Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Mumia Abu-Jamal "J’ai besoin de vous !"
de : Mumia Abu-Jamal
lundi 6 mars 2006 - 13h17 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 26.8 ko

Le plus célèbre des condamnés à mort américains, citoyen d’honneur de la ville de Paris, nous livre, de sa cellule du couloir de la mort de la Prison de SCI-Greene en Pennsylvanie, un peu de son quotidien et beaucoup de son regard sur le monde. Vingt trois années d’enfermement n’ont pas entamé sa détermination à le changer. Entretien exclusif

Propos recueillis par Emmanuel Maistre

Traduction : Claude Guillaumaud-Pujol, Dany Khayat, Michel Thuriaux, Tim Broadbent.

ECPM : En France, vous êtes l’un des condamnés à mort américains les plus connus, une large part de l’opinion française suit votre affaire et ses rebondissements au fil des années. Pour nous, militants des droits de l’homme vous nous êtes devenus familiers, comme proche. Cela peut paraître incongru, mais j’ai envie de commencer cet entretien en vous posant cette simple question : comment allez vous Mumia Abbu Jamal ?
 Mumia Abu-Jamal : Tout bien considéré, pas mal. Je m’occupe : travaux d’écriture, courrier, lecture...

ECPM : A quoi ressemblent vos journées ?
 Mumia Abu-Jamal : Je me lève tôt (6 heures), je prends mon petit déjeuner et me rends dans la cour (en réalité la cage) pour quelques heures. Les activités quotidiennes constituent le coeur même de la prison ; je m’efforce de varier ces activités et de ne pas m’enfoncer dans la routine. J’ai toujours beaucoup à faire et il arrive que toutes les heures de la journée n’y suffisent pas. Je lis probablement beaucoup plus aujourd’hui qu’à l’époque où j’étais étudiant - j’en suis quasi-certain. En ce temps là, si je voyais un livre de 700 à 1000 pages, je poussais un gémissement ; cela ne m’arrive plus. Sinon, nos journées sont essentiellement rythmées par les repas. On déjeune vers 9h45 environ (c’est tôt !!!) et le dîner vient à 15h 45 (! !!).

ECPM : Et votre cellule ?
 Mumia Abu-Jamal : Les cellules sont dans l’ensemble petites, mais il est vrai que les cellules de la prison "générale" sont encombrées, avec deux occupants dans un espace prévu pour une seule personne. Ce n’est pas (encore) le cas pour les cellules du couloir de la mort.

ECPM : Beaucoup de condamnés à mort américains se plaignent d’une détérioration des conditions de détention ces deux dernières années, faites vous le même constat ?
 Mumia Abu-Jamal : Je crois - d’après ce que j’ai vu et entendu - que les conditions en prison ont empiré ces derniers temps, elles se sont durcies. Parmi les nombreuses raisons possibles, on peut citer en particulier ce qu’on appelle l’Acte de réforme des contentieux en prison (Prison Litigation Reform Act, PLRA), qui a été mis en place sous la présidence de Clinton, ainsi que d’autres lois des Etats qui ont limité l’accès des détenu(e)s aux cours. Le plus scandaleux est que PLRA et ces autres lois sont fondés sur des mensonges. Au cours des années 90, les procureurs généraux de divers Etats ont entamé une campagne médiatique contre ce qu’ils appelaient les « réclamations idiotes » introduites par des détenus pour des raisons telles « Je n’ai pas reçu la commande de beurre de cacahuètes que j’avais demandée, et je considère donc avoir été lésé dans l’exercice du droit de ne pas être soumis à un traitement ‘inhabituel et cruel’ que me reconnaît le 8ème amendement. » Les médias américains ont mis en exergue ce type d’histoires, le plus souvent sans vérifier leurs sources, et les politiciens, sous la pression des médias, ont passé des lois visant à limiter l’accès aux cours et ont donné naissance au PLRA. En fait, un juge fédéral de New York a vérifié plusieurs de ces récits et a trouvé qu’ils méritaient souvent d’être approfondis et que bien souvent, les faits ne correspondaient pas du tout aux histoires colportées par la presse. Mais il était trop tard : la presse et les politiciens avaient déjà sévi. Par voie de conséquence, les prisons sont pires aujourd’hui qu’il y a 10 ans et le nombre de plaintes acceptées a chuté. Pensez-y ! Nous avons pu voir en Iraq la monstrueuse brutalité qui règne dans certaines prisons. Est-ce pure coïncidence si le pire des gardiens de prison du goulag de Bagdad est dans le civil un gardien de prison américain de Pennsylvanie, de SCI-Greene ? (prison où Mumia est enfermé, ndlr) La distance qui sépare les prisons américaines et Abu Ghraib se mesure en pouces, pas en milles.

ECPM : Comment expliquez-vous ce durcissement ?
 Mumia Abu-Jamal : Je tiens vraiment les politiciens et l’ensemble de la presse pour responsables. Voyez vous, il y a bien des années, le psychologue Philip Zimbardo a divisé un groupe d’étudiants en deux : la moitié sont devenus des "détenus", l’autre des "gardiens". En quelques jours, voire en quelques heures, les "gardiens" ont formé des cliques brutales et sinistres à l’encontre des "détenus". Le professeur Zimbardo était le "chef" de cette prison improvisée dans les caves d’un collège. Il s’agissait en quelque sorte de gosses qui jouaient des rôles, mais le jeu est vite devenu tellement réaliste que Zimbardo a dû mettre rapidement fin à l’expérience : il craignait que celle-ci n’entraînât des troubles graves et même chroniques sur le psychisme de ces étudiants ! S’il en est ainsi pour une expérience de cinq à sept jours, qu’en advient-il dans le monde réel ? C’est Dostoïevski qui a écrit qu’une civilisation se reconnaît à la nature de ses prisons.

ECPM : Revenons à votre couloir de la mort, avez-vous des relations avec d’autres condamnés ?
 Mumia Abu-Jamal : Les moyens de communication avec les gars autour de nous sont limités. Bien souvent on crie à travers les portes mais je trouve cela dégradant. Les prisons les plus modernes du pays sont conçues pour un maximum d’isolation, ce qui veut dire qu’un homme peut vivre dans la cellule d’à coté sans que son voisin puisse le voir pendant 6 mois (ou 6 ans !!) sauf à ce que les deux se retrouvent dans les salles de parloir. Il n’y a pratiquement pas d’occasion de dialoguer.

ECPM : Cela fait pour vous vingt trois ans d’incarcération. Comment supportez vous l’enfermement conjugué à l’injustice ? Qu’est ce qui vous fait tenir ?
 Mumia Abu-Jamal : Je connais d’autres frères et sœurs, dont des membres de MOVE, qui ont été injustement emprisonnés plus longtemps que moi ! Je m’inspire donc de ces personnes. John Africa, le leader révolutionnaire de MOVE a dit : « Lorsque l’on s’est engagé à faire ce qui est bien, le pouvoir de la vertu ne trahit jamais ». Lorsque je pense à la durée durant laquelle le peuple africain était injustement confiné dans la prison de l’esclavage, pendant des siècles, j’ai une petite idée de ce que peut être la force. Mes ancêtres étaient des hommes et des femmes forts. Concrètement au quotidien, en tant qu’écrivain j’écris et cela m’aide beaucoup à tenir. Je suis aussi un artiste, j’envoie donc des cartes à mes amis et à ma famille pour les occasions spéciales. J’aimerais répondre à tout le courrier que je reçois, mais je ne peux tout simplement pas. Je n’ai pas suffisamment d’enveloppes, encore moins de temps. Je fais du mieux que je peux et j’espère que les gens sont compréhensifs et me pardonnent.

ECPM : Vous êtes citoyen d’honneur de la ville de Paris, quelle importance y accordez-vous ?
 Mumia Abu-Jamal : C’est un grand honneur. Je me souviens du jour où ma sœur me l’a annoncé. J’ai pensé « Wow ! Ca doit ressembler à ça d’être un ‘citoyen’, car je n’ai jamais eu le même sentiment même après 50 ans de vie aux Etats-Unis ! ». Lorsque j’analyse cette vie, de mon enfance jusqu’à ce jour, je n’ai jamais eu le sentiment d’être un vrai ‘citoyen’ de mon pays natal. J’ai voté, bien entendu, j’ai payé mes impôts. Mais le gouvernement, pendant la plupart de mon existence était un adversaire qui tuait mes camarades politiques, qui tuait mon peuple par la vie dans les ghettos, par une mauvaise alimentation, des flics racistes, des juges racistes, une scolarité médiocre... Ça m’a pris 50 ans, et la vie dans le couloir de la mort, pour devenir enfin un citoyen - d’un autre pays ! Je remercie les habitants de Paris, et de la France, pour cet honneur.

ECPM : En France, le mouvement de soutien à votre libération est particulièrement dynamique et investi, comment l’expliquez-vous ?
 Mumia Abu-Jamal : Je pense que la France, dans ce domaine, possède beaucoup d’avance sur son cousin américain. Je me demande souvent pourquoi il en est ainsi. Et je pense qu’au bout du compte, c’est la façon dont la France et les USA regardent leur fondation révolutionnaire et les principes exposés dans les articles de leur fondation. Lorsque la Constitution des Etats-Unis a été écrite, les noirs ont été implicitement exclus, et ce pendant plus de 100 ans. Lorsque les Américains pensent à la révolution, la Constitution, les Fondateurs, il y toujours des gens qui sont exclus. La Révolution, la Constitution, Georges Washington deviennent d’abord des fétiches, puis de la marchandise qui peut être vendue ou colportée pour gagner de l’argent, certainement pas des principes directeurs inviolables par des riches et puissants. Je pense qu’en France, la Déclaration des Droits de l’Homme et la Révolution qui l’a enfantée sont plus profondément ancrées dans les vies et dans l’esprit des gens. Voilà pourquoi la France est devenue l’asile des rebelles et l’Amérique, la maison de retraite des dictateurs. Combien de gens qui fuient les dictateurs de l’Asie, de l’Afrique et d’ailleurs trouvent refuge en France ? Lorsque les réfugiés haïtiens arrivent en Amérique, soit ils sont enfermés dans la Krome Detention Center à Miami ou renvoyés en Haïti (d’un côté, c’est mieux qu’autrefois où ils étaient emprisonnés à Guantanamo ! Mais ils les ont foutus dehors pour laisser la place aux Afghans, aux Saoudiens, Egyptiens...).

ECPM : De quoi avez vous besoin aujourd’hui ?
 Mumia Abu-Jamal : J’ai besoin de monde pour organiser et construire un mouvement plus grand et plus fort. Un simple citoyen français peut parler à un autre citoyen et ainsi de suite. Ils peuvent devenir membres de nos comités de défense et construire le mouvement. S’ils deviennent assez puissants, ces mouvements peuvent amener le changement !

ECPM : Quel message souhaiteriez vous adresser aux abolitionnistes ?
 Mumia Abu-Jamal : Merci de faire partie du mouvement abolitionniste. Votre travail est très important, non seulement pour moi, mais pour des milliers d’hommes et de femmes dans les couloirs de la mort à travers les Etats-Unis et partout dans le monde ! Merci mes amis ! Votre frère (en français dans le texte, ndltr).

http://www.abolition.fr/ecpm/french...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Mumia Abu-Jamal "J’ai besoin de vous !"
6 mars 2006 - 13h44

Ami Munia, ne te fais plus trop d’illusions de l’accueil des immigrés en France. Pour la plupart, ils sont traités comme des chiens. Il faut en finir avec le mythe de la France, pays des droits de l’homme et terre d’accueil.
Fraternellement,

William






Quelques critiques anarchistes de la médecine
jeudi 21 - 23h08
de : jean 1
Annonce des (f)estives de la décroissance. 20-23 juillet. Le sens de la technique est une question politique
jeudi 21 - 22h18
de : Brulavoine
À QUOI SERVENT LES POLITIQUES DE MÉMOIRE ?
jeudi 21 - 19h40
de : Ernest London
MÉTÈQUE(S) / C’est l’heure de l’mettre (Radio Campus Lille)
jeudi 21 - 19h11
de : Hdm
Palestine : des entreprises françaises participent à la colonisation de Jérusalem-Est
jeudi 21 - 16h40
Sur l’« intégrisme laïque » français
jeudi 21 - 09h22
de : Christian DELARUE
Fête des secteurs en lutte pour la grève générale : C’est dans la rue que ça se gagne !
mercredi 20 - 10h41
François Ruffin à l’Ass.Nat. : Charge sur la vaisselle de l’Elysée "vieillissante" !
mercredi 20 - 10h09
de : JO
Palestine : face aux massacres, l’insupportable, ce serait le silence.
mercredi 20 - 09h55
de : UD CGT PARIS
1 commentaire
LA CONQUÊTE DU PAIN
mardi 19 - 20h14
de : Ernest London
YEMEN : Une guerre oubliée ?
mardi 19 - 18h20
de : JO
2 commentaires
Après Arago, Rassemblement Mercredi 20 juin à 8h au TGI de Nanterre pour la relaxe des inculpés suite évacuation par les
mardi 19 - 11h46
1 commentaire
Mouvement de grève chez les gazierEs et les électricienEs de GRDF et ENEDIS (video)
mardi 19 - 07h12
de : jean 1
En Alaska, les pétroliers gèlent le sol réchauffé par l’augmentation des températures
mardi 19 - 01h44
de : nazairien
2 commentaires
L’ESCLAVAGISTE RICHEPANCE DOIT QUITTER LA GUADELOUPE
lundi 18 - 20h20
de : LIYANNAJ KONT PWOFITASYON (L.K.P.)
L’ex-FO Mailly rejoint le cabinet d’un ancien conseiller de Sarkozy
lundi 18 - 17h37
1 commentaire
Photographier les exactions de l’armée d’occupation bientôt puni de plusieurs années de prison (photos, vidéos)
lundi 18 - 15h58
de : CAPJPO-EuroPalestine
PSA : mort sur ordonnance des 35 heures à Vesoul
lundi 18 - 08h47
1 commentaire
MENACES SUR LE REGIME DES ARTISTES-AUTEURS : MOBILISATION !
lundi 18 - 08h02
de : FNSAC CGT
1 commentaire
Méditerranée : l’escalade dans l’ignominie
lundi 18 - 07h47
de : MRAP
1 commentaire
Quand l’Aide publique au développement finance les garde-côtes libyens
lundi 18 - 07h34
de : Jérôme Duval
URGENT : CAMARADES EN GARDE-À-VUE SUITE À UNE ACTION CONTRE LE SALON DE L’ARMEMENT EUROSATORY.
vendredi 15 - 22h46
de : jean 1
Ivry en fête aura lieu les 16 et 17 juin 2018
vendredi 15 - 17h08
Interpellations du 22 mai : les parents appellent à manifester ce vendredi devant le tribunal
vendredi 15 - 08h37
QUE NOUS RESTE-T-IL ?
jeudi 14 - 19h49
de : Raymond H
Ernesto Rafael Guevara né le 14 juin 1928 à Rosario, Argentine, il aurait 90 ans...
jeudi 14 - 14h57
de : Roberto Ferrario
L’ÉCOLOGIE RÉELLE / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 14 - 12h47
de : Hdm
1 commentaire
LES MIGRANTS
jeudi 14 - 11h54
Soutien au Jargon Libre : Bourse aux livres et Concert de Dominique Grange
mercredi 13 - 12h32
Etat espagnol. Gouvernement de gauche, ah bon ?
mercredi 13 - 11h05
de : Antoine (Montpellier)
KURDISTAN, AUTOGESTION, RÉVOLUTION
mardi 12 - 09h25
de : Ernest London
2 commentaires
Fête la grève !
mardi 12 - 07h35
1 commentaire
QUAND L’ESPAGNE RÉVOLUTIONNAIRE VIVAIT EN ANARCHIE
mardi 12 - 07h17
de : Frédéric Goldbronn & Frank Mintz
Présentation-débat : Tout !
lundi 11 - 22h47
de : jean 1
Congrès du MRAP et CNCDH
lundi 11 - 20h55
de : Christian - MRAP
1 commentaire
Eurosatory 2018 : des collectifs veulent redynamiser la lutte contre le salon de l’armement
lundi 11 - 18h50
Propaganda - La fabrique du consentement (video)
lundi 11 - 15h19
1 commentaire
Grève Party, La Bataille du rail, Soutien aux cheminots, le 12 juin 2018 à partir de 18:30
lundi 11 - 13h51
COLLECTIF DE DEFENSE DES SERVICES PUBLICS CENTRE BRETAGNE
lundi 11 - 13h20
Les cheminots dans le Centre Bretagne pour la défense des services publics
lundi 11 - 13h13

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le désarmement extérieur passe par le désarmement intérieur. Le seul vrai garant de la paix est en soi. Dalaï Lama
LE JOURNAL DU MEDIA de 20H
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite