Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Services publics, individualité et évaluation. Un point de vue hétérodoxe
de : Philippe Corcuff
samedi 26 novembre 2005 - 12h45 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires
JPEG - 20.3 ko

de Philippe Corcuff Militant de SUD Éducation

Le sociologue Émile Durkheim (1858-1917) suggérait que les institutions étatiques n’étaient pas uniquement oppressives (dimension réelle, bien perçue par les auteurs libertaires), mais aussi protectrices, que l’autonomie individuelle avait été garantie par une série de droits et de règles inscrits dans ces institutions. C’est un aspect qui est davantage visible aujourd’hui avec les effets des contre-réformes néolibérales (dérégulation, flexibilité, etc.).

Dans le sillage durkheimien, Robert Castel s’est intéressé à établir un pont entre critique sociale et critique individualiste du capitalisme. Dans Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi , Castel a orienté notre regard sur "les supports sociaux" (garanties étatiques, règles juridiques, statut salarial, protection sociale, etc.) de l’individualité moderne.

Pour exister de manière autonome, l’individu moderne aurait eu besoin, historiquement, de l’étayage par de tels « supports » collectifs et publics. Or, les contre-réformes néolibérales qui participent, depuis le début des années 1980, à l’émergence du néocapitalisme globalisé érodent les supports sociaux de l’autonomie individuelle, en déstabilisant l’État social. Et cette dérégulation rend de plus en plus difficile pour de plus en plus d’individus d’agir comme des individus autonomes. En s’attaquant aux garanties sociales de l’individualisation (qui avaient stabilisé pour nombre d’individus des sociétés occidentales une certaine prévisibilité de leur vie, par-delà les aléas de la maladie, du chômage et de la vieillesse), le néolibéralisme fragilise l’individualisme pour les plus démunis et plus largement pour des pans importants du salariat, en instabilisant de manière générale la condition salariale. Castel esquisse ainsi une articulation entre critique individualiste et critique sociale du néolibéralisme.

Au niveau des projets politiques, cela nous invite à mettre en avant la rénovation de l’État social au cœur des alternatives au néolibéralisme, afin d’inverser le cours d’une insécurité sociale génératrice d’insécurité individuelle. Il faudrait alors distinguer deux grandes catégories de « réformisme » à gauche : 1e) un réformisme qui, tout en étant conscient des injustices du monde capitaliste, se résigne à penser les réformes dans le cadre d’un compromis au sein de cet ordre socio-économique, en attendant des jours meilleurs (tendance observable chez Castel) ; et 2e) un réformisme radical (dessiné notamment par Jaurès), qui situe la dynamique des réformes, à mettre en œuvre dans l’ici et maintenant capitaliste sans attendre un mythique « Grand Soir », vis-à-vis d’un horizon de sortie du capitalisme. Ce deuxième réformisme, au sein duquel je m’insère, s’efforce de casser la rigidité de l’opposition traditionnelle réformes/révolution, en empruntant à l’inspiration révolutionnaire son imagination utopique, comme aiguillon de l’action réformatrice.

Si on aborde la question castelienne des combats autour de l’État social aujourd’hui sous l’angle d’un tel réformisme radical, nous avons certes à lutter pour doter la mobilité subie de protections, dans une logique de résistance au néolibéralisme. Mais, dès maintenant, ne serait-ce que comme horizon d’une société radicalement différente, ne peut-on envisager de conférer des protections à des mobilités et des polyvalences professionnelles choisies ? Ne sommes-nous pas, potentiellement, des êtres polyphoniques susceptibles de développer des activités et des inactivités variées au cours de notre vie (de nos vies ?), sans être définitivement fixés sur une seule spécialité ? Cette envie de multiple en nous n’a-t-elle pas besoin de pauses pour souffler, rêver, réorienter son chemin, emmagasiner de nouvelles sources d’inspiration, réfléchir, etc., en généralisant les « années sabbatiques » déjà accessibles aux universitaires notamment ? La flexibilité néolibérale et l’individualisme marchand constituent de pauvres réponses à de tels désirs. Ces réponses enferment notre être et ses possibilités dans la rentable et le solvable. On peut, à l’inverse, développer un usage non-capitaliste de la mobilité, en l’appuyant sur un État social et des services publics puissants. On retrouverait alors l’inspiration individualiste de Marx supposant des cadres collectifs comme moyens de l’individualisme : « Dans la société communiste (...) personne n’est enfermé dans un cercle exclusif d’activités et chacun peut se former dans n’importe quelle branche de son choix ; c’est la société qui règle la production générale et qui me permet ainsi de faire aujourd’hui telle chose, demain telle autre, de chasser la matin, de pêcher l’après-midi, de m’occuper d’élevage le soir et de m’adonner à la critique après le repas, selon que j’en ai envie, sans jamais devenir chasseur, pêcheur, berger ou critique » .

Des services publics assurant une redistribution sociale tout en étayant l’individualité ne peuvent demeurer tels qu’ils sont. La nécessaire défense des services publics contre la dérégulation néolibérale comme le juste combat pour leur développement, et donc pour l’accroissement de leurs moyens, ne peuvent suffire. L’horizon radical est celui d’une transformation des services publics. Inventer une alternative au néolibéralisme n’a rien d’un conservatisme du type « laissons les choses en l’état ». Prenons l’exemple de l’évaluation des fonctionnaires et des agents des services publics. Des contre-réformes en cours (dites de « notation au mérite »), guidées par un libéralisme d’imitation, s’efforcent de caler l’évaluation des activités publiques sur le management des entreprises privées. Il apparaît légitime de refuser cette standardisation du public sur les critères du privé. Mais cela ne veut pas dire refuser toute évaluation. Cela pousse plutôt la gauche radicale à dessiner une autre évaluation, sur d’autres critères propres à la production de biens publics. Des critères non pas définis par les managers du privé, ni par un arbitraire hiérarchique au sein des bureaucraties publiques, mais par les agents des services publics eux-mêmes, en discussion avec les usagers. Si l’on veut que la logique des biens publics prédomine un jour dans nos sociétés, il faudra bien que ces biens soient produits et même mieux que dans une logique capitaliste (selon d’autres critères, non marchands et non soumis à un arbitraire hiérarchique-bureaucratique). La production de ces biens publics devra donc être évaluée.

Cette évaluation serait celle d’individus souvent insérés dans des relations de coopération, et aurait donc une composante collective. On évaluerait ainsi d’abord des collectifs dans la production des biens publics. Toutefois, dans le même temps, chaque agent ne s’engage pas avec la même intensité et les mêmes qualités dans la production de ces biens publics. Cela veut dire que, dans le cadre d’un statut commun protecteur et dans la limite d’un écart raisonnable, l’évaluation serait aussi conduite à introduire des différenciations personnelles (dans les possibilités de promotion, d’accès à des formations, à des « congés sabbatiques », à des réductions du temps de travail ou à des gratifications financières). De telles réformes, à l’inverse des contre-réformes libérales, nous engageraient dans une civilisation des services publics et de l’individualité, sociale-démocrate et libertaire, à la recherche d’un monde non-capitaliste.

Paru dans Itinéraires SUD (le journal de SUD Éducation Rhône) N°44, novembre-décembre 2005

[Extraits tirés de Philippe Corcuff, Politiques de l’individualisme - Entre sociologie et philosophie, écrit en collaboration avec Jacques Ion et François de Singly, Éditions Textuel, collection « La Discorde », septembre 2005, pp.146-151.]



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Services publics, individualité et évaluation. Un point de vue hétérodoxe
26 novembre 2005 - 15h17

Philippe CORCUFF n’en rate pas une : inventer le salaire au mérite démocratique pour le fonctionnaire nouveau d’une prétendue "civilisation des services publics et de l’individualité, sociale-démocrate et libertaire, à la recherche d’un monde non-capitaliste", fallait le faire, CORCUFF l’a fait : ça plaira sûrement à quelques électeurs de la LCR et du PCF, dans le genre "fonctionnaire-citoyen" cher à Anicet LE PORS, Ministre mitterrandien et communiste de la Fonction publique.

P.



> un capitalisme libertaire ou "les idiots nuisibles" ?
4 décembre 2005 - 15h10 - Posté par

Assez juste !
Ceci est à mettre en // avec le propos de Michel Onfray autre caricature "libertaire" qui singe ou concurrence "l’univesité inter-age". Ne parlons pas des du mode de transmission du savoir de type bourgeois....le cours magistral svp ! Michel Onfray se déclare favorable à ce qui pourrait être "un capitalisme libertaire", à une "gestion libertaire du capitalisme" opposée à une gestion libérale du capitalisme.. ????!!!!! Nous avons bien faire à de "idiots" nuisibles au developpement d’un pensée reéllement anti-capitaliste. Mais que se passe t-il dans ses "universités populaires’ ?
N’y trouve t_on que des anciens de la CFDT ? ou de "retraités humanistes" en pleine crise de culpabilité concernant la gestion de leur patrimoine dans des fonds de pensions ?


> Services publics, individualité et évaluation. Un point de vue hétérodoxe
26 novembre 2005 - 15h30

Il est bon de dire que les logiques du privé s’installent peu à peu dans la maison étatique, que la privatisation n’est pas uniquement la revente au privé. ça casse un peu les schémas classiques qui valorisent en eux-mêmes les services publics...
Mais nulle part je ne vois une critique de la dépossession, de la perte d’autonomie lié à la récupération par l’Etat de nombreuses fonctions qui pourraient être assurés par les communautés elles-mêmes sans cette médiation. En effet, l’Etat reste toujours dans une logique d’autoconservation, qu’il soit bras gauche ou bras droit, il y subsiste et y subsistera (car cela est consubstantiel à l’Etat) bureaucratie et hiérarchie... Les libertaires l’avaient bien compris ; nombreux sont ceux qui n’ont pas été dupe de l’arrivée de l’Etat providence et de la gestion de l’ordre social partagé entre Etat et syndicats...
Le système d’individualisation a pu s’installer car les syndicats ont laissé au patronat les mains libres quant à l’organisation du travail et la vocation de celui-ci : service public de gestion de la société et des méfaits qui la touche...Les services publics ont accompagné les dégradations qui ont mis la société en crise permanente au nom de l’emploi, des politiques publics voulues par des représentants qui ne représentent que la bureaucratie...L’Etat social a permis de perpétuer le mensonge du bonheur sous le joug capitaliste : de l’abondance et des supports sociaux, du progrès technique et des protection accrue...
Aujourd’hui que le capitalisme n’a plus besoin de ces protections pour survivre, qu’il a assez individualisé, atomisé, médié les opinions par sa doxa, les services publics peuvent peu à peu être détruits. Ils ont bien servi, merci. Ils ont permis d’accompagner la progressive destruction des formes de vies autonomes (et les espoirs ouvriers d’une alternative à l’Etat), ils ont aidé à guérir les malades de la civilisation industriels, à éduquer les futurs cadres qui oeuvreront à la modernisation obligatoire, à maintenir le mythe et l’exigence de l’intégration à une société à l’image positive, républicaine, bla, bla, bla...
Voilà l’aveuglement des tenants de l’Etat social. L’analyse et les propositions de Corcuff confirment ce diagnostic : aujourd’hui, avec le renouvellement des générations (et la formation d’individualistes qui méprisent la solidarité ouvrière), une évaluation faite par les salariés eux-mêmes reviendrait au même qu’une évaluation faite par l’Etat, j’en ai bien peur. Une telle sociale-démocratie servirait toujours d’accompagnement car elle ne vise pas à l’abolition de l’Etat et du capitalisme mais une gestion "plus humaine" de ses destructions.
Quant à la formation, elle reste aujourd’hui lié à l’idée d’employabilité c’est-à-dire la conformation aux exigences de l’entreprise. Il faut aujourd’hui critiquer ce que les entreprises obligent les salariés à vendre : ce qu’ils sont intimement, leur personnalité, leurs espoirs...Tout doit être donné au travail sous peine d’être disqualifié...Casser la valeur travail et l’idéal de réalisation par la consommation qui passent par la dépossession des choix de vie voilà une priorité pour redonner un sens à nos vies loin du carcan capitaliste.



> Services publics, individualité et évaluation. Un point de vue hétérodoxe
27 novembre 2005 - 20h52

Orwell et huxley pensaient que le totalitarisme ne pouvait venir que de l’état.
Ils n’ont pas commis d’erreur, leur romans étaient visionnaires.
Maintenant, s’ils écrivaient pour les temps actuels, ils prendraient en compte le crime-pensée anti-libéral.
Et leurs livres n’auraient connu aucun succès pendant quelques dizaines d’années.

jyd.



> Services publics, individualité et évaluation. Un point de vue hétérodoxe
10 février 2006 - 17h09 - Posté par

Pauvre Corcuff, bien à l’abri dans sa chaire universitaire, il est de plus en plus perméable à l’idéologie du MEDEF...





Prévision théatrale
jeudi 12 - 21h50
de : jean1
L’ Acentrale Radio de la grève
jeudi 12 - 16h55
de : jean1
R.N. la place à la tête de l’état est déjà occupée
jeudi 12 - 10h06
de : jean1
bourgeois, tremblez, ça n’fait que commencer ! C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 11 - 22h34
de : Hdm
1 commentaire
TOTAL en Ouganda Rendez-vous au Tribunal ce jeudi 12 décembre
mercredi 11 - 19h21
de : SURVIE
BOLIVIE : La dictature auto-proclamée en appelle à Israël !
mercredi 11 - 17h16
de : JO
1 commentaire
COP 25 : supercherie capitaliste
mercredi 11 - 16h13
de : jean1
Retraites : Édouard Philippe confirme les mauvais coups du rapport Delevoye
mercredi 11 - 15h41
2 commentaires
Les régimes sociaux coûtent un pognon de dingue ? No coment !
mercredi 11 - 09h57
de : JO
2 commentaires
Contre le travaillisme , une gauche de RTT 32 H et de retraite à 60 ans.
mardi 10 - 23h01
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Deuxième journée de grève : le nombre de manifestants dans 50 villes
mardi 10 - 17h50
3 commentaires
Les manipulations de macron, pour "piller" , nos retraites révélées au grand jour
lundi 9 - 20h13
de : nazairien
5 commentaires
Delevoye et le think tank "Parallaxe"
lundi 9 - 13h59
de : Mat
2 commentaires
Les liaisons troubles de Jean-Paul Delevoye avec le milieu de l’assurance !
lundi 9 - 11h43
de : lullal
6 commentaires
Emission - Grève SNCF : Cheminots et cheminotes luttent pour tout le monde !
lundi 9 - 11h14
de : Emission Polémix et La Voix Off
(video) Pour gagner : « reconduction, auto-organisation, généralisation » de la grève
lundi 9 - 07h13
2 commentaires
Grève : le scénario catastrophe d’un "lundi noir" se précise, la RATP et la SNCF alarmistes
dimanche 8 - 19h08
de : nazairien
Le labyrinthe.
dimanche 8 - 16h14
de : L’iena rabbioso
(video) « Nos camarades de la SNCF et la RATP ne veulent pas de chèques, ils veulent qu’on fasse grève avec eux »
dimanche 8 - 16h06
Convergence des luttes : 5 décembre : les manifs dans plus de 45 villes en France ! à suivre... (vidéos)
dimanche 8 - 11h37
de : nazairien
6 commentaires
LA TERRORISATION DÉMOCRATIQUE
dimanche 8 - 11h31
de : Ernest London
Jamais 2 sans 3
samedi 7 - 18h14
de : jean1
3 commentaires
Un peu plus de musique
samedi 7 - 18h08
de : jean1
UN PEU DE MUSIQUE
samedi 7 - 17h58
de : jean1
Suppression des régimes de retraites des parlementaires ?
samedi 7 - 09h08
de : Jean-Marie Défossé
Reportage photo : Manifestation à Paris pour les retraites- jeudi 5 décembre 2019
vendredi 6 - 21h39
de : jean1
Grève de la destruction du monde à Saint-Victor
vendredi 6 - 18h36
de : AMASSADA
Comment Maduro, a t il pu laisser faire cela, livrer « Stan Maillaud » au psychopathe macron (vidéo)
vendredi 6 - 17h07
de : nazairien
2 commentaires
Verdi, ancien « vrai journaliste », nous fait, une analyse extremement détaillée de cette puissante mobilisation du 5-12
vendredi 6 - 15h44
de : nazairien
1 commentaire
Quand les riches détruisent des bâtiments publics, avec le soutien de la justice
vendredi 6 - 13h00
de : Louisette
2 commentaires
Les Etats-Unis se hasardent-ils à considérer la CHINE comme une République bananière ?
jeudi 5 - 22h46
de : JO
Le principe de continuité du mouvement de grève
jeudi 5 - 20h03
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
6 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La révolution ne paraît jamais plus improbable que la veille du jour où elle éclate. Eric Hazan
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite