Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Qu’est-ce que l’on a à perdre... Franchement, lorsque l’on n’a plus rien à perdre ?...
de : Franca Maï
lundi 31 octobre 2005 - 03h40 - Signaler aux modérateurs
13 commentaires
JPEG - 12.5 ko

de Franca Maï

Lorsque la vie est une sempiternelle course à la survie se résumant à ne transpirer que pour tenter de s’alimenter décemment, entre deux jobs fragiles dont on se gausse, car très éloignés de nos aspirations profondes.

Des lieux de travail et d’ennui, où tu sais au fond de toi-même que tout un chacun y est interchangeable, exposé brutalement à la comparaison du « moins cher ailleurs ou du plus rentable autre part ».

L’exploitation galopante -en toute quiétude- d’autres contrées, d’autres humains, qui pourraient être tes frères ou tes potentiels amis à force de te ressembler.

Et cette bonne conscience poisseuse de ceux qui tiennent les rênes de ce destin orchestré à usage mercantile, volant jusqu’à ton bol de riz mille fois mérité, avec ce petit air plein de morgue des « bien-nés », si seyant aux faciès repus et liftés.

Ils connaissent parfaitement la route que tu ne manqueras pas d’emprunter grâce à leurs pièges savamment ancrés. Etranglé et pris à la gorge tel un rat auquel tu as écumé les traits et la gestuelle à force de frôler les murs. Et ils osent t’insulter en te traitant de fumiste, de parasite, de cancrelat et ils s’amusent avec ta vie comme on joue à la roulette russe.

Pour se détendre un peu.

Et il faudrait faire semblant d’être debout et se contenter de jouer bien poliment la partition du système gangrené baignant dans des siècles d’expérience et d’impudence.

Qu’est-ce que l’on a à perdre... franchement, lorsque l’on n’a plus rien à perdre ?...

La vie ?

Mais peut-on appeler cela une vie ?

Alors la rage gagne quotidiennement du terrain, puis la tristesse squatte tes veines. Au fil d’un rasoir et d’un soleil ensanglanté.

Mais...

Des feux commencent à brûler aux abords des villes.

Demain, les flammes indomptées atteindront le cœur même des ogresses « bobotisées ». Déjà, des pillages s’organisent spontanément Pour taire la faim.

Les rues se frottent à la colère et aux rugissements.

Les temps s’enchaînent à la folie.

La pisseuse à l’âme giboyeuse.

Qu’est-ce que l’on a à perdre... franchement, sinon de tenter à l’édifice d’une autre vie.

Parce qu’après tout, un destin supposé ça se change. Personne ne naît avec une malédiction épinglée à sa chair. Le destin peut ressembler à ce que tu as dans la tête, certainement pas à ce qu’ils ont dans la leur.

La révolution est déjà là. Elle s’appelle Désespoir. Et tu sais désormais que seule, l’imagination est notre Arme. Car vu le Monde qu’ils nous ont pondu et sa laideur associée leurs carences sont prévisibles.

Alors maintenant tu sais intuitivement ce qu’il te reste à faire pour ne plus hoqueter dans la boue enuclée par leurs mirages.

Qui que tu sois

Où que tu sois

Bats-toi

L’improbable est notre allié. Nous sommes nombreux. Nous sommes l’éclaircie de demain.

http://www.e-torpedo.net/article.ph...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Qu’est-ce que l’on a à perdre... Franchement, lorsque l’on n’a plus rien à perdre ?...
31 octobre 2005 - 07h35

Chèr(e) Franca Maï,

J’aime votre article.

Napoléon disait : " Ce sont les estomacs creux qui firent notre grandeur"

Je ne souhaite pas la révolution... Car si on croit se battre pour sa liberté, on ne se bat que pour le capitalisme.

Par contre, je crois , espère et sais que nous allons avoir un soulèvement national dans la solidarité.

TROP, c’est TROP...

Amicalement

Michèle DRAYE



> Qu’est-ce que l’on a à perdre... Franchement, lorsque l’on n’a plus rien à perdre ?...
31 octobre 2005 - 09h24

Résister est un devoir pour un homme libre.

"Je suis de trop haute naissance pour qu’on me possède,
Pour n’être qu’un subalterne sous l’autorité d’autrui,
Ou bien un domestique diligent et l’instrument
D’aucun Etat souverain dans ce monde."

Shakespeare, Le Roi Jean (V,1)



La secousse est inéluctable
31 octobre 2005 - 10h20

Oui, la secousse est inéluctable. Ne vous sentez surtout pas seul(e)s. Des millions de Français n’ont plus rien à perdre.

Nous, les obscurs plumitifs de l’ombre, réfugiés depuis des années dans la clandestinité, avons mis nos cerveaux au service d’un seul combat : éliminer l’ignominie incarnée par l’infâme UMP et ses collabos de droite et de gauche.

Grâce à l’info libre sur Internet (Bellaciao en est le meilleur exemple), la vermine d’ultra et d’extrême-droite n’est pas parvenue à nous faire taire.

Chaleureusement aux côtés de tous ceux qui souffrent de vivre dans cette période pourrie !

Verdi



> La secousse est inéluctable
31 octobre 2005 - 15h33 - Posté par

Une fois de plus , un beau texte pour dire des émotions souvent tues ou confuses ... Merci ! Axel


> La secousse est inéluctable
1er novembre 2005 - 12h02 - Posté par

Belle envolée lyrique, mais qui est censée déboucher sur quoi exactement ?
Des millions de Français n’ont plus rien à perdre.Affirmation gratuite et toute subjective. Des millions d’autres ont beaucoup à perdre et de toute façon ce sont toujours les plus fragiles qui paieront la part essentielle de la note( voir par exemple l’Argentine). Lutter,oui ! Debout,oui ! Mais avec qui, comment et pour quoi faire, voilà la vraie question qui n’est toujours pas résolue.


> La secousse est inéluctable
1er novembre 2005 - 13h03 - Posté par

Savoir et répéter que nous ne sommes pas seuls malgré leurs dires.

Que nous sommes des millions à vivre ou à ressentir la précarité étouffante.

Que nous sommes nombreux à tenter d’enrayer la machine, avec nos faibles moyens parés d’une imagination et d’une énergie débordantes.

Que nous sommes nombreux à lutter et à résister pour une société différente.

Que nous ne sommes pas des marginaux utopistes ou des fumistes planqués.

Et des "pas seuls" multipliés, à la fin ça pèse son poids.

Et ça change le cours de l’histoire.

Mata a ri


> La secousse est inéluctable
1er novembre 2005 - 13h48 - Posté par

oui, on peut toujours rêver et ça fait bien avancer le schmilblick. Continuons ainsi et dans pas longtemps, on déchantera.


> La secousse est inéluctable
1er novembre 2005 - 15h00 - Posté par

On a rêvé du Non et on l’a eu ...

Il y a toujours des spécialistes du défaitisme pour plomber les ambiances mais la révolte est bien là.

Nous sommes nombreux et nous y croyons.

Mata a ri


Mata a ri a raison
1er novembre 2005 - 20h19 - Posté par

Mata a ri, les empêcheurs de tourner en rond et autres sous-marins de causes obscures n’ont jamais pu s’opposer à la Force du Destin...

Bien évidemment que nous sommes des millions à lutter. Ce combat est souvent souterrain, et çà dérange beaucoup de gens qui aimeraient mettre des visages sur cette résistance pour mieux la mater, voire la récupérer. Qui serait assez fou pour se lancer, aujourd’hui, dans un combat frontal ? Quand les conditions seront réunies, les criminels, qui s’acharnent depuis mai 2002 contre les plus fragiles et gouvernent contre le peuple, devront rendre des comptes. La peur changera alors de camp.

Comme toute action, la nôtre aura une traduction le moment venu. Oui, le 29 mai a été un signe avant-coureur de la secousse qui s’annonce grâce au travail de fourmi de nombre d’entre nous pour contrecarrer la propagande pétainiste et combattre l’ordre ignoble établi par la vermine UMP.

Verdi


Revolution
2 novembre 2005 - 14h19 - Posté par

HASTA LA VICTORIA SIEMPRE !


> La secousse est inéluctable
5 novembre 2005 - 12h30 - Posté par

...Les petits ruisseaux finissent par faire de grandes rivières...

Il faut croire en la puissance de l’esprit

car, si on peut tuer un homme,

on ne tue jamais une idée... Elle suit son chemin

La mienne, la nôtre, s’appelle , depuis des générations :

LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE,

NOUS, les SANS : DROIT, EMPLOI, TOIT, PAPIERS, devenons si nombreux que nous formons

une véritable armée.

Et, en France, c’est toujours le peuple qui a le dernier mot

Amicalement

Michèle


> La secousse est inéluctable
4 mars 2006 - 19h53 - Posté par

Vive la révolte belle et rebelle rebelle est belle Rachel LCR


> La secousse est inéluctable
28 août 2006 - 14h03 - Posté par

Les mots relus depuis sont toujours ausi forts , merci Franca !!! Les guerres continuent et nos colères et nos révoltes et nos espoirs et nos écrits aussi !!! Axel de la LCR ( Toulon en été )





Goûter-soirée de soutien à la grève des postier-e-s du 92
jeudi 18 - 22h22
Perquisitions à la FI : une agression politique sous couvert de « justice »
jeudi 18 - 21h49
de : JO
Le soutien du néo-nazi David Duke, ex-chef du KU Klux Klan, à Bolsonaro
mercredi 17 - 16h53
de : Smaïl Hadj Ali
1 commentaire
FO : démission imminente pour Pascal Pavageau ?
mardi 16 - 18h53
Climat et effondrement : « Seule une insurrection des sociétés civiles peut nous permettre d’éviter le pire »
mardi 16 - 09h57
de : jean 1
3 commentaires
L’ANARCHIE EXPLIQUÉE À MON PÈRE
mardi 16 - 09h10
de : Ernest London
Brésil. Le suprémaciste Steve Bannon. L’ami public commun de Jaïr Bolsonaro et Marine Le Pen.
lundi 15 - 20h32
de : Smaïl Hadj Ali
CAPITALISME ET DESTRUCTION
lundi 15 - 20h21
de : Nemo3637
« Plus qu’une marche pour le climat », mais est-ce suffisant ?
lundi 15 - 14h41
Emission : 1938 – Accords de Munich – France et Angleterre pactisent avec les nazis
lundi 15 - 12h37
de : Emission Polémix et La Voix Off
Txetx Etcheverry : « Contre le changement climatique, nous devons agir comme si nous étions en guerre »
dimanche 14 - 09h24
2 commentaires
Main basse sur l’énergie
samedi 13 - 23h04
de : Eliot Nénesse
Comité de soutien à la grève des postie-r-es du 92
samedi 13 - 17h28
202 jours : Soutenons les Postiers du 92 !
samedi 13 - 11h46
LÉO FERRE - LES ANARCHISTES
vendredi 12 - 21h03
de : jean 1
Brésil : les bolsonazis sèment la mort et le terreur
vendredi 12 - 16h19
de : Smaïl Hadj Ali
1 commentaire
Carrefour-Casino : l’emploi sacrifié sur l’autel des « synergies »
vendredi 12 - 14h49
de : David André
LE CAPITALISME A-T-IL UN AVENIR ?
vendredi 12 - 12h48
de : Ernest London
Réforme des retraites : comprendre l’arnaque en 8 minutes
jeudi 11 - 14h56
1 commentaire
LE FLINGUEUR DE CES DAMES - C’est l’heure de l’mettre
jeudi 11 - 10h20
de : Hdm
les postier-e-s des 10ème et 19ème arrondissement en grève majoritaire depuis mardi !
mercredi 10 - 23h20
Le Brésil sur la voie du fascisme ?
mercredi 10 - 12h22
de : Smaïl Hadj Ali
2 commentaires
Olivier ROSAY, militant SUD PTT : nouvelle mise à pied prononcée !
mercredi 10 - 09h46
de : olivier
Bure la porte ferme mal
mardi 9 - 22h28
de : hibou
Le nombre de manifestants ville par ville
mardi 9 - 19h17
Emission : L’Amour et la Révolution
lundi 8 - 12h33
de : Emission Polémix et La Voix Off
Rapports de force se la raconte
lundi 8 - 08h08
SAUVEZ UN LIEU ASSOCIATIF PARISIEN A RAYONNEMENT NATIONAL
dimanche 7 - 22h41
de : frank
Analyse politique : Une ferme, un monde, une guerre, la nécessité d’un réseau de résistance internationale (EZLN)
dimanche 7 - 22h11
de : ZAPATISTE
5 X 73 = 365 / Relancer la lutte des classes dans toute l’Europe !
samedi 6 - 00h49
de : Marc ARAKIOUZO
Faut-il pendre les entrepreneurs ?.
vendredi 5 - 20h50
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
« MIGRATIONS » : POUR UNE POSITION INTERNATIONALISTE RESPONSABLE
vendredi 5 - 15h58
de : Jo-dez
Reprendre c’est Reprendre !
vendredi 5 - 15h21
de : C’est l’heure de l’mettre
2 octobre 1968 : LA NUIT DE TLATELOLCO - massacre d’État au Mexique
jeudi 4 - 11h06
de : Ernest London
Il faut sauver le pavillon Aquarius
jeudi 4 - 10h12
1 commentaire
Discussions sur L’Afrique l’Algérie La Syrie
jeudi 4 - 00h00
de : SAÏD Bouamama
être né sous le signe de l’hexagone.
mercredi 3 - 22h11
de : L’iena rabbioso
Dégradation, Présidence et Doigt d’Honneur.
mercredi 3 - 19h40
de : Claude Janvier
RADICALISATION EXPRESS - Du gaullisme au Black Bloc
mardi 2 - 19h06
de : Ernest London
Licenciements : quatre délégués syndicaux en grève de la faim contre le plan social de Happychic
mardi 2 - 17h27

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L'utopie cest la réalité de demain. Victor Hugo
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite