Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Un millionnaire vert et presque rouge.
de : mncds
jeudi 8 février 2007 - 12h12 - Signaler aux modérateurs

Un millionnaire au secours des forêts chiliennes

Une forêt est menacée ? Achetez-la ! C’est ce qu’a fait le millionnaire Doug Tompkins pour éviter le pillage d’une forêt pluviale au Chili... pour en restituer ensuite une grande partie à l’État chilien. A la condition qu’il s’engage à en faire un sanctuaire naturel. Enquête de Nicola Graydon I1 a fallu plusieurs heures de vol, deux voyages en bateau, une longue journée en voiture sur une route cabossée, et enfin une excursion en tracteur pour rejoindre Doug Tompkins, un homme d’affaires multimillionnaire reconverti dans l’écologie. Dans l’arrière-pays spectaculaire du sud du Chili, Tompkins, âgé de 62 ans, fondateur de multinationales de l’habillement comme Esprit et North Face, est devenu le gardien d’un autre empire : « Pumalin », la réserve naturelle privée la plus vaste du monde. Pumalin, « terre des pumas », s’étend du Golfe de Corcovado du Pacifique Sud à la frontière andéenne avec l’Argentine, un univers sauvage époustouflant de 320 000 hectares, [soit presque cinq fois la taille du parc national du Mercantour, NDT]. Quelque 70 de la superficie du parc sont constitués d’une forêt pluviale tempérée, qui, sans Tompkins, aurait été déboisée. En août 2005, ce monde sauvage intact avec ses volcans, ses fjords et ses forêts pluviales tempérées, l’une des dernières sur la planète, a été déclaré sanctuaire naturel par le Chili. Pour Tompkins, il s’agit d’un aboutissement triomphal après une décennie de luttes difficiles pour la création d’un nouveau type de partenariat avec le Chili. Aux extrémités du parc, on compte huit fermes en agriculture biologique.

De la multinationale à l’écologie profonde On a traité Tompkins d’arrogant, de fondamentaliste, d’excentrique, d’obsessionnel. Or c’est une personne discrète, calme, mais on sent une volonté laissant peu de doutes sur sa capacité à bâtir deux multinationales... ou à sauver des forêts. Tompkins a toujours aimé la nature, la marche en montagne, même lorsqu’il était encore à la tête de ses multinationales. Il songeait depuis plusieurs années déjà à s’échapper du monde de affaires lorsqu’il lut Deep ecology : living as if life mattered d’Arne Naess au milieu des années 1980, qui faisait la différence entre l’écologie profonde (Deep ecology) et l’écologie superficielle (Shallow ecology). Tompkins se sentait plutôt du côté de l’écologie profonde. « C’est la première fois que je me rendais compte qu’il existait deux visions du mode opposées : le monde industriel et technologique et le monde écologique. » Il s’immergea dans des livres sur l’écologie, se mit à soutenir des mouvements écologistes et s’aperçut que ses affaires faisaient partie du problème...

Ses convictions nouvelles créèrent un désaccord avec sa première femme, de laquelle il se sépara. En 1989, il vendit ses parts à son ex-femme pour 150 millions de dollars qu’il réinvestit dans deux fondations : la Foundation for deep ecology qui a accordé 70 millions dollars à des associations écologistes dans le monde entier et le Conservation Land Trust qui a pour objectif d’acheter des terres pour les protéger.

Personne ne remarqua le millionnaire américain quand il se mit à acheter des terres au Chili au début des années 1990. Ce fut seulement en 1994, lorsqu’il acheta en une fois 180 000 hectares d’un seul tenant à une firme du Panama, que cela suscita des remous. Il avait eu l’audace de soustraire aux développeurs de tous poils un vaste territoire et fut alors accusé d’intentions hostiles au Chili, comme vouloir creuser un tunnel sous les Andes, créer un Etat juif (Tompkins n’est pas juif !), remplacer les vaches par du bison, accaparer le monopole du granit. Comme ses terres coupaient le pays en deux, les militaires s’en mêlèrent. Des jets de l’armée se mirent à raser sa propriété et une campagne de diffamation fut orchestrée par les médias. Tompkins avait le tort d’être blanc, riche et américain. Les Chiliens, qui sortaient d’une dictature soutenue par la CIA, restaient très soupçonneux envers quelqu’un qui se mettait à acheter des terres. D’autant plus que Tompkins s’était opposé à la salmoniculture financée par l’Etat qui ravageait le sud et qui était présenté comme la success story employant 20 000 personnes. « On s’est fait beaucoup d’ennemis, reconnaît Tompkins, comme le responsable local d’un élevage de poissons, un ancien garde du corps de Pinochet. »

Les obstacles au projet de sanctuaire naturel Tompkins voulait que Pumalin ait un statut de sanctuaire. Le président du Chili Eduardo Frei déclara qu’il « ne laisserait pas le développement être freiné par le souci de l’environnement ». Le ministre de la Propriété nationale stigmatisa le projet comme issu d’une mainmise étrangère et le ministre de la Sécurité argua que le parc représentait une menace pour la sécurité nationale car il coupait le pays en deux. Tompkins avait commencé par ignorer les attaques mais s’est rendu compte qu’à force de les répéter elles commençaient à gagner du terrain dans l’opinion. Tompkins passa à l’offensive : il organisa une conférence de presse et fit passer un spot publicitaire sur la télé chilienne, expliquant sa vision de Pumalin comme un havre pour la vie sauvage et la biodiversité, un endroit où les Chiliens pourraient profiter de leur patrimoine naturel. Il invita ministres, journalistes et industriels à venir sur place se faire une opinion.

L’un de ceux qui changea d’avis fut Ricardo Largos, alors ministre des Travaux publics. Tompkins : « J’ai du concéder une autoroute « panoramique » pour contrer l’accusation selon laquelle je voulais couper la seule route côtière de Patagonie. Mais ce ministre nous aida à faire contrepoids dans le gouvernement Frei ». Largos devint le président socialiste du Chili en 2000, ce qui facilita le projet de Tompkins qui est maintenant reconnu pour son action positive au Chili. D’autres, comme un ancien candidat à la présidentielle Sabastian Pinera, lui emboîtent le pas et achètent des terres pour en faire des sanctuaires.

Pumalin n’est qu’un début. En 2002, la Conservation Land Trust de Tompkins rendit 90 000 ha au Chili pour la création d’un parc national de 260 000 ha, comprenant 82 lacs. La fondation de Kris, sa deuxième femme, Conservacion Patagonica, a créé le premier parc national côtier en Argentine. Elle a acheté en 2004 l’un des plus vastes ranchs du Chili où le cerf andain, emblème national du Chili, alors proche de l’extinction, revoit aujourd’hui l’espoir d’une renaissance. Les Tompkins ne se targuent pas d’être des pionniers en matière de conservation, mais notent que les grands parcs nationaux ont été créés aux Etats-Unis par des mécènes privés. « C’est une des rares choses que ce pays a fait de bien, il a, le premier, créé des parcs nationaux, il y a 130 ans. A l’époque, c’était révolutionnaire ! » Mais Tompkins reconnaît qu’il est l’avant-garde d’un mouvement nouveau et encourageant : l’achat de terres sauvages comme moyen de préserver la nature. The Nature Conservancy et Conservation international ont acheté plusieurs « points chauds » de biodiversité menacée dans le monde. Ce genre de philanthropie est un moyen rapide pour protéger les écosystèmes menacés, mais cela ne veut pas dire que l’action politique soit inutile. Sa fondation Deep ecology a aidé de groupes éclectiques, des associations locales contre la mondialisation, d’autres pour la protection de la vie marine et des prairies...

Des fermes écologiques dans le parc. Mais revenons à Pumalin. Des petites cabines de Hobbits pour les visiteurs faites de bois local à l’entrée de Caleta Gonzales sont le seul logement du parc. A proximité, un restaurant sert des produits issus des fermes biologiques du parc. Le silence est brisé par les oiseaux et les chutes d’eau lorsqu’on entre dans la forêt pluviale, douce et fraîche, contrairement aux forêts tropicales. Les troncs sont couverts de fougères de mousses et de lichen. Lalerce, Fitzroya cupressoides, peut pousser jusqu’à 40 mètres de haut et vivre plus de 3 000 ans. Ces arbres ont été décimés. Pumalin contient 35 des forêts d’alerce du Chili.

Les fermes en bio qui entourent Pumalin sont pour Tompkins presque aussi importantes que la forêt. Pour l’heure elles sont soutenues financièrement, mais il espère qu’elles seront bientôt autonomes. Elles sont des modèles d’une agriculture durable et ne sont pas des fermes « de loisir ». « S’il faut perdre de l’argent sur une certaine durée, nous le ferons. Mais dans l’intervalle, nous reconstruisons les sols, nous apprenons, et l’autosuffisance sera possible entre 5 ans et 15 ans. » En 2000, les ruches ont produit 30 tonnes de miel. Tompkins espère aussi bientôt pouvoir se débarrasser de ses tracteurs et les remplacer par des chevaux. « Ils reviennent en Europe, il y a là-bas 3 500 associations sur le cheval de trait. Les gens pensent que je suis fou, mais attendez de voir le pétrole à 100 $ le baril et on verra... »

Même si la désignation de Pumalin comme sanctuaire naturel indique la fin des hostilités, Tompkins reste pragmatique quant à l’avenir : « Je contrôle l’avenir proche, mais je ne peux protéger le parc des révolutions, de la pollution, de la crise climatique, des pluies acides... » Tompkins espère que d’autres personnes fortunées emboîteront le pas : il a tenté de persuader les propriétaires voisins comme les Benetton et Ted Turner qui ont de vastes ranchs en Argentine de se mettre à protéger les lieux. Il s’est exprimé publiquement sur la différence que cela ferait si Bill Gates consacrait d’abord sa fortune à acheter des terres plutôt qu’à l’éducation ou la pauvreté, qu’il considère comme des diversions face à la vitale et urgente nécessité pour l’humanité... de sauver la planète. ∎

Nicola Graydon est journaliste et contribue régulièrement à The Ecologist. -/ L’ÉCOLOGISTE N°19 - Fol. 7 N’2 - JUIN - JUILLET - AOUT 2006 17



Imprimer cet article





3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
1 commentaire
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La folie est de toujours se comporter de la même manière et de s'attendre à un résultat différent. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite