Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Olivier Ihl : pète les plombs ! (video)
de : Grenoble
vendredi 30 novembre 2007 - 15h22 - Signaler aux modérateurs
8 commentaires
JPEG - 33.7 ko

Jeudi 29 novembre à l’aube, Olivier Ihl, directeur de l’Institut d’études politiques de Grenoble a littéralement pété les plombs en frappant violemment à l’aide d’une barre de fer des étudiants.

A 7 heures du matin, devant l’entrée de l’IEP, des étudiants tenaient le piquet de grève pour empêcher la reprise des cours annoncée la veille par le directeur.

Ce dernier n’a pas attendu l’arrivée des forces de l’ordre demandées par la présidence de l’UPMF pour se faire justice lui-même. Lire le communiqué des étudiants.

Le jeune, ambitieux et sportif directeur de l’IEP, n’en est pas à son premier coup de sang ni coup de poing.

Il s’est déjà distingué à l’époque de la lutte anti-CPE en frappant des étudiants qui bloquaient son établissement.

Autant coutumier de la violence que du blabla sur les rites républicains, Olivier Ihl s’est empressé, comme tout agresseur intelligent, de se faire passer pour la victime. Il a bavé quelques explications extravagantes à ses amis de Libération, déclarant qu’il allait porter plainte et réclame des "mesures disciplinaires".

Malheureusement pour lui, des dizaines de témoins et des journalistes de France 3 ont assisté à la scène. Résultat, la vidéo du pétage de plomb qui a beaucoup fait parler circule sur le Web.

Devant la gravité de son geste, il est impossible d’imaginer qu’il puisse conserver bien longtemps son poste de directeur, même si la présidence de l’UPMF lui a apporté officiellement son soutien.

Si l’on est en droit de se poser des questions sur la suite de la carrière de Ihl, ce malencontreux épisode risque bien de porter préjudice au candidat Destot qui a eu l’heureuse idée de recourir aux services du politiste-puncheur pour sa campagne.


Deblocage du campus de Grenoble par les CRS


Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Olivier Ihl : pète les plombs ! (video)
30 novembre 2007 - 16h36

Ici, le texte d’un document Word envoyé via mail à tous les étudiants de l’IEPG.

Récit par Olivier Ihl de l’altercation
qui s’est produite le 29 novembre 2007 à l’IEPG

Devant l’émoi suscité par l’altercation qui s’est produite vers 6 h 50 devant l’IEP, je souhaitais très simplement vous apporter mon témoignage sur ce qui s’est passé. La plupart des étudiants ne sont arrivés qu’après les faits et n’ont pu se faire une idée qu’en fonction des images vidéo qui ne montrent que très partiellement le contexte de cette opération coup de poing sur l’IEP.
Dès la veille au soir, j’avais été averti par la concierge (vers 21 h 30) que des individus menaçants au nombre d’une vingtaine tentaient de rebloquer l’IEP au moyen de caddies, de poubelles et de rondins de bois. Elle avait pu les chasser par la peur que ses chiens leur inspirait.
Le lendemain matin, vers 6 h 45, j’ai reçu un appel au secours. La concierge, affolée, m’appelait pour me dire qu’ils « l’avaient enfermée dans Sciences PO ». Qu’ils étaient « agressifs », « qu’ils allaient tout casser ». Ils avaient bloqué toutes les issues, même la porte de secours à l’arrière du bâtiment. Elle ne pouvait plus en sortir (il faut savoir que nous avons impérativement besoin de deux à trois portes de secours pour les personnels en cas d’urgence).
Je suis arrivé sur les lieux à 7 h OO et n’ai pu entrer que par la fenêtre du service de reprographie où les deux femmes de ménage, terrorisées, m’ont expliqué que des individus masqués et cagoulés, portant des tiges noires en fer, les menaçaient. Je suis parti aussitôt, après les avoir rassurées car elles pleuraient, vers la porte d’entrée. J’ai découvert alors que celle-ci était totalement recouverte de poubelles, sacs, grilles de fer, rondins de bois… En entrebâillant la porte latérale et en faisant tomber certains objets, j’ai pu me glisser à l’extérieur où avec un collègue nous avons commencé à débarrasser l’entrée, conformément aux consignes qui avaient été passées en DTU. Les chiens de la concierge ont fait fuir la petite dizaine de personnes qui stationnaient là, dont certaines cagoulées. Je leur ai crié de ne pas revenir. Mais une à deux minutes plus tard, venus de Stendhal et de plusieurs parties de l’Université, un attroupement s’est formé de plus d’une cinquantaine de personnes armées de rondins (certains ont été conservés en témoignage), de tiges de fer en proférant des menaces à notre encontre. J’ai redit que je lâcherai les chiens s’ils nous attaquaient, essayant de leur faire peur pour qu’ils partent car ils étaient beaucoup plus nombreux que nous. Il faisait noir. Ces individus ne voulaient pas rester à distance. Au contraire, emmenés par quatre ou cinq leaders, d’une trentaine d’années, qui les encourageaient à faire le coup de force, ils se sont mis à nous entourer, avec l’idée de refaire leur barricade. Plusieurs me menaçaient physiquement de leur rondin de bois et d’objets en fer et me poussaient. Trop avancé, je ne pouvais plus rentrer par la grande porte, fermée, ni la petite, qui était trop loin, j’ai saisi la première chose qui me tombait sous la main pour me défendre. Avec la tige de poubelle qui était à ma portée, j’essayais de les tenir en respect.
Les cris fusaient « on va crasher le directeur » et ils m’acculaient contre la haie. Je n’avais aucune issue. Ils refusaient de rester à distance et se montraient de plus en plus menaçants, m’insultant à plusieurs reprises. Je n’ai pas voulu leur montrer que j’avais peur, ni me retourner par crainte de prendre un coup. C’est là que je me suis avancé en faisant tourner deux fois ma tige de poubelle. Aucun coup réel n’a été porté, et encore moins de blessure occasionnée. Le fameux étudiant blessé au visage » était le matin même à l’AG, sans aucune blessure. D’ailleurs, ils m’ont ensuite débordé. J’ai reçu alors une grande grille de fer qui m’a blessé aux mains et m’a luxé le petit doigt de la main gauche. Mon collègue m’a aidé à la repousser. L’altercation a été spectaculaire mais n’a pas fait de victime. Les cris ont alors redoublé : « fachos », « sarkosiste », « Destot au poteau ». La police ayant été annoncée, elle a fait diversion, et une minute et demie après les forces de l’ordre intervenaient.
Depuis cet incident, mis en scène par image vidéo sélectionnée (qui ne représente jamais le groupe agresseur), ces groupuscules ont entrepris une campagne de presse extrêmement violente à mon encontre, avec mon portrait et des appels à la haine contre moi placardés dès le lendemain sur plusieurs murs de l’Université. Comme pour un lynchage.
Je trouve ces procédés parfaitement indignes. J’ai été choqué par cette violence. Je veux remercier les très nombreux signes de soutiens d’étudiants, des personnels administratifs, de collègues enseignants, de la municipalité, du Ministère et de nombreux inconnus, indignés par ces procédés caricaturaux aux allures de « chasse à l’homme ». Soucieux de favoriser un retour à la normale, je tiens à redire qu’aucune mesure administrative ou disciplinaire ne sera lancée contre des étudiants de Sciences Po. Mon intervention visait à défendre les personnels agressés (notamment la concierge et les personnels de ménage) et à sauvegarder l’intégrité des bâtiments de l’IEP.
En appelant à un retour au calme et à la sérénité pour retrouver l’esprit du dialogue et de l’enseignement,
Bien sincèrement

Olivier Ihl
Directeur de l’IEP



Olivier Ihl : pète les plombs ! (video)
30 novembre 2007 - 21h12 - Posté par
Olivier Ihl : pète les plombs ! (video)
30 novembre 2007 - 22h30 - Posté par

Monsieur le Directeur,
N’ajoutez pas le mensonge à votre acte IGNOBLE ,cela suffit !!! Vous n’avez AUCUNE CIRCONSTANCE ATTENUANTE !!! AUCUNE !!!

François Pellarin.


Olivier Ihl : pète les plombs ! (video)
30 novembre 2007 - 16h53

Salut,

Je me répète mais ce monsieur a soutenu Ségolène Royal aux élections. Il est l’un des animateurs de la campagne du PS à Grenoble. Campagne associée avec le PCF.

Daniel Dauphiné.



Olivier Ihl : pète les plombs ! (video)
30 novembre 2007 - 17h29 - Posté par

Et alors ? Cela ne l’empêche pas d’être violent et dangereux.

Par ailleurs, Ségolène Royal n’est PAS un exemple. Et les militants PCF ne sont pas forcément enchangés d’avoir du faire bloc contre Sarko en s’alliant avec Royal.

G.B.


Olivier Ihl : pète les plombs ! (video)
30 novembre 2007 - 17h03

Encore un clône de Sarko ! C’est la méthode "Si tu ne la ferme pas je te casse la gueule".



Olivier Ihl : pète les plombs ! (video)
2 décembre 2007 - 16h18 - Posté par

Julliard, Audéoud (président de l’université Paris X nanterre), Ihl, dieu que la déchéance du Parti socialiste est pitoyable !


Olivier Ihl : pète les plombs ! (video)
2 décembre 2007 - 18h20 - Posté par

Bonjour

je suis chercheur et prof d’arts martiaux, et j’ai longtemps habité pas très loin du lieu de cette lamentable seynette. J’ai l’habitude de visionner des scènes d’affrontement et de relier des gestes à des postures. Ce que je vois là révèle deux choses : une haine rentrée des autres qui se trouve subitement exposée à une perte de maîtrise, et une absence de contrôle corporel et de perception des potentialités dans un contexte violent, ce qui est grave pour un soi-disant sportif, contexte qui, il faut relativiser un peu, restait à dominante humaine (si pas convaincu décoller pour Bagdad ou d’autres destinations sympathiques ...).

M. Ihl a eu de la chance de ne pas tomber sur un "vrai méchant", il ne resterait actuellement que des débris de sa cervelle, par ailleurs très demandée par les édiles grenobloises.

Face à ce genre de montée de tension physique en situation et quelque soit le camp que l’on défend, il faut toujours :
 maintenir une distance minimale entre les protagonistes (le ma japonais) ;
 ne pas prendre l’initiative d’un mauvais coup, a fortiori avec une arme, fut-elle aussi sommaire que celle qui est en cause ici, arme par destination comme on dit ;
 commencer par sincèrement s’excuser d’avoir pété les plombs plutôt que de continuer de charger les autres et le faire sur les lieux mêmes en cherchant à calmer le jeu ;

 la fréquentation du PS devenu malheureusement un des hauts lieux de la lâcheté politique ne me paraît pas de nature à diminuer les charges qui pèsent sur cet individu qui a peut-être besoin de vacances.

AD





BEA TRISTAN : elle pourrait vous apprendre les mauvaises manières
jeudi 27 - 07h24
de : jean 1
Anthropologie multigenrée de la dignité et de l’égalité.
mercredi 26 - 21h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le ministère de l’Intérieur commande en masse des munitions pour fusils d’assaut et des grenades de désencerclement
mercredi 26 - 18h00
de : jean 1
1 commentaire
Participation des associations au Service national universel. L’éducation populaire complice du pire !
mercredi 26 - 14h37
de : jean 1
1 commentaire
Alfortville : La Poste opte pour l’évacuation de ses travailleurs intérimaires sans-papiers
mercredi 26 - 08h33
« J’ai vu des gens tomber à l’eau » : l’opération de police qui a dégénéré, un soir de Fête de la musique à Nantes
mardi 25 - 20h03
de : nazairien
9 commentaires
Qui veut bouffer du président ?
mardi 25 - 17h23
de : jean 1
1 commentaire
Campagne de dons : appel aux lecteurs et aux mouvements sociaux
mardi 25 - 16h48
Rencontre avec la chanteuse engagée Tita Nzebi le 10 juillet
mardi 25 - 13h46
IDÉES NOIRES SOUS GILETS JAUNES
mardi 25 - 05h27
de : jean 1
3 commentaires
VENEZUELA : La nouvelle économie Socialiste, c’est parti !
lundi 24 - 17h01
de : JO
Affaire Legay : les gendarmes en service à Nice ce jour-là ont refusé les ordres du commissaire
lundi 24 - 15h07
de : nazairien
2 commentaires
Ils sont 93
lundi 24 - 11h45
de : jean 1
1 commentaire
LE MONDE A CHANGE : L’impérialisme l’apprend à ses dépends !
lundi 24 - 11h38
de : JO
acte 32, beaucoup de monde à paris, manif sauvage, flics éparpillés, fatigués, inefficaces (vidéo)
dimanche 23 - 14h18
de : nazairien
7 commentaires
HONTEUX, SCANDALEUX ET INACCEPTABLE : L214 dénonce l’horrible scandale des ‘vaches à hublots’
dimanche 23 - 11h56
de : nazairien
2 commentaires
Sarkozy et ses "casseroles" , Sarkozy jugé pour corruption - C l’hebdo - 22/06/2019 (vidéo)
dimanche 23 - 02h45
de : nazairien
L’ Acte 32, a bien tenu ses promesses et le live du sanglier jaune, a donné l’information en continu (vidéo)
dimanche 23 - 01h46
de : nazairien
1 commentaire
perturbation au Salon aéronautique
samedi 22 - 22h32
de : désobéir
Retour aux blocages pour les gilets jaunes
samedi 22 - 17h42
1 commentaire
L’héritage de Brecht : ’Berlin en Seine’ à l’Essaïon
vendredi 21 - 19h56
Daniel Tanuro : « Collapsologie : toutes les dérives idéologiques sont possibles »
vendredi 21 - 14h08
de : jean 1
2 commentaires
C’est un gendarme mobile qui a renversé quatre gilets jaunes à Rouen en février (video)
vendredi 21 - 13h36
de : Lille Insurgée
Fête de soutien aux postier-e-s du 92
vendredi 21 - 10h39
MACRON : PREMIERE A DROITE
jeudi 20 - 10h15
de : Nemo3637
1 commentaire
QG, le média libre (videos)
jeudi 20 - 09h30
de : Aude Lancelin
3 commentaires
RÉFÉRENDUM ADP Objectif : 4,7 millions de signatures !
jeudi 20 - 08h53
de : La CGT
Comédie de Béthune - Un an après la grève ...
jeudi 20 - 08h37
de : Synptac Cgt
Ulcan (Chelli) renvoyé aux assises : sera-t-il extradé ?
jeudi 20 - 08h22
de : CAPJPO-EuroPalestine
ASSURANCE CHÔMAGE : LES CHÔMEURS DANS LE VISEUR ! Rassemblement le 20 juin à 11H Place du Palais Royal
jeudi 20 - 08h14
de : FNSAC - CGT
Non au détricotage de la loi sur la liberté de la presse
jeudi 20 - 08h05
de : SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes, SGJ-FO
Urgence pour l’hôpital et pour un accès effectif à des soins de qualité, partout et pour tous !
jeudi 20 - 07h59
de : Ligue des droits de l’Homme
Le Naufrage d’ALSTOM : Macron dans la tourmente ?
mercredi 19 - 20h50
de : JO
1 commentaire
Assurance chômage : 3,4 milliards d’économies sur le dos des chômeurs, zéro sur celui du patronat
mercredi 19 - 15h25
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Voitures électriques, nucléaire et compteurs Linky : Stéphane Lhomme à nouveau à Castres
mercredi 19 - 09h35
QUAND LES TRAVAILLEUSES DE LA MUSIQUE NE SONT PAS À LA FÊTE ...
mercredi 19 - 09h27
de : FNSAC - CGT
Grève massivement suivie à Radio France, près des trois quarts des salarié-e-s ont cessé le travail le 18 juin
mercredi 19 - 09h22
de : CFDT, CGT, FO, SNJ, Sud, Unsa de Radio France
Une Magistrate agressée devant chez elle par un #LBD40 : une enquête ouverte pour tentative d’assassinat
mardi 18 - 18h21
de : nazairien
11 commentaires
Geodis : ces batailles du flux des ouvriers de la logistique
mardi 18 - 09h19
de : David Gaborieau
1 commentaire
Reverdir le Rojava
mardi 18 - 08h53
de : Pierre Bance

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Si les hommes auxquels le pouvoir est confié interprètent convenablement la réalité historique, ils peuvent favoriser des accouchements, les rendre moins pénibles, moins douloureux ou, au contraire, freiner tel ou tel progrès. Pierre Mendès France
Info Com-CGT
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite