Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 septembre
de Jean-Luc Mélenchon
Le samedi 23 septembre 2017, 150 000 personnes se sont rassemblées place de la République pour s’opposer au coup d’État social d’Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon a expliqué que la bataille contre les ordonnances de Macron ne faisait que commencer et a appelé la jeunesse à se mobiliser. Il a lancé un appel aux organisations syndicales pour qu’elles prennent la tête d’une ample mobilisation à laquelle les insoumis apporteront leur (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Mumia Abu-Jamal "J’ai besoin de vous !"
de : Mumia Abu-Jamal
lundi 6 mars 2006 - 13h17 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 26.8 ko

Le plus célèbre des condamnés à mort américains, citoyen d’honneur de la ville de Paris, nous livre, de sa cellule du couloir de la mort de la Prison de SCI-Greene en Pennsylvanie, un peu de son quotidien et beaucoup de son regard sur le monde. Vingt trois années d’enfermement n’ont pas entamé sa détermination à le changer. Entretien exclusif

Propos recueillis par Emmanuel Maistre

Traduction : Claude Guillaumaud-Pujol, Dany Khayat, Michel Thuriaux, Tim Broadbent.

ECPM : En France, vous êtes l’un des condamnés à mort américains les plus connus, une large part de l’opinion française suit votre affaire et ses rebondissements au fil des années. Pour nous, militants des droits de l’homme vous nous êtes devenus familiers, comme proche. Cela peut paraître incongru, mais j’ai envie de commencer cet entretien en vous posant cette simple question : comment allez vous Mumia Abbu Jamal ?
 Mumia Abu-Jamal : Tout bien considéré, pas mal. Je m’occupe : travaux d’écriture, courrier, lecture...

ECPM : A quoi ressemblent vos journées ?
 Mumia Abu-Jamal : Je me lève tôt (6 heures), je prends mon petit déjeuner et me rends dans la cour (en réalité la cage) pour quelques heures. Les activités quotidiennes constituent le coeur même de la prison ; je m’efforce de varier ces activités et de ne pas m’enfoncer dans la routine. J’ai toujours beaucoup à faire et il arrive que toutes les heures de la journée n’y suffisent pas. Je lis probablement beaucoup plus aujourd’hui qu’à l’époque où j’étais étudiant - j’en suis quasi-certain. En ce temps là, si je voyais un livre de 700 à 1000 pages, je poussais un gémissement ; cela ne m’arrive plus. Sinon, nos journées sont essentiellement rythmées par les repas. On déjeune vers 9h45 environ (c’est tôt !!!) et le dîner vient à 15h 45 (! !!).

ECPM : Et votre cellule ?
 Mumia Abu-Jamal : Les cellules sont dans l’ensemble petites, mais il est vrai que les cellules de la prison "générale" sont encombrées, avec deux occupants dans un espace prévu pour une seule personne. Ce n’est pas (encore) le cas pour les cellules du couloir de la mort.

ECPM : Beaucoup de condamnés à mort américains se plaignent d’une détérioration des conditions de détention ces deux dernières années, faites vous le même constat ?
 Mumia Abu-Jamal : Je crois - d’après ce que j’ai vu et entendu - que les conditions en prison ont empiré ces derniers temps, elles se sont durcies. Parmi les nombreuses raisons possibles, on peut citer en particulier ce qu’on appelle l’Acte de réforme des contentieux en prison (Prison Litigation Reform Act, PLRA), qui a été mis en place sous la présidence de Clinton, ainsi que d’autres lois des Etats qui ont limité l’accès des détenu(e)s aux cours. Le plus scandaleux est que PLRA et ces autres lois sont fondés sur des mensonges. Au cours des années 90, les procureurs généraux de divers Etats ont entamé une campagne médiatique contre ce qu’ils appelaient les « réclamations idiotes » introduites par des détenus pour des raisons telles « Je n’ai pas reçu la commande de beurre de cacahuètes que j’avais demandée, et je considère donc avoir été lésé dans l’exercice du droit de ne pas être soumis à un traitement ‘inhabituel et cruel’ que me reconnaît le 8ème amendement. » Les médias américains ont mis en exergue ce type d’histoires, le plus souvent sans vérifier leurs sources, et les politiciens, sous la pression des médias, ont passé des lois visant à limiter l’accès aux cours et ont donné naissance au PLRA. En fait, un juge fédéral de New York a vérifié plusieurs de ces récits et a trouvé qu’ils méritaient souvent d’être approfondis et que bien souvent, les faits ne correspondaient pas du tout aux histoires colportées par la presse. Mais il était trop tard : la presse et les politiciens avaient déjà sévi. Par voie de conséquence, les prisons sont pires aujourd’hui qu’il y a 10 ans et le nombre de plaintes acceptées a chuté. Pensez-y ! Nous avons pu voir en Iraq la monstrueuse brutalité qui règne dans certaines prisons. Est-ce pure coïncidence si le pire des gardiens de prison du goulag de Bagdad est dans le civil un gardien de prison américain de Pennsylvanie, de SCI-Greene ? (prison où Mumia est enfermé, ndlr) La distance qui sépare les prisons américaines et Abu Ghraib se mesure en pouces, pas en milles.

ECPM : Comment expliquez-vous ce durcissement ?
 Mumia Abu-Jamal : Je tiens vraiment les politiciens et l’ensemble de la presse pour responsables. Voyez vous, il y a bien des années, le psychologue Philip Zimbardo a divisé un groupe d’étudiants en deux : la moitié sont devenus des "détenus", l’autre des "gardiens". En quelques jours, voire en quelques heures, les "gardiens" ont formé des cliques brutales et sinistres à l’encontre des "détenus". Le professeur Zimbardo était le "chef" de cette prison improvisée dans les caves d’un collège. Il s’agissait en quelque sorte de gosses qui jouaient des rôles, mais le jeu est vite devenu tellement réaliste que Zimbardo a dû mettre rapidement fin à l’expérience : il craignait que celle-ci n’entraînât des troubles graves et même chroniques sur le psychisme de ces étudiants ! S’il en est ainsi pour une expérience de cinq à sept jours, qu’en advient-il dans le monde réel ? C’est Dostoïevski qui a écrit qu’une civilisation se reconnaît à la nature de ses prisons.

ECPM : Revenons à votre couloir de la mort, avez-vous des relations avec d’autres condamnés ?
 Mumia Abu-Jamal : Les moyens de communication avec les gars autour de nous sont limités. Bien souvent on crie à travers les portes mais je trouve cela dégradant. Les prisons les plus modernes du pays sont conçues pour un maximum d’isolation, ce qui veut dire qu’un homme peut vivre dans la cellule d’à coté sans que son voisin puisse le voir pendant 6 mois (ou 6 ans !!) sauf à ce que les deux se retrouvent dans les salles de parloir. Il n’y a pratiquement pas d’occasion de dialoguer.

ECPM : Cela fait pour vous vingt trois ans d’incarcération. Comment supportez vous l’enfermement conjugué à l’injustice ? Qu’est ce qui vous fait tenir ?
 Mumia Abu-Jamal : Je connais d’autres frères et sœurs, dont des membres de MOVE, qui ont été injustement emprisonnés plus longtemps que moi ! Je m’inspire donc de ces personnes. John Africa, le leader révolutionnaire de MOVE a dit : « Lorsque l’on s’est engagé à faire ce qui est bien, le pouvoir de la vertu ne trahit jamais ». Lorsque je pense à la durée durant laquelle le peuple africain était injustement confiné dans la prison de l’esclavage, pendant des siècles, j’ai une petite idée de ce que peut être la force. Mes ancêtres étaient des hommes et des femmes forts. Concrètement au quotidien, en tant qu’écrivain j’écris et cela m’aide beaucoup à tenir. Je suis aussi un artiste, j’envoie donc des cartes à mes amis et à ma famille pour les occasions spéciales. J’aimerais répondre à tout le courrier que je reçois, mais je ne peux tout simplement pas. Je n’ai pas suffisamment d’enveloppes, encore moins de temps. Je fais du mieux que je peux et j’espère que les gens sont compréhensifs et me pardonnent.

ECPM : Vous êtes citoyen d’honneur de la ville de Paris, quelle importance y accordez-vous ?
 Mumia Abu-Jamal : C’est un grand honneur. Je me souviens du jour où ma sœur me l’a annoncé. J’ai pensé « Wow ! Ca doit ressembler à ça d’être un ‘citoyen’, car je n’ai jamais eu le même sentiment même après 50 ans de vie aux Etats-Unis ! ». Lorsque j’analyse cette vie, de mon enfance jusqu’à ce jour, je n’ai jamais eu le sentiment d’être un vrai ‘citoyen’ de mon pays natal. J’ai voté, bien entendu, j’ai payé mes impôts. Mais le gouvernement, pendant la plupart de mon existence était un adversaire qui tuait mes camarades politiques, qui tuait mon peuple par la vie dans les ghettos, par une mauvaise alimentation, des flics racistes, des juges racistes, une scolarité médiocre... Ça m’a pris 50 ans, et la vie dans le couloir de la mort, pour devenir enfin un citoyen - d’un autre pays ! Je remercie les habitants de Paris, et de la France, pour cet honneur.

ECPM : En France, le mouvement de soutien à votre libération est particulièrement dynamique et investi, comment l’expliquez-vous ?
 Mumia Abu-Jamal : Je pense que la France, dans ce domaine, possède beaucoup d’avance sur son cousin américain. Je me demande souvent pourquoi il en est ainsi. Et je pense qu’au bout du compte, c’est la façon dont la France et les USA regardent leur fondation révolutionnaire et les principes exposés dans les articles de leur fondation. Lorsque la Constitution des Etats-Unis a été écrite, les noirs ont été implicitement exclus, et ce pendant plus de 100 ans. Lorsque les Américains pensent à la révolution, la Constitution, les Fondateurs, il y toujours des gens qui sont exclus. La Révolution, la Constitution, Georges Washington deviennent d’abord des fétiches, puis de la marchandise qui peut être vendue ou colportée pour gagner de l’argent, certainement pas des principes directeurs inviolables par des riches et puissants. Je pense qu’en France, la Déclaration des Droits de l’Homme et la Révolution qui l’a enfantée sont plus profondément ancrées dans les vies et dans l’esprit des gens. Voilà pourquoi la France est devenue l’asile des rebelles et l’Amérique, la maison de retraite des dictateurs. Combien de gens qui fuient les dictateurs de l’Asie, de l’Afrique et d’ailleurs trouvent refuge en France ? Lorsque les réfugiés haïtiens arrivent en Amérique, soit ils sont enfermés dans la Krome Detention Center à Miami ou renvoyés en Haïti (d’un côté, c’est mieux qu’autrefois où ils étaient emprisonnés à Guantanamo ! Mais ils les ont foutus dehors pour laisser la place aux Afghans, aux Saoudiens, Egyptiens...).

ECPM : De quoi avez vous besoin aujourd’hui ?
 Mumia Abu-Jamal : J’ai besoin de monde pour organiser et construire un mouvement plus grand et plus fort. Un simple citoyen français peut parler à un autre citoyen et ainsi de suite. Ils peuvent devenir membres de nos comités de défense et construire le mouvement. S’ils deviennent assez puissants, ces mouvements peuvent amener le changement !

ECPM : Quel message souhaiteriez vous adresser aux abolitionnistes ?
 Mumia Abu-Jamal : Merci de faire partie du mouvement abolitionniste. Votre travail est très important, non seulement pour moi, mais pour des milliers d’hommes et de femmes dans les couloirs de la mort à travers les Etats-Unis et partout dans le monde ! Merci mes amis ! Votre frère (en français dans le texte, ndltr).

http://www.abolition.fr/ecpm/french...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Mumia Abu-Jamal "J’ai besoin de vous !"
6 mars 2006 - 13h44

Ami Munia, ne te fais plus trop d’illusions de l’accueil des immigrés en France. Pour la plupart, ils sont traités comme des chiens. Il faut en finir avec le mythe de la France, pays des droits de l’homme et terre d’accueil.
Fraternellement,

William






"Tout sauf humaine" : Muriel Pénicaud vue par des salariés de Business France (video)
lundi 25 - 18h46
de : Complément d’enquête
TOUS ENSEMBLE dans les grèves et les blocages et vers une manifestation nationale
lundi 25 - 18h21
de : Front Syndical de classe
Vif échange entre Raquel Garrido (FI) et Ruth Elkrief (BFM) à propos de la démocratie (video)
lundi 25 - 18h18
de : La Luciole Mélenchantée
D’une manière certaine
lundi 25 - 16h24
de : L’iena rabbioso
Affaire Business France : Muriel Pénicaud était "informée de tout"
lundi 25 - 16h02
Après la marche, la démarche
lundi 25 - 15h50
de : Jean-Luc Mélenchon
Fête du livre des éditions Noir et Rouge Paris, samedi 30 septembre 2017
lundi 25 - 14h03
de : frank
30 000 personnes à la manifestation du 23 ? Vraiment ?? (8 videos)
lundi 25 - 12h33
de : Les Insoumis Charente-Maritime
Macron hué à Marseille (video)
lundi 25 - 12h11
Le patron de FO, Jean-Claude Mailly, estime que Muriel Pénicaud « fait le job ».
lundi 25 - 11h39
de : Marie-Cécile Renault
La marche du peuple et la diversion
lundi 25 - 11h11
de : Jean-Luc Mélenchon
1 commentaire
La Résistance dans la rue face à la collaboration par Léon Landini résistant FTP MOI
lundi 25 - 11h09
de : Léon Landini
EN DIRECT- Loi travail : les chauffeurs routiers bloquent plusieurs sites
lundi 25 - 10h00
de : Luc Lenoir
Insoumission au Parlement et dans la rue, partout !
lundi 25 - 00h48
de : Christian DELARUE
Bastille !
dimanche 24 - 21h47
de : Gilles
manif rassemblement mardi 26 septembre devant sous préf Montargis 17h30 pour les contrats aidés EVS des écoles
dimanche 24 - 18h12
de : le Rouge-gorge
Sénatoriale , Macron et du Cynisme !
dimanche 24 - 14h05
1 commentaire
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 - 11h07
de : Jean-Luc Mélenchon
Et maintenant ?
dimanche 24 - 10h43
de : LE BRIS RENE
Alors, Laurent Joffrin : Le Pen ou Le Che ?
vendredi 22 - 21h49
1 commentaire
Loi travail : la contestation cherche un second souffle
vendredi 22 - 17h39
Contre le coup d’état social
vendredi 22 - 15h40
Et si la presse se portait plus mal encore que ce qu’on pouvait l’imaginer…
vendredi 22 - 15h13
de : Jacques Cotta
La France Insoumise doit se glisser dans tous les interstices de la société – Entretien avec Manuel Bompard
vendredi 22 - 12h51
Un ex-dirigeant de Lafarge reconnaît des versements d’argent à Daech en Syrie
vendredi 22 - 12h39
Rappel : 8 français sur 10 n’ont pas voté pour Macron : Une autre analyse des résultats
vendredi 22 - 12h36
de : clab
Stop à la dispersion des manifestations (pétition)
vendredi 22 - 12h13
de : Front Social
Stéphane Sirot : « Les syndicats devraient reconsidérer les vertus des grèves reconductibles »
vendredi 22 - 12h00
VENEZUELA - Journée mondiale - Plan d’action
vendredi 22 - 09h36
de : Jo Hernandez
Quand Pierre Laurent appelait à voter Najat Valaud Belkacem
jeudi 21 - 19h59
de : Stafed
Mutuelle ex-Audiens et MRSCC : un devoir de transparence
jeudi 21 - 17h23
de : Observateur bien informé
Manif Soutien aux Catalans, Pau Vendredi 22 sept. 19h
jeudi 21 - 07h35
1 commentaire
Coup d’état social / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 21 - 02h47
de : Hdm
LA RÉVOLTE DES TERRES
mercredi 20 - 17h04
de : Ernest London
Code du Travail : FO accusé d’avoir réprimandé des militants ayant manifesté
mercredi 20 - 14h38
Emmanuel Macron, un mauvais président pour 56% des Français
mercredi 20 - 12h10
Coup d’État en Catalogne : la Guardia Civil prend d’assaut le gouvernement catalan (video)
mercredi 20 - 11h59
de : Antoine Gasquez
Le généreux cadeau à 300 millions d’Emmanuel Macron aux banquiers et assureurs les plus riches
mercredi 20 - 11h07
de : Hadrien Mathoux
1 commentaire
VENEZUELA : Les Etats-Unis ne sont pas les Maîtres du monde
mercredi 20 - 10h44
de : JO
23 septembre à la Bastille : la marche contre le coup d’État social
mercredi 20 - 07h59
de : Pierrick Tillet

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les grandes choses de l'Etat sont tombées, les petites seules sont debout, triste spectacle public. On ne songe plus qua soi. Chacun se fait, sans pitié pour le pays, une petite fortune particulière dans un coin de la grande infortune publique. Victor Hugo, 1838
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 septembre
de Jean-Luc Mélenchon
Le samedi 23 septembre 2017, 150 000 personnes se sont rassemblées place de la République pour s’opposer au coup d’État social d’Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon a expliqué que la bataille contre les ordonnances de Macron ne faisait que commencer et a appelé la jeunesse à se mobiliser. Il a lancé un appel aux organisations syndicales pour qu’elles prennent la tête d’une ample mobilisation à laquelle les insoumis apporteront leur (...)
Lire la suite
Contre le coup d’état social
vendredi 22 septembre
Samedi 23 septembre 2017, donnons-nous rendez-vous à 14h00, place de la Bastille à Paris pour une marche contre le coup d’État social d’Emmanuel Macron, qui veut détruire le code du travail à coup d’ordonnances.
Lire la suite
Stop à la dispersion des manifestations (pétition)
vendredi 22 septembre
de Front Social
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/stop-%C3%A... À travers cette pétition, nous proposons la tenue d’une table ronde permettant à tous les acteurs du mouvement social de s’entendre et proposer au plus vite une feuille de route unique et des actions communes... Amis et camarades, Comme vous, nous constatons que le programme de Macron n’épargne personne, des étudiants aux retraités, des jeunes bénéficiant de contrats aidés aux assurés sociaux, des (...)
Lire la suite
Stéphane Sirot : « Les syndicats devraient reconsidérer les vertus des grèves reconductibles »
vendredi 22 septembre
À la veille de la présentation des ordonnances, les syndicats opposés à la réforme du code du travail ont manifesté et appelé à la grève. Ces mobilisations traditionnelles sont-elles encore efficaces ? L’éclairage de Stéphane Sirot, historien du mouvement ouvrier. Regards. Après 1936 et 1968, la France est le pays de la grève générale, mais en pratique, depuis 1995, on évalue le rapport de forces dans la rue, en comptant le nombre de manifestants… La manifestation a-t-elle (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ : 3 JOURS POUR AGIR ET SE FAIRE PLAISIR
jeudi 14 septembre
de Info’Com-CGT
Venez échanger, débattre, discuter partager, vous amuser, partager un verre sur le stand d’Info’Com-CGT à la Fête de l’Humanité, avenue Lousie-Michel. :: : Concerts Roadmaster Officiel, Paul Exploit, Damien Accordémon, Palabre, Boris Pelosof :: : Débats Samedi 10 h 30 Inauguration du journal Moins Une, suivi du débat : Faire sauter le verrou médiatique : quelles initiatives pour une information indépendante ? Premiers invités : Pierre Souchon, rédacteur en chef (...)
Lire la suite
Les rendez-vous secrets de Berger et Mailly au ministère et au Château
jeudi 7 septembre
C’est le Canard enchaîné qui révèle les rencontres cachées aux travailleurs comme aux militants de leurs propres organisations de Berger et Mailly avec Macron le 28 août dernier, ce dernier ainsi que le premier ministre voulant " s’assurer qu’ils tenaient bien leurs troupes" !!! Afin de faire accepter la démolition du Code du travail contre de soit-disant contre-parties ! Des raisons supplémentaires pour que les travailleurs expriment leur colère et leur détermination le (...)
Lire la suite
LE 12 SEPTEMBRE, TOUS EN GRÈVE ET DANS LA RUE CONTRE LA LOI TRAVAIL XXL
jeudi 7 septembre
de Info’Com-CGT
Le gouvernement a présenté, ses ordonnances qui vont supprimer ou fragiliser de nombreux droits et continuer à déconstruire le Code du travail. L’heure n’est pas à baisser les bras ! Soyons déterminés dans cette lutte qui doit être la plus importante de ces dernières années car celles et ceux qui défendent ces ordonnances libérales veulent en réalité en finir avec nos acquis et conquis. Cette régression sociale ne se limite d’ailleurs pas qu’au Code du travail. Le (...)
Lire la suite