Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La "mère" et la "putain"
de : Christian DELARUE
dimanche 11 juin 2006 - 23h47 - Signaler aux modérateurs
11 commentaires

La "mère" et la "putain" : A propos du renforcement d’une représentation

Le titre peut choquer. Pour ma part je n’utilise que très rarement ce vocabulaire. Je sais que certains hommes et même certaines femmes l’emploient relativement couramment, alors que d’autres hommes jamais, sauf parfois quand ils sont dans l’intimité. Mon propos n’est pas ici d’étudier qui dit quoi et pourquoi ?

Ce qui m’interpelle, c’est la représentation de la femme sous forme d’une division morale "lourde", historique de cette représentation entre les unes et les autres. Elle fait problème pour les femmes et pour les hommes. On sait qu’une association est née pour faire valoir une perspective qui ne soit "ni pute ni soumise".

Reste que l’idèe qui prévaut, chez les hommes comme hélas chez beaucoup de femmes, c’est que pour les femmes le respect n’est du qu’aux "mères" pas aux autres. On sait aussi que les croyants des religions sont plus rigoristes que les autres en la matière. J’ai publié ici un extrait de texte de S Brouard et V Tiberj faisant le point sur les intolérances et les permissivités en la matière. cf "Moeurs des "nouveaux français" http://bellaciao.org/fr/article.php...

Tout d’abord, quel contenu sous l’expression ?

La mère représente la personne non sexuée, sans aucune conotation de sexualisation corporelle, sans aucun érotisme vestimentaire. La mère représente donc la neutralité. La mère est aussi celle qui est respectée.

La putain, ici, n’est pas la prostituée mais la femme dont on voit qu’elle est femme, mieux la femme séduisante, non seulement libérée des préceptes religieux mais aussi affranchie du stigmate de la "fashion victim". Il s’agit de la femme qui assume une certaine érotisation des rapports humains, qui sait que la sexualisation du corps ou d’une partie du corps est normale . Normal n’est pas ici pris au sens de à prescrire mais au sens de "parfaitement acceptable" et donc à ne pas stigmatiser ou réprimer ainsi que le pensait un certain freudisme répressif pour "entrer en civilisation".

Les facteurs aggravants de cette division.

On trouve ici une certaine défense du voile comme nécessaire à la respectabilité de la femme. Les autres femmes, non voilées, sont conçues comme non respectable et responsable des "moeurs dépravés" et pire de la violence subie. Rien moins. Cette division accentuée produit un "triangle dramatique" de trois personnes modèles - la femme respectable - la femme méprisable - l’homme concupiscent et dangereux incapable de se maitriser. Ce triangle est aliénant tant pour les hommes que pour les femmes. Cependant dans ce surcroît de contrainte, les hommes demeurent les oppresseurs et les femmes opprimées, limitées.

Une autre facteur consiste à rapprocher l’érotisme de la femme sexy de la pornographie et de la publicité sous forme de la porno-pub. Combattre la marchandisation des corps et des représentations est nécessaire, l’étendre aux rapports réels est une confusion dommageable et une pudibonderie injustifiable.

Une autre vision plus progressiste participe de cette division valorisant la "mère" et stigmatisant la femme. Je veux faire état de deux photos de femmes mises côte à côte dans un article du Monde diplomatique, il y quelques années. D’un côté, une photo en noir et blanc d’un femme plutôt baba cool et aux seins nus, de l’autre une photo couleur, d’une femme portant un soutien-gorge push-up. Je ne me souviens plus du sous-titre exact mais il laissait entendre clairement que la femme libérée était celle seins nus - ce qui ne pose pas de problème - mais pas l’autre - ce qui aujourd’hui pose problème. Vu aujourd’hui sous l’angle de "la mère et de la putain", ces deux photos prennent un autre sens : la photo seins nus représente la mère (car bien que seins nus aucun élément de sexualisation n’émerge de la photo) et la "putain" c’est l’autre.

Un autre regard combinant respect et acceptation de l’attirance.

Un monde sans oppression de genre ne suppose pas un monde asexué dans l’apparence. Ce qu’il faut modifier dans les représentations ce n’est pas d’annuler le sexe, d’effacer l’érotisme, de le confondre avec sa version marchandisée publicitaire ou pornographique, en somme de stigmatiser la "putain". Non, au contraire, c’est bien sur cette femme sur laquelle il convient de porter un autre regard ; et ce tant pour les hommes que pour les femmes.

Pour les hommes il s’agira d’un regard qui combine tout à la fois le respect et l’attirance. Si le regard ne suffit pas les mots sont là pour lever les ambiguïtés.

Cela est possible.

Christian Delarue



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> La "mère" et la "putain"
12 juin 2006 - 10h54

La représentation féminine, au travers des époques, est liée aux normes et aux modes du moment influencée par les religions, les coutumes, les idées. Par exemple, à la Renaissance, les artistes-peintres représentaient Vénus nue symbolisant la pureté, la virginité, et Vénus habillée représentant la femme sexuée, érotique. Aujourd’hui c’est le contraire, les hommes ont peur de la nudité des femmes, et se rassurent en les couvrant.
Mais rien n’est figé, et c’est tant mieux.



> La "mère" et la "putain"
12 juin 2006 - 11h29 - Posté par

Certaines se couvrent aussi volontairement parce que la publicité profuse de nanas à poil... C’est plus compliqué que ça... Mais je suis complètement OK pour dénoncer cette socitété qui veut rendre la femme objet dans la maison comme sur la place publique !

Une femme.


> La "mère" et la "putain"
12 juin 2006 - 21h01 - Posté par

Le propos de l’article peut s’étendre aux "femmes faciles", celles qui aiment çà et qui sans être prostituées sont néanmoins proche de la pute dans l’imaginaire . Isabelle ALONSO en parle in "Et encore je m’retiens". La ou beaucoup d’ hommes sont hypocrites, notamment dans les pays ou ils préconisent le voilage partiel ou total, c’est qu’ils n’aiment pas les femmes difficiles.

Dans la pub comme pour la prostitution, ce qui devrait choquer, ce n’est pas le nu et le cul , ni même d’être "objet" (quand c’est volontaire) mais la marchandisation. En réalité le cul garde un aspect sale pour beaucoup de gens, résidu de morale pudibonde et éclésiastique.

JJL


> La "mère" et la "putain"
12 juin 2006 - 22h47 - Posté par

Encore un ajout extrait de Lilian KANDEL in L’Humanité nov 2004

Si l’on pose que le sexisme est, exactement comme le racisme du reste, l’assignation d’un groupe social à un certain nombre d’activités, de capacités, d’attitudes, de qualités (ou de défauts) uniquement en raison de son appartenance à un sexe (ou une « race »), alors il faut bien convenir que les images « positives » de mère et d’épouse épanouie, ou de superwoman, sont tout aussi sexistes (et bien plus contraignantes) que celles, négatives et insultantes, de la putain ou de Bécassine


> La "mère" et la "putain"
13 juin 2006 - 21h07 - Posté par

Texte comme quoi on peut être l’une t l’autre selon...

Je suis née femelle

par Jocelyne D’Agostino,

http://hermaphrodite.fr/article869

Moi aussi un sexe j’en ai un. Fendu normalement. Bien banal. Un mont coussinet, des lèvres quadruples, une minuscule proéminence, un cône profond, un halo de poils frisoutés et roux. Mon sexe de femme. Oui et alors ?

Alors moi je voudrais dire que ce machin-là j’en suis fîère. Que ce machin-là entre mes jambes est une étoile en mon milieu. Source de vie et de délice. Un lieu divin. Ma gloire.

Femme je suis et femme je veux être. La vraie femme. Celle qui a un corps de guitare, un ventre doux et rond et fécondable. La femme nue. Le modèle et la muse. La mère et la compagne. La femme faible. Celle qui ouvre ses cuisses pour accoucher ou gémir de plaisir. Celle qui dans le lit peut dire « Défonce-moi car tu es le plus fort. » Elle. Celle qui habite son corps et sait en faire un refuge, un giron pour le guerrier. La femme-femme, la femelle de l’homme, écrasée et bienheureuse sous le poids de son amour. Moi pour lui je veux être tendre et câline mais qu’épuisé il s’endorme niché dans mon cou, mes seins sous son bras protecteur, et moi pour veiller sur son sommeil, le rassurer comme il me rassure. Oui, moi je veux bien être la femme au sexe de miel, à la gorge accueillante. Mais savante et polissonne aussi. La femme à jouir. La putain-femme avec des douceurs secrètes et des violences à découvrir. Etre féminine à en mourir de la petite mort, si fragile et si petite sous les coups de boutoir, être corps pour le désir et le plaisir et me souvenir que sans l’homme j’ai du vague à mon âme. Je me traîne cœur avide, vagin vide. Inutile.


> La "mère" et la "putain"
14 juin 2006 - 10h49 - Posté par

Ce texte doit faire plaisir aux hommes.


> La "mère" et la "putain"
14 juin 2006 - 19h20 - Posté par

Pas à tous les hommes, mais sans doute à beaucoup y compris à ceux qui ne parlent plus ainsi.
CD


> La "mère" et la "putain"
15 juin 2006 - 08h59 - Posté par

L’amivalence, forte chez les personnes soumises à l’influence répressive de la religion, fait que des hommes comme des femmes peuvent être attirés et en m^me temps ne pas le reconnaitre. Ils vont alors développer une haine de sexe et des relations sexuées.


> La "mère" et la "putain"
23 avril 2007 - 21h54 - Posté par

Qu’est-ce qu’une sexualité épanouie ?

Les sexologues sont d’accord : il n’y a pas de norme. « Une sexualité réussie ne se mesure pas au nombre d’orgasmes » assure Xavier Boquet. Philippe Brenot renchérit : « Cela varie selon les individus. Certains s’épanouissent dans le couple monogame, d’autres dans des relations multiples. L’important réside dans la liberté d’exprimer ses désirs ou ses fantasmes sans qu’il soit forcément nécessaire de les réaliser. La non-contrainte de l’autre est essentielle à l’épanouissement sexuel. En clair, c’est très bien si tout est permis, mais à condition que les deux partenaires en aient autant envie » Selon Robert et Claire Gellman, une sexualité épanouie « est tout simplement une sexualité qui ne génère pas de frustration. Ce qui suppose de pouvoir établir avec le partenaire une bonne communication où chacun peut tenir compte des désirs et limites de l’autre en respectant ses propres désirs et limites. Cela suppose également de pouvoir se départir des a priori normatifs, et de s’intéresser plus à la qualité de la relation amoureuse qu’à la compétitivité, la réussite ou l’échec. »

Monique AYOUN


> La "mère" et la "putain"
16 octobre 2007 - 08h35 - Posté par

LE SYSTEME PROSTITUTIONNEL EST FONDE SUR LE CONDITIONNEMENT MISERABILISTE DE LA SEXUALITE

La religion mais aussi une certaine « science » a longtemps poussé à ce que les femmes soient sobres pudiques, n’excitent pas les hommes, n’est pas de sexualité affichée (*). Du coup face à la misère sexuelle, au peu d’envie des femmes, le patriarcat a crée la prostitution. Voilà pourquoi « pute » est au féminin au sens péjoratif comme au sens laudatif.

DANS LA REALITE

Il y a surtout de la prostitution féminine mais la prostitution masculine existe aussi. Il y a des « putes » homme. 1° Il faut abolir la prostitution 2° mais dans le même temps faire reculer la misère sexuelle sinon la prostitution reviendra.

Le terme « pute » reste donc féminin à cause de l’histoire. Mais ce n’est pas tout : les conditionnements historiques perdurent, d’autant que les différentes morales religieuses continuent de peser de tout leur poids pour culpabiliser les femmes surtout et moindrement les hommes. L’écart de culpabilisation est énorme entre les deux sexes !

C’est à cause de ce conditionnement sociohistorique que le sens du mot dépasse le cadre de la prostitution réelle, de la femme qui se fait payer pour sa prestation. Le mot est alors chargé de l’interdit refoulé « la femme séductrice » honnie des religieux et des hommes croyants, le tout soutenu un temps par la science.

DANS L’IMAGINAIRE :

Le terme pute est passé dans les fantasmes pour signifier « femme excitante » quelque soit son look d’ailleurs. Cela n’est pas nouveau. Ce qui l’est plus est qu’au plan de l’imaginaire, certains hommes (plutôt la jeune génération mais pas seulement) emploient le terme pute ou salope au sens « de se donner totalement ». Un homme qui dit à son amante « je suis ta pute » signifie qu’il entends se donner pleinement « âme et corps » à elle. Si l’on se trouve dans le cadre non seulement du consentement mais encore de l’égalité et de la réciprocité mais encore du cadre qui délimite le jeu il n’y a pas problème . On peut juger ne pas croire qu’il s’agit d’un jeu sexuel qui retourne le conditionnement historique qui veut que la femme ne séduise que par son intelligence et non par son corps ou par le souci de vouloir satisfaire les fantasmes de son amants… et réciproquement. Le jeu ne dure que le temps de la transgression, l’emploi du mot est ensuite interdit. La règle "moderne" est ainsi.

On sait que les prostituées ne donnent pas leur âme mais seulement leur corps. Ce à quoi les féministes rétorquent que la sexualité est une psychosexualité et que l’on ne saurait opérer durablement pareille division sans s’aliéner.

* SEDUCTION ET SOCIETE approches historiques ne met pas l’accent sur la religion mais montre bien le conditionnement sous diverses formes


> La "mère" et la "putain"
28 février 2012 - 08h35 - Posté par CD

L’usage des mots crus : salope, pute !

1 - Par les hommes contre les femmes dans un sens insultant, humiliant.

2 - Par des femmes contre d’autres femmes jugés trop "sexy" : "tu vas te faire un complément de salaire !", ou "t’aguiches un max et tu vas t’étonner des retours". Ces femmes ne sont pas toutes prudes ou pudibondes mais elle sont dans un cadre qui entérine le fait que les hommes "par nature" ne savent ou ne peuvent pas "se tenir" !

3 - Par des hommes et des femmes dans un cadre de jeux amoureux privés et dans une position d’égalité, de réciprocité et de respect assuré. Le plaisir partagé en est le but.

4 - Par des féministes contre des hommes du 1 sur le mode de l’affirmation positive du stigmate.





Ce qu’a déclaré Gaspard Glanz, repris par Pierrick Tillet, impressionnant de lucidité et de courage
mercredi 24 - 13h33
de : nazairien
1 commentaire
Grande fête du livre Paris samedi 27 avril 2019
mercredi 24 - 11h10
de : Frank
Nous sommes tous des débiles profonds
mardi 23 - 23h37
de : irae
Mobilisation de soutien pour Michel, éleveur, le 30 Avril 2019 TGI Dijon
mardi 23 - 22h34
de : Hors norme via Jyp
1 commentaire
Contre le travaillisme patronal
mardi 23 - 21h35
de : Christian DELARUE
2 commentaires
AP-HP : la grève cherche à s’étendre en l’absence de nouvelles propositions de la direction
mardi 23 - 19h44
de : Stéphane Ortega
Force et Honneur, pour le Journaliste Gaspard Glanz, toute sa détermination et sa volonté, dans le regard (vidéo)
mardi 23 - 14h39
de : nazairien
4 commentaires
Gal Tauzin, Permettez que je vous donne ici ma vision de votre révolte, que je considère comme très saine dans le fond.
mardi 23 - 12h50
de : nazairien
2 commentaires
« Ne vous suicidez pas ! Rejoignez-nous ! » : le slogan oublié par les géants du journalisme
mardi 23 - 08h06
de : Frédéric Lemaire, Henri Maler
1 commentaire
Toulouse : “Ne vous suicidez pas, rejoignez nous ! ” lance au mégaphone une Gilet jaune aux policiers (video)
mardi 23 - 07h55
de : Laurent Dubois
À Lyon, des gilets jaunes isérois ont chanté "Ne vous suicidez pas, rejoignez-nous" aux forces de l’ordre (video)
mardi 23 - 07h49
1 commentaire
Un oligarque, "ça ose tout" Carlos Ghosn aurait dépensé l’argent de Nissan dans des boutiques de luxe
lundi 22 - 20h29
de : nazairien
1 commentaire
Les Gilets Jaunes de France. « Nous ne lâcherons rien ». CQFD !
lundi 22 - 16h49
de : JO
Violences policières acte 23 : des scènes de guerre civile, des propos excessifs et un communiqué inopportun LA PEUR CHANGE DE CAMP" (vidéo)
lundi 22 - 13h29
de : Pierrick Tillet
7 commentaires
Nouvelle polémique suicides policier bel enfumage.
lundi 22 - 09h11
de : irae
3 commentaires
Acte 23 Gilets Jaunes samedi 20 avril 2019
lundi 22 - 08h35
de : jean 1
2 commentaires
Enquètes sur pratiques policières !
dimanche 21 - 16h54
de : JO
1 commentaire
LA RECOMPOSITION DES MONDES
dimanche 21 - 10h52
de : Ernest London
1 commentaire
Acte 23, forte mobilisation à Paris, Les Gilets jaunes chantent leurs carmagnoles
dimanche 21 - 10h06
de : nazairien
1 commentaire
Le gouvernement sous arrestation.
samedi 20 - 18h29
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Gilets Jaunes : Lavilliers vire casaque
samedi 20 - 12h22
de : Stafed
4 commentaires
Y-a-t-il eu fichage des « gilets jaunes » blessés lors des manifestations ?
samedi 20 - 08h15
de : François Béguin
Fortes restrictions du droit de manifester : Un Etat de droit en dérive !
samedi 20 - 07h03
de : Chrstian DELARUE
2 commentaires
« VIVRE L’ANARCHIE » film documentaire de Michel Mathurin
vendredi 19 - 22h31
de : Nemo3637
Grande action de désobéissance civile en cours à Paris (video)
vendredi 19 - 15h26
de : JO
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
vendredi 19 - 12h09
de : BERNARD DUPIN
NOTRE-DAME : OU VA LA GENEROSITE ?
vendredi 19 - 10h38
de : Nemo3637
5 commentaires
Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
6 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
1 commentaire
Gilets Jaunes : motion de soutien de la FIJ aux journalistes français
jeudi 18 - 08h25
de : FIJ
Un caillou dans sa chaussure / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 18 - 07h53
de : Hdm
Manifestation potagère le samedi 18 Mai à Sainte-Pazanne contre les multiples projets de grandes surfaces dans le 44 !
jeudi 18 - 06h52
de : Collectif Terres Communes
Wauquiez sera sûrement d’accord pour un EPR en lieu et place de NDDP
mercredi 17 - 23h58
de : Quasimodo de NDDL à Quasimodo de NDDP via jyp
2 commentaires
Aucune fermeture selon Macron. « Un hôpital sans chirurgie, sans maternité ni urgence, ce n’est plus un hôpital », réagit Christophe Prudhomme
mercredi 17 - 17h31
Les bâtiments peuvent être reconstruits mais la nature ne peut pas se reconstuire aujourd’hui !
mercredi 17 - 11h54
de : Shepered Gaïa
1 commentaire
Rencontre débat sur les violences policières ici et là-bas
mercredi 17 - 11h48
CGT, France insoumise, « gilets jaunes »... Appel à l’union pour une « grande mobilisation » sociale le 27 avril
mercredi 17 - 08h26
1 commentaire
SANS FEU, NI FLAMME ..
mercredi 17 - 08h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Bordel, quelle hypocrisie !
mercredi 17 - 08h09
de : anti-k
4 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ce n'est pas la crainte de la folie qui nous forcera à laisser en berne le drapeau de l'imagination. André Breton
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite