Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES DE BOUSHRA
de : GIDEON LEVY
mardi 15 mai 2007 - 10h26 - Signaler aux modérateurs
8 commentaires
JPEG - 23.2 ko

de GIDEON LEVY

"Du sang sur les mains : les empreintes pourpres de deux mains tachent le mur blanc. Le sol en céramique étincelante dans les tons bruns, les murs peints en blanc et dans des tons pastel doux : leur nouvelle maison, après la destruction par l’armée israélienne de leurs deux maisons précédentes. Les empreintes de mains couvertes de sang demeurent tel un témoignage muet sur le mur de la cage d’escalier intérieure qui conduit au deuxième étage de la maison.

C’est ici que se trouvait Rouqiya quand, terrorisée, elle a frappé le mur de ses mains couvertes du sang de sa fille, criant son désespoir et appelant les voisins à l’aide. Elle frappait, frappait, laissant les empreintes de ses mains, tandis qu’au dehors, les jeeps se tenaient en file, semant la terreur, que des tireurs d’élite étaient postés sur le toit de l’immeuble à étages dans la descente de la rue et que dans l’autre pièce, Boushra gisait, morte, dans une mare de sang qui allait s’élargissant, un trou au milieu du front.

Le sang a coulé sur le cahier de grammaire, le trempant complètement. Le stylo vert était lui aussi couvert de sang. Il est encore là, entre ces parchemins de sang. Le cahier de grammaire de Boushra Bargis (Al-Wahash), la matière scolaire d’une jeune fille qui se préparait à son examen de fin d’études.

Entre les pages du cahier devenu une espèce de livre souvenir, on a déposé la photo de la morte : sourire contracté, yeux mi-clos et un petit trou dans le front. Boushra, 17 ans, a été tuée par la balle du tireur d’élite, une balle au milieu du front, alors que la jeune fille allait et venait dans sa chambre, le cahier de grammaire dans les mains, révisant la matière de l’examen du lendemain. Un coup dans le mille. Les lampes étaient allumées dans la pièce.

Divertissement de sniper ? Une unique balle au milieu du front d’une adolescente et deux balles dans la porte du réfrigérateur « Amcor XL », dans la nouvelle cuisine située dans le prolongement de la chambre de Boushra, l’endroit où se cachaient les femmes de la maison : Rouqiya, sa fille Souqeina âgée de 23 ans et sa petite-fille, Darine, 3 ans. Deux femmes, une adolescente et une toute petite fille, dans une maison où les soldats disaien que se cachait un homme recherché, Abed Al-Rahman Al-Wahash, le frère de Boushra. Dans un contraste atroce avec la version de l’armée israélienne, tous les témoins visuels rapportent que l’appel à sortir de la maison n’est venu qu’après que le sniper eût assassiné Boushra de sang froid. La logique conduit elle aussi à penser qu’il en a été ainsi : aucune adolescente n’aurait continué à étudier alors que les soldats appelaient d’en bas à évacuer la maison. Trois balles de sniper, tirées d’une distance de 150 mètres environ, ont coupé net la préparation de Boushra à son dernier examen.

« Avanti popolo », au checkpoint de Jénine. Deux soldats de l’armée israélienne, des policiers militaires, parlent arabe entre eux, en marchant de long en large, désœuvrés. Une voiture de location fait irruption au checkpoint et il en sort un vieux touriste britannique. « Est-ce qu’il faut attendre ici ? », demande-t-il surpris, convaincu qu’il s’agit de l’accès à une route à péage. « Allez où ? », demande le premier sergent Hikmat dans un anglais approximatif. « Jérusalem », répond le touriste qui s’empresse de sortir de la boîte à gants de la voiture, en guise de preuve, une carte routière qu’il a reçue de la société de location. Le Britannique montre avec assurance le chemin le plus court jusqu’à la capitale, en passant par Jénine, évidemment. La Ligne Verte est morte sur les nouvelles cartes des sociétés de location et le Britannique ne sait à quel saint se vouer.

Un taxi jaune de Jénine nous conduit rapidement à l’intérieur du camp de réfugiés. Son chauffeur est ébahi de l’identité de ses passagers juifs. Le seul hôpital de la ville est encore fermé du fait de la grève des travailleurs qui ne reçoivent pas leur salaire. La nouvelle route du camp rénové est déjà semée de trous.

L’armée israélienne entre maintenant toutes les nuits dans le camp, semant la terreur dans le cœur de ses habitants et en particulier dans le cœur des enfants. Au début, il n’y avait pas de résistance et les soldats faisaient sortir dans le froid, chaque nuit, des dizaines d’hommes à moitié nus. Ces dernières semaines, les jeunes gens armés du camp ont décidé de ne plus rester passifs et ils ont commencé à accueillir les jeeps avec des charges explosives bricolées à partir de bonbonnes de gaz qu’ils déposent en bordure de chemin, au cœur du camp. Boum après boum, le bruit des explosions et des tirs, les nuits ici sont maintenant des nuits de cauchemars, des nuits blanches, avec des enfants qui mouillent leur lit et des parents impuissants qui tremblent pour eux.

Il y a deux semaines, le samedi soir, cela a aussi été une nuit agitée de ce genre-là. Dans l’après-midi, des soldats de l’armée israélienne avaient tué trois hommes armés dans la ville, et les esprits étaient démontés. Dans sa chambre du deuxième étage de la maison rénovée située près de la mosquée du camp, Boushra préparait son examen final de langue. Elle était orpheline de son père, décédé il y a huit ans des suites d’une maladie. Un de ses frères, Abdallah, a été condamné il y a cinq ans à 23 ans de prison en Israël pour atteintes à la sécurité ; un autre de ses frères, Abed El-Aziz, vient d’être libéré au terme de deux années de détention administrative sans procès : des soldats étaient venus chercher le troisième frère Abed El-Rahma, un militant du Jihad islamique recherché depuis deux ans pour son activité au sein du mouvement, et ils avaient arrêté Abed El-Aziz à sa place.

Pendant des années, Boushra a été la seule de la famille à être autorisée à aller voir Abdallah en prison. La mère, qui a l’expérience de la souffrance, n’a été autorisée à rendre visite à son fils que six fois en cinq ans. Depuis que Boushra a été tuée, Israël n’a même pas laissé Abdallah parler au téléphone avec sa mère en deuil. Il est détenu dans la prison d’Ashkelon, est bien sûr au courant de l’assassinat de sa sœur et ne peut pas réconforter sa mère. Abdallah a été arrêté en novembre 2002, le jour où l’armée israélienne a tué un employé de l’UNRWA dans le camp, le Britannique Ian Hook. Il y a quatre mois, sa sœur lui a rendu visite pour la dernière fois.

L’examen terminal en histoire s’était tenu samedi matin, et Boushra s’était ensuite rendue dans son ancienne école fondamentale qui organisait une « journée portes ouvertes », avec spectacles et buffet. Quelques jours plus tôt, Boushra avait reçu un prix pour sa plus grande distinction dans ses études : une horloge en forme de château coloré, avec une tourelle et des fleurs à l’avant. L’horloge est arrêtée.

Dans l’après-midi, elle était rentrée à la maison, elle avait mangé et avait commencé à préparer l’examen de langue, fixé au lendemain. Le samedi précédent, elle s’était encore accordé de partir en excursion avec quelques camarades de classe. La photo est là, qui sera donc la dernière photo de Boushra vivante : quatre jeunes filles portant leur uniforme à rayures, la tête couverte d’un foulard, s’appuyant doucement les unes contre les autres, inondant l’appareil photo de sourires hésitants, avec à l’arrière-plan le site touristique de Wadi Al-Badin, sur la route de Naplouse. Les rayons du soleil percent à travers les arbres. Aucune de ces jeunes filles ne savait que cette photo deviendrait, une semaine plus tard exactement, une photo commémorative. Boushra voulait devenir avocate.

Dans l’après-midi, elle avait demandé à son frère de lui acheter des stylos, pour ne pas tomber en panne le lendemain, à l’examen. Abed El-Aziz lui en a acheté cinq à bon marché, dont celui resté fiché entre les pages du cahier ensanglanté. Ensuite mère et fille ont dit la prière du soir et de la nuit, et entre les deux prières, Boushra a continué de réviser sa matière.

Elle avait l’habitude d’étudier en marchant. Mémorisant tout en marchant de long en large. Aux alentours de neuf heures du soir, on a entendu du bruit venant de la rue et la mère s’est empressée d’aller ouvrir la fenêtre : tous feux éteints, une longue file de jeeps approchait de la maison qui se trouve à la limite du camp.

Boushra est tout de suite allée chercher sa petite nièce Darine qui dormait sur un matelas placé sous une fenêtre pour l’amener dans la cuisine située à l’arrière de l’appartement et l’éloigner de la tempête qui s’annonçait. Puis elle est retournée dans sa chambre et a continué à étudier, face à la fenêtre ouverte. Les autres femmes de la maisonnée se pelotonnaient dans la cuisine. Les soldats n’ont pas donné l’ordre de sortir de la maison et les femmes étaient convaincues que les soldats avaient surgi à cause des troubles qui avaient eu lieu dans la ville, au cours de cette journée tumultueuse et meurtrière.

Alors que les femmes se serraient dans la cuisine et que Darine dormait par terre, elles ont entendu un bruit étrange. Elles ont été sidérées de découvrir deux balles fichées dans la porte du réfrigérateur. Rappelons-le : la cuisine se trouve à l’arrière de l’appartement, au deuxième étage, et pareil tir ne pouvait partir que de la maison située en droite ligne avec la cuisine, dans la pente de la route de sortie du camp, à environ 150 mètres. Déjà dans le passé, des soldats et des tireurs d’élite s’étaient cachés dans cette maison-là.

A la vue des deux balles fichées dans le réfrigérateur, Rouqiya a immédiatement appelé sa fille qui étudiait dans la chambre voisine. Ne recevant pas de réponse, la mère a couru vers la chambre : Boushra était étendue par terre, sur le dos, dans une mare de sang qui se formait sous sa nuque, un trou dans le front et son cahier à la main. Elle était étendue loin de la fenêtre, au milieu de la chambre. Il n’est pas nécessaire d’être un expert en balistique pour se convaincre que ces balles ne peuvent avoir été tirées depuis les jeeps stationnées au pied de la maison.

Rouqiya savait que sa fille était morte. Elle s’est mise à appeler à l’aide et à frapper le mur de la cage d’escalier, puis elle est montée sur le toit de la maison d’où elle a encore appelé à l’aide. Après que ses cris se soient fait entendre, et seulement après que ses cris se soient fait entendre - selon ce que disent les femmes de la maison ainsi que G. Z., un témoin particulièrement fiable selon nous et qui se trouvait chez les voisins - c’est seulement alors qu’on a entendu, par haut-parleur, les soldats sommer les femmes de sortir de la maison.

C’est là un point central, parce que l’armée israélienne a déclaré le lendemain que les femmes avaient été appelées à sortir et que Boushra était restée seule dans la maison en dépit des appels.

Elles sont sorties dans la rue, sur l’ordre des soldats (dont aucun n’osait sortir des jeeps stationnées au pied de la maison), laissant derrière elles, dans sa chambre, Boushra ensanglantée et déjà morte. « Vous avez tué ma fille », criait Rouqiya aux soldats, en frappant de toutes ses forces sur le côté des véhicules blindés. Mais nul n’en est sorti. Elle a dit aux soldats que la porte de la maison était ouverte et qu’ils pouvaient entrer, chercher l’homme recherché ou voir le corps de sa fille morte, mais nul n’est entré dans la maison.

« Pourquoi ne sont-ils pas entrés dans la maison ? Pourquoi ne nous ont-ils pas dit tout de suite de sortir ? S’ils nous avaient appelées plus tôt, nous serions sorties immédiatement », dit Rouqiya. Les soldats ont ordonné à Rouqiya de montrer sa carte d’identité, mais elle dit avoir refusé. Elle a seulement supplié de pouvoir, ainsi que sa fille, retourner auprès de Boushra, mais elle dit que les soldats ne les y ont pas autorisées.

Une demi-heure plus tard environ, une ambulance palestinienne est arrivée ; les infirmiers sont entrés dans la maison et ont descendu Boushra sur un matelas jusqu’au seuil de la maison. Dehors se tenaient sa mère, sa sœur et sa nièce, tremblant de tout leur corps. Elles disent être restées comme ça environ une heure, peut-être plus. Le corps étendu sur un matelas, à l’entrée de la maison, et elles qui se tenaient là, agitées, pieds nus dans la rue, avec la petite Darine terrifiée, blottie dans les bras de sa mère, et les mains de Rouqiya encore couverte du sang de sa fille, tandis que les soldats demeuraient à l’intérieur des jeeps. Puis tout à coup, les soldats ont lancé des grenades fumigènes et sont partis comme ils étaient venus, laissant les femmes de la famille avec le corps.

Réaction du porte parole de l’armée israélienne : « Le 21 avril, au cours d’une opération d’une unité de l’armée israélienne qui se déplaçait à proximité du camp de réfugiés de Jénine, plusieurs charges explosives ont été lancées contre elle et elle a également essuyé des tirs à plusieurs reprises. L’unité a riposté en direction de l’origine des tirs. L’enquête a montré que l’unité avait repéré avec certitude que l’on avait tiré à plusieurs reprises depuis une fenêtre d’un bâtiment. A la fenêtre voisine, a été repérée une silhouette tenant une arme et un tir a été effectué dans sa direction. Après l’opération, une information est parvenue au QG de coordination et de liaison, selon laquelle une jeune Palestinienne avait été tuée. »

Le tapis imbibé de sang a été roulé, monté sur le toit de la maison et déposé à côté de l’antenne satellite. La maison d’où il semble que le tireur d’élite ait tiré et tué Boushra est visible en face. Une photo d’Abdallah, le prisonnier, est accrochée au mur de la chambre où sa sœur a été tuée. On y joindra maintenant, juste à côté, sa photo à elle. Dans un cadre repose une très grande photo de Boushra, l’adolescente qui ne s’est pas rendue, dimanche, à son examen de fin d’études.

Haaretz, 4 mai 2007

www.haaretz.co.il/hasite/pag...

Version anglaise : Bushra’s final exam -

www.haaretz.com/hasen/spages...

Traduction de l’hébreu : Michel Ghys



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
L’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES DE BOUSHRA
15 mai 2007 - 13h32

quelle courageuse armée que Tsahal !! se defendre contre des enfants et des femmes armes
jusqu’aux dents.
ghalem



L’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES DE BOUSHRA
15 mai 2007 - 14h06

Et dire que dans quelques jours un de ces soldat d’israel sera peut-être un ministre de la France grâce à Sarkozy.



L’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES DE BOUSHRA
15 mai 2007 - 15h03 - Posté par

Quelle bête immonde faut-il être pour dézinguer de la sorte une gamine ?

Brunz


L’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES DE BOUSHRA
15 mai 2007 - 15h16

Qu’ils font pitié ces êtres, parce qu’on ne peut pas être un homme quand on a une arme à la main. On est la seule espèce animale qui tue ses congénères. On a un cerveau, on se demande bien pourquoi.j



L’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES DE BOUSHRA
15 mai 2007 - 16h40 - Posté par

immonde ,à vomir
et en france on elit leurs complices
comme examen de passage je souhaiterai que tous les hommes politiques de tout bord aille
faire un sejour en palestine occupée
à vomir et rugir
quelle férocité immonde jusqu’ à quand jusqu’à quoi
nous sommes dans quel siècle ?


L’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES DE BOUSHRA
15 mai 2007 - 17h31

Sa seule arme, face à la bêtise, à la violence, à la brutalité, à l’obscurantisme, c’était tout simplement d’apprendre. Même cette liberté, ça leur est confisqué. Combien de morts et de larmes faudra-t-il encore avant que la paix n’arrive.

Et plus je regarde ce visage, qui m’appelait pourtant depuis un moment sans que je veuille vraiment regarder, et plus je me dis que cette enfant qui a vu de face son bourreau, n’exprime pas de haine,ni de peur dans la mort, mais au contraire de ce visage outre une grande pureté, il émane une sorte de compassion pour celui qui lui a ôté la vie et un appel à dépasser les haines. Le sang a trop coulé. Il y a beaucoup de bonne volonté pour apprendre malgré la guerre. Si les israéliens sont pas capables de comprendre cela, c’est que leur coeur est devenu aussi dur que la pierre. Malheureusement cette guerre en a sécrété une autre, entre factions palestiniennes qui n’aidera pas à faire la paix. Pauvres, hommes, pauvres femmes et pauvres enfants. Quelle misère.j



L’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES DE BOUSHRA
17 mai 2007 - 15h03

Israel nous parle de sa sacro sainte droit à défendre sa sécurité par tous les moyens !
aujourd’hui quand la toute puissante armé israelienne abat une enfant de 17 ans qui prépare son examen ( peut etre qu’Israel considére que le fait que les palestiniens étudient est une forme de terrorisme néfaste à leur sécurité ? ), c’est qu’elle valeur morale qu’Israel défend ?

peut etre que la puissante armé israelienne n’est capable que d’abatre la population civil tant palestinienne que libanaise sans défense !

en tout cas tant que les "grandes" puissances de ce monde qui ne pense qu’a l’interet financier et commercial, les palestiniens pourront toujours attendre avant d’avoir la paix de vivre sur leur terre !

bibi



L’EXAMEN DE FIN D’ÉTUDES DE BOUSHRA
18 mai 2007 - 00h56 - Posté par

Israel nous parle de sa sacro sainte droit à défendre sa sécurité par tous les moyens !

C’est un faux prétexte.

Plus personne ne croît en cela.

Israël est coupable de la situation de guerre civile qui se développe en Palestine, et le comble du comble, il rajoute une couche immonde en faisant ses intrusions dans la Palestine, pour achever ce peuple, à la manière du torrero dans l’arène qui, incapable d’achever le taureau, se fait aider par les picadors.

J’ai une sale impression de ce qui se passe. J’en arrive à me dire que leur dieu doit être sanguinaire, pour qu’Israël lui offre autant de morts ? j





Y-a-t-il eu fichage des « gilets jaunes » blessés lors des manifestations ?
samedi 20 - 08h15
de : François Béguin
Fortes restrictions du droit de manifester : Un Etat de droit en dérive !
samedi 20 - 07h03
de : Chrstian DELARUE
« VIVRE L’ANARCHIE » film documentaire de Michel Mathurin
vendredi 19 - 22h31
de : Nemo3637
Grande action de désobéissance civile en cours à Paris (video)
vendredi 19 - 15h26
de : JO
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
vendredi 19 - 12h09
de : BERNARD DUPIN
NOTRE-DAME : OU VA LA GENEROSITE ?
vendredi 19 - 10h38
de : Nemo3637
2 commentaires
Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
4 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
1 commentaire
Gilets Jaunes : motion de soutien de la FIJ aux journalistes français
jeudi 18 - 08h25
de : FIJ
Un caillou dans sa chaussure / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 18 - 07h53
de : Hdm
Manifestation potagère le samedi 18 Mai à Sainte-Pazanne contre les multiples projets de grandes surfaces dans le 44 !
jeudi 18 - 06h52
de : Collectif Terres Communes
Wauquiez sera sûrement d’accord pour un EPR en lieu et place de NDDP
mercredi 17 - 23h58
de : Quasimodo de NDDL à Quasimodo de NDDP via jyp
2 commentaires
Aucune fermeture selon Macron. « Un hôpital sans chirurgie, sans maternité ni urgence, ce n’est plus un hôpital », réagit Christophe Prudhomme
mercredi 17 - 17h31
Les bâtiments peuvent être reconstruits mais la nature ne peut pas se reconstuire aujourd’hui !
mercredi 17 - 11h54
de : Shepered Gaïa
1 commentaire
Rencontre débat sur les violences policières ici et là-bas
mercredi 17 - 11h48
CGT, France insoumise, « gilets jaunes »... Appel à l’union pour une « grande mobilisation » sociale le 27 avril
mercredi 17 - 08h26
SANS FEU, NI FLAMME ..
mercredi 17 - 08h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Bordel, quelle hypocrisie !
mercredi 17 - 08h09
de : anti-k
4 commentaires
Sauvons la cathédrale du cœur. Pour un autre usage de Notre-Dame-de-Paris
mercredi 17 - 07h54
de : Un curé de campagne en visite à Paris
Divine surprise.
mardi 16 - 17h15
de : L’iena rabbioso
8 commentaires
Espagne : 44 ans après la mort de Franco, l’extrême droite s’apprête à entrer au parlement
mardi 16 - 16h37
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Justice : la cour administrative d’appel annule la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac
mardi 16 - 14h13
de : Juliette Meurin
LES BLACK BLOCS - La liberté et l’égalité se manifestent
mardi 16 - 12h24
de : Ernest London
Olivier est tombé, son arche restera debout !
mardi 16 - 11h34
de : Le Cercle 49
Christelle Déchronique Les péages urbains (audio)
mardi 16 - 09h48
de : Ciné Christelle
Conférence débat, Michèle Audin présente Eugène Varlin, ouvrier-relieur, jeudi 18 avril à 18h30
mardi 16 - 09h28
de : Info’Com-CGT
1 commentaire
LE 26 MAI, METTONS LA RACLÉE À MACRON ! - Meeting Mélenchon, Aubry, Ruffin, Becker à Amiens (video)
mardi 16 - 08h40
Juan Branco, avant le "grand déballage" macron, dénonce une nouvelle fois nos "pseudos élites" (video)
lundi 15 - 17h41
de : nazairien
8 commentaires
Acte 22 Place de la République, police nationale et bagueux de Paris, complètement hors sol (vidéo)
lundi 15 - 14h19
de : nazairien
4 commentaires
Toulouse #Acte22 : La police tabasse 2 Journalistes et casse leurs caméras (video)
lundi 15 - 11h01
Jean-Luc Mélenchon. Privatisations : « VOTRE MODÈLE EST FINI » (video)
lundi 15 - 10h33
Le "meilleur des mondes" A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes.
dimanche 14 - 13h30
de : nazairien
6 commentaires
Anti-impérialisme : cycle de conférences
dimanche 14 - 13h29
Marlène Schiappa, piégée par ses mensonges, quitte l’interview (vidéo)
samedi 13 - 15h29
de : nazairien
1 commentaire
Rassemblement pour la libération de Georges Abdallah mercredi 17 avril 2019, 18h00, métro Château-rouge (Paris 18ème)
samedi 13 - 13h22
GAFA de tous les pays, taxez-vous en Irlande !
samedi 13 - 08h52
de : Karine Darmanche
Saurel chante sa révolution à la Comédie Dalayrac
samedi 13 - 00h04
Mobilisation samedi 13 avril contre la loi « anticasseurs »
vendredi 12 - 16h30
de : jean 1
2 commentaires
Le calme avant la tempête
vendredi 12 - 13h56
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La non-violence est une arme puissante et juste, qui tranche sans blesser et ennoblit. l'homme qui la manie. C'est une épée qui guérit. Martin Luther King
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite