Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Comment la gauche sert la soupe à Sarkozy


de : Domenach Nicolas
lundi 10 décembre 2007 - 11h11 - Signaler aux modérateurs

de Domenach Nicolas,
Marianne du 08 décembre 2007

Nulle, invertébrée, cacophonique, la gauche ne joue plus aucun rôle. Le président, lui, règne sans partage. Il en résulte un dévoiement de la vie démocratique, dont elle est sinon coupable, du moins complice.

Est-ce ainsi que la démocratie dépérit, se dévitalise et, finalement, se meurt ? La gauche est nulle. Voilà, c’est dit. Pas seulement inaudible. Nulle. Caricaturalement nulle. Incapable de s’opposer et de convaincre l’opinion des manques, des contradictions, ou même des dangers, du pouvoir sarkozyste. Inapte à analyser tant la nature étouffante du néocésarisme médiatique de Sa Majesté Sarkozy que l’extrême dangerosité d’un néocapitalisme financier devenu mortifère.

Infichue de faire entendre la moindre idée alternative, sinon, peut-être, sur le pouvoir d’achat. Infoutue, même, de démontrer l’injustice sociale de réformes, pourtant vendues au nom de l’équité. Gauche désordonnée, cacophonique, sans colonne vertébrale idéologique ni porte-voix crédible. Gauche désespérante (lire l’article de Daniel Bernard, p. 18) tant elle fait le jeu de l’hyperprésident. Même dans ses rêves les plus fous, Nicolas Sarkozy n’en espérait pas tant. Avec une telle opposition, il n’a même plus besoin de majorité ! On ne change pas une équipe qui perd.

Les mêmes têtes, les mêmes haines recuites, les mêmes ambitions personnelles, les mêmes guerres de pouvoir, à peine relookées par quelques jeunes pousses, talentueuses pour certaines, mais trop tendres encore pour parvenir à s’imposer. Et voilà même que François Hollande, ce général de l’armée morte socialiste, crêpe le chignon de son ex-compagne, coupable d’avoir commis un livre dans lequel Ségolène Royal critique, avec mesure, le rôle du premier secrétaire et de quelques éléphants pendant la campagne présidentielle. Le même François Hollande avait ardemment déstabilisé cette campagne en proposant de taxer les « riches », ceux qui, dans son esprit, gagnaient 4 000 Euros par mois. Le même François Hollande n’a pas dit un mot lorsque, début septembre, déferlait en librairies un flot de livres assassins sur le compte de la candidate socialiste.

Entre la rue et le roi, quasi rien En vérité, battue pour la troisième fois à l’élection présidentielle, cette gauche-là ne s’est même pas fendue d’un semblant d’autocritique. Tout juste s’est-elle contentée, comme à son habitude, de battre sa coulpe sur la poitrine du voisin. C’est pas nous, c’est elle ! C’est pas moi, c’est eux ! Refrain mille fois ressassé. Mais il fallait s’y attendre : cinq ans après son fiasco de 2002, Lionel Jospin, lui, n’a toujours pas esquissé la sienne, d’autocritique. Et s’il n’y avait que ça... Quelques têtes d’affiche du PS se sont laissé saborder, suborner, ensorceler, par le piège grossier de l’ouverture. Débauchés, Jean-Marie Bockel, Bernard Kouchner, Fadela Amara, Martin Hirsch, Jean-Pierre Jouyet, Eric Besson. Embarqués en mission ou en commission, Jack Lang, Michel Rocard, Jacques Attali, Hubert Védrine. Expédié au FMI, Dominique Strauss-Kahn. Il y en a même, Julien Dray récemment, le député de l’Essonne, pour trouver des circonstances atténuantes au président ou pour tomber d’accord - à juste titre parfois - sur tel ou tel de ses projets. Lequel chef de l’Etat s’amuse à prendre le PS à revers en faisant siennes des réformes (le service public de la caution, l’indexation des loyers sur l’indice des prix) que défendait Ségolène Royal dans son programme présidentiel.

Trop fort... Pas de référendum pour le minitraité européen ? Parfaitement d’accord avec vous, monsieur le Président, pas de référendum... C’est ça, l’opposition, la différence, la gauche, la construction d’un nouveau rapport au peuple ? La faute à qui ? A Sarkozy ? Ce serait trop facile. N’ayant sacrifié à aucun travail de réflexion, les pachydermes de la Rue de Solferino n’ont rien su opposer de cohérent, depuis six mois, au sarkozysme en action, à son refus de l’assistance, à son rejet de la solidarité, à son apologie de la réussite individuelle, à son culte de l’argent roi, à son narcissisme pathologique, à sa célébration de l’ordre pour l’ordre. Les socialistes n’ont pas été capables de ruer dans les brancards à propos du mercantilisme diplomatique de la cour sarkozyenne en Chine, trahissant de la sorte toutes les promesses de campagne. Il a fallu que le président français félicite Vladimir Poutine après la victoire de son parti aux élections législatives pour que l’opposition de gauche, unie enfin, se gausse des contradictions affichées entre principes et réalisme du président tout-puissant.

En réalité, sous le règne de Nicolas Sarkozy, que reste-t-il du socialisme et de ses valeurs de solidarité, d’entraide, d’humanisme ? Pour mener à bien sa réforme des régimes spéciaux, le chef de l’Etat aurait pu, aurait dû - au nom de l’équité dont il se prévaut - imposer les stock-options, taxer les superprofits des pétroliers, interdire les retraites chapeau des grands patrons - ce régime très spécial qui n’est, en réalité, qu’un abus de biens sociaux déguisé. Or, le PS n’a pas été fichu, sur ces questions fondamentales, d’articuler le moindre argumentaire convaincant. Même vacuité confondante sur les franchises médicales, cette injustice flagrante qui consiste à faire payer les plus malades. La monétisation des RTT et la réforme du code du travail n’ont même pas sorti Martine Aubry, « la dame des 35 heures », de sa discrétion lilloise. Dès son élection, Nicolas Sarkozy, soucieux d’amender son image, avait promis de « prendre des initiatives assez fortes pour faire de la démocratie française une démocratie exemplaire ». Il promettait alors de créer un statut de l’opposition. D prônait un encadrement du pouvoir de nomination du chef de l’Etat - pour que les désignations soient « absolument incontestables ».

Il a même confié à un opposant, le député socialiste de l’Isère Didier Migaud, la présidence de la commission des Finances à l’Assemblée nationale. La définition d’une démocratie revivifiée. Poudre aux yeux. Depuis le 6 mai, non content de jouer tous les rôles à la fois, de décider de tout et de trancher en toute occasion, Nicolas Sarkozy a aussi endossé les habits de chef de l’opposition. Contre son Premier ministre, François Fillon. Contre le Medef. Contre les ultras de sa majorité. Non pas seulement par volonté hégémonique, mais parce que la gauche lui en a laissé l’opportunité. Des marins aux cheminots, des magistrats aux étudiants, les conflits sociaux de l’automne en ont apporté la preuve éclatante : entre la rue et le roi, il n’y a quasiment rien. Or, c’est ce vide abyssal qui laisse libre cours à tous les corporatismes et, par voie de conséquence, à tous les clientélismes. Une pochette-surprise aux pêcheurs du Guilvinec, une douceur aux internes en médecine, bientôt quelques jolis cadeaux de Noël aux gaziers, aux électriciens et aux conducteurs de la SNCE La faute à Sarkozy ? Ou à la gauche ? Dès lors, le président se retrouve en première ligne.

Sans fusibles - les deux tiers de ses ministres, que l’on croyait engagés corps et biens dans des réformes vitales pour la France, vont bientôt monter au front des municipales -, alors même qu’il avait demandé au comité Balladur sur la réforme des institutions de plancher sur le non-cumul des mandats. Contradiction flagrante ? Oui, mais la faute à qui ? A Sarkozy ? Ou à cette gauche notamment socialiste qui ne dit rien, ne pense rien ? Point de fusibles donc, mais, surtout, point d’adversaire dûment désigné. Le plus dangereux pour une démocratie. Est-ce donc à ce point étonnant si Nicolas Sarkozy cherche à donner à l’opposant, ce soldat inconnu - inexistant, devrait-on dire - le visage de Bernard Thibault, le leader de la CGT, ou celui du facteur Besancenot (lire l’article d’Eric Conan, p. 24) ? Et s’il n’y avait que la gauche dans cette débandade...

Tous les contre-pouvoirs sont affaiblis, la plupart des corps intermédiaires ont perdu leur force de frappe. Quant aux médias, « amis » ou non, ils sont bouche bée, sidérés. « Quelque chose en lui de Vladimir », écrit Pierre Marcelle, le chroniqueur de Libération, à propos des événements de Villiers-le-Bel et de cette « voyoucratie » dénoncée par Sarkozy. Marcelle se fiche le doigt dans l’oeil. Il n’y a pas plus de Sarko facho que de beurre en branche. S’il y a bien une forme de « poutinisation » de la vie démocratique française, encore une fois, le président de la République ne saurait en être tenu pour le seul responsable. Ce serait trop simple...

La France de Vladimir Sarkozy... Entre le tsar du Kremlin et la star de l’Elysée, il n’y a plus qu’une inversion de consonne. Comme Vladimir Poutine, Nicolas Sarkozy dispose de tous les pouvoirs : l’Elysée, Matignon, l’Assemblée, le Sénat, le Conseil supérieur de l’audiovisuel... Comme lui, il entretient avec les puissances d’argent des relations incestueuses, consanguines même. Comme lui, il a hypnotisé les médias, mais, à l’inverse de son homologue russe, sans avoir eu besoin de les censurer ou d’exercer sur eux la moindre pression.

Dans quel autre pays démocratique, en effet, les deux plus grandes chaînes de télévision - publique et privée - se mettent au garde-à-vous pour diffuser la sainte parole du chef de l’Etat, et ce, à deux reprises en deux mois ? Dans quel autre pays démocratique, où les journalistes sont « libres et indépendants » comme on dit, eût-il été concevable qu’en une heure d’entretien aucun des deux intervieweurs ne songe à interroger le chef de l’Etat sur son imposante augmentation de salaire ? Où, de juillet à septembre [chiffres certifiés par l’Institut national de l’audiovisuel), le président peut-il être présent dans les journaux télévisés pendant 163 heures, dont 43 heures pour la seule chaîne TF 1 ? Bienvenue dans la France de Vladimir Sarkozy !

Or, la gauche est sinon coupable, du moins complice, de ce dévoiement de la vie démocratique. Non seulement parce qu’elle porte la responsabilité de l’inversion du calendrier électoral qui a renforcé la présidentialisation du régime, mais aussi parce que, au fond, cette nouvelle forme d’exercice du pouvoir la fascine. Tant qu’elle sera aussi caricaturalement nulle, elle n’aura pour seule fonction que de servir la soupe à Sarkozy...

http://www.marianne2.fr



Imprimer cet article





AU NORD DE L’ÉCONOMIE - Des Corons au coworking
lundi 6 - 07h48
de : Ernest London
CES PSEUDOS JOURNALISTES MAIS VRAIS ABRUTIS ...
dimanche 5 - 18h39
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Monsieur le Président, je lutte pour vivre et vous faites de moi, de Nous Français-infectés-cloîtrés des fantômes !
dimanche 5 - 18h14
de : Emily Geirnaert
La CAF t’informe...
dimanche 5 - 18h09
de : Najet
Journal de confiné (5).
dimanche 5 - 16h37
de : L’iena rabbioso
Les trois causes psychologiques de la crise du coronavirus : déni, suffisance, irresponsabilité
dimanche 5 - 14h14
de : jean1
Communiqué unitaire du 2 avril. La situation sanitaire de la France est grave !
dimanche 5 - 11h27
de : JO
Que se passe-t-il au Brésil ? A suivre !
dimanche 5 - 11h15
de : JO
COVID-19 : LA MACRONIE BIENTÔT DEVANT LES TRIBUNAUX ? (video)
dimanche 5 - 09h52
de : JO
FEU AU CENTRE DE RÉTENTION (Janvier – Juin 2008)
dimanche 5 - 07h11
de : Ernest London
Journal de confiné (4).
samedi 4 - 18h28
de : L’iena rabbioso
Campagne pour la libération immédiate de Georges Abdallah !
samedi 4 - 17h21
de : Jean Clément
CUBA : Tout le pays dispose de tests rapides pour détection du Covid-19
samedi 4 - 16h09
de : JO
Coronavirus : stock de médicaments pour quelques jours ?
samedi 4 - 15h55
de : JO
Coronavirus : « Nos établissements sont totalement vides », déplore la fédération de l’hospitalisation privée
samedi 4 - 15h35
de : JO
Covid-19 : la crise économique qui vient
samedi 4 - 08h02
Postier·es sans masques, éditeurs sans scrupule
vendredi 3 - 18h45
de : Les Confiné·es
Journal de confiné (3).
vendredi 3 - 18h39
de : L’iena rabbioso
UN PNEU MON’NVEU...
vendredi 3 - 12h36
de : Mickael Wamen
1 commentaire
La Défense russe réagit aux articles critiquant l’aide de Moscou à l’Italie !
vendredi 3 - 11h58
de : JO
LQR : La propagande du quotidien
vendredi 3 - 09h37
de : Ernest London
Journal de confiné (2).
jeudi 2 - 22h04
de : L’iena rabbioso
Masques : les preuves d’un mensonge d’Etat
jeudi 2 - 18h55
de : Yann Philippin, Antton Rouget et Marine Turchi
CORONAVIRUS : PAS DE CONFINEMENT POUR LES FRAIS BANCAIRES ...
jeudi 2 - 15h11
de : Mickael Wamen
Covid-19 des médecins Cubains en Bretagne ?
jeudi 2 - 13h06
de : Gael
Le jour d’avant, C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 2 - 10h28
de : Hdm
1 commentaire
Exemplarité et police : Se (re)tenir ou se lâcher !
mercredi 1er - 19h51
de : Christian DELARUE (MRAP)
Des nouvelles de la région rennaise
mercredi 1er - 18h12
de : jean1
CORONAVIRUS, RIEN N’EST TROP GROS POUR LA CLASSE ORDURIÈRE...
mercredi 1er - 17h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Coronavirus : Mais nous(La CHINE) on voit clair, HEIN/HEIN !
mercredi 1er - 14h46
de : JO
1 commentaire
Journal de confiné (1).
mercredi 1er - 12h09
de : L’iena rabbioso
Aérien, grande distribution, courrier, transports, les salariés tombent comme des mouches
mercredi 1er - 08h02
Bâtiment et construction : la Ministre, le patronat , les ouvriers, les syndicats.
mardi 31 - 22h49
de : Ch DELARUE
Survivre au virus : une méthode anarchiste
mardi 31 - 18h59
de : jean1
1 commentaire
Coronavirus aux Etats-Unis : Incroyable mais vrai, la Russie envoie des équipements médicaux !
mardi 31 - 13h37
de : JO
Crise sanitaire - Les derniers billets d’humeur d’un médecin urgentiste !
lundi 30 - 16h24
de : JO
2 commentaires
Mesures de confinement : les contrôles de police ne doivent être ni abusifs ni violents ni discriminatoires
lundi 30 - 13h35
de : la LDH
3 commentaires
CORONAVIRUS : LECLERC-VOYANT...
lundi 30 - 13h18
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Certains et certaines sont "au front de l’essentiel"
lundi 30 - 12h49
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Double peine pour la banlieue (video)
lundi 30 - 11h33
de : azard
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite