Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

TVA sociale ou TVA patronale ? La grande entourloupe ?
de : la gauche
mercredi 13 juin 2007 - 22h43 - Signaler aux modérateurs
11 commentaires
JPEG - 28.4 ko

Le gouvernement du petit père des people révèle son intention d’instaurer une TVA "sociale", c’est-à-dire, pour être clair, son souhait de compenser une baisse des charges sociales par une augmentation de la TVA, et donc de transférer une partie du financement de la protection sociale, du coût du travail vers les prix à la consommation. En réalité, Tout Va Augmenter... même les profits.

Revenons d’abord sur le raisonnement économique qui est à l’origine de cette idée de TVA "sociale" :

1- La TVA est un impôt qui s’applique à tous les produits vendus en France, importés ou produits localement ;

2- Les charges sociales quant à elles ne pèsent que sur les entreprises françaises ;

3- Si donc on diminue les secondes en compensant par une augmentation des premières, on renforce la compétitivité des entreprises françaises, on relance la production et on lutte contre les délocalisation.

A cet argumentaire économique, la droite s’est lancée ces jours-ci dans une justification politique. Afin de justifier que cela réduira le coût du travail, on nous dit que les entreprises paieront moins de charges sociales sur les salaires qu’ils versent à leurs salariés. Mais d’un autre côté, afin de répondre aux craintes qu’en augmentant la TVA, on porte un coup dur au pouvoir d’achat des Français, on nous explique que ce ne sera pas le cas, puisque d’un autre côté les salariés paieront moins de charges sociales sur leurs salaires. Deux arguments largement contradictoires et qui jouent sur la confusion entre charges patronales, payées par les entreprises, et charges salariales, payés par les salariés.

C’est évidemment les charges patronales qui bénéficieront de la mesure, on ne pourrait dans le cas contraire parler de baisse du coût du travail - c’est-à-dire du coût de revient pour l’entreprise d’un salarié. D’ailleurs, l’aide de camp Fillon parle maintenant, et très opportunément, de "TVA antidélocalisation" : il s’agit bien d’alléger les charges des entreprises et d’en faire payer la note aux consommateurs - et les salariés, quant à eux, n’y gagneront rien.

Cette TVA sociale est donc constituée de deux mesures largement indépendantes : d’un côté l’allégement des charges patronales - et c’est bien pourquoi il serait en réalité plus juste de parler de TVA patronale, plutôt que "sociale" -, d’un autre côté, le financement de cette baisse par une augmentation de la TVA. Envisageons ces deux mesures, l’une après l’autre.

Pour ce qui concerne l’allégement des charges patronales, ce n’est de loin pas la première fois que la droite s’essaie à cette mesure, sans avoir pourtant jamais rencontré le succès : les salaires ne s’en sont jamais trouvés augmentés, les entreprises françaises n’en ont jamais été plus compétitives, les délocalisations n’en ont jamais été freinées, pas plus que le rythme des licenciements. Mais soyons justes, il est vrai que les profits ont pu largement poursuivre leur augmentation constante.

On notera à ce sujet que Ségolène Royal proposait de cibler les allégements de charges sur les entreprises qui en ont besoin, par exemple les petites et très petites entreprises, ainsi que de demander le remboursement de tels allégements aux entreprises qui choisiraient ensuite de délocaliser. Rien de tel bien entendu dans le projet du gouvernement Fillon : on va continuer d’arroser uniformément l’ensemble des entreprises, en pure perte et sans contrepartie.

Pour ce qui concerne le financement de ce cadeau aux entreprises, l’augmentation de la TVA, notons d’abord que Fillon évoque une augmentation de cinq points, ce qui porterait donc le taux de la TVA à 25,6%, ce qui est un taux tout à fait délirant. Souvenons-nous également que ce taux était de 18,6% avant que M. Juppé ne le porte à 20,6% en 1995, puis que M. Jospin la réduise en 1997 à 19,6%. Dans un cas comme dans l’autre, si toute l’augmentation ne se retrouve pas en augmentation des prix, l’expérience montre que 60 à 70 % de l’augmentation de la TVA se répercute effectivement sur les prix à la consommation, ce qui pénalise d’autant le pouvoir d’achat des ménages. Pour les plus pauvres, cela correspondra à des fins de mois encore plus difficiles. Pour tous ceux-là, il sera nécessaire de travailler beaucoup plus - si l’opportunité leur en est donnée - pour simplement vivre moins bien...

Ainsi, d’une part on allège le coût du travail avec pour conséquence l’augmentation des profits des entreprises, et d’autre part on augmente la TVA avec pour conséquence une diminution du pouvoir d’achat des ménages.

Mais ce n’est pas tout. Il faut également noter qu’augmenter la TVA correspond à augmenter l’impôt le plus fondamentalement injuste : non seulement c’est un impôt non redistributif - il est proportionnel, contrairement à l’impôt sur le revenu qui est, lui, progressif (plus votre revenu est important, plus vous payez d’impôt) -, mais en sus c’est un impôt qui ne pèse que sur la part consommée des revenus, et non sur la part épargnée - plus votre revenu est important, plus votre capacité d’épargne est grande et moins donc vous payez de TVA. Il est là aussi intéressant d’avoir à l’esprit que ce même gouvernement vient d’annoncer la semaine passée qu’il allait consacrer 15 milliards d’euros par an pour alléger les impôts des plus riches - et à la marge des classes moyennes les moins défavorisées : il s’agit de l’instauration d’un bouclier fiscal, de la suppression des droits de succession et de la défiscalisation d’une partie des intérêts d’emprunts.

Ainsi, il est important de remettre ici en lumière l’engagement de Nicolas Sarkozy de ne pas augmenter la part globale des prélèvements obligatoires. On comprend bien aujourd’hui que si en effet, peut-être, le total des prélèvements obligatoires n’augmentera pas, ce sera d’une part pour favoriser les entreprises (baisser les charges) au détriment des ménages (augmenter les impôts), et ce sera d’autre part, au sein des ménages, pour favoriser les plus aisés (intérêts d’emprunt, droits de succession bouclier fiscal) au détriment des plus en difficultés (augmentation de 5 points de la TVA).

Il s’agit bien d’une politique de droite. La même que celle qui est mise en oeuvre dans notre pays depuis 2002. En pire. Et connaissantt les résultats obtenus (explosion de la dette, creusement record des déficits sociaux, déficit record du commerce extérieur, accroissement de l’échelle des salaires et de la fracture sociale, augmentation constante des précarités...), on peut gager que ce sera la même chose cette fois encore. En pire.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
TVA sociale ou TVA patronale ? La grande entourloupe ?
13 juin 2007 - 22h47

tout ce que l´ump va faire , ne va naturellement pas aller dans le bon sens, il faut faire la gauche et en attendant que les gens aillent dans le parti le plus pres de leurs idees. salut jf dieux stuttgart (encarte Die Linke)



TVA sociale ou TVA patronale ? La grande entourloupe ?
14 juin 2007 - 01h28

Excellent article bien tourné, criant une vérité assourdissante que les français entrevoient maintenant : les patrons français sont les plus fortunés d’Europe !

Cette TVA ANTISOCIALE soulève un tollé général, même parmi les 53 % qui ont voté Sarkozy ! Les gens s’esclaffent surpris, qu’il ne leur avait jamais dit pendant sa campagne qu’il y aurait une augmentation de la TVA de 5 points ! Et JF COPE de rétorquer que les "français ont voté Sarkozy en connaissance de cause" ! Tout est dit dans cette expression ! Toute la politique démagogique y est concentrée ! C’est une politique répressive, antisociale, qui ne servira que les intérêts des riches, ses amis, comme dénoncé par certains, et en aucune façon à l’avantage des salariés !

Ben voilà, chers 53 % SARKOZYSTES : vous avez voté "en connaissance de cause" ! Si vous aviez fait un minimum d’effort de recherche, de compréhension, d’une lecture entre les lignes, d’une écoute attentive de ce que les uns et les autres disaient, mettaient en lumière, on ne serait pas dans une telle cacophonie, et le piège ne se refermerait pas sur tous les français !

J’espère que vous avez noté entre les 2 tours des législatives, qu’il nous réservait la suite du menu juste après le 17 juin, sans nous dire sur quoi ça portera ! Mais COPE ou FILLON vous dira que vous avez voté "en connaissance de cause" !

Donc, maintenant que vous savez, ne vous faites plus piéger, désserrez l’étreinte en allant voter communiste ou autre gauche, mais surtout pas ump-fn, ni modem ! Ces gens-là ne nous aiment pas, sauf sans doute notre petit porte-monnaie plus vide que plein !



TVA sociale ou TVA patronale ? La grande entourloupe ?
15 juin 2007 - 07h25 - Posté par

IL NE RESTE PLUS QU’A FAIRE CES COURSES A L’ETRANGER
POUR NIQUER CES CONS
VIVE LE MARCHE DE VINTIMILLE


TVA sociale ou TVA patronale ? La grande entourloupe ?
15 juin 2007 - 12h40 - Posté par

Et vive la hausse des prix pour les travailleurs de Vingtimiglia !

Y a pas encore de Toyotas qui se vendent sur ce marché, par contre sur le net oui....

Copas


TVA sociale ou TVA patronale ? La grande entourloupe ?
14 juin 2007 - 10h13

La TVA est un impôt injuste ! Oui mais par rapport à quoi ? a L’IRPP c’est évident ! à la CSG ça l’est beaucoup moins ! et aux charges sociales encore moins !

Car, enfin, c’est bien les consommateurs français et étrangers, et eux seuls, qui paient les salaires, directs et indirects (charges) des travailleurs qui, en France, fabriquent les produit concernés !

Avant la mondialisation, l’énorme majorité des produits consommés en France étaient fabriqués en France. Les consommateurs français emargeaient donc, massivement, aux comptes sociaux (charges sociales) de la nation. Ca n’est plus le cas aujourd’hui puisque la majorité des produits consommés sont importés. La "TVA sociale" peut être un moyen de faire porter sur tous les produits (locaux ou importés)les charges sociales.

C’est un fait que Sarko est de droite, mais quand il dit qu’à midi il fait jour, j’ai tendance à le croire !

CN46400



TVA sociale ou TVA patronale ? La grande entourloupe ?
14 juin 2007 - 13h54 - Posté par

Et toi t’es ump !

Pas trop en concordance avec nos idées !

Effectivement, je sais que quand Sarkozy dit quelque chose, il faut le croire, il le fait ; c’est bien pour cela que je mets toute mon énergie à le contrer ! Il est beaucoup trop dangereux pour les salariés, qui n’ont que leur salaire pour vivre ou survivre !

Maintenant, le fait que Sarkozy ait dit avant ses présidentielles, que les RTT sont inutiles quand on est smigard, qu’il faudra donc "travailler plus pour gagner ?", ça prend un nouvel éclairage, à la lumière de ce qu’il compte nous servir, après avoir fait de somptueux cadeaux aux riches,qui visiblement n’en n’avaient pas besoin !

Je note au passage, que seuls les salariés vont devoir renflouer les caisses de la Sécu : TVA (anti)SOCIALE + FRANCHISE SANTE + CHARGES SALARIALES ... et le patron : 0.

En fait, les charges patronales se faisaient sur les bénéfices fabriqués par les salariés. On voit donc la main mise supplémentaire sur les fruits du travail des salariés.

Tant qu’on ne regardera pas, dans les yeux, LA QUESTION DES BENEFICES DE L’ENTREPRISE, à savoir, reconnaître qu’ils appartiennent en majorité aux salariés, et comment et quand leur restituer, la GAUCHE avec les communistes, la LCR, les Verts, ... sera toujours en alerte pour rappeler quelques vérités !


TVA sociale ou TVA patronale ? La grande entourloupe ?
14 juin 2007 - 18h29 - Posté par

Les RTT sont une chose et la "TVA sociale" une autre. Moi j’essaie d’être un marxiste sérieux qui, avant de se déterminer en conscience, regarde les faits avec objectivité . Je dis, et je répète, qu’il me parait anormal qu’une part de plus en plus importante de produits manufacturés ne participent plus aux compte sociaux des pays où ils sont consommés et souvent pas davantage à ceux des pays où ils sont fabriqués ! Si la "TVA sociale" est un moyen de faire cesser cette anomalie, il faut aviser, c’est tout !

Quand aux patrons, ce sont souvent les mêmes qui vendent et fabriquent (sans transpirer), ici ou ailleurs, la même camelote, et encaissent les profits de leur monopoly ! Et la c’est pas la "TVA sociale" qui, durablement, peut enrayer la baisse tendancielle de leur taux de profit (Voir K Marx).

CN46400


TVA sociale ou TVA patronale ? La grande entourloupe ?
14 juin 2007 - 20h41 - Posté par

Fichtre ! Sarkozy et ses laquais seraient devenus Marxiste ? Les temps changent, le chantre du libéralisme sauvage serait en définitif un communiste déguisé ? Lorsque tu dis, je te cite, (… qui me paraît anormal qu’une part de plus en plus importante de produits manufacturés ne participe plus aux comptes sociaux du pays...), (... Si la TVA sociale est un moyen de faire cesser cette anomalie...). Autrement dit tu trouves normal qu’un salarié gagnant péniblement 1000 EUR par mois soit ponctionné dans les mêmes proportions, à partir du moment où il participe aux comptes sociaux du pays, qu’un privilégié au salaire élevé et qui généralement travaille moins mais gagne plus. La TVA est quand même l’impôt indirect le plus injuste, n’est-ce pas ? N’aurait-il pas été plus sensé de modifier la fiscalité sur le revenu, impôt le plus juste. Tout d’abord en faisant payer plus les hauts revenus. Car parallèlement l’on réduit les prélèvements d’impôt sur les grandes fortunes, l’on exonère les grandes entreprises des charges sociales sur les heures supplémentaires, le coût serait estimé à 5 milliards d’euros. Cette TVA sociale, c’est certain, baissera le coût du travail, ce qui représentera pour les salariés une perte sèche sur la partie indirecte de leur rémunération. Ensuite il faudrait être crédule pour croire que les employeurs utiliseront cette TVA sociale pour baisser leurs prix, leurs priorités seront d’accroître leur part de profit, encore une fois ce sera les mêmes qui paieront la facture. D’ailleurs ils n’utilisent déjà plus le terme TVA sociale mais TVA anti délocalisations pour nous faire croire que les cotisations sociales seraient du salaire différé, leur allégement ferait baisser le prix du travail. Pourtant 25 milliards d’euros d’exonération ont déjà été accordés aux entreprises et aux patrons et cela jusqu’à aujourd’hui, n’a jamais contribué à supprimer les délocalisations.


TVA sociale ou TVA patronale ? La grande entourloupe ?
15 juin 2007 - 09h41 - Posté par

La "TVA sociale" peut être un moyen de faire porter sur tous les produits (locaux ou importés)les charges sociales.

A force de répéter les termes utilisés utilisés par le patronat on finit par les croire .... On parle du salaire indirect des salariés (socialisé) et non de la part sociale du pays, ...

Utiliser le terme "Charges" a pour objet de l’extérioriser du salaire. Ce n’est pas le cas, c’est un élément du salaire . Proposer que cette partie du salaire soit payée par d’autres est un grand sport national pratiqué par tous les gouvernements de gauche et de droite, au détriment des salariés. Et avec le succès que l’on sait...
Notre ami dit :

.../... Je dis, et je répète, qu’il me parait anormal qu’une part de plus en plus importante de produits manufacturés ne participent plus aux compte sociaux des pays où ils sont consommés et souvent pas davantage à ceux des pays où ils sont fabriqués !..../...

Ces termes alambiqués méritent qu’on s’y arrête : On parle là de comptes sociaux du pays , mais ce n’est pas le cas du salaire indirect ! C’est à nouveau de la part indirecte du salaire dont on parle. Ce ne sont donc pas les comptes sociaux du pays . Transférer la part indirecte du salaire sur les "comptes sociaux" du pays c’est effectivement l’extérioriser du salaire, donc du salarié, alléger la part patronale et au final pouvoir agresser tranquillement et plus aisément les dépenses sociales, une fois qu’elles sont totalement centralisées dans les mains des politiques de droites ou de gauches. Gageons qu’après un bon à 23 ou 24% "on" nous dira qu’il faut abaisser cette ponction sur la consommation du pays et on taillera plus aisément là sur les comptes devenus socialisés de la protection sociale pour revenir dans les clous (15% de TVA).

Le processus Tatchérien, puis blairiste , par exemple sur la santé, a pu se développer d’autant plus aisément que le système de santé britannique ne relevait pas d’un système d’assurance maladie mais directement de l’état. Les mises sous contrôle de la sécu, de plus en plus importantes, par l’état avaient cet objectif (et un autre induit : puiser dans les caisses...).

Enfin, le Sarkozisme comme le Royalisme, sur ces questions partent d’un présupposé :
Les entreprises en France ne seraient pas compétitives à cause du cout du salaire (là on s’attaque à la part indirecte du salaire, la part socialisée des salaires, la CMU ayant un autre mode de financement ....).

C’est pour cela d’ailleurs que la France se situe régulièrement dans les 3 ou 4 principaux états du monde bénéficiaires d’investissements directs venant de l’étranger.
C’est également pour cela que les travailleurs français sont régulièrement classés parmi les travailleurs les plus productifs du monde (salaires directs + indirects comparés avec ce qui est produit).

Ces deux éléments statistiques montrent que la question du cout des salaires directs ou indirects n’est pas le problème en France, (ni la question de l’imposition d’ailleurs). L’usine à gaz de Fillon part d’un postulat avoué inexact, mais d’une réelle volonté inavouée : transférer des richesses des salariés, via la collectivité, vers les entreprises et donc in fine vers les patrons et les actionnaires.

C’est un puits sans fond, qui n’enrichit pas les salariés, qui n’enrichit pas la collectivité, mais permet aux actionnaires de se gaver un peu plus.

La relative anémie de la croissance dans l’Union Européenne est à rechercher ailleurs. Et pour la partie plus spécifiquement française à rechercher dans la part gigantesque de la richesse prise par la classe possédante sur les richesses de ce pays.

Toutes les aides et allègements des salaires indirects ne servent sérieusement qu’à enrichir les patrons et les actionnaires, elles ne créent pas sérieusement d’emplois, ni n’enrichissent les salariés. Les sur-revenus qui seront obtenus en faisant payer à la classe salariée ce qui leur était payé préalablement par les patrons (les soit-disantes "charges sociales"), ne serviront qu’à enrichir un peu plus la bourgeoisie de ce pays.
Aider les patrons et les actionnaires, ce n’est pas accroitre la solidité des entreprises, ni leurs capacités d’innovations, ni aider les salariés, c’est favoriser directement l’accroissement des bulles boursières, financières et immobilières, c’est accroitre l’instabilité et mettre en péril la prospérité de tous. L’ensemble des "aides" ou "allègements" qui se sont faits n’ont jamais réussi à rendre plus compétitives les entreprises en France mais à poursuivre le rêve délirant d’une croissance de 10% des revenus (en prise de valeur des actions comme en bénéfices) pour la classe possédant française !

La bulle immobilière est déjà un des symptômes éclatants du trop-plein de richesse engrangé en France (et dans le monde, car le même processus se retrouve dans tous les pays) par la bourgeoisie. La bulle financière qui est en train de se remettre en place après la lessive qui avait démarré en 2000, en est un des autres symptômes. Trop de fric va aux possédants.

Fillon propose de donner encore un peu plus à ceux qui on déjà trop. On n’est pas dans la merde.
Les entreprises, en tant que telles, n’y gagneront rien , car sans contrôle des conditions de redistribution internes de la suppression du salaire indirect, ça sera évidemment ceux qui controlent les entreprises qui vont empocher. L’avenir ils s’en foutent .

Copas


TVA sociale ou TVA patronale ? La grande entourloupe ?
14 juin 2007 - 20h51

Entiérement d’accord avec l’analyse,mais une large majorité de francais est allée voter pour élire sans embiguité notre cher président,alors,àmoins de faire le bonheur des gens malgrés eux,que proposez vous ?
La soumission et la docilité,au nom du prétendu pragmatisme n’est certes pas la solution,mais exposer à un public convaincu d’avance une analyse de la situation qu’il à déjà sans doute faite de lui_même est ,non obstant le côté défoulement,sans doute vain.
Alors ,si le monde dans lequel la majorité d’entre nous à décidé de vivre ne nous convient pas,quelle alternative REALISTE proposer ?
Réfléchissons à changer le qotidien ,à nos rapport à autrui ,dans le cadre professionnel,privé...
ET SURTOUT, N’AYONS PAS PEUR DE TENTER D’INVENTER UN AUTRE MONDE
Je reviendrai...

"penser plus pour travailler mieux"



TVA sociale ou TVA patronale ? La grande entourloupe ?
4 octobre 2008 - 10h59 - Posté par pascalbx

En résumé et si je comprend bien le but des entreprises est de faire des profits sans vendre le moindre produit manufacturé ? Puisque si le prix est trop haut nous ne pourrons pas acheter ! Il manque certainement quelques informations dans cet article pour que cela soit correct. Biensûr le salaire ne changera pas puisque c’est le net que nous touchons et dépensons ; La concurrence passant par là, les prix de revient des objets acheté hors TVA vont baissé puisque les cotisations n’y sont pas incorporée ; Si vous augmenter un taux sur quelque chose qui coûte moins cher, vous retomber sur les mêmes prix que ceux antérieurs.
Si nous continuons ce raisonnement l’exportation des produits fabriqués en France, qui se font hors TVA, seront donc moins chers donc plus concurrentiel, ceux qui engendre ; plus de vente donc plus de travail , donc moins de chômage et moins de délocalisations.
Les importations au contraire subirons une TVA plus forte donc, nos produits français
pourrons être plus concurrentiel dans notre pays, engendrant aussi plus de vente et donc moins de chômage.
Je pense que s’il y a plus de travail sur notre territoire, il y aura moins de chômage, plus de confiance dans l’avenir, donc plus de "cotisation" sous forme de TVA sociale, et non pas fiscal puisque qu’elle tombe dans les caisses de sécurité sociale et de retraite, qui nous fait retomber sur la même situation qu’aujourd’hui.
En fin de compte c’est sa mise en place qui fait peur et qui chamboule nos habitudes, nous avons peur de l’inflation pendant cette période, le temps que tout le monde prennent ses repères ; nous avons peur que la sécurité sociale soit plus en déficite et donc avoir des frais supplémentaires de soins et une retraite moins rémunéré, mais nous pouvons constater que c’est ce qui se passe aujourd’hui par des ajustements , des réformes impopulaires et qui vont se perpétuer jusqu’a l’équilibre qui sera, sa disparition pur et simple parce personne ne cotisera plus car plus de travail, plus de "riches" qui tentent d’investir, plus de santé et retour au niveau du moyen-âge en quelque sorte.






SOLIDARITE UGTG - NON A LA REPRESSION ANTI SYNDICALE EN GUADELOUPE
jeudi 22 - 21h26
de : UNION GENERALE DES TRAVAILLEURS DE GUADELOUPE
Sur le principe du multiplicateur keynésien
jeudi 22 - 16h07
de : Jean-Pierre Beux
Italie, Rome : 22 févr. 1980 Valerio Verbano était assassiné (video)
jeudi 22 - 15h47
de : Roberto Ferrario
Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! Milan, 1975 (vidéo complète)
jeudi 22 - 14h13
de : Roberto Ferrario
Khaled Issa : « Il n’y a pas de réaction à la hauteur de la gravité de la situation à Afrin »
jeudi 22 - 13h08
de : Azad Kurkut
La vie en intérim / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 22 - 12h36
de : Hdm
Expulsion en cours au bois Lejuc
jeudi 22 - 10h21
Bure : au moins 15 arrestations lors de l’évacuation des opposants, au projet Cigéo, de la ZAD de Bure (video)
jeudi 22 - 10h03
1 commentaire
Bure Expulsion en cours
jeudi 22 - 07h58
de : Jean-Yves Peillard
2 commentaires
Intégrisme religieux, laïcité , émancipation, marxisme (tmi)
mercredi 21 - 23h56
de : Christian DELARUE
LA DETTE ET LE DEMANTELEMENT DE LA SNCF… CERTAINS ESPERENT SE REGALER !
mercredi 21 - 20h29
de : Nemo3637
A Lacq, l’industrie pollue gratuitement et impunément grâce à des élus locaux anti-écologie
mercredi 21 - 19h29
de : jean 1
VENEZUELA : création d’une criptomonnaie basée sur les ressouces naturelles du pays !
mercredi 21 - 18h05
de : JO
Israël : Benyamin Nétanyahou fragilisé par un nouveau scandale
mercredi 21 - 13h35
de : Cyrille Louis
LA QUESTION KURDE
mardi 20 - 20h26
de : Ernest London
OR GRIS
mardi 20 - 19h23
de : MARTINE LOZANO
Confirmation de la crétinisation du monde
mardi 20 - 19h19
de : PMO viaJYP
Italie. Ils veulent redonner le pouvoir au peuple
mardi 20 - 11h12
de : Gaël De Santis via FR
Ses Camarades qui ont été fusillés le 21 février 1944 au Mont Valérian (video)
mardi 20 - 10h37
de : Bernadette Leydier
Les fréquentations antisémites de la droite israélienne
mardi 20 - 10h02
de : CAPJPO-EuroPalestine
Comment 200 000 représentants du personnel vont perdre leur statut de salariés protégés
mardi 20 - 08h31
DE L’ESCLAVAGE : PLAIDOYER POUR JOHN BROWN
lundi 19 - 16h54
de : Ernest London
Potere al Popolo : la nouvelle gauche en Italie qui renaît des cendres de Gramsci
lundi 19 - 15h16
de : Marco Cesario via FR
1 commentaire
Forfaiture sur le forfait-jour
lundi 19 - 11h55
de : Ugict-CGT
LA SNCF A CRÉÉ DES CENTAINES DE FILIALES POUR MIEUX PRÉPARER LE DÉMANTÈLEMENT DU TRANSPORT FERROVIAIRE
lundi 19 - 10h57
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Le 22 mars 2018 : le retour des cheminots à Paris
lundi 19 - 10h48
de : CGT des Cheminots de Saint-Denis
FORD S’ACHARNE… CONTRE NOUS MAIS PAS POUR L’USINE !!!
lundi 19 - 10h44
de : CGT FORD
VENEZUELA : 55% de la population approuve une réélection de Maduro !
dimanche 18 - 21h13
de : JO
Jann Halexander rend hommage à la chanteuse canadienne Pauline Julien le 9 mars
dimanche 18 - 19h19
VENEZUELA : la Colombie recrute des mercenaires Vénézueliens
dimanche 18 - 16h25
de : JO
LA JOIE ARMÉE
dimanche 18 - 15h12
de : Ernest London
À Naples, rencontre avec Potere al Popolo (vidéo)
dimanche 18 - 12h29
de : Jean-Luc Mélenchon via RF
Augmenter la pression contre le licenciement de Gaël Quirante
dimanche 18 - 11h26
de : olivier
Mirages 2000, chars Leclerc, canons Caesar : la France et ses entreprises, fournisseurs officiels de la guerre au Yémen
dimanche 18 - 03h37
de : stef131
El votán Zapata
samedi 17 - 16h36
de : Georges Lapierre
Après NDDL : des ZAD partout ?
samedi 17 - 13h59
de : JO
Rennes : Deux enseignantes convoquées au rectorat pour avoir organisé une sortie scolaire à La Maison de la Grève
samedi 17 - 11h44
1 commentaire
TROIS OPTIONS POUR L’EUROPE !
vendredi 16 - 23h05
de : LE BRIS RENE
LE VRAI SCANDALE DES GAZ DE SCHISTE
vendredi 16 - 19h12
de : Ernest London
LE ROI NE MARCHE PLUS IL VOLE....
vendredi 16 - 18h56
de : Mickael Wamen
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Tout compromis repose sur des concessions mutuelles, mais il ne saurait y avoir de concessions mutuelles lorsqu'il s'agit de principes fondamentaux. Gandhi
LE JOURNAL DU MEDIA à 20H
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Italie. Ils veulent redonner le pouvoir au peuple
mardi 20 février
de Gaël De Santis via FR
Communistes, écologistes et militants des centres sociaux autogérés partent ensemble aux élections législatives italiennes du 4 mars . La gauche qui ne s’est pas rendue aux sirènes néolibérales reprend espoir en Italie. Et si elle retrouvait le chemin du Parlement  ? Depuis le mauvais score des communistes, en 2008, elle n’est en effet plus représentée dans les institutions nationales. Cette année, le monde militant antilibéral a retrouvé le chemin de l’unité, sous (...)
Lire la suite
Potere al Popolo : la nouvelle gauche en Italie qui renaît des cendres de Gramsci
lundi 19 février
de Marco Cesario via FR
1 commentaire
Les élections législatives approchent en Italie et dans un pays ravagé par une extrême droite toujours plus agressive et rampante qui prend comme cible les migrants et toute sorte de minorité ethnique ou religieuse, une nouvelle force politique voit le jour : Potere al Popolo ! (Pouvoir au peuple, en français) un mouvement de jeunes, ouvriers, précaires, étudiants, militants, résistants. “Nous sommes les sans emploi - lit-on dans le programme - nous sommes les (...)
Lire la suite
Italie. Elections du 4 mars 2018. Et programme du mouvement Potere al Popolo
lundi 12 février
de Jean-marc B via RF
Nous présentons, ci-après, une version française intégrale et annotée du programme de Potere al popolo[1] pour les élections législatives nationales italiennes du 4 mars 2018 (renouvellement des 630 membres de la Chambre des députés et des 315 membres du Sénat)[2]. Elles se dérouleront selon la nouvelle loi électorale adoptée en novembre 2017. C’est un système alambiqué, difficile à saisir dans son fonctionnement (à quel candidat sont finalement attribuées les voix exprimées ?[3]) et (...)
Lire la suite
Potere Al Popolo
vendredi 9 février
de Mathieu Dargel via RF
Point culminant d’une initiative lancée cette automne, la première Assemblée Nationale de la liste « Potere al Popolo » s’est tenue à Rome le dimanche 17 décembre. Plus de 1000 personnes issues de collectifs militants, centres sociaux, associations, mouvements écologiques, syndicats et partis politiques, se sont réunies pour adopter le principe d’une liste unique de la gauche antilibérale et anticapitaliste aux prochaines élections législatives du printemps 2018, après (...)
Lire la suite
Italie, POTERE AL POPOLO : Manifeste pour une liste populaire aux prochaines élections.
mercredi 7 février
de via Roberto Ferrario
1 commentaire
Nous avons trop attendu…. Maintenant nous nous portons candidats ! Nous sommes les jeunes qui travaillons au noir, les précaires à 800 euros par mois et qui en ont besoin, qui souvent émigrent pour trouver mieux. Nous sommes les travailleu(r)ses soumis chaque jour et des chantages plus lourds et offensants pour notre dignité. Nous chômeuses, en chômage partiel ou en pré-retraite. Nous sommes les retraités qui vivent de peu, même s’ils ont peiné toute leur vie et qui maintenant (...)
Lire la suite
Sognavamo cavalli selvaggi
jeudi 1er février
de Luca Visentini via RF
Il est enfin sorti en version papier comme e-Book. https://www.amazon.it/Sognavamo-cav... https://www.amazon.it/Sognavamo-cav... Ce sont cent contes courts ou très courts qui, dans l’ensemble, reconstruisent, en une seule affaire, la Milan de 1968 à 1977 d’un garçon de la nouvelle gauche. Un compagnon de base, pas un dirigeant, ni un repenti. On ne parle pas d’analyses politiques ou de querelles idéologiques, mais d’amour, d’amitiés, de famille, de luttes (...)
Lire la suite
PROCÈS DES 7 DE GOODYEAR : LA COUR DE CASSATION CASSE LES SALARIÉS
jeudi 25 janvier
de Info’Com-CGT
1 commentaire
Le syndicat Info’Com-CGT est scandalisé par la décision de la Cour de Cassation d’Amiens : elle vient de confirmer le verdict de la Cour d’appel condamnant 7 salariés de Goodyear à des mois de prison avec sursis (pour certains 24 mois), 5 ans de mise à l’épreuve et l’inscription au casier judiciaire B2 ! Cette décision est hallucinante étant donné que la position du procureur était de valider notre recours et ...d’appuyer la démarche de casser le (...)
Lire la suite