Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le communisme presque parfait de Wikipedia
de : IlROsso.....
mercredi 11 juillet 2007 - 00h41 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Actuellement en pleine réflexion sur le communisme et ses exemples de réussites, voici un article intéressant sur Wikipedia..

IlRosso..

source :http://www.newropeans-magazine.org/...

Wikipedia est aussi l’un des fers de lance d’une nouvelle génération de sites Web qui mutualisent les efforts d’une communauté virtuelle. Ces efforts ne sont pas rémunérés. On pourrait évoquer pêle-mêle, comme sources de motivation, le sentiment de participer à une grande aventure collective, l’impression d’être au cœur de ce qui va faire époque, le fait d’apporter une pierre à l’édifice du savoir et de faire grossir le bien commun, le plaisir d’être instantanément publié et de voir en ligne l’effet de son action, la libération à l’égard des formes d’autorité et des hiérarchies traditionnelles, la joie de voir les efforts de la communauté virtuelle reconnus par un très grand succès, etc. Tous ces éléments sont déterminants dans la popularité de Wikipedia.

Wikipedia est un outil très adapté aux connaissances qui ne font pas partie des domaines traditionnels de la connaissance. La vie quotidienne, les actualités, tous les sujets étrangers aux disciplines classiques trouvent naturellement leur place dans "l’encyclopédie libre". Chacun est libre de créer un sujet, aussi peu conventionnel soit-il. L’anonymat, le traitement par mot-clef et l’absence de classification des articles ont supprimé les contraintes de l’édition classique et encouragé beaucoup de lecteurs à devenir éditeurs. Wikipedia réussit à regrouper des gens partageant les mêmes centres d’intérêt. Le traitement de l’information par des communautés ayant atteint une taille critique fait que l’encyclopédie devient l’un des premiers lieux où l’on se dirigera sur Internet pour avoir un aperçu des tendances de la société. La proximité de l’utilisateur avec les sujets traités et la communauté virtuelle explique que l’on puisse y trouver aussi bien dix-huit recettes de fondue au fromage25 que le poids du plus gros hamburger du monde (6,75 kg) servi dans un restaurant de Pennsylvanie26, une fiche présentant le jeu de société Civilization ou bien encore le palmarès complet de récompenses et médailles gagnées par le footballeur Zinedine Zidane, sa décision de prendre une retraite sportive ayant d’ailleurs été transcrite en un temps record sur l’encyclopédie. Il y a un aspect pot-pourri ou bazar complet ("ultimate bazaar") dans Wikipedia, suivant l’expression même de Jimmy Wales.

La gestion en ligne de l’encyclopédie et l’absence d’édition hors-ligne influencent grandement le travail collaboratif. Les modifications restent minimes dans la plupart des cas. Il s’agit de corrections et de retouches, l’apport d’un gros volume de texte étant très rare. On trouvera peu d’articles de fond, qui ne se limiteraient pas aux froides données positives et qui accompliraient un véritable travail pédagogique. Tant au niveau de l’édition des articles que de sa structure générale, Wikipedia est dépourvue d’ordre encyclopédique, c’est-à-dire d’une méthode d’accès réfléchie à la connaissance. On perd le sens étymologique de l’encyclopédie qui est celui d’un parcours circulaire de la connaissance27, au profit d’une recherche immédiate d’information, favorisée par la complicité avec les moteurs de recherches actuels.

Le succès actuel de Wikipedia accélère et entérine plusieurs évolutions remarquables d’un point de vue sociologique. La connaissance et la culture entendues au sens classique se trouvent déportées vers le champ des hobbies, de ce que l’on fait le soir ou le week-end par plaisir, ou de ce que l’on pratique à temps perdu. Les articles ne sont pas signés et n’engagent pas la responsabilité de leurs auteurs. Wikipedia est comme un club de sport où l’on peut librement utiliser les appareils, se passionner pour ce que l’on fait ou s’y amuser, voire se disputer avec les autres pour l’usage de tel ou tel appareil, tout cela sans décliner son identité réelle. L’encyclopédie accueille et stimule l’activité anonyme des contributeurs. On peut basculer à tout moment du rôle de lecteur à celui d’éditeur, ou bien même se donner plusieurs pseudonymes et déployer ses activités sous plusieurs identités. Comme dans les jeux, l’invention d’identités virtuelles ou " avatars28" peut rapidement faire oublier la réalité sociale. Un trait caractéristique de Wikipedia, c’est de n’être en aucun cas un club, c’est-à-dire une communauté fermée : chacun peut instantanément en devenir membre, sans candidature, sans examen et sans procédure de recrutement.

La communauté exerce un contrôle sur ses membres, à travers des préceptes divers, des recommandations et des normes éditoriales. Toutefois, ce contrôle ne se fait pas vraiment sentir comme tel, dans la mesure où c’est principalement un contrôle mutuel que les membres exercent à distance les uns sur les autres. À chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins, sous l’œil attentif du voisin de palier. Wikipedia est un communisme, un système de production et de partage dont le principe est la mise en commun des biens. La connaissance et la culture y sont rendues communes, accessibles à tous et produites par tous. La propriété privée est abolie, l’identité sociale dépassée, le travail collectivisé. Dans la réalisation du communisme, on n’a jamais fait aussi bien : invoquera-t-on la République de Platon ou l’Etat soviétique, comme termes de comparaison29 ? La supériorité du wiki saute aux yeux et n’a même pas besoin de défenseurs. Il n’y a d’ailleurs nulle nationalisation, dans la mesure où les participants produisent le bien qu’ils partagent. Nulle violence originelle non plus, les fondateurs et leurs descendants ayant créé leur espace de toutes pièces. Tout cela contribue à asseoir une image éminemment positive.

Wikipedia s’est développé jusqu’à présent sur la base d’une logique de participation libre, opposée au principe de propriété. Au regard de la richesse de cette œuvre collective, les tentations restent grandes de se l’approprier. Ce détournement pourrait prendre la forme d’une société de services implantée au sein de la Wikimedia Foundation, à l’image d’une société comme Red Hat, qui fournit des services informatiques à partir de solutions open source. Cette évolution pourrait prendre aussi la forme d’un partenariat avec plusieurs Universités et centres de recherche, qui délègueraient leurs experts pour vérifier et corriger un certain nombre d’articles. On aurait alors une version homologuée de Wikipedia, comme le réclame Larry Sanger, une œuvre gigantesque et de très bonne qualité. Dans ce cas comme dans l’autre, l’encyclopédie ferait l’objet d’une appropriation et d’une valorisation du travail accumulé au profit d’intérêts particuliers, même dans un but lucratif. Nous pensons toutefois que le diagnostic de Larry Sanger30, est sur ce point erroné : si la réalisation d’une version universitaire de l’encyclopédie n’est pas à l’ordre du jour, ce n’est pas parce que les wikipédistes auraient " en horreur les égards traditionnellement accordés à l’expertise31", mais parce qu’il s’agit là d’un retour au système d’édition classique signifiant une appropriation de l’œuvre collective par quelques individus, semblable à celle que Platon avait accordée aux philosophes sur la République. L’horreur supposée de l’expertise n’est en réalité qu’une conséquence parmi d’autres de la logique propre au projet Wikipedia, logique qui se trouve en opposition avec le modèle éditorial classique, dont Larry Sanger ne s’est jamais vraiment détaché32.

Quelles sont les chances qu’a Wikipedia d’échapper aux appétits du monde des affaires ou à ceux du monde des experts ? Les contenus de l’encyclopédie sont disponibles sous "licence publique générale",General Public License ou GPL, dont les caractéristiques ont été définies par la Free Software Foundation sise à Boston. En bas de tous les articles de Wikipedia, on trouve la mention légale : " texte disponible sous GNU Free Documentation License33 ", dont les statuts sont définis par la Free Software Foundation. La GPL autorise toute personne à recevoir une copie d’un travail effectué sous cette formule juridique. Toute personne a le droit de modifier le travail, de l’étudier et de redistribuer le travail ou un travail dérivé. Cette personne peut toucher de l’argent pour ce service ou bien ne rien toucher. Ce dernier point distingue la GPL des autres licences de logiciels qui interdisent la redistribution dans un but commercial. Richard Stallman pense que le logiciel libre ne devrait pas placer de restriction sur l’utilisation commerciale, et la GPL indique explicitement qu’un travail sous GPL peut-être (re)vendu34. La GNU Free Documentation License est le complément de la licence concernant les logiciels informatiques. Il est juridiquement possible que l’on assiste à la vente de l’encyclopédie sur support physique, après intervention éventuelle des experts. Il est à noter aussi qu’au regard de la liste actuelle des projets, le communisme de Wikipedia ne semble pas menacé. Ce que nous appelons ici le communisme va au-delà de la " licence publique générale " : il implique que le travail volontaire fourni par les contributeurs ne puisse faire l’objet d’une appropriation. L’encyclopédie libre est une entreprise alternative au système « capitaliste » qui repose sur des droits de propriété exclusifs, des savoir-faire que l’on ne dévoile pas, des brevets que l’on dépose et des choses dont on restreint la diffusion à ceux qui ont les moyens de payer, sous peine de se mettre en faillite à brève ou moyenne échéance.

L’exemple de Wikipedia montre que la frontière entre biens marchands et biens non-marchands deviendra plus incertaine encore. Simultanément, les marques se protègeront de manière plus agressive. Les aventures du " libre " comme Wikipedia resteront cependant limitées, car elles vont à l’encontre du fonctionnement général de notre système économique. La progression du " travail gratuit " est quant à elle certaine : on ne parlera pas ici de bénévolat, mais bien de travail gratuit, puisqu’un travail autrefois rémunéré cesse brutalement de donner lieu à des transactions monétaires et se voit confié à la bonne volonté de tous. Il est alors inévitable que le système économique cherche à tirer profit de ces contributions de masse, dans le contexte de la mise en réseau généralisé et de la socialisation virtuelle. Les exemples sont déjà nombreux d’une combinaison entre l’appel à la communauté, le travail gratuit et les services en libre accès d’un côté, le maintien ou l’intervention de la propriété comme source de plus-values de l’autre. On évoquera ici l’exemple de MySpace (espace communautaire de la jeunesse américaine), racheté il y a six mois 580 millions de dollars par FOX (Rupert Murdoch), les sites collaboratifs Del.icio.us (partage de signets, racheté par Yahoo ! ) et Flikr (partage de photos, racheté par Yahoo ! ), etc. Le rattachement de Wikipedia à la Fondation Wikimedia ne permet pas la vente de l’encyclopédie...

Enfin, le statut de la connaissance change. Autrefois, la connaissance et la culture étaient enfermées dans des livres, ou bien dispensées par des professeurs salariés. Le livre avait un prix et le professeur gagnait sa vie en enseignant. Il n’en va plus de même avec Wikipedia. Le problème n’est pas nouveau, depuis les attaques de Platon contre la vénalité de l’enseignement des Sophistes. Est-il toutefois besoin d’experts, c’est-à-dire de personnes tout spécialement chargées de rassembler, produire et diffuser la connaissance ? Platon donnait dans le Ménon l’exemple de l’apprentissage de la langue : nous avons appris à parler, mais personne ne nous a pris à part pour nous l’enseigner. On apprend à parler une langue maternelle par immersion linguistique. Il semble aujourd’hui qu’il n’y ait plus de limites à l’apprentissage par immersion cognitive sur Internet. Est-il besoin même d’apprendre ? Tout étant toujours et partout disponible, la mémoire devient superflue. C’est oublier la formation du jugement, essentielle pour choisir ce que l’on doit considérer comme digne d’apprentissage35 et pour s’orienter à travers les masses compactes de l’information. L’accès au savoir passe désormais par la communauté des bénévoles, pleins de fierté et d’enthousiasme à l’idée d’être investis d’une mission pédagogique universelle. Tous sont professeurs et tous sont élèves : la relation de maître à disciple, qui a constitué la matrice historique de l’enseignement et de l’éducation, a entièrement disparu. Wikipedia pourrait être considérée à la fois comme l’ultime dégradation de la connaissance et de la culture, en termes de statut - aucune compétence spéciale n’est a priori requise pour éditer - et comme la réalisation de l’idéal des Lumières, l’accès de tous à la connaissance et la formation réciproque des esprits étant assurés à travers la libre communication. Cette ambiguïté reste passablement troublante.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Wikisource
30 juillet 2007 - 02h05

Il y a d’autres projets Wikimedia, et certains sont bien plus fiables et solides que Wikipédia. Je pense à Wikisource, par exemple, qui utilise un système de vérification très impressionnant.

http://fr.wikisource.org

Et exemple ici :

http://fr.wikisource.org/wiki/Page :...



Wikisource
30 juillet 2007 - 02h06 - Posté par

oups le dernier lien est mal passé : il faut enlever l’espace entre Page et :Essais.





L’État français cherche à nous faire oublier les essais nucléaires en Polynésie
lundi 21 - 22h11
de : Delaunay Matthieu
Sécurité.
lundi 21 - 19h38
de : L’iena rabbioso
Erreur de Pôle emploi en votre défaveur : garder des nerfs d’acier
lundi 21 - 09h48
Appel du non lieu dans la mort de Rémi Fraisse
dimanche 20 - 23h30
de : desarmons-les
Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
10 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
5 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
9 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le problème aujourd'hui n'est pas l'énergie atomique, mais le coeur des hommes. L'Etat est notre serviteur et nous n'avons pas à en être les esclaves. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite