Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’histoire indicible du massacre de Marjayoun en fait porter la responsabilité par les deux côtés de la frontière
de : Robert Fisk
mercredi 23 août 2006 - 22h59 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires
JPEG - 23.5 ko

de Robert Fisk

Sur la route, où des missiles ont frappé les innocents de Marjayoun, ont peut encore en voir les traces. Mais, ce qui reste, est le souvenir de ce qui s’est arrivé, après la tombée de la nuit du 11 août, dans la foulée de l’attaque aérienne du convoi de 3.000 personnes par les Israéliens :

Une jeune chrétienne de 16 ans hurlant "Je veux mon papa !" alors que le corps mutilé de son père était étendu à quelques mètres d’elle ; Le moukhtar de la ville découvrant sa femme, Colette, décapitée par l’un des missiles israéliens ; Ce volontaire de la Croix-Rouge libanaise qui est allé porter, dans les ténèbres de la guerre du Liban, de l’eau et des sandwiches aux réfugiés et qui a été fauché par un autre missile et, que ses amis n’ont pas pu atteindre pour lui sauver la vie.

Il y a ceux qui fondent en larmes lorsqu’ils racontent le massacre de Joub Jannine - et il y a les Israéliens qui ont donné la permission aux réfugiés de quitter Marjayoun, spécifiant la route qu’ils pouvaient emprunter, et qui les ont ensuite attaqués avec des drones sans pilote tirant des missiles. Hier soir, cinq jours après leur avoir demandé de rendre compte de cette tragédie, ils ne s’étaient toujours pas donnés la peine d’expliquer comment ils ont tué au moins sept réfugiés et blessé 36 autres, juste trois jours avant que le cessez-le-feu onusien n’entre en vigueur.

C’est l’une des histoires indicibles de la guerre israélo-Hezbollah ; il y en a d’autres - infiniment plus sanglante - mais l’ultime tragédie de ces réfugiés majoritairement chrétiens a impliqué un tas d’officiers et de ministres libanais, le Premier ministre du Liban, l’ambassadeur des Etats-Unis et le Ministère de la Défense d’Israël.

Tout cela a commencé le 10 août, lorsque les Israéliens ont mis en scène une petite offensive terrestre à l’intérieur du Liban, après un mois de bombardements massifs des villages du sud libanais. Le Général Daoud, commandant une force mixte de 350 libanais, police paramilitaire et soldats [de l’armée régulière], dans la caserne de la jolie ville de Marjayoun, a trouvé, à 9 heures du matin, un homme à la porte. C’était un officier israélien, disant s’appeler le Colonel Ashaya. Le Général Daoud, dont les hommes ne combattaient pas les Israéliens, a appelé au téléphone le ministre de l’intérieur libanais, Ahmed Fatfat, qui "a donné son aval" - ce sont les propres mots de Fatfat - à la décision de le laisser entrer [dans la caserne]. "Ashaya" a passé quatre heures à regarder dans tous les coins pour s’assurer qu’il n’y avait pas de membres du Hezbollah. Puis il est parti et Daoud a placé un drapeau blanc sur le poste de garde.

Mais à 4 heures, cet après-midi-là, une unité de chars israéliens s’est approchée de la caserne et a commencé à tirer dans sa direction. Fatfat a de nouveau dit à Daoud de laisser entrer les Israéliens, qui, selon Daoud, lui avaient signifié : "Nous sommes les occupants et c’est nous qui commandons". Un officier israélien a ensuite enfermé Daoud à double-tour dans une pièce.

Les milliers de Chrétiens de Marjayoun craignaient désormais pour leurs vies. Selon plusieurs travailleurs humanitaires, le Hezbollah tirait des roquettes de derrière l’hôpital de la ville, qui a été immédiatement abandonné par la Croix-Rouge. Les habitants croyaient, avec raison, que les missiles du Hezbollah recevraient une riposte d’Israël sur Marjayoun elle-même, à présent que la ville avait été prise par les soldats et les chars israéliens.

Enfermé dans sa pièce, Daoud rappela alors encore une fois Fatfat et Fatfat appela le Premier ministre libanais, Fouad Siniora, qui, par chance, était en train de parler à l’ambassadeur étasunien à Beyrouth, Jeffrey Feltman. Feltman a demandé à ses diplomates - soit par l’intermédiaire du Département d’Etat ou directement à l’ambassade étasunienne à Tel Aviv - d’appeler le Ministère de la Défense d’Israël. Ils répondirent dans la foulée qu’il ne devrait pas y avoir de soldats israéliens dans la caserne de Daoud. Mais, à Marjayoun, les Israéliens refusèrent de croire ce que Daoud leur disait.

Les habitants de Marjayoun commençaient toutefois à paniquer et Daoud rappela Fatfat à 7 heures du soir pour organiser un convoi de réfugiés, [qui ferait route] vers le nord, de Marjayoun en direction de Beyrouth. Selon Fatfat, le lendemain, soit le 11 août, le gouvernement libanais a appelé à 5 heures du matin le commandement des Nations-Unies au sud-Liban [la FINUL] pour obtenir l’autorisation des Israéliens de permettre aux milliers de réfugiés de partir en convoi vers le nord. À la suite de quoi, l’Onu, selon le gouvernement à Beyrouth, a notifié au Général Abdulrahman Chaiti, l’adjoint du chef du renseignement militaire libanais, que ce convoi avait reçu la permission des Israéliens pour se mettre en route.

Deux véhicules blindés de l’Onu, conduits par des soldats indiens, sont donc arrivés à Marjayoun où ils ont retrouvé au moins 3.000 personnes, dont des Musulmans chiites des villages dévastés des environs, qui attendaient pour partir. "Nous avions un accord total d’Alain Pellegrini [le commandant de la FINUL] pour qu’ils sortent de la Vallée de la Bekaa", déclare Fatfat. "Le parcours, lui aussi, avait été accepté". Mais il y a eu des délais. Une partie de la route avait été lourdement bombardée et nécessitait d’être réparée. Le convoi n’est pas parti avant 4 heures de l’après-midi, sortant lentement de Marjayoun, avec les 350 soldats de Daoud à sa tête. Les véhicules de l’Onu abandonnèrent le convoi à Hasbaya - limite nord des opérations de l’Onu - laissant les réfugiés dangereusement exposés. L’Onu avait déjà mis en garde les autorités libanaises qu’il était tard pour que le convoi se mette en route.

"Ils ont progressé si lentement que cela m’a mis en colère", se souvient un travailleur humanitaire. "Les gens des villages amis sortaient et donnaient de l’eau et de la nourriture aux réfugiés. Ils voulaient leur parler et les gens s’arrêtaient pour dire bonjour à de vieux amis comme s’ils faisaient du tourisme. Le convoi ne progressait qu’à 8 km/h. Il commençait à faire nuit". Les 3.000 réfugiés cheminaient maintenant la Bekaa, après la tombée de la nuit, et approchaient des anciens vignobles de Kifraya, à Joub Jannine, lorsque le désastre les a frappés à 8 heures du soir.

JPEG - 24.9 ko

"La première bombe a frappé la deuxième voiture [du convoi]", a déclaré Karamallah Dagher, un journaliste de [l’agence] Reuter. "Je remontais la route, à mi-chemin, et mon ami Elie Salami se tenait là, me demandant si j’avais un peu d’essence en rab. C’est à ce moment-là que le second missile a frappé ; et, la tête et les épaules d’Elie furent arrachées. Sa fille Sally, qui a 16 ans, a sauté de la voiture et s’est mise à hurler : ’Je veux mon papa ! Je veux mon papa !’. Mais il n’était plus". Hier, alors qu’il parlait de ces tueries, Dagher a fondu en larmes. Il essayait de faire sortir sa mère arthritique de sa propre voiture, mais elle se plaignit qu’il lui faisait mal. Il l’a replaça donc sur le siège du passager et s’assit à côté d’elle, s’attendant à une mort violence qui, Dieu merci, n’est pas arrivée. Mais elle est arrivée pour Colette Makdissi al-Rashed, la femme du moukhtar, qui a été décapitée dans sa jeep Cherokee ; elle est aussi arrivée pour un soldat libanais et pour Mikhael Jbaili, le volontaire de 35 ans de la Croix-Rouge, de Zahle, qui a sauté en l’air lorsqu’une roquette a explosé derrière lui.

"Ce fut la panique", a raconté Fouad Hamra, le maire de Marjayoun. "De nombreuses personnes se sont enfuies en voiture. Ils avaient une autorisation ; tout aurait dû bien se passer. Si le Hezbollah était supposé transporter des armes la nuit, ils auraient voyagé en direction opposée !"

Qui pilotait les drones ? Un soldat israélien ou les forces d’invasion ? Un officier anonyme au Ministère de Défense à Tel Aviv ? Les Israéliens savaient qu’un convoi de civils était sur cette route. Pourtant ils ont envoyé leurs machines sans pilote pour l’attaquer. Pourquoi ? La nuit dernière, le Ministère Israélien de la Défense n’avait toujours pas répondu aux questions des journalistes qui attendaient une réponse vendredi dernier.

© 2006 Independent News and Media Limited / Traduction [JFG-QuestionsCritiques]

http://questionscritiques.free.fr/e...

publié dans The Independent, le 23 août 2006,

article original : ’Untold story of the massacre of Marjayoun leaves blame on both sides of the border



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> L’histoire indicible du massacre de Marjayoun en fait porter la responsabilité par les deux côtés de la frontière
27 août 2006 - 13h17

Mon Dieu que de crimes abjectes , que de barbaries gratuites ! Et dire que leurs auteurs se plaignent du reste du monde d’antisémetisme parce quil ne cautionne pas leurs sauvageries et quil y’a encore des salopards de la trempe de bush et blair qui
qualifient ces horreurs de légitime défense. C’est à vomir de dégout .
Anonyme.



> L’histoire indicible du massacre de Marjayoun en fait porter la responsabilité par les deux côtés de la frontière
3 novembre 2014 - 11h12 - Posté par

En effet , et le massacre de marjwyoon n’est rien face aux raid Israeliens sur la dahyé (banlieu sud du liban) pas seulement des miliers de civils sont mots, mais des miliers d’imeubles ont etes dtruits laissants des miliers de civils libanais sans abries


L’histoire indicible du massacre de Marjayoun en fait porter la responsabilité par les deux côtés de la frontière
14 mars 2008 - 15h24 - Posté par Baron de Pontacarral

Cet article est la parfaite illustration de commentaires outranciers voire mensongers qui ne sont en rien la version authentique de l’affaire de Marjayoun !
En ce cas, comment peut-on accorder quelque crédit à l’auteur ?
C’est bien dommage car encore une fois la Vérité historique est bafouée.

Baron de Pontcarral



L’histoire indicible du massacre de Marjayoun en fait porter la responsabilité par les deux côtés de la frontière
27 mai 2010 - 01h33 - Posté par Laurent

Pour votre culture monsieur le baron, Robert Fisk est un journaliste Irlandais qui a vécu la guerre civile au Liban et peut être le plus grand spécialiste de la question libanaise. Quelle est votre vérité historique ?


L’histoire indicible du massacre de Marjayoun en fait porter la responsabilité par les deux côtés de la frontière
16 février 2011 - 21h10 - Posté par didil

Si je puis me permettre de répondre à la place de "monsieur le baron". Cet article passe sous silence le contexte violant de cette journée sanglante. Opération stratégique pour Israel que la prise de cette localité. Objectif "facile" a priori mais les troupes israeliennes vont tomber dans une embuscade et subir de lourdes pertes en chars et en hommes (au regard des pertes qu’ils subiront sur l’ensemble du conflit). Tout ceci ne ressemble en rien à une promenade de troupes d’occupation "mettant en scène une opération terrestre" et qui dérapent dans une violence gratuite incompréhensible. Voilà, renseignez-vous un peu.





MACRON ET LE TROU NOIR SANS REPIT
jeudi 25 - 23h05
de : Nemo3637
3 commentaires
Près de 70% des policiers d’une compagnie de CRS en arrêt de travail : « Certains sont proches du burn-out »
jeudi 25 - 20h59
de : jean 1
1 commentaire
La police française utiliserait des « armes de guerre » lors des manifestations !
jeudi 25 - 18h20
de : JO
Notre Dame : qui a allumé le feu ?
jeudi 25 - 15h58
de : Patrick Samba
2 commentaires
Des journalistes convoqués pour compromission du secret de la défense nationale
jeudi 25 - 12h49
de : Disclose, ARTE Info, Konbini, Mediapart
ARRESTATION DE GASPARD GLANZ LE 20 AVRIL 2019 À PARIS (ACTE 23 #GILETSJAUNES) (video)
jeudi 25 - 12h39
Le lanceur de balles de défense a été reconnu comme « arme de guerre » par la réglementation internationale.
jeudi 25 - 11h40
de : JO
Mélanie, gilet jaune amiénoise frappée violemment dans la nuque par un policier samedi à Paris (video)
jeudi 25 - 08h51
de : Vanessa Lamarre
2 commentaires
Conférence de presse à haut risque pour Macron
jeudi 25 - 08h24
de : Placide
1 commentaire
Ce qu’a déclaré Gaspard Glanz, repris par Pierrick Tillet, impressionnant de lucidité et de courage
mercredi 24 - 13h33
de : nazairien
1 commentaire
Grande fête du livre Paris samedi 27 avril 2019
mercredi 24 - 11h10
de : Frank
Nous sommes tous des débiles profonds
mardi 23 - 23h37
de : irae
Contre le travaillisme patronal
mardi 23 - 21h35
de : Christian DELARUE
2 commentaires
AP-HP : la grève cherche à s’étendre en l’absence de nouvelles propositions de la direction
mardi 23 - 19h44
de : Stéphane Ortega
Force et Honneur, pour le Journaliste Gaspard Glanz, toute sa détermination et sa volonté, dans le regard (vidéo)
mardi 23 - 14h39
de : nazairien
4 commentaires
Gal Tauzin, Permettez que je vous donne ici ma vision de votre révolte, que je considère comme très saine dans le fond.
mardi 23 - 12h50
de : nazairien
3 commentaires
« Ne vous suicidez pas ! Rejoignez-nous ! » : le slogan oublié par les géants du journalisme
mardi 23 - 08h06
de : Frédéric Lemaire, Henri Maler
1 commentaire
Toulouse : “Ne vous suicidez pas, rejoignez nous ! ” lance au mégaphone une Gilet jaune aux policiers (video)
mardi 23 - 07h55
de : Laurent Dubois
À Lyon, des gilets jaunes isérois ont chanté "Ne vous suicidez pas, rejoignez-nous" aux forces de l’ordre (video)
mardi 23 - 07h49
1 commentaire
Un oligarque, "ça ose tout" Carlos Ghosn aurait dépensé l’argent de Nissan dans des boutiques de luxe
lundi 22 - 20h29
de : nazairien
1 commentaire
Les Gilets Jaunes de France. « Nous ne lâcherons rien ». CQFD !
lundi 22 - 16h49
de : JO
Violences policières acte 23 : des scènes de guerre civile, des propos excessifs et un communiqué inopportun LA PEUR CHANGE DE CAMP" (vidéo)
lundi 22 - 13h29
de : Pierrick Tillet
7 commentaires
Nouvelle polémique suicides policier bel enfumage.
lundi 22 - 09h11
de : irae
3 commentaires
Acte 23 Gilets Jaunes samedi 20 avril 2019
lundi 22 - 08h35
de : jean 1
2 commentaires
Enquètes sur pratiques policières !
dimanche 21 - 16h54
de : JO
1 commentaire
LA RECOMPOSITION DES MONDES
dimanche 21 - 10h52
de : Ernest London
1 commentaire
Acte 23, forte mobilisation à Paris, Les Gilets jaunes chantent leurs carmagnoles
dimanche 21 - 10h06
de : nazairien
1 commentaire
Le gouvernement sous arrestation.
samedi 20 - 18h29
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Gilets Jaunes : Lavilliers vire casaque
samedi 20 - 12h22
de : Stafed
4 commentaires
Y-a-t-il eu fichage des « gilets jaunes » blessés lors des manifestations ?
samedi 20 - 08h15
de : François Béguin
Fortes restrictions du droit de manifester : Un Etat de droit en dérive !
samedi 20 - 07h03
de : Chrstian DELARUE
2 commentaires
« VIVRE L’ANARCHIE » film documentaire de Michel Mathurin
vendredi 19 - 22h31
de : Nemo3637
Grande action de désobéissance civile en cours à Paris (video)
vendredi 19 - 15h26
de : JO
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
vendredi 19 - 12h09
de : BERNARD DUPIN
NOTRE-DAME : OU VA LA GENEROSITE ?
vendredi 19 - 10h38
de : Nemo3637
5 commentaires
Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
6 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
1 commentaire
Gilets Jaunes : motion de soutien de la FIJ aux journalistes français
jeudi 18 - 08h25
de : FIJ
Un caillou dans sa chaussure / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 18 - 07h53
de : Hdm

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les hommes sont comme les plantes, qui ne croissent jamais heureusement, si elles ne sont bien cultivées. Montesquieu
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite