Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Assurance Chômage : l’accord est illégitime ! Il faut renégocier !
de : Patrice Bardet
mercredi 11 janvier 2006 - 10h27 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires

au sommaire :
 l’accord signé est ILLEGITIME
 pour une gestion des ASSEDIC démocratique

en pièces jointes :
 propositions défendues par la CGT pendant les négociations
 qu’est qu’une Offre Valable d’emploi ? : exigences de la CGT


Assurance Chômage : l’accord est illégitime ! Il faut renégocier !

Ainsi donc, sans "surprise", le 10 janvier 2006 la CGC (syndicat qui dans ses statuts... collabore avec le patronat) a rejoint à la presque unanimité ... les signataires de l’accord scélérat Assurance Chômage ! (pour un historique "instructif" du syndicat CGC, lire)

Les signataires CFDT, CGC, CFTC sont minoritaires

En pourcentage des voix exprimées aux élections prud’homales de 2002 (dernières élections)
 CFDT = 25,22 %
 CFTC = 9,64 %
 CGC = 7,02 %
Soit un total de 41,88 % des voix exprimées !

Les signataires n’ont donc aucune légitimité !
Cet "accord" est donc ILLEGITIME !
IL FAUT RENEGOCIER

Les NON signataires CGT et FO sont majoritaires

 CGT = 32,14 %
 FO = 18,29 %

soit 50,43 % des voix exprimés ! ( non comptés FSU, G10, UNSA)

Les signataires n’ont donc aucune légitimité !
Cet "accord" est donc ILLEGITIME !
IL FAUT RENEGOCIER

Pour mémoire, la loi Fillon ne prévoit qu’une "opposition" d’une majorité de syndicats !
Cet "accord" est rendu légal, par un artifice,
contre toute démocratie !


Pour une Gestion des ASSEDIC Démocratique

Les cotisations ASSEDIC sont du salaire socialisé. Les patrons n’ont donc pas à les gérer.

Actuellement, dans les Assédic et à l’UNEDIC
 les organismes sont paritaires : 50% employeurs, 50% salariés : il suffit qu’un seul administrateur salarié vote avec les patrons pour faire une "majorité"
 les administrateurs salariés dont désignés par les Confédérations ( et chaque syndicat ... a le même nombre d’administrateurs ! La CGT a donc 5 administrateurs, la CGC...également 5 )
 la présidence est alternée Patronat, Syndicats : Le PATRONAT CHOISIT son Candidat Salarié !!!

En pratique , les patrons ( 25) + un des syndicats (5 administrateurs par syndicat) sont toujours majoritaires en nombre de voix (règle que veut faire entériner le patronat)

La CGT exige pour tous les organismes sociaux :
 la fin du paritarisme ( les salariés doivent être majoritaires)
 l’élection des administrateurs salariés par les salariés (et privés d’emploi)

 S’agissant de la représentation des employeurs, elle devrait être déterminée dans le cadre de collèges représentatifs de la diversité des entreprises et des employeurs : notamment les associations et l’économie solidaire ne sont pas représentées, alors qu’elles emploient plusieurs millions de salariés )


Lire aussi Assurance-chômage : "Il faut renégocier" !

principales exigences de la CGT

PDF - 130.7 ko

Offre valable d’emploi

PDF - 104.9 ko

RESISTANCES !

Patrice Bardet, militant CGT, patrice_bardet@yahoo.fr

remarque : seules les deux pièces jointes sont des positions officielles de la CGT



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Assurance Chômage : l’accord est illégitime ! Il faut renégocier !
11 janvier 2006 - 13h20

Salut Patrice,

Où est-il le texte officiel de la CGT qui affirme ceci :

La CGT exige pour tous les organismes sociaux :
 la fin du paritarisme ( les salariés doivent être majoritaires)
 l’élection des administrateurs salariés par les salariés (et privés d’emploi)
 S’agissant de la représentation des employeurs, elle devrait être déterminée dans le cadre de collèges représentatifs de la diversité des entreprises et des employeurs : notamment les associations et l’économie solidaire ne sont pas représentées, alors qu’elles emploient plusieurs millions de salariés )

Merci d’avance

Kaoutchousky



> Assurance Chômage : l’accord est illégitime ! Il faut renégocier !
11 janvier 2006 - 15h59 - Posté par

13 nov 2003 :

Lettre ouverte adressée à : MEDEF, CGPME, UPA, confédérations CFDT, CGC, CFTC, FO, et pour info à la direction de l’UNEDIC

Mesdames, messieurs,

Il n’est pas courant que la CGT s’adresse par lettre ouverte à l’ensemble des organisations syndicales et patronales.
Depuis des mois, voire des années, nous constatons des dérives en matière de loyauté des négociations, de respect de règles démocratiques élémentaires sur la question de l’assurance chômage. De plus, l’institution UNEDIC et ses moyens sont appropriés par une partie des organisations.

Le dossier des intermittents est révélateur de ce constat.
Une immense majorité des salariés des professions du spectacle s’est prononcée contre les propositions patronales, durant les négociations du printemps et de l’été. Cet avis n’a pas été entendu et respecté.

Encore une fois une minorité a considéré que l’immense majorité ne comprenait rien, et a refusé de prendre en compte les propositions élaborées avec les salariés concernées, alors que celles ci permettaient de combattre l’utilisation abusive de l’intermittence.

Durant les négociations, à deux reprises, l’institution UNEDIC a pris partie et a porté les propositions patronales, au travers de la publicité pour le projet d’accord, avec les fonds de l’UNEDIC, sans informer les membres du bureau de cette institution. Alors que cet accord n’était ni signé, ni conclu et encore moins agréé.

Une nouvelle fois un accord interprofessionnel a été signé par une minorité, bafouant par-là même la représentativité des organisations syndicales, exprimé par le scrutin des prud’hommes.
Les textes négociés et soumis à la signature des organisations syndicales et patronales n’ont pas été les mêmes que ceux soumis à l’agrément du gouvernement, ce qui constitue une première en matière de négociation sociale.

La CGT a pris ses responsabilités et a été contrainte d’utiliser les armes juridiques pour défendre le droit des salariés et acter son profond désaccord sur ce genre de méthodes.

Face à la menace de voir la procédure juridique rendre caduque cet accord de régression sociale et falsifiée en catimini, le MEDEF et les signataires poursuivent leur fuite en avant. Ils convoquent, sans préalablement en avertir la CGT et Force Ouvrière, une réunion le 13 novembre 2003 de partenaires sociaux pour tenter de rattraper leur participation et recourir une procédure d’agrément. Or cela ne peut être valable, l’agrément n’ayant pas été retiré par le gouvernement.

La CGT ne peut tolérer l’attitude du fait accompli. Alors que les derniers sondages lui confèrent la confiance de 51% de la population active, notre organisation ne peut accepter d’être traitée de la sorte.

Le manque de respect des procédures, le passage en force sont d’un autre âge. Il est temps pour les organisations syndicales et patronales et les pouvoirs publics de s’engager sur la voie de la démocratie sociale.

Le paritarisme, tel qu’il se pratique au sein de l’UNEDIC amène des comportements anti-démocratiques, une répartition arbitraire des rôles, dans le non-respect de la représentativité tant patronale que syndicale.

Dans une période où des milliers de chômeurs vont être plongés dans l’exclusion, où des milliers de salariés du spectacle vivant et de l’audiovisuel vont être interdits de faire leur métier, nous réaffirmons qu’il est temps de rénover un système d’indemnisation à bout de souffle et qui ne répond pas aux besoins des salariés.

Le 13 novembre, date de la réunion du conseil d’administration de l’UNEDIC, constitue pour la CGT, un moment important où nous réaffirmerons nos exigences en matière de démocratie sociale. Nous souhaitons, à cette occasion porter notre volonté de démocratisation de cette institution, avec la nécessaire élection de ses membres, avec le renforcement du collège salarié.

Le 13 novembre à 16h30 lors de cette pseudo séance de négociations, nous dénoncerons l’absence de fondement légal, d’une telle réunion. Il ne peut y avoir de séance de rattrapage, au mépris des règles légales.

Pour la CGT Jacqueline Lazarre membre de la CE Confédérale


Ensuite automne 2005 :

Entretien avec Bernard Thibault pour Vacarme édition automne 2005

/…

 On sait que vous réclamez d’autres changements du droit. Vous estimez par exemple qu’on ne tient pas compte en France de l’influence électorale réelle de chacun des syndicats.

Il y a en effet une aberration dans la situation française : on refuse de faire du dialogue social une institution démocratique. Le système administratif reconnaît chaque syndicat pour un, indépendamment de sa représentativité réelle. Au niveau national interprofessionnel, une liste de cinq confédérations réputées représentatives a été arrêtée en 1966. En droit, il suffit que l’un de ces syndicats signe un accord pour qu’il soit applicable. Chaque syndicat a donc la capacité de contribuer à des modifications du droit (des conventions ou des accords) au nom de tous les salariés, quel que soit son poids réel auprès d’eux. Conséquence : dans la négociation « à la française », on cherche d’abord et avant tout à obtenir des signatures plutôt qu’à mener une vraie négociation. Il faut mettre fin le plus tôt possible à cette situation.
Les dernières dispositions Fillon ont très légèrement amendé ce système en instaurant un « droit d’opposition » : s’il se trouve une majorité de syndicats pour s’opposer à l’accord, celui-ci n’est pas valable. Dans un pays où l’on regrette si souvent que les syndicats s’opposent systématiquement à tout, il est tout de même savoureux que le législateur ait codifié le droit de s’opposer. On reconnaît ainsi à la majorité des syndicats le droit de s’opposer à ce que la minorité décide. Mais encore une fois, on parle de la majorité des syndicats, pas d’une majorité représentative. Ce système est par ailleurs très pervers. Il peut être un formidable encouragement à la multiplication des syndicats « maison », créés de toute pièce par des employeurs qui ne seraient pas satisfaits de leurs interlocuteurs syndicaux.

 Que proposez-vous à la place du décret de 1966 ?

Première mesure : tout salarié, quel qu’il soit, et quelle que soit l’entreprise dans laquelle il travaille, doit pouvoir compter sur les droits et les moyens de garantir ses intérêts professionnels. Les médecins, les viticulteurs, la plupart des professions libérales bénéficient d’un système de représentation de leurs intérêts professionnels ; ce n’est pas le cas pour tous les salariés. Il faut mettre fin à cela par tous les moyens : élections de site, élections professionnelles, élections d’entreprise… Dès lors qu’on a des élections, on a un instrument d’appréciation et de mesure de la représentativité réelle des syndicats. À partir de là, il faut tenir compte de ce qui en ressort. Plutôt que d’arrêter par décret – sur décision d’un ministre – une liste des organisations dites représentatives, nous proposons qu’on fixe un seuil. Nous avons suggéré un seuil de 5%. Pour prendre l’exemple des élections par branche, toute organisation recueillant au moins 5% des voix serait reconnue -représentative de l’ensemble des salariés d’une même branche, et pourrait donc participer aux négociations pour le collège correspondant. Dans le prolongement de cette logique, on considérerait qu’un -accord n’est valable qu’à condition d’avoir reçu la signature d’organisations qui, toutes cumulées, représentent au moins 50% des salariés concernés par l’accord qui se sont exprimés lors des dernières élections professionnelles.

 Ce type de dispositif ne peut être adopté que par le Parlement : exercez-vous un lobbying en direction des partis pour qu’ils l’inscrivent à leur programme ?

Nous n’arrêtons pas. Nous avons particulièrement avancé sur ce sujet fin 1998-début 1999, au moment de la transition entre le départ de Louis Viannet et mon arrivée au secrétariat de la confédération. Notre fédération de l’Énergie avait déposé un recours devant le Conseil d’État pour contester un accord EDF qui n’avait été signé que par des organisations minoritaires. Le Conseil d’État avait cassé l’accord, non au motif de l’absence de représentativité des signataires, mais sur le fond. À partir de là, nous avons mis sur le tapis le problème de la démo-cratie sociale et travaillé sur des propositions alternatives. Une autre étape importante a donné à cette exigence plus de tonus encore : la mise en œuvre des 35 heures dans les entreprises. On touchait là à des aspects aussi importants de la vie des salariés que les horaires de travail. Mais on a vu des accords signés par des représentants syndicaux très peu représentatifs de leur entreprise. L’employeur avait pu arracher la signature de tel ou tel représentant, qui n’avait pourtant obtenu aux élections professionnelles que 3, 4 ou 10% des voix. C’était valable en droit, mais socialement ingérable. Depuis, nous n’avons plus lâché l’exigence de révision des règles de négociation, auprès des politiques de différentes majorités.

 Qu’en dit le Parti socialiste ?

Si je n’avais qu’un reproche – je n’en ai pas qu’un ! – à adresser à la gauche lorsqu’elle était au gouvernement, c’est de ne pas avoir proposé cette réforme. Au PS, on me dit aujourd’hui que cela ferait partie des premières réformes menées, s’ils -revenaient au pouvoir… Mais c’est une majorité de la même couleur qui a refusé, en son temps, de faire ce choix. On m’avait dit à l’époque : « Tu as raison, mais on verra ça le coup d’après. » Sauf que la législature d’après n’a jamais eu lieu... Nous verrons ce qu’il en est, et nous serons très attentifs à la manière dont les uns et les autres préciseront leurs objectifs et leurs programmes : cela commence aujourd’hui.
…/

Et encore,

Kaoutchousky, si tu as le temps, il y a 14 pages à cette adresse du « peuple » organe de presse CGT :

Une majorité dans la négociation collective

Esteban


> Assurance Chômage : l’accord est illégitime ! Il faut renégocier !
11 janvier 2006 - 16h01 - Posté par

Sur la représentation des employeurs ; nottament les associations et l’économie solidaire elles sont soit surreprésentées dans différentes instances soit infiltrées via la CFDT surtout ds le monde associatif. Avec l’attitude que l’on connait.
Donc donnons plus de poids à la représentartivité syndicale au lieu d’y inclure le club de boulles du coin.


> Assurance Chômage : l’accord est illégitime ! Il faut renégocier !
11 janvier 2006 - 16h13 - Posté par

Là, il s’agit bien de la représentativité des EMPLOYEURS !

Les employeurs de l’économie solidaire ( par ex les mutuelles ) et associations ne sont pas représentées en tant que telles. Il me semble qu’aux Priud’hommes de 2002, dans certains conseils, il y avait des listes indépedantes du MEDEF, CGPME et UPA.

Ces employeurs emploient plus de 10 % des salariés.

Patrice Bardet


à Kaoutchousky (commentaire de 13h20)
11 janvier 2006 - 16h53

Le document le plus complet dont je puisse conseiller la lecture :

Vers un nouveau progrès social ( repères revendicatifs de la CGT ) (attention : 97 pages - 640 ko)

en particulier les pages 31, 45 , 46

Il y en a d’autres, mais celui-ci pose les grands principes et est de loin le plus complet (établi en 2002) ; ce n’est d’ailleurs pas celui là dont j’ai extrait les rendications que j’ai citées de la CGT, mais d’autres plus partiels. Ceci dit, le principe que j’ai résumé est fidèle (en remarque : je suis administrateur collège salariés d’un organisme social paritaire)

fraternellement

Patrice

patrice_bardet@yahoo.fr






Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
1 commentaire
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
1 commentaire
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c'est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite