Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le lobby sioniste et la gauche : questions embarrassantes
de : Jeffrey Blankfort
jeudi 23 février 2006 - 14h26 - Signaler aux modérateurs

Le lobby sioniste et la gauche : questions embarrassantes

Jeffrey Blankfort

Left Curve N° 27 (revue canadienne) 1er semestre 2003

[traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier]

1991. Noam Chomsky vient de terminer une conférence à l’université de Berkeley sur le thème du conflit israélo-palestinien. Il répond aux questions de l’assistance. Un Américain d’origine arabe lui demande d’expliquer sa position sur l’influence du lobby israélien aux Etats-Unis.

Chomsky lui répond que la réputation de ce lobby est généralement exagérée et qu’à l’instar d’autres groupes de pression, il ne semble puissant que dans les cas où sa position correspond à celle des « élites » qui décident de la politique américaine, à Washington. Plus tôt, dans la même soirée, il avait affirmé qu’Israël recevait le soutien des Etats-Unis en retour des services rendus par ce pays en sa qualité de « flic de service » des Etats-Unis au Moyen-Orient.

La réponse de Chomsky suscite les applaudissements nourris d’une partie du public, visiblement satisfaite de voir les juifs américains absous de toute responsabilite dans l’oppression par Israël des Palestiniens, alors dans la quatrième année de leur premiere Intifada.

Ce qui est notable, c’est que l’explication donnée par Chomsky du soutien financier et politique accordé par les Etats-Unis à Israël depuis des décennies est partagée par ce que l’on désigne généralement par l’expression « lobby israélien », et pratiquement par personne d’autre.

Plutôt, pas tout à fait par « personne d’autre ». Parmi les rares mais néanmoins notables exceptions, il faut relever les majorités écrasantes tant du Congrès que des médias consensuels, et - ce qui est tout aussi notable - la quasi totalité de la gauche américaine, tant idéologique qu’idéaliste, y compris des organisations qui se montrent ostensiblement en première ligne du combat en faveur des droits des Palestiniens.

Le fait qu’il y ait une conjonction des esprit, à ce sujet, entre les partisans d’Israël et la gauche, peut contribuer à expliquer pourquoi le mouvement « pro-palestinien », aux Etats-Unis, est un flop réténtissant.

La position de Chomsky sur le lobby sioniste s’est formée bien avant cette conférence à Berkeley. Dans le Triangle Fatal [The Fateful Triangle], ouvrage publié par Chomsky en 1983, il lui concédait déjà un maigre pouvoir. Citation : « La « relation spéciale » (entre les USA et Israël, ndt) est souvent attribuée à des pressions politiques internes, et en particulier, à l’efficacité du lobbying de la communauté juive américaine dans le milieu politique et dans les médias. Bien que cela soit en partie vrai, cette affirmation sous-estime l’ampleur du soutien américain à Israël, tout en exagérant le rôle que des groupes politiques de pression sont supposés jouer dans le processus de prise de décision politique. » (p. 13)

Un an auparavant, le Congrès avait applaudi à l’invasion israélienne dévastatrice du Liban, avant de voter des millions de dollars d’aide exceptionnelle à Israël afin d’aider l’armée israélienne à payer les milliers de projectiles qu’elle avait utilisés. Quelle proportion de ce soutien était-elle due au soutien des législateurs à Israël, et quelle proportion était-elle attribuable aux pressions du lobby israélien ? C’était là une question qui aurait dû être examinée par la gauche, à l’époque. Mais elle ne l’a pas été. Vingt ans plus tard, l’opinion de Chomsky en la matière est restée « la croyance admise ».

2001. Au beau milieu de la seconde Intifada, Chomsky est allé encore plus loin, avançant qu’il est particulierement incongru - en particulier aux Etats-Unis - de condamner les « atrocités israéliennes », et que « conflit israélo-palestinien » est une expression plus correcte, car elle est comparable au fait de désigner les véritables responsabilités, comme dans le cas des « crimes commis par les Russes en Europe de l’Est et « des crimes commandités par les Etats-Unis en Amérique centrale ». Et pour bien souligner ce point, Chomsky a écrit : « Les hélicoptères de l’armée israélienne sont des hélicoptères américains, pilotés par des Israéliens. »

Le professeur Stephen Zunes, que l’on peut qualifier à juste titre d’acolyte de Chomsky, aurait non seulement tendance à absoudre les juifs israéliens de toute responsabilité dans leurs exactions : il voudrait nous faire croire qu’ils sont les victimes.

Dans « Tinderbox », son nouveau livre sur le Moyen-Orient, généreusement encensé par Chomsky et d’autres, Zunes accuse les Arabes de « blâmer en permanence Israël ou le sionisme, voire les juifs, de leurs propres problèmes. » D’après Zunes, les Israéliens auraient été contraints d’assumer un rôle similaire à celui qui etait assigne aux membres des ghettos juifs d’Europe orientale, qui assuraient des services - principalement la collecte des impôts - en qualité d’intermédiaires entre les seigneurs féodaux et les serfs, en des temps reculés. En réalité, écrit Zunes, « la politique américaine, aujourd’hui, correspond à cet antisémitisme historique. »

Quiconque comparera la puissance des communautés juives dans les siècles passes à celle qui est la leur aujourd’hui aux Etats-Unis ne pourra que trouver absurde une telle affirmation. En réalité, le pouvoir juif a même été vanté, avec tambours et trompettes, par un certain nombre d’écrivains juifs, dont J.J. Goldberg, éditeur de l’hebdomadaire juif Forward, qui a écrit un livre portant le même titre en 1996. Toutefois, toute tentative d’explorer la question d’un point de vue critique, aboutit inéluctablement à des accusations d’antisémitisme, comme l’ont souligné Bill et Kathy Christison dans leur article sur le rôle des néoconservateurs juifs de droite dans l’orchestration de la politique américaine au Moyen-Orient, dans la revue Counterpunch (25 janvier 2003).

« Quiconque a la témérité de suggérer une quelconque participation, voire même une simple instigation, israélienne dans la planification de la guerre par l’administration Bush, est inévitablement taxé d’être peu ou prou antisémite. Faites l’expérience de seulement murmurer le mot « domination » dans un voisinage par trop rapproche du mot « Israël », comme dans « la domination américano-israélienne du Moyen-Orient », ou « l’effort déployé par les Etats-Unis afin de s’assurer d’une domination mondiale et de la domination d’Israël sur l’ensemble du Moyen-Orient », et immédiatement, quelque homme de gauche, qui par ailleurs refuse qu’on fasse la guerre à l’Irak, déversera sur vous ses accusations selon lesquelles vous faites la promotion des Protocoles des Sages de Sion, ce vieux « faux » tsariste qui affirmait fallacieusement l’existence d’un plan des juifs visant à la domination du monde. »

Il s’agit la vraisemblablement de ce que Zunes appelle un exemple de l’ « antisémitisme latent qui commence à se manifester par des affirmations largement exagérées de l’existence d’un pouvoir juif, économique et politique » et aussi par celle qu’il serait « naif de croire que le processus de décision en matière de politique étrangère américaine est suffisamment pluraliste pour qu’un seul groupe de pression puisse exercer sur lui une telle influence. »

Ce n’est pas, loin de là, la première fois que les juifs se trouvent placés aux plus hauts échelons du pouvoir, comme le souligne Benjamin Grinsgsberg dans son ouvrage : « The Fatal Embrace : Jews and the State » [L’étreinte fatale : les juifs et l’Etat]. En revanche, on n’a jamais connu par le passé une situation analogue à celle que nous vivons. Voici comment Grinsgberg commencait son bouquin :

« Depuis les années 1960, les juifs sont parvenus au point d’exercer une influence considérable dans la vie culturelle, intellectuelle et politique aux Etats-Unis. Les juifs ont joué un rôle central dans la finance américaine durant les années 1980 ; et ils ont été les principaux bénéficiaires de cette décennie de fusions et de réorganisations d’entreprises. Aujourd’hui, bien qu’à peine 2 % de la population soit juive, ce sont près de la moitié des milliardaires américains qui le sont. Les PDG des trois plus grandes chaînes de télévision et des quatre studios de cinéma les plus importants sont juifs, tout comme le sont la plupart des propriétaires des plus grands journaux nationaux, et notamment du plus influent d’entre eux : le New York Times. »

Cela a été écrit en 1993. Aujourd’hui, dix ans après, les juifs américains ardemment pro-Israéliens occupent des positions leur permettant d’exercer une influence sans précédent aux Etats-Unis, et ils ont accédé - ou on leur a confié - des postes décisionnaires dans virtuellement l’ensemble des secteurs de notre culture et de notre personnel politiques. Il n’est nullement question d’une conspiration secrète. Les lecteurs réguliers des pages économiques du New York Times, qui répertorient les faits et gestes des rois des médias, en ont certainement conscience. Cela signifie-t-il qu’ils soient tous, pris individuellement, des zélotes pro-Israéliens ? Pas nécessairement. Mais lorsqu’on compare les médias américains avec leurs homologues européens, dans leur manière de couvrir le conflit israélo-palestinien, le préjuge extrême en faveur d’Israël, dans les médias américains, saute aux yeux.

Cela pourrait expliquer la découverte faite par l’éditorialiste de The Nation, Eric Alterman, que « les Européens et les Américains diffèrent profondément dans leur vision du problème israélo-palestinien, tant au niveau des élites qu’au niveau populaire. Les Américains ressentant une très forte sympathie pour Israël, et les Européens - pour la cause palestinienne. »

Un autre élément de l’analyse de Chomsky est son insistance sur le fait que ce sont les Etats-Unis, plus qu’Israël, qui sont l’ « état ségrégationniste », ce qui implique que sans l’influence des Etats-Unis, Israël aurait pu se retirer depuis longtemps de Cisjordanie et de Gaza afin de permettre aux Palestiniens d’y instaurer leur mini-Etat.

Essentielle, dans son analyse, est la notion que toutes les administrations américaines, depuis celle d’Eisenhower, ont oeuvré en sorte de promouvoir les intérêts d’Israël, conformément au programme d’action américain sur les plans mondial et régional. Il s’agit là d’une problématique bien plus complexe que ce que Chomsky nous invite a croire. Des spécialistes ayant eu accès à des informations confidentielles, de l’intérieur, tant critiques que favorables à Israël, ont décrit dans le détail les conflits majeurs qui se sont produits entre les Etats-Unis et les gouvernements israéliens successifs, conflits dans lesquels la position d’Israël, grâce à la diligence de son lobby américain, a prévalu.

En particulier, Chomsky ignore ou interprète de façon erronée les efforts des présidents américains successifs, à partir de Richard Nixon, afin de tempérer l’expansionnisme d’Israël, de lui faire geler ses constructions de colonies et imposer son retrait des territoires occupés. « Que sont devenus tous ces projets intéressants ? » s’est interrogé le journaliste et militant pacifiste israélien Uri Avnery. « Les gouvernements Israéliens ont mobilisé le pouvoir collectif de la communauté juive américaine qui domine le Congrès et les médias dans une large mesure, afin de les contrer. Confrontés à cette ferme opposition, tous les présidents américains ; qu’ils fussent de grands ou de médiocres presidents, qu’ils fussent footballeurs ou acteurs de cinéma, ont cédé, l’un après l’autre. »

Gerald Ford, courroucé par le refus d’Israël d’évacuer la presqu’île du Sinai occupée par Israël après la guerre de 1973 a non seulement suspendu toute aide à Israël pour une durée de six mois, en 1975, mais en mars de cette même année, il prononca un discours, avalisé par le Secrétaire d’Etat Henry Kissinger, qui préconisait une « réévaluation » des relations américano-israéliennes. Quelques semaines plus tard, l’Aipac (American-Israël Public Affairs Committee), lobby israélien auprès de Washington, publia une pétition signée par 76 sénateurs, « confirmant leur soutien à Israël, et invitant la Maison Blanche à faire de même. Le discours était très dur, le ton était presque brutal. » Ford ceda.

Il suffit de regarder l’administration Bush actuelle, pour voir que ce phénomène est toujours de règle. En 1991, soit la même année que le discours de Chomsky, le Premier ministre israélien Yitzhak Shamir demanda à la première administration Bush (père) un prêt garanti d’un montant de 10 milliards de dollars afin, avait-il dit, de financer l’installation d’ immigrants de Russie. Bush père avait déjà rejeté auparavant une requête du Congrès de prévoir un budget additionnel de 650 millions de dollars en compensation de la retenue d’Israël, qui n’avait pas participé à la guerre du Golfe - toutefois il avait cédé après s’être rendu compte que son veto serait battu aux voix. Mais, dans le cas des prêts garantis, Bush père fit savoir à Shamir qu’Israël ne pourrait les obtenir qu’après avoir gelé la construction de colonies et s’être engagé à ce qu’aucun juif russe n’irait s’installer en Cisjordanie.

Ulcéré, Shamir refusa ces conditions et fit appel à l’Aipac afin qu’il mobilise le Congrès et la communauté juive américaine organisée afin d’ appuyer la demande israélienne des prêts garantis.

Une lettre-pétition de l’Aipac fut signée par plus de 240 membres de la Chambre des Représentants, exigeant que Bush signe le déblocage des prêts, et 77 Sénateurs s’engagèrent à voter la loi à cet effet.

Le 12 septembre 1991, des lobbyistes juifs se rendirent à Washington si nombreux que Bush se sentit obligé de convoquer une conférence de presse (retransmise à la télévision) au cours de laquelle il se plaignit du fait que « mille lobbyistes juifs sont rassemblés sur la Colline du Capitole contre moi, petit malheureux. » Cela allait s’avérer son épitaphe, car il venait, par ces paroles, de signer la fin de sa carrière politique.

Chomsky considéra la déclaration de Bush père, à l’époque, comme la preuve que le tellement redouté lobby israélien n’était qu’un « tigre de papier ». « Il a suffi qu’on lui fasse les gros yeux pour qu’il s’effondre, a-t-il déclaré aux lecteurs de Z Magazine ». On n’aurait pu être plus dans le faux.

Le lendemain, Tom Dine, directeur de l’Aipac, déclara que « ce 12 septembre 1991 est une journée marquée d’infamie ». Des commentaires similaires furent lancés par des dirigeants juifs qui accusèrent Bush de susciter l’ antisémitisme. Plus important, non seulement ses amis dans les medias consensuels, tels William Safire, George Will et Charles Krauthammer critiquèrent Bush père, mais ils commencèrent à trouver désastreuses sa politique économique et sa gestion du pays. C’est à partir de ce moment-là que l’électorat juif de Bush commença à dégringoler. Estime à 38% en 1988, il plongea au-dessous de 12 %, certaines estimations allant même jusqu’a 8%.

Le blocage des prêts garantis par Bush fut la goutte qui fit déborder le vase, pour le lobby israélien. Lorsqu’il avait fait des commentaires critiques sur les colonies juives à Jerusalem est, en mars 1990, l’Aipac avait commencé ses attaques contre lui (en marquant une brève pause, durant la guerre du Golfe). Dine publia une tribune très critique dans le New York Times, et il prononca peu après un discours très agressif à la Conference des Jeunes Dirigeants de l’Appel Juif Unifié. « Freres et soeurs », leur dit-il, au moment où ils allaient entreprendre leur campagne de lobbying au Congrès sur cette question, « rappelez-vous toujours que les amis d’Israël, dans cette ville, résident sur Capitol Hill. » Quelques mois après, les prêts garantis étaient débloqués. Mais pour Bush, c’était trop tard : il était cuit.

Faisons un saut dans le temps, jusqu’au printemps dernier, lorsque Bush junior demanda très justement que le Premier ministre israélien Ariel Sharon retire ses troupes de Jenine, allant jusqu’à dire, irrité : « Assez, c’est assez ! ». Cela fit les gros titres de la presse dans le monde entier, et son recul, après le refus de Sharon, fit, lui aussi, la une des journaux.

Que s’était-il passé ? Des critiques très dures s’étaient élévées au sein de son propre parti au Congrès, ainsi que parmi les vieux amis de son papa, dans les médias. Will associa Dubya à Yasser Arafat et il accusa Bush d’avoir perdu sa « clarté morale ». Le lendemain, Safire suggéra que Bush était en train d’ « être pousse sur un champ de mines d’erreurs politiques » et qu’il était devenu un « allié peu fiable, au moment même où Israël combat pour sa survie. » Bush junior reçut le message 5 sur 5 et il ne lui fallut pas plus d’une semaine pour déclarer Sharon « homme de paix ». Depuis lors, comme l’ont fait observer Robert Fisk et d’autres journalistes, on a l’ impression que c’est Sharon qui écrit les discours de Bush.

D’aucuns pensent que Bush junior et ses prédécesseurs n’ont émis des critiques à l’égard d’Israël que pour la galerie, afin de convaincre le monde, et en particulier les pays arabes, de la bonne foi des Etats-Unis, qui seraient capables d’être un « honnête courtier » entre les Israéliens et les Palestiniens. Mais il est difficile d’admettre que la plupart d’entre eux auraient pu aller jusqu’à s’humilier simplement pour servir de couverture afin de faire passer la politique américaine.

Stephen Green a donné une explication plus convaincante. Son ouvrage « Taking Sides, America’s Secret Relations with Militant Israël » [Prendre parti : les relations secrètes de l’Amérique avec l’Israël militant] fut la première analyse critique des archives du Département d’Etat concernant les relations américano-israéliennes. Depuis l’administration Eisenhower, écrivait Green en 1984, « Israël et les amis américains d’Israël, ont dicté les grandes lignes de la politique des Etats-Unis au Moyen-Orient. La seule tâche à avoir été laissée aux présidents américains consista à mettre cette politique en application, avec un enthousiasme variable, et aussi à faire face aux questions tactiques. »

C’est peut-être un peu exagéré, mais l’ancien sénateur américain James Abourezk (Démocrate, Sud-Dakota), a repris des propos de Grenn, dans un discours qu’il a prononcé en juin dernier devant le Comité contre les Discriminations envers les américains d’origine arabe :

« Voilà où en est réduite aujourd’hui la politique américaine. Le lobby israélien a rassemblé tellement de puissance financière que nous assistons quotidiennement au spectacle de sénateurs et de représentants américains s’inclinant devant Israël et son lobby aux Etats-Unis. »

« Ne vous y trompez pas. Les votes et les courbettes n’ont rien à voir avec l’amour des législateurs pour Israël. Ils ont, en revanche, tout à voir avec l’argent versé à leurs comités de campagne électorale par des membres du lobby israélien. J’estime personnellement à 6 milliards de dollars les débours du Trésor américain en direction d’Israël, chaque année. Cet argent, ajouté au soutien politique systématique que les Etats-Unis apportent à Israël à l’Onu : voilà ce qui permet à Israël de mener ses opérations criminelles en Palestine en toute impunité. »

Il s’agit là d’une réalité qui a été relevée à de multiples reprises et sous des formes multiples par d’anciens membres du Congrès, s’exprimant généralement « off the record ». C’est une réalité que Chomsky et ceux qui adoptent ses analyses choisissent d’ignorer.

Le problème n’est pas tant que Chomsky se soit trompé. Il a, après tout, vu juste à de multiples égards, en particulier dans sa description des moyens utilisés par les médias afin de manipuler la conscience des gens au service des intérêts de l’Etat. Toutefois, en voyant dans le soutien américain à Israël une simple composante, parmi d’autres, de ces intérêts, il semble avoir commis une erreur majeure qui a eu des conséquences non négligeables.

En adoptant l’analyse de Chomsky, le mouvement de solidarité pro-palestinien a échoué à prendre la seule mesure politique qui aurait été susceptible d’affaiblir l’emprise d’Israël sur le Congrès et l’électorat américain, à savoir : remettre en cause les milliards de dollars d’aide et de réductions fiscales offerts annuellement par les Etats-Unis à Israël.

Il convient de se poser les questions suivantes : pourquoi cet argumentation de Chomsky a-t-elle été adoptée avec un tel enthousiasme par le mouvement pro-palestinien ; pourquoi les avis contraires formulés par des personnalités d’une envergure aussi considérable qu’Edward Said, Ed Herman, Uri Avnery et, plus récemment, Alexander Cockburn, ont été ignorés ? Il semble y avoir plusieurs raisons à cela.

Les militants du mouvement, juifs et non-juifs, ont adopté la position de Chomsky parce que c’était le message qu’il leur plaisait d’entendre ; ne pas se sentier obligé de « blâmer les juifs » a quelque chose de rassurant. La hantise soit de provoquer de l’antisémitisme, soit d’être taxé d’ antisémitisme (ou de juif haineux de lui-même) est désormais tellement ancrée dans notre culture politique et notre politique institutionnelle que personne, y compris Chomsky ou Zunes, n’en est à l’abri. Cela est encore renforcé par les évocations constantes de l’Holocauste juif qui - ce n’est pas un hasard - apparaissent régulièrement dans les films et les principaux médias. Chomsky, en particulier, a été fortement critiqué par l’ establishment juif, depuis des décennies, en raison de ses critiques à l’égard d’Israël, au point de se faire « excommunier », honneur qu’il partage avec la regrettée Hannah Arendt. On peut légitimement supposer qu’à un niveau ou à un autre, cette histoire personnelle n’est pas sans conséquence pour l’analyse de Chomsky.

Mais les problèmes du mouvement pro-palestinien vont au-delà de la peur de risquer l’accusation d’antisémitisme, comme Chomsky, qui en a conscience, le note très justement dans The Fateful Triangle : « La gauche et les groupes pacifistes américains, exceptés quelques éléments marginaux, ont très généralement été des soutiens ultras d’Israël (contrairement à bien des accusations sans fondement), certains étant même à ce point passionnément pro-israéliens qu’ils ont fermé les yeux sur des pratiques qu’ils auraient été les premiers à dénoncer, ailleurs dans le monde. »

Le problème des aides américaines à destination d’Israël en donne une bonne illustration. Durant l’administration Reagan, il y eut un effort conséquent, lancé par le mouvement contre l’intervention, afin de bloquer un budget de 15 milliards de dollars annuels destinés à financer les contre-révolutionnaires au Nicaragua (les « contras »). Les citoyens furent invités, dans l’ensemble des Etats-Unis, à contacter leurs représentants au Congrès et à leur demander de voter contre ces crédits. Non seulement cette action a été couronnée de succès : elle a contraint l’administration Reagan à mettre le doigt dans l’engrenage de ce qui allait être connu un peu plus tard sous le nom de (scandale) du Contragate.

A l’epoque, Israël recevait l’equivalent de cette somme, mais annuellement. Aujourd’hui, ce montant atteint « officiellement » environ 10 millions de dollars/jour. Néanmoins, aucune campagne d’importance n’a jamais été lancée afin de réduire ce flux ni même attirer l’attention du public sur cette réalité. Chaque fois que des tentatives ont été faites, elles ont été contrées par l’opposition d’acteurs clés comme (a l’époque) le Comiteé des Amis de l’Amérique, sans doute désireux de ne pas s’aliéner des contributeurs juifs majeurs (Des efforts récents, sur Internet, visant à la « suspension » de l’aide militaire (mais non de l’aide économique !) jusqu’à ce qu’Israël mette un terme à son occupation, n’ont abouti à rien.)

Les slogans mis en avant par divers secteurs de la militance pro-palestinienne, tels « fin de l’occupation », « fin de l’apartheid israélien », « sionisme = racisme », ou encore « deux Etats pour deux peuples », alors que nous étions confrontés à des problèmes majeurs liés au conflit, présupposaient un niveau de conscience, dans le peuple américain, dont l’existence n’était pas prouvée. Un intérêt pour la question de savoir où leurs impôts allaient en réalité, en particulier en des temps de coupes massives dans les programmes sociaux, aurait certainement rencontré un écho beaucoup plus important dans l’opinion. Lancer une campagne sérieuse afin de mettre un terme à l’aide à destination d’Israël exigerait que l’on se concentre sur le rôle joué par le Congrès et la prise de conscience du rôle joué par le lobby pro-Israëlien.

L’evaluation chomskienne de la position d’Israël au Moyen-Orient contient sans doute certains éléments de vérité, mais pas assez pour expliquer ce que l’ex-sous-secretaire d’Etat Goerge Ball a pu décrire comme « l’attachement passionnel » de l’Amérique à l’Etat juif. Toutefois, sa tentative de décrire des relations américano-israéliennes comme des décalques de celles de Washington avec ses régimes-clients du Salvador, du Guatemala ou du Nicaragua, est fallacieuse.

L’engagement des Etats-Unis en Amérique centrale était très simple à comprendre. Des armes et de l’entraînement militaire étaient fournis à des dictatures sud-américaines afin que leurs armées et leurs escadrons de la mort tuent chez leur citoyens tout désir d’obtenir des terres leur appartenant, des droits civiques et la justice economique - toutes choses susceptibles de miner les intérêts des grandes entreprises capitalistes américaines. Cela était parfaitement clair. Israël s’insère-t-il dans ce schéma ? A l’évidence : non. Quoi que l’on puisse dire d’Israël, sa majorité juive, à defaut des autres citoyens, jouit de droits démocratiques.

Ajoutons qu’il n’y avait pas de lobbies notables salvadorien, nicaraguaien ou guatémaltèque, à Washington, susceptibles d’obtenir des millions de dollars en faisant la cour aux membres du Congrès ou en les intimidant ; personne, à la Maison des Représentants, ou au Sénat, parmi l’un quelconque de ces Etats-clients, aux probables doubles allegeances, à même d’y approuver des appropriations de millions de dollars sur une base annuelle ; aucun possédant des réseaux de télévision de première importance, ou des stations de radio, des journaux ou des studios cinématographiques, ni de syndicats ou de fonds de pension investissant des milliards de dollars dans leurs économies respectives. L’exemple le plus approchant, dans la catégorie des lobbies nationaux, est celui des Cubains réfugiés à Miami, dont la gauche veut bien admettre l’existence et le pouvoir, même si sa puissance politique est minuscule en comparaison de celle des partisans d’Israël.

Qu’en est-il de l’affirmation de Chomsky, selon qui Israël est le flic de l’Amérique en patrouille au Moyen-Orient ? Il n’y a, jusqu’ici, aucune occurrence d’un seul soldat israélien versant une goutte de sang au service des intérêts américains, et il est fort peu vraisemblable que l’un d’entre eux se verra demander de le faire à l’avenir. Lorsque les présidents américains ont jugé qu’un policier était nécessaire dans la région, c’est aux troupes américaines qu’ils ont demandé ce travail.

Lorsque le président Eisenhower estima que les intérêts américains étaient menacés au Liban, en 1958, il y envoya les Marines. En 1991, comme nous l’avons vu, le président Bush a non seulement demandé à Israël de rester sur la touche, il a même ulcéré les militaires de ce pays en refusant de donner au vice-president Dick Cheney l’autorisation de communiquer à l’aviation israélienne les données qu’il reclamait afin de pouvoir envoyer des bombardiers pour aller répliquer en Irak aux tirs de missiles Scud par ce pays. Ceci entraîna une situation dans laquelle les pilotes israéliens étaient littéralement contraints de rester assis dans leur carlingue, à attendre des ordres qui ne venaient jamais.

La preuve que Chomsky apporte du rôle d’Israël en tant que gendarme des Etats-Unis fut l’avertissement d’Israël à la Syrie de ne pas intervenir dans la guerre du Roi Hussein contre l’OLP, en Jordanie, en septembre 1970.

De toute évidence, cet avertissement visait au premier chef à protéger les intérêts israéliens. Le fait que cela servait aussi les intérêts américains n’est que secondaire. Néanmoins, pour Chomsky, il s’agissait la « d’un autre service important rendu (par Israël) » aux Etats-Unis. Ce que Chomsky et la plupart des historiens ignorent ou omettent de mentionner, c’est une autre raison pour laquelle la Syrie n’était pas intervenue en Jordanie afin de sauver les Palestiniens, à l’epoque.

Le commandant en chef de l’aviation syrienne, Hafez al-Assad, avait montré peu de sympathie pour la cause palestinienne et il critiquait les relations amicales entretenues par l’OLP avec le gouvernement syrien sous le président Atassi. Aussi, lorsque leroi Hussein déclencha ses attaques, Assad laissa ses avions au hangar.

Trois mois plus tard, il fomentait un coup d’Etat et s’installait au pouvoir à Damas. Parmi ses premiers actes, il y eut l’emprisonnement de centaines de Palestiniens et de leurs amis syriens. Puis il entreprit de renforcer la milice (palestinienne) sponsorisée par la Syrie, Al-Saika, et de supprimer les fonds que la Syrie envoyait à certaines milices palestiniennes. Au cours des années suivantes, Assad permit à des formations opposées à Yasser Arafat de disposer de bureaux et de stations de radio à Damas, sans plus. En 1983, un an après l’invasion du Liban par Israël, il encouragea une guerre civile brève mais sanglante, entre Palestiniens, au Nord du Liban. Cet épisode a été passé par pertes et profits.

Jusqu’à quel point la présence d’Israël a-t-elle dissuadé ses voisins arabes, plus faibles, de porter atteinte à des intérêts américains ; c’est là pur objet de conjecture. A l’évidence, la présence d’Israël a été utilisée par ces régimes réactionnaires, dont la plupart sont des alliés des américains, comme excuse pour éliminer leurs propres mouvements d’ opposition. (On pourrait arguer du fait que la complicité de la CIA dans le renversement du Premier ministre Mossadegh, en Iran, (1953) et d’Abdel Karim Kassem en Irak, en 1963, eurent plus qu’un simple impact sur l’écrasement des mouvements progressistes dans cette region du monde.)

Les rares apports d’Israël aux Etats-Unis, d’ailleurs dans leur intérêt mutuel, furent un certain nombre de programmes de coopération en matiere de développement d’armements, généreusement financés par le contribuable américain et l’utilisation par les Etats-Unis d’équipements mis au point par des techniciens israéliens, dont les « charrues » utilisées pour enterrer vivants les soldats irakiens lors de la première guerre du Golfe ne furent pas les moindres. Etant donné que des aides américaines très importantes étaient à l’origine de ces programmes d’armement, il est difficile de défendre l’idée qu’ils pourraient représenter un début de soutien en retour d’Israël aux Etats-Unis.

Un autre argument de Chomsky consiste à dire qu’Israël avait manifesté sa volonté d’aider les Etats-Unis en se chargeant de missions que les administrations américaines passées avaient été incapables (ou n’avaient pas voulu) mener à bien pour des raisons tenant à la législation ou à l’opinion publique américaines, telles que vendre des armes à des régimes insortables, ou entraîner des escadrons de la mort.

La question de savoir si Israël les a prises en charge à la demande des Etats-Unis reste posée. Un commentaire d’un ministre israélien, Yakov Meridor, publié par le journal Ha’aretz, semble l’infirmer. « Nous devons dire aux américains : ne nous faites pas concurrence à Taiwan, ne nous faites pas concurrence en Afrique du Sud, ne nous faites pas concurrence dans la zone caraibe, ou dans d’autres regions dans lesquelles nous pouvons vendre des armes directement et où vous pouvez opérer ouvertement. Laissez-nous l’opportunité de le faire, et faites-nous confiance en matière de ventes de munitions et d’équipement. »

En réalité, à aucun moment les Etats-Unis n’ont cessé de former des escadrons de la mort en Amérique latine ou de fournir des armes aux pays de cette région du monde, à l’exception du Guatemala, où Carter mit un terme à l’aide américaine en raison des nombreuses violations des droits de l’homme commises dans ce pays, chose qui ne posait aucun problème à l’armée Israëlienne, d’ores et déjà impliquée dans ce genre de violations. Il y eut un cas où l’on assista à la situation inverse. Israël fournissait au Salvador plus de 80% de son équipement militaire avant que les Américains ne s’engagent dans ce pays.

Quant aux relations commerciales et à la coopération militaire, y compris dans le domaine nucléaire, entre Israël et l’Afrique du Sud, elles étaient celles d’une alliance naturelle propre à deux sociétés ayant usurpé le territoire d’autrui et se considérant dans une situation similaire, celle « d’un peuple civilisé cerné par des sauvages menaçants ». Cette relation devint tellement étroite que la ville sud-africaine de Sun City devint une villégiature de choix pour les touristes israéliens.

Lorsqu’on leur posa la question, la raison invoquée par les responsables israéliens afin de justifier ces ventes d’armes, fut que c’était pour Israël la seule manière de faire fonctionner à plein régime son industrie militaire. Les ventes par Israël d’armes sophistiquées à la Chine lui ont valu les critiques de plusieurs administrations américaines, mais ces critiques ont été attenuées sous la pression du Congrès. Israël a bénéficié du silence des mouvements anti-interventionnistes et anti-apartheid américains, dont les dirigeants étaient plus a l’aise lorsqu’il s’agissait de critiquer les politiques des Etats-Unis que celles d’ Israël. Que leur comportement ait été attribuable à leur volonté de faire passer les intérêts d’Israël avant tout, ou qu’ils aient été paralysés par la crainte de susciter de l’antisémitisme aux Etats-Unis, le résultat fut le même.

Une manifestation que j’avais organisée en 1985, afin de protester contre les liens d’Israël avec l’apartheid sud-africain et son rôle de supplétif en Amerique centrale, en fournit un exemple éclairant. Ayant approché des membres du conseil d’administration du Centre d’Information du Nicaragua [NIC] de la région de la Baie de San Francisco afin de leur demander s’ils acceptaient de se joindre à la manifestation, je ne recus pas de réponse.

Le NIC était le principal groupe de solidarité avec le Nicaragua, et en dépit de la longue et horrible histoire d’Israël tout d’abord dans son aide à Somoza, puis, à l’époque de notre manifestation, aux contras, le bureau de ce groupe vota. Disons qu’il ne pouvait pas voter « non » à notre demande de soutien, alors ils votèrent la decision de « ne plus apporter leur soutien à qui que ce soit », une position sur laquelle ils revinrent peu de temps après notre manifestation. Les membres du conseil d’administration du NIC étaient presque tous juifs.

J’ai eu plus de chance avec le GNIB, le Guatemalan News and Information Bureau [Office d’information et de documentation du Guatemala], mais après bien des efforts. A l’époque, Israël fournissait 98 % des armes de ce pays et la totalité de la formation militaire fournie à l’un des régimes les plus meurtriers des temps modernes. On aurait pu penser qu’une organisation prétendant travailler à promouvoir la solidarité avec le peuple guatemalteque non seulement soutiendrait notre manifestation, mais serait même heureuse d’y participer.

Il semble que le bureau du GNIB était profondément divisé sur cette question. Peu désireux d’essuyer un nouveau refus, je harassai les membres du conseil d’administration de coups de téléphone, jusqu’à ce qu’ils votent le soutien. Le CISPES d’Oakland [Committee in Solidarity with the People of El Salvador] apporta le sien. Le quotidien San Francisco Chapter refusa notre demande de publication d’un communiqué. (Un an auparavant, après que j’aie été cité par ce journal pour avoir critiqué l’influence du lobby israélien sur le parti démocrate, des journalistes avaient envoyé une lettre au rédacteur en chef, alleguant que je provoquais de l’ « antisémitisme ».)

Les principales organisations anti-apartheid soutinrent la manifestation, mais encore une fois, après de longs débats internes. La manifestation avait été organisée en riposte au refus d’un mouvement basé à San Francisco, Mobe [Mobilization for Peace, Jobs and Justice] (une coordination de divers mouvements) d’inclure toute mention du conflit au Moyen-Orient parmi les slogans qu’il mettait au point en vue d’une marche de protestation contre l’apartheid en Afrique du Sud et l’interventionnisme des Etats-Unis en Amérique centrale.

Au cours d’une réunion de préparation pour cette manifestation, une poignée d’entre nous demanda qu’une pancarte appelant à « l’arrêt de l’intervention américaine au Moyen-Orient » soit ajoutée à celles qui avaient été prévues. Le vote contre cette proposition fut écrasant. Un syndicaliste juif nous dit que « nous pouvions faire bien plus pour aider les Palestiniens en ne les mentionnant pas, qu’en les mentionnant ! », étrange réponse qui faisait écho à ce que disait le président Reagan lorsqu’il évoquait la manière de mettre un terme à l’apartheid sud-africain. On nous dit, en privé, que si le Moyen-Orient finissait par être évoqué dans la manifestation, « les syndicats se désolidariseraient du mouvement », ce qui était un aveu du fort soutien à Israël régnant au sein de la bureaucratie syndicale.

Le contexte du refus qui nous fut opposé par le MOBE était hautement significatif. Deux ans et demi plus tôt, Israël avait envahi le Liban et ses troupes occupaient encore ce pays lorsque nous nous sommes réunis cet après-midi là, à San Francisco. Néanmoins, les responsables du Mobe refusèrent d’accorder à Tina Naccache, la seule Libanaise présente dans la grande salle de la bourse du travail, le temps de parole que nous avions sollicité.

Trois ans après, le Mobe programma une nouvelle manifestation de masse. Les Palestiniens étaient dans leur première année d’Intifada, et il semblait s’imposer qu’un communiqué appelant à la fin de l’occupation israélienne soit ajouté aux motions de la manifestation. Les organisateurs - les mêmes qu’en 1985 - avaient déjà décidé de ces slogans à huis clos : « Pas d’intervention américaine en Amérique centrale ni dans les Caraibes ! Fin du soutien des Etats-Unis a l’apartheid sud-africain ! Gel de la course à l’armement nucléaire et désarmement ! Des emplois et la justice ! Non à la guerre ! »

Cette fois-là, le Mobe ne prit aucun risque, et il annula une réunion publique où nos demandes auraient pu être débattues et faire l’objet d’un vote. Une Coalition d’Urgence pour les Droits des Palestiniens fut mise sur pied, en réponse. Une pétition fut mise en circulation, appuyant notre demande. Près de 3 000 personnes la signèrent, dont des centaines de personnes appartenant à la communaute palestinienne. La direction du Mobe finit par accepter de faire une seule concession. Au dos de son tract officiel, elle accepta que l’on fasse figurer la phrase suivante (qui serait de toute manière invisible lorsque le tract serait affiché sur un mur ou sur un tronc d’arbre) :

« Donnez une chance à la paix, partout dans le monde : le calvaire du peuple palestinien, comme l’ont montré les événements récents en Cisjordanie et à Gaza, nous rappellent que nous devons défendre les droits de l’homme partout. Que les nations de notre monde cessent de construire des engins de mort et de mettre sur pied des armées et qu’elles consacrent leur énergie et leurs ressources à l’amélioration de la qualité de la vie. Paix, Emplois et Justice. »

Aucune mention d’Israël, ni des atrocités commises par les soldats israéliens. Ne parlons pas du tract des syndicats : il ne faisait aucune allusion au conflit.

Brulons rapidement les étapes jusqu’au mois de février 2002, où une nouvelle version, plus réduite du mouvement Mobe, se réunit afin de préparer une manifestation et un rassemblement de protestation contre l’intervention américaine en Afghanistan. Les personnes étaient différentes, mais on aboutit au même piètre résultat. Le problème fut celui de la nécessité d’une coalition « large » - soulever le problème de la Palestine risquant d’ empêcher qu’elle puisse être réunie.

Le mouvement national d’opposition à l’extension de la guerre en Irak a connu les mêmes difficultés. Comme en 1991, lors de la première guerre du Golfe, il y eut plusieurs grandes manifestations, organisées séparément, mais avec beaucoup de participants communs. En dépit de leurs orientations politiques différentes, ce sur quoi les organisateurs des deux manifestations tombèrent d’accord, ce fut sur l’interdiction de mentionner le conflit israélo-palestinien dans un quelconque des documents du mouvement de protestation, même si les liens entre ce conflit et la situation en Irak était rappelés dans pratiquement toutes les manifestations qui se déroulaient dans le monde entier. La peur du mouvement anti-guerre de s’aliéner les juifs américains l’emporte toujours sur la nécessité de défendre les droits des Palestiniens.

En septembre dernier, le slogan de « Pas de guerre contre l’Irak ! Justice en Palestine ! » rassembla pres d’un demi-million de manifestants à Trafalgar Square. La différence constatée aux Etats-Unis a été résumée ainsi par un dirigeant indien (d’Amérique) durant la première Intifada : « Le problème, dans le mouvement de solidarité aux Etats-Unis », m’avait-il dit, « c’est qu’il y a trop de sionistes libéraux qui y participent. »

Si un événement illustre parfaitement leur influence sur le mouvement protestataire, c’est ce qui s’est produit dans les rues de New York le 12 juin 1982, lorsque 800 000 personnes s’étaient rassemblées devant le siège de l’Onu afin de réclamer l’interdiction des armes nucléaires. Six jours avant, le 6 juin, Israël avait lancé son invasion dévastatrice du Liban. Son but était de détruire l’OLP, basee à l’époque dans ce pays. 80 000 soldats, appuyés par des bombardements aériens massifs et par des tirs de missiles depuis la mer, étaient en train de créer un niveau de mort et de destruction à faire palir ce que l’Irak ferait plus tard au Koweit. En un an, on allait enregistrer 20 000 morts palestiniens et libanais, et des dizaines de milliers de blessés.

Et quelle fut la réponse, ce jour-là, à New York ? Afin d’évoquer les atroces souffrances qui ravageaient son pays natal, un Libanais fut autorisé à venir s’asseoir à la tribune, mais personne ne l’introduisit, et il ne fut pas autorisé à prendre la parole. Le sujet ne fut pas non plus mentionné par l’un quelconque des orateurs. Israël et son lobby n’auraient pu rêver mieux.

Vingt et un ans plus tard, Ariel Sharon, l’architecte de cette invasion, est Premier ministre d’Israël, après avoir été réélu. Tandis que j’écris ces lignes, des zélotes pro-Israéliens, au sein de l’administration Bush, s’apprêtent à savourer leur plus grand triomphe historique. Après tout, ils ont su être la force motrice d’une guerre dans laquelle ils voient la première étape d’un « remodelage de la carte du Moyen-Orient », l’alliance américano-israélienne devenant primordiale dans ce Moyen-Orient revu et corrigé.

Et que fait la gauche ? Le rabbin Arthur Waskow, militant de longue date aux états de service impeccables, a affirmé dans le magazine juif Forward que le mouvement pacifiste « United for Peace and Justice », organisateur du rassemblement anti-guerre du 15 février dernier a New York, « a grandement oeuvré afin de montrer très clairement qu’il n’est pas engagé dans une rhétorique anti-israélienne. Dès le début, aucune des déclarations de United for Peace n’a jamais fait la moindre allusion au problème israélo-palestinien. »

http://www.leftcurve.org/LC27WebPag...



Imprimer cet article





14,15,17 déc : L’heure de la Riposte Générale !
mardi 11 - 09h46
LES SOVIETS TRAHIS PAR LES BOLCHEVIKS - La faillite du communisme d’État
lundi 10 - 18h26
de : Ernest London
1 commentaire
Convention Collective de la France Insoumise des 8/9 déc. 19
lundi 10 - 18h25
de : JO
A CUBA : Ceux qui vont à l’étranger pour sauver des vies Humaines et pas pour tuer !
lundi 10 - 16h53
de : JO
MÉLENCHON - Discours sur le BREXIT à l’Assemblée nationale (video)
lundi 10 - 16h51
de : FI
Les images non exhaustif des violences policières subies par le manifestants (video)
lundi 10 - 15h43
de : Nantes Révoltée
2 commentaires
Embrouille sur le SMIC : gagner plus, la même chose, et moins en même temps !
lundi 10 - 15h27
2 commentaires
APPEL DES GILETS JAUNES DE COMMERCY À DES ASSEMBLÉES POPULAIRES PARTOUT
lundi 10 - 14h27
de : jean 1
1 commentaire
Un CRS : « Si vous voulez rester en vie, vous rentrez chez vous ! » (video)
lundi 10 - 12h35
de : Raymond Macherel
Et si la révolution était possible ?
lundi 10 - 12h11
de : Denis Langlois
1 commentaire
Camille Lécole – Episode 1/2 – Militant. Résistant. Déporté. Partisan sans complainte.
lundi 10 - 11h52
Etre Gilet Jaune c’est aussi çà
lundi 10 - 11h48
de : azard
ASSURANCES : ces mauvaises nouvelles qui vous attendent en 2019
lundi 10 - 10h57
de : JO
BHL, Hanouna, Bern et Lhermitte demandent aux Gilets jaunes « de s’arrêter »
lundi 10 - 10h12
de : nazairien
6 commentaires
MACRON DEMISSION REVOLUTION
dimanche 9 - 22h42
de : Nemo3637
1 commentaire
Gilets Jaunes ACTE V. Le grand changement !
dimanche 9 - 19h54
de : Claude JANVIER
Crise dec 2018 : renforcer le mouvement populaire montant !
dimanche 9 - 19h44
de : Christian DLR
Dégagez, dégageons le macronisme
dimanche 9 - 19h35
de : jean 1
2 commentaires
Alerte sur les Réseaux Sociaux !
dimanche 9 - 17h32
de : JO
MEXIQUE : les ennuis commencent pour le Président nouvellement élu !
dimanche 9 - 17h11
de : JO
LA VIOLENCE : Salim Lamrani la décrit ainsi pour ceux "qui ne sont RIEN" !
dimanche 9 - 15h47
de : JO
François Ruffin : la DGSI monte un dossier sur moi pour « sédition » ! (video)
dimanche 9 - 12h46
de : François Ruffin
2 commentaires
DEUX VIOLENCES : D’EN-BAS, D’EN-HAUT
dimanche 9 - 11h06
de : Christian DELARUE CGT Rennes
1 commentaire
DEUX VIOLENCES : D’EN-BAS, D’EN-HAUT
dimanche 9 - 11h03
de : Christian DELARUE
Gilets jaunes : formidable démonstration de l’acte 4… avant l’acte 5 (video)
samedi 8 - 19h47
de : Pierrick Tillet
2 commentaires
EN DIRECT - PARTAGEZ - Discours de Jean-Luc Mélenchon à la Convention de la France insoumise. (video)
samedi 8 - 18h34
de : FI
1 commentaire
EN DIRECT - Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon (video)
samedi 8 - 13h06
de : FI
Des députés de la France Insoumise sont bloqués place de l’Opera. (video)
samedi 8 - 13h02
de : Nadir Dendoune
Non ce n’était pas à Mantes-la-Jolie....
samedi 8 - 04h39
de : Mila Zamenhofa
La Confédération paysanne appelle à rejoindre les Gilets jaunes
vendredi 7 - 20h43
Police. «  Il y a la volonté que les collègues se lâchent  »
vendredi 7 - 20h39
de : Aya Lafargue
1 commentaire
"Heureux les jours que nous vivons" (video)
vendredi 7 - 19h27
de : Deeplo
3 commentaires
« On voudrait une colère, mais polie, bien élevée »
vendredi 7 - 18h57
de : Sonya Faure
Gilets jaunes et rouges : nous avons tous intérêt que le mouvement gagne !
vendredi 7 - 18h49
de : Info Com CGT
La CGT exige l’ouverture immédiate de négociations sur l’urgence sociale !
vendredi 7 - 18h02
de : JO
3 commentaires
Affaire Benalla, M. Macron : Le responsable c’est moi, qu’ils viennent me chercher !
vendredi 7 - 16h39
de : JO
1 commentaire
Manifestation - cortège CGT pour rejoindre les Gilets jaunes
vendredi 7 - 01h34
de : CGT Territoriaux Paris
1 commentaire
Communiqué « officiel » n°2 « Gilets jaunes » Nous dénonçons !
vendredi 7 - 01h26
de : Les Gilets Jaunes
3 commentaires
manifestons samedi 8/12/2018 à Paris
jeudi 6 - 21h27
de : jean 1
Communiqué de la CGT . ATTENTION aux fausses nouvelles du pouvoir et consorts !
jeudi 6 - 21h23
de : JO
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Trop souvent nous nous contentons du confort de l'opinion sans faire l'effort de penser. John Fitzgerald Kennedy
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite