Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Antisionisme, antisémitisme, judéophobie
de : Patrice Bardet
samedi 29 juillet 2006 - 08h58 - Signaler aux modérateurs
6 commentaires
JPEG - 18 ko

Régulièrement, les questions d’antisémitisme, d’antisionisme, de judéophobie sont utilisées à tort et à travers.

Ce texte de Rudolf en présente quelques aspects, tels que discuté au sein de l’Union Juive Fraçaise pour la Paix.

Je précise que je suis adhérent à l’Ujfp depuis 2000, et que j’ai fait partie de quelquers personnes, qui à l’origine après quelques échanges à l’Ujfp national, ont décidé de créer une section de l’Ujfp dans le Nord.

De nombreuses activités de l’Ujfp sont en relation avec ces questions, à l’éducation populaire, au débat, notamment les conférences/débats sur la question Israël/palestine menées dans les quartiers populaires (Roubaix, Lille, Tourcoing, Amiens, mais aussi en Belgique avec les amis de l’UJPB), l’organisation de rencontres avec des militants d’Israël, des Palestiniens.

Patrice Bardet


de Rudolf Bkouche, Professeur émérite à l’Université de Lille, membre du bureau national de l’UJFP, Juif antisioniste. Texte présenté au Congrès de l’Union Juive Française pour la Paix

Introduction

Diverses organisations juives pratiquent depuis longtemps un amalgame antisionisme-antisémitisme, amalgame conforté par des discours et agissements antijuifs qui se présentent comme soutien à la lutte des Palestiniens.

D’un côté une volonté de présenter la lutte du peuple palestinien comme une agression antijuive et toute critique du sionisme et de la politique israélienne comme une forme d’antisémitisme, de l’autre côté un soutien ambigu aux Palestiniens ; tout cela tend à présenter le conflit Israël-Palestine tantôt comme un conflit religieux, tantôt comme un conflit ethnique, occultant ainsi l’enjeu réel, celui de la lutte d’un peuple contre l’agression qu’il a subie depuis que le mouvement sioniste a décidé de construire l’Etat juif en Palestine aux dépens des habitants de ce pays. Cela nous demande d’être vigilants sur deux fronts, celui du développement des discours et des agissements antijuifs, celui de l’amalgame antisionisme-antisémitisme que voudraient imposer le mouvement sioniste et ceux qui le soutiennent.

L’antisémitisme

Lutter contre les divers amalgames demande de préciser le sens des termes utilisés, ce que nous ferons en replaçant l’antisémitisme dans son contexte historique et en le distinguant des formes plus générales de judéophobie dont celle qui se manifeste aujourd’hui en se revendiquant d’un soutien aux Palestiniens.

L’antisémitisme est né en Europe dans la seconde moitié du XIXème siècle, transformant le vieil antijudaïsme chrétien en un mouvement s’opposant à l’émancipation des Juifs qui s’est réalisée en Europe occidentale depuis la Révolution Française et cherchant une légitimation dans un racisme à prétentions scientifiques. Après des siècles d’antijudaïsme chrétien, l’émancipation a conduit les Juifs à s’intégrer dans les nations aux milieux desquels ils vivaient, les rendant ainsi invisibles en tant que juifs. Mais cette émancipation avait son revers, les Juifs devenus invisibles sont devenus l’objet d’un mythe : dans la mesure où on ne les voyait plus c’est qu’ils étaient partout, exerçant un pouvoir occulte sur le monde. L’antisémitisme n’est autre que l’expression de ce mythe.

Cette idéologie s’est appuyée sur deux points, d’une part une peur devant la modernité, d’autre part le racisme à prétentions scientifiques. Puisque les Juifs ont été les bénéficiaires de la modernité issue des Lumières , du moins de la part émancipatrice de cette modernité, le pas sera vite franchi qui dit que ce sont les bénéficiaires de la modernité prise dans sa globalité qui en sont à l’origine, voire qui l’ont fabriquée de toutes pièces. L’antisémitisme pourra alors se développer parmi les victimes de cette modernité, en particulier les victimes économiques du développement industriel, d’autant qu’il s’appuie sur un antijudaïsme chrétien toujours présent . Pour se développer, l’antisémitisme s’appuiera sur un mythe, celui du pouvoir des Juifs. Dès lors que les Juifs sont désignés comme les responsables de la modernité et que l’émancipation les a rendus invisibles, c’est qu’ils sont présents partout et c’est cette présence occulte qui constitue la forme de leur pouvoir. C’est ce qui fait la spécificité de l’antisémitisme parmi les diverses formes de racisme qui se sont développées à l’époque moderne. Le racisme s’est développé avec les conquêtes coloniales et la traite des Noirs. A l’époque du développement du libéralisme politique et du développement scientifique, il fallait légitimer cette entorse à l’humanisme des Lumières et cette légitimation devait s’appuyer sur la science, ce fut le racisme "scientifique" et la hiérarchie des races, justifiant ainsi la "suprématie de l’homme blanc". Il était alors tentant pour les antisémites d’intégrer l’antisémitisme dans cette "nouvelle science", d’autant qu’il existait un précédent constitué par la doctrine de la "pureté de sang" inventée par l’Inquisition espagnole, laquelle tenait à maintenir la distinction entre les anciens Chrétiens et les nouveaux Chrétiens, Juifs ou Musulmans convertis restés en Espagne après l’expulsion des Juifs et des Musulmans qui a marqué la victoire chrétienne en Espagne.

Il y a pourtant une distinction entre le racisme envers les peuples colonisés et asservis et l’antisémitisme. Si les membres des races dites inférieures sont lointains, les Juifs sont présents en Europe et leur émancipation les rend invisibles ce qui ne les rend que plus dangereux. Il y a ici une contradiction interne au racisme antijuif, d’une part les Juifs font partie des races inférieures, d’autre part ils sont jugés suffisamment puissants pour soumettre l’Europe civilisée. Les Juifs apparaissent ainsi non seulement comme les membres d’une race inférieure mais aussi comme les ennemis de l’humanité .

Sionisme et antisionisme

Le sionisme apparaît à la fin du XIXème siècle comme une réaction à l’antisémitisme. Prenant acte de l’antisémitisme comme un fait social, le fondateur du sionisme politique Theodor Herzl propose de poser la question juive comme une question nationale qu’il faut résoudre en constituant un Etat pour les Juifs . Mouvement laïque qui se veut dans la tradition des Lumières, il s’appuie sur une définition nationale du judaïsme. C’est ainsi que certains responsables du mouvement sioniste, tels Jabotinsky ou Ben Gourion, vont s’appuyer sur une lecture purement nationaliste de la Bible et développer le point de vue du retour des Juifs dans l’histoire quelque dix-huit siècles après la fin de l’antique royaume d’Israël.

Si Theodor Herzl se désintéressait de ce point de vue en prônant l’idée d’un Etat pour les Juifs et si certains sionistes considéraient que l’Etat pouvait se réaliser hors de la terre historique, la force de l’idéologie nationaliste s’appuyant sur l’histoire a su imposer le choix de la Palestine comme territoire de l’Etat juif, négligeant le fait que la Palestine était peuplée. Avec ce choix le sionisme qui se voulait mouvement de libération des Juifs contre l’antisémitisme se transformait en un mouvement de conquête de la Palestine et se donnait comme objectif de remplacer la population de Palestine par un peuplement juif.

La création de l’Etat d’Israël devenait ainsi une agression contre les habitants de la Palestine condamnés à l’exil ou à devenir des citoyens de seconde zone sur leur propre territoire. Cette injustice devait provoquer le refus arabe de l’existence d’Israël, refus que le mouvement sioniste et ses alliés ont voulu considérer comme une forme d’antisémitisme.

C’est par rapport à l’idéologie du mouvement sioniste et à ses conséquences que s’est constitué l’antisionisme. Mais il faut prendre en compte le fait que cet antisionisme est multiforme et c’est en tenant compte de cette mutiformité qu’il faut l’analyser, y compris dans certains de ses aspects qui conduisent à la judéophobie.

De la judéophobie

une question de terminologie

Le terme judéophobie a été introduit par Maxime Rodinson pour décrire les phénomènes antijuifs dans l’histoire . Si l’antisémitisme participe de la judéophobie toute forme de judéophobie ne saurait se réduire à ce phénomène historiquement circonscrit qu’est l’antisémitisme. Il est vrai que le terme judéophobie a pu prendre une connotation particulière depuis que Pierre-André Taguieff a écrit ce mauvais pamphlet qui s’intitule La nouvelle judéophobie , ouvrage remarquable par les amalgames qu’il commet dans la plus pure tradition stalinienne, mêlant les islamistes, les nouveaux historiens israéliens, les trotskistes, les marxistes compatissants et les chrétiens sentimentaux.

Cependant la mauvaise utilisation d’un terme par un pamphlétaire malhonnête ne doit pas nous interdire l’usage de ce terme qui permet de distinguer les actes et les discours antijuifs de l’antisémitisme. Quant au terme antijudaïsme, sa connotation religieuse ne permet pas de rendre compte de la signification de ces actes et discours antijuifs, d’autant qu’il nous semble nécessaire de distinguer entre un antijudaïsme doctrinal, celui que Poliakov appelait un antijudaïsme théologique , qui critique le contenu d’une doctrine et qui, à ce titre, est légitime et ne relève pas de la judéophobie, et un antijudaïsme antijuif qui s’attaque aux adeptes de cette doctrine.

la judéophobie d’aujourd’hui

Lorsque nous parlons de la judéophobie d’aujourd’hui, nous voulons parler essentiellement de celle qui se donne pour justification l’injustice commise envers les Palestiniens et qui s’attaque essentiellement aux agresseurs du peuple palestinien. Il est alors nécessaire de la distinguer de l’antisémitisme persistant en particulier dans les mouvements d’extrême-droite, mais peut-être pas seulement chez ces derniers.

le langage antisémite du refus arabe

Le refus arabe de l’agression sioniste a trop souvent utilisé, pour s’exprimer, un discours tout prêt, celui de l’antisémitisme, et en a usé plus qu’il ne fallait. Ceci a permis à la propagande sioniste de dénoncer l’antisémitisme arabe assimilant le refus arabe à de l’antisémitisme, voire à une continuation de l’idéologie nazie. Il faut alors remettre les choses à leur place, replacer le refus arabe dans son contexte et dénoncer l’usage d’un discours qui conduit aux pires amalgames. On peut alors considérer que, dans le contexte colonial et post-colonial de la seconde partie du XXème siècle, l’emprunt du discours antisémite européen par une certaine critique arabe du sionisme apparaît comme l’une des grandes réussites de ce que l’on a appelé l’impérialisme culturel.

Il faut aussi revenir sur l’ambiguïté de certains textes coraniques et sur l’existence d’un antijudaïsme musulman analogue à l’antijudaïsme chrétien, relevant autant de l’antijudaïsme doctrinal que de l’antijudaïsme antijuif, même si ce dernier n’a jamais pris les formes extrêmes de l’antijudaïsme chrétien et n’a jamais débouché sur l’horreur de l’antisémitisme. Cet antijudaïsme musulman est d’autant plus fort que l’Islam, bien plus que le christianisme, s’inscrit dans la continuité du monothéisme biblique, d’autant qu’il s’est développé dans des contextes très proches , alors que le christianisme a très vite voulu prendre ses distances avec la religion mère. On peut alors comprendre pourquoi l’agression sioniste contre les Palestiniens a contribué à renforcer cet antijudaïsme au risque de réduire la critique du sionisme à sa seule composante religieuse. Mais plus grave que cet antijudaïsme religieux, c’est le discours antisémite européen qui risque de dévoyer le refus arabe, aussi justifié soit-il.

L’un des objectifs de la critique juive du sionisme est alors de lutter contre ce dévoiement et de contribuer à casser l’amalgame juif-sioniste, autant celui pratiqué par ceux qui pensent soutenir ainsi la lutte des Palestiniens que celui pratiqué par le mouvement sioniste qui a tout intérêt au développement d’un tel amalgame.

Retour sur l’antisionisme

L’antisionisme est multiforme et s’étend sur un large spectre depuis le refus de l’Etat d’Israël jusqu’aux partisans d’une désionisation de cet Etat permettant de mettre fin à l’Apartheid dont est victime la composante palestinienne de la population israélienne, voire conduisant à la constitution d’un Etat bi-national regroupant Israéliens et Palestiniens.

Mais l’antisionisme est d’abord le refus d’une situation issue de l’injustice commise envers les Palestiniens. Quelle que soit la solution du conflit, deux Etats ou un Etat bi-national, il est nécessaire que les Israéliens, et plus généralement les Juifs, se débarrassent d’une idéologie qui les a conduits à une impasse dans la mesure où elle a transformé le peuple paria de l’Europe en un peuple guerrier condamné pour survivre à une guerre perpétuelle contre ceux qu’il a spoliés. C’est cette transformation qui a conduit à cette nouvelle forme de judéophobie qui consiste à confondre les Juifs avec les persécuteurs des Palestiniens, à voir en tout Juif un sioniste et par conséquent un ennemi des Palestiniens, d’autant que le mouvement sioniste se proclame le représentant exclusif des Juifs du monde. Il faut alors dire que la judéophobie engendrée par le sionisme ne s’adresse plus au peuple paria de l’Europe, elle s’adresse essentiellement aux agresseurs des Palestiniens.

Ainsi le sionisme, loin de libérer les Juifs de l’antisémitisme comme l’espéraient les pères fondateurs, les a conduits à une impasse. La question se pose alors de sortir de cette impasse et l’antisionisme juif devient une question vitale pour les Juifs, il est à la fois une protestation contre l’injustice commise par le sionisme à l’encontre des Palestiniens et le refus d’un mouvement qui déclare représenter les Juifs du monde.

Les raisons d’un amalgame

Les partisans de l’amalgame antisémitisme-antisionisme ont deux objectifs bien définis :
 d’une part rassembler les Juifs autour du sionisme et des organisations qui le soutiennent
 d’autre part rappeler aux non-Juifs, aux goyim, qu’ils sont toujours suspects d’antisémitisme et que la seule façon de dépasser cette suspicion est de soutenir inconditionnellement non seulement l’Etat d’Israël mais la politique de celui-ci quelle qu’elle soit.

Si le sionisme se veut le représentant exclusif des Juifs du monde, il a besoin de rassembler tous les Juifs autour de lui, et pour ce faire d’entretenir parmi les Juifs le sentiment d’être les victimes de la haine des nations. Ainsi le sionisme qui s’est constitué en réaction à l’antisémitisme a aujourd’hui besoin de cet antisémitisme pour rassembler les Juifs autour de lui et autour de la défense de ce petit Etat victime de la haine des autres que constitue l’Etat d’Israël, Etat de tous les Juifs comme le proclament certains thuriféraires du sionisme . En cela le mouvement sioniste en demandant aux Juifs de s’identifier à l’Etat d’Israël et en appelant à renforcer l’immigration conforte l’idée que tout Juif est un adepte du sionisme et par conséquent un ennemi des Palestiniens.

Le discours sioniste est d’autant plus fort auprès des Juifs qu’il s’appuie sur une histoire faite de persécutions et de massacres. Mais ce rappel des persécutions et des massacres antijuifs s’adresse aussi aux nations, en particulier aux nations européennes, renvoyant à leur responsabilité dans l’histoire du martyrologe juif. Le sionisme sait alors utiliser ce martyrologe en fonction de ses intérêts propres comme le montre l’instrumentalisation de la Shoah, instrumentalisation qui ne vaut pas mieux que les discours négationnistes qui affirment que le génocide n’a jamais existé. On retrouve le même mépris envers les victimes du génocide, mépris qui permet de satisfaire une idéologie pour les uns et la volonté politique de transformer la Shoah en faire-valoir du sionisme pour les autres.

Le rôle de l’UJFP

L’existence de mouvements juifs de soutien à la lutte des Palestiniens pose une question : pourquoi mettre en avant sa judéité dans ce soutien ? Plusieurs des membres de l’UJFP appartiennent à d’autres mouvements de soutien où leur spécificité juive n’intervient pas, sauf peut-être à titre personnel.

Il importe alors de revenir sur les raisons d’une critique juive du sionisme : il nous semble important de dire que le sionisme, non seulement n’a pas réussi à construire le havre de paix espéré par les pères fondateurs, mais en transformant le peuple paria en un peuple guerrier il a pris le risque de développer une nouvelle forme d’hostilité envers les Juifs. En cela le sionisme est une impasse pour les Juifs et, en tant que Juifs, c’est cette impasse que nous refusons.

Car c’est bien parce que nous nous sentons juifs que nous tenons à marquer notre refus du sionisme. Il y a dans notre choix, non seulement un soutien à la lutte des Palestiniens, mais aussi une façon d’affirmer que nous ne pouvons accepter une idéologie qui se prétend la seule expression de la judéité et une politique qui, au non de la défense du peuple juif, conduit à une guerre permanente contre un peuple et à l’occupation de son territoire. Mais c’est aussi parce que nous sommes juifs que nous devons mettre en garde contre les risques de confusion entre le soutien aux Palestiniens et la judéophobie et que nous devons dire, non seulement aux Juifs, mais aussi à ceux qui, par peur d’être accusés d’antisémitisme, n’osent pas critiquer Israël, que la critique du sionisme et de la politique israélienne ne relève pas de l’antisémitisme. C’est une façon de marquer notre héritage, celui d’un peuple qui fut longtemps un peuple paria.

Pour terminer nous rappellerons ces deux questions tirées des Propos des Pères et citées par Leo Pinsker :

"Si je ne me bats pas pour moi-même, pour qui me battrais-je ? Et sinon maintenant, quand ?"

Mais Leo Strauss citant Pinsker ajoute qu’il a omis la troisième question :

"Mais si je ne me bats que pour moi, que suis-je ?"

Cette omission, explique Leo Staruss, caractérise le sionisme politique pur. Mais cette omission caractérise aussi un certain autisme juif qui ne veut pas voir l’impasse dans laquelle l’a conduit le sionisme.

Rudolf Bkouche



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Antisionisme, antisémitisme, judéophobie
29 juillet 2006 - 14h58

C’est le sionisme qui mène à la guerre
Nico HIRTT

Mis en ligne le 25/07/2006

http://www.lalibre.be/article.phtml...

déjà cité sur Belleciao :

http://www.bellaciao.org/fr/article...



> Antisionisme, antisémitisme, judéophobie
30 juillet 2006 - 06h52 - Posté par

israel et palestine pourraient vivre en paix, mais on a oublié qu’une résolution de l’ONU défini les frontières d’Israel.Quand Israel aura compris qu’il doit vivre dans ses frontières, et que le monde aura compris que le terrorisme ne sera éraldiqué que dans l’unité internationale, nous ne parlerons plus de pro, d’anti mais nous parlerons de paix. Je suis Français, mais dans mes origines lointaines je suis peut être juif, arabe, personne ne connais vraiement ses lointaines origines, cela devrai nous faire réfléchir, je suis profondémant anti- raciste, je me bat tous les jours dans les cités contre ce fléau. Mais ce que je ne peut admettre c’est que lorsque nous vivons en FRANCE, il faut accepter, 1) la constitution,2) le mode de vie et les traditions.


> Antisionisme, antisémitisme, judéophobie
30 juillet 2006 - 20h17 - Posté par

Je suis d’accord avec la première partie de votre intervention sur les frontières de 1967 et sur la façon d’éradiquer le terrorime.

Je suis né en France et je me sens français, pourtant mes origines directes ne sont pas françaises et peut-être comme vous mes ancêtres sont-ils juifs ou arabes ou autres.

Je me bas moi aussi contre le fléau raciste... et pour cause.

Le mode de vie français et les traditions françaises font partie de ma manière de vivre elles ne m’ont pas été légué mais sont innés. Mes origines directes (mes parents) n’ont jamais tenté de m’influer une autre manière de vivre ; eux-mêmes s’ils ont gardé leur coeur pour leur origine n’ont jamais dénié le mode de vie à la française et s’y sont adaptés.

Pour autant, ce n’est pas le fait d’admettre ou de ne pas admettre, mais les citoyenNEs d’autres origines qui veulent adopter un autre mode de vie et conserver leurs traditions ne me gène nullement au contraire il peuvent, de fait, me faire profiter de la richesse de leur diversité culturelle et m’enrichir intellectuellement.

Je cotoie et travaille tous les jours avec des personnes de nationalités différentes et qui sont devenuEs des amiEs, ils m’apportent beaucoup de choses qui me manquent. Pourquoi, nous, pouvons vivre en parfaite fraternité et pas les autres ?

Pour ce qui est de la constitution, c’est un devoir de la respecter pour tous les habitants du pays.

Si elle ne convient pas c’est au peuple d’imposer des modifications, des changements ou une refonte complète. La possibilité de ces changements est possible si le peuple en a la volonté.

Fraternellement,

Esteban


> Antisionisme, antisémitisme, judéophobie
2 août 2006 - 15h51

Bonjour,

je suis vraiment admiratif du texte écrit par R Bkouche, car il me paraît bien équilibré, ce qui est si difficile sur un sujet si tragique pour un français de confession juive. Une seule remarque : il me semble qu’au temps de Herzl, certains juifs avaient déjà vu et annoncé les terribles développements que nous vivons : pourquoi ne pas le rappeler ? (je reconnais que ce n’était pas le sujet principal du texte de R Bkouche)

J’aurai trois questions :
- je n’ai pas trouvé le site de l’UJFP. En existe-t-il un ?
- existe-t-il un mouvement ouvert aux non juifs qui a des positions proches de l’UJFP ?
- à partir de cette description on voit bien qu’il n’existe pas de solution "juste". Celle qui me paraîtrait la moins mauvaise serait celle d’un état démocratique et laïc en Palestine, réunissant juifs et palestiniens. Avec la terrible déception des israéliens, particulièrement des "religieux", et des islamistes. C’est pourtant ce qui a été fait, toute chose égale par ailleurs en Afrique du Sud, avec le même sacrifice des blancs qui dominaient le pays. Savez-vous si il existe un mouvement qui soutient ce genre de position* ?

Merci

* je crois que ce genre de proposition sent le soufre : je l’ai vu soutenue à la télévision par Tarik Ramadan, violement attaqué par un sioniste connu, chasseur de Nazis, et maintenant soutien de N Sarkozy. Me trouver en accord avec Tarik Ramadan m’inquiète un peu. Merci de m’expliquer pourquoi une telle proposition serait si mauvaise.



Quelques précisions
21 août 2006 - 13h52 - Posté par

un peu tardives (j’étais absent)

Être Juif n’est pas lié à une "confession" (notion religieuse) mais à une Culture.

Le site de l’UJFP est www.ujfp.org : vous y trouverez la plupart des textes, la charte, les statuts, etc...

 il est possible d’adhérer à l’Ujfp sans être nécessairement juif (voir les statuts sur le site)

 des associations sont très proches de l’Ujfp, par exemple l’Association France Palestine Solidarité ( AFPS) ; vous trouverez sur leur site de très nombreux textes et les actions effectuées. Le site de l’AFPS

A propos d’un Etat Laïque en Palestine, réunissant Juifs et Palestiniens : de nombreux membres de l’Ujfp, de l’AFPS souhaitent une telle solution à terme.
C’est personnellement ma position ;

En effet, si l’on considère par exemple la Cisjordanie : une grande partie de la Cisjordanie est colonisée, découpée en bantoustans. Cet état de fait n’est pas durable. Le refus de l’Etat d’Israël de constituer un Etat palestinien viable et souverain, la question du refus du retour des réfugiés Palestiniens en Israël conduisent inéluctablement à une forme d’Etat(s) à définir, mais étroitement imbriqués.

bien à vous

Patrice Bardet


Quelques précisions
4 avril 2010 - 12h07 - Posté par

Bien entendu, tout ceci ouvre largement la porte aux interrogations de faibles qui cherchent une voie soutenant des thèses séparées... Il s’agit bien d’un amalgame des temps modernes où le fait laïc et politique prend le relais du thème religieux et racial.
Luther King affirmait bien que ce qui émergait d’une thèse antisioniste relayait le sentiment antisémite profond.

Les juifs ne sont pas à l’origine de la résolution de l’ONU déclarant l’antisionisme comme racial et chercher à abriter cet amalgame au sein des organisations juives (thèse soutenue dans l’article) interpelle sur la neutralité du rédacteur.

J’en veux pour preuve les mouvements des cités qui dans le communautarisme exacerbé de porter les combat palestinien en France, casse du juif à tout bout de champ.

Le palestinisme est-il une théorie raciale ? non, c’est l’expression d’un juste retour des palestiniens en exil sur un terrioire-état (encore faudra-t-il que libanais et jordaniens puissent résoudre les 80% de palestiniens vivant sur leur territoire)... comme le sionisme est un juste retour de juifs qui le souhaitent sur leur territoire-état.

Certes l’impasse moyen orientale doit se frayer un chemin vers une paix équitable.





G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1
Acte 42 : Appel à passage de la frontière Suisse le 31 aout 2019
mercredi 7 - 22h09
de : JOJO
Mort de Toni Morrison
mercredi 7 - 11h51
de : Cyclo 33
3 commentaires
Il y a dix jours, trois jeunes hommes étrangers à la rue sont morts à Paris »
mardi 6 - 07h41
de : jean 1
1 commentaire
"Sans haine et sans violence" , Geneviève Legay, s’adresse, aux forces de l’ordre encore dignes de leurs fonctions
mardi 6 - 00h35
de : nazairien
3 commentaires
final atomik tour à Dijon puis Burelesque en meuse
lundi 5 - 21h56
de : burelesque
LA REPUBLIQUE DES RABUTCHIKS
lundi 5 - 20h21
de : Nemo3637
L’abolition des privilèges : il paraît que c’était le 4 août 1789...
dimanche 4 - 22h32
de : Rebellyon
1 commentaire
Vénézuela, La Via Campesina condamne le massacre de Barinas
dimanche 4 - 22h12
de : via campesina
IGNOBLE MENTALITE REACTIONNAIRE : Homophobie archaïque, homophobie fasciste, homophobie viriliste et patriarcale, etc
dimanche 4 - 11h10
de : Christian DELARUE
2 commentaires
mort de Steve : prolongement de la répression et des affaires d’Etat
samedi 3 - 23h26
de : Olivier LONG et Pascal Maillard
3 commentaires
Services publics supprimés et injustice territoriale
samedi 3 - 20h50
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Les médias se taisent sur le rejet de la plainte déposée par le DNC contre Julian Assange
samedi 3 - 14h03
de : Oscar Grenfell
Mort de Steve Alexandre Cervantes : « Dans l’eau, je me suis dit que j’étais perdu… »
samedi 3 - 13h31
de : nazairien
3 commentaires
Continuum de trois violences : politique, policière, pénale plus celle médiatique.
vendredi 2 - 23h52
de : Christian DELARUE
Ballade au pays des Broient de l’homme
vendredi 2 - 19h04
de : azenon
Mort de Steve Caniço : les deux juges d’instruction nantais demandent à être dessaisis
vendredi 2 - 17h37
de : nazairien
4 commentaires
25ème FORUM de Sao Paulo
vendredi 2 - 12h31
de : JO
LE TOTALITARISME INDUSTRIEL
vendredi 2 - 06h55
de : Ernest London
mieux vaut ne rirn faire que d’être payé à faire de la merde.
jeudi 1er - 23h03
de : irae
Grèce : la chasse aux anarchistes est ouverte !
jeudi 1er - 21h49
de : jean 1
2 commentaires
Un cadre d’HSBC démissionne publiquement avec une lettre ouverte à l’humanité
jeudi 1er - 21h34
de : nazairien
3 commentaires
Jean-Luc Mélenchon : Sur le décès de STEVE
jeudi 1er - 20h46
De l’Internet et du Pain.
mercredi 31 - 22h06
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
L’humanité-classe à Hendaye contre le G7 et le capitalocène !
mercredi 31 - 20h11
de : Christian DELARUE
Les "Gilets Jaunes" en Juillet, sur le "Tour" et ailleurs (reportage photos, blog Médiapart)
mercredi 31 - 18h35
de : nazairien
4 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés qu'une armée debout. Thomas Jefferson
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite