Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Noël : contes de l’hypocrisie ordinaire


de : Lea Melandri
samedi 25 décembre 2004 - 19h48 - Signaler aux modérateurs

de Lea Melandri

Quand Noël approche on va généralement en quête d’histoires édifiantes, pour pouvoir se convaincre, au moins à cette occasion, que la bonté existe. Toutefois cette année les faits divers ne semblent offrir aucun soutien. A Milan les illuminations éclaircissent un des cieux les plus pollués d’Europe ; à côté des enseignes invitantes des boutiques passent des bus surchargés de gens qui pestent, on ne sait si c’est parce qu’ils sont contraints à une proximité presque animale avec leurs semblables ou parce qu’ils participent malgré eux à une frénésie collective dont on ne connaît ni l’origine ni le sens. Tout autour, dans le monde, des scénarios de violence et de guerre en tout genre, des catastrophes environnementales et des bouleversements climatiques, dont il est de plus en plus difficile exclure les responsabilités "humaines".

Mais du vaste répertoire des maux qui affligent désormais de façon endémique notre civilisation, émergent à juste titre - même si c’est souvent avec une mauvaise interprétation - des épisodes qui, même dans leur particularité de "faits de la vie", apparaissent symptomatiques d’une décadence profonde du sens de la justice, de l’amour, de la solidarité, par rapport à l’autre. Je me réfère à trois informations qui, justement parce qu’elles contrastent fortement avec l’atmosphère édulcorée de Noël, sont arrivées ces derniers jours à la une des journaux et que je suis tentée d’appeler, d’une façon provocatrice, "contes de l’hypocrisie ordinaire".

Il y a environ dix jours, non loin de Rome, on a découvert un hospice où vingt vieillards, presque tous frappés par la maladie d’Alzheimer et la démence sénile, étaient gardés dans des conditions de saleté, de dénutrition, de différentes maltraitances et sans aucune assistance médicale. La responsable, au moment de son arrestation, donne une explication qui ne peut sonner cynique que si l’on croit à la stupeur et à l’exécration des gendarmes, des parents, des reporters vis-à-vis d’une barbarie qui émerge périodiquement, selon un rythme à peu près régulier, tel que personne peut dire ne l’avoir jamais vue ou imaginée. "Je ne fais que du bien à ces pauvres gens, moi. Sans moi - dit-elle - ils seraient dans la rue". Ce n’est pas une justification, certes, mais elle mériterait peut-être d’être prise indirectement comme une secousse à ce mur d’hypocrisie qui permet aux familles, à la collectivité, aux institutions, de se libérer de vieillesses encombrantes, en faisant semblant de ne pas savoir ce qui se passe derrière les grilles d’une prometteuse "Villa Elisa".

S’il est vrai, comme l’ont écrit les journaux, que les parents venaient en visite une fois par mois, et que à ces occasions personne d’entre eux s’est aperçu, pendant longtemps, de l’effet des sédatifs et des signes laissés par les lacets aux poignets et aux jambes, cela veut dire que l’horreur a au moins deux visages liés l’un à l’autre : l’abandon et l’exploitation de personnes qui ont besoin d’aide et qui sont sans défense, tels que les vieillards qui ne sont plus autosuffisants, un résidu de population mal toléré et grandissant, qui doit être en quelque sorte "refoulé", en attendant qu’il s’en aille.

Un intolérance analogue frappe tous ces groupes sociaux qui, aux yeux d’une majorité productive, aisée et en bonne santé, risquent d’apparaître, pour utiliser une belle expression de Virginia Woolf, des "déserteurs", à savoir les pauvres et les malades en phase terminale. Sur la jeune Roumaine, qui a été trouvée morte dans le quartier milanais de Niguarda, écrasée par le couvercle d’un conteneur de la Caritas pour les vêtements usagés, on a prodigué de plusieurs côtés un piétisme sentimental teinté, pour l’occasion, d’une coloration de fable : le froid d’une nuit avant Noël, une "petite vendeuse d’allumettes" pauvre et sans domicile fixe qui, plutôt que de guetter dans les maisons des riches l’intimité des affects, fouille désespérément dans leurs déchets. Une histoire pitoyable, qui aurait peut-être fait sourire même la protagoniste, deux fois victime : de l’émargination injuste de la parte des institutions et de l’indifférence inhumaine de ceux qui, en l’ayant entendu crier cette nuit-là, n’ont pas estimé devoir l’aider, se justifiant peut-être par la pensée, exprimée publiquement par l’adjointe milanaise Tiziana Majolo, qu’elle "était une voleuse".

A quelques jours près est sortie la nouvelle selon laquelle, à l’hôpital de Lecco, une infirmière a provoqué la mort, même pas si "douce", si l’on considère les effets d’une piqûre d’air dans les veines, d’un nombre de malades graves qui se modifie chaque jour de façon impressionnante : dix huit, peut-être. Dans ce cas aussi, l’ "horreur" est de celles qui se renouvellent de temps à autre, et en fait les journaux en dressent une liste précise à côté de la nouvelle. Mais évidemment la mémoire n’aide pas, quand le geste homicide, ou si l’on préfère la pathologie individuelle, interprète à la lettre les phantasmes, les désirs inavouables de tous ceux -médecins, infirmiers, parents, amis - qui sont appelés à s’occuper d’un malade sur lequel pèse la sentence de mort ; en accélérer le départ, lui rendre plus "douce" un passage désormais inévitable, s’arracher du cœur un poids que la civilisation des clients des gymnases clubs, des présentatrices de charme, des chirurgies esthétiques prêt-à-porter, des "survivants" fameux d’improbables naufrages télévisuels a rendu, si non justifiable, de quelque façon "compréhensible". Dans le recueil de jugements "cliniques" plus ou moins dignes de foi sur la protagoniste - besoin de se mettre au centre de l’attention, de se rendre utile - brille celui du criminologue : il s’agit - dit-il - d’une omnipotence qui s’acharne sur les plus faibles. Peut-il y avoir une définition plus appropriée pour un système de vie qui va des plus hauts pouvoir économiques, militaires, politiques du monde jusqu’au regard que le plus modeste des citoyens jette sur le mendiant dans la rue, en souhaitant que cette vue inquiétante puisse un matin lui être miraculeusement épargnée ? Comment est-il possible que dans un hôpital passe si longtemps inaperçue une séquence de morts "inexplicables", et pourtant toutes marquées de manière évidente par les mêmes symptômes ? Comment l’aggravation soudaine du malade peut-elle avoir échappé au regard empressé d’un parent ?

La proximité de Noël allume dans les villes des illuminations embrumées par une couche épaisse de smog, éclaircit les nuits sombres de la campagne par des arbres d’ampoules, mais où et quand on ne veut pas voir il n’y a aucune lumière naturelle ou artificielle qui compte.

Traduit de l’italien par Karl & Rosa de Bellaciao

http://bellaciao.org/it/article.php...



Imprimer cet article





Dictature sanitaire : qui manipule qui ?
samedi 26 - 17h53
de : Claude Janvier
lancement initiative citoyenne européenne pour des revenus de base - collecte de signatures
samedi 26 - 09h01
de : angela anaconda
1 commentaire
Badges, signes : brève position syndicale
vendredi 25 - 15h46
de : Christian Delarue
7 commentaires
Action-fête de soutien aux grévistes de l’Hôtel Ibis Batignolles
vendredi 25 - 14h41
de : Alain Collet
1 commentaire
COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
1 commentaire
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
7 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite