Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Peux-t-on embrigader Eric FROMM dans l’abstinence sexuelle ?
de : Christian DELARUE
dimanche 27 mai 2007 - 12h13 - Signaler aux modérateurs
> Eros
6 commentaires

Peux-t-on embrigader Eric FROMM dans l’abstinence sexuelle ?

Voici un exemple pris sur doctissimo ou l’abstinence sexuelle ne semble pas signifier absence de masturbation mais chasteté autrement dit absence de rapports sexuel avant le mariage. Ce qui revient à survaloriser à fétichiser l’intitution du mariage et derrière le patriarcat.
 http://www.doctissimo.fr/html/sexua...

Dans "L’art d’aimer", le psychiatre américain Erich Fromm ne dit pas autre chose : "Parce que la plupart des gens associent en esprit le désir sexuel et l’idée de l’amour, ils en arrivent facilement à la conclusion erronée qu’ils sont mutuellement amoureux lorsqu’ils se désirent physiquement" (…), or "le désir sexuel peut être stimulé par l’angoisse de la solitude, par l’espoir de conquérir ou d’être conquis, par la vanité, par le souhait de blesser et même de détruire". Préserver sa virginité avant le mariage réserve aux partenaires la découverte commune de l’autre et la construction d’une sexualité épanouie.

Les propos d’Eric FROMM dans son ouvrage "l’art d’aimer" prennent il est vrai une tournure rigoriste . Une lecture superficielle pourrait y trouver une apologie des couples simplement cohabitants . C’est qu’Eric FROMM se réclame de Spinoza pour critiquer la passivité du "tomber amoureux" au profit d’une démarche active du "prendre soin" véritable signification de l’amour. S’il distingue assez classiquement l’amour du désir, il ne va pas cependant pas jusqu’à dire que le "prend soin de " ou "avoir de l’attention et de la sollicitude pour" ne doit pas passer par une sexualité épanouie.

Je crois que le "tomber amoureux" (1) peut avec le temps et une démarche active déboucher sur un réel amour et non sur le clone des cohabitants sans tendresse (2) Reste la question de la sexualité et du désir : le désir est là tant mieux, il est absent tant pis mais le désir et la sexualité fait partie de la vie. Une absente totale et durable de désir et de sexualité peut déboucher - ce n’est pas une fatalité - sur une dépression c’est à dire une forme de vie limitée, rabougrie. Or Eric FROMM a fait l’apologie d’une philosophie de la vie. Il ditingue même dans "le coeur de l’homme" les caractères biophiles - amour de la vie - et nécrophiles - amour de la mort. Se protéger à tout prix de ses désirs sexuels peut entrainer un "durcissement du coeur" que Fromm stigmatise comme d’orientation nécrophile et sadique.

1 - LE "TOMBER AMOUREUX"

Contre la solitude, solitude réelle ou solitude dans le couple ou la famille, certains ou certaines cherchent activement un(e) partenaire. D’autres non . Ils ou elles préfèrent la surprise de la rencontre amoureuse. Cela laisse encore à penser qu’ils attendent "la surprise", ce qui sans doute modifie l’effet de surprise. Mais peu importe ici. Mon propos est le "tomber amoureux" (et secondairement sa transformation en amour).

Je vais l’aborder positivement car le « tomber amoureux » a été critiqué notamment par E Fromm au nom du concept spinozien de la passivité. Il est des individus, hommes ou femmes, hétéro ou homo, jeunes ou vieux, qui ne sont jamais vraiement « tombés amoureux » conjointement, ensemble . Il n’ont donc jamais connu cette expérience partagée de transcendance, cette surabondance de joie et de bonheur, ce surcroit de vie autant que de « plus-jouir » (Lacan) . Et celles et ceux qui l’ont connu n’ont pas toujours pu ou su le faire vivre, ce qui est autre chose. L’amour n’est pas un long fleuve tranquille.

Cela va peut-être étonner mais c’est à Freud et non à Misrahi que je recours pour expliquer cette avantageuse émotion fusionnelle qui, si elle perdure, va se métamorphoser en amour En effet la référence à la tendresse est présente dans toute l’œuvre freudienne. Mais la tendresse n’est qu’un élément de la « love map » (ou « sexual-maps » selon Money) traduit en « carte du tendre » par Jean-Didier Vincent. Un texte de Freud, en 1912, « Deuxième contribution à la psychologie de la vie amoureuse. » distingue à ce propos nettement deux courants dans la psycho-sexualité, le courant tendre et le courant sensuel et érotique . Si l’amour ne se réduit pas à la sensualité, il ne peut pas non plus totalement l’éliminer. On ne peut tout sublimer.

Le temps opère passage de la passivité du "tomber amoureux" à l’amour actif ("se tenir dans l’amour"selon Fromm). Si l’émotion relève de formes explosives de l’affectivité , les sentiments participent eux de phénomènes affectifs plus tempérés, plus stables (J Maisonneuve) . Mais les premiers états affectifs perdurent, et la passion s’inscrit alors dans la durée . L’émoi initial est entretenu, par des rites notamment (Neuburger), portant sur les deux désirs amoureux (R Barthes) /le pothos/, désir de l’amant absent et /l’himeros/ désir plus ardent pour l’amant présent.

Revenons alors à l’émoi initial . /"Par quels indices ténus, subliminaux, les deux partenaires sentent-ils la correspondance ?"/ La magique rencontre amoureuse se traduit par la rencontre de deux « cartes du tendre ». C Chiliand précise que /« la sexualité de chacun a des particularités idiosyncrasiques, que nous appelons « cartes du tendre » . Elles incluent les particularités de l’excitation sexuelle, de sa montée et de sa résolution finale, le choix du partenaire et la formation du couple/ » La rencontre amoureuse opère l’ajustement, si difficile bien souvent, des deux ordres de la psycho-sexualité de chacun(e), homo ou hétéro, celui du désir érotique et celui de la tendresse. Car, comme l’écrit Pasini "/pour certains la tendresse est la "rampe de lancement de l’érotisme" pour d’autres elle ressemble à un doux somnifère. Elle entre alors en conflit avec l’érotisme qui implique non seulement jeu et communication, mais aussi surprise et transgression"./

La rencontre amoureuse favorise donc au travers du plaisir sexuel "une synthèse du corps et de l’esprit" (R Misrahi) d’une part par une confluence paradoxale tendresse/animalité et d’autre part par fusion réconciliatrice ou même parfois régénératrice . Une confluence paradoxale car la sensualité ne peut se manifester qu’à l’égard de personnes /rabaissées /dit Freud et les cliniciens qui le suivirent . Ainsi tel homme est puissant avec des prostituées et impuissant avec des femmes estimées . Fusion réconciliatrice de "la mère et de la putain", de l’estime et de la vulgarité et même relativement régénératrice car les problèmes « sexuels » éventuels liés à la dissociation de la tendresse et de la sensualité peuvent disparaitre.

Alors rédemption de la rencontre amoureuse ? Si "la passion amoureuse implique un investissement corporel et fantasmatique total dans un sensualité libéré de la peur, de la posséssivité, des scrupules perfectionnistes et de la volonté de dominer/" alors il ne faut pas attendre de la rencontre amoureuse un miracle. Mais G Tordjman met-il peut-être la barre un peu haut ? Reste que la rencontre amoureuse n’efface pas tout le passé et ne peint pas nécessairement "en rose" l’avenir . Ce que les psychanalistes entendent trop souvent, notamment P Babin, c’est la blessure "/de femmes bafouées, de femmes violées, de violences sexuelles faite par les hommes sur les femmes"/ Mais il ne s’agit plus là d’amour, mais d’invitation au combat pour l’égalité des sexes.

Christian DELARUE

2 - LES COHABITANTS : AUCUNE PASSION, PEU D’AMOUR *

pris sous un texte - Les passions de l’amour - posté sur Bellaciao
 http://www.bellaciao.org/fr/article...

Qu’est-ce qu’un couple de cohabitants ?

Il est des couples, cohabitants ou non, qui s’aiment amoureusement plusieurs années durant. Ils entretiennent une vie amoureuse plus ou moins intense source de grand bonheur.

Un couple simplement cohabitant partage un lieu d’habitation - partiellement ou totalement, comme couple marié ou comme couple compagnon – mais l’amour tendre a déserté le couple depuis longtemps, voire n’a quasiment jamais existé.

Ces couples ont pu s’être engagés par intérêt du moins sans être réellement amoureux de l’autre. Autre raison : le maintien en couple se justifiera « pour les enfants » (parfois pour la maison). Le motif "enfants" est souvent « un alibi pour préserver une coexistence pseudo-conjugale arrangeant le quant-à-soi de chacun ».

« Les couples qui s’éloignent sans se séparer, qui cohabitent sans coexister amoureusement... se sont souvent unis sous les signe de l’amour du semblable plutôt que sous le signe de l’amour de l’autre ».

Si l’absence de sexualité dans le couple est un signe de couple simplement cohabitant la présence d’une sexualité ne suffit pas pour autant à dire qu’il y a plus que de la simple cohabitation.

Tout cela ne signifie pas que le couple de cohabitants ne connaît pas le bonheur, mais il s‘agira alors plus d’un bonheur de contentement que d’un bonheur sublime qui illumine la vie du couple aimant. De plus le couple de cohabitants risque fort de connaître des jalousies ou des infidélités. Car dans la vie un d’un tel couple les périodes moroses ne sont pas rares et génèrent une aspiration à « autre chose » qui forme une disponibilité à la rencontre amoureuse.

Lak

3 - POUR DES RELATIONS SEXUELLES LIBREMENT CONSENTIES ET SANS NORME

Un texte de Monique AYOUN

Qu’est-ce qu’une sexualité épanouie ?

Les sexologues sont d’accord : il n’y a pas de norme. « Une sexualité réussie ne se mesure pas au nombre d’orgasmes » assure Xavier Boquet. Philippe Brenot renchérit : « Cela varie selon les individus. Certains s’épanouissent dans le couple monogame, d’autres dans des relations multiples. L’important réside dans la liberté d’exprimer ses désirs ou ses fantasmes sans qu’il soit forcément nécessaire de les réaliser. La non-contrainte de l’autre est essentielle à l’épanouissement sexuel. En clair, c’est très bien si tout est permis, mais à condition que les deux partenaires en aient autant envie » Selon Robert et Claire Gellman, une sexualité épanouie « est tout simplement une sexualité qui ne génère pas de frustration. Ce qui suppose de pouvoir établir avec le partenaire une bonne communication où chacun peut tenir compte des désirs et limites de l’autre en respectant ses propres désirs et limites. Cela suppose également de pouvoir se départir des a priori normatifs, et de s’intéresser plus à la qualité de la relation amoureuse qu’à la compétitivité, la réussite ou l’échec. »

Autres références :

 Aimer d’amitié. L’amour véritable commence avec l’amitié de Jacqueline KELEN - Robert LAFONT

 "Libres extraits de "Qui est l’autre ?" (de Robert MISRAHI) par Christian Delarue* http://rennes-info.org/Libres-extra...

 La "mère" et la "putain"
 http://bellaciao.org/fr/article.php...

Erich Fromm "L’art d’aimer"

Colette Chiliand "Le sexe mène le monde" Calman Lévy

Robert Neuburger "Nouveaux couples" O Jacob

Robert Misrahi "Qui est l’autre ?" A Colin

Docteur Gilbert Tordjman "Le couple : réalités et problèmes" Hachette

"Eloge de l’intimité" Willy Pasini Payot

"La fabrique du sexe" Pierre Babin Textuel



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Peux-t-on embrigader Eric FROMM dans l’abstinence sexuelle ?
27 mai 2007 - 15h21

Apparemment, toutes ces formes d’amour qui intéressent les psys restent bien dans le cadre défini par la morale religieuse et administrative imposée par les sociétés judéo-chrétiennes, à savoir un COUPLE, marié, pacsé, concubin, cohabitant ou non, quelle que soit sa composition hétérosexuelle ou homosexuelle, pas une personne de plus, l’amour à deux refermé dans l’exclusion.

Les trios amoureux qui ont résisté aux pressions sociales et les nombreuses communautés issues des réfugiés de la guerre d’Espagne , communautés sexuelles de cohabitants élevant leurs enfants en commun sans père ni mère biologiques définis ( juste administratifs à l’état-civil), sont toujours restés dans la clandestinité à cause du retour officiel épisodique, dans les pays occidentaux, de l’"ordre moral" et de l’intégrisme religieux, chaque avancée libératrice étant suivie d’un recul. La nomination de Dame Boutin ne va certes pas arranger les choses dans ce domaine .



Peux-t-on embrigader Eric FROMM dans l’abstinence sexuelle ?
27 mai 2007 - 19h36 - Posté par

Chais pas de quels psy tu parles . Parce que ce texte avec des citations mises bout à bout est d’une totale obscurité.

Freud lui a toujours affirmé que la sexualité était un obstacle à la civilisation dans la mesure où elle était rebelle à l’imposition de normes. Quant aux communautés sexuelles élevant leurs enfants en commun, à partir du moment où cela devenait ou deviendra une règle sociale, j’imagine que certains faisaient ou feront des choix amoureux qui échappent à cette contrainte !


Peux-t-on embrigader Eric FROMM dans l’abstinence sexuelle ?
28 mai 2007 - 12h05 - Posté par

14 THESES CONTRE LE PATRIARCAT

Extraits issus de :
Changer la société : c’est aussi une question de vocabulaire

http://www.ecologielibidinale.org/f...

Jetons à la poubelle de l’histoire les concepts et le vocabulaire
du patriarcat et de la répression sexuelle

Notes : certains mots peuvent avoir plusieurs sens, nous ne considérons ici que le sens pertinent par rapport à notre problématique.
La liste qui suit est loin d’être exhaustive. N’hésitez pas à nous fournir d’autres définitions.

1 *MARIAGE*, divorce, époux(-se), conjoint(-e), fiancé(e), entremetteur(-teuse), devoir conjugal
Le mariage est l’institution clé du système patriarcal, capitaliste
et réactionnaire. C’est l’union de deux personnes de sexe opposé,
mais aussi l’union de deux familles ou clans.
Les caractéristiques originales du mariage patriarcal sont les
suivantes : Les partenaires sont choisis par les familles (on parle de mariage
arrangé, généralement par le biais d’un ou une entremetteuse). Le
mariage fait l’objet d’une transaction financière (dot ou achat)
impliquant les familles.
Il est un contrat financier (permettant la mise en commun de biens
et leur transmission, donnant droit à des avantages fiscaux), un
contrat moral (les époux s’engagent à une exclusivité sexuelle, un
partenaire ne se peut refuser sexuellement à l’autre, il doit
accomplir le "devoir conjugal") et un sacrement religieux qui
renforce l’engagement moral (l’engagement est contracté pour la
vie). Les futurs époux (les fiancés), au moins la femme, doivent
être vierges* avant leur mariage. Les enfants portent le nom du père.

Les règles du mariage se sont parfois assouplies en fonction de
l’évolution des sociétés (choix des futurs époux, possibilité de
divorce, de remariage, abandon de la virginité, caractère facultatif
du sacrement, répression du viol au sein du mariage, transmission du
nom de la mère, extension à des personnes de même sexe...).
Toutefois ces aménagements ne peuvent changer la nature
fondamentalement réactionnaire de cette institution.

2 *MONOGAMIE*(-andrie), polygamie(-andrie)
Ces termes n’ont de sens, pour l’être humain, que dans le cadre du
mariage*, il définissent les possibilités pour l’un des partenaire
de contracter plusieurs mariages simultanément. Dans ce cas
l’exclusivité sexuelle est à sens unique.
Les défenseurs du mariage hétérosexuel monogamique prétendent que
l’exclusivité sexuelle à vie est naturelle et s’appuient sur
l’exemple d’espèces animales ayant ce comportement. Or tous les
types de comportements sexuels se rencontrent chez les animaux y
compris l’homosexualité.
Quand à la polygamie rencontrée dans les sociétés patriarcales, elle
est l’application d’une domination sexuelle des hommes sur les femmes.

"La vie sexuelle monogamique exige un dur labeur de préparation.
Tout le plaisir érotique extra et prégénital est canalisé dans
les voies de la procréation, c’est à dire de la reproduction de
la force de travail , nécessaire au capital." Jean-Marie Brohm,
in l’introduction à "La lutte sexuelle des jeunes" de Wilhelm Reich

3 *FAMILLE*
La famille patriarcale autoritaire est la structure de base du
système social. Toutes les forces politiques réactionnaires ont pour
priorité de défendre la "Famille" et la natalité.
Cette famille se compose d’un couple hétérosexuel marié et de ses
enfants. Le père est dépositaire de l’autorité, il a parfois droit
de vie et de mort sur son épouse et ses enfants. Les époux se
doivent d’avoir des enfants qu’ils devront élever dans le "droit
chemin", c’est à dire de leur transmettre les règles et les valeurs
de la société. La famille est le lieu privilégié de la reproduction
de la structure sociale autoritaire ainsi que de la névrose.

"Ainsi par la famille se maintient et se perpétue à travers les
générations la répression sexuelle qui sert de fondement à la
soumission des masses, à l’anéantissement du sens critique, à
l’angoisse de transgresser l’ordre établi, à la culpabilité du
bonheur, toutes choses qui garantissent la solidité de l’état
capitaliste et de son appareil répressif." Jean-Marie Brohm, in
l’introduction à "La lutte sexuelle des jeunes" de Wilhelm Reich

4 *FIDELITE*, adultère, cocu, tromper, volage
La fidélité consiste à appliquer l’exclusivité sexuelle au sein d’un
couple (marié ou non). L’infidélité est en général un élément de
conflit essentiel au sein des couples. L’infidélité est un fait
suffisant pour obtenir le divorce dans le cas d’un couple marié, il
est aussi une circonstance atténuante (permettant parfois
l’acquittement) dans le cas ou celui qui est trompé (le cocu)
assassine son conjoint (on parle dans ce cas de "crime d’honneur*").
Volage est un synonyme d’infidèle en moins péjoratif.
L’adultère (infidélité dans le cadre du mariage*) n’est pas
seulement une rupture du contrat moral du mariage, c’est aussi un
péché* capital et parfois un crime puni de mort pour les femmes.
L’infidélité de l’homme est généralement une moindre offense que
celle de la femme et elle peut être même parfaitement admise si elle
s’exerce avec une prostituée (d’où l’age d’or des bordels européens
au XIX^ème siècle.) On admet dans ce cas un "besoin" sexuel de
l’homme qu’il ne peut toujours satisfaire avec son épouse. Ce besoin
par contre est dénié aux femmes.

"Le mariage bourgeois et le bordel sont indissociables, ces deux
institutions sont aussi exécrables l’une que l’autre." Michel
Leiris, Journal.

"Le bonheur d’un homme marié dépend des femmes qu’il n’a pas
épousées." in Une femme sans importance, de Oscar Wilde
"Les hommes se marient parce qu’ils sont las ; les femmes parce
qu’elles sont curieuses ; les deux sont déçus." in Le Portrait
de Doryan Gray, de Oscar Wilde

5 *AMANT*, maîtresse, concubine
Désigne un ou une partenaire sexuelle d’une personne vivant en
couple, en dehors du couple. Cette notion n’a de sens que par
rapport une notion de couple supposant l’exclusivité sexuelle.

6 *JALOUSIE*
Sentiment éprouvé par celui ou celle qui ne supporte pas l’idée que
son partenaire sexuel habituel puisse avoir des relations sexuelles
ou sentimentales avec une autre personne. Ce sentiment se fonde sur
le désir d’une exclusivité sexuelle c’est à dire d’une relation de
possession et de contrôle de l’autre. La jalousie est souvent la
motivation des meurtres au sein des couples (dits alors "crimes
passionnels /mp1pm.ouvaton.org/mp1pm-marie.htm>" - à propos
du meurtre de Marie Trintignant, sur le site du MP1PM).
Lire aussi une petite chanson sur ce thème : "petit propriétaire
/www.ecologielibidinale.org/fr/miel-petitproprio-fr.htm>."

7 *HONNEUR*, déshonorer, compromettre la réputation
La notion patriarcale et puritaine de l’honneur est notamment
attachée au comportement sexuel de la femme. Une femme qui a une
relation sexuelle hors mariage* (consentie ou non) se déshonore et
déshonore également sa famille (parents) et son mari (si elle est
mariée). Elle s’expose alors a une punition allant de l’exclusion à
la mort. Il est à noter que dans les sociétés les plus patriarcales, une
femme violée est non seulement déshonorée mais aussi considérée
comme responsable (par immodestie*) et donc exécutée comme adultère*.
Être vue en compagnie d’un homme autre que parent proche ou mari
peut compromettre la réputation d’une femme, c’est à dire jeter un
soupçon d’immoralité* sur son comportement. Ceci peut suffire dans
certaines sociétés à lui faire subir le châtiment réservé aux femmes
"déshonorées".

8 *PECHE*, mauvaise vie, impure, immoral
Une femme de mauvaise vie (qui "vit dans le péché") est une femme
qui a des relations sexuelles en dehors du mariage (qu’elle soit
mariée ou non). La notion de péché introduit la morale religieuse
(le bien , le mal) dans les relations sexuelles.

9 *FILLE FACILE*, salope, pute
Insultes et qualificatifs dévalorisant visant toute femme qui
s’adonne avec plaisir à la sexualité, notamment en variant les
partenaires sexuels. Une femme ainsi dévalorisée et méprisée (sans
honneur*) sera alors l’objet privilégiée de sollicitations sexuelles
violentes de la part des machistes et peut être parfois violée
impunément.
Dans les schémas patriarcaux, la femme ne peut être que "mère"
("chaste et pure") ou "putain". ("Toutes des salopes sauf maman"
entends-on répéter dans les cours de récréations.)
A l’inverse un homme qui multiplie les "conquêtes" féminines sera
parfois valorisé comme "séducteur".

10 *VIERGE*, virginité, immaculé, pureté, souillure
Vierge se dit d’une personne n’ayant jamais eu de relation sexuelle.
L’usage du terme immaculé indique bien que la sexualité est ici
considérée comme une tâche, une souillure.

Voici un fait divers qui s’est déroulé en France dans les années
80 : un garçon avait réussit à inviter chez lui une jeune fille
très timide pour prendre le thé. Lorsqu’il essaya de
l’embrasser, elle paniqua et se mit à crier. Voulant la faire
taire le garçon eu un geste violent et maladroit de la main qui
brisa la trachée de la jeune fille. A son enterrement les
parents de la jeune fille ont disposé une couronne mortuaire sur
laquelle on lisait /"morte plutôt que d’avoir été souillée"/.

La virginité est "le bien le plus précieux" d’une jeune fille, son
honneur* y est attaché (celle qui a conservé sa virginité est dite
"pure"). Lorsque la virginité est requise pour le mariage, la femme
qui a eu des relations sexuelles ne peut se marier, elle est rejetée
par la société et le plus souvent obligée de se prostituer pour
survivre. Le caractère physiquement vérifiable de la virginité chez
les femmes (hymen) les place bien évidemment en situation de
désavantage par rapport aux hommes. A noter que dans ces sociétés il
existe un métier bien particulier : celui de recouseuse de virginité !

On peut penser que l’importance accordée à la virginité avant
mariage, prolongée par l’exclusivité sexuelle dans le mariage, est
liée à l’incertitude dans laquelle se trouve l’homme par rapport à
la paternité : cette exclusivité sexuelle lui garanti en effet que
les enfants nés de sa femme sont bien les siens, ce qui est très
important pour la transmission du patrimoine.
De plus cette exclusivité sexuelle assure au mari que sa femme
n’aura pas de point de comparaison et ne sera pas ainsi tentée de
chercher un meilleur "amant".

La survivance de l’importance de la virginité dans certains milieux
de notre société (exemple : la "bonne société" Versaillaise) conduit
certaines jeunes filles à avoir des rapports sexuels basés sur la
sodomie pour préserver leur hymen : l’hypocrisie grotesque de ce
concept éclate en plein jour !

11 *PUDEUR*, modestie, honte
La pudeur consiste à dissimuler ce qui est honteux ou intime : son
corps et ses sentiments (de nature amoureuse). L’enseignement de la
pudeur (ou "modestie" pour les jeunes filles) est une des
principales façon de réprimer durablement les pulsions sexuelles
(qui sont considérées comme honteuses) des jeunes.
Les formes les plus extrêmes de pudeur (courantes au XIX^ème siècle
et jusqu’au milieu du XX^ème siècle dans certains milieux sociaux)
vont jusqu’à interdire aux femmes la vision de leur propre corps :
elles se lavent alors vêtues d’une chemise.
Les puritains désignent généralement les organes génitaux par la
périphrase "parties honteuses".
En art, la figure de la "Vénus pudique" est une représentation d’une
femme nue dissimulant à l’aide de ses mains sa poitrine et son
entrejambes. *chasteté*, abstinence
L’abstinence sexuelle est valorisée (au moins lorsqu’elle concerne
les femmes) dans les milieux patriarcaux et religieux. La chasteté
est souvent imposée aux représentants de la religion. Les
perturbations psychiques et corporelles qu’elle entraîne sont
favorables aux "délires mystiques" mais conduisent aussi aux
perversions et crimes sexuels.
Chaste est parfois utilisé comme synonyme de pudique. Est chaste une
personne ou une relation qui ne donne pas prise aux fantasmes sexuels.

12 *PLATONIQUE*
se dit d’une relation amoureuse d’où les contacts sexuels sont
volontairement absents. Les partenaires s’astreignent à la chasteté
par timidité (répression intégrée de leur propre sexualité), pour ne
pas commettre de péché* (adultère ou relations sexuelles avant le
mariage) ou pour conserver leur virginité*.

13 *LUXURE*, permissivité
La luxure est un péché* capital qui consiste à s’adonner aux
fantasmes ou activités sexuelles sans retenue. Les puritains
stigmatisent ce qu’ils appellent la "permissivité" (la liberté
sexuelle) en lui attribuant tous les maux sociaux (crimes et
perversions sexuels, violence, régression de la "morale"...)

14 *CONTRE NATURE*
Est dite "contre-nature" toute forme de sexualité non strictement
hétérosexuelle. Ce qui est évidemment absurde au regard des
situations variées rencontrées dans le règne animal.

Pour en savoir plus sur la déconstruction des catégories de genre, lire le livre de Monique Wittig "La pensée straight", 1992. Fiche de lecture /www.mix-cite.org/bibliotheque/index.php3?RefArticle=203> sur le site de Mix-cité.

/www.ecologielibidinale.org/fr/miel-cadre-fr.htm>


Peux-t-on embrigader Eric FROMM dans l’abstinence sexuelle ?
28 mai 2007 - 17h55 - Posté par

Ce vocabulaire parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître dans cette société occidentale : Virginité, Chasteté, fidelité : la réalité est qu’il y a de plus en plus de naissances hors mariage, de plus en plus de divorces ( 1 couple sur 3 à Paris), de plus en plus de pacs. Comme le disait José Arthur, d’une manière provocante " il n’y a plus que les homosexuels qui réclament le mariage" !

Enfin le patriarcat précède le capitalisme : l’échange des femmes entre clans a été décrit il y a fort longtemps par Levi-Srauss.
Et la conception du mariage fondée sur l’amour et non sur la possession des biens est même une particularité des sociétés occidentales.


Peux-t-on embrigader Eric FROMM dans l’abstinence sexuelle ?
28 mai 2007 - 18h28 - Posté par

( 1 couple sur 3 à Paris)

1 sur 2 !


Peux-t-on embrigader Eric FROMM dans l’abstinence sexuelle ?
13 juin 2007 - 23h41 - Posté par

LA GRACE AMOUREUSE ELEVE l’être humain

Il ne s’agit pas ici de l’expérience d’une grâce divine qui vient d’en haut. Non il s’agit d’une grâce humaine ordinaire qui part d’en-bas, du corps et de l’âme humaine. Car derrière le regard et le timbre d’une voix c’est l’âme humaine que l’on rencontre et c’est la grâce humaine qui nous frappe.

 EXPERIENCE DE GRÂCE : LA VOIX ET LE REGARD comme point de départ. d’une transcendance ou plutôt d’une ascendance.

Au-delà d’un éventuel effet physique, qui peut toujours survenir, ce qui importe de comprendre c’est l’effet de grâce global généré par la rencontre amoureuse première. La voix et le regard de l’autre ont un effet de grâce qui va au-delà de la séduction ordinaire. La voix et le regard reflète l’âme et s’adresse au cœur et à l’âme de l’autre.

Cet effet a une double dimension : une dimension corporelle car inscrite profondément et durablement dans le corps comme attachement (donc bien au-delà d’un effet sexuel) et une dimension de valeur sacrée et transcendante qui place la relation au-delà du présent et du vulgaire. Le fait que cet effet ait été réciproque mais aussi et surtout durable légitime le fait que cette relation relève indéniablement de l’amour et non du coup de foudre "sans travail" ou de l’aventure sans lendemain ou du "prendre soin" dans le cadre un peu froid des cohabitants "familialement correctes".

 COMPREHENSION COMPAREE : Théologie et philosophie matérialiste de la grâce.

D’abord que disent les chrétiens sur la grâce : "La grâce ne s’éprouve pas seulement passivement. Accueillie comme un don, la grâce nous invite à la faire rayonner à travers notre esprit et notre corps ; à l’exprimer par nos attitudes et nos pratiques, et pas seulement par la parole. L’expérience de la grâce ne se limite pas à des émotions ou à des états d’âme. C’est quelque chose de profond qui transforme et renouvelle la conscience, le corps et le mode de vie de ceux qui l’accueillent".

Je serais assez d’accord pour reprendre ce passage à condition de préciser que pour un athée matérialiste (1) le "haut" ne préexiste pas pour descendre ensuite sur les humains. C’est le processus inverse qui se produit. Les humains, comme Icare, produisent leur propre élévation et transcendance. "Icare fabrique ses ailes, monte, puis tombe ; l’âme de Platon perd ses ailes, tombe puis remonte"(2).

Christian DELARUE (signé alors sous le pseudonyme de Leo Jogiches, compagnon de Rosa Luxembourg)

1) Je m’inspire ici de la philosophie du matérialisme d’André COMTE-SPONVILLE notamment son "Traité du désespoir et de la béatitude" T1 Le mythe d’Icare, T2 Vivre.

Grâce à A C-S je peux relier deux penseurs que je fréquente en amateur Erich FROMM et son rigoriste ouvrage « L’art d’aimer » et R. MISRAHI, plus précisément celui qui s’est fait le philosophe de la rencontre amoureuse.
Cf. « Libres extraits de "Qui est l’autre ?" » (de Robert MISRAHI), par Christian Delarue
http://bellaciao.org/fr/article.php...
http://rennes-info.org/Libres-extra...

2) "Traité du désespoir et de la béatitude" p85 dans la version PUF Quadrige





’Je suis Gabon’ ou ’C’était à Port-Gentil’ ?
dimanche 22 - 01h38
Au Sénégal auchan terrifie les petits commerçants (boycott en cours)
samedi 21 - 20h50
de : André
1 commentaire
Incontrôlables, violents, intouchables : les 7 racailles de l’Elysée
samedi 21 - 12h53
de : nazairien
2 commentaires
Affaire Benalla : Des photos qui embarassent l’Elysée
samedi 21 - 10h31
de : JO
A.Benala et le retraité
vendredi 20 - 21h37
de : jean 1
2 commentaires
Palestine : Qui enfin fera stopper les mains criminelles de l’Etat hébreux ?
vendredi 20 - 19h15
de : JO
L’extrême droite et l’extrême centre se valent pas mal. On le savait. On n’a pas voté pour Hamon ou Macron, à aucun tour
vendredi 20 - 18h17
de : Deeplo
2 commentaires
20/07/2001 - 20/07/2018 : Carlo Giuliani
vendredi 20 - 15h44
de : Roberto Ferrario
L’été est là, la mer est belle, les migrant-es ...
vendredi 20 - 14h04
de : Antoine (Montpellier)
Affaire Benalla : (dernière minute) l’Elysée annonce le licencier ?
vendredi 20 - 12h08
de : JO
2 commentaires
Il ne s’agit pas seulement d’Alexandre Benalla et de Vincent Crase. Il y a un troisième homme.
vendredi 20 - 11h35
de : Raquel Garrido
2 commentaires
Pour ne pas mourir au travail ? Finalement le vent se lève à l’Est… !
vendredi 20 - 07h13
de : Lepotier
1 commentaire
Nutella champion du monde.
jeudi 19 - 18h57
de : L’iena rabbioso
21 juillet 2018, marche à Beaumont-sur-Oise : 2 ans de la mort d’Adama Traoré
jeudi 19 - 15h20
Quand Alexandre Benalla était présent avec les Bleus et à la panthéonisation de Simone Veil (video)
jeudi 19 - 12h49
de : Matthieu Jublin
5 commentaires
Vincent Crase, un deuxième collaborateur de l’Elysée visé dans l’affaire Benalla
jeudi 19 - 12h10
de : Alexandre Boudet
1 commentaire
Alexandre Benalla, collaborateur de Macron, identifié en train de frapper un manifestant le 1er mai à Paris (videos)
jeudi 19 - 00h08
5 commentaires
les entreprises font leur loi en influant sur le Conseil constitutionnel et le Conseil d’État
mercredi 18 - 22h30
de : Olivier Petitjean BASTAMAG
1 commentaire
Second bras d’honneur de l’exécutif sur fond de coupe du monde et même la vraie gôche tombe dans le panneau
mercredi 18 - 21h36
Le XXIVème Forum de Sao Paulo s’est achevé mardi après trois jours de solidarité latino-américaine à La Havane
mercredi 18 - 15h58
de : JO
L’Assemblée nationale disjoncte
mercredi 18 - 12h03
de : Jean-Luc Mélenchon
1 commentaire
Un pognon de dingues sans compter de l’impérialisme pour se perdurer coûte que coûte !
mercredi 18 - 11h26
de : JO
MALGRE UNE COM’ DECHAINEE, MACRON RECULE APRES LA COUPE DU MONDE !
mercredi 18 - 09h46
de : Jacques Cotta
2 commentaires
Rassemblement pour Gaël : 3ème Convoc au comico !
mercredi 18 - 09h43
SAMEDI 21 JUILLET : FÊTE DES POSTIÈRES ET POSTIERS GRÉVISTES DU 92
mercredi 18 - 08h48
DE TOUT BOIS #9 - Revue de lutte contre le Center Parcs de Roybon
mercredi 18 - 07h42
de : Ernest London
LA HAVANE : Ouverture du 24ème Forum des Mouvements Sociaux de Sao Paulo
mardi 17 - 20h54
de : JO
SYRIE : Un menteur nommé Macron !
mardi 17 - 20h35
de : JO
1 commentaire
Nous au Red Star de St Ouen !
mardi 17 - 13h28
de : Un vrai rouge
MORTS PAR LA FRANCE - Thiaroye 1944
mardi 17 - 07h35
de : Ernest London
Adieux aux armes : à Deraa, des radicaux remettent des dizaines de chars à l’armée syrienne
lundi 16 - 14h55
de : JO
3 commentaires
Foot-identitaire : un make-up BBR pour femmes et hommes... en luttes !
dimanche 15 - 16h18
de : Delarue Christian
6 commentaires
OTAN : La guerre qu’ils ne pourront jamais gagner : celle contre les Peuples !
dimanche 15 - 10h40
de : JO
NATIONALISME FESTIF ! VRAIMENT ? ...
dimanche 15 - 09h16
de : philippedechatillon
2 commentaires
Déconnexion massive avant la coupe du monde
dimanche 15 - 01h20
de : CLAP‎
Le sénat Irlandais vote l’interdiction des produits issus des colonies israéliennes
samedi 14 - 20h24
de : JO
MAUVAISES MINES - Combattre l’industrie minière en France et dans le monde
samedi 14 - 19h14
de : Ernest London
L’équipe de France de football : des fantassins en uniforme bleu blanc rouge frappé du coq.
samedi 14 - 16h37
de : René HAMM
Ce matin, nouvelle action sur le Tour de France d’Info’Com-CGT (reportage photo + video)
samedi 14 - 15h58
de : Collectif Bellaciao
Concert : 14 Juillet des luttes et des résistances
vendredi 13 - 14h57
de : Info’Com-CGT

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ne fais jamais rien contre ta conscience, même si l'Etat te le demande. Albert Einstein
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite