Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
ON A BRÛLÉ DES PNEUS ET ON EN EST FIERS ....
vendredi 22 janvier
de Un ex du pneu
1 commentaire
Où peut être la fierté de pouvoir annoncer ne pas avoir lutté et avoir permis en un temps record la fermeture d’une usine ? Les seuls qui peuvent aujourd’hui s’en féliciter sont les patrons de Bridgestone mais aussi les acteurs politiques qui gravitent autour du dossier et un avocat payé à 100% par le tôlier qui était donc celui du tôlier et non des salariés ... Jamais dans l’histoire une usine de cette taille n’aura été fermée aussi rapidement, si il y a un (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Un Indien à la présidence de la Bolivie - 180 ans plus tard, la fin de la colonisation ?


de : Jean-Pierre Legault
lundi 26 décembre 2005 - 02h03 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires
JPEG - 26 ko

de Jean-Pierre Legault

Les résultats ont dépassé les attentes. Contredisant tous les sondages, Evo Morales a été élu président de la Bolivie dès le premier tour du scrutin suscitant beaucoup d’espoir parmi la majorité indienne du pays.

« C’est la fin de la colonisation. » La phrase est tombée drue, directement de la bouche de l’historien aymara Carlos Mamani Condori, pour qualifier l’élection à la présidence de la Bolivie de l’Indien Evo Morales. Contredisant tous les sondages, le leader aymara a été élu dès le premier tour. Avec plus de 54 % des suffrages, la légitimité du nouveau pouvoir ne peut être mise en doute par ses opposants.

Une véritable secousse tellurique a parcouru les hauteurs andines de la Colombie au sud du Chili, de l’Argentine à l’Équateur en passant par les hauteurs péruviennes et du Mexique au Guatemala. Partout, les populations indiennes ont salué cette élection qui concrétise les aspirations profondes de peuples qui n’ont guère eu voix au chapitre depuis quelques siècles.

« Symboliquement, l’arrivée au pouvoir de Morales traduit les aspirations des gens depuis des années, des siècles », explique M. Mamani, professeur d’histoire à l’Universidad Major de San Andres. « Depuis 500 ans, des étrangers contrôlent le pays, puis leurs enfants et les enfants de leurs enfants », explique-t-il.

« C’est la poursuite d’un grand changement », précise-t-il. En effet, depuis l’instauration d’un régime démocratique, il y a une vingtaine d’années, la Bolivie va de séisme politique en séisme politique. Au cours des dernières années, des présidents ont été boutés dehors, d’autres ont dû renoncer à leur charge. Et, concurremment, la représentation indienne aux instances politiques n’a cessé de croître. Fait important, au cours de ces crises, jamais les institutions n’ont été remises en cause.

Et, de crise en élections, les 80 % d’Indiens et de métis qui forment la majorité de la population bolivienne se sont manifestés. Cette fois-ci, par exemple, ceux de la région de Santa Cruz, jusqu’ici hésitants, y sont allés d’un appui important aux aspirations d’un peuple.

« De nombreuses personnes [de la région de Santa Cruz] qui ne se manifestaient pas à cause de l’action des "comités civiques" [mis sur pied par l’oligarchie locale et les milieux d’affaires] ont rejoint le mouvement et sont allées voter cette fois-ci », a noté l’économiste et homme d’affaires Rolondo Angelo. Peu de gains en nombre de sièges pour Morales dans cette région dont l’élite rêve d’autonomie, mais une forte augmentation du pourcentage de vote.

« Le résultat du scrutin a radicalement changé le panorama politique dans lequel devra gouverner Evo Morales », ajoute M. Angelo. Aujourd’hui, le droit des Indiens à assumer le pouvoir est devenu réalité en Bolivie.

C’était prévisible, et Washington le savait. Cette fois-ci, contrairement aux scrutins précédents, les États-Unis se sont bien gardés d’intervenir directement pendant la campagne électorale. Certes, une sourde campagne de dénigrement sur les plans local et international a eu cours pour faire passer le favori pour un narcotrafiquant, pour celui qui imposerait l’expropriation pure et dure des grandes pétrolières étrangères, mais ce fut peine perdue.

Dès que les premiers résultats ont été connus, Morales a reçu l’appui des pays voisins. Le Brésil, le Chili, l’Argentine et aussi le Venezuela, évidemment, ont salué l’arrivée au pouvoir de Morales et l’ont assuré de leur collaboration pour faire face au gigantesque défi qui l’attend.

Et Morales l’a jouée intelligemment, cette campagne ! Tout en nuances, sans jamais déroger aux grands principes de son parti, il a réussi à jouer à fond auprès de la classe moyenne d’origine hispanique la présence de son candidat à la vice-présidence, Alvario Garcia Linera, mathématicien, sociologue et politologue.

« Le peuple a décidé », titrait en éditorial le quotidien de Cochabamba Los Tiempos. Une première : un président et un vice-président élus directement par les urnes et qui ont échappé aux tractations au Congrès qui, en vertu de la Constitution, choisit le président si une majorité n’est pas dégagée au premier tour.

Il n’en reste pas moins que le défi est énorme. Les attentes sont très élevées, mais Morales jouit d’une popularité telle qu’il profitera au sein de la population d’une période de grâce s’il sait le moindrement lancer rapidement des signaux clairs sur les dossiers chauds : les hydrocarbures, la Constituante (qui est réclamée à grands cris depuis plusieurs années), une révision du système de taxation, les contrats d’investissement et la gestion des régimes de retraite.

« Éventuellement, c’est tout le système économique que le gouvernement devra réviser », explique M. Angelo. « Des règles claires, transparentes, devront être fixées » dans ce pays ou une minorité a historiquement contrôlé la vie économique.

Morales doit agir rapidement pour éviter que le doute ne s’installe au sein des appuis très importants qu’il recueille à l’heure actuelle. Il doit à tout prix éviter que la pression sur la présidence ne monte, comme elle l’a fait pour ses prédécesseurs, et, du coup, de donner des munitions à ses opposants, ceux qui ont contrôlé les destinées du pays jusqu’à maintenant.

Pour Carlos Mamani, le travail ne fait que commencer. Une étape cruciale dans l’inclusion des populations indigènes aux destinées du pays vient d’être franchie, mais tout reste à faire. « Nous n’en sommes qu’au début de la transition. »

La majorité contrôle maintenant la présidence, ce qui est loin d’être négligeable, mais il reste tous les autres ordres de pouvoir pour parvenir à construire une société qui corresponde aux désirs de la population. Comment, en effet, transformer l’appareil judiciaire lorsqu’il est inféodé à ceux qui l’ont créé ?, demande l’historien pour illustrer son propos.

Les espoirs sont grands et palpables partout en Bolivie. « Nous avons maintenant une force collective suffisante pour créer une expérience unique », se réjouit M. Mamani, qui trépigne d’impatience à l’autre bout du fil. « Para vivir bien », lâche-t-il, résumant spontanément la pensée sociale indienne.

http://www.ledevoir.com/2005/12/24/...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Un Indien à la présidence de la Bolivie - 180 ans plus tard, la fin de la colonisation ?
26 décembre 2005 - 05h22

De Claude d’Auvergne :
Le soleil aurait-il decidé de se lever a l’est ? Mais il faut ajouter : ce n’est pas la premiére fois !
Bien à tous, câlins aux filles, Claude



> Un Indien à la présidence de la Bolivie - 180 ans plus tard, la fin de la colonisation ?
26 décembre 2005 - 19h56

hum hum, on passera sur la présentation d’Alvaro Garcia Linera, le vice-president, ancien de l’Armée Tupac Katari, mouvement de guérilla tradif, comme ayant rassuré les classes moyennes....

La notion de classes moyennes est toujours une tarte à la crème introuvable et souvent sans réalités, dans beaucoup de sociétés...

Mais ce qui est sûr c’est que le MAS a mordu également sur les séparations raciales et racistes pré-existantes en federant une très grande partie de la population.

Cop.



> Un Indien à la présidence de la Bolivie - 180 ans plus tard, la fin de la colonisation ?
27 décembre 2005 - 19h15

Il n’est pas question de jouer les troubles fête, mais cette hystérie de joie devrait être tempérée.

"Et Morales l’a jouée intelligemment, cette campagne ! Tout en nuances, sans jamais déroger aux grands principes de son parti, il a réussi à jouer à fond auprès de la classe moyenne d’origine hispanique la présence de son candidat à la vice-présidence, Alvario Garcia Linera, mathématicien, sociologue et politologue".

il a joué si intelligemment qu’il s’est bien gardé d’annoncer des mesures révolutionnaires anti capitalistes. Comme le dit l’article "tout en nuances". Ainsi il s’est engagé à ne pas exproprier les grands propriétaires terriens pour ne pas les avoir sur le dos, il ne va pas déranger les grands canibales pétroliers, il ne va renationaliser aucun secteur clé de l’économie bolivienne, il a annoncé par contre qu’il y aurait plus de partage (sic) et qu’il se porterait garant que tous ces grands possédants devraient jouer le jeu (resic).

"...qu’il profitera au sein de la population d’une période de grâce s’il sait le moindrement lancer rapidement des signaux clairs sur les dossiers chauds : les hydrocarbures, la Constituante (qui est réclamée à grands cris depuis plusieurs années), une révision du système de taxation, les contrats d’investissement et la gestion des régimes de retraite."

En effet il va profiter de cet état de grâce pour "appliquer tout son programme" socialiste. Nous connaissons malheureusement par expérience ce qu’est CE programme socialiste puisque lui-même l’a annoncé. Les hydrocarbures, les terres, les grosses entreprises qui sucent les richesses du pays resteront dans les mêmes mains.

Washington n’a pas eu besoin d’intervenir dans la campagne puisqu’il l’avait depuis longtemps bouclée, il a formé au sein même du MAS les "révolutionnaires" prêts au "changement" bushien.

Je souhaite du courage à tout le peuple bolivien qui risque une fois de plus d’être trompé par les marionnetistes transcontinentaux. c’est au peuple Bolivien à réagir rapidement sans laisser d’état de grâce car les premiers signes de "fatigue" vont vite arriver.

Esteban



> Un Indien à la présidence de la Bolivie - 180 ans plus tard, la fin de la colonisation ?
28 décembre 2005 - 14h07

Il me semble qu’il ne faut pas confondre l’aspiration de tout un peuple à vouloir vivre décemment, et la prise de pouvoir d’un représentant d’un parti, parce qu’il n’est pas une partie de la population, et ne saurait engager une politique qui va dans le sens des aspirations de tout un peuple, sans prendre le risque d’être renversé par de plus puissants que lui. Allendé, qui n’était pourtant pas un révolutionnaire, a été abattu par des services spéciaux à la solde du capitalisme US. Et le chef d’Etat brésilen d’aujourd’hui ne sait pas faire d’autre politique que celle que lui dictent les puissances internationales.
En gros, il faudrait cessé de se leurrer, et de reprendre l’hypothèse qu’une révolution sociale est un programme qu’il reste encore à étudier.
http://destroublesdecetemps.free.fr



> Un Indien à la présidence de la Bolivie - 180 ans plus tard, la fin de la colonisation ?
28 décembre 2005 - 22h29

je souhaite simplement qu’il ne copie pas son copain venezuelien Chavez qui veut soi-disant le bien de son peuple mais qui le mène vers l’abime, qu’il ne le copie pas dans ses discours, sa démagogie et sa mégalomanie. Le socialisme que l’on nous promet est tout simplement du castro-communisme.

Voilà ce que je souhaite aux boliviens.



> Un Indien à la présidence de la Bolivie - 180 ans plus tard, la fin de la colonisation ?
29 décembre 2005 - 00h49 - Posté par

Au contraire, je souhaite que MORALES frappe autant, sinon plus que CHAVEZ car ce dernier dépossède les carnassiers.

Le programme de MORALES n’est pas un programme socialiste au sens PROPRE du terme.
Peut-être ne peut-il faire autrement, peut-être n’est-il pas sincère, peut-être est-il faible...
Seul le peuple bolivien devra choisir et impulser sa révolution, son destin.

Esteban





Covid-19 : Le vaccin inachevé...
mardi 26 - 12h53
de : Claude Janvier
Manif le 26/01 à 13h.- LUXEMBOURG
mardi 26 - 09h51
de : jean1
SôS Soutien ô Sans-papiers appelle à contacter et visiter les retenus et à se mobiliser jeudi à 14h
dimanche 24 - 21h05
de : sôs Soutien ô Sans papiers
Manif contre les licenciements : gueules cassées, poings levés !
dimanche 24 - 11h29
3 commentaires
Brésil : "Il n’y a que des morts du Covid", les habitants de Manaus face au chaos sanitaire(vidéos)
samedi 23 - 22h21
de : nazairien
8 commentaires
Après, la prise de fonction de Biden, la "chine communiste" permet de refaire de l’anticommunisme
samedi 23 - 18h21
de : nazairien
Manifs.ce 23 janv. pour l’interdiction des licenciements !
samedi 23 - 16h09
de : joclaude
McKinsey : il est temps de nettoyer les cabinets
vendredi 22 - 20h44
de : Jonathan Lefèvre (Solidaire)
1 commentaire
Souvenir de 1968
vendredi 22 - 17h05
de : Alain Collet
2 commentaires
ON A BRÛLÉ DES PNEUS ET ON EN EST FIERS ....
vendredi 22 - 14h18
de : Un ex du pneu
1 commentaire
question
jeudi 21 - 18h38
de : jean1
4 commentaires
Le chanteur Morice Benin nous a quittés (1947-2021)
jeudi 21 - 14h22
Chiens de garde
jeudi 21 - 14h13
de : azard
La Chine, qui croyait, avoir éradiqué le virus, face au "démoniaque coronavirus (vidéos)
jeudi 21 - 12h45
de : nazairien
9 commentaires
Syrie, Bolivie, Centrafrique... !Des exemples : La seule guerre que l’impérialisme ne peut pas gagner !
jeudi 21 - 11h16
de : joclaude
1 commentaire
Vaccin Américain Pfizer:12 400 Israéliens testés positifs après avoir reçu le vaccin
jeudi 21 - 11h05
de : joclaude
Les "Oubliés" du Ségur de la Santé : MANIFS. partout !
jeudi 21 - 10h55
de : joclaude
Immunisés ? C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 19h32
de : Hdm
Syndicats et organisations de jeunesse appellent les étudiants à se mobiliser contre la précarité
mercredi 20 - 15h10
de : joclaude
AED : construire la lutte des précaires de l’Éducation Nationale
mercredi 20 - 15h08
RASSEMBLEMENT PRÉVU À PARIS, LE DIMANCHE 24 JANVIER 2021, PLACE JEAN FERRAT (métro Ménilmontant - ligne 2), À 15H00.
mercredi 20 - 12h38
de : Jean Clément
Gabriel, gilet jaune mutilé : « Je n’avais jamais foutu les pieds dans une manifestation »
lundi 18 - 16h24
de : jean1
1 commentaire
Norvège : "nouvelles" du fumeux vaccin Pfizer-BioNtech.
lundi 18 - 15h30
de : joclaude
1 commentaire
Femmes de chambre : que sont devenues les promesses de Marlène Schiappa ?
lundi 18 - 09h29
2 commentaires
Patrice Lumumba assassiné le 17 janvier 1961
dimanche 17 - 17h44
de : CADTM Eric Toussaint
1 commentaire
Souveraineté et démocratie ou mondialisation et régime autoritaire ?
dimanche 17 - 10h03
de : Par Michèle Dessenne, Présidente du Parti de la démondialisation
2 commentaires
la mouchardisation en plus de la marchandisation
samedi 16 - 23h00
de : reporterre
Affaire Duhamel : des réseaux de pouvoir ? Vraiment ?
vendredi 15 - 11h30
de : joclaude
1 commentaire
MACRON : Drôle de SMS, on les aura ... !
vendredi 15 - 10h49
de : joclaude
Dépistage covid massif à Roubaix une réussite ! Beaucoup plus de testeurs que de testés. Des chiffres étranges
jeudi 14 - 19h45
de : France 3 Régions
4 commentaires
CHINE : Visite de l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS)
jeudi 14 - 17h37
de : joclaude
2 commentaires
Etats-Unis : des centaines de personnes aux urgences après avoir reçu le vaccin contre le Covid-19
jeudi 14 - 17h31
de : joclaude
1 commentaire
Affaire Pfizer-Nigeria : les victimes attendent toujours leur dédommagement
jeudi 14 - 17h14
de : Jeune Afrique - 03 février 2011
La maison carrée ronde
mercredi 13 - 20h15
de : jy.D
Carnaval funèbre - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 17h43
de : Hdm
CHiNE : un Médecin Français à Wuhan, s’exprime !
mercredi 13 - 11h27
de : joclaude
6 commentaires
Schneider Electric : « On nous vire pour 400 000 euros de bénéfice »
lundi 11 - 15h31
Une certaine idée de la souffrance.
dimanche 10 - 15h58
de : jy.D
MEETING de SOLIDARITE ANTI-IMPERIALISTE
samedi 9 - 19h02
de : Jean Clément
Bravo Antoine
samedi 9 - 15h20
de : jean1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
ON A BRÛLÉ DES PNEUS ET ON EN EST FIERS ....
vendredi 22 janvier
de Un ex du pneu
1 commentaire
Où peut être la fierté de pouvoir annoncer ne pas avoir lutté et avoir permis en un temps record la fermeture d’une usine ? Les seuls qui peuvent aujourd’hui s’en féliciter sont les patrons de Bridgestone mais aussi les acteurs politiques qui gravitent autour du dossier et un avocat payé à 100% par le tôlier qui était donc celui du tôlier et non des salariés ... Jamais dans l’histoire une usine de cette taille n’aura été fermée aussi rapidement, si il y a un (...)
Lire la suite
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite