Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’immeuble qui vient de brûler à Paris rue Vincent Auriol a une histoire très particulière...
de : paris
dimanche 4 septembre 2005 - 16h19 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Les gens sont relogés dans des taudis

A propos de l’incendie bld Vincent Auriol à Paris

L’immeuble qui vient de brûler à Paris rue Vincent Auriol a une histoire très particulière, vu qu’il fut une " victoire du D.A.L." suite au campement du quai de la gare.

L’objet de l’article qui suit n’est pas de relancer une polémique, mais l’amnésie hypocrite des (NDLR Bellaciao quelque) organisations de gauche et d’extrême gauche qui “ communiquent ” est scandaleuse, indécente, et mérite un rappel des faits .

Un peu d’histoire .... Le phénomène des taudis et marchants de sommeil est aussi vieux que l’industrialisation de la région Parisienne, chaque immigration l’a subie, y compris à une époque les bourguignon, les bretons, etc. considérés comme des étrangers à Paris, avec à la clef des drames comme rue Vincent Auriol. A partir des année 1980, on voit des familles maliennes, sénégalaises squatter des immeubles laissés vides dans des quartiers en voie de rénovation. La presse en parle comme des dealers de drogues dures pour justifier l’expulsion de familles ( îlots Chalon, rue des flandres) .

En 87, suite à une série d’incendies meurtriers, un petit groupe militant crée le Comité des Mal-logés qui organise l’occupation de logement H.L.M., intervient quotidiennement contre les marchands de sommeil, dénonce la politique du logement comme un aspect de l’exploitation subie par les ouvriers . En quelques années le C.M.L. devient une structure de nombreux mal-logés/militants. Au printemps 1990 le gouvernement (de gauche), décide de lui régler son compte en expulsant deux immeubles squattés qui abritaient les locaux du C.M.L. Ce fut une des rares expulsions loupée de l’histoire des squats a Paris. Malgré un déploiement de forces spectaculaires (2000 c.r.s.) les militants du C.M.L. occupent la rue et au bout de quelques jours l’ensemble des organisations classées à gauche, à l’extrême gauche, au centre et des organisations caritatives les rejoignent. Bref toutes les organisations opposée a Chirac (maire de Paris à l’époque) se précipitent place de la réunion pour soutenir le C.M.L. La place de la réunion sera occupée six mois et tous les expulsés relogés en logement H.L.M. conformément aux revendications du C.M.L.

Le C.M.L. et les organisations qui viennent le soutenir n’ont pas les mêmes orientations. Par accord tacite la rupture n’éclatera qu’après le dernier relogement avec la création du D.A.L. Pour faire rapide on peut comparer les divergences entre ceux qui défendent un “ syndicalisme de lutte de classe ” et ceux qui défendent un syndicalisme “ de participation ”.

Les organisations se veulent “ pragmatiques ”, critiquent la politique de Chirac et limitent la question du logement à Paris intra muros. Elles proposent des solutions qui se voudraient à la fois plus convenables pour les mal-logés et acceptables pour le gouvernement. En fait elles ne font que répondre aux attentes de l’Etat, qui se désengage du logement social. Aux revendications portées par des ouvriers demandant leurs droits en matière de logement, elles substituent le besoin d’un toit pour des pauvres familles... et entérinent de ce fait la fin du logement social. Le C.M.L. refuse les relogements “ provisoires ”, les baux glissants, les relogements en cabanes Algeco parce qu’il y voit la reconduction des taudis. En effet ses adhérents ne sont pas “ à la rue ” mais vivent dans des taudis, et c’est pour sortir de cette situation de précarité qu’ils luttent . Le C.M.L ne fait pas de différence entre Paris, sa banlieue, voire la France entière quelque soit la couleur politique des communes ou il intervient et fonctionne sans hiérarchie dirigeante.

Le D.A.L. est crée en concurrence du CML et presque toutes les organisations le soutiennent,. mais le C.M.L. peut encore compter sur bon nombre de mal logés, de jeunes squatter, et il a pris l’habitude de s’implanter sur les lieux de travail (grève à la COMATEC, débrayages au nettoyage de la ville de Paris.)

Le D.A.L. poussé par la nécessité d’apparaître comme le représentant unique des mal-logés se lance dans des interventions, et ses premières mobilisations sont des échecs par ce qu’il manque de crédit auprès des mal-logés. Alors il organise dans l’urgence un campement sur les bords de la seine, au quai de la gare. Cette lutte jouie comme toutes les actions du D.A.L. d’une large couverture médiatique en sa faveur, alors que sur le campement c’est la catastrophe, les mal logés sont isolés et ne peuvent bénéficier de la solidarité du voisinage. Les problèmes s’amoncellent, les mal-logés qui campent sont privés de toute autonomie (en exemple le président du D.A.L. jb Hérault est convaincu d’avoir détourné la caisse du D.A.L. au profit d’une association qu’il contrôle sans contestation pour empêcher les gens de gérer leur lutte). Le gouvernement sera obligé de prendre directement les choses en mains, de déplacer l’abbé Pierre pour "convaincre" les mal-logés d’accepter des relogements provisoires en cabanes algéco, ou dans cet immeuble délabré et réquisitionné par l’Etat rue Vincent Auriol (avec la menace à la clé de démonter les tentes financées par Emaus et les organisations pour mettre fin au campement.)

Cette "victoire du Dal" qualifiée comme telle par le Dal et les organisations qui le composent ou le soutiennent est une défaite pour tous les mal-logés.

Les gens sont relogés dans des taudis ; avec des baux précaires qui les privent de droits. Quant au relogement définitif, ce ne sont que des promesses peu crédibles, car la politique du logement n’a pas changé et les associations liées à Emmaus qui gèrent les baux glissants ne relogent la plupart du temps que des célibataires et des couples sans enfants. De plus pour briser la résistance des mal-logés, le D.A.L. favorise les corrompus, exacerbe les rivalités, ce qui fait de l’immeuble rue Vincent Auriol est un lieu ingérable, et on aura recours a des vigiles privés pour maintenir l’ordre dans les camps d’algéco .

Tout cela est présenté dans les médiats, dans le discours des organisations comme une “ victoire du D.A.L. ” qui désormais aura “ relogé plus de familles que le C.M.L. ”. Ils se félicitent d’avoir créé un précédent en obligeant l’Etat à réquisitionner des logement vides.( en fait des super taudis), et présente aussi comme "victoire" la mise en place par l’Etat d’un partenariat avec les associations caritatives pour la gestion des baux glissants (et aussi pour la gestion des mises sous tutelle, mais cela ils en parle beaucoup moins).

Si le drame qui vient de se produire rue Vincent Auriol est avant tout la conséquence d’une politique libérale, sur ce cas, la responsabilité d’Emmaus, du D.A.L., des organisations de gauches et organisations syndicales est précisément engagée. Précisons que depuis des dizaines d’années les pouvoirs publics proposent des relogements provisoires aux familles mal-logées, comme dans cet hôtel de l’Opéra qui a brûlé en avril. Les mal-logés relogés rue Vincent Auriol n’étaient pas à la rue. Ils ont rejoint le D.A.L. comme d’autres ont rejoint le C.M.L. pour revendiquer d’autres logements que leurs taudis. Le D.A.L. n’aura servi qu’a user les volontés de lutte, pour faire accepter au mal-logés ce qu’ils refusaient au départ . Ce drame démontre que le D.A.L n’a rien résolu pour ces familles contrairement à ce qu’il clamait haut et fort a l’époque du quai de la gare . Non seulement elles auront vécu dix ans de plus dans un taudis et il faut une fois de plus que certains en meurent pour qu’on en prenne conscience.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> L’immeuble qui vient de brûler à Paris rue Vincent Auriol a une histoire très particulière...
18 septembre 2005 - 19h34

le juste combat pour retrouver des logements aux sans-logés mérite mieux qu’un procès sur qui a fait quoi dans le passé, non ?.la division est le pire des arguments que la droite utilisera pour justifier leur inactivité.






SORCIÈRES - La Puissance invaincue des femmes
vendredi 21 - 21h25
de : Ernest London
EPR : l’esprit munichois des dirigeants de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN)
vendredi 21 - 18h32
de : Patrick Samba
5em fete de l’autogestion a quimper
vendredi 21 - 14h52
de : vilkelu
Nos vieux valent mieux que leurs profits
vendredi 21 - 13h19
de : MARTINE LOZANO
Parcoursup : un bilan jugé désastreux par les syndicats
vendredi 21 - 10h29
DES DRONES ET DES CERFS-VOLANTS !
jeudi 20 - 09h41
de : C’est l’heure de l’mettre
Rassemblement de soutien : Assignation au tribunal de Nanterre « La Poste veut empêcher Gaël de militer ! » (video)
mercredi 19 - 22h38
DRAME À LA BIBLIOTHÈQUE COURONNES (Paris XXe) : LA CGT DEMANDE LA TENUE D’URGENCE D’UN CHSCT EXCEPTIONNEL
mercredi 19 - 21h58
de : Ménil Info
Assez de parlotes à Matignon, tous ensemble et en même temps dans l’action !
mercredi 19 - 18h08
de : jodez
2 commentaires
CONDITIONNEMENT TOXIQUE
mercredi 19 - 15h27
de : Lukas Stella
Affaire Benalla en continu !
mercredi 19 - 10h46
de : JO
Hommage de l’UJFP à Gisèle Felhendler
mercredi 19 - 07h18
de : UJFP
Rejoignez le Collectif des pisseurs involontaires de glyphosate
mercredi 19 - 06h46
de : Pissou
1 commentaire
Les petits pas.
mardi 18 - 21h07
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Viols : « Que cette guerre cesse »
mardi 18 - 16h57
3 commentaires
LE MYTHE DE LA THÉORIE DU RUISSELLEMENT
mardi 18 - 08h31
de : Ernest London
2 commentaires
Jann Halexander ’Ceci n’est pas l’Afrique’ 12 octobre, Atelier du Verbe, Paris
mardi 18 - 01h34
de : Bruno
Grande fête du livre Paris samedi 22 septembre 2018
lundi 17 - 23h11
de : frank
ELYSEE , journée du patrimoine : un conseil à un chômeur !
dimanche 16 - 16h54
de : JO
1 commentaire
CLINIQUE DE LA PINEDE (PO)
dimanche 16 - 15h18
La terre dévorée par l’économie ...
dimanche 16 - 12h31
La fête de l’Humanité.
dimanche 16 - 09h22
de : Régis de Nimes.
1 commentaire
Rémo Gary et Debronckart
dimanche 16 - 09h19
de : Norbert Gabriel
Benalla devant le Sénat ?
samedi 15 - 14h48
de : JO
ELYSEE : Un autre raté !
samedi 15 - 14h30
de : joclaude
2 commentaires
Plan pauvreté : Emmanuel Macron en pompier pyromane
samedi 15 - 11h10
2 commentaires
La nouvelle ministre des Sports occupe un logement social !
vendredi 14 - 09h00
de : JO
1 commentaire
ÉCOLOGIE OU CATASTROPHE - LA VIE DE MURRAY BOOKCHIN
vendredi 14 - 07h33
de : Ernest London
Appel des travailleurs iraniens de la métallurgie aux syndicalistes et aux pacifistes du monde entier
jeudi 13 - 21h38
de : Lepotier
Hivers nucléaire.
jeudi 13 - 19h26
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
BRESIL : La démocratie bafouée : LULA interdit de Candidat à la Présidence !
jeudi 13 - 17h58
de : JO
1 commentaire
PETIT PRÉCIS RADIOPHONIQUE de la lutte de classe à la mode franco-belge
jeudi 13 - 13h00
de : C’est l’heure de l’mettre
L’alliance Chine/Russie l’emportera t-elle en la guerre économique que perdit l’URSS ?
jeudi 13 - 10h12
de : JO
1 commentaire
SAMEDI 22 : Repas de soutien aux postier-es du 92 en grève depuis le 26 mars
jeudi 13 - 08h46
Démission de Laura Flessel ! On savait dans les hautes sphères du pouvoir !
mercredi 12 - 19h34
de : JO
1 commentaire
Enregistrement de salariés à leur insu par des visiteurs mystère
mercredi 12 - 18h20
de : Visiteur Mystere de chez Field & Solutions
Licenciements : avec la rupture conventionnelle collective, le nombre de PSE baisse
mercredi 12 - 16h03
Venezuela : Ces millions d’étrangers qui sont bien au Venezuela !
mardi 11 - 19h21
de : JO
1 commentaire
Communiqué CGT : Luttons contre les violences d’extrême droite
mardi 11 - 11h59
de : jean 1
Relaxe des inculpés du 9 avril de la fac de Nanterre !
mardi 11 - 10h03

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ne fais jamais rien contre ta conscience, même si l'Etat te le demande. Albert Einstein
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite