Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Lettre ouverte aux étudiants français d’un vieux gamin de "Mai"


de : Oreste Scalzone
mercredi 15 mars 2006 - 06h11 - Signaler aux modérateurs
10 commentaires
JPEG - 10.3 ko

Deuxième partie ici

de Oreste Scalzone traduit de l’italien par karl&rosa

Très chers (chères) étudiant(e)s en lutte,
il y a un embarras à m’adresser ainsi à vous. Le premier malaise est l’aspect de la formule communicative, pas d’une vraie lettre réellement adressée aux personnes formellement destinataires. Mais après tout, cette "fiction", ce comme si, peuvent devenir intéressants : il y a un "effet de parallaxe" créé par le double funambulisme mental auquel je dois me forcer (me penser comme un Vieux, avec une externalité/étrangéité conséquente) ; me mettre dans votre peau, sans jamais "me perdre de vue", c’est-à-dire en sachant que je suis en train de le faire ; écrire cette lettre en italien, adressée à un "destinataire pluri singulier", italophone, donc "parler indirectement"..., au moins dans l’immédiat.

Hier soir... je pars de l’inévitable, une étrange émotion prouvée sur cette petite place, comme jadis "théâtralisée" pas des feux, des musiques, des bruits, de la fumée acre (et, ils ne le savent pas, un peu excitante aussi) des grenades lacrymogènes, où je restai si impressionné dans cette sorte de "Grand Théâtre de la Révolution", il y a trente-huit ans, un soir de mai du siècle dernier... la commune comme une fête.

Malaise, aussi parce que l’incipit inévitable m’en rappelle un autre, qui n’est pas de moi... "Je vous hais, chers étudiants...", ainsi débutait un texte de Pasolini après les échauffourées romaines de Valle Giulia au printemps ’68. Je le lus, dans "L’Espresso", ici, à Paris ... ce fut un scandale, à l’époque. Et c’était une erreur. Compréhensible, mais une erreur. Parce qu’il y avait certainement une erreur théorique : Pasolini ne voyait pas la relation entre l’école de l’époque et les modifications introduites par le développement capitaliste, mais ce n’était pas grave : je ne crois pas que Pasolini prétendait être un "philosophe" ou un "théoricien" , au sens un peu ’disciplinaire’ que le terme avait dans le lexique "marxistais".

C’était peut-être plus grave l’ipse dixit, quand il délègue la faculté et aussi la responsabilité de penser à une classe de pensants au nom et pour le compte d’autrui. Une chose qui n’est pas, en soi, incompatible avec un certain type d’égalitarisme... démagogique, mais passons... Pasolini, donc, n’avait pas une lecture marxienne de la société, d’hommes et de choses, de faits et de choses. Il ne maniait ni n’aimait les boites d’instruments conceptuels qui devaient lui sembler arides : extraction de la plus value, rapport de capital, forme marchandise, argent comme méta marchandise, marchandise comme mesure d’autres marchandises etc.

Il préférait des termes non codés, comme pauvres, humiliés, offensés ou oppresseurs, opprimés, bourgeoisie, injustice, tout au plus "exploitation". Toutefois il avait une conscience dramatique, empathique, physique (j’ai mal à la tête et à l’univers ; Amérique qui tousse toute la nuit sous mes draps et ne veut pas me laisser dormir... de Ginzberg) - de la ruine due à la logopathie, terminologique, conceptuelle, jusqu’aux viols sémantiques... ruine éthique, donc anthropologique, de l’espèce humaine.

Mais pas des modifications de la forme de la production, de la composition organique du capital, de la composition de classe. Il pensait encore aux étudiants en tant qu’enfants de bourgeois, quand déjà la réforme de l’école et les exigences du nouveau marché du travail, générées par ce modèle d’accumulation, avaient fait en sorte que les enfants des ouvriers fassent irruption dans les universités ...

Et aujourd’hui ? Avant tout, je voudrais rappeler, pas pour eux, mais pour vous et pour nous tous, l’importance du soulèvement, du fait de s’insurger, de l’incendie, de l’insurrection, dite de façon réductive, des banlieues...

Un slogan qui a déferlé à travers le monde dit, "Un autre monde est possible". Mais ici, pour ne rien donner comme "escompté", faisons quelques pas en arrière. Déjà, tirons au clair qu’un autre monde, incessamment différent, est le dit système qui le produit et le reproduit, vertigineusement et catastrophiquement. Le "système" : c’est-à-dire, commençons par le dire, cette "forme de production capitaliste" que j’appellerais "système mondial intégré, techno économico politique, c’est-à-dire capitaliste & étatique" (appelé de différentes façons, "modernité Monde"...) qui s’est de toute façon totalisé parce que, ubiquiste, est soumis aux logiques, aux façons de la rationalité, aux lois de fonctionnement de la société. C’est un système auquel même la plus "antagoniste" des entités, des Patries, des Etats, des régimes ou des candidats à le devenir n’échappent pas. Cette forme de production est précisément fille de ce capitalisme, qui était défini dans le Manifeste des Communistes comme "la forme de production la plus révolutionnaire jamais parue sur Terre".

Dans la plus vertigineuse des ambivalences, comme est ambivalent l’opium, dont Marx ne se sert pas par hasard à propos de l’ "aliénation religieuse" : le cri de l’homme opprimé dans un monde sans sacré... illusionnisme auto enchanteur qui console, mais cache la chaîne nue de l’exploitation sous des fleurs en papier, pour empêcher qu’elle soit cassée...

Quand nous disons "un autre monde", nous disons donc non seulement hors de l’état, mais hors du mouvement, de l’ensemble des dynamiques, des tendances, des contre tendances, des résultantes... de la forme de production et de reproduction de la vie. Voila pourquoi nous disons avant tout une vie différente, radicalement. Nous disons s’échapper, mais cet exode commence par la tête, par le désir, par les rêves et les luttes, par les paris et il est la base des possibilités de dé/construire, d’exorbiter, comme un fleuve qui commence par déborder, puis sort des digues et les dissout enfin, pour prendre un autre cours...

A la question de savoir si ce bouleversement radical est nécessaire, il me semble qu’on doit répondre oui, il le faut. Face à l’immense plaie qu’ est le monde, nous ne pouvons pas nous abandonner ou, pire, nous consoler par un déterminisme tardif, fût-il mystiquement providentiel, ou même accroché à une pseudo philosophie néo-idéaliste de l’Histoire.

Je ne sais pas, je ne saurais pas si on va vers le mieux ou vers l’encore pire. Même quand des données et des compétences d’expertises suggèrent qu’on va vers une catastrophe éco-sociale (le trou dans la couche d’ozone, les OGM, la désertification etc.) nous ne savons pas s’il existe dans la techno science elle-même un principe de feed-back, qui rend ces prévisions des extrapolations à la limite, apocalyptiques, propagandistes, qui ne tiennent pas compte des procès réels et de la complexité des résultantes.

Sur cela, on dit et on contredit et on reste toujours au début d’un immense Rashomon, où chacun voit ce qu’il veut voir. Mais, en me considérant comme un "matérialiste critique", c’est-à-dire pas "vulgaire", tellement matérialiste au point de me précipiter à pieds joints dans la métaphysique, je pense que - pour cette espèce humaine qu’on dit caractérisée par la parole - le mental est matériellement décisif. Une espèce, la nôtre, "dangereuse" parce que, en s’étant affranchie du naturel, ayant poussé en liberté, dans la culture, en partie productrice de ses propres conditions d’existence, elle n’est plus réglée par le simple instinct d’autoconservation, qui, une fois perdue sa dimension collective et sociale, en est réduit à un instinct individuel. Le problème, donc, est mental.

Suivons maintenant le fil d’un raisonnement. Si la croissance économique s’était liée à une extension planétaire du modèle "fordiste" des années du plein emploi et de la production de biens de consommation durables, comme axe du développement, il est clair que ce bien-être - l’égalité appliquée au "panier" des biens - aurait amené à l’inévitable catastrophe écologique. Si, au contraire, elle avait théorisé une sorte d’ "exterminisme" pour n’appliquer l’égalité qu’à quelques élus, on aurait eu une globalisation du genre nazi.

En réalité, non pas à cause de la décision d’un Etat Major ou d’un Grand Frère, mais comme résultante de l’interaction très complexe "entre tout et tout", le modèle, donc la tendance dominante, a été celui d’une centralité stratégique de la production de marchandises immatérielles par des moyens immatériels (disons relativement immatériels, parce que l’énergie aussi est en dernier ressort matérielle). Cela veut dire que l’économie est devenue illusionniste. L’ancien couple besoins (croissants) / ressources (maigres) est réduit à zéro, parce qu’on a remplacé le besoin par le manque artificiel : l’état de manque du toxicomane.

Sur le plan des caractéristiques concernant la technologie commerciale, des valeurs d’usage, l’obsession de la vitesse, de l’intensification paroxystique de la productivité a fait en sorte que les marchandises "reines" deviennent de plus en plus ambivalentes : cela se reflète dans la Publicité, qui nous bombarde d’injonctions contradictoires, en magnifiant des marchandises - miracle et en allongeant la liste des effets négatifs secondaires et en spéculant même dessus...

Plus généralement, sur le plan social, on promet le risque zéro, la fin des maladies, le soin des malformations, le déplacement de la frontière de la mort, mais en même temps on "vend" sur le marché politique des peurs grandissantes, des terreurs, de sombres menaces à science fiction / politique fantastique, des cauchemars de procès incontrôlables, des mutants monstrueux. Un exemple éclatant : l’attente (et la recherche) de l’élixir miracle, l’élixir de longue vie, et la catastrophe réelle des sociétés qui vieillissent, des vieux qui végètent, de l’assistance impossible, des déjà vieux qui sont encore enfants...

Ce phénomène de l’ambivalence des messages va avec la réalité et avec l’impression de globalisation réelle, c’est-à-dire de localisation du monde dans la tête de chacun.

Notre territoire de proximité devient - dans une alternance entre des synopsis et des blow up réellement possibles et en plus simulés - le globe tout entier, l’ensemble de ses territoires existentiels et en même temps tout "local", minutieusement circonstancié.

Il est évident que, sur cette base, l’engagement ne devient que souffrance extrême, impuissance à comprendre et à agir, exercice d’une dénonciation, d’une plainte incessante, adressée on ne comprend pas à qui, à l’usage de qui.

Si la vision est globale, il faut un réducteur de complexité, une "clé" forte : pour l’idéologie libérale du capitalisme voila la réponse d’Adam Smith, la fin de la pénurie sera assurée par les esprits animaux de la capitalisation, le narcissisme primaire transformé en force démiurgique de l’entrepreneur, à la fin, selon cette idéologie, le tourbillon des égoïsmes va s’auto équilibrer. Pour Marx, le principe actif est, au contraire, l’autonomisation singulière et commune des humains, dont l’ADN existe en tous et en chacun.

Cette autonomisation commune a été inhibée, mutilée, comprimée, confisquée par la société du capitalisme et de l’Etat moderne, comme l’eau introduite dans des conduites forcées, obligée à un parcours décidé par une règle étrangère à chacune de ses molécules. Voila, je considère que nous sommes arrivés au seuil, ou que nous sommes peut-être déjà au-delà : la continuation du système capitaliste étatique ne peut que se résoudre dans une ruine sémantique, conceptuelle, éthique, mentale.

Et pourtant - nous devons nous le dire - l’émersion spasmodique, incompressible du besoin de sortir de ce "système", loin de produire une coalition, une confédération de petits contre le grand (ou les grands), des gens d’en bas contre ceux d’en haut, a amorcé avant tout le déchirement grandissant entre les pauvres, la croissance d’une compétition, d’une concurrence à mort...

Il y a, par exemple, de plus en plus de mouvements réclamant une reconnaissance d’en haut, il demandent que l’Etat certifie et légalise même les sentiments, qu’il soit le bras séculaire du besoin de justice pour faire le deuil, de sorte que l’idée de justice devient pénale et attise de plus en plus des ressentiments, des envies mortelles, d’autres haines et d’autres vengeances. Nous réclamons une sanction universelle, objective, comme une primauté de légitimité qui nous soit propre, mais précisément ainsi nous nous uniformisons, nous perdons de l’autonomie, nous devenons partialité déchaînée entre des identiques...

Nous finissons par nous accuser l’un l’autre, au nom des mêmes "Principes Universels" qui, en attendant, effacent la dissymétrie "de classe"... Un peu comme les politiciens qui sur les plateaux de télé expriment une agressivité de poulets d’élevage, sans même plus une trace - par hypocrisie, par démagogie - de revendication de la difformité et de l’incompatibilité d’intérêts et de sujets, en s’accusant réciproquement d’être indignes de faire partie de la "classe dirigeante"....

Tout cela pour dire qu’arrivés à ce point nous devons rompre tout reflet, toute dialectique avec cette folie du système.

Le discours serait long. Mais je dois dire, sans pouvoir le démontrer ici, que le "virus" de cette condamnation à s’avérer le contraire de ce qu’on voudrait a, a mon avis, des racines lointaines. Ce devenir contre-révolutionnaire de la révolution nous pouvons l’apercevoir dans les années qui ont immédiatement suivi l’extraordinaire évènement et l’écrasement brutal de la Commune de Paris.

L’idée (incarnée à l’époque par un Ferdinand Lassalle qui vous est inconnu) que l’instrument de l’émancipation des prolétaires pouvait être l’Etat et en même temps l’idée qu’on devait déléguer sa propre autonomisation à une classe spécialisée, de politiciens, d’intellectuels, de gouvernants "de métier" enfin, a produit une issue exactement contraire.

C’est pour cela qu’il faut absolument oublier le 20ème siècle, les Deuxième, Troisième , Quatrième , Cinquième Internationales aussi et même les idéologies de remplacement.

(Fin de la première partie ; la deuxième, mardi 14)

http://www.liberazione.it/giornale/...

JPEG - 56.7 ko


Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Lettre ouverte aux étudiants français d’un vieux garçon du "Mai"
15 mars 2006 - 09h12

.../....C’est pour cela qu’il faut absolument oublier le 20ème siècle, les Deuxième, Troisième , Quatrième , Cinquième Internationales aussi et même les idéologies de remplacement.../...

En attendant, une internationale nous aiderait bien maintenant !
Et les seuls reculs consequents obtenus ces derniers dix ans de la mondialisation libérale furent obtenus dans les manifs de Seattle, de Genova, de Nice, des rassemblements au Brésil, etc....

Toutes choses et combats, si ils n’ont pas bégayé le passé , qui necessiterent quand même de l’organisation, de l’organisation et encore de l’organisation....

Vive la mondiale !

Copas



VIVE L’EUROPE DES PEUPLES QUAND CEUX-CI SONT DEBOUT !
15 mars 2006 - 10h45

VIVE LES ETUDIANTS FRANCAIS EN LUTTE !

VIVE LA JEUNESSE DE FRANCE !

Continuez à être un exemple de résistance pour tous les peuples d’Europe !

Sus à la résignation !

Un autre monde est possible.

VIVE L’EUROPE DES PEUPLES QUAND CEUX-CI SONT DEBOUT !

Mes amitiés à tous !

Albert Jenhai (Belgique)



> Lettre ouverte aux étudiants français d’un vieux garçon du "Mai"
15 mars 2006 - 14h07

Il ya une photo d’oreste S. hier bd Saint-Michel : sur le site permanent du nouvelObs :
http://permanent.nouvelobs.com/soci...
La photo ’est très marrante, mais je ne sais pas mettre cà en ligne.



> Lettre ouverte aux étudiants français d’un vieux garçon du "Mai"
15 mars 2006 - 14h10 - Posté par

Précision c’est la photo 5/12.OS est le monsieur avec le bonnet de fourrure grise, en train de stationner (dans les passages cloutés !) devant les gardes mobiles


> Lettre ouverte aux étudiants français d’un vieux garçon du "Mai"
15 mars 2006 - 14h19 - Posté par
> Lettre ouverte aux étudiants français d’un vieux garçon du "Mai"
15 mars 2006 - 14h39 - Posté par

Ancora una supercazzola di Oreste.

Ma va bene cosi’ ! _ ;)

Brunz


> Lettre ouverte aux étudiants français d’un vieux garçon du "Mai"
15 mars 2006 - 21h23 - Posté par

Juste pour dire que japprecie fortement ce texte. Je pourrais emmetre des critiques mais ce serait "jouer avec les mot" et lhistoire.

Merci pour ce texte.


> Lettre ouverte aux étudiants français d’un vieux garçon du "Mai"
15 mars 2006 - 21h25 - Posté par

jespere que chirac va pas faire comme Degaulle :

"Je vous ais compris" et au lit...


> Lettre ouverte aux étudiants français d’un vieux garçon du "Mai"
16 mars 2006 - 05h30 - Posté par

Aucun risque.

À la suite d’un référendum perdu, de Gaulle, lui, a eu la dignité de partir.


> Lettre ouverte aux étudiants français d’un vieux garçon du "Mai"
17 mars 2006 - 04h42 - Posté par

J’apprécie aussi, mais stop la mise en parenthèses du genre féminin en début de texte ! le changement passe par ça. l’abandon des siècles passés aussi. C’est tout petit, insignifiant des parenthèses, mais quand on dit précarité, il faut rajouter puissance dix dans les faits pour le genre féminin, ce qui est loin d’être une parenthèse... Quand on dit lutte il faut rajouter puissance dix pour le genre féminin ce qui est tout aussi loin d’être une parenthèse et même deux. Les femmes traversent toutes les luttes et sont toujours mises en parenthèses au final, même pour leur dire "très (chères)".

Lila de Lille





La réponse de Cuba au coronavirus fait honte aux autres pays
lundi 6 - 15h40
de : JO
CHINE : durant l’Hommage aux morts du Covid19, BFM TV en manque de respect !
lundi 6 - 15h16
de : JO
AU NORD DE L’ÉCONOMIE - Des Corons au coworking
lundi 6 - 07h48
de : Ernest London
CES PSEUDOS JOURNALISTES MAIS VRAIS ABRUTIS ...
dimanche 5 - 18h39
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Monsieur le Président, je lutte pour vivre et vous faites de moi, de Nous Français-infectés-cloîtrés des fantômes !
dimanche 5 - 18h14
de : Emily Geirnaert
La CAF t’informe...
dimanche 5 - 18h09
de : Najet
Journal de confiné (5).
dimanche 5 - 16h37
de : L’iena rabbioso
Les trois causes psychologiques de la crise du coronavirus : déni, suffisance, irresponsabilité
dimanche 5 - 14h14
de : jean1
Communiqué unitaire du 2 avril. La situation sanitaire de la France est grave !
dimanche 5 - 11h27
de : JO
Que se passe-t-il au Brésil ? A suivre !
dimanche 5 - 11h15
de : JO
COVID-19 : LA MACRONIE BIENTÔT DEVANT LES TRIBUNAUX ? (video)
dimanche 5 - 09h52
de : JO
FEU AU CENTRE DE RÉTENTION (Janvier – Juin 2008)
dimanche 5 - 07h11
de : Ernest London
Journal de confiné (4).
samedi 4 - 18h28
de : L’iena rabbioso
Campagne pour la libération immédiate de Georges Abdallah !
samedi 4 - 17h21
de : Jean Clément
CUBA : Tout le pays dispose de tests rapides pour détection du Covid-19
samedi 4 - 16h09
de : JO
Coronavirus : stock de médicaments pour quelques jours ?
samedi 4 - 15h55
de : JO
Coronavirus : « Nos établissements sont totalement vides », déplore la fédération de l’hospitalisation privée
samedi 4 - 15h35
de : JO
Covid-19 : la crise économique qui vient
samedi 4 - 08h02
Postier·es sans masques, éditeurs sans scrupule
vendredi 3 - 18h45
de : Les Confiné·es
Journal de confiné (3).
vendredi 3 - 18h39
de : L’iena rabbioso
UN PNEU MON’NVEU...
vendredi 3 - 12h36
de : Mickael Wamen
1 commentaire
La Défense russe réagit aux articles critiquant l’aide de Moscou à l’Italie !
vendredi 3 - 11h58
de : JO
LQR : La propagande du quotidien
vendredi 3 - 09h37
de : Ernest London
Journal de confiné (2).
jeudi 2 - 22h04
de : L’iena rabbioso
Masques : les preuves d’un mensonge d’Etat
jeudi 2 - 18h55
de : Yann Philippin, Antton Rouget et Marine Turchi
CORONAVIRUS : PAS DE CONFINEMENT POUR LES FRAIS BANCAIRES ...
jeudi 2 - 15h11
de : Mickael Wamen
Covid-19 des médecins Cubains en Bretagne ?
jeudi 2 - 13h06
de : Gael
Le jour d’avant, C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 2 - 10h28
de : Hdm
1 commentaire
Exemplarité et police : Se (re)tenir ou se lâcher !
mercredi 1er - 19h51
de : Christian DELARUE (MRAP)
Des nouvelles de la région rennaise
mercredi 1er - 18h12
de : jean1
CORONAVIRUS, RIEN N’EST TROP GROS POUR LA CLASSE ORDURIÈRE...
mercredi 1er - 17h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Coronavirus : Mais nous(La CHINE) on voit clair, HEIN/HEIN !
mercredi 1er - 14h46
de : JO
1 commentaire
Journal de confiné (1).
mercredi 1er - 12h09
de : L’iena rabbioso
Aérien, grande distribution, courrier, transports, les salariés tombent comme des mouches
mercredi 1er - 08h02
Bâtiment et construction : la Ministre, le patronat , les ouvriers, les syndicats.
mardi 31 - 22h49
de : Ch DELARUE
Survivre au virus : une méthode anarchiste
mardi 31 - 18h59
de : jean1
1 commentaire
Coronavirus aux Etats-Unis : Incroyable mais vrai, la Russie envoie des équipements médicaux !
mardi 31 - 13h37
de : JO
Crise sanitaire - Les derniers billets d’humeur d’un médecin urgentiste !
lundi 30 - 16h24
de : JO
2 commentaires
Mesures de confinement : les contrôles de police ne doivent être ni abusifs ni violents ni discriminatoires
lundi 30 - 13h35
de : la LDH
3 commentaires
CORONAVIRUS : LECLERC-VOYANT...
lundi 30 - 13h18
de : Mickael Wamen
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite