Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La gauche doit reconquérir le libéralisme, il lui appartient
de : libération
dimanche 4 juin 2006 - 15h03 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires

Zeev Sternhell, historien, spécialiste de la droite française, explique comment les valeurs libérales ont été, à tort, associées au capitalisme. Il rappelle que ces valeurs de liberté ont été introduites par la révolution de 1789, et qu’historiquement le socialisme en est l’héritier.

par Annette LEVY-WILLARD Libération - samedi 03 juin 2006 http://www.liberation.fr/page.php?A...

 La gauche française parle sans cesse de construire un « front antilibéral ». Vous, l’historien des Lumières, des idées de liberté, cela vous choque-t-il ?

C’est vrai que le mot « libéralisme » vise le capitalisme sauvage ­ qui, lui, doit être combattu, ou plutôt maîtrisé ­ mais, dans « libéralisme », il y a aussi les valeurs libérales qui sont des valeurs de liberté. Il faut rappeler que le contenu intellectuel du libéralisme n’est pas du tout associé aux valeurs du capitalisme. La révolution de 1 789 était une révolution libérale. Les deux révolutions qui l’ont précédée, les révolutions américaine et anglaise, étaient des révolutions libérales. Le libéralisme est un terme noble. Historiquement, le socialisme est l’héritier de ce libéralisme, il ne doit pas en être le fossoyeur. Ainsi, le socialisme démocratique ­ plus à gauche que la social-démocratie, qui n’a plus beaucoup de sens ­, celui du tournant du XXe siècle, allie précisément les valeurs égalitaires du socialisme avec l’idée de liberté du libéralisme. Si nous nous réclamons encore aujourd’hui du socialisme, c’est parce que nous ne pensons pas que l’égalité entraîne une diminution de la liberté ou que la liberté est contraire à l’égalité. Le vrai sens de la gauche aujourd’hui, c’est que liberté et égalité sont compatibles. Comme il y a cinquante ans, comme il y a cent ans, les principes n’ont pas changé.

Se dire antilibéral, ce n’est pas seulement se proclamer anticapitaliste mais se dire en même temps opposé aux valeurs libérales. C’est un très mauvais service qu’on rend à la gauche, à la liberté, à la démocratie, en associant les valeurs intellectuelles et morales du libéralisme avec l’exploitation capitaliste de la pire espèce. Un très mauvais slogan qu’on vend à la gauche française aujourd’hui, qui n’est pas utile politiquement et intellectuellement faux.

 Le « libéralisme » est pourtant devenu maintenant le synonyme de capitalisme sauvage et injuste...

On oublie que des régimes de tyrannie et de dictature se réclament aussi du capitalisme tout en étant contre les valeurs de liberté. Comme le fascisme entre les deux guerres. Les révolutions libérales ­ la Révolution française étant la plus importante ­ ont ouvert l’ère de la modernité. Ce qui, au temps des Lumières, au XVIIIe siècle, constituait une démarche intellectuelle s’est traduit en termes politiques et ce n’est pas un hasard si la liberté a été fondée et préservée dans ces pays.

La différence commence à s’estomper entre les pays qui ont fait une révolution libérale et les autres ­ comme l’Allemagne, par exemple, qui n’a jamais connu de démocratie jusqu’à ce qu’elle lui soit apportée, accrochée aux chars américains.

Quand la gauche française craint d’assumer le terme « libéralisme », c’est une perversion idéologique : elle abandonne le terme libéral à la droite. Il faut oser dire que la droite, elle, n’est pas libérale, elle est conservatrice. Mais la droite a eu ce coup de génie d’annexer le « libéralisme » et les « valeurs libérales » et de déclarer que c’est la gauche qui renonce aux libertés. Il faut que la gauche se batte contre cet épouvantail qu’on agite en Europe et aux Etats-Unis qui prétend que si vous voulez plus d’égalité vous perdez plus de liberté, qu’une société plus juste c’est automatiquement une société plus autoritaire.

En paraphrasant Guy Mollet, selon lequel « les communistes ne sont pas à gauche, ils sont à l’Est », il faut dire à la droite : « Vous n’êtes pas libéraux, vous êtes conservateurs. » La gauche doit montrer qu’il n’y a pas de liberté sans une conception de l’égalité. La liberté de coucher sous les ponts n’est pas une liberté. La gauche doit reconquérir le libéralisme, il lui appartient.

Aux Etats-Unis c’est le contraire, « libéral » veut encore dire gauche ou gauchiste ­ l’ennemi des néoconservateurs. Au point que le dernier livre contre Hillary Clinton dénonce le « fascisme libéral » et la compare à Mussolini (Liberal Fascism : The Totalitarian Temptation from Mussolini to Hillary Clinton).

Aux Etats-Unis, dans le Parti républicain tout entier ­ et pas seulement les néoconservateurs, les évangélistes, les cinglés ­ et à la Maison Blanche, « libéralisme » est péjoratif. La droite néoconservatrice dénonce les libéraux et le libéralisme, qui représentent un danger parce qu’ils mettraient en cause les structures de l’Etat, évoquant le communisme, Staline, Mao, Pol Pot...

Quand on dit que c’est une honte que 50 ou 60 millions d’Américains ne possèdent aucune assurance médicale, que quelques dizaines de millions d’entre eux n’ont qu’une sécurité sociale partielle, et qu’il faut changer cela au nom de la dignité humaine associée à un minimum d’idée d’égalité, vous êtes tout de suite un dangereux révolutionnaire... Ce qui explique qu’une société aussi riche puisse admettre des conditions sociales dignes du XIXe siècle. Les néoconservateurs américains osent dire maintenant que les programmes sociaux du New Deal de Franklin Roosevelt entraînaient l’Amérique dans un régime socialiste et même communiste, ce qui est idiot mais certaines formes de démagogie continuent de marcher.

Cette perversion des termes tient à la grande question posée par les Lumières qui demeure aujourd’hui : « Le monde peut-il être changé ? » Est-il normal que les hommes aspirent à un monde meilleur ? Ou toute utopie risque-t-elle de déboucher sur un régime totalitaire, un Auschwitz ou un Goulag ?

Il n’y a aucune raison méthodologique de penser que nous sommes arrivés à ce que la droite conservatrice, dans les années 90 aux Etats-Unis, a appelé « la fin de l’histoire ». L’idée développée par le philosophe américain Francis Fukuyama (la Fin de l’histoire ) est que nous sommes arrivés au bout. On ne peut pas faire mieux, il n’y a plus qu’à préserver ce qui est. La démocratie libérale telle qu’elle existe aux Etats-Unis est l’optimum, la victoire finale contre le fascisme et le communisme. Le capitalisme est un idéal atteint. Aller au-delà est l’utopie et l’utopie c’est le désastre, Staline, etc. Aujourd’hui, les néoconservateurs veulent préserver un ordre existant parce que c’est celui qui leur convient.

La grande réussite des néoconservateurs est d’avoir réussi à convaincre les Américains que les problèmes essentiels dans la vie des hommes ne sont pas les problèmes économiques, leur situation sociale, mais les problèmes culturels.

J’ai d’ailleurs compris que Bush allait gagner les élections quand j’ai vu qu’on appelait à voter pour lui dans les églises noires de Floride en raison de son respect pour la religion, la famille et les valeurs morales. Et, dans l’Ohio industriel, qui avait perdu 300 000 emplois pendant les quatre premières années de la présidence Bush, on appelait aussi à voter pour lui, toujours au nom de ces valeurs morales et patriotiques. Les préservatifs sont alors devenus plus importants politiquement que le chômage et la guerre en Irak.

Et, en même temps, les néoconservateurs au pouvoir ont commencé à détruire l’héritage de la législation libérale américaine des années 60-70, le droit à l’avortement, l’aide sociale... Ils ont commencé à saper les acquis de façon très intelligente, pas à pas. Il suffit de modifier la Cour suprême pour empêcher toute velléité de résistance du Sénat, même si les démocrates y regagnent la majorité.

 Vous écrivez que la culture critique des Lumières doit gagner contre les conservateurs si on veut éviter à l’homme du XXIe siècle de « sombrer dans un nouvel âge glacé du conformisme. » La bataille continue ?

Les Lumières nous ont appris que la libération de l’individu est l’alpha et l’omega d’une bonne société. L’individu autonome, ce que Kant appelait l’« accession à la maturité ». Les Lumières françaises et leur allié Kant, Voltaire et Rousseau, les encyclopédistes ont forgé tous ensemble une idéologie qui est d’abord une machine de guerre contre l’absolutisme, contre le totalitarisme. La Déclaration des droits de l’homme de 1 789 va en résumer le contenu en quelques phrases, c’est le manifeste de la pensée éclairée. Un socialisme qui n’est pas fondé sur les valeurs des Lumières n’a pas de raison d’exister : ces valeurs constituent le fondement de la liberté, de l’autonomie de l’individu.

Pour les néoconservateurs, ennemis des Lumières, c’est le contraire : l’individu n’est pas autonome mais un instrument aux mains de la société ou de la nation. Et la nation a tous les droits, y compris celui d’affirmer sa vocation messianique comme on le voit avec l’Amérique qui cherche à modeler le monde à son image. Au point de penser et de croire qu’elle allait instaurer la démocratie libérale en Irak...

Les anti-Lumières disent que l’individu n’est pas lui-même l’objet ou l’objectif de toute action politique et sociale. C’est la conception organique de la société qui persiste depuis le XVIIIe siècle : l’individu n’est qu’une feuille d’un arbre, le tronc c’est la nation. La tradition anti-individualiste oppose l’histoire à la raison, le passé au présent. Or l’histoire morcelle l’humanité alors que la conception des Lumières ne nie pas les spécificités ­ il y a des Blancs, des Noirs, des Jaunes, des gens qui ont des habitudes différentes, etc. ­, mais ces différences sont secondaires face à la qualité de l’homme, être rationnel capable de se libérer de l’emprise de l’histoire. Qui n’est pas esclave de son passé.

Ces deux visions du monde s’affrontent depuis le XVIIIe siècle. Ainsi, la Révolution française a accordé la citoyenneté à des hommes de l’extérieur, comme elle l’a fait pour un idéologue de la révolution américaine venu en France participer à la Révolution française et qui ne parlait pas français (à la Convention, on a traduit ce qu’il disait et ce qui était dit). Il devient alors citoyen français parce que les hommes peuvent choisir.

 Et on retrouve le débat d’aujourd’hui sur l’immigration...

Dans les années 1770, le quarante-quatrième volume de l’Encyclopédie définit la nation comme un ensemble d’hommes (de personnes) vivant à l’intérieur des frontières d’un même Etat et soumis à un même gouvernement. C’est tout. Rien sur l’histoire, la culture, la langue. C’est une définition politique et juridique de la nation.

Pour les anti-Lumières, et cela sera repris par le fascisme et l’hitlérisme, on privilégie l’histoire, la culture pour définir la citoyenneté. Et on arrive à décider, comme l’a fait le gouvernement de Vichy, que les Juifs n’appartiennent pas à la nation, ne sont plus des citoyens français comme les autres.

L’autoritarisme stalinien reprendra aussi les idées contre les Lumières avec le culte de l’Etat, de la force politique, ces conceptions qui vont fonder à partir du tournant du XXe siècle les différentes formes de l’autoritarisme ­ ou ce qu’on appellera plus tard le totalitarisme.

Les mêmes courants politiques se développeront en Italie et en Allemagne avec l’idée que la démocratie met en danger la nation, le pays. Ces idées réussiront à abattre la tradition des Lumières en France au moment des crises, dans les années 30 et 40, culminant avec Vichy. En 1940, Maurras et la droite française arrivée au pouvoir en 1940 réussissent à détruire la République en six mois, comme si la Révolution française n’avait pas eu lieu.

L’idée que les Lumières sont la raison de la décadence de la civilisation chrétienne commence dès la fin du XVIIIe siècle et, deux siècles et demi plus tard, ces valeurs universelles, les droits de l’homme, la tradition occidentale rationaliste et surtout la critique de l’ordre établi continuent d’être attaqués. Pourtant, le monde tel qu’il est n’est pas un produit de la nature mais de l’histoire. Or tout ce qui est produit de l’histoire peut changer.

Après avoir longuement étudié l’idéologie et les mouvements d’extrême droite ­ la Droite révolutionnaire, 1885-1914. Les origines françaises du fascisme (Fayard et Folio Histoire), Ni droite ni gauche. L’idéologie fasciste en France (Fayard et éditions Complexe) ­, le grand historien israélien Zeev Sternhell, également auteur d’un essai sur Maurice Barrès, poursuit naturellement ses recherches avec l’offensive contre les idées et les valeurs héritées des révolutions « libérales » ­ les révolutions américaine, anglaise et française. Il publie les Anti-Lumières. Du XVIIIe siècle à la guerre froide (Fayard), avec un « épilogue » bien contemporain sur les néoconservateurs, qui représentent aujourd’hui ce mouvement de retour en arrière.

Voir aussi : http://enluttes.over-blog.com/artic...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> La gauche doit reconquérir le libéralisme, il lui appartient
4 juin 2006 - 16h17

« Même si c’est vrai, c’est faux ! » comme disait je ne sais plus qui.
Toute cette analyse sent l’historien le nez sur son guidon d’historien.
D’accord, le « libéralisme » sticto sensu tel qu’on le trouvera dans un dictionnaire historique, ça englobe les valeurs de libertés individuelles définies par les Lumières au 18ème et les luttes du 19ème contre le despotisme.
D’accord, aux Etats-Unis, « liberal » ça veut dire en gros « de gauche » et « conservative » de droite.
Mais en France, ces dernières années, « libéralisme » c’est passé dans le langage pour signifier laissez-faire économique au profit du capital, thatcherisme et reaganisme. La langue évolue, et quand on fait de la politique vaut mieux être de son temps, non ?
foma



> La gauche doit reconquérir le libéralisme, il lui appartient
4 juin 2006 - 18h30 - Posté par

« La révolution de 1 789 était une révolution libérale. »

Hummmm... A l’école on m’a toujours appris que le révolution française était un mouvement spontané, autrement dit apolitique, contre un régime autoritaire de droit divin dont les premières victimes furent d’ailleurs des pauvres par dénonciation calomnieuse.

Par ailleurs, il me semble important de rappeler que cette notion de libéralisme, ou plutot les 2 notions de libéralisme, politique d’une part avec la liberté individuelle et économique d’autre part avec le droit à l’initiative privée, ont fait leur apparition dans le contexte d’une France pré industrielle, bien loin donc d’une lettre de voeux du MEDEF. Le XIX ème siècle et sa révolution industrielle s’est chargé de mettre en lumière le paradoxe qui sépare ces 2 notions et le XXème avec la révolution technologiqe et la globalisation pourraient bien finir de les écarteler.


le VRAI libéralisme est anti-capitaliste
5 juin 2006 - 15h18 - Posté par

La révolution française a été libérale au sens premier : conquête de libertés pour tous, contre la minorité qui opprime. Elle n’est évidemment pas "libérale" au sens actuellement dominant (c-à-d : ultra-capitalisme), ce sens de droite s’opposant au sens de gauche de la révolution.

Le courant actuel qui a pris le nom de "libéralisme" s’oppose en fait à la liberté de 99% de la population : c’est en vérité une politique anti-liberté, donc anti-libérale au sens premier du terme !


> La gauche doit reconquérir le libéralisme, il lui appartient
4 juin 2006 - 17h56

vu la déroute de la gauche aux élections avec jospin, camarade le tunnel est encore long, ton rève de gauche va encore passer au loin, en plus tes camarades socialos, vont certainement prendre une veste , la gauche n’apporte plus grand chose, c’est un rève pour gens rèveurs.



> La gauche doit reconquérir le libéralisme, il lui appartient
4 juin 2006 - 22h26
> La gauche doit reconquérir le libéralisme, il lui appartient
6 juillet 2006 - 21h29

Pas d’accord pour dire que le libéralisme appartient à la gauche. La notion de gauche est postèrieure à la pensée libérale, et au libéralisme. On peut même dire que le socialisme s’est construit par opposition au libéralisme.. En revanche, je soutiens l’article dans la mesure où il donne son vrai sens au mot libéralisme, comme défense des libertés individuelles, et dans la mesure où il défend l’idée que libéralisme et socialisme ne sont pas antinomiques mais peuvent être conciliés..






Les aides à la Grèce ont rapporté 2,9 milliards d’euros à l’Allemagne
dimanche 24 - 13h21
de : André
RANDSTAD FRANCE..connection (?) ou Cartel Interim
dimanche 24 - 13h07
de : CGT Groupe Randstad France
1 commentaire
Fête de la musique à l’Elysée ! Incroyable mais vrai !
samedi 23 - 18h36
de : JO
3 commentaires
Les cadenas de l’EPR de Flamanville : la piste du sabotage de plus en plus sérieuse
vendredi 22 - 13h59
de : Patrick Samba
La grève à Enedis et Grdf est extraordinaire….
vendredi 22 - 13h55
de : dakota
1 commentaire
Quelques critiques anarchistes de la médecine
jeudi 21 - 23h08
de : jean 1
Annonce des (f)estives de la décroissance. 20-23 juillet. Le sens de la technique est une question politique
jeudi 21 - 22h18
de : Brulavoine
À QUOI SERVENT LES POLITIQUES DE MÉMOIRE ?
jeudi 21 - 19h40
de : Ernest London
MÉTÈQUE(S) / C’est l’heure de l’mettre (Radio Campus Lille)
jeudi 21 - 19h11
de : Hdm
Palestine : des entreprises françaises participent à la colonisation de Jérusalem-Est
jeudi 21 - 16h40
Sur l’« intégrisme laïque » français
jeudi 21 - 09h22
de : Christian DELARUE
Fête des secteurs en lutte pour la grève générale : C’est dans la rue que ça se gagne !
mercredi 20 - 10h41
François Ruffin à l’Ass.Nat. : Charge sur la vaisselle de l’Elysée "vieillissante" !
mercredi 20 - 10h09
de : JO
Palestine : face aux massacres, l’insupportable, ce serait le silence.
mercredi 20 - 09h55
de : UD CGT PARIS
1 commentaire
LA CONQUÊTE DU PAIN
mardi 19 - 20h14
de : Ernest London
YEMEN : Une guerre oubliée ?
mardi 19 - 18h20
de : JO
2 commentaires
Après Arago, Rassemblement Mercredi 20 juin à 8h au TGI de Nanterre pour la relaxe des inculpés suite évacuation par les
mardi 19 - 11h46
1 commentaire
Mouvement de grève chez les gazierEs et les électricienEs de GRDF et ENEDIS (video)
mardi 19 - 07h12
de : jean 1
En Alaska, les pétroliers gèlent le sol réchauffé par l’augmentation des températures
mardi 19 - 01h44
de : nazairien
2 commentaires
L’ESCLAVAGISTE RICHEPANCE DOIT QUITTER LA GUADELOUPE
lundi 18 - 20h20
de : LIYANNAJ KONT PWOFITASYON (L.K.P.)
L’ex-FO Mailly rejoint le cabinet d’un ancien conseiller de Sarkozy
lundi 18 - 17h37
1 commentaire
Photographier les exactions de l’armée d’occupation bientôt puni de plusieurs années de prison (photos, vidéos)
lundi 18 - 15h58
de : CAPJPO-EuroPalestine
PSA : mort sur ordonnance des 35 heures à Vesoul
lundi 18 - 08h47
1 commentaire
MENACES SUR LE REGIME DES ARTISTES-AUTEURS : MOBILISATION !
lundi 18 - 08h02
de : FNSAC CGT
1 commentaire
Méditerranée : l’escalade dans l’ignominie
lundi 18 - 07h47
de : MRAP
1 commentaire
Quand l’Aide publique au développement finance les garde-côtes libyens
lundi 18 - 07h34
de : Jérôme Duval
URGENT : CAMARADES EN GARDE-À-VUE SUITE À UNE ACTION CONTRE LE SALON DE L’ARMEMENT EUROSATORY.
vendredi 15 - 22h46
de : jean 1
Ivry en fête aura lieu les 16 et 17 juin 2018
vendredi 15 - 17h08
Interpellations du 22 mai : les parents appellent à manifester ce vendredi devant le tribunal
vendredi 15 - 08h37
QUE NOUS RESTE-T-IL ?
jeudi 14 - 19h49
de : Raymond H
Ernesto Rafael Guevara né le 14 juin 1928 à Rosario, Argentine, il aurait 90 ans...
jeudi 14 - 14h57
de : Roberto Ferrario
L’ÉCOLOGIE RÉELLE / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 14 - 12h47
de : Hdm
1 commentaire
LES MIGRANTS
jeudi 14 - 11h54
Soutien au Jargon Libre : Bourse aux livres et Concert de Dominique Grange
mercredi 13 - 12h32
Etat espagnol. Gouvernement de gauche, ah bon ?
mercredi 13 - 11h05
de : Antoine (Montpellier)
KURDISTAN, AUTOGESTION, RÉVOLUTION
mardi 12 - 09h25
de : Ernest London
2 commentaires
Fête la grève !
mardi 12 - 07h35
1 commentaire
QUAND L’ESPAGNE RÉVOLUTIONNAIRE VIVAIT EN ANARCHIE
mardi 12 - 07h17
de : Frédéric Goldbronn & Frank Mintz
Présentation-débat : Tout !
lundi 11 - 22h47
de : jean 1
Congrès du MRAP et CNCDH
lundi 11 - 20h55
de : Christian - MRAP
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est par nos pensées, nos paroles et nos actions, individuellement et collectivement, que nous façonnons nos lendemains. Sagesse Tsagali
LE JOURNAL DU MEDIA de 20H
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite