Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite, commenter l'article...

B.FRIOT : Pour un imaginaire communiste du salaire 1


de : Christian DELARUE
vendredi 7 décembre 2007 - 22h16 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Bernard FRIOT à Rennes invité par de nombreuses organisations syndicales, associatives et politique.

Pour un imaginaire communiste du salaire
http://pagesperso-orange.fr/epinore...

Imaginaire, communiste, salaire : les trois mots méritent le détour. Comme économiste, le troisième m’est beaucoup plus familier que les deux premiers, que je vais utiliser dans un sens intuitif, laissant au débat que j’espère l’occasion d’y revenir.

La rémunération, entendue comme le financement de l’emploi et des droits sociaux qui lui sont éventuellement liés (retraite, santé, chômage et formation professionnelle, famille), connaît en Europe une mutation accélérée depuis les années quatre-vingt-dix. Le /salaire socialisé/ recule au bénéfice de l’impôt et de l’épargne : la cotisation sociale assise sur le salaire direct et le salaire direct lui-même sont partiellement remplacés, pour financer l’emploi comme les droits sociaux,

 par l’impôt pour la partie la moins payée de la population (emplois jeunes, emplois aidés, exonérations de cotisations patronales sur les salaires inférieurs à 1,8 fois le SMIC, RMI à la place de l’UNEDIC, etc…)

 par l’accumulation financire pour la partie la mieux payée (stock-options, épargne salariale, actionnariat, fonds communs de placement, fonds de pensions, etc..).

A la figure du travailleur salarié, la classe dirigeante tente ainsi de substituer celles du travailleur allocataire dont la rémunération relèverait d’un mixte fiscalité-salaire et du travailleur rentier relevant, lui, d’un mixte épargne-salaire.

Cette mutation ne répond à aucune nécessité gestionnaire. Les déficits sociaux invoqués sont récents, faibles, pour partie délibérés et très faciles à résorber sans modifier la logique salariale des régimes. Les discours sur les coûts salariaux excessifs des travailleurs de branches soumises à la mondialisation renvoient au registre habituel des plaintes patronales sur le salaire, mises au goût du jour. Quant à la nécessité économique qu’analysent par exemple les théoriciens du passage d’un régime de croissance fordiste à un régime de croissance patrimonial, elle relève de rationalisations très discutables. Ces fonctionnalismes économistes empêchent de lire la dimension essentiellement politique de la mutation.

Pourquoi le capital voudrait-il en finir avec la socialisation du salaire ?

Le salaire est un élément-clé du capital. La valorisation de ce dernier passe par l’incorporation de la valeur créée par le travail, ce qui suppose la transformation des individus en forces de travail. Le salaire, prix de la force de travail, est l’instrument décisif de cette aliénation. C’est pourquoi il a été le cœur de l’affrontement de classes depuis le début du capitalisme. Et s’il est vrai que l’histoire n’est pas celle de la pérennité du capital, que, loin d’être la succession de régimes de croissance dans lesquels les forces du capital sont régulées et régulent la création de valeur en surmontant leurs crises, cette histoire est au contraire celle de la contradiction du capital, alors l’affrontement de classes a /peut-être/ chargé le salaire de potentialités anticapitalistes, à un degré tel qu’en finir avec ces potentialités soit devenu pour la classe dirigeante l’enjeu des réformes actuelles de la rémunération.

Ce peut-être n’est pas une précaution dans l’énoncé d’une hypothèse avant sa vérification. C’est une position méthodologique systématique : la liberté avec laquelle les groupes sociaux font l’histoire est irréductible aux déterminations économiques. Les potentialités du salaire n’auront de réalité que si les salariés se constituent en classe sociale et les imposent contre la logique du capital. L’interprétation anticapitaliste du salaire que j’ai proposée dans /Puissances du salariat /et dans /Et la cotisation sociale créera l’emploi /(Friot 1998 et 1999) est forcément une fable tant que l’action du salariat n’a pas imposé le salaire universel qui vient bousculer l’accumulation du capital. Une telle politique du salaire suppose un nouvel /imaginaire/ du salaire : le recul sensible qu’a connue l’action pour le salaire au cours des deux dernières décennies trouve une de ses causes dans le déficit d’idéologie à son propos.

Le déficit d’idéologie porte sur le salaire, pas sur la rémunération (nous le verrons, toute rémunération n’est pas salaire, la fiscalité de l’emploi et l’épargne salariale sont d’un tout autre ordre) . Sur la rémunération au contraire les idéologies pullulent, et je m’en tiendrai à celle que véhicule l’école de la régulation. Pourquoi ? Parce qu’elle représente un /imaginaire socialiste/ qui semble être le mieux en mesure, aujourd’hui en France et dans de nombreux pays de l’Union européenne, de faire barrage à l’imaginaire /communiste/, celui-là même qui, s’il voyait le jour, pourrait soutenir une action collective de dépassement du capitalisme à partir de la nouveauté inouïe qu’est la socialisation du salaire. Sur cette opposition entre socialiste et communiste, je m’inspire librement de la position défendue par Lucien Sève dans son récent /Commencer par les fins : la nouvelle question communiste/ (Sève, 1999). Librement, et peut-être n’y reconnaîtra-t-il pas les siens : en tout cas c’est la lecture de son ouvrage qui m’a ouvert la piste d’interprétation de mon matériel que je livre ici, sur un mode, je le répète, plutôt intuitif.

Aborder le salaire avec un imaginaire communiste, comme je vais m’en expliquer, c’est lire toutes les dimensions communistes dont il est porteur en termes de dépassement de la contrepartie (à chacun selon ses besoins), de dépassement de la propriété lucrative, de dépérissement de l’Etat. C’est dans cette visée communiste qu’il est possible de faire travailler les contradictions du capitalisme contemporain. Au contraire, l’offensive réactionnaire des deux dernières décennies s’emploie à faire échec à cette visée communiste, par la force bien sûr, brutale dans tous les cas où c’est possible, mais aussi par un travail d’hégémonie qui passe par la promotion d’un imaginaire libéral ou socialiste, selon les moments ou les pays. Ainsi, parler de vague libérale pour désigner les mutations idéologiques en cours depuis le début des années quatre-vingts me paraît très unilatéral. Après tout, ce sont des socialistes qui sont actuellement au pouvoir dans une bonne partie de l’Europe, et pas d’abord parce qu’ils auraient adopté l’idéologie libérale. L’imaginaire socialiste du salaire accompagne la contre-révolution dont la rémunération est aujourd’hui l’enjeu, selon ses trois dimensions traditionnelles. Celle de la propriété collective des moyens de production et d’échange, pour justifier le remplacement du salaire par l’épargne salariale. Celle de la solidarité fiscale, pour justifier le remplacement du salaire par la fiscalité redistributive. Le tout sous l’égide d’instances étatiques de régulation du marché. Dans les pays à faible tradition libérale, comme c’est le cas dans la majorité des pays de l’Union européenne, c’est par cet imaginaire socialiste que la classe dirigeante construit son hégémonie sur le terrain de la rémunération et s’oppose à toute avancée communiste : solidarité fiscale pour éviter le dépassement de la contrepartie, propriété collective pour éviter le dépassement de la propriété lucrative, Etat régulateur pour éviter le dépérissement de l’Etat.

Avec des nuances, cet imaginaire socialiste est hégémonique parmi les défenseurs du salaire : on comprend qu’ils se trouvent aujourd’hui pris au piège. C’est de ce piège que les éléments proposés ici tentent de sortir. Les deux premières parties rappellent le flux et le reflux du salaire socialisé. La troisième montre comment la théorie de la régulation, dans ses deux avatars successifs du fordisme et du patrimonialisme, présente une explication miraculeusement naturelle de cette évolution. La quatrième s’efforce d’en proposer une lecture contradictoire et de nourrir un imaginaire communiste du salaire.

*

1.L’AFFIRMATION PRAGMATIQUE DU SALAIRE SOCIALISE

*

Loin d’être le vaincu de l’histoire, le mouvement ouvrier des pays continentaux de l’ouest européen a pu, dans une âpre bataille pour le salaire, obtenir une mutation spectaculaire de celui-ci : il est distribué selon un barème, celui de conventions collectives largement homogénéisées, et il est mutualisé à vaste échelle (le pays) et grande hauteur (40% en France par exemple). Ce salaire socialisé, qui n’est pas un prix et qui relève d’une délibération politique, s’est imposé face à l’allocation à base fiscale et à la rente à base d’épargne avant d’être mis en cause depuis vingt ans au bénéfice de ce couple fisco-financier remis au goût du jour. Je m’en tiens à quelques traits taillés à la serpe et renvoie à /Puissances du salariat/ pour un exposé technique.

Dans l’affirmation du salaire FACE A LA RENTE, c’est la pension des fonctionnaires et le régime complémentaire des cadres (AGIRC) qui ont été décisifs. La première parce qu’elle constitue une continuation du salaire, sans préfinancement, dès 1853, et que cette nouveauté a été réaffirmée en 1948 lorsqu’a été posé le principe d’une indexation permanente des pensions sur la valeur actuelle de l’indice de fin de carrière des pensionnés. Quant à l’AGIRC (1947), qui concernait la population salariés jusqu’alors la plus attachée à la rente, il s’est constitué dès le départ sur la base d’une forte mutualisation des salaires, ce qui a ôté toute utilité de développement ultérieur des caisses d’entreprise et donc de l’épargne salariale. Ensuite, les années soixante et soixante-dix ont vu l’accès des employés et ouvriers à des formes de pension peu ou prou inspirées de ces deux modèles, ce qui a fait par ailleurs reculer le poids de la fiscalité dans ce champ (pour donner un exemple, la majorité des titulaires d’une pension du régime général en 1962 relèvent du minimum vieillesse, donc de la solidarité fiscale, tant les pensions des ouvriers et des employés du privé sont faibles). En matière de maladie, les régimes gérés par des compagnies d’assurance par contrat de groupe passés par les employeurs ont cédé la place, des années trente aux années cinquante, à l’assurance-maladie du régime général, élément constitutif du salaire.

L’affirmation du salaire FACE A L’IMPOT concerne également d’abord la couverture du risque maladie : tant que les médecins libéraux n’étaient pas conventionnés (ils le seront à partir de 1961 seulement) et que les maladies de longue durée n’étaient pas couvertes par l’assurance-maladie (les dates importantes sont ici 1945 et 1970), la couverture de santé des catégories populaires relevait massivement soit de la médecine de santé publique (dispensaires, établissements de lutte contre les " fléaux sociaux ") soit de l’aide sociale, c’est-à-dire, dans les deux cas, de la fiscalité. Le passage au salaire d’un risque jusqu’ici (mal) couvert par la fiscalité sera ensuite, outre les retraites des ouvriers évoquées plus haut, le fait du chômage : les bureaux municipaux laisseront la place certes au service public de l’ANPE en 1967 mais surtout à l’indemnisation par les ASSEDIC à compter de 1959. C’est dans les années soixante-dix, avec l’indemnisation à 90% pendant un an des licenciés économiques puis avec la réforme de l’UNEDIC en 1979 que le remplacement de la fiscalité par le salaire en matière de chômage est à son maximum. Enfin, il ne faut pas oublier le rôle décisif et ancien des allocations familiales non pas dans le remplacement de la fiscalité par le salaire mais dans l’affirmation du salaire sur un terrain, celui de la politique familiale, pris en charge par la fiscalité dans la plupart des autres pays européens. Compte tenu que les allocations familiales ont du poids d’abord dans les revenus des familles populaires, cela signifie que le soutien à ces dernières relève non pas d’une solidarité nationale à base fiscale mais de la péréquation du salaire.

En même temps qu’il étendait son champ très au-delà des situations de travail par la cotisation sociale, le salaire connaissait une mutation dans sa composante de salaire direct par la définition des grilles et des qualifications auxquelles donnaient lieu les conventions collectives à compter du Front populaire et surtout des années cinquante, cependant que les procédures d’extension puis les accords interprofessionnels des années soixante et soixante-dix harmonisaient les dispositions de branche et que se construisait un /ordre public social /en mesure de promouvoir des règles générales. La gestion du salaire direct échappait ainsi à une logique strictement professionnelle et a fortiori d’entreprise et rejoignait le mode territorial de la gestion du salaire indirect.

D’un point de vue idéal-typique, les traits du salaire que les luttes salariales ont imposés aux employeurs peuvent donc être qualifiés comme suit :

 une ressource financée par les employeurs à l’occasion des emplois : les contribuables et les marchés financiers ont une place modeste et de plus en plus réduite dans un dispositif qui met au centre l’emploi puisque c’est chaque emploi qui déclenche les versements des employeurs soit aux employés soit aux caisses de sécurité sociale ;

 un tarif à la qualification : non pas prix mais tarif, le salaire obéit à un barème interprofessionnel et à des règles transversales politiquement délibérées dans les caisses de sécurité sociale et les conventions collectives. Cette distribution politique du salaire repose sur l’attribution d’une qualification soit au poste (dans le privé) soit à la personne du salarié (dans la fonction publique). Cette qualification, attribut politique en permanence contesté par la renégociation du tarif, est à bien distinguer de la mesure d’un quantum de valeur, de la " force de travail " ou du " capital humain ", dont le salaire serait la contrepartie : la tarification salariale est au contraire affirmation de l’absence de contrepartie individuelle mesurable du salaire ;

 deux parties proportionnelles : le barème distingue un salaire direct et un salaire indirect strictement proportionnels quel que soit le niveau du salaire total ; ainsi la structure des salaires est-elle la même pour les différentes qualifications ;

 une logique de flux : le salaire peut bien sûr donner lieu en aval à une épargne des ménages qui en général accompagne leur consommation en finançant l’achat de biens durables mais il ne donne lieu à aucune épargne retenue à la source et accumulée à long terme dans des fonds communs de placement obéissant, hors de tout soutien à la consommation des ménages, à une logique purement financière de salles de marché. Le salaire est mutualisé dans une logique explicitement intrapériodique, avec transformation immédiate en prestations des cotisations collectées, il n’y a aucune accumulation financière inter-temporelle.

Le /salaire socialisé/ est ainsi en opposition tant à l’allocation forfaitaire financée par la fiscalité qu’à la rente de ce que l’on nomme par antiphrase " épargne salariale ". Il a conduit, dans la deuxième moitié des années soixante-dix, à une inscription particulièrement forte des individus dans ce que l’on peut appeler /l’abstraction salariale/. A cette époque les " femmes ", les " handicapés ", les " personnes âgées " ou les " pauvres " ou les " horaires " des années cinquante ont accédé à l’abstraction de " salariés " occupés, retraités, invalides ou demandeurs d’emploi. Abstraction : alors qu’une de leurs caractéristiques concrètes d’âge ou de sexe ou de revenu ou de santé ou de type de travail était jusqu’alors naturalisée pour fonder des ressources spécifiques, les individus relèvent tous d’une même ressource, le salaire, abstrait de tout concret naturalisé.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
B.FRIOT : Pour un imaginaire communiste du salaire 1
29 décembre 2007 - 00h23

Aujourd’hui je complète le propos par des remarques de Jean-Marie HARRIBEY issues d’un texte en défense du travail dans les services publics

Le travail productif dans les services non marchands et l’impôt

http://www.france.attac.org/spip.ph...

EXTRAIT :

La monnaie, passerelle entre travail et lien social
Dans un article récent, Bernard Friot [2005] s’est référé à la thèse que je défends pour développer l’idée que les actifs ne font pas vivre les inactifs mais que les revenus qu’ils perçoivent (retraites, allocations chômage, etc.) sont la valeur que la société attribue au travail libre qu’ils effectuent. Plus précisément : « les cotisations sociales sont, de la même manière, non pas une part de la valeur attribuée au travail des producteurs du bien B, mais de la monnaie qui attribue de la valeur au travail des producteurs et des bénéficiaires des prestations sociales : le travail subordonné sous forme non capitaliste des infirmières et des médecins ou des travailleurs sociaux si le service de santé et le service social sont financés par les cotisations, le travail libre des membres des ménages bénéficiaires des allocations familiales et celui des chômeurs ou des retraités touchant des indemnités ou des pensions ».

Ce point de vue est selon moi critiquable pour au moins deux raisons.
D’une part, les cotisations sociales ne peuvent à la fois rémunérer les producteurs de services de soins et les bénéficiaires de ces soins. Les infirmières et les médecins produisent les soins, les malades les consomment.
D’autre part, la place donnée à la monnaie rompt avec une interprétation marxo-keynésienne de celle-ci et rejoint semble-t-il une interprétation essentialiste bien développée par Michel Aglietta et André Orléan [1982, 1998, 2002] qui entendent se passer de toute théorie de la valeur [8]. Ainsi, Friot écrit [2005] : « Le travail ne produit pas de valeur, il produit de la richesse ou de la nuisance ; la valeur est un attribut du travail et non pas un produit du travail. » Il y a ici, à mon sens, un oubli de la distinction entre travail concret et travail abstrait et un déni du travail abstrait en tant que créateur de la valeur. Ensuite, puisque la monnaie est l’instrument par lequel passe la validation sociale du travail collectif, Friot en tire la conclusion que tout revenu monétaire valide un travail productif. Or il s’agit d’un retournement abusif d’une implication logique qui n’est vraie que dans un seul sens : validation sociale du travail au sein du capitalisme  monnaie, mais non l’inverse. Friot ajoute : « Si nos PIB doublent tous les quarante ou cinquante ans en monnaie constante, ce n’est pas parce que les produits du travail (richesse et nuisance confondues) ont doublé en quantité ou en qualité : c’est parce que la valeur attribuée au travail a doublé. » Cette phrase est contradictoire. Si le PIB double en monnaie constante, c’est qu’il a doublé en volume, sinon « la valeur attribuée au travail » n’aurait pas pu doubler en monnaie constante (à partage salaires-profits inchangé), c’est-à-dire en termes de pouvoir d’achat.

De mon point de vue, Friot confond l’instrument par lequel s’exprime la validation du travail social – soit sur le marché, soit par décision publique – et le déterminant de la valeur des marchandises en général et de la force de travail en particulier, dont d’ailleurs Friot consacre la disparition puisqu’il propose de ne plus parler que de « travail » et de « valeur du travail ».
En rompant la dialectique entre valeur d’usage et valeur d’échange, Friot ne peut plus considérer que la valeur d’usage est une condition nécessaire de la valeur, une « porte-valeur ». Autrement dit, les individus n’ont plus besoin de participer au processus de production de valeur d’usage pour être productif de valeur : le sourire de l’handicapé pour remercier le personnel soignant des services que celui-ci lui rend pourrait-il alors être considéré comme du « travail » ? Cette thèse serait intenable. Par bien des côtés, elle rejoint celles défendues par Michael Hardt et Toni Negri [2000] qui voient du travail productif partout, même dans la file d’attente des chômeurs devant l’Agence de l’emploi. [9]






AU NORD DE L’ÉCONOMIE - Des Corons au coworking
lundi 6 - 07h48
de : Ernest London
CES PSEUDOS JOURNALISTES MAIS VRAIS ABRUTIS ...
dimanche 5 - 18h39
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Monsieur le Président, je lutte pour vivre et vous faites de moi, de Nous Français-infectés-cloîtrés des fantômes !
dimanche 5 - 18h14
de : Emily Geirnaert
La CAF t’informe...
dimanche 5 - 18h09
de : Najet
Journal de confiné (5).
dimanche 5 - 16h37
de : L’iena rabbioso
Les trois causes psychologiques de la crise du coronavirus : déni, suffisance, irresponsabilité
dimanche 5 - 14h14
de : jean1
Communiqué unitaire du 2 avril. La situation sanitaire de la France est grave !
dimanche 5 - 11h27
de : JO
Que se passe-t-il au Brésil ? A suivre !
dimanche 5 - 11h15
de : JO
COVID-19 : LA MACRONIE BIENTÔT DEVANT LES TRIBUNAUX ? (video)
dimanche 5 - 09h52
de : JO
FEU AU CENTRE DE RÉTENTION (Janvier – Juin 2008)
dimanche 5 - 07h11
de : Ernest London
Journal de confiné (4).
samedi 4 - 18h28
de : L’iena rabbioso
Campagne pour la libération immédiate de Georges Abdallah !
samedi 4 - 17h21
de : Jean Clément
CUBA : Tout le pays dispose de tests rapides pour détection du Covid-19
samedi 4 - 16h09
de : JO
Coronavirus : stock de médicaments pour quelques jours ?
samedi 4 - 15h55
de : JO
Coronavirus : « Nos établissements sont totalement vides », déplore la fédération de l’hospitalisation privée
samedi 4 - 15h35
de : JO
Covid-19 : la crise économique qui vient
samedi 4 - 08h02
Postier·es sans masques, éditeurs sans scrupule
vendredi 3 - 18h45
de : Les Confiné·es
Journal de confiné (3).
vendredi 3 - 18h39
de : L’iena rabbioso
UN PNEU MON’NVEU...
vendredi 3 - 12h36
de : Mickael Wamen
1 commentaire
La Défense russe réagit aux articles critiquant l’aide de Moscou à l’Italie !
vendredi 3 - 11h58
de : JO
LQR : La propagande du quotidien
vendredi 3 - 09h37
de : Ernest London
Journal de confiné (2).
jeudi 2 - 22h04
de : L’iena rabbioso
Masques : les preuves d’un mensonge d’Etat
jeudi 2 - 18h55
de : Yann Philippin, Antton Rouget et Marine Turchi
CORONAVIRUS : PAS DE CONFINEMENT POUR LES FRAIS BANCAIRES ...
jeudi 2 - 15h11
de : Mickael Wamen
Covid-19 des médecins Cubains en Bretagne ?
jeudi 2 - 13h06
de : Gael
Le jour d’avant, C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 2 - 10h28
de : Hdm
1 commentaire
Exemplarité et police : Se (re)tenir ou se lâcher !
mercredi 1er - 19h51
de : Christian DELARUE (MRAP)
Des nouvelles de la région rennaise
mercredi 1er - 18h12
de : jean1
CORONAVIRUS, RIEN N’EST TROP GROS POUR LA CLASSE ORDURIÈRE...
mercredi 1er - 17h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Coronavirus : Mais nous(La CHINE) on voit clair, HEIN/HEIN !
mercredi 1er - 14h46
de : JO
1 commentaire
Journal de confiné (1).
mercredi 1er - 12h09
de : L’iena rabbioso
Aérien, grande distribution, courrier, transports, les salariés tombent comme des mouches
mercredi 1er - 08h02
Bâtiment et construction : la Ministre, le patronat , les ouvriers, les syndicats.
mardi 31 - 22h49
de : Ch DELARUE
Survivre au virus : une méthode anarchiste
mardi 31 - 18h59
de : jean1
1 commentaire
Coronavirus aux Etats-Unis : Incroyable mais vrai, la Russie envoie des équipements médicaux !
mardi 31 - 13h37
de : JO
Crise sanitaire - Les derniers billets d’humeur d’un médecin urgentiste !
lundi 30 - 16h24
de : JO
2 commentaires
Mesures de confinement : les contrôles de police ne doivent être ni abusifs ni violents ni discriminatoires
lundi 30 - 13h35
de : la LDH
3 commentaires
CORONAVIRUS : LECLERC-VOYANT...
lundi 30 - 13h18
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Certains et certaines sont "au front de l’essentiel"
lundi 30 - 12h49
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Double peine pour la banlieue (video)
lundi 30 - 11h33
de : azard
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite