu’on a renoncé à trouver dans les livres une vision, puisque, comme l’écrit Gérard Mordillat, "le roman n’anticipe plus le monde, il le suit ; on pourrait presque dire qu’il lui court après".

Comment remettre notre vie, notre vision, notre destin en jeu par la littérature ? Comme Lewis Carroll fait hurler Humpty Dumpty à l’oreille du petit poisson "pour voir s’- il - les réveille -s -", comme Nietzsche philosophe à coups de marteau, il y faudrait, pour paraphraser Artaud, une poésie de la cruauté, il faudrait vouloir, comme lui, "dans les périodes de névrose et de sensualité basse... attaquer cette sensualité basse par des moyens physiques auxquelles elle ne résistera pas", de même que la musique agit sur le serpent par "le massage très subtil et très long de ses vibrations".

Si notre temps se nihilise dans un matérialisme triomphant et des spiritualités dévoyées, sans doute ne pourra-t-il se sauver qu’en retrouvant une spiritualité poétique, vivante. L’histoire de Suzanne a servi de préfiguration au baptême. Le Verbe lave, l’Esprit oint et parfume. "Il faut s’entendre à sortir plus propre encore de conditions malpropres, dit Nietzsche, et à se laver aussi avec de l’eau sale, si cela est nécessaire."

Alina Reyes est écrivaine.

http://www.alinareyes.com/



Imprimer cet article





DES DRONES ET DES CERFS-VOLANTS !
jeudi 20 - 09h41
de : C’est l’heure de l’mettre
Rassemblement de soutien : Assignation au tribunal de Nanterre « La Poste veut empêcher Gaël de militer ! » (video)
mercredi 19 - 22h38
DRAME À LA BIBLIOTHÈQUE COURONNES (Paris XXe) : LA CGT DEMANDE LA TENUE D’URGENCE D’UN CHSCT EXCEPTIONNEL
mercredi 19 - 21h58
de : Ménil Info
Assez de parlotes à Matignon, tous ensemble et en même temps dans l’action !
mercredi 19 - 18h08
de : jodez
2 commentaires
CONDITIONNEMENT TOXIQUE
mercredi 19 - 15h27
de : Lukas Stella
Affaire Benalla en continu !
mercredi 19 - 10h46
de : JO
Hommage de l’UJFP à Gisèle Felhendler
mercredi 19 - 07h18
de : UJFP
Rejoignez le Collectif des pisseurs involontaires de glyphosate
mercredi 19 - 06h46
de : Pissou
1 commentaire
Les petits pas.
mardi 18 - 21h07
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Viols : « Que cette guerre cesse »
mardi 18 - 16h57
3 commentaires
LE MYTHE DE LA THÉORIE DU RUISSELLEMENT
mardi 18 - 08h31
de : Ernest London
2 commentaires
Jann Halexander ’Ceci n’est pas l’Afrique’ 12 octobre, Atelier du Verbe, Paris
mardi 18 - 01h34
de : Bruno
Grande fête du livre Paris samedi 22 septembre 2018
lundi 17 - 23h11
de : frank
ELYSEE , journée du patrimoine : un conseil à un chômeur !
dimanche 16 - 16h54
de : JO
1 commentaire
CLINIQUE DE LA PINEDE (PO)
dimanche 16 - 15h18
La terre dévorée par l’économie ...
dimanche 16 - 12h31
La fête de l’Humanité.
dimanche 16 - 09h22
de : Régis de Nimes.
1 commentaire
Rémo Gary et Debronckart
dimanche 16 - 09h19
de : Norbert Gabriel
Benalla devant le Sénat ?
samedi 15 - 14h48
de : JO
ELYSEE : Un autre raté !
samedi 15 - 14h30
de : joclaude
2 commentaires
Plan pauvreté : Emmanuel Macron en pompier pyromane
samedi 15 - 11h10
2 commentaires
La nouvelle ministre des Sports occupe un logement social !
vendredi 14 - 09h00
de : JO
1 commentaire
ÉCOLOGIE OU CATASTROPHE - LA VIE DE MURRAY BOOKCHIN
vendredi 14 - 07h33
de : Ernest London
Appel des travailleurs iraniens de la métallurgie aux syndicalistes et aux pacifistes du monde entier
jeudi 13 - 21h38
de : Lepotier
Hivers nucléaire.
jeudi 13 - 19h26
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
BRESIL : La démocratie bafouée : LULA interdit de Candidat à la Présidence !
jeudi 13 - 17h58
de : JO
1 commentaire
PETIT PRÉCIS RADIOPHONIQUE de la lutte de classe à la mode franco-belge
jeudi 13 - 13h00
de : C’est l’heure de l’mettre
L’alliance Chine/Russie l’emportera t-elle en la guerre économique que perdit l’URSS ?
jeudi 13 - 10h12
de : JO
1 commentaire
SAMEDI 22 : Repas de soutien aux postier-es du 92 en grève depuis le 26 mars
jeudi 13 - 08h46
Démission de Laura Flessel ! On savait dans les hautes sphères du pouvoir !
mercredi 12 - 19h34
de : JO
1 commentaire
Enregistrement de salariés à leur insu par des visiteurs mystère
mercredi 12 - 18h20
de : Visiteur Mystere de chez Field & Solutions
Licenciements : avec la rupture conventionnelle collective, le nombre de PSE baisse
mercredi 12 - 16h03
Venezuela : Ces millions d’étrangers qui sont bien au Venezuela !
mardi 11 - 19h21
de : JO
1 commentaire
Communiqué CGT : Luttons contre les violences d’extrême droite
mardi 11 - 11h59
de : jean 1
Relaxe des inculpés du 9 avril de la fac de Nanterre !
mardi 11 - 10h03
Les gendarmes évacuent violemment la Zad du Moulin, près de Strasbourg
lundi 10 - 12h53
de : jean 1
2 commentaires
MANIFESTATION POUR LA LIBÉRATION DE GEORGES IBRAHIM ABDALLAH À LA FÊTE DE L’HUMA, SAMEDI 15/09 - 15H00
dimanche 9 - 21h26
Les marches mondiales pour le climat ou le triomphe de l’ingénierie sociale
dimanche 9 - 19h29
de : N.Cazaux
17 commentaires
POLITIQUE QUALITÉ - Le chemin est individuel, collectif et politique
dimanche 9 - 17h32
de : Ernest London
L’extrême droite a tué une centaine de personnes en Europe en dix ans
dimanche 9 - 15h27

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Tous les hommes sont des intellectuels, mais tous les hommes ne remplissent pas dans la société la fonction d’intellectuel. Antonio Gramsci
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite