Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

FORMES DE LUTTE EN PERIODE DE DECADENCE


de : Patrick MIGNARD
dimanche 27 mars 2005 - 06h52 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 9.9 ko

de Patrick MIGNARD

La manifestation lycéenne parisienne du 8 mars contre la loi Fillon est le révélateur d’un phénomène d’une extrême gravité. Bien évidemment cet aspect a été totalement « oublié » par les médias et les politiciens La gravité réside bien sûr dans le degrés de violence qui s’est exprimée, mais aussi et surtout dans l’incapacité politique et sociale d’une analyse et d’une réponse adéquates à de tels évènements.

Ce qui s’est passé le 8 mars à Paris est symptomatique de l’éclatement du tissu social et de l’attitude de l’Etat en pareille situation.

DECADENCE ET BARBARIE

Rappelons que l’Etat est le garant du système en place, en l’occurrence le système marchand. Sa fonction est moins d’apporter une solution aux contradictions qui sont fondamentalement les siennes (il ne le peux et ne le veux pas) que de mettre en place un dispositif qui assure la perpétuation des rapports sociaux qui le fondent... et ce, quel qu’en soit le prix.

Mais il y a un danger encore plus grand : en l’absence d’analyse, dont les partis politiques sont incapables, en laissant faire, en faisant jouer à ses mercenaires (gendarmes et policiers) un rôle, dans ce cas, purement passif, l’Etat cautionne les pires interprétations. En effet, comment ne pas voir dans ce déferlement de violence l’action de « bandes ethniques  » si chères aux conceptions racistes de l’extrême droite. Cette violence dite « gratuite », qui est en fait l’expression de la dégradation ultime du lien social, l’expression la plus violente de l’exclusion, la haine se substituant à toute conscience (voir le « lunpum prolétariat  » au 19e et 20e siècle) ne peut être que génératrice des plus graves et les plus aberrantes dérives politiques, dérives qui font le lit de l’état fort dans sa forme extrême, le fascisme ou quelque chose qui y ressemble. Nous n’en sommes pas là, mais c’est la « pente glissante » sur laquelle nous nous engageons.

Le système marchand a aujourd’hui perdu toute maîtrise des conséquences de l’essentiel de son fonctionnement, et ce, dans à peu prés tous les domaines. Il n’a plus affaire à une classe ouvrière qui demandait une part du gâteau et qui était prête à négocier. Il a affaire à une population exclue, méprisée, « ghettoïsée » qui n’a aucun avenir et est prête à tout pour survivre. Il n’a plus affaire à des « organisations responsables » capables de contenir la colère des exploité-e-s, mais à des exclu-e-s qui ne se reconnaissent dans aucune structure, qui ont perdus tous leurs repères . Sans pour cela disparaître l’exploitation contrôlable a cédé la place à l’exclusion incontrôlable, massive, structurelle, comme contradiction essentielle dans notre société et ce sont ces conséquences que l’on vit aujourd’hui.

LES RISQUES DE DERIVES

Ils sont immenses et aux conséquences incalculables. Rappelons nous le 20e siècle et ce à quoi nous ont conduit les inconséquences et la débilité politique de celles et ceux qui étaient censés nous conduire sur les chemins de « lendemain qui chantent ».

L’Etat, quel que soit la couleur politique de son personnel, ne sait et ne saura que défendre les intérêts du système qu’il représente. Il saura jouer des contradictions, des faiblesses, des ambiguïtés, des antagonismes, des fantasmes et des haines pour dévier les coups qui pourraient menacer l’ensemble du système... les médias sont les canaux de propagation de son idéologie, ses mercenaires, sa force brutale, ses institutions, sa caution démocratique... tant qu’il en aura besoin.

En période de décadence, l’Etat se révèle dans tout ce qu’il a de plus brutal, de plus abject, sans fard : la police qui a laissé les bandes agresser la manifestation lycéenne c’est le vrai visage et la fonction de la police... croire le contraire, c’est vivre dans le mythe, dans la croyance naïve d’une « police-service public »... elle a laissé faire parce qu’une telle attitude servait les intérêts de l’Etat et de son système. Même chose pour l’attitude des pouvoirs publics à l’égard des OGM, du nucléaire, des licenciements, des sans logis, des sans papiers,...

La dérive totalitaire est toujours potentiellement présente, même si elle ne s’exprime pas... Celles et ceux qui n’ont pas compris cela l’ont payé très cher au siècle dernier. Son expression est fonction des difficultés dans lesquelles se débat le système, de ses marges de manœuvre, du niveau de conscience et d’action des citoyens-nes grugé-e-s par les politiques anti sociales.

QUE FAIRE ?

Il est urgent de repenser l’action politique, la contestation sociale, la critique sociale. Repenser l’action politique dans une perspective historique et non pas électorale. Or de cela, les organisations politiques et les syndicats en sont incapables. Pourquoi ? Parce qu’ils sont devenus des bureaucraties plus soucieuses de leur confort matériel que d’analyses sérieuses et d’actions alternatives. Parce qu’ils sont devenus les gestionnaires d’une situation qui a court terme les arrange et est conforme à leurs intérêts immédiats, les seuls qui les intéressent. Parce qu’ils sont devenus les rouages régulateurs, reconnus, du système économique et politique dominant.

C’est donc aux citoyens-nes de contourner ces structures vermoulues et obsolètes qui ne peuvent, par leur incurie et leur compromission, que nous conduire au désastre, en ne leur accordant plus la moindre confiance.

C’est donc aux citoyens-nes d’organiser des structures alternatives.

Le rapport aux institutions ne doit être que tactique, en aucun cas stratégique. La vie, la vraie vie citoyenne se construit en dehors des structures du système, un peu comme la bourgeoisie commerçante qui a construit l’embryon de son système en marge de l’Ancien Régime, dans les villes,...

Tout les indicateurs sociaux sont aujourd’hui au rouge : l’exclusion, la pollution, la destruction des sources d’énergie non renouvelables, le rapport au travail, le pouvoir citoyen,... La manifestation lycéenne du 8 mars est un indicateur supplémentaire, ignoré des politiciens qui, pour la plupart,n’ont vu qu’un épiphénomène somme toute marginal, trop occupés à leurs querelles d’appareil pour penser à l’essentiel, trop occupés par leurs petites et grandes affaires.

Il est aujourd’hui impensable de recommencer ce genre d’expérience, de faire vivre à des jeunes de telles scènes, de courir le risque qu’elles se répandent dans toutes les grandes villes, d’aboutir petit à petit à une guerre civile larvée, rampante qui permettra au système d’affiner sa domination et de détourner l’attention citoyenne des vraies raisons, des vraies causes d’une telle situation.

De même qu’il est politiquement absurde de se livrer pied et poings liés à la violence d’Etat devant un champs d’OGM, de même qu’il est absurde de faire une grève qui n’exerce aucune pression sur l’Etat et le patronat mais leur permet par contre de retourner l’opinion publique contre les grévistes, il est absurde de courir le risque de faire des manifestations des lieux d’affrontements qui font le jeu politique du pouvoir en place et qui attisent la haine entre citoyens-es... et ce n’est pas à la base un problème de « service d’ordre » comme le pensent certains bureaucrates.

Ce constat est difficile à assumer car être conscient de la situation et en tirer toutes les conséquences obliqe à procéder à des révisions déchirantes, que certains vivront comme des trahisons des traditions ouvrières, des traditions ancestrales qui ont fait la gloire des luttes passées... c’est d’ailleurs ce genre d’arguments qu’utilisent les bureaucraties syndicales pour.... ne rien faire d‘innovant. C’est difficile car il s’agit de faire preuve d’imagination et d’initiative pour impulser des rapports sociaux nouveaux, au travers de formes de luttes nouvelles.

Aujourd’hui nous ne faisons que reproduire des pratiques, des gestes, qui datent du 19e siècle sans se rendre compte que les conditions de développement du système marchand ont changé, sans se rendre compte que ses marges de manœuvres sont infiniment moindre qu’à cette époque, sans se rendre compte que les moyens de communication entre nous nous permettent ce que nos ancêtres n’auraient jamais osé imaginer et espérer.

Sans vouloir jouer les devins et autres « porteurs de mauvaises nouvelles », on peut dire que nous sommes à l’aube d’une situation dramatique, à l’aube d’un déchirement généralisé du tissu social, et la situation de mondialisation marchande ne peut qu’accélérer et aggraver le processus.

Rien n’est jamais inscrit dans l’Histoire quand aux réponses qui sont apportées aux situations. Notre époque ne fait pas exception, mais il est évident que nous sommes désormais devant un dilemme : subir ou agir. Le 20e siècle nous a montré les conséquences de la première attitude, reste la seconde en n’oubliant surtout pas que les périodes changent, les modes d’action aussi.

On ne pourra pas dire que l’on ne savait pas.

Patrick MIGNARD

Voir également les articles :
« DECADENCE »
« TRANSITION »
« VIOLENCE ET CHANGEMENT SOCIAL »
« LUTTES SOCIALES ET REPRESSION »
« DROIT DE GREVE ET SERVICE PUBLIC »

Sur la manifestation parisienne lycéenne du 8 mars, voir :
http://www.altermonde.levillage.org...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Très bonne analyse
27 mars 2005 - 09h53

Entièrement d’accord avec cette analyse ! Il est urgent d’éclairer les citoyens, c’est ce à quoi contribue avec lucidité, pertinence et réalisme, Patrick Mignard. Personnellement, j’apprécie la méthode (aux antipodes de l’écume) qui consiste à exposer, démontrer et enfin guider, de façon toujours pragmatique !

Verdi

http://vive.laliberte.chez.tiscali.fr



> FORMES DE LUTTE EN PERIODE DE DECADENCE
28 mars 2005 - 10h30

A mon humble avis, il faudrait former les lycéens à l’autodéfense (ou qu’ils se forment eux-mêmes à l’art de l’autodéfense collective, pugnace, et organisée. Car il serait tout de même paradoxal que d’en appeler à la protection des forces de l’ordre. La situation constatée lors de cette fameuse manif est aussi le résultat de ces idéologies de non-violence versus "monopole étatique de la violence légitime", déversées sans relâche depuis au moins le mouvement étudiant de 1986 par la gauche et une partie de l’extrême gauche française, qui littéralement "désarment" les mouvements indépendants de la jeunesse. On voit le résultat. On l’avait vu aussi à Gênes.
Le principe : ne compter que sur ses propres forces. Autonomie et offensive.






Desabrahamisation de l’anthropologie pour la PMA
mardi 4 - 01h26
de : Christian DELARUE
Désabrahamisation de l’anthropologie : ouverture hors dogmes
mardi 4 - 01h12
de : Christian DELARUE
1 commentaire
FATIGUÉE
samedi 1er - 18h47
de : jean1
6 commentaires
BLACK AND WHITE
samedi 1er - 16h21
de : Nemo3637
Pénurie de gants ? La honte de ce régime ripoux !
vendredi 31 - 17h26
de : joclaude
VENEZUELA : L’IRAN ouvre à CARACAS son premier supermarché !
vendredi 31 - 16h48
de : joclaude
Report des élections Présidentielles en Bolivie.
vendredi 31 - 11h00
de : joclaude
Des personnalités appellent Darmanin à « soutenir » le policier « lanceur d’alerte »
jeudi 30 - 23h31
de : Christian DELARUE (MRAP)
1 commentaire
ATTAC : Gisèle Halimi n’est plus, Attac est en deuil
jeudi 30 - 00h06
de : Christian DELARUE (ATTAC)
Gisèle HALIMI, une grande militante - MRAP
mercredi 29 - 21h19
de : Christian DELARUE (MRAP)
BOLIVIE : La Centrale Ouvrière Bolivienne déclare une grève générale illimitée
mercredi 29 - 16h01
de : joclaude
29 juillet 1900 : un ouvrier anarchiste tue le roi d’Italie
mercredi 29 - 15h14
de : jean1
PLAN DE RELANCE EUROPÉEN : L’ARNAQUE MACRON
mardi 28 - 16h34
de : joclaude
1 commentaire
Fin des prospectus : les c…, ça ose décidément tout !
mardi 28 - 11h10
de : Michel B.
5 commentaires
Ceux qui doivent vivre et ceux qui doivent mourir ; la sélection
mardi 28 - 00h41
de : Jean-Yves Peillard
Affaire Girard-Coffin : Un effet Obono
lundi 27 - 23h03
de : Christian Delarue
4 commentaires
Un policier révèle des centaines de cas de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris
lundi 27 - 19h31
de : jean1
1 commentaire
OMISSION, DÉFORMATION, DÉSINFORMATION
lundi 27 - 17h32
COLOMBIE:L’Ambassadeur de Cuba en ce pays sollicité pour l’envoi de médecins !
lundi 27 - 15h37
de : joclaude
CASTEX : "Monsieur T2A", casseur de l’Hôpital
lundi 27 - 14h43
de : joclaude
L’Espagne se propose de rééduquer les prisonniers politiques
dimanche 26 - 22h51
de : Antoine (Montpellier)
3 commentaires
Le Covid-19 frappe plus durement les pauvres !
dimanche 26 - 16h36
de : joclaude
1 commentaire
NICARAGUA:Le président Daniel Ortega, a commémoré le 41e anniversaire de la révolution.
vendredi 24 - 11h21
1 commentaire
MEXIQUE:Certains devraient y réfléchir puisque apparemment, c’est possible !…
vendredi 24 - 10h48
de : joclaude
Séparatisme désormais !
jeudi 23 - 23h17
de : Christian Delarue
4 commentaires
LE MONDE CHANGE, l’impérialisme ne va pas tarder à s’en apercevoir !
jeudi 23 - 18h00
de : joclaude
Je n’ai qu’un cri : scandaleux !
jeudi 23 - 11h34
de : joclaude
LE SEGUR DE LA HONTE !
jeudi 23 - 11h08
de : joclaude
Tensions au Caucase : une diversion opportune pour Nikol Pashinyan ?
mercredi 22 - 20h58
2 commentaires
HONG-KONG : Pour savoir de quoi on parle !
mercredi 22 - 15h02
de : joclaude
3 commentaires
LIBÉRONS GEORGES IBRAHIM ABDALLAH
mercredi 22 - 09h46
de : jodez
MACRON PUTAIN, ENCORE 600 JOURS
mardi 21 - 21h05
de : joclaude
L’ODEUR DU CACA BRUN
lundi 20 - 18h47
de : Nemo3637
1 commentaire
20/07/2001 - 20/07/2020 : Carlo Giuliani
lundi 20 - 13h55
de : Roberto Ferrario
MA COMBINE CONTRE LE VIRUS : SANS CHEMISE SANS PANTALON !
lundi 20 - 10h54
de : Nemo3637
Petite revue des armes de la police
lundi 20 - 10h47
de : jean1
Contre la répression antisyndicale : rassemblement de soutien à Anthony
dimanche 19 - 18h38
de : CNT Relations-médias
LA DESINDUSTRIALISATION TUE
dimanche 19 - 07h52
de : jodez
Marche et Festival ADAMA RENDEZ-VOUS le samedi 18 juillet !
samedi 18 - 13h26
de : La vérité pour Adama
2 commentaires
Com. Commun Bayonne : MRAP - SOS Racisme La haine raciste ne peut être la réponse à la barbarie d’un crime abominable
vendredi 17 - 20h57
de : Ch Delarue (antiR)
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite