Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

DOSSIER ALTERCROISSANCE / CHAPITRE 1
de : Matt Lechien
dimanche 6 février 2005 - 18h51 - Signaler aux modérateurs

de Matt Lechien

 Préambule
 Introduction
 Chapitre 1
 Chapitre 2
 Chapitre 3
 Chapitre 4
 Chapitre 5


LE LEVIER DÉCROISSANCE

Il n’est pas question de se serrer la ceinture, mais de sortir du système économique. Dans un premier temps, le but est d’arrêter de collaborer, involontairement ou non, à l’alimentation du capitalisme. Viendra ensuite le moment de provoquer sa chute, tout en douceur, sans se fatiguer, ni s’énerver. Nous naissons tous avec un capital stress, il faut savoir le ménager et tirer dessus le moins possible sous peine de somatiser et de faire de vilains vieux. L’efficacité va de pair avec la sérénité. A l’opposé, il ne faut pas être des mollusques pour autant, mais tout simplement éviter de ne pas céder inconsidérément à l’émotion afin de construire un projet rationnel qui tienne la route sur le court et le long terme.

Avant d’aller plus loin dans ce chapitre, je tiens à préciser que le but n’est pas de jeter la pierre à qui que ce soit. Qu’on le veuille ou non, nous sommes tous imprégnés du monde marchand qui déverse continuellement sur nous un déluge de miroirs aux alouettes et qui fait tout pour qu’on ne puisse pas se passer de ses « services ». Dans ces conditions, c’est vraiment dur de passer entre les gouttes, d’autant plus qu’il n’existe pas encore d’abri pour se mettre complètement au sec. Tout au plus quelques parapluies dont l’efficacité reste à démontrer. Donc, rien ne sert de se critiquer stérilement à ce sujet dans les milieux militants. Chacun fait ce qu’il peut pour lutter, les concours aux relents malsains pour savoir qui participe le moins au système ne font pas beaucoup avancer le débat, ils ont plutôt tendance à nous diviser les uns les autres qu’autre chose.

Alors oui, c’est vrai, la décroissance est l’arme absolue pour combattre le capitalisme. C’est même l’outil révolutionnaire par excellence. Mais attention, à l’instar de tout ce qui est puissant, il faut savoir bien maîtriser l’outil avant de l’employer. Et surtout, au risque de me répéter, bien considérer qu’il n’est pas une fin en lui, mais juste la composante d’un projet beaucoup plus vaste basé sur la construction.

Ce n’est pas Hannibal Smith qui me contredirait, avant de passer à l’attaque... il faut échafauder un plan ! La première étape est d’analyser la situation globalement. Elle consiste à observer la technique de l’adversaire afin de comprendre comment il fonctionne dans le but de découvrir son ou ses points faibles. Suite à ça, on met sur pieds plusieurs stratégies que l’on n’hésite surtout pas à tester, soit sur le terrain, soit par le biais de simulations. Ensuite, et seulement ensuite, on peut passer à l’action.

Le capitalisme, comment ça marche ?

Cette question pourra sembler niaise à nombre d’entre-vous, mais quand on essaye de réfléchir sur un projet qui concerne l’ensemble de la communauté, puisque social, la priorité est d’être compréhensible au maximum. On n’est pas dans un jeu de piste, on essaye d’avancer le plus droit possible de manière cartésienne. Commencer par une base qui vous semble peut-être une évidence, ça permet pour les uns de resituer le cadre de l’action et pour les autres de l’expliquer.

Dans le système marchand de base, on échange des biens et des services contre de l’argent que l’on perçoit en échange d’une somme de travail que l’on a accomplie. En ce qui concerne les échanges commerciaux, le but est d’acheter le moins cher possible pour revendre le plus cher possible. Quant au travail, l’objectif est sensiblement le même : gagner le plus possible, bien souvent en se fatiguant le moins possible, au détriment des autres. Dans les deux cas, il y a toujours un dindon de la farce quelque part. Justice sociale et capitalisme ne font pas bon ménage, c’est le moins que l’on puisse dire.

Dans le système marchand contemporain, la donne est à peu près la même, sauf qu’il faut introduire deux nouveaux paramètres :

1) On n’a pas nécessairement besoin de posséder physiquement la marchandise pour pouvoir la vendre.

2) L’argent fabrique de l’argent. A partir d’un certain montant, l’argent fait miraculeusement assez de petits pour engraisser lourdement son possesseur sans qu’il fasse le moindre effort physique. Il n’existe pas de saison de la reproduction pour les billets de banque. Tout comme les humains, ils copulent avec succès à longueur d’année pour donner naissance à de petites pièces qui deviendront à leur tour de gros billets, pour peu qu’on les réinvestisse dans le circuit reproductif monétaire. C’est ce que l’on appelle aussi : l’effet boule de neige.

Il existe deux possibilités avec l’argent :

1) soit vous n’en n’avez pas ou peu et vous n’arrivez jamais à joindre les deux bouts.

2) Soit vous en avez beaucoup et plus vous en avez, plus vous en avez.

N’ayons pas peur des métaphores. On peut tout à fait considérer que l’argent, peu importe sa forme, est à la fois le sang, l’air, l’eau et l’alimentation de l’immonde bête capitaliste. En admettant qu’il circule dans un pipeline, il suffirait de tourner une vanne pour asphyxier complètement le système qui repose sur un marché de dupe. Voici donc la base du levier décroissance. Quand on l’actionne avec succès, on coupe le robinet.

Cette méthode est d’autant plus sûre de fonctionner que le robinet n’a pas besoin d’être totalement fermé, loin s’en faut. Pour survivre, le capitalisme a sans cesse besoin de plus de croissance, sans elle il s’écroule tel un château de cartes.

Voici donc, succinctement expliqué, les bases du capitalisme et de la décroissance. Pas la peine de nous perdre en détails et/ou conjectures, ça n’est d’aucune utilité. Rajouter, par exemple, que l’argent peut aussi être virtuel ou qu’il ne fait pas forcément le bonheur, ne nous fera pas avancer des masses. Nous sommes sur un dossier technique, le philosophique a déjà fait l’objet d’un précédent dossier.

Comment actionner le levier ?

Sur ce point, on va vraiment faire attention à la radicalité. Donc, d’entrée de jeu, on va éviter tout ce qui est inapplicable. On ne va pas arrêter de boire et manger, ni de respirer... d’ailleurs on ne va rien arrêter du tout, sinon arrêter d’arrêter. On va plutôt chercher des alternatives qui soient sympas et donc bien perçues.

L’idée n’est pas de sortir du système pour aller vers le néant, l’idée c’est de sortir du système capitaliste pour aller vers une organisation humaine juste et respectueuse de chacun. Selon ce principe, il existe deux possibilités pour dégonfler la baudruche capitaliste :

1) L’économie souterraine

C’est soft, mais néanmoins, ça fonctionne. Au lieu de se servir de l’argent par le biais d’institutions au sein desquelles il fait des petits, on l’utilise en circuit fermé. Plus explicitement, on achète tout au black, biens et services. C’est pas le top, mais appliqué à grande échelle, c’est suffisant pour faire vaciller la bête.

2) Les échanges sans argent

Vous l’avez compris, il s’agit du troc. J’échange un kilo de tomates contre un kilo de poireaux. J’échange la réparation de ma toiture contre des travaux de plomberie... ETC... ce ne sont pas les exemples qui manquent. Dans le cas présent, on est complètement dans une logique de décroissance intelligente. Non seulement l’argent ne circule plus, mais en plus on garde le même niveau de vie tout en s’habituant en douceur à un autre mode d’échange beaucoup plus juste. C’est plutôt sur ce point que je vais insister.

Maintenant que l’on connaît le truc, on fait comment ? Question à laquelle je vais m’empresser de répondre. On n’est absolument pas obligé de tomber dans la radicalité, même si c’est loin d’être déconseillé pour ce point. Nous l’avons vu précédemment, ce n’est pas un scoop, le capitalisme a absolument besoin de croissance. En admettant qu’un courant idéologique assez fort puisse lancer la mode du troc à grande échelle, vous pouvez être sûr qu’au bout de quelques semaines il y aura déjà une bonne quantité de ces odieux boursiers qui se seront défenestrés.

Pour vous donner quelques chiffres, imaginons l’espace d’un instant que chaque citoyen ait recours au troc pour 10% de sa consommation. C’est automatiquement 10% qui sont perdus pour la croissance, il y a là de quoi faire transpirer n’importe quel ministre des finances à la simple évocation de ce scénario. Le nombre n’est pas important en lui-même. L’important c’est de comprendre la mécanique de la décroissance et de répondre aux questions suivantes : comment j’actionne le levier ? Qu’est-ce qui se passe ensuite ? Nous en sommes à ce stade.

Il serait aussi possible d’agir sur d’autres facteurs. Par exemple : refuser d’exercer des métiers à la con. Il existe tout un tas d’activités professionnelles qui sont directement liées au capitalisme et qui n’auraient aucune raison de subsister dans une société humaniste. On peut tout de suite penser aux boursiers, aux militaires, aux commerciaux, aux cireurs de chaussures, aux téléopérateurs, aux publicitaires, aux banquiers, aux huissiers... La liste est très longue et il faut aussi compter avec les cas qui sont à cheval entre les deux. Exemple : les assureurs. Un service gratuit... Excusez moi de ne pas finir ma phrase, mais d’être obligé de préciser « gratuit » à propos d’un service, c’est bien signe que nous vivons dans un monde égoïste et manipulateur. Dans la logique, quand on rend service on rend un service. Demander de faire payer pour un service social rendu me semble assez tiré par les cheveux, pour ne pas dire autre chose... Mais bon, reprenons. Revenons à nos moutons, ou plutôt, à nos loups. Un service gratuit qui coordonne la solidarité collective pour aider à faire face à tous les accidents et catastrophes qui peuvent subvenir dans la vie, tout à fait d’accord et plus que ça encore. Maintenant, la solidarité privée au service du capital, non merci ! Ce n’est pas pour rien que les professionnels de la profession parlent de « portefeuille d’assurance » et non de gestion d’aide aux victimes.

Alors c’est vrai, sous le coup de l’émotion, on peut être tenté de se dire : Arrêtons tous de servir le capital ! Effectivement, théoriquement ça fonctionne aussi. Si tous ceux qui exercent, bon gré mal gré, une profession au service exclusif du marché de dupe décidaient de démissionner, le système s’écroulerait. Maintenant, pour ce qui est de la pratique, il faut faire preuve d’un peu de sérieux. A vingt ans on peut essayer de croire qu’il est possible qu’une prise de conscience massive ait lieu, et même se lancer à corp perdu dans cette direction, mais après... Est-il rationnel de croire que quelqu’un qui a une famille à nourrir est prêt à courir le risque d’abandonner son poste ? Quoi que l’on en pense, il existe des militants humanistes dans tous les milieux sociaux professionnels. Là n’est pas le problème. Le problème c’est qu’ils sont comme tout le monde, piégés par le système sans aucune porte de sortie. Fort de ce constat, il va falloir travailler à cela aussi : créer des alternatives qui permettent de s’évader du système. Autrement dit, un projet de société qui sorte largement du cadre de la théorie. Quand on prend une décision aussi importante que de changer de vie, c’est qu’en face il y a eu quelque chose de fort qui vous a donné envie de vous poser des questions et d’y répondre. Une fois de plus, on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre. Changer ?... D’accord ! Mais soyons capables de proposer un changement vers le mieux sous peine que la théorie ne reste qu’à ce stade.

Conclusion

Voilà, nous venons de voir simplement en quoi consistait le levier décroissance. Le truc qui me fait bien « marrer », c’est de voir des « alter-économistes » expliquer la décroissance de manière indigeste en donnant des chiffres pour maintenant et des chiffres pour demain qui restent basés sur le système monétaire. Le capitalisme dur comme soft, non merci ! On peut toujours donner des chiffres pour aujourd’hui, ce n’est pas ça qui manque, il y en a plein les rubriques boursières. Mais concernant demain, la gestion basée sur l’argent, faut pas rêver ! Le jour où tout le monde aura compris comment les riches s’y prennent pour voler les pauvres, vous n’aurez plus qu’à arracher les touches euro et dollar de votre clavier, il n’y aura plus grand monde pour vouloir jouer au Monopoly grandeur nature- surtout après que l’on ait bien fait constater au peuple toutes les crasses que la ploutocratie mondiale a planquées sous le tapis.

On a déjà bien avancé, mais nous n’en sommes qu’au début. Il reste encore beaucoup de domaines à défricher et de solutions à trouver. Plus nous allons progresser dans ce dossier, plus nous allons parler de technique et/ou de concret. Dès le prochain chapitre nous passerons directement à la révolution pratique.

Prochain chapitre : très bientôt.


En attendant, voici deux photos tirées de l’action Surréaliste du mois d’octobre dernier pour protester contre le monopole dans les domaines de l’édition et des médias que se sont octroyés deux marchands de canons (Dassault et Lagardère, pour ne pas les nommer), Seillière et l’État. Faut-il voir dans l’autocollant ci-dessous un aveu du patronat envers le salariat ? La question est posée.

JPEG - 24.6 ko
JPEG - 22.8 ko


Imprimer cet article





Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !
dimanche 21 - 10h48
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Trop souvent nous nous contentons du confort de l'opinion sans faire l'effort de penser. John Fitzgerald Kennedy
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite