Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Soutenez la création d’un nouveau média citoyen
mardi 26 septembre
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/media-citoyen Quand l’information et la culture sont trop souvent traitées comme des marchandises, quel rôle les citoyen·ne·s peuvent-ils encore jouer pour faire vivre le pluralisme et le débat ? Cette question appelle une réponse qui ne saurait attendre. Un peu partout, des millions de gens s’investissent et agissent sur leur quotidien sans attendre le bon vouloir des pouvoirs publics et à contre-courant des puissances (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Sur l’éducation au racisme et le meurtre d’enfants
de : Nourit Peled-Elhanan
jeudi 27 juillet 2006 - 12h39 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires
JPEG - 13.2 ko

Nourit Peled-Elhanan est une militante pacifiste israélienne de longue date, co-lauréate en 2001 avec Izzat Ghazzawi du prix Sakharov, un prix de la paix décerné par le Parlement européen. Elle est membre du Cercle des Parents - parents endeuillés israéliens et palestiniens pour la paix.

de Nourit Peled-Elhanan traduction de l’hébreu Michel Ghys

Je voudrais dédier ces mots aux mères de ces enfants assassinés, elles qui continuent à mettre au monde des enfants et à fonder des familles, elles qui se dépêchent de préparer des sandwiches en voyant les bulldozers approcher pour détruire leurs maisons, elles qui accompagnent chaque jour leurs enfants jusqu’à l’école sur des kilomètres de destruction et de saletés, devant les fusils brandis par des soldats apathiques, elles qui savent que ces soldats, assassins de leurs enfants, ne seront jamais amenés à comparaître devant un tribunal et que même s’ils devaient l’être, ils ne seraient jamais jugés coupables, parce que le meurtre d’enfants palestiniens n’est pas un crime dans l’Etat d’Israël, juif et démocratique.

Enfin je voudrais dédier ces mots à la mémoire de l’écrivain et poète, le professeur Izzat Ghazzawi, avec qui j’ai eu l’honneur de partager le Prix Sakharov pour les Droits de l’Homme et la liberté de pensée. Quelques mois avant de mourir d’humiliation, il m’écrivait à propos des soldats qui faisaient irruption chez lui la nuit, brisant meubles et fenêtres, souillant tout, terrorisant les enfants, « il me semble qu’ils cherchent à faire taire ma voix ». Izzat Ghazzawi m’a demandé de m’adresser au Ministère des Affaires étrangères pour demander qu’ils corrigent l’erreur. Mais son cœur savait la vérité et a cessé de battre peu de temps après.

Cette cruauté qui ne s’exprime pas en mots, cette façon organisée, réfléchie, de maltraiter les gens, que les meilleurs cerveaux juifs sont aujourd’hui engagés à planifier et à perfectionner, tout cela n’est pas né de rien. C’est le fruit d’une éducation fondamentale, intensive, générale.

Les enfants d’Israël sont éduqués dans un discours raciste sans compromis. Un discours raciste qui ne s’arrête pas aux check-points mais gouverne tous les rapports humains dans ce pays.

Les enfants d’Israël sont éduqués de manière à considérer le mal que, dès après la fin de leurs études, ils auront à faire passer du virtuel au concret, comme quelque chose d’imposé par la réalité dans laquelle ils sont appelés à fonctionner.

Les enfants d’Israël sont éduqués de manière à considérer les résolutions internationales, les lois et les commandements humains et divins, comme autant de paroles vides qui ne s’appliquent pas à nous. Les enfants d’Israël ne savent pas qu’il y a une occupation. On leur parle de « peuplement ». Sur les cartes de population des manuels de géographie, les Territoires occupés sont représentés comme faisant partie d’Israël ou sont laissés en blanc et indiqués comme « zones dépourvues de données », autrement dit comme des zones inhabitées.

Aucun livre de géographie dans l’Etat d’Israël n’offre de carte des frontières de l’Etat, car les enfants d’Israël apprennent que la véritable entité géographique à nous appartenir, c’est l’entité mythique appelée Terre d’Israël et que l’Etat d’Israël en est une petite partie temporaire.

Les enfants d’Israël apprennent qu’il y a dans leur pays des Juifs et des Non-Juifs : un secteur juif et un secteur non-juif, une agriculture juive et une agriculture non-juive, des villes juives et des villes non-juives. Qui sont ces Non-Juifs-là, que font ils ? De quoi ont-ils l’air ? Est-ce important ?

Quand ils ne sont pas appelés non-juifs, tous ces autres qui sont présents dans le pays sont appelés d’une manière globale : « Arabes ». Par exemple, dans le livre « Israël, l’homme et l’espace » (éd. Centre pour la Technologie de l’Education, 2002), on peut lire :

Page 12 : « La population arabe [...] A l’intérieur de ce groupe de population, il y a des croyants de différentes religions et des groupes ethniques différents : Musulmans, Chrétiens, Druzes, Bédouins et Tcherkesses, mais comme la majorité d’entre eux sont des Arabes, dorénavant, tout au long de cet ouvrage, nous donnerons à ce groupe le nom d’Arabes ou de population arabe. »

Dans le même livre, les Palestiniens sont appelés « travailleurs étrangers » et leurs honteuses conditions de subsistance sont, dit le livre, « caractéristiques de pays développés ».

Les Palestiniens, qu’ils soient citoyens de l’Etat ou qu’ils vivent dans les Territoires occupés, ne sont présentés dans aucun ouvrage scolaire comme des gens modernes, citadins, occupés à des travaux productifs ou prestigieux ou à des activités ethniques positives. Ils n’ont pas de visage. Ils sont représentés par le biais d’images stéréotypées : les Arabes citoyens d’Israël, à qui l’on donne l’appellation rabaissante d’ « Arabes d’Israël », sont représentés soit par des caricatures racistes de l’Arabe version Mille et une nuits, portant moustache et keffieh, chaussures pointues de clown et avec un chameau se traînant à sa suite (Géographie de la terre d’Israël, 2002), soit par la photo raciste typique de la représentation du tiers-monde en occident - le paysan d’avant la technologie, marchant derrière une charrue primitive tirée par une paire de bœufs (Les gens et l’espace, 1998). Les Palestiniens qui habitent dans les Territoires sont représentés par des photos de terroristes cagoulés (Le vingtième siècle / Temps modernes II), ou de troupes de réfugiés allant nu-pieds de nulle part vers nulle part, avec des valises sur la tête (Voyage vers le passé, 2001). Les qualificatifs que reçoivent ces stéréotypes dans les manuels scolaires sont « cauchemar démographique », « menace sécuritaire », « fardeau pour le développement » ou « problème qui doit trouver sa solution ».

Bien que les zones palestiniennes ne soient pas indiquées sur les cartes, l’Autorité Palestinienne est un ennemi. Par exemple, dans le livre « Géographie de la terre d’Israël », de 2002, on trouve un sous-chapitre intitulé « L’Autorité Palestinienne vole de l’eau à Israël, à Ramallah ».

Mais par-dessus tout, le racisme trouve à s’exprimer dans des livres réputés non racistes et ignorant peut-être le discours raciste qu’ils véhiculent. Des ouvrages qualifiés par des chercheurs de « progressistes, hardis, politiquement corrects », des ouvrages tournés vers la « vérité historique » et la paix. Par exemple :

Le vingtième siècle, d’Elie Barnavi, page 244 :

« Chapitre 32 : les Palestiniens, de réfugiés à une nation. Ce chapitre examine le développement du problème palestinien [...] et les attitudes, dans le public israélien, à l’égard de ce problème et de la nature de sa solution. »

Si on me disait que ce titre vient d’ailleurs, qu’il a un peu plus de soixante ans et qu’au lieu du problème palestinien, il y est question du « problème juif », je ne serais pas surprise.

Comment s’est créé ce problème ?

Temps moderne II, d’Elie Barnavi et Eyal Naveh, explique : Page 238 : « [...] C’est dans la pauvreté, dans le désœuvrement et dans la frustration, qui étaient le lot des réfugiés dans leurs misérables camps, qu’a mûri "le problème palestinien". »

Qu’amène ce problème ? Page 239 : « [...] Le problème palestinien empoisonne, depuis une génération et plus, les relations d’Israël avec le monde arabe et avec la communauté internationale. »

Pour cet ouvrage, l’identité des Palestiniens est fondée sur « le rêve du retour en terre d’Israël » et non pas en Palestine (page 238 : « Les Palestiniens... ont fondé leur identité sur le rêve du retour en terre d’Israël »).

Comment le nationalisme palestinien s’est-il créé ?

Temps modernes II : « Au fil des ans, l’aliénation et la haine, la propagande et les espoirs de retour et de vengeance ont fait des réfugiés une nation [...] »

Le livre explique aussi que la présence des Palestiniens parmi nous est susceptible de « transformer le rêve sioniste en cauchemar version Afrique du Sud » (Le vingtième siècle, page 249). Ces propos ont été écrits après la victoire de Nelson Mandela, mais le livre identifie encore les Juifs de l’Etat d’Israël avec les Blancs d’Afrique du Sud pour qui la population indigène est un cauchemar.

L’assassinat de Palestiniens par des Israéliens a toujours des répercussions positives, selon ces ouvrages pédagogiques :

Temps modernes, Elie Barnavi et Eyal Naveh.

Page 228 : « Le massacre de Deir Yassin n’a en fait pas inauguré la fuite massive des Arabes du pays qui avait débuté avant ça, mais l’annonce du massacre l’a fortement accélérée. »

« Inauguré » est un mot festif. Et tout de suite après, à la page 230 :

« La fuite des Arabes a résolu, au moins partiellement, un terrifiant problème démographique, et même quelqu’un de modéré comme Haïm Weizman a parlé à ce propos de ‘miracle’. »

C’est ainsi que les enfants d’Israël apprennent que c’est un pays sans Arabes - la réalisation de l’idéal sioniste. Ils apprennent que tuer des Palestiniens, détruire leurs terres, assassiner leurs enfants n’est pas un crime, au contraire : le monde éclairé tout entier a peur du ventre musulman et tout parti au pouvoir qui veut gagner des élections et faire la démonstration de son engagement dans le sionisme, ou la démocratie, ou le progrès, fait, à la veille des élections, la surprise d’une opération ostentatoire de meurtre de Palestiniens.

Et cela en dépit du fait que les écoles juives dans l’Etat d’Israël sont pleines de slogans disant « d’aimer l’autre et d’accepter celui qui est différent ». Apparemment, l’autre, celui qui est différent, ce ne sont pas les gens de l’endroit où nous vivons.

Les enfants d’Israël en savent davantage sur l’Europe - patrie de fantaisie et idéal des dirigeants du pays - que sur le Proche-Orient où ils vivent et qui est le foyer d’origine de plus de la moitié de la population israélienne. Les enfants juifs, dans l’Etat d’Israël, sont éduqués dans des valeurs humaines dont ils ne voient la concrétisation nulle part autour d’eux. Au contraire.

Partout ils assistent à la violation de ces valeurs. Une étudiante qui se définissait elle-même comme « une habitante de Tel Aviv, favorisée, appartenant à la classe moyenne », témoignait ainsi de cette confusion lorsqu’elle s’étonnait de ce que « des soldats de mon peuple, qui me protègent et veulent ma sécurité » maltraitent, sans sourciller, un père palestinien et son fils (Haaretz, 13.03.2006).

Dans ce contexte, l’expression « des soldats de mon peuple, qui me protègent et veulent ma sécurité » est ce qui exprime plus que tout l’idéologie des racistes : maltraiter l’autre est interprété comme défense de ceux de notre camp. Cette violence faite à l’autre est ce qui nous définit et crée une solidarité : nous les maltraitons, signe que nous sommes un peuple uni, consensuel, et tous responsables les uns des autres.

Qui sont ces gens qu’elle dit « de mon peuple » ? Le mot « peuple », tout comme le mot « nous », est un des mots les plus chargés qui soient. C’est un mot qu’on présente comme s’il ne laissait pas le choix, comme un coup du sort, une œuvre de la nature. La mort nous a obligé, ma famille et moi, à scruter ce mot en profondeur. Quand, il y a quelques années, une journaliste m’a demandé comment je pouvais recevoir des paroles de consolation venant de l’autre côté, je lui ai immédiatement répondu que je n’étais pas prête à recevoir de paroles de consolation venant de l’autre côté ; la preuve : lorsqu’Ehoud Olmert, le maire de Jérusalem, est venu exprimer ses condoléances, je suis sortie de la pièce et j’ai refusé de lui serrer la main ou de lui parler. Pour moi, l’autre côté, c’est lui et ses semblables.

Et cela parce que mon « nous » à moi ne se définit pas en termes nationalistes ou racistes. Mon « nous » à moi se compose de tous ceux qui sont prêts à lutter pour préserver la vie et pour sauver des enfants de la mort. Des mères et des pères qui ne voient pas une consolation dans le meurtre des enfants des autres.

Il est vrai que là où nous sommes, ce camp compte davantage de Palestiniens que de Juifs, parce que ce sont eux qui tentent à tout prix - et avec une force qui ne m’est pas familière mais que je ne peux qu’admirer - de continuer à mener une existence dans les conditions infernales que le régime de l’occupation et la démocratie juive leur imposent. Néanmoins, pour nous aussi, victimes juives de l’occupation, qui cherchons à nous dégager de la culture de la force et de la destruction dans la guerre de civilisations qui se mène en ces lieux, pour nous aussi il y a place ici.

Mon fils Elik est membre d’un nouveau mouvement qui a fleuri sous le nom de « Combattants pour la paix » et dont les membres sont des Israéliens et des Palestiniens qui ont été des soldats combattants et qui ont décidé de fonder un mouvement de résistance non violente à l’occupation. Ma famille est membre du Forum des familles endeuillées, israéliennes et palestiniennes, en faveur de la paix. Mon fils Guy fait du théâtre avec des amis israéliens et palestiniens qui se voient comme des gens vivant au même endroit et cherchent à se libérer d’une existence toute tracée, de malfaisance et de racisme qui n’est pas la leur. Et mon plus jeune fils Yigal fait chaque année un camp d’été de la paix où des enfants juifs et des enfants palestiniens s’amusent ensemble et créent des liens solides qui se maintiennent l’année durant. Ce sont ces enfants-là, son « nous » à lui.

Et cela parce que nous sommes une partie de la population vivant en ce lieu et parce que nous croyons que cette terre appartient à ses habitants et pas à des gens qui vivent en Europe ou en Amérique. Nous croyons qu’il est impossible de vivre en paix sans vivre dans les lieux mêmes, avec ses habitants. Qu’une fraternité réelle ne s’établit pas sur des critères nationalistes et racistes mais sur une vie commune en un lieu déterminé, dans un paysage déterminé, et sur des défis relevés en commun. Que celui qui ne franchit pas les frontières de la race et de la religion et qui ne s’intègre pas parmi les gens du pays où il est né n’est pas un homme de paix. Malheureusement, il y en a beaucoup ici qui se disent gens de paix mais qui, voyant des compatriotes emprisonnés dans des ghettos et des enclos dont tout le but est d’affamer jusqu’à la mort, ne protestent pas et envoient même leurs fils servir dans l’armée d’occupation, jouer les sentinelles sur les murs du ghetto et à ses portes.

Je ne suis pas une femme politique mais il est clair pour moi que les politiciens d’aujourd’hui sont les étudiants d’hier et que les politiciens de demain, ce sont les étudiants d’aujourd’hui. C’est pourquoi il me semble que celui qui fait de la paix et de l’égalité sa devise doit s’intéresser à l’éducation, l’explorer, la critiquer, protester contre la propagation du racisme dans le discours pédagogique et dans le discours social, proposer des lois ou réactiver des lois contre un enseignement raciste et instaurer des cadres alternatifs où s’offre à s’enseigner une connaissance de l’autre réelle, profonde, barrant toute possibilité de s’entretuer. Un tel enseignement devrait mettre sous les yeux les images des petites filles, étendues avec leur solennel uniforme d’école, dans la crasse, le sang et la poussière, leur petit corps criblé de balles tirées selon les procédures, et poser, jour après jour, heure après heure, la question posée par Anna Akhmatova qui, elle aussi, avait perdu son fils dans un régime meurtrier :

« Pourquoi ce sillon de sang déchire-t-il la fleur de ta joue ? »

http://www.mahsanmilim.com/NuritPel...

http://www.france-palestine.org/art...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Sur l’éducation au racisme et le meurtre d’enfants
27 juillet 2006 - 20h17

Ce texte est réellement édifiant et éclairant.

Quand on pense à l’espoir qu’avait fait naître l’état israëlien, un état laïque et de gauche.

Comment ce peuple, martyrisé pendant les années sombres de l’Europe a-t-il pu en arriver là, à un régime d’apartheid. Cela me fait penser à ces enfants battus ou violés qui, une fois devenus adultes, reproduisent sur leurs propres enfants les sévices qu’ils avaient endurés.

Après avoir été maltraité, exclu, génocidé, le peuple d’Israël reproduit cette logique à l’égard des palestiniens.

Quelle pitié !!!

RC de Toulouse.



> Sur l’éducation au racisme et le meurtre d’enfants
27 juillet 2006 - 21h33

D’autres que moi ont disserté très longuement sur le Sionisme, idéologie Raciste, qui n’engendre que le malheur, la dévastation ;

La différence essentielle avec l’idéologie Nazie, c’est que l’idéologie Sioniste a engendré un Etat TERRORISTE, démocratique seulement pour les Juifs Israélien.

Que l’on ne fasse pas dire ce que je n’ai pas dit : le Sionisme n’a pas programmé l’extermination des Palestiens.

Le Nazisme a engendré l’un des plus méthodique génocide d’Etat. Et quand je dis Etat, il ne pouvait se mettre en place sans la nazification de toute une partie de population, de petits exécutants, rouages individuellement quelquefois infimes. La négation de l’autre, sa déshumanisation a permis que des petites gens aient la conscience tranquille quand ils envoyaient les handicapés, les communistes, les tziganes, les noirs, les Juifs à la mort.

La Nazification de la population a permis que les habitants s’accomodent de l’odeur des fours crématoires, acceptent le "transfert" de population, frappent du cachet administratif nécessaire, conduisent la loco ou le camion en ayant la conscience tranquille : il ne s’agisssait plus d’enfants, de femmes, d’hommes, mais d’objets nuisibles.

Le Sionisme engendre un raisonnement similaire : une "espèce" Supérieure, qui lorsqu’elle se sent pour diverses raisons menacée, permet de considérer "l’autre" non plus en tant qu’individu humain, dont le prix est inestimable, mais comme une masse hostile, comme un nid de frelons qu’il faut réduire.

Le Sionisme est une idéologie perverse, qui rend ses adeptes pervers, adeptes d’une "race supérieure" ou qu’il faudrait "sauvegarder" par tout moyen parce qu’elle est en "péril".

C’est en ce sens que le Sionisme rejoint le Nazisme.

Même les Israéliens Juifs entre eux ont un système de "Castes", aussi élaboré que celui de l’Inde.

Le Sionisme est l’antithèse du "Vivre Ensemble"

En conclusion, pour revenir aux sionistes qui vivent ici, qui excusent encore les Crimes d’Israël : je n’éprouve aucun ressentiment personnel ; je suis même persuadé qu’en dehors de l’idéologie qui les consume, ce peuvent être des "gens de bien"

Je les plains.

Patrice Bardet



> Sur l’éducation au racisme et le meurtre d’enfants
28 juillet 2006 - 17h48 - Posté par

Oui, bien qu’ayant subi tous les outrages, les vexations, les humiliations, les Israéliens, descendants des Juifs d’Europe, n’en n’ont tiré aucun enseignement positif, si ce n’est de faire subir les mêmes maux. Au lieu d’aller de l’avant, d’être un état moderne, un modèle pour la région et le monde, il a préféré régresser, reculant de plus de 2000 ans. C’est vraiment du gâchis. Ils sont un peuple "élu de personne". Ils sont tous de simples humains, comme nous tous. Ni plus, ni moins.


> Sur l’éducation au racisme et le meurtre d’enfants
2 août 2006 - 17h13

I beg your pardon because I don’t know the French language enough to be able to write what I want. I’d like to say that you Nourit Peled-Elhanan make the world better with your attitude. I first read your text in my language (Brazilian Portuguese) and I’m glad that somebody translated it. I work in an elementary school and I will offer your words to the students and their families. Thank you very much.
Eduardo Sarquis Soares (Brazil) esarquis@gmail.com






Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres (video)
mardi 26 - 11h07
Soutenez la création d’un nouveau média citoyen
mardi 26 - 10h31
Grève des routiers. Le dépôt pétrolier d’Haulchin bloqué, vers de nouvelles opérations sur les routes du Nord ce mardi 26 septembre 2017
mardi 26 - 09h30
"Tout sauf humaine" : Muriel Pénicaud vue par des salariés de Business France (video)
lundi 25 - 18h46
de : Complément d’enquête
TOUS ENSEMBLE dans les grèves et les blocages et vers une manifestation nationale
lundi 25 - 18h21
de : Front Syndical de classe
Vif échange entre Raquel Garrido (FI) et Ruth Elkrief (BFM) à propos de la démocratie (video)
lundi 25 - 18h18
de : La Luciole Mélenchantée
D’une manière certaine
lundi 25 - 16h24
de : L’iena rabbioso
Affaire Business France : Muriel Pénicaud était "informée de tout"
lundi 25 - 16h02
Après la marche, la démarche
lundi 25 - 15h50
de : Jean-Luc Mélenchon
Fête du livre des éditions Noir et Rouge Paris, samedi 30 septembre 2017
lundi 25 - 14h03
de : frank
30 000 personnes à la manifestation du 23 ? Vraiment ?? (8 videos)
lundi 25 - 12h33
de : Les Insoumis Charente-Maritime
Macron hué à Marseille (video)
lundi 25 - 12h11
Le patron de FO, Jean-Claude Mailly, estime que Muriel Pénicaud « fait le job ».
lundi 25 - 11h39
de : Marie-Cécile Renault
La marche du peuple et la diversion
lundi 25 - 11h11
de : Jean-Luc Mélenchon
1 commentaire
La Résistance dans la rue face à la collaboration par Léon Landini résistant FTP MOI
lundi 25 - 11h09
de : Léon Landini
EN DIRECT- Loi travail : les chauffeurs routiers bloquent plusieurs sites
lundi 25 - 10h00
de : Luc Lenoir
Insoumission au Parlement et dans la rue, partout !
lundi 25 - 00h48
de : Christian DELARUE
Bastille !
dimanche 24 - 21h47
de : Gilles
manif rassemblement mardi 26 septembre devant sous préf Montargis 17h30 pour les contrats aidés EVS des écoles
dimanche 24 - 18h12
de : le Rouge-gorge
Sénatoriale , Macron et du Cynisme !
dimanche 24 - 14h05
1 commentaire
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 - 11h07
de : Jean-Luc Mélenchon
Et maintenant ?
dimanche 24 - 10h43
de : LE BRIS RENE
Alors, Laurent Joffrin : Le Pen ou Le Che ?
vendredi 22 - 21h49
1 commentaire
Loi travail : la contestation cherche un second souffle
vendredi 22 - 17h39
Contre le coup d’état social
vendredi 22 - 15h40
Et si la presse se portait plus mal encore que ce qu’on pouvait l’imaginer…
vendredi 22 - 15h13
de : Jacques Cotta
La France Insoumise doit se glisser dans tous les interstices de la société – Entretien avec Manuel Bompard
vendredi 22 - 12h51
Un ex-dirigeant de Lafarge reconnaît des versements d’argent à Daech en Syrie
vendredi 22 - 12h39
Rappel : 8 français sur 10 n’ont pas voté pour Macron : Une autre analyse des résultats
vendredi 22 - 12h36
de : clab
Stop à la dispersion des manifestations (pétition)
vendredi 22 - 12h13
de : Front Social
Stéphane Sirot : « Les syndicats devraient reconsidérer les vertus des grèves reconductibles »
vendredi 22 - 12h00
VENEZUELA - Journée mondiale - Plan d’action
vendredi 22 - 09h36
de : Jo Hernandez
Quand Pierre Laurent appelait à voter Najat Valaud Belkacem
jeudi 21 - 19h59
de : Stafed
Mutuelle ex-Audiens et MRSCC : un devoir de transparence
jeudi 21 - 17h23
de : Observateur bien informé
Manif Soutien aux Catalans, Pau Vendredi 22 sept. 19h
jeudi 21 - 07h35
1 commentaire
Coup d’état social / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 21 - 02h47
de : Hdm
LA RÉVOLTE DES TERRES
mercredi 20 - 17h04
de : Ernest London
Code du Travail : FO accusé d’avoir réprimandé des militants ayant manifesté
mercredi 20 - 14h38
Emmanuel Macron, un mauvais président pour 56% des Français
mercredi 20 - 12h10
Coup d’État en Catalogne : la Guardia Civil prend d’assaut le gouvernement catalan (video)
mercredi 20 - 11h59
de : Antoine Gasquez

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L'utopie cest la réalité de demain. Victor Hugo
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Soutenez la création d’un nouveau média citoyen
mardi 26 septembre
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/media-citoyen Quand l’information et la culture sont trop souvent traitées comme des marchandises, quel rôle les citoyen·ne·s peuvent-ils encore jouer pour faire vivre le pluralisme et le débat ? Cette question appelle une réponse qui ne saurait attendre. Un peu partout, des millions de gens s’investissent et agissent sur leur quotidien sans attendre le bon vouloir des pouvoirs publics et à contre-courant des puissances (...)
Lire la suite
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 septembre
de Jean-Luc Mélenchon
Le samedi 23 septembre 2017, 150 000 personnes se sont rassemblées place de la République pour s’opposer au coup d’État social d’Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon a expliqué que la bataille contre les ordonnances de Macron ne faisait que commencer et a appelé la jeunesse à se mobiliser. Il a lancé un appel aux organisations syndicales pour qu’elles prennent la tête d’une ample mobilisation à laquelle les insoumis apporteront leur (...)
Lire la suite
Contre le coup d’état social
vendredi 22 septembre
Samedi 23 septembre 2017, donnons-nous rendez-vous à 14h00, place de la Bastille à Paris pour une marche contre le coup d’État social d’Emmanuel Macron, qui veut détruire le code du travail à coup d’ordonnances.
Lire la suite
Stop à la dispersion des manifestations (pétition)
vendredi 22 septembre
de Front Social
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/stop-%C3%A... À travers cette pétition, nous proposons la tenue d’une table ronde permettant à tous les acteurs du mouvement social de s’entendre et proposer au plus vite une feuille de route unique et des actions communes... Amis et camarades, Comme vous, nous constatons que le programme de Macron n’épargne personne, des étudiants aux retraités, des jeunes bénéficiant de contrats aidés aux assurés sociaux, des (...)
Lire la suite
Stéphane Sirot : « Les syndicats devraient reconsidérer les vertus des grèves reconductibles »
vendredi 22 septembre
À la veille de la présentation des ordonnances, les syndicats opposés à la réforme du code du travail ont manifesté et appelé à la grève. Ces mobilisations traditionnelles sont-elles encore efficaces ? L’éclairage de Stéphane Sirot, historien du mouvement ouvrier. Regards. Après 1936 et 1968, la France est le pays de la grève générale, mais en pratique, depuis 1995, on évalue le rapport de forces dans la rue, en comptant le nombre de manifestants… La manifestation a-t-elle (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ : 3 JOURS POUR AGIR ET SE FAIRE PLAISIR
jeudi 14 septembre
de Info’Com-CGT
Venez échanger, débattre, discuter partager, vous amuser, partager un verre sur le stand d’Info’Com-CGT à la Fête de l’Humanité, avenue Lousie-Michel. :: : Concerts Roadmaster Officiel, Paul Exploit, Damien Accordémon, Palabre, Boris Pelosof :: : Débats Samedi 10 h 30 Inauguration du journal Moins Une, suivi du débat : Faire sauter le verrou médiatique : quelles initiatives pour une information indépendante ? Premiers invités : Pierre Souchon, rédacteur en chef (...)
Lire la suite
Les rendez-vous secrets de Berger et Mailly au ministère et au Château
jeudi 7 septembre
C’est le Canard enchaîné qui révèle les rencontres cachées aux travailleurs comme aux militants de leurs propres organisations de Berger et Mailly avec Macron le 28 août dernier, ce dernier ainsi que le premier ministre voulant " s’assurer qu’ils tenaient bien leurs troupes" !!! Afin de faire accepter la démolition du Code du travail contre de soit-disant contre-parties ! Des raisons supplémentaires pour que les travailleurs expriment leur colère et leur détermination le (...)
Lire la suite