Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Services publics, individualité et évaluation. Un point de vue hétérodoxe


de : Philippe Corcuff
samedi 26 novembre 2005 - 12h45 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires
JPEG - 20.3 ko

de Philippe Corcuff Militant de SUD Éducation

Le sociologue Émile Durkheim (1858-1917) suggérait que les institutions étatiques n’étaient pas uniquement oppressives (dimension réelle, bien perçue par les auteurs libertaires), mais aussi protectrices, que l’autonomie individuelle avait été garantie par une série de droits et de règles inscrits dans ces institutions. C’est un aspect qui est davantage visible aujourd’hui avec les effets des contre-réformes néolibérales (dérégulation, flexibilité, etc.).

Dans le sillage durkheimien, Robert Castel s’est intéressé à établir un pont entre critique sociale et critique individualiste du capitalisme. Dans Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi , Castel a orienté notre regard sur "les supports sociaux" (garanties étatiques, règles juridiques, statut salarial, protection sociale, etc.) de l’individualité moderne.

Pour exister de manière autonome, l’individu moderne aurait eu besoin, historiquement, de l’étayage par de tels « supports » collectifs et publics. Or, les contre-réformes néolibérales qui participent, depuis le début des années 1980, à l’émergence du néocapitalisme globalisé érodent les supports sociaux de l’autonomie individuelle, en déstabilisant l’État social. Et cette dérégulation rend de plus en plus difficile pour de plus en plus d’individus d’agir comme des individus autonomes. En s’attaquant aux garanties sociales de l’individualisation (qui avaient stabilisé pour nombre d’individus des sociétés occidentales une certaine prévisibilité de leur vie, par-delà les aléas de la maladie, du chômage et de la vieillesse), le néolibéralisme fragilise l’individualisme pour les plus démunis et plus largement pour des pans importants du salariat, en instabilisant de manière générale la condition salariale. Castel esquisse ainsi une articulation entre critique individualiste et critique sociale du néolibéralisme.

Au niveau des projets politiques, cela nous invite à mettre en avant la rénovation de l’État social au cœur des alternatives au néolibéralisme, afin d’inverser le cours d’une insécurité sociale génératrice d’insécurité individuelle. Il faudrait alors distinguer deux grandes catégories de « réformisme » à gauche : 1e) un réformisme qui, tout en étant conscient des injustices du monde capitaliste, se résigne à penser les réformes dans le cadre d’un compromis au sein de cet ordre socio-économique, en attendant des jours meilleurs (tendance observable chez Castel) ; et 2e) un réformisme radical (dessiné notamment par Jaurès), qui situe la dynamique des réformes, à mettre en œuvre dans l’ici et maintenant capitaliste sans attendre un mythique « Grand Soir », vis-à-vis d’un horizon de sortie du capitalisme. Ce deuxième réformisme, au sein duquel je m’insère, s’efforce de casser la rigidité de l’opposition traditionnelle réformes/révolution, en empruntant à l’inspiration révolutionnaire son imagination utopique, comme aiguillon de l’action réformatrice.

Si on aborde la question castelienne des combats autour de l’État social aujourd’hui sous l’angle d’un tel réformisme radical, nous avons certes à lutter pour doter la mobilité subie de protections, dans une logique de résistance au néolibéralisme. Mais, dès maintenant, ne serait-ce que comme horizon d’une société radicalement différente, ne peut-on envisager de conférer des protections à des mobilités et des polyvalences professionnelles choisies ? Ne sommes-nous pas, potentiellement, des êtres polyphoniques susceptibles de développer des activités et des inactivités variées au cours de notre vie (de nos vies ?), sans être définitivement fixés sur une seule spécialité ? Cette envie de multiple en nous n’a-t-elle pas besoin de pauses pour souffler, rêver, réorienter son chemin, emmagasiner de nouvelles sources d’inspiration, réfléchir, etc., en généralisant les « années sabbatiques » déjà accessibles aux universitaires notamment ? La flexibilité néolibérale et l’individualisme marchand constituent de pauvres réponses à de tels désirs. Ces réponses enferment notre être et ses possibilités dans la rentable et le solvable. On peut, à l’inverse, développer un usage non-capitaliste de la mobilité, en l’appuyant sur un État social et des services publics puissants. On retrouverait alors l’inspiration individualiste de Marx supposant des cadres collectifs comme moyens de l’individualisme : « Dans la société communiste (...) personne n’est enfermé dans un cercle exclusif d’activités et chacun peut se former dans n’importe quelle branche de son choix ; c’est la société qui règle la production générale et qui me permet ainsi de faire aujourd’hui telle chose, demain telle autre, de chasser la matin, de pêcher l’après-midi, de m’occuper d’élevage le soir et de m’adonner à la critique après le repas, selon que j’en ai envie, sans jamais devenir chasseur, pêcheur, berger ou critique » .

Des services publics assurant une redistribution sociale tout en étayant l’individualité ne peuvent demeurer tels qu’ils sont. La nécessaire défense des services publics contre la dérégulation néolibérale comme le juste combat pour leur développement, et donc pour l’accroissement de leurs moyens, ne peuvent suffire. L’horizon radical est celui d’une transformation des services publics. Inventer une alternative au néolibéralisme n’a rien d’un conservatisme du type « laissons les choses en l’état ». Prenons l’exemple de l’évaluation des fonctionnaires et des agents des services publics. Des contre-réformes en cours (dites de « notation au mérite »), guidées par un libéralisme d’imitation, s’efforcent de caler l’évaluation des activités publiques sur le management des entreprises privées. Il apparaît légitime de refuser cette standardisation du public sur les critères du privé. Mais cela ne veut pas dire refuser toute évaluation. Cela pousse plutôt la gauche radicale à dessiner une autre évaluation, sur d’autres critères propres à la production de biens publics. Des critères non pas définis par les managers du privé, ni par un arbitraire hiérarchique au sein des bureaucraties publiques, mais par les agents des services publics eux-mêmes, en discussion avec les usagers. Si l’on veut que la logique des biens publics prédomine un jour dans nos sociétés, il faudra bien que ces biens soient produits et même mieux que dans une logique capitaliste (selon d’autres critères, non marchands et non soumis à un arbitraire hiérarchique-bureaucratique). La production de ces biens publics devra donc être évaluée.

Cette évaluation serait celle d’individus souvent insérés dans des relations de coopération, et aurait donc une composante collective. On évaluerait ainsi d’abord des collectifs dans la production des biens publics. Toutefois, dans le même temps, chaque agent ne s’engage pas avec la même intensité et les mêmes qualités dans la production de ces biens publics. Cela veut dire que, dans le cadre d’un statut commun protecteur et dans la limite d’un écart raisonnable, l’évaluation serait aussi conduite à introduire des différenciations personnelles (dans les possibilités de promotion, d’accès à des formations, à des « congés sabbatiques », à des réductions du temps de travail ou à des gratifications financières). De telles réformes, à l’inverse des contre-réformes libérales, nous engageraient dans une civilisation des services publics et de l’individualité, sociale-démocrate et libertaire, à la recherche d’un monde non-capitaliste.

Paru dans Itinéraires SUD (le journal de SUD Éducation Rhône) N°44, novembre-décembre 2005

[Extraits tirés de Philippe Corcuff, Politiques de l’individualisme - Entre sociologie et philosophie, écrit en collaboration avec Jacques Ion et François de Singly, Éditions Textuel, collection « La Discorde », septembre 2005, pp.146-151.]



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Services publics, individualité et évaluation. Un point de vue hétérodoxe
26 novembre 2005 - 15h17

Philippe CORCUFF n’en rate pas une : inventer le salaire au mérite démocratique pour le fonctionnaire nouveau d’une prétendue "civilisation des services publics et de l’individualité, sociale-démocrate et libertaire, à la recherche d’un monde non-capitaliste", fallait le faire, CORCUFF l’a fait : ça plaira sûrement à quelques électeurs de la LCR et du PCF, dans le genre "fonctionnaire-citoyen" cher à Anicet LE PORS, Ministre mitterrandien et communiste de la Fonction publique.

P.



> un capitalisme libertaire ou "les idiots nuisibles" ?
4 décembre 2005 - 15h10 - Posté par

Assez juste !
Ceci est à mettre en // avec le propos de Michel Onfray autre caricature "libertaire" qui singe ou concurrence "l’univesité inter-age". Ne parlons pas des du mode de transmission du savoir de type bourgeois....le cours magistral svp ! Michel Onfray se déclare favorable à ce qui pourrait être "un capitalisme libertaire", à une "gestion libertaire du capitalisme" opposée à une gestion libérale du capitalisme.. ????!!!!! Nous avons bien faire à de "idiots" nuisibles au developpement d’un pensée reéllement anti-capitaliste. Mais que se passe t-il dans ses "universités populaires’ ?
N’y trouve t_on que des anciens de la CFDT ? ou de "retraités humanistes" en pleine crise de culpabilité concernant la gestion de leur patrimoine dans des fonds de pensions ?


> Services publics, individualité et évaluation. Un point de vue hétérodoxe
26 novembre 2005 - 15h30

Il est bon de dire que les logiques du privé s’installent peu à peu dans la maison étatique, que la privatisation n’est pas uniquement la revente au privé. ça casse un peu les schémas classiques qui valorisent en eux-mêmes les services publics...
Mais nulle part je ne vois une critique de la dépossession, de la perte d’autonomie lié à la récupération par l’Etat de nombreuses fonctions qui pourraient être assurés par les communautés elles-mêmes sans cette médiation. En effet, l’Etat reste toujours dans une logique d’autoconservation, qu’il soit bras gauche ou bras droit, il y subsiste et y subsistera (car cela est consubstantiel à l’Etat) bureaucratie et hiérarchie... Les libertaires l’avaient bien compris ; nombreux sont ceux qui n’ont pas été dupe de l’arrivée de l’Etat providence et de la gestion de l’ordre social partagé entre Etat et syndicats...
Le système d’individualisation a pu s’installer car les syndicats ont laissé au patronat les mains libres quant à l’organisation du travail et la vocation de celui-ci : service public de gestion de la société et des méfaits qui la touche...Les services publics ont accompagné les dégradations qui ont mis la société en crise permanente au nom de l’emploi, des politiques publics voulues par des représentants qui ne représentent que la bureaucratie...L’Etat social a permis de perpétuer le mensonge du bonheur sous le joug capitaliste : de l’abondance et des supports sociaux, du progrès technique et des protection accrue...
Aujourd’hui que le capitalisme n’a plus besoin de ces protections pour survivre, qu’il a assez individualisé, atomisé, médié les opinions par sa doxa, les services publics peuvent peu à peu être détruits. Ils ont bien servi, merci. Ils ont permis d’accompagner la progressive destruction des formes de vies autonomes (et les espoirs ouvriers d’une alternative à l’Etat), ils ont aidé à guérir les malades de la civilisation industriels, à éduquer les futurs cadres qui oeuvreront à la modernisation obligatoire, à maintenir le mythe et l’exigence de l’intégration à une société à l’image positive, républicaine, bla, bla, bla...
Voilà l’aveuglement des tenants de l’Etat social. L’analyse et les propositions de Corcuff confirment ce diagnostic : aujourd’hui, avec le renouvellement des générations (et la formation d’individualistes qui méprisent la solidarité ouvrière), une évaluation faite par les salariés eux-mêmes reviendrait au même qu’une évaluation faite par l’Etat, j’en ai bien peur. Une telle sociale-démocratie servirait toujours d’accompagnement car elle ne vise pas à l’abolition de l’Etat et du capitalisme mais une gestion "plus humaine" de ses destructions.
Quant à la formation, elle reste aujourd’hui lié à l’idée d’employabilité c’est-à-dire la conformation aux exigences de l’entreprise. Il faut aujourd’hui critiquer ce que les entreprises obligent les salariés à vendre : ce qu’ils sont intimement, leur personnalité, leurs espoirs...Tout doit être donné au travail sous peine d’être disqualifié...Casser la valeur travail et l’idéal de réalisation par la consommation qui passent par la dépossession des choix de vie voilà une priorité pour redonner un sens à nos vies loin du carcan capitaliste.



> Services publics, individualité et évaluation. Un point de vue hétérodoxe
27 novembre 2005 - 20h52

Orwell et huxley pensaient que le totalitarisme ne pouvait venir que de l’état.
Ils n’ont pas commis d’erreur, leur romans étaient visionnaires.
Maintenant, s’ils écrivaient pour les temps actuels, ils prendraient en compte le crime-pensée anti-libéral.
Et leurs livres n’auraient connu aucun succès pendant quelques dizaines d’années.

jyd.



> Services publics, individualité et évaluation. Un point de vue hétérodoxe
10 février 2006 - 17h09 - Posté par

Pauvre Corcuff, bien à l’abri dans sa chaire universitaire, il est de plus en plus perméable à l’idéologie du MEDEF...





La Sécurité sociale, l’assurance chômage et les retraites en danger !
samedi 11 - 09h12
Çà suffit Mme Obono ! Un peu de sérieux !
samedi 11 - 08h17
de : Christian Delarue
1 commentaire
Je ne suis pas aussi blanc que j’en ai l’air...
vendredi 10 - 23h24
de : Christian Delarue
1 commentaire
Un p’tit coup de bourbon : Remaniement !
vendredi 10 - 15h10
de : joclaude
1 commentaire
La Cour des comptes pointe les errements et la gabegie de la filière nucléaire et de ses premiers de cordée
vendredi 10 - 05h47
de : coordi sud est via JYP
Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
2 commentaires
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude
[Vidéo] Covid-19 : la Guyane souffre de sous-équipement et d’un manque de préparation de l’État
dimanche 28 - 18h50

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite