Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
de : Roberto Di Cosmo
samedi 7 janvier 2006 - 10h49 - Signaler aux modérateurs
33 commentaires
JPEG - 15 ko

de Roberto Di Cosmo

Cher Eddy Mitchell,

Vous faites partie, avec les autres artistes signataires d’un document qui réagit à deux amendements au projet de loi DADVSI votés il y a quelques jours par nos députés, d’un univers français de la musique et du cinéma qui m’a accompagné pendant des longues années, et que j’aime.

Comme, je le crois, la presque totalité des Français, je ne ferais rien qui puisse mettre en danger l’existence d’une culture cinématographique, musicale, et artistique en général, qui nous donne, à tous, cette nourriture de l’esprit qui nous est si indispensable. Et pour cela, je crois fermement que l’on doit permettre aux artistes d’êtres rémunérés convenablement.

Et pourtant, je fais partie des 130.000 personnes qui ont signé la pétition lancée par EUCD.INFO contre le projet de loi DADVSI.

Je fais partie de ce 75% de Français qui sont favorables à la mise en place d’une licence globale sur Internet.

Je fais partie de ceux qui ont applaudi le courage et l’indépendance des députés qui ont dépassé les clivages partisans pour voter, la nuit de ce 21 décembre, les amendements 153 et 154 au projet de loi DADVSI qui ouvrent la porte au libre échange des oeuvres numériques, moyennant une juste compensation des ayant droit.

Oui, ces mêmes amendements qui vous ont fait parler d’ expropriation des droits d’auteur sur Internet.

Y a-t-il là une contradiction profonde dans ma position, une schizophrénie latente qui me pousserait à exproprier les biens de quelqu’un que j’aime ?

Comme les 13500 artistes signataires d’un appel paru il y a quelques jours, je ne le pense pas.

Je crois au contraire que, avec les autres signataires de votre texte, vous êtes en train, sans le savoir, de faire le jeu de sociétés qui, prétextant défendre vos intérêts, s’occupent surtout des leurs, au dépens des vôtres.

Concédez moi quelques minutes de votre temps, et je vais essayer de vous expliquer pourquoi vous devriez remercier votre vaste public qui vous aime, et soutient la licence globale, et vous méfier des puissants lobbys qui vous enrégimentent dans une campagne à base de police informatique contre vos propres concitoyens.

Rassurez vous, je ne vais surtout pas vous faire encore un grand discours creux, comme on en voit beaucoup trop en ce moment, sur les deux philosophies qui s’affrontent face à la révolution numérique : je serais beaucoup plus concret, en vous montrant avec les chiffres fournies par vos propres maisons d’éditions où se trouve votre intérêt, et celui de vos collègues. Le marché traditionnel de la musique en France : qui y gagne, et combien

Monsieur Mitchell, les maisons de disques vous ont convaincu que la mise en place du projet de loi DADVSI faite dans les termes actuels, qui permettent aux géants du logiciels d’avoir une mainmise totale sur les échange d’information sur Internet, va préserver vos droits, alors qu’une idée qui vous a été présentée comme complètement farfelue, la "licence légale sur internet", vous réduirait à la misère.

Rien n’est moins sûr, et j’imagine que sur un sujet d’une telle importance vous êtes prêt à investir quelques minutes de temps pour vérifier ce que l’on vous dit.

Pour comprendre les enjeux actuels, et savoir où se trouve votre intérêt économique, il faut que vous découvriez, vraiment, pour chaque euro dépensé par un de vos fans, combien vous touchez à la fin du mois.

Ce n’est pas si facile que cela, vu la complexité des contrats et l’opacité du système, mais dans votre cas, il vous suffit d’éplucher patiemment les contrats vous liant avec votre maison d’édition : dans ces quelques dizaines de pages, perdus dans le charabia juridique, vous devriez trouver une sorte de tableau indiquant vos droits sur les CD ou DVD vendus. Cela ressemble à peu près à ceci : jusqu’à 100.000 copies, vous touchez x% du prix de vente net hors taxe, entre 100.001 et 500.000 copies, vous touchez y% (avec y un peu plus grand que x), et au delà de 500.000 copies, vous touchez z% (avec z un peu plus grand que y).

Comme x, y et z varient d’un chanteur à l’autre et d’un disque à l’autre, mieux vaut regarder la situation moyenne des artistes en France dans ce qui suit. La répartition du prix des CD ...

En se basant sur des chiffres qui ont circulé dans différents dossiers parus dans la presse grand public, et confortées par le rapport du CSPLA (quoique ce rapport ne parle que des données de 2002, largement obsolètes), il semble que les auteurs, compositeurs, éditeurs, artistes, musiciens et interprètes reçoivent à peu près 14% du prix de vente ttc, la grande distribution empocherait 18%, l’État 16.4% alors que les maisons de disques gardent un peu plus de 50%.

Donc, quand un musicophile dépense 31 euros pour votre dernier coffret, vous touchez, avec les autres ayant droit, à peu près 4,34 euros, les restants 26,66 euros étant perdus pour vous. ... limite les revenus des artistes ...

Autrement dit, avec ce mode de fonctionnement de l’industrie du disque, vous êtes condamné, avec vos collègues, à faire dépenser à vos fans qui veulent vous faire vivre en vous payant des droits d’auteur, six fois plus de ce que vous touchez.

C’est dommage, parce que cela vous pose un gros problème, et je ne parle pas d’un problème éthique, juste d’un problème financier : à ces prix là, votre public qui vous aime ne risque pas d’acheter beaucoup de coffrets dans l’année !

En effet, le budget des ménages dédié aux loisirs et à la culture est déjà le plus gros poste de dépenses après le logement et la nourriture, et selon une étude récente publiée aux Etats-Unis les dépenses des ménages dans ces activités n’ont cessé d’augmenter depuis 1968, en progressant plus vite que les salaires : il est fort raisonnable de se demander si l’on n’a pas simplement réussi à vider les poches des citoyens au point qu’ils soient obligés de faire des choix entre aller au cinéma et télécharger la dernière sonnerie branchée.

Si ce seuil est atteint, et on peut bien commencer à y croire, cela veut dire que les revenus pour les artistes sont condamnés à plafonner (comme indiqué par une statistique publiée par le SNEP ) aux revenus tirés par la vente, en moyenne, de 6 albums, 6 singles et 4 DVD par an à chaque acheteur, ce qui revient à 14% de 1,4 milliards d’euros (le chiffre previsionnel pour 2005), i.e. 196 millions d’euros.

Rappelez-vous bien ce chiffre, parce qu’avec le mode de distribution traditionnel vous (je veux dire l’ensemble des artistes, et pas seulement français) ne toucherez pas un centime de plus de votre public.

Laissez-moi dire cela encore plus clairement : criminaliser la copie peut certainement changer la répartition du budget loisir des ménages entre les différents biens culturels, mais cela ne fera pas augmenter l’enveloppe globale depensée par les ménages.

Le public, privé de copie privée, se retrouvera alors culturellement plus pauvre, mais les artistes ne seront pas plus riches pour autant. ... DADVSI peut faire perdre au moins 43 millions d’euros par an aux artistes

Or, les mauvais conseillers qui vous entourent vous poussent à soutenir de votre poids le projet de loi DADVSI : ce projet de loi punit plus sévèrement celui qui utilise un logiciel libre pour lire un CD de musique rendu incompatible avec son lecteur par des astuces techniques douteuses que l’on appelle DRM, que ceux qui diffusent des vidéos pédophiles. Cela est fait dans le but de rendre impossible ou très risqué le contournement des instruments de contrôle de l’information mis en place par les géants du logiciel d’outre-atlantique, mais on vous fait croire que c’est en réalité pour protéger vos droits d’auteur.

Je suis certain qu’on s’est bien gardé de vous expliquer que ce projet de loi pose les bases de la destruction de la liberté individuelle dans la société de l’information, le contrôle de masse des usages culturels, la concentration monopolistique des multinationales du logiciel et du contenu, la criminalisation des individus, et l’entrave à cette recherche en informatique qui est primordiale pour que la France garde sa place dans le peloton de tête de l’économie numérique, pour ne pas parler de certains amendements scélerats arrivant même à proposer de détruire les logiciels libres qui sont au coeur de l’Internet.

J’imagine qu’on n’a pas jugé intéressant de vous signaler que ces DRM ne sont pas un cadeau du ciel, mais des outils techniques qui ont un coût (et les géants des logiciels s’en frottent déjà les mains), et ce coût viendra forcement en diminution de vos revenus : le public n’accepterait pas facilement d’acheter des CDs bridés à un prix plus élevé que celui des CDs d’antan.

Je crois qu’on a oublié aussi de vous signaler qu’une partie importante de vos revenus (à peu près un cinquième) vient aujourd’hui d’une redevance sur les supports vierges au titre de la copie privée (privée, cela inclut le droit de donner une copie de mon album préféré à qui bon me semble, tant que ce n’est pas à usage commercial). Savez-vous que si ces DRM venaient à être imposés par la loi DADVSI, votre public serait bien fondé à en demander la suppression ? En effet, si un DRM empêche la copie, il n’y a plus copie privée, et sans copie privée, il ne peut y avoir de redevance sur la copie privée, quoi que puissent en dire les lobbystes dans les couloirs du palais.

Savez vous que cette redevance a rapporté en 2004 plus de __87 millions d’euros__ ? Savez vous que, sur cette redevance, la part des auteurs, artistes et interprétes est d’un peu plus de 50% ? (1). Cela veut dire que, si le DADVSI passe, vous pouvez rester assuré de perdre au moins 43 millions d’euros par an, (un cinquième des revenus des auteurs, artistes et interprétes), du simple fait de la mise en place des DRM.

Donc, au fait, ce texte DADVSI que vous soutenez ne fera rien d’autre que maintenir l’ancien système de distribution, avec les artistes réduits à voir seulement 14% de ce que leur public débourse, et de plus, condamnés à perdre sûrement 43 millions d’euros par an contre la vague promesse de meilleurs revenus grâce à l’empêchement des copies privées. ... alors que la licence globale leur en rapporte presque 200 ! ...

Par contre, la licence globale sur Internet permettrait au public de réaliser son souhait d’entendre pendant l’année bien plus de 6 album, 6 singles et 4 DVD musicaux, sans vous obliger à trouver un moyen d’augmenter le salaire moyen des ménages. Avec 9 millions de foyers connectés à Internet, et avec un prix de 4 euros par mois, que les internautes sont prêts à payer si on arrête de les criminaliser et on leur laisse la liberté culturelle qui vient avec les échanges de pair à pair, cela rapporterait 432 millions d’euros, dont 216 millions directement aux artistes. Et cela ne ferait qu’augmenter avec la multiplication des abonnements internet haut-débit (2).

Si vous ajoutez la redevance pour copie privée, cela fait 216+43 = 259 millions reversés aux artistes, donc bien plus de tout ce que les artistes gagnent avec le système traditionnel.

Est-ce que vous voyez ce que ce chiffre signifie ?

Cela signifie que, loin de mettre les artistes aux chômage, la licence globale sur Internet est capable de leur garantir un revenu de substitution plus important que celui obtenu aujourd’hui au bout de longues et exténuantes négociations avec les maisons d’édition.

En d’autre termes, même si tous les internautes qui payent la licence globale arrêtaient complètement d’acheter des CDs et des DVDs, les artistes non seulement ne perdraient rien, mais auraient un bénéfice financier supplémentaire significatif.

Cependant, toutes les études, dont la plus récente date d’il y a seulement quelques semaines, montrent qu’en réalité les plus gros copieurs de musique en ligne sont aussi ... les plus gros acheteurs de CD et DVD !

Donc il se peut bien que la licence globale ne vienne pas en substitution, mais en complément des revenus traditionnels des artistes.

Ça veut dire que, au contraire des DRM qui risquent fort de vous faire perdre au moins 43 millions par an de redevance pour la copie privée, la licence globale sur internet pourrait carrément doubler vos revenus dans les prochaînes années, monsieur Mitchell... Ne vous trompez pas d’ami.

Alors pourquoi la conspuer ? pourquoi insulter les députés qui, en un sublime instant de lucidité, ont su dépasser les clivages partisans pour proposer un système qui va dans l’intérêt de tous ?

Vous avez maintenant la possibilité de cueillir le fruit de la révolution numérique, en respectant un public qui risque de ne pas aimer qu’on le criminalise injustement, et en préservant les libertés individuelles qui seraient mises à mal par les DRM (3).

Bien sûr, les maisons d’éditions, qui vous ont fait croire pendant longtemps être vos amies, vont perdre de l’argent au passage, mais vous, les artistes, vous allez en gagner beaucoup.

Or, je sais bien qu’en ce bas monde il y a plein de gens à l’esprit borné qui sont prêts à piétiner les droits des autres si cela leur rapporte, mais dans votre cas, et celui des autres artistes signataires de ce texte qui s’oppose à la licence globale, cela serait une des rares occasions où j’aurais vu quelq’un qui en fait des mains et des pieds pour y être de sa poche.

Alors, s’il vous plaît, Monsieur Mitchell, prenez le temps de réfléchir à vos intérêts, et vous verrez que le public est votre ami, et que la licence globale est le plus beau cadeau qu’il pourrait vous faire.

(1) Les règles précises de ce calcul sont énoncés dans le CPI, et reprises dans le rapport de la SORECOP. On peut estimer à 37,5% la part de auteurs, 18,75% la part des artistes-interprétes, 18,75% la part des producteurs et 25% les actions en faveur de la culture. Dans le reste de l’argumentaire, j’ai gardé donc à peu près 50% pour la "création", tous acteurs confondus.

(2) Une étude Mediamétrie recente estime que 35,5 % des foyers sont connectés à Internet, et la croissance est très rapide : je vous laisse faire vos calculs, vous verrez que des beaux jours vous attendent, si vous soutenez la Licence Globale.

(3) Avez-vous vu le film "Viva Zapatero" ? savez vous que l’émission censurée qui est au coeur de ce film a pû être diffusée aux Italiens essentiellement par Internet ? savez vous que les DRM pourraient permettre d’interdire cette diffusion ? êtes vous à faveur de la censure, Monsieur Mitchell ?

(*) Il y a une certaine confusion dans l’usage de termes comme "licence légale" et "licence globale" : pour plus de détails, voir le site de l’APA ; cela ne change pas l’analyse économique que vous trouvez ici, mais le moment venu, il faudra prendre en compte ces aspects.

http://www.pps.jussieu.fr/~dicosmo/...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
7 janvier 2006 - 13h33

Bravo pour cette remarquable démonstration, qui, je n’en doute pas, intéressera non seulement Eddy Mitchell (qui est quelqu’un que j’estime également) mais aussi tous les profanes, dont je suis.

J’ajouterai qu’avec le projet de loi DAVSI, les artistes dépendront uniquement de leur maison de disques qui peut décider du jour au lendemain de ne plus éditer leurs œuvres, sous prétexte d’ « air du temps », de manque de demande et donc de non-rentabilité. J’ai cru comprendre que des signataires-défenseurs de ces amendements avaient subi une telle mésaventure.

Quant aux artistes non « estampillés » ils n’auront plus aucune possibilité de se faire entendre si une telle loi passait.
Le formatage de la culture par des requins de la finance, l’appauvrissement du patrimoine culturel, ce n’est sûrement pas ce que veulent les créateurs qui ont eu leur chance, non ?

Valens



> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
7 janvier 2006 - 13h39

Sur un titre téléchargé et acheté à 0,99 euro sur Internet, voici comment sont répartis les bénéfices.

* 61 centimes vont à la maison de disque, communément appellée Major.

* 19 centimes vont à l’Etat avec la TVA

* 7 centimes vont à la Sacem

* 6 centimes pour le site de téléchargement

* 1 centime pour la communication de la transaction ( ? )

* 1 centime pour la licence technique de gestion

* 1 centime pour la banque ( les frais bancaires de transaction sécurisée )

Sortons la calculette : total 96 centimes. Il reste donc à l’artiste 4 centimes d’euro.

A moins d’être mondialement connu et de faire du volume sur les ventes, on voit mal comment peut vivre un artiste grâce à cette part qui lui revient. Un état de fait justement dénoncé et débattu actuellement dans le cadre de la loi DADVSI. Ce modèle économique et cette répartition des bénéfices vont-ils évoluer ?...

Pour l’instant en tout cas, dur dur d’être un artiste avec les majors au dessus.

Pierre



> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
7 janvier 2006 - 14h24

C’est pas seulement ici qu’elle doit se trouver cette letttre ouverte, mais dans tous les médias honnêtes et surtout dans la boîte aux lettres (électronique ou pas) du dit artiste. Encore faut-il que ce dernier comprenne les enjeux de ce débat, non que je veuille réduire son intelligence mais tout le monde aura remarqué actuellement l’aptitude des artistes (pas tous) à s’écraser (ce qui est étonnant dans le cas de ceux qu’on appelait à une époque "des rebelles"). Il fut un temps où les artistes (Coluche, Balavoine, Emmanuelle Béart, Lavilliers, etc...) étaient à la tête des contestations et autres mouvements pour plus d’égalité et plus de partage. Aujourd’hui il n’y a guère plus qu’un Noah pour dire ce qu’il pense et encore... il a été censuré.



> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
7 janvier 2006 - 16h10 - Posté par

Comme ils commencent à me pomper l’air à défendre leur bout de gras.Il fut un temps ou l’interêt général passait avant les intérêts particuliers.
L’autre danger c’est le flicage des internautes avec des logiciels espions qui pourront dire ce que vous téléchargez,ce que vous consommez,ce que vous pensez,vos opinions politiques(sarko se frotte les mains)vos habitudes sexuelles et d’autres enore !
Puique les "artistes"veulent jouer contre les internautes et par cela contre la,non,contre les libertés,je vais faire jouer celle qui me reste:je n’acheterais plus un seul CD et un seul DVD.
Et peu importe si ça me prive j’en ai ras le bol,de ces donneurs de leçons ou entre le oui au référendum et les insultes contre les partisans du non,la DADVSI et autres !
Peut être qu’ils ont intérêt au flicage généralisé ?on peu se poser la question.
Jean Claude des Landes


> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
7 janvier 2006 - 16h24 - Posté par

Petite préçision:les "artistes "estampillés rebelles"ça c’est pour la galerie en général,au moment ou les salariés en prennaient plein la gueule(je pense en particulier à ceux dans le nord jetés comme des malpropres et qui menaçaient de faire sauter leur usine entre autres)de quels coté étaient ces "rebelles" ?du coté des bien-pensant !Je considére que je ne leur doit strictement rien,qu’ils vivent sans nous,s’ils le peuvent.On retrouvera le support papier pour diffuser et la musique on se rabattra sur les radios et le classique.
Jean Claude des Landes
ouvrier qui commence à en avoir ras le bol qu’on le prenne pour un con-sommateur


> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
7 janvier 2006 - 16h25

Il y a quand même un problème avec la licence globale : les personnes qui achètent peu de musique seront obligés de payer cette taxe avec leur abonnement internet. Ce qui était tolérable avec la taxe sur les supports vierges (puisque celle-ci est très faible et ne lèse pas les non-consommateurs de musique, ceux-ci n’achètant logiquement pas beaucoup de ces supports vierges) n’est plus acceptable avec cette licence globale dont le coût mensuel alourdit significativement le prix de l’abonnement internet. Contrairement à la taxe sur les supports vierges, la licence globale déconnecte complétement l’activité d’achat du consommateur du prix qu’il paye. Ceux qui n’achètent pas payent pour ceux qui achètent. Evitons de généraliser ce concept...
Enfin la licence globale va engendrer un flicage accru de toutes nos connexions (je ne suis pas forçément contre mais il faut l’avoir bien en tête au moment de voter). En effet, pour que le système soit équitable vis-à-vis des artistes, il va bien falloir tracer ’qui achète quoi’ pour déterminer combien d’exemplaire d’une oeuvre un artiste a vendu, ceci pour assurer la juste redistribution du montant récolté par la licence globale.



> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
8 janvier 2006 - 12h06 - Posté par

Il n’y a pas besoin de savoir "QUI achète quoi", donc de tracer, mais simplement "COMBIEN a été acheté". Bien sûr ce n’est pas parce qu’il n’y a pas besoin que ça ne sera pas fait...mais ce pb n’est pas nouveau et existe déjà. Vous êtes déjà tracé sur la plupart des sites web commerciaux (ds le temps y’avait une demo sur le site de la CNIL, qui affichait tout plein de choses sur vous ct "rigolo").

Par contre je suis tout à fait d’accord sur le fait que la licence globale pénalise les "petits joueurs" au détriment des grands. Perso je télécharge jamais rien, pas pour des raisons éthiques ou autres, mais bêtement car je n’ai pas de connection potable régulière (j’écris de chez des mais là par ex). Par contre je copie quelques CD que mes copains me passent : je paye la redevance au passage, reste assez modeste de toutes façons (je copie ce que j’aime, je suis pas collectionneur...) et, cerise sur la gateau, j’ai tendance à acheter neufs d’autres CD des musiciens dont j’ai pu copier auparavant des CD qui m’ont plu (qd je suis en fond...). Comme bien des gens je pense, ce que les Majors persistent à nier. Bref, tout ça pour dire que ça me paraît pas très juste de payer la licence globale.

Pourquoi ne pas proposer une "individualisation des peines" : un abonnement internet globalement proportionnel au débit de l’abonné. Vous utilisez internet pour lire vos mails et poster sur bellaciao ? vous payes le prix "petit joueur", qui envoie quelques malheureux Ko de code HTML par heure. Vous êtes un collectionneur des grands hits musicaux/vidéos les plus médiatisés et éphémères ? vous payes le prix "satureur de bande passante" qui fait pleurer le voisin du dessou qui patiente 30s à chaque téléchargement de mail. Très possible qu’il y ait des effets pervers auquels je n’ai pas pensés, mais à priori ça me semble assez juste. En tout cas, inattaquable par un vrai libéral ;) (qui doit considérer la licence globale comme un avater communiste : tous égaux de fait devant l’accès à la culture ! arg !!! et encore, imaginons qu’il se trouve d’affreux rouges pour moduler le prix de la licence globale en fonction des revenus !)

Thomas


> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
14 janvier 2006 - 17h34 - Posté par

Sauf qu’il ne s’agira pas juste d’un simple comptage de visite de page web ! Vu l’enjeu (redistribution du montant des taxes vers les auteurs) il va falloir que le distributeur prouve que tel titre a bien été téléchargé tant de fois. Donc il devra conserver des informations concernant les acheteurs (comme son n° de CB ou un certificat quelconque) pour les présenter à l’organisme de contrôle. C’est bel et bien qui achète quoi...


> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
7 janvier 2006 - 17h31

Moi, ca ne m’interesse pas de payer 4 euros sur mon abonnement internet, alors que je ne télécharge ni musique, ni films. Je trouve cela ahuri. Ca m’est déjà arrivé qu’on me prête quelques DVDs ou quelques CD, mais les copier, ca ne m’interesse pas. Je préfére faire mon oeuvre auprès de l’auteur et l’acheter (d’ailleurs, on trouve des CD d’occase à pas cher). Ca m’emmerde que ca engraisse la major plus que l’artiste, j’en conviens. Mais NON à l’augmentation de mon abonnement Internet.



> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
7 janvier 2006 - 17h51 - Posté par

Je n’ai pas non plus envie de payer 4 euros pas mois (soit une augmentation de 20% !) pour ne pas télécharger des MP3 inécoutables.
Je paie mon écot en achetant quelques CD, et surtout en allant voir les artistes dans des petites salles.

Mais il paraît que la licence globale sera "optionnelle et volontaire". On peut toujours essayer d’y croire.


> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
9 janvier 2006 - 08h24 - Posté par

Je ne crois pas qu’il s’agisse d’augmenter tous les abonnements Internet, mais d’offrir en option le téléchargement des musiques et des films moyennant une licence globale.
Celui ou celle qui ne télécharge pas ou très peu de musiques et de films (achats à la carte sur les sites spécialisés) ne doit pas payer la licence globale. Je ne sais pas si c’est ce qui est prévu, mais ça me semble cohérent et juste : on ne paye pas pour un service dont on ne profite jamais.


> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
14 janvier 2006 - 23h14 - Posté par

Une des réaction disait ceci "Je préfére faire mon oeuvre auprès de l’auteur et l’acheter (d’ailleurs, on trouve des CD d’occase à pas cher)." J’ai trouvé amusant cette contradiction dans une même phrase ! Sache que lorsque tu achète un CD d’occasion, l’artiste touche 0€. Soit moins qu’en le gravant, puisque le CD utilisé pour graver est taxé ! ;-)

Chrysostome


> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
7 janvier 2006 - 19h27

Je n’ai jamais téléchargé de musique via un logiciel gratuit, j’ai essayé une fois sur un site payant, et cela a foiré car il fallait une saloperie de confirmation pour que cela marche, et j’achète pleins de CD en étant conscient de payer surtout la FNAC que les artistes, et je dis que cet article est excellent. MERCI A L’AUTEUR.

d’autre part, ceux qui disent qu’ils ne veulent pas payer quelques euros de plus pour l’abonnement internet n’ont pas compris que tous les prix sur des choses vitales augmentent. (eau, energie)

l’art est non vital, mais indispensable. Vive les musiciens et vive la culture.

jyd.



> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
7 janvier 2006 - 19h57 - Posté par

"d’autre part, ceux qui disent qu’ils ne veulent pas payer quelques euros de plus pour l’abonnement internet n’ont pas compris que tous les prix sur des choses vitales augmentent. (eau, energie)"

En règle générale, quand il y a quelques euros sur une facture EDF, eau ou autres, ils correspondent effectivement à un service utilisé directement ou indirectement (hors remplissage de poches d’actionnaires)

Là on nous parle d’ajouter entre 4 et 7 euros sur un abonnement Internet pour un service que je n’ai pas l’intention d’utiliser.

Autant les rajouter sur les impôts sur le revenu de tout le monde, ça sera moins hypocrite.


> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
7 janvier 2006 - 20h46 - Posté par

"En règle générale, quand il y a quelques euros sur une facture EDF, eau ou autres, ils correspondent effectivement à un service utilisé directement ou indirectement (hors remplissage de poches d’actionnaires)"

Car il est possible de quantifié la consommation dans ces cas précis.
il est difficile de dupliquer un litre d’essence ou un KW/Heure d’electricité...

Pour le téléchargement, c’est sans espoir car des logiciels permettront toujours de faire des téléchargement gratuits. C’est juste une histoire de gains pour les grosses boites, qui paniquent en imaginant leur manque à gagner si le téléchargement gratuit est officiel.

Le même type de problème apparait pour la distinction entre FORFAIT et prix à payer pour une quantité REELLEMENT utilisée d’un article (ou service).

donc le même raisonnement est à faire pour :
 la téléphonie (on paie un forfait pour le téléphone + la durée de communication)
 l’énergie aussi : vous payez toujours un forfait EN PLUS de la consommation réelle.

Raisonnement donc incorrect et peu rigoureux si on est contre le téléchargement gratuit.

En fait , c’est la démagogie du "tout gratuit" apparent qui est en cause.

Et effectivement, je serais assez pour une solution plus juste :
impot direct proportionnel sur revenu pour financer tous les services.
comme cela, on aurait des services publics gratuits (energie, eau) , le droit de dupliquer (comme avant) et le devoir de payer les artistes.

les forfaits et TVA sont des prélevements injustes, car indépendants des revenus de ceux qui achètent, et comme le prouve l’auteur de l’article, qui ne profite pas à celui qui fait reellement le travail.

jyd.


> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
8 janvier 2006 - 12h10 - Posté par

"Autant les rajouter sur les impôts sur le revenu de tout le monde, ça sera moins hypocrite."

quoi ? faire des artistes d’"affreux fonctionnaires" ! on en a pendu pour moins que ça !

th


> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
8 janvier 2006 - 06h17 - Posté par

achète des cd d’occasion, il y a un choix énorme de sites et de titres, tu feras des économies et n’engraisseras pas les maisons de disques.


> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
7 janvier 2006 - 20h25

Moi je n’apprécie pas Eddy Mitchell : mauvais chanteur, acteur médiocre et plus que présomptueux.

Et je n’ai pas accepté qu’il ait parlé de la Corse comme d’une île peuplée de crétins.

Preuve qu’il n’est pas bien intelligent lui-même.



> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
16 janvier 2006 - 09h02 - Posté par

J aimerais bien lire ce texte d Eddy Mitchell,l envoyer à mes cousins.......

Eddy, tu as fini d aller passer tes vacances en Corse.......

D autre part,boycottons les 30 artistes qui ont signé une petition macabre......Et tous ceux qui veulent nous fliquer.....

Les cds et dvds,on se les procurera ,sur les sites de ventes aux enchères.....Ou on trouvrera d autres moyens......


> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
23 novembre 2007 - 22h36 - Posté par

eddy pas intelligent ???
tu n’as qu’a ecouter ses chansons...on en reparlera...
si tu arrives a comprendre le fond du discours bien sur...


> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
7 janvier 2006 - 21h53

Les majors du disque et les éditeurs sont contre l’idée de la licence globale , ils brandissent l’épouvantail et prédisent la mort de la création , si l’amendement devenait loi .

Comme ils criaient quelques vingt et trente ans plus tôt à propos de la licence légale pour la radio , ou encore de l’enregistrement des cassettes audio et vidéo …
Ils ont sollicité une taxe sur tous les supports vierges , cassettes audio , vhs , cd , dvd et disques durs ...

Aujourd’hui , ils veulent encore des sous , plus de sous …

Les peines encourues pour le téléchargement P2P sont de trois ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende .
Sinon il nous faudra sortir nos planches à billets et les fabriquer la nuit .

Dans tous les cas de figures , nous risquons la prison ...

Jean



> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
7 janvier 2006 - 22h03

La licence globale apparaît comme le dernier rempart face à la stratégie de fermeture , par une poignée d’industriels , souhaitant contrôler les accès aux oeuvres , en limiter les utilisations , et percevoir une rémunération fixée unilatéralement .

Le Ministre de la Culture en fait un combat personnel , c’est le " Don Quichotte " des temps modernes face à la troisième révolution industrielle l’Informatique .

Renaud Donnedieu de Vabres , plutôt que de chercher l’apaisement et l’intérêt général soutien l’industrie du disque .
Il propose à l’Assemblée Nationale d’adopter un projet de loi absurde et injuste , la riposte graduée , une répression moyenâgeuse …

L’avenir est au P2P , c’est l’accès à la connaissance et à la diversité culturelle .

Il s’agit d’innover et de fonder le P2P comme une nouvelle source de rémunération .
Le P2P va peu à peu accéder à une légalisation inévitable partout dans le monde …

Jean



> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
8 janvier 2006 - 12h06

MOI , je suis CONTRE une surtaxe (de quelque nature que ce soit) sous prétexte que certains téléchargent des trucs « illicites ».

Et si tout le monde se met à réclamer son écot (presse écrite, et autres), en prétendant que tout est "gratuit" pour l’Internaute, on en arrivera au même point que la redevance télé où on paie une somme énorme mais où on n’a aucune voix au chapitre et où ce sont les multinationales, les marchands d’armes et autres producteurs privés qui se remplissent les poches avec des programmes décérébrants, des animateurs bouffis d’orgueil et ignares et qui censurent les voix "discordantes".

Et j ‘aimerais comprendre :

QUI met ces productions à disposition sur Internet dont certaines ne sont même pas encore sorties officiellement ? N’est-ce pas eux, à la base, les « criminels », qui apparemment diffusent le produit sous le manteau ?

Pourquoi trouve-t-on sur le marché légal tout ce qu’il faut pour lire les CDs et autres (du matériel toujours plus performant et plus cher, d’ailleurs). Un peu comme si on vendait en kit et à la portée de n’importe qui tout le matériel nécessaire pour ouvrir sans peine une porte blindée ou un coffre-fort ;

Pourquoi, malgré l’évidence que ce ne sont pas les internautes (au contraire) qui freinent l’achat de CDs et DVDs, persiste-t-on à vouloir imposer cette surtaxe ?

Arrêtons de nous laisser culpabiliser, criminaliser : je lis dans ce forum « moi, je veux bien payer qqs euros de plus pour .. ». Mais combien a-t-on d’ores et déjà investi ne serait-ce que pour avoir accès à Internet ? Et combien investissent les internautes-téléchargeurs pour copier et écouter ce qui était à disposition sur des sites ? Et qui empoche cet argent ? Seraient-ils maintenant au bord de l’asphyxie ? Et si ça l’est, ce n’est pas notre problème.

Alors cessons de répéter, comme on veut nous le laisser croire, que c’est gratuit. A-t-on calculé au moins combien cela coûte par an d’avoir Internet, ses services et tous les produits annexes ? Mais on veut encore et encore se servir de nous comme vaches à lait.

Et Internet, ce n’est pas, loin de là, comme on voudrait nous le laisser croire, qu’une boîte à téléchargement. c’est une encyclopédie colossale accessible à tous, une source d’information inestimable.
Pour l’instant. A force de taxes et de mainmise des multinationales, cela deviendra une boîte vide de sens. L’information sera payante et contrôlée par les pouvoirs politiques et financiers. Comme à la télé, à la radio et dans les journaux.

Ce n’est sûrement pas cela que nous voulons, non ?

Valens



> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
8 janvier 2006 - 21h14

s’apres ce que j’ai cru comprendre les major prennent bcp d’argents pour "sponsoriser" de nouveaux artistes (enfin c’est ec qu’elles disent)
les maisons de disque n’ont jamais autant vendu de disque que cette année, alors je me demande bien où sont les pertes ....

comme le dit cet article nos portes monnaies ont bien un fond alors nous ne depenseront pas plus quoi qu’il arrive !!!!
je suis absolument contre l’idee de devoir passé obligatoirement par tel ou tel lecteur media parceque la major qui m’a vendu le support a passe un accord avec telle ou telle boite, c’est tout betement hallucinant , j’utilise des logiciel gratuit sur le net( pas seuleuement parceque c gratuit mais aussi parceque les gens qui les font s’investissent personnellement pour en faire des outils performants)

je ne me voi pas aller en prison pour avoir untiliser un freeware !!! la radio qui diffuse les derniere chanson n’a pas tué l’industrie de la musique au contraire c devenu l’outil de propagande qui nous enfonce les musique ds la tete jusqu’a ce que nous allions les acheter

donc je dit que des telechargement libres sont une bonne chose et j’approuve l’idee de license globale



> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
9 janvier 2006 - 11h55

Quel est le réseau aux normes internationales le plus important au monde ?

L’électricité ? Les chemins de fer ? NON

Les TELEPHONES.

Et bientôt, on pourra les interconnecter SANS passer par INTERNET.
Ce réseau CONTIENDRA internet.
Et les échanges seront complètement cryptées à la volée...
Ce sera le véritable point à point (peer to peer - P2P)

Je connais la personne qui développe ce produit et nous espérons le mettre sur le marché cette année. Le logiciel qui est un OS complet, fait 150 ko).

Et cet informaticien, même si il est parmi les meilleurs, ne doit pas être le seul à travailler sur ce type de produit.

Salut les lois liberticides ;-)

Skblllz



> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
15 janvier 2006 - 06h56

Et si “Lèche-bottes-rock & blues”, précisait combien il lui reste après piratage ?



> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
16 janvier 2006 - 09h07 - Posté par

Ces"idoles",qui ont dechainé les foules,plus ils sont riches,plus ils en veulent.......

Eddy,exile toi en Suisse,comme ton copain......Cassez vous tous en Suissse,vous pourrez surveiller vos comptes en banque de plus pres......Vous etes indesirables,ici......


> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
16 janvier 2006 - 09h08 - Posté par

Desolé,je voulais dire en Belgique.....C est l ennervement qui m a fait deraper sur mon clavier.......


> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
16 janvier 2006 - 09h26 - Posté par
> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
16 janvier 2006 - 17h23 - Posté par

Suite : Si je ne me trompe pas, le premier chanteur cité doit toucher autant que 46000 smicards. On se ferait Belge ou Suisse pour moins que ça !


> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
17 janvier 2006 - 06h11 - Posté par

Pan sur les doigts !!! Faut dire ausi que je calcule toujours en très anciens francs, ceux d’avant " Mon-Général-des-Deux-Églises " et qu’il m’arrive même de parler de pièces de vingt et de cent sous... D’où l’âge du capîtaine.
Vérifiez si le cœur vous en dit.. ; Montant actuel du SMIC


> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
16 mars 2006 - 16h56

Pauvres eddy mitchell, sardou et consorts qui risquent de se retrouver sur la paille ! Non franchement, de qui se moquent-ils ? On serait sensés les plaindre, peut-être ?
Ce sont curieusement les plus friqués qui montent aux créneaux. Les petits artistes, eux, ne semblent pas trop se plaindre : normal, car le peer to peer leur permet aussi de se faire connaitre et ca ramène du monde à leurs concerts.
De toutes manières, ces connards de crooners de salons peuvent dormir tranquilles : même gratuits, leurs disques, on n’en veut pas. Leur culture fast food est enfin mise sur un pied d’égalité avec les artistes qui ne passent pas à la radio toutes les cinq minutes. Je crois que c’est encore ca qui doit leur être le plus intolérable.



> DADVSI : Lettre ouverte à Monsieur Eddy Mitchell
2 avril 2006 - 15h18

Pauvres artistes qui crèchent en haut de l’avenue Foch, squattent des bureaux dans le triangle d’or des Champs Elysées et qui crient famine.

Tiens, ça me rappelle un chanteur qui dans les années 70 monnayait les séquences de dédicaces dans des magasins de fringues en demandant 5000 balles en liquide pour les deux heures passées…

Le téléchargement est responsable de ces pratiques toujours en court ?……






"L’obéissance est notre problème"
vendredi 16 - 20h19
de : Deeplo
CUBA : Ce petit pays du Tiers-Monde qui va à l’étranger pour soigner des vies Humaines et non pour tuer !
vendredi 16 - 17h58
Gilets jaunes : blocage de sites pétroliers en Wallonie
vendredi 16 - 17h15
de : RTBF
Jann Halexander & Abad Boumsong proposent l’AFRIKAN KABARET
vendredi 16 - 12h36
L’équipe qui domine / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 15 - 18h02
de : Hdm
STRASBOURG : Grève de la faim, Macron ne sait pas, ne voit pas, n’entend pas !
jeudi 15 - 16h28
de : JO
Il y a 30 ans, ARAFAT proclamait l’Etat Palestinien
jeudi 15 - 16h14
de : JO
COMMEMORATIONS du 11 NOVEMBRE : La Serbie sanctionnée !
jeudi 15 - 15h59
de : JO
1 commentaire
MARSEILLE : La Marche de la Colère dégénère !
jeudi 15 - 15h51
de : JO
Le 17 novembre sera-t-il apolitique ?
jeudi 15 - 09h19
2 commentaires
Rejet des gilets jaunes ou le mépris du peuple.
mercredi 14 - 17h20
8 commentaires
MEXIQUE : Le Président élu invite Nicolas Maduro à son investiture !
mardi 13 - 17h45
de : JO
LES 5 ARNAQUES DES AUTOROUTES : CQFD !
mardi 13 - 17h07
de : JO
2 commentaires
17 novembre : pourquoi les syndicats traînent-ils des pieds, alors que les politiques courent après ?
mardi 13 - 16h45
7 commentaires
Armes Européennes chez Daesch : Des langues se délient !
lundi 12 - 18h02
de : JO
Les grosses augmentations de certains ministres en 2018
lundi 12 - 11h58
de : JO
1 commentaire
Enfoirés de journalistes !
lundi 12 - 10h10
de : jean 1
5 commentaires
« Fêtons la gratuité ! » le samedi 5 janvier à Lyon !
lundi 12 - 09h18
de : Paul Ariès
1 commentaire
La Bible, les terres et les missionnaires du temps de la « pacification » des colonies.
dimanche 11 - 22h02
de : Christian DELARUE
CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Censurons les censeurs !
dimanche 11 - 14h56
de : JO
1 commentaire
LE MONDE SELON MONSANTO - De la dioxine au OGM, une multinationale qui vous veut du bien
dimanche 11 - 08h46
de : Ernest London
1 commentaire
VENEZUELA : La Révolution se défend contre le terrorisme économique !
samedi 10 - 17h39
9 commentaires
Make Anti-Imperialism Great Again !
samedi 10 - 17h07
de : jean 1
1 commentaire
Réformes de l’éducation : « C’est un projet élitiste, autoritaire, réactionnaire et libéral »
samedi 10 - 06h08
Carburants ou pouvoir d’achat : les raisons de la colère
vendredi 9 - 20h44
de : Christian DLR (cgt fin pub)
Du 11 Novembre 1918… au 1er Septembre 1939… D’une guerre mondiale… à l’autre…
vendredi 9 - 13h31
de : Emission Polémix et La Voix Off
rencontre nationale des secteurs en lutte samedi 10 novembre à Paris !
vendredi 9 - 11h17
de : SUD Poste 92
2 commentaires
Ce mensonge du gouvernement qui pourrait vous coûter très cher !
vendredi 9 - 11h07
de : JO
Les GM&S attaquent PSA et Renault en justice
jeudi 8 - 16h08
Gender Recognition Act : la lutte des femmes britanniques pour ne pas être effacées
jeudi 8 - 12h36
de : Female-
5 commentaires
#fachosphère / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 8 - 11h51
de : Hdm
Sortons du vrai-faux débat sur le prix du carburant. Défendons le droit à l’énergie élémentaire via sa gratuité !
jeudi 8 - 07h54
de : Paul Ariès et l’Observatoire international de la Gratuité (OIG)
12 commentaires
Retraite Complémentaire : Très mauvaise nouvelle qui vous attend en 2019
mercredi 7 - 15h27
de : JO
Mélenchon : les limites juridiques, judiciaires et politiques de l’enquête préliminaire
lundi 5 - 16h00
de : Foolad
2 commentaires
Les approches libertaires de l’école du Rojava
lundi 5 - 12h06
de : jean 1
Suicide d’une factrice : ses collègues exigent le départ des encadrants depuis 10 jours
dimanche 4 - 13h37
L’abécédaire de Daniel Guérin
vendredi 2 - 14h03
de : jean 1
Arkéa : les épargnants en danger !
vendredi 2 - 12h15
de : Guirec
Détermination kurde - Retour à Kobané
jeudi 1er - 19h37
de : Pierre Bance
JAMAIS TROP TARD ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 1er - 12h46
de : Hdm

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Tous les hommes sont des intellectuels, mais tous les hommes ne remplissent pas dans la société la fonction d’intellectuel. Antonio Gramsci
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite