Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

des remous au Diplo et à l’Association des Amis du Diplo
de : Bernard DAUPHINÉ
mardi 7 mars 2006 - 16h33 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Malaise au Monde diplomatique

Le Monde diplomatique connaît une grave crise qui pourrait remettre en cause pour longtemps sa ligne éditoriale. Le rédacteur en chef du journal et son adjoint - tous deux en charge du dossier Proche-Orient - ont été remplacés en janvier ; le second actionnaire du journal subit une reprise en main ; un article de l’intellectuel d’origine palestinienne Edward Saïd a été coupé dans ses passages les plus critiques envers l’Onu, Israël et les USA ; des membres de la rédaction sont directement intervenus dans un prix littéraire jusque-là indépendant. Cela s’ajoute aux millions d’euros prêtés par le mensuel au groupe le Monde, dont les caisses sont chroniquement vides, alors que la diffusion du Monde diplomatique est en baisse et que l’équilibre des comptes ne repose que sur les produits dérivés. En tant que responsables de l’association des Amis du Monde diplomatique, nous nous alarmons de cette situation.

Par
Cyril Berneron, Administrateur des Amis du Monde diplomatique, responsable du prix des Amis du Monde diplomatique
Bernard Dauphiné, correspondant des Amis du Monde diplomatique à Carcassonne (France)
Claudine Faehndrich, membre du collège des fondateurs, ancienne correspondante des Amis du Monde diplomatique à Neuchâtel (Suisse)
Halima Zouhar, administratrice des Amis du Monde diplomatique

Le prix des Amis du Monde diplomatique :

Procédons à une analyse de ce qui se passe au sein du mensuel, en commençant par ce qui pourrait être considéré comme le plus bénin.
Créé en 2002 par l’association des lecteurs du journal, (les Amis du Monde diplomatique - association actionnaire du journal à 25 %), le prix des Amis du Monde diplomatique n’a pas été remis en décembre 2005. Le comité d’organisation a refusé de le décerner pour protester contre l’ingérence de certains journalistes du mensuel dans le choix des livres et une volonté de censure. Le prix était placé sous le parrainage des prix Nobel Dario Fo et Jose Saramago ainsi que du cinéaste Costa Gavras et de l’écrivain Jose Luis Sampedro qui avaient pour l’occasion cosigné un appel.

S’inspirant du fonctionnement du prix du Livre Inter, il a été établi que le prix serait décerné par des lecteurs du Monde diplomatique.

A cette fin, le comité d’organisation procédait simultanément à une présélection des ouvrages concourant (pas de s ici, c’est un participe présent il me semble...) et à celle d’un jury.

Les ouvrages étaient choisis parmi les publications de l’année entrant dans les catégories essais, documents, analyses (domaines politique, historique, économique). Partant d’une sélection comprenant trente à quarante textes, le comité arrivait, par lectures et débats successifs, à cinq livres.

Simultanément, un appel à candidature était publié dans le Monde diplomatique.

Le jury était composé sur la base de la diversité et de l’indépendance d’esprit. Les jurés provenaient en majorité de France mais incluaient aussi des lecteurs résidant dans d’autre pays. A partir de 2003, dans le but de bien marquer la séparation entre les membres du comité d’organisation et ceux du jury, le choix des jurés a été confié au responsable du prix, Cyril Berneron - qui était alors la seule personne commune aux deux groupes.

Le jury, comprenant neuf lecteurs, recevait en septembre les cinq ouvrages sélectionnés et se réunissait durant une journée fin novembre pour débattre et primer le livre de son choix. Lors de cette journée, la plus grande liberté était laissée aux jurés, le responsable du prix se contentant de l’organisation du débat.

Le prix était remis depuis 2003 à l’Assemblée nationale, lieu choisi pour souligner que cette récompense avait pour finalité d’encourager le débat d’idées.

En décembre 2004, la Sorbonne s’était, de plus, associée au prix en recevant le lauréat pour une conférence le soir de la remise de la récompense.

Depuis sa création, le prix avait été décerné à Michel Warschawski (Sur la frontière, éditions Stock), Howard Zinn, (Une histoire populaire des ?tats-Unis, éditions Agone) et Raoul-Marc Jennar (Europe, la trahison des élites, éditions Fayard).

Des pressions :

Lors de la préparation du prix 2005, le comité d’organisation a établi une présélection comprenant 29 ouvrages. Comme chaque année, les membres de ce comité se sont attelés à la lecture avant de se réunir pour affiner leur choix. Mais, cette année, de fortes pressions ont été exercées afin d’obtenir, discrètement puis devant la résistance, publiquement, le retrait d’un ouvrage de la liste.

Lors des années précédentes, des pressions discrètes avaient parfois été exercées (on pense en particulier au livre de Florence Aubenas et Miguel Benasayag, Résister c’est créer), mais le refus net du comité avait suffi à clore la question.

Le livre qui, cette année, a mis à l’épreuve les valeurs de transparence et de liberté d’expression affichées par le Monde diplomatique est Le mur de Sharon d’Alain Ménargues, publié aux Presses de la Renaissance.

Devant la résistance des membres du comité d’organisation aux pressions discrètes, le directeur de la publication, Ignacio Ramonet, s’est senti obligé de prendre position devant le conseil d’administration de l’association du 18 juin 2005. Suite à sa prise de parole, le conseil a voté une motion censurant le livre :

« Compte tenu de positions inacceptables prises par Alain Ménargues dans son livre Le Mur de Sharon, le Conseil d’administration des Amis du Monde diplomatique décide de retirer cet ouvrage de la liste des choix possibles pour l’attribution de son prix annuel. »

Précisons que cet ouvrage n’a été ni poursuivi ni, a fortiori, condamné.

De plus, le conseil demandait dans la même motion aux correspondants de l’association (qui possède plus de 60 groupes à travers le monde, organisant plus de 500 conférences par an) de ne pas recevoir l’auteur du livre incriminé. Il s’agissait de la première fois dans l’histoire de l’association (née en 1996) que le conseil intervenait dans le fonctionnement jusqu’ici totalement libre et indépendant des groupes locaux :

« Le Conseil demande aux correspondants locaux des Amis du Monde diplomatique de ne pas inviter l’auteur de l’ouvrage à des conférences-débats. Cela afin de ne pas nuire à l’image du journal et à sa ligne sur le conflit du Proche-Orient. »

Trois mois plus tard, lors du conseil d’administration du 21 septembre, le conseil a résolu de modifier les règles de fonctionnement du comité d’organisation afin d’éviter à l’avenir les manifestations d’indépendance :
• Il a décidé d’adjoindre au groupe un membre de la rédaction du Monde diplomatique dont la fonction serait de valider a priori le choix des ouvrages dans les listes successives. Anne-Cécile Robert, qui pourrait prochainement être nommée rédacteur en chef adjoint, a accepté ce rôle.
• Il a décidé d’adjoindre deux personnes au responsable du prix pour effectuer la sélection des jurés.
• Il a décidé de ne plus engager d’attaché de presse pour le prix des Amis du Monde diplomatique.

Suite à ces dispositions, le comité d’organisation du prix s’est réuni pour arrêter une position commune. Il a décidé à l’unanimité moins une voix (7 pour, 1 contre) de ne pas accepter cette censure, de ne pas remettre le prix en 2005 et de rendre publiques ces actions contraires aux valeurs affichées tant par le Monde diplomatique que par une association des Amis du Monde diplomatique qui s’affirme « au service du débat d’idées ».
Interrogé par Olivier Costemalle du journal Libération, le secrétaire général de l’association, Dominique Franceschetti, a répondu : « On ne peut pas accepter n’importe quel livre au nom du débat d’idées ».

L’association belge des Amis du Monde diplomatique, présidée par le sénateur Pierre Galand, a affirmé son soutien au comité d’organisation dans une lettre aux instances dirigeantes de l’association française et du journal.

Malaise

Cette affaire n’est pas un cas isolé. Une crise couve en effet depuis des mois pour le contrôle du mensuel - et on assiste actuellement à de profonds changements au sein du Monde diplomatique et de sa structure actionnariale. Au 1er janvier, l’équipe de direction a été fondamentalement modifiée. Le rédacteur en chef, Alain Gresh, et son adjoint, Dominique Vidal, ont été remplacés (respectivement par Maurice Lemoine et Serge Halimi). Ignacio Ramonet, le directeur de la publication, serait, lui, sur le départ.

Au siège du mensuel, plusieurs interprétations sont fournies concernant ces changements. En public, on soutient qu’Alain Gresh aurait volontairement abandonné le poste ingrat de rédacteur en chef de ce journal influent afin de pouvoir pleinement s’occuper du site Internet de la publication. Mais en privé, certains rédacteurs expliquent, sous couvert d’anonymat, que les tensions au sein de la direction étaient devenues si grandes qu’il était impossible au rédacteur en chef et à son adjoint de travailler dans des conditions acceptables.

Changement de ligne éditoriale sur le Proche-Orient ?

À la question de savoir quelle était la cause des tensions, la première réponse fournie concerne les liens entre l’association Attac et le Monde diplomatique. D’après des confidences faites au Canard enchaîné et à Libération, les partants n’auraient pas accepté l’intervention d’Ignacio Ramonet dans la crise qui secoue actuellement la direction de l’association Attac.

D’après nos informations, le changement à la tête du Monde diplomatique est, en fait, dû à une cristallisation autour du traitement du Proche-Orient dans le journal. Des pressions ont poussé dans le sens d’un positionnement plus bienveillant envers la politique de l’ ?tat d’Israël.

Outre la possibilité, inévitable, de sollicitations internes provenant de l’actionnaire principal Le Monde, la rédaction a été l’objet de pressions externes. Le journal, et nommément Dominique Vidal, ainsi que son actionnaire Les Amis du Monde diplomatique, ont été en particulier visés par l’Arche, le mensuel du judaïsme français.

On assista alors à un fléchissement de la ligne éditoriale qui poussa le Monde diplomatique jusqu’à reprendre en juillet 2005 un article de l’intellectuel d’origine palestinienne Edward Saïd (décédé en 2003), publié deux ans auparavant en langue anglaise, en procédant à des coupes qui en dénaturaient fondamentalement le sens et faisaient disparaître ses critiques d’Israël, de l’Onu et des ?tats-Unis. Les nombreuses reprises de l’article et de ses coupes circulant sur Internet risquent de nuire longtemps à l’image du journal.

Grandes manœuvres au sein de la SA

Juridiquement, le Monde diplomatique a la forme d’une société anonyme dont le capital est partagé entre trois actionnaires :
* Le groupe le Monde possède 51 % des parts.
* L’association des Amis du Monde diplomatique (lecteurs du journal) possède 25 % des parts.
* L’association Gunter Holzmann (personnel du journal) possède 24 % des parts.

L’association des Amis du Monde diplomatique est à la fois actionnaire du journal et organisatrice de conférences-débats par le biais de ses groupes locaux présents en France, en Europe, en Amérique du Sud et en Afrique.
Depuis le printemps 2005, elle est l’objet de toutes les attentions :
• En juin, le renouvellement de son conseil d’administration a été l’objet d’intenses tractations entre la direction du journal et la direction de l’association.
• En juillet, le nouveau bureau de l’association a été imposé au conseil sur un coup de force.
• En septembre, le bureau a repris en main chaque activité de l’association et centralisé son fonctionnement.
• En décembre, il a décidé de la modification du fonctionnement des groupes locaux de l’association.

Outre la reprise en main du prix des Amis du Monde diplomatique, la structure décentralisée de l’association permettant l’organisation de conférences-débats se voit remaniée. L’objectif est de mieux contrôler l’activité des groupes locaux, et en particulier de les empêcher de faire venir des conférenciers non conformes aux orientations des instances dirigeantes du journal et de l’association. (Ce qui pourrait être légitime si cette dernière n’affichait pas sa volonté de développer le débat d’idées.)

Le bureau a ainsi décidé de modifier la diffusion des informations concernant les conférences. Le courrier papier envoyé mensuellement aux membres résidant dans un département actif devait être remplacé par un courriel. Mesure d’économie efficace ? Oui, mais qui pose problème quand le fichier des membres ne comprend que 10 % d’adresses électroniques...

Certaines conférences sont certes annoncées dans le mensuel mais pas toutes - faute de place - ou, parfois, afin de ne pas faire de publicité à un conférencier n’entrant pas dans la « ligne » du journal.

Quant au site Internet de l’association, les pages avertissant de certains débats dont l’invité déplaisait au bureau en ont été supprimées avant la conférence (voire après, pratique surprenante de réécriture de l’histoire). Face aux réactions négatives des représentants des groupes locaux, le bureau a finalement accepté de maintenir l’envoi papier aux adhérents et de n’utiliser le courrier électronique que pour ceux qui donneraient explicitement leur accord.

Mais qu’est-ce qui peut bien pousser une association à vouloir se couper de 90 % de ses membres ? Au sein de la structure le malaise est grand face à cette question. Lors de l’assemblée générale 2005, un épisode avait déjà troublé certains membres et une administratrice nouvellement élue, Halima Zouhar, avait éprouvé le besoin de rendre public sur Internet une mise au point concernant des propos xénophobes dont elle témoignait avoir été la cible en présence de membres de la rédaction qui n’auraient pas réagi.

Remise en cause de la stabilité financière ?

Des liquidités de plusieurs millions d’euros sont en jeu ainsi que le contrôle d’un média influent.

Tout cela advient, en effet, alors que le Monde diplomatique a connu une grave baisse de ses ventes (- 25 % de ventes en kiosque, - 12 % de ventes globales). Le journal annonce 65 000 exemplaires mensuels vendus en kiosque, 70 000 abonnés et 70 000 exemplaires en français vendus à l’étranger. Alors que sa diffusion a continué à baisser en 2005, le directeur général, Bernard Cassen, confiait à ses actionnaires début février 2006 que le journal était en soi déficitaire et n’équilibrait ses comptes que grâce aux produits dérivés (CD-rom, agenda, atlas, éditions étrangères...).

La direction du journal a donc décidé courant 2005 de diversifier ses revenus en donnant son label à des voyages organisés et à des formations. Ces deux initiatives ont été reçues de façon mitigée, des critiques ont, en particulier, été émises sur le choix de cibler la catégorie la plus aisée des lecteurs du journal, en décalage avec les positions altermondialistes du mensuel (le séjour d’une semaine au Caire « introduction à l’islam » variait de 1 970 à 3 050 €, la journée de formation était de 540 €).

D’autres critiques concernant les voyages posaient la question de la pertinence du choix des personnes invitées à prendre la parole et de l’utilité de se rendre en Egypte pour les écouter : aucune personnalité égyptienne n’était présente, la quasi-totalité des conférenciers venant de France.

Prêt de plusieurs millions d’euros

Plus sérieusement, au moment des changements actionnariaux au sein du groupe le Monde, chroniquement déficitaire, et de la possible entrée au capital de Lagardère, géant de l’industrie de défense et des médias, plusieurs questions se posent. D’une part, ces changements auront-ils des conséquences pour le mensuel ? Pour sa ligne éditoriale ? Pour sa pérennité ? D’autre part, le Monde diplomatique qui a prêté ces dernières années plusieurs millions d’euros au groupe le Monde doit-il (et peut-il) en demander la restitution ? Cela modifierait-t-il l’équilibre entre ses actionnaires ?

La reprise en main du deuxième actionnaire, les Amis du Monde diplomatique, créé pour assurer l’indépendance de la ligne éditoriale du mensuel, doit être placée dans cette perspective...

Ce qui n’est pas sans inquiéter les signataires de ce texte.

Liens hypertextes :

Position d’Alain Ménargues sur cette affaire :
http://www.oulala.net/Portail/artic...

Communiqué de presse joint

Les 2 articles de Libération :
http://bellaciao.org/fr/article.php...
Et
http://bellaciao.org/fr/article.php...

Edward Saïd :
http://www.oulala.net/Portail/artic...

Halima Zouhar :
http://www.emarrakech.info/index.ph...

Communiqué de presse

Censure dans l’orbite du Monde diplomatique

L’indépendance du prix des Amis du Monde diplomatique est remise en cause.
Aujourd’hui, il est imposé au comité d’organisation du prix :
1/ De retirer a priori certains titres de sa sélection.
2/ De soumettre - avant lecture - le choix des ouvrages à un journaliste du Monde diplomatique.
3/ De modifier le mode de sélection du jury qui, jusqu’à présent, avait semblé donner entière satisfaction. Les modalités de sélection ont en particulier assuré la totale indépendance du prix, y compris vis-à-vis des pressions, des tensions internes et des conflits d’intérêt liés à l’association des amis du Monde diplomatique ou au journal lui-même.

Nous, comité d’organisation du prix, ne pouvons pas l’accepter eu égard à notre éthique.
Jusqu’à présent notre travail s’est traduit par :

Un parrainage illustre :
Créé en 2002 à l’initiative du conseil d’administration de l’association des Amis du Monde diplomatique, et délégué pour sa mise en place au comité d’organisation dirigé par Hélène Auclair puis Cyril Berneron, ce prix est placé sous le parrainage des prix Nobel Dario Fo et Jose Saramago, ainsi que du cinéaste Costa Gavras et de l’écrivain Jose Luis Sampedro.

Un prix de lecteurs :
Le prix des Amis du Monde diplomatique est décerné au meilleur essai publié dans l’année. Attribué par des lecteurs du mensuel, il se veut un instrument de mise en valeur de l’innovation intellectuelle afin de stimuler le débat public.

Un principe d’indépendance :
Pour atteindre cet objectif, il est fondamental que certains principes soient préservés : l’indépendance dans le choix et la sélection des ouvrages ; l’autonomie du comité d’organisation vis-à-vis de toute forme de pression ; son autonomie dans le choix des jurés et l’indépendance de ces derniers. Il faut rappeler que l’indépendance réciproque de l’association vis-à-vis de la rédaction du mensuel a été posée dès sa création comme l’un des principes fondateurs de leurs relations.

C’est le respect de ces principes qui a toujours garanti la valeur et la crédibilité du prix ainsi que sa pérennité. Nous, comité d’organisation du prix des Amis du Monde diplomatique, refusons de céder aux pressions visant à infléchir a priori le choix des ouvrages, pressions qui peuvent dès lors se comprendre comme une volonté de censure. C’est pourquoi, suite au retrait imposé d’un ouvrage de la présélection - avant même le travail de lecture critique du comité d’organisation - nous avons refusé de décerner le prix des Amis du Monde diplomatique en décembre 2005. C’est aussi pourquoi nous en appelons aux lecteurs du Monde diplomatique, à ses collaborateurs, aux libraires, aux éditeurs et à l’ensemble des médias à ne plus considérer ce prix comme indépendant de certains groupes de pression.

Les membres du comité d’organisation signataires :
Cyril Berneron, administrateur de l’association des Amis du Monde diplomatique, responsable du prix
Bernard Dauphiné, correspondant des Amis du Monde diplomatique à Carcassonne
Olivier van Gijte, correspondant des Amis du Monde diplomatique au Luxembourg
Philippe Liotard, administrateur de l’association des Amis du Monde diplomatique
Assia Messaoudi, administratrice de l’association des Amis du Monde diplomatique
Annie Thonon, vice-présidente des Amis du Monde diplomatique de Belgique
Alberto Velasco, fondateur des Amis du Monde diplomatique de Suisse



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> des remous au Diplo et à l’Association des Amis du Diplo
7 mars 2006 - 17h48

3 remous font-ils une tempête ?



> des remous au Diplo et à l’Association des Amis du Diplo
7 mars 2006 - 17h52 - Posté par

Oui, ça dépend de l’ampleur des remous.


> des remous au Diplo et à l’Association des Amis du Diplo
7 mars 2006 - 20h43 - Posté par

Vous pensiez qu’il faudrai combien avant que Colombani reprenne en main le Diplo ?des siecles ?
Dans l’affrontement de classe actuel pas une tête ne doit dépasser.
Jean Claude des Landes


> des remous au Diplo et à l’Association des Amis du Diplo
7 mars 2006 - 22h19

Ils vous l’aurait dit que cela se terminerait comme cela chez PLPL (Pour Lire Pas Lu)

Passez "Au plan B" ;-)))

Skblllz






C’est votre étonnement qui m’étonne.
lundi 20 - 11h33
de : irae
François Ruffin dénonce à l’Assemblée Nationale la mainmise des oligarques sur les médias Français !
lundi 20 - 09h26
de : JO
1 commentaire
Clermont-Ferrand : interdiction d’un rassemblement à la mémoire de Wissam, mort en 2012 après son arrestation
lundi 20 - 05h59
QUARTIER EN GUERRE - New-York, années 1980
dimanche 19 - 18h25
de : Ernest London
Cotisation et démocratie !
dimanche 19 - 11h39
de : LE BRIS RENE
1 commentaire
EMMAÜS : 10 ème jour de grève de la faim pour un compagnon
samedi 18 - 09h37
de : Georges
Les députés LREM... interdits de collaborer avec leurs alliés à l’Assemblée
vendredi 17 - 14h20
de : Étienne Girard
1 commentaire
Chiffres du chômage de l’Insee au troisième trimestre 2017. Non au chômage remplacé par la précarité
vendredi 17 - 14h18
de : CGT
18 NOVEMBRE : UNE OCCASION INÉDITE DE FAIRE CONVERGER TOUTES LES LUTTES LORS DE LA MARCHE NATIONALE SUR L’ÉLYSÉE
vendredi 17 - 11h45
de : Front Social
1 commentaire
Le vilain secret de la libération de Raqqa : Une vidéo de 7 minutes glaçante (video)
vendredi 17 - 11h40
de : Audrey Duperron
Les réponses de Mélenchon aux questions fouille-merde de l’Express
vendredi 17 - 11h19
de : Pierrick Tillet
2 commentaires
Une répression syndicale "jamais vue" au ministère du Travail, selon des syndicats
vendredi 17 - 11h06
Un journaliste de “C à vous” écarté de la visite présidentielle après ses questions aux Insoumis (videos)
vendredi 17 - 09h25
de : M. F.
1 commentaire
Nov 15 La culture victime des options ultralibérales du gouvernement
vendredi 17 - 08h43
Pourquoi l’élection d’une députée LREM a été invalidée
vendredi 17 - 08h35
de : Olivier Pérou
SAISONS - Nouvelles de la ZAD
vendredi 17 - 07h26
de : Ernest London
LE SILENCE DES BLAIREAUX
vendredi 17 - 00h08
de : irae
Mobilisation contre les ordonnances : le miracle n’a pas eu lieu
jeudi 16 - 21h04
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
A propos de Charlie-Hebdo.
jeudi 16 - 16h46
de : L’iena rabbioso
Chirurgie esthétique et chirurgie réparatrice
jeudi 16 - 16h28
de : C’est quoi la différence entre chirurgie esthétique et réparatrice
LES BLANCS CONTRE LES ROUGES / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 16 - 12h00
de : Hdm
1 commentaire
TOUS A L’ELYSEE SAMEDI 18 !!! (video)
jeudi 16 - 11h07
de : Mat76
La jeune Russie des Soviets, paradis de l’écologie ?
jeudi 16 - 10h46
de : Paul Ariès
Poissy : mobilisation pour soutenir les élus CGT accusés de séquestration
jeudi 16 - 09h03
Macron est un fléau ! Le 16 on manifeste tous ensemble, le 17 on continue et le 18 novembre on marche sur l’Elysée
jeudi 16 - 08h49
"ENCORE UNE GRÈVE ? " EH OUI, ENCORE !
jeudi 16 - 08h44
de : Théo Roumier
#RDLS46 : MAJORITÉ SEXUELLE, CLIMAT, LAÏCITÉ, LAFARGE, NUCLÉAIRE, INVESTISSEMENTS, LIBAN (Video)
jeudi 16 - 08h38
de : JEAN-LUC MÉLENCHON
1 commentaire
Soutenu par la CGT, un salarié de la CGT attaque la direction de la CGT aux prud’hommes
jeudi 16 - 08h26
de : Vincent Vantighem
KOBANE CALLING
jeudi 16 - 07h46
de : Ernest London
RETRAITES : Le Sénat supprime la hausse de la CSG !
mercredi 15 - 17h54
de : JO
Lyon, un laboratoire permanent de l’extrême droite en France
mercredi 15 - 16h26
La France d’Emmanuel Macron capitule devant les paradis fiscaux et pire, elle les imite
mercredi 15 - 13h26
de : Alain Deneault
1 commentaire
L’incroyable fuite organisée de djihadistes avant la chute de Raqqa
mercredi 15 - 12h49
de : Yohan Blavignat
Une centaine de "marcheurs" vont quitter le mouvement vendredi, à la veille du congrès
mercredi 15 - 08h48
4 commentaires
Jeudi 16 novembre 2017 à 11h à Versailles, solidarité avec les 9 militants CGT de PSA Poissy !
mercredi 15 - 07h55
MAIN BASSE SUR LA TERRE – Land grabbing et nouveau colonialisme
mercredi 15 - 07h36
de : Ernest London
MARCHE NATIONALE DU 18 NOVEMBRE : CREER LA SURPRISE
mardi 14 - 23h46
de : LD
Emplois aidés : une mobilisation pour l’instant dispersée…
mardi 14 - 21h26
de : Eve76
ASSISES OUTRE MER : UNE NOUVELLE ESCROQUERIE
mardi 14 - 19h24
de : UNION GENERALE DES TRAVAILLEURS DE GUADELOUPE
Communiqué de l’UCR-CGT : Vers une baisse générale des pensions ?
mardi 14 - 18h00
de : JO

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Dès que quelqu'un comprend qu'il est contraire à sa dignité d'homme d'obéir à des lois injustes, aucune tyrannie ne peut l'asservir. Gandhi
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Télévision. «  Pour le Che, la guérilla devait avoir ses propres médias  » (vidéo)
lundi 9 octobre
de Laurent Etre
1 commentaire
Un documentaire Che Guevara, naissance d’un mythe, qui met l’accent sur le rapport du guérillero-ministre à sa propre image et le rôle potentiellement révolutionnaire des outils d’information. Entretien avec son auteur, Tancrède Ramonet. Votre documentaire s’intitule Che Guevara, naissance d’un mythe. Qu’entendez-vous par «  mythe  »  ? Tancrède Ramonet Je l’entends au sens de Roland Barthes, qui définissait le mythe comme un « (...)
Lire la suite
Video live : grève générale, la foule est immense à Barcelone
mardi 3 octobre
Le cortège, immense, impossible d’en distinguer le début ou la fin. Plus des 87% des travailleurs sont en grève générale, affectant tous les secteurs d’activités.
Lire la suite
Avec ses ordonnances Travail, Macron a réussi à nous refourguer… le CPE pour tous
dimanche 1er octobre
de Thomas Vampouille
Les ordonnances voulues par Emmanuel Macron pour réformer le code du travail facilitent sensiblement le licenciement d’un salarié en CDI ayant moins de deux ans d’ancienneté. Et les indemnités prévues ne sont pas lourdes. Finalement, Marianne a calculé que cela revient au même que le fameux CPE que la rue avait fait enterrer. En pire, même… C’est la ministre du Travail elle-même qui nous mis la puce à l’oreille. Si vous ne l’avez pas vu, Muriel Pénicaud (...)
Lire la suite
Travail : ton univers impitoyable - Cash investigation (video intégrale)
jeudi 28 septembre
Les enquêtes de l’émission présentée par Élise Lucet se sont concentrées sur Lidl France et Free, mettant en avant la souffrance au travail et les licenciements avec des séquences parfois choquantes.
Lire la suite
Oui tous ensemble le 28 septembre avec les retraité-e-s
jeudi 28 septembre
de UCR Union Confédéral des Retraités
Parce qu’une fois de plus le gouvernement s’attaque à leur pouvoir d’achat, aux services médicaux et sociaux, neuf organisations appellent les retraité-e-s à se mobiliser dans les départements sous des formes diverses le 28 septembre. Haro sur le pouvoir d’achat des retraités Au printemps dernier plus de 12 000 retraité-e-s se sont exprimé-e-s dans une enquête lancée par nos organisations. 80 % des personnes retraitées indiquent que leur situation financière (...)
Lire la suite
Soutenez la création d’un nouveau média citoyen (video)
mardi 26 septembre
2 commentaires
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/media-citoyen Quand l’information et la culture sont trop souvent traitées comme des marchandises, quel rôle les citoyen·ne·s peuvent-ils encore jouer pour faire vivre le pluralisme et le débat ? Cette question appelle une réponse qui ne saurait attendre. Un peu partout, des millions de gens s’investissent et agissent sur leur quotidien sans attendre le bon vouloir des pouvoirs publics et à contre-courant des puissances (...)
Lire la suite
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 septembre
de Jean-Luc Mélenchon
Le samedi 23 septembre 2017, 150 000 personnes se sont rassemblées place de la République pour s’opposer au coup d’État social d’Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon a expliqué que la bataille contre les ordonnances de Macron ne faisait que commencer et a appelé la jeunesse à se mobiliser. Il a lancé un appel aux organisations syndicales pour qu’elles prennent la tête d’une ample mobilisation à laquelle les insoumis apporteront leur (...)
Lire la suite