Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite, commenter l'article...

LA FRANCE À COUPS DE BÂTON : Alina Reyes soutient Bellaciao... Merci Alina

de : Alina Reyes
lundi 23 octobre 2006 - 20h08 - Signaler aux modérateurs
12 commentaires
JPEG - 20.7 ko

de Alina Reyes

Soutenez Bellaciao en signant ici

J’apprends que la mise en examen de Roberto Ferrario, considéré comme unique responsable du collectif Bellaciao !!??, pour avoir relayé, comme eût pu le faire n’importe quel site ou blog, un communiqué de presse de la CGT dans l’affaire des Chantiers Navals de St-Nazaire, est notifiée par le Juge d’instruction.

Cette mesure répressive, exemplaire d’une volonté de contrôle de la parole sur Internet, est symptomatique d’une très malsaine rigidification politique en France, telle que je la notais dans quelques articles parues dans la presse.

La France a un balai dans le dos, ce n’est pas nouveau. C’est la rigidité de notre tempérament et de nos institutions qui nous a obligés à attendre plus longtemps que beaucoup de nos voisins des droits aussi fondamentaux que le droit de vote pour les femmes, ou le droit à l’avortement.

Et qui nous fera sans doute attendre encore un bon moment avant de répondre à des demandes aussi diverses que la légalisation de l’euthanasie ou la dépénalisation du cannabis... Championne auto-déclarée des droits de l’homme et du citoyen, notre jacobine République me rappelle Mme Mesure, ma maîtresse de CP, qui faisait régner l’ordre dans sa classe à coups de règle en fer sur les doigts des enfants.

La France a un balais dans le dos, avec son triumvirat au sommet de l’Etat c’est tous les jours Guignol. Pan ! Pan ! Guignol c’est nous, le peuple d’en bas, et entre l’escroquerie intellectuelle, le mépris et la répression qui nous guettent à tous les coins de vie, ça nous en fait, des coups sur la tête ! Et hop !, encore un retour de bâton ! Il est prescrit d’interdire, voilà la mode ! Sans doute que les Français, extrêmement décriés chez leurs voisins, enferment quelques fous dans une maison, pour persuader que ceux qui sont dehors ne le sont pas , écrivait mon compatriote Montesquieu. Frères de lait des Anglais grâce à la bien libre et sensuelle Aliénor, Gascons ou Girondins, plus inspirés par la liberté que par la sacro-sainte “égalité” des Montagnards, n’ont pas été des adorateurs de ce démon séculaire et centralisateur qui érige une “France d’en haut” non seulement géographique et politique, mais aussi sociale et culturelle. Prôner la fraternité tout en pratiquant la vassalité n’est pas un paradoxe rare dans cette citadelle nationale où les échelles font défaut...

S’il entend aujourd’hui parler du projet de loi Perben, l’auteur de L’Esprit des lois doit se demander si l’on n’est pas en train d’oublier sa leçon : à savoir que la seule garantie des libertés publiques réside dans la séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire... Et que constateraient ses Persans, de retour chez nous trois siècles plus tard ? Eh bien, sans doute que les Français se considèrent encore volontiers comme des juges infaillibles, et sont toujours aussi entêtés de leur mode : c’est la règle avec laquelle ils jugent de tout ce qui se fait chez les autres nations : ce qui est étranger leur paraît toujours ridicule (...) Ils veulent bien s’assujettir aux lois d’une nation rivale, pourvu que les perruquiers français décident en législateurs sur la forme des perruques étrangères...

France bien-pensante, je n’ai pas envie qu’on m’interdise de m’habiller comme je veux où je veux, serait-ce en sac à pommes de terre ou en plumes de Quetzacoatl ! Je n’ai pas envie, parce que je porte des bottines à talons hauts et des collants noirs, d’être soupçonnée de racolage passif et contrôlée par des policiers armés jusqu’aux dents, comme ça m’est arrivé un dimanche après-midi devant le Sacré-Coeur, d’où j’admirais en compagnie de mes jeunes enfants la vue sur Paris - qui d’un coup me parut nettement moins belle...

France administrative, j’en assez de devoir te laisser entrer dans mon intimité chaque fois que j’espère un certificat d’hébergement pour accueillir quelques jours mes amis des pays du Sud en veine de tourisme ! J’en ai assez que tu puisses douter de mon existence, comme c’est arrivé très concrètement à mon fils aîné, alors étudiant : un jour qu’il se présentait en chair et en os devant un guichet de la CAF avec sa carte d’identité et son extrait d’acte de naissance, il se fit prier de revenir, sous prétexte que ce dernier document ne portant pas la mention “non décédé”, rien ne prouvait qu’il était bien vivant... Kafka ou Gogol auraient-ils inventé pareille scène ? Les joies de la bureaucratie ne sévissent pas qu’à l’est de l’Europe...

France sécuritaire, je n’ai pas envie que mes agissements soient soumis à la délation légale et anonyme, ni traités par une police toute-puissante ! Je n’ai pas envie d’être condamnée à la santé forcée par des autorités sanitaires qui de leur côté ne se reconnaissent jamais coupables (tout au plus responsables, quand les preuves sont trop flagrantes) de leurs bévues à grande échelle...

France généreuse, j’espère bien que, comme tu l’as fait pour moi en me donnant la possibilité d’entrer à la fac sans mon bac, moi qui étais un de ces nombreux enfants abandonnés de la société, tu vas t’atteler à la réparation de l’ascenseur social, et avec un meilleur terme que “discrimination positive”, faire preuve du désir de la République de respecter et promouvoir la Liberté, l’Egalité et la Fraternité... Faire vivre les mots, sortir de la langue de bois qui nous assomme aussi, c’est bien une question de désir... Savoir retrouver cette culture du désir éminemment française serait sans doute la meilleure façon de repousser les diverses tentations obscurantistes qui minent notre société, et qu’une politique de coups de bâton, très logiquement ne fait que renforcer.

http://www.alinareyes.com/


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
> LA FRANCE À COUPS DE BÂTON : Alina Reyes soutient Bellaciao... Merci Alina
23 octobre 2006 - 20h28

Eh ben, elle décoiffe, Alina ! C’est du concentré plein de vitamines !

La mise en examen de Roberto est un scandale judiciaire et un déni de démocratie.

Il faut se préparer à mettre la main à la poche en cas de forte amende !

Espérons qu’ils n’aillent pas plus loin !

JMH



> LA FRANCE À COUPS DE BÂTON : Alina Reyes soutient Bellaciao... Merci Alina
24 octobre 2006 - 08h44

Voilà de quoi réveiller les plus apathiques !

MERCI ALINA.

Je rejoins la conclusion de JMH.

Tiens-nous au courant Roberto .

Solidairement votre,

Esteban



> LA FRANCE À COUPS DE BÂTON : Alina Reyes soutient Bellaciao... Merci Alina
24 octobre 2006 - 10h56 - Posté par

Merci Alina pour cet article et cette prise de position.

Soutien à Bellaciao

Depuis quelques temps, divers webzines alternatifs subissent des attaques bien ciblées. Soit leurs sites sont hackés, soit ils sont pollués par des messages dans des forums modérés à-posteriori, des messages qui cherchent à discréditer le site même.

A se demander quels sont ces soldats anonymes qui se cachent derrière ces manipulations grossières ?

Aujourd’hui, Roberto de Bellaciao est mis en examen

1- Que veut dire la mise en examen ?

Selon Wikipédia

En France, la mise en examen est une compétence exclusive du juge d’instruction. Elle vise la personne contre laquelle il existe des indices graves ou concordants rendant vraisemblable qu’elle ait pu participer, comme auteur ou complice, à la commission d’une infraction (article 80-1 du Code de procédure pénale[1]). Si tel n’est pas le cas de la personne mise en examen, il peut être placé sous le statut de témoin assisté ou témoin.

Procédure

Avant la mise en examen, il faut que la personne visée comparaisse en présence de son avocat lors d’une première comparution, ou en tant que témoin assisté, de manière à ce qu’il ait été entendu ou, en tout cas, mis en état de le faire. La convocation peut parvenir à la personne soit par lettre recommandée, soit par le biais d’un officier de police judiciaire (OPJ). Le délai entre la convocation et la comparution ne peut être compris qu’entre dix jours et un mois. En outre, la lettre doit spécifier que la mise en examen ne pourra intervenir qu’après la comparution.
A l’issue de la première comparution, le juge peut décider de ne pas mettre en examen, mais seulement de faire bénéficier la personne visée du statut de témoin assisté.

Une fois la mise en examen décidée :
le mis en examen doit être informé de
ses droits par le juge d’instruction si cela n’a pas été fait auparavant
l’avocat du mis en examen doit pouvoir accéder au dossier de son client et communiquer librement avec lui
le mis en examen ne peut être interrogé ou mis en confrontation, sans avoir pris contact avec son avocat et organisé sa défense, sauf cas particulier comme le risque de disparition d’un témoin.

Les garanties du mis en examen

Certaine garanties sont données au mis en examen :
il ne peut être interrogé que par un magistrat,
ses déclarations ne sont pas faites sous serment, il est donc autorisé à mentir durant les interrogatoires,
il peut saisir le juge d’instruction pour faire procéder à son interrogatoire, à l’audition d’un témoin, à une confrontation, à la production d’une pièce utile à l’information, à un examen médical, ... par écrit motivé. En cas de refus, le juge doit émettre une ordonnance motivée, dans un délai d’un mois et celle-ci est susceptible d’appel,
il peut demander à être entendu par le juge s’il ne l’a pas été durant une période excédant 4 mois, le juge étant forcé de l’entendre dans un délai de 30 jours suivant réception de cette demande,
si le délai prévisible de l’instruction est inférieur à 1 an (18 mois en matière criminelle), le juge doit en informer le mis en examen, afin qu’il puisse demander la clôture de la procédure à l’expiration de celui-ci. Il est à noter que la demande de clôture peut aussi avoir lieu si aucun acte d’instruction n’a été accompli pendant un délai de plus de 4 mois. Le juge doit répondre dans un mois, si cette réponse n’arrive pas, le mis en examen peut saisir le président de la chambre de l’instruction qui, quant à lui, saisit s’il le juge nécessaire la chambre de l’instruction, s’il ne le juge pas nécessaire, il renvoie le dossier au juge d’instruction afin que celui-ci poursuive son instruction. En cas de saisie de celle-ci, une décision est prise qui peut être soit :
le renvoi devant la juridiction de jugement ou la mise en accusation devant la cour d’assises,
clôturer l’instruction,
renvoyer le dossier au juge d’instruction en charge du dossier ou à un autre afin que celui-ci poursuive l’instruction.

Condition de durée

La durée de l’instruction, donc de la mise en examen, ne peut excéder un délai raisonnable, celui-ci est évalué en fonction de la gravité des faits reprochés et de la peine encourue, ainsi que de la complexité des investigations. La durée maximale est de 2 ans, mais le juge d’instruction peut la prolonger de six mois en six mois par une ordonnance motivée.

Référence

1.↑ (fr) Article 80-1 du Code de procédure pénale

Voilà pour la face visible juridique.

La vraie question est de comprendre pourquoi le site Bellaciao est attaqué sous un prétexte fallacieux, avec autant de zèle ?

Franca Maï


> LA FRANCE À COUPS DE BÂTON : Alina Reyes soutient Bellaciao... Merci Alina
24 octobre 2006 - 12h33 - Posté par
> LA FRANCE À COUPS DE BÂTON : Alina Reyes soutient Bellaciao... Merci Alina
24 octobre 2006 - 12h50 - Posté par

"La France a un balai dans le dos".

Pas dans le dos, le balais.
Ailleurs.
Et bien planté !

Les pleutres des Chantiers n’ont pas les attributs pour s’attaquer aux grossiums qui pareillement dénoncèrent leurs méthodes crapuleuses.
Alors ils se rabattent sur le Roberto de service, avec un plan à la mords-moi le Mao style "frapper un pour en éduquer cent".
Grossière erreur de calcul !
Roberto a bien plus que 4000 signatures et ses amis pour le soutenir : il a sa bonne foi, son civisme et notre détemination à tous !

Brunz


> LA FRANCE À COUPS DE BÂTON : Alina Reyes soutient Bellaciao... Merci Alina
24 octobre 2006 - 17h14 - Posté par

Et le balais n’est pas qu’à droite !!

Et qui nous fera sans doute attendre encore un bon moment avant de répondre à des demandes aussi diverses que la légalisation de l’euthanasie ou la dépénalisation du cannabis...

merci d’en parler.

Total soutien à Roberto ! va falloir aller manifester devant les tribunaux comme pour les faucheurs volontaires !

Francesca


> LA FRANCE À COUPS DE BÂTON : Alina Reyes soutient Bellaciao... Merci Alina
24 octobre 2006 - 19h35 - Posté par

Oui, Esteban,

Il faudrait que Roberto nous tienne au courant des frais d’avocat et compagnie de façon à ce que chacun, selon ses moyens, puisse contribuer.

Mon éloignement géographique ne me permettra pas de manifester mais l’idée de Francesca est très bonne et je serai avec vous par la pensée.

Alors, pas de pudeur, Roberto. Annonce !

Amicalement

JMH


> LA FRANCE À COUPS DE BÂTON : Alina Reyes soutient Bellaciao... Merci Alina
25 octobre 2006 - 01h17

Merci pour cet engagement.. s’engager est une marque de respect et de combat, avec des phrases qui ont un vrai sens, et pas caché.
No pasaran.... mais ça fait un bout de temps qu’on le clame... 2 pas en avant et 3 pas en arriere... Esperemos siempre



> LA FRANCE À COUPS DE BÂTON : Alina Reyes soutient Bellaciao... Merci Alina
25 octobre 2006 - 07h48 - Posté par

Bonjour,

bien que parfois je sois en désaccord avec votre site, je trouve que la France devient en pays tout à fait fasciste en poursuivant un site web d’infos qui ne fait que reproduire un communiqué de la CGT : le ministre de la Culture n’avait-il pas déclaré il y a peu que seuls les "journalistes professionnels" devraient avoir le droit de publier de l’info sur le web, parce qu’il fallait une information vérifiée, etc... ? On se croirait en Corée du Nord ! Ou en Chine, ou en Iran, etc...
Bref, que des exemples que nos politiques suivent pour de sordides intérêts commerciaux (Renault va construire une énorme usine en Iran, ce qui explique les déclarations lamentable d’un certain ministre en plein conflit Hezbollah pro-iranien/Israël...).
Les français ont en effet un balai, mais dans le bas du dos, et ça fait déjà un bon moment...Le pire étant que nombreux sont ceux qui en re-veulent, de ce balai !
Une chose à déterminer : parmis tous les sites web qui ont publié ce communiqué, *qui* n’a pas été poursuivi ?
Bon courage, parce que l’Etat sait s’acharner contre les faibles et les individus avec une rare brutalité : il y a quand même eu des morts dans l’affaire Outreau (un suicide en prison d’un détenu et la mère très âgée d’un autre détenu qui s’est laissée mourrir de désespoir...)
C’est un procès politique et stalinien. Là dessus, aucun doute : la France a de l’expérience !


> LA FRANCE À COUPS DE BÂTON : Alina Reyes soutient Bellaciao... Merci Alina
27 octobre 2006 - 15h06

Bravo Alina Reyes
je ne connaissais ni Bellaciao ni rien de l’affaire
Mais nous sommes frères (et sœurs, pas de sexisme) de révolte
Amitiés à tous et plein soutien !



Soutien à Bellaciao
28 octobre 2006 - 11h40 - Posté par

"Summum jus, summa injuria" : "Comble de justice, comble d’injustice" (Pascal)

Ceux qui -à tort ou à raison sur le fond- ambitionnaient de sauver leur honneur en attaquant Roberto ont été très mal inspirés : ils se font dans les faits une terrible contrepublicité, donnent d’eux-mêmes une terrible image. Ils semblent prouver moralement le contraire de ce qu’ils veulent démontrer.

Tout ce différend eût dû être réglé par un simple droit de réponse de la partie plaignante posté sur Bellaciao.

Quel que puisse être l’épilogue bientôt de cette affaire, et même si solidairement nous avons, sait-on jamais, commis quelque erreur d’imprudence peut-être, il n’en reste pas moins qu’on devra reconnaître de Bellaciao et de Roberto qu’ils sont mus d’abord par une juste cause.

Soutien donc à Roberto.

Alain à l’Ocséna.


LA FRANCE À COUPS DE BÂTON : Alina Reyes soutient Bellaciao... Merci Alina
14 avril 2008 - 10h15 - Posté par Ptérodactyle

Je tiens à remercier Alina REYES pour tout ! Ses opinions qui correspondent aux miennes Ses livres qui font rêver, Son art de la langue françaisesi bafoué actuellement ! J’aime TOUI !

mmmmmmerci !!!!

Ptérodactyle







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

17869 (test 13 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite