Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite, commenter l'article...

USA :L’overclass et son imaginaire : entrevue avec Jacques Mascotto


de : Jacques Mascotto
vendredi 21 décembre 2007 - 18h08 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires

USA :L’overclass et son imaginaire : entrevue avec Jacques Mascotto 15 décembre 2007

Relations : Le néolibéralisme tel que mis en place aux États-Unis à travers ses grandes entreprises multinationales a produit une nouvelle classe de riches que vous appelez l’overclass. Qu’entendez-vous par là ?

Jacques Mascotto : Le génie du néolibéralisme aux États-Unis a été d’élargir, en une trentaine d’années, la base sociale du bloc dirigeant – et donc son pouvoir – grâce à de fortes rémunérations, transformant les managers en quasi propriétaires du capital. Pour ce faire, une de ses inventions a été d’accroître l’éventail des revenus des managers : à la fois en salaire, en stock options, en dividendes, en redevances, en gains de capitaux, etc. Les grandes familles de propriétaires, telles les Rockfeller, Ford et C ie, et les hauts dirigeants d’entreprises, qui composaient à peine 2 % de la population, ont réussi à s’adjoindre ainsi près de 10 % de la population, ce qui est énorme.

Ce bloc dirigeant élargi, c’est ce qu’on appelle l’overclass. Il comprend, outre ces héritiers des grandes familles et ces hauts dirigeants, les classes salariées supérieures exerçant une fonction dirigeante au sens large – avocats, experts, consultants, éditorialistes, etc. – gagnant entre 80 000 $ et 200 000 $ en moyenne par année et formant la constellation savoir-pouvoir-contrôle. Jamais dans l’histoire du capitalisme un bloc dirigeant n’a eu autant de cohésion sociale par ses revenus, son statut social et son imaginaire de la puissance. Il est apte à isoler, à filtrer et à repousser les mobilisations sociales.

L’overclass, ce n’est pas une classe nouvelle par rapport à une ancienne, c’est plutôt l’ancienne classe capitaliste qui s’est transformée, poussant au bout la logique autodestructrice du profit à tout prix, en sapant, par son appétit féroce et son style de vie, les bases mêmes de la société. Car, pour rendre possible cette overclass, on a instauré une répression gigantesque des salaires, ainsi qu’un système financier qui pille les pays du tiers-monde et appauvrit les classes laborieuses, dirigées en masse vers les Wal-Mart. La montée en puissance des organisations et du capital a eu pour effet d’élargir la base sociale et « intellectuelle » de la classe dominante et dirigeante.

Le capitalisme détruit le Welfare State pour instituer un Wal-Mart State autour duquel s’organise tout le système financier américain : acheter à la Chine de petits produits bon marché fabriqués par des travailleurs sous-payés, assurant ainsi la consommation pour les pauvres. À côté, 10 % de la population jouit d’un style de vie basé sur la consommation des biens de luxe. Ils en ont les moyens d’autant plus que l’impôt qu’ils payent est ridicule – à partir de 90 000 $ de revenu, on ne paye quasiment pas d’impôt aux États-Unis pour qui sait manœuvrer – et que la puissance militaire américaine a la capacité d’instaurer un système de ponction des matières premières et autres produits manufacturés dans la périphérie, c’est-à-dire le tiers-monde. Il faut bien considérer que l’overclass sollicite l’interventionnisme dirigiste et autoritaire de l’État pour domestiquer la classe moyenne à l’intérieur et pacifier les peuples de la périphérie.

Rel. : Comment l’overclass justifie-t-elle cet écart croissant entre les riches et les pauvres ?

J. M. : Les grandes entreprises américaines très puissantes, sur lesquelles se fonde le système néolibéral, véhiculent une idéologie de la performance, de la compétence et de la compétitivité qui débouche sur un darwinisme social de la pire espèce. C’est la rhétorique extrêmement violente des winners et des loosers. Ainsi, les petits salariés apparaissent comme des perdants, incapables de suivre le rythme, inadaptés à la rapidité du changement, pour qui les Wal-Mart deviennent comme un don du ciel, une porte de salut. Un intellectuel comme Samuel Huntington, dans son livre Le choc des civilisations, relaie ce discours. Selon cet auteur, les gens vivant dans les régions du monde de religion musulmane ou hindouiste sont incapables culturellement de s’adapter à la performance et au système de production. Une intervention militaire deviendrait ainsi nécessaire s’ils mettaient en péril les rythmes de la croissance mondiale dictés par les lois de la performance économique.

À l’opposé, il y a des gagnants, ceux qui ont réussi, dont le prototype est Bill Gates. Ce sont des modèles à suivre pour les membres de l’overclass qui aspirent à devenir comme eux, à la manière de jadis où l’on aspirait à être parmi l’élite de la nation. Ils font l’objet d’une sorte de culte de la personnalité, comme s’ils étaient dotés du don de faire des miracles. On pourrait les appeler des wonderboys, renvoyant par là à l’art, dans lequel le capitalisme est passé maître, de faire fantasmer les gens – comme l’ont si bien compris Herbert Marcuse et Walter Benjamin. C’est la version postmoderne de Cendrillon qui devient princesse.

Mais, en même temps, la domination néolibérale américaine passe par un grand récit qui mobilise la nation – contrairement à la théorie postmoderne qui décrète un peu trop vite la fin des grands récits. Nous pourrions l’intituler America is back ! ou encore, pour reprendre le nom du think tank néoconservateur le plus puissant aux États-Unis, The New American Century. Il conduit à une mentalité de pillage selon la logique de l’accumulation par dépossession. On dépossède carrément les individus, les populations, les régions, etc. de leurs biens et de leurs ressources parce que « nous sommes, tout simplement, en droit de… ». La propriété ne se caractérise plus par un titre de possession individuelle ; elle se confond avec l’opérationnel, c’est-à-dire avec la capacité d’organiser le contrôle et l’appropriation.

L’impérialisme économique pratiqué dans le tiers-monde s’enveloppe parallèlement d’une idéologie humanitaire pernicieuse. On vient au secours des plus démunis au moyen d’organisations internationales de sorte que le système exporte des produits agricoles bon marché. Au moyen de ce dumping, cette aide humanitaire casse les agricultures locales et prépare le terrain aux multinationales telles Monsanto et à leurs OGM. D’un autre côté, les ONG humanitaires court-circuitent les acteurs sociaux nationaux en leur imposant les méthodes et les valeurs des firmes multinationales qui financent cet activisme philanthropique.

Par ailleurs, on entend couramment un discours, relayé par des analyses sociologiques qui décrètent « fort sérieusement » l’insignifiance de la société comme entité sui generis. Au-delà de l’individu souverain, tout au mieux aurait-on des communautés identitaires se substituant à la société comme totalité qui assurait le lien social. Qu’est-ce qui est miné par ce communautarisme si ce n’est l’idée même de solidarité universelle ? Celle-ci déniée, c’est le droit du plus fort qui s’affirme. Il faut comprendre que le recours au concept d’« individualisme » sans société est proprement scandaleux. L’individuation suppose au contraire le collectif : je m’individualise à travers la collectivité en tant que j’ajoute quelque chose ou dans la mesure où je suis responsable, individuellement, du bien commun.

Bien sûr, la solidarité humaine ne peut être biffée si facilement. Elle est donc canalisée au moyen du spectaculaire. C’est l’effet tsunami : des corps qui flottent par milliers sur nos écrans… Les gens s’apitoient pendant que l’État sabre dans les programmes sociaux. Avec cette pseudo-solidarité, on revient à l’aumône comme au Moyen Âge. Les nobles, les riches se baladaient avec de petites bourses remplies d’écus qu’ils lançaient aux pauvres. Comme elles pendouillaient à la ceinture, on les appelait des « bougettes ». En anglais, c’est devenu budget. Les riches se réservaient ainsi un budget quotidien pour distribuer aux pauvres. Cette manière d’allouer l’argent aux pauvres n’est pas si loin du sens des budgets actuels des gouvernements, dans le monde néolibéral. Le budget retrouve sa signification étymologique, charitable. Il attire l’attention, mais l’économie globalisée est ailleurs. D’un côté, il y a les grands domaines – fonciers d’alors ou financiers d’aujourd’hui – pour les riches et, de l’autre, de petits budgets pour le reste du monde afin qu’il reste tranquille… C’est tout le sens du Traité constitutionnel européen : d’un côté l’illégalité absolue de contester le « marché » ; de l’autre des mesures compensatoires, le « filet de sécurité » pour ceux qui sont tombés de la voltige mondiale.

Rel. : N’assistons-nous pas, avec ce détournement de l’espace public, à la représentation d’un monde où serait occultée l’existence concrète des gens, leurs besoins, leurs souffrances, leurs désirs ?

J. M. : Je crois que les gens de l’overclass n’ont aucune idée de la condition de vie de la grande majorité de la population. Les médias sont certainement la courroie de transmission de cette mise entre parenthèses de la réalité. Le grand absent, il faut le souligner, parce qu’il est emblématique de cette dé-réalité, c’est le travail. On arrive même à affirmer, sans rougir, sa « disparition ». Sous le couvert de pourcentages, on montre que tel secteur de l’industrie a perdu un nombre important d’emplois, par exemple. Mais on ne voit pas que dans les faits ce sont d’autres qui travaillent trois heures de plus par semaine et qu’ils ont moins de congés payés. À l’ombre des chiffres, gît la dure réalité de ceux et celles qui peinent pour survivre. Et ils sont légions. N’oublions pas que le nombre d’enfants qui travaillent ne figure jamais dans les statistiques. Combien de jeunes au Québec ont des petits boulots nécessaires à la survie de ce qui reste de la famille ?

En fait, l’authentique et unique travailleur dans le monde néolibéral, c’est le capital. Nous retrouvons cette « réalité » aliénante dans l’expression « mon argent travaille pour moi ». Comme si l’accroissement de la valeur ne provenait pas du travail, des travailleurs en chair et en os. Au temps du mouvement ouvrier, les travailleurs étaient conscients que leur travail était à la base de l’économie nationale, qu’il était la condition de la reproduction de la société qui reliait les générations entre elles dans un même mouvement d’émancipation. Maintenant cette réalité est occultée. On revient à une mentalité féodale. C’est la grande mystification du capitalisme. C’étaient les seigneurs, c’est maintenant l’overclass qui procure de l’emploi et fait participer le reste du monde à sa richesse, par pure générosité. « Nous vous employons, alors soyez donc reconnaissants, vous êtes des privilégiés. » C’est ce qu’on a vu avec Lucien Bouchard qui a gagné 200 000 $ en quelques semaines de négociation pour dire aux travailleurs de la SAQ qu’ils étaient privilégiés d’avoir un salaire annuel de 25 000 $ !

Que des hauts dirigeants d’entreprises s’octroient des augmentations de salaire de 400 %, que leur revenu s’élève à des centaines de millions, ne pose pas de problème dans cette logique. C’est une richesse qui leur revient de droit. À tout seigneur, tout honneur ! Il n’y a pas d’injustice parce qu’il n’y a pas d’inégalité. En parlant du Moyen Âge, personne n’aurait jamais osé poser le problème d’une inégalité entre le seigneur et le serf ; c’était une différence de nature aussi éloignée l’une de l’autre que Dieu et l’humanité. De plus en plus d’ailleurs, le concept de différence se substitue à celui d’inégalité pour justifier les écarts salariaux. L’overclass se perçoit comme « homme nouveau » ou nouvelle espèce.

Je crains que le néolibéralisme et sa civilisation de la performance – si rien n’est fait pour les contrer – portent ce concept de différence à son apothéose en distinguant l’humanité suivant qu’elle est génétiquement enrichie ou génétiquement pauvre ; une humanité de trop, non rentable, qui est non seulement impuissante à suivre le courant, mais le freine, le menace au point où l’humanité adaptée serait en droit de l’éliminer ou de la maintenir en état d’infrahumanité. Avec la dégradation des écosystèmes, il pourrait y avoir une overclass de seigneurs, capables de vivre dans la pollution, grâce à une occupation des lieux les moins pollués et à l’accès à de coûteuses thérapies nanotechnologiques renforçant le système immunitaire contre les virus et les pollutions biologiques que leurs grandes entreprises auront provoqués. Cela consisterait en une version extrême d’un système de santé à deux vitesses. Une « humanité à deux ou trois vitesses » : la surhumanité ou transhumanité, humanité « banale » et sous-humanité…

La science-fiction est dans bien des cas de la bonne sociologie. Le meilleur des mondes de Huxley et 1984 d’Orwell sont des mondes complémentaires, l’un étant la condition de l’autre. Nous nous en rendons compte. Lourde tâche que celle qui nous incombe de défendre l’humanité commune. Notre résistance commence en appelant l’inégalité par son nom, en dénonçant l’écart actuel entre les riches et les pauvres comme une injustice vis-à-vis de la condition humaine, sinon l’accomplissement du concept de différence nous conduira à la post-humanité.

Entrevue réalisée par Jean-François Filion et Jean-Claude Ravet

Référence : Mascotto, Jacques,« L’overclasset son imaginaire », Relations, septembre 2005 (703), p. 17-20. Professeur au Département de sociologie de l’UQAM, Jacques Mascotto enseigne depuis plusieurs années la sociologie des élites, ce qui l’a amené à s’intéresser au nouveau bloc économique dirigeant américain.

http://cap.qc.ca.edu/2007/12/15/l&#...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Nice job !
21 décembre 2007 - 18h38

Has this interview appeared in English ?

Thanks, Hoipolloi Cassidy, New York.



USA :L’overclass et son imaginaire : entrevue avec Jacques Mascotto
21 décembre 2007 - 21h22

Ce bloc dirigeant élargi, c’est ce qu’on appelle l’overclass. Il comprend, outre ces héritiers des grandes familles et ces hauts dirigeants, les classes salariées supérieures exerçant une fonction dirigeante au sens large – avocats, experts, consultants, éditorialistes, etc. – gagnant entre 80 000 $ et 200 000 $ en moyenne par année et formant la constellation savoir-pouvoir-contrôle. Jamais dans l’histoire du capitalisme un bloc dirigeant n’a eu autant de cohésion sociale par ses revenus, son statut social et son imaginaire de la puissance. Il est apte à isoler, à filtrer et à repousser les mobilisations sociales.

J’avais bien accepté le mot de nomenclatura bourgeoise...

Bon peu importe les termes il est très utile de bien discerner ce qui se passe :

Une partie des revenus des salariés ont eu leurs revenus transférés vers le capital, mais aux USA (et à moindre niveau en Grande Bretagne et dans les états européens) cette évolution était difficilement distinguable. C’est qu’en fait une couche étroite de salariés dirigeants (privés et publics) était en train de s’extraire nettement en ayant des revenus de plus en plus hors nomes.

Facticement dans beaucoup d’états , de 5 à 10% des revenus étaient passés du salariat au capital mais la réalité semble cacher quelque chose d’autre de bien plus inégalitaire, c’est la catégorie des salaires hors normes des petits chéris salariés de la bourgeoisie.

C’est si l’on veut, au symbolique la gâterie de DSK dans ses nouvelles fonctions, la goinfrerie de Sarko qui se vote des douceurs à niveau grande bouffe, ....

Ceci étant, ce mouvement tranche un peu avec le passé et recoupe d’autres évolutions. Le pouvoir bourgeois élargi d’un côté sa base sociale en extrayant des salariés cette super-nomenclatura qui a l’avantage d’être homogène mais d’un autre côté liquide en partie les alliances qu’il avait avec une partie de la petite-bourgeoisie (les artisans, commerçants, professions libérales) sauf si ils sont en situation de rentrer dans les top guns (mais ça sera une petite minorité, le reste sera prolétarisé), avec la paysanerie (maintenant liquidée pour l’essentiel dans les pays riches, le reliquat partagé entre RMI et minuscule caste sur-mécanisée), enfin les alliances larges construites sur des cadres, des fonctionnaires sont étranglées.

Dans la classe ouvrière (au sens large) les fonctionnaires sont mis à diète commune, ainsi que l’essentiel des cadres (leur statut ne veut plus rien dire alors qu’il était prestigieux avant), les restes des ITC (ingénieurs techniciens et cadres là enlevés) passant également dans le mixeur.

Cette recomposition des alliances est inédite. La bourgeoisie a donc réduit la voilure du cout de ses alliances, se sépare violemment et distinctement des alliances du passé et en construit une nouvelle + réduite mais mieux nourrie et surtout plus homogène .

D’un autre côté la classe ouvrière est mieux placée (ci elle arrive à se constituer en classe consciente d’elle-même) pour se réunifier, attirer à elle les couches sociales et classes passées au hachoir et auparavant gâtées par la bourgeoisie.
La bourgeoisie gagne une alliance + cohérente et + réduite à qui est offert l’intégration réelle dans ses rangs. la nomenclatura bourgeoise c’est la stagiérisation , en attendant la titularisation dans les rangs de la bourgeoisie. Ce qui n’a jamais été offert réellement aux ex-couches sociales que la bourgeoisie avaient avant comme alliées.

Autre chose, il est évident que les mœurs de guerre sociale agressive vont affecter profondément la bourgeoisie et introduire en son sein (déjà que ça n’était pas le grand amour....) plus de dureté qu’avant . Des bourgeois vont être dé-fenestrés par leurs "amis" avec cruauté.

Autre chose, la bourgeoisie qui se contentait de l’état national comme parti politique à elle va être obligée de trouver d’autres relais et c’est ce qu’elle fait : think-thanks, OMC, banque mondiale, davos, Bilderberg, trilaterale, direction de l’UE, etc.... la bourgeoisie et la nomenclatura dispose maintenant de nombreux clubs mis en musique hiérarchique chargés de construire idéologie, orientations, mises en application pratiques , etc.

Copas



USA :L’overclass et son imaginaire : entrevue avec Jacques Mascotto
22 décembre 2007 - 00h49

Tiens tiens tiens, interressant ça, interressant. Vieux stal borné.



USA :L’overclass et son imaginaire : entrevue avec Jacques Mascotto
22 décembre 2007 - 12h24 - Posté par

Intéressant car ça veut dire réduction de la base sociale et des alliances de la bourgeoisie, introduction à un niveau + intense des règles de la jungle en son sein pour extraire les meilleurs ....

Mais il y a toujours deux lectures dans un processus d’évolution majeur : Soit on mesure avec effroi la largeur des chenilles de tanks soit on dit que ça va être du tir aux pigeons d’argile sur ces mastodontes....

Les deux sont justes .

J’insisterai quand même sur la faiblesse croissante de la base sociale de la bourgeoisie, ses alliances se réduisant de plus en plus ...

également il faut prêter attention sur le paradoxe de la concentration inouïe de moyens par télés, radios et journaux, qu’a la bourgeoisie qui tient des discours d’une exceptionnelle homogénéité, et en même temps l’exceptionnelle fragilité de cette domination qui ne se conçoit qu’avec un contrôle absolu de la parole. La moindre faille les fait devenir fous d’angoisse (le net est par exemple devenu l’objet infernal et obsessionnel de leur paranoïa) . C’est le syndrome Mai 2005.

Donc à la concentration de la bourgeoisie et son pool de stagiaires à salaires astronomiques (il faut distinguer : la bourgeoisie et la nomenclatura qui touche d’énormes salaires, ce n’est pas toujours la même chose) se lie une concentration médiatique exceptionnelle et une homogénéisation exceptionnelle du discours (rien d’étonnant : les grands présentateurs, animateurs , etc, font partie des stagiaires , leurs revenus sont en ligne pour entrer avec tambours et trompettes dans la nomenclatura qui dirige le monde).

Mais le dispositif a incontestablement ses faiblesses du point de vue de la domination idéologique. Le relais charnel de proximité n’existe plus (symboliquement le discours tombe des hauts parleurs), le discours s’écarte de plus en plus de la réalité et devient transparent, enfin la moindre faille (syndrome mai 2005) le fait voler en éclats (la haine et le désir de contrôle du Net par la petite bande bourgeoise illustre une des grosses failles du dispositif).
Sur des points accessoires, comme la domination des lieux de la pensée économiste bourgeoise (les Echos, la Tribune), le désir de suprématie et de contrôle crée une faiblesse incroyable de la bourgeoisie qui cherche à liquider toute solution de porter même un regard lucide sur ses enteprrises.

Cop.


USA :L’overclass et son imaginaire : entrevue avec Jacques Mascotto
22 décembre 2007 - 09h47

bonjour ;
Jai mis en ligne cet entretien pour lancer le debat sur l’analyse des classes au niveau mondial,vu que la nous sommes encore balbutiants !!
Merci Copas pour la reprise,la vision d’ensemble avance,il faut y integrer a mon avis la partie imaginaire representation de soi qui se revele dans l’article incomplet (plus de 25000 caracteres) mis en ligne a la suite :
La bonne publicité est la pire Nicolas Renaud
http://www.e torpedo.net/article.php3 ?id_article=1046

Les nouvelles techniques de domination,manipulation sont issues des mecanismes de la publicité etendues a
l’ensemble des formes de domination .Ce n’est pas un hasard si toutes les institutions ,y compris le Pentagone ont de tres performants services de relations publiques,travaillent en permanence avec les lobbystes etc.

La couche dirigeante mondiale issue de la mondialisation a une meme culture homogene qui resulte tant de sa pratique que de son ideologie.
N’en deplaise a 91.***.32.***,ils ne sont arrivés que parce qu’ils ont su ecraser les concurrents et leur seul merite fut d’etre plus feroces que d’autres !!
Leur ferocité,appat du gain,sont leurs marques de fabrique et leur signe de reconnaissance,ce sont nos ennemis impitoyables aucune chance de s’entendre avec eux,aucun compromis possible !!

Maintenant il faut entamer l’analyse fine sur la pratique de la caste dirigeante Europeenne et l’usage reciproque des Sociodems en leur sein.
Vladimir

 



USA :L’overclass et son imaginaire : entrevue avec Jacques Mascotto
22 décembre 2007 - 23h16 - Posté par

L’analyse me semble pertinente, mais elle ne prend, à mon avis pas en compte l’existence d’une "super hyper class" qui ne mesure plus son influence en dollars, en valeur fiduciaire, mais en pouvoir pur.

En gros, le changement qualitatif de la richesse en pouvoir accompli chez un petit nombre ou il n’y a plus besoin de richesse financière pour dominer.

Cette classe est devenue dominante totalitaire et possède par cela TOUTE la richesse existante par cette seule qualité. Elle se reproduit entre elle, vit entre elle, meurt entre elle, et présente tous les aspects d’un pouvoir impérial oligarchique.

Et ceux-là n’ont plus besoin d’autre chose que leur propre identité pour avoir tout le pouvoir du Monde.

Je dirais même plus que la perennisation de leur état justifie à leur yeux de détruire toute richesse ou accumulation de celle-ci qui pourrait amener d’autres à leur niveau. Et même ceux qui pensent pouvoir accèder à leur niveau deviennent tôt ou tard leur point de mire. Je parle ici des 10 % cités dans le texte. Et qui ne sont que les mignons destinés à les faire disparaître à la perception du commun et à leur servir de fusible et de bouclier.

Ceux-là n’apparaissent que très rarement en public, et leurs noms, bien que connus si on cherche dans les Who is Who ou les Agendas de la Finance, y figurent sans paraître comme importants au commun des mortels. Pourtant ce sont eux qui font et défont les grandes lignes politiques du Capital et leurs figures de proue.

G.L.


USA :L’overclass et son imaginaire : entrevue avec Jacques Mascotto
23 décembre 2007 - 13h59 - Posté par

Ceux-là n’apparaissent que très rarement en public, et leurs noms, bien que connus si on cherche dans les Who is Who ou les Agendas de la Finance, y figurent sans paraître comme importants au commun des mortels.

Regarder les listes de noms des participants à la trilaterale, à bilderberg, à Davos, relever les noms des commissaires européens, des dirigeants de la BM, le FMI, relever qui est négociateur à l’OMC, et grosso-modo tu auras la liste de ceux qui "comptent" réellement, ceux qui expriment les tendances et grands axes économiques et politiques mondiaux de la bourgeoisie. C’est très instructif et très discret..... (sauf le déploiement policier et militaire géant qui entoure ces forums bourgeois mondiaux).

Ceci étant il est intéressant de noter que ce qui importe dans ce genre de truc c’est la "réussite", la connivence est du même tonneau qu’une discussion d’un groupe de requins face à un repas possible.

Cop.





CES PSEUDOS JOURNALISTES MAIS VRAIS ABRUTIS ...
dimanche 5 - 18h39
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Monsieur le Président, je lutte pour vivre et vous faites de moi, de Nous Français-infectés-cloîtrés des fantômes !
dimanche 5 - 18h14
de : Emily Geirnaert
La CAF t’informe...
dimanche 5 - 18h09
de : Najet
Journal de confiné (5).
dimanche 5 - 16h37
de : L’iena rabbioso
Les trois causes psychologiques de la crise du coronavirus : déni, suffisance, irresponsabilité
dimanche 5 - 14h14
de : jean1
Communiqué unitaire du 2 avril. La situation sanitaire de la France est grave !
dimanche 5 - 11h27
de : JO
Que se passe-t-il au Brésil ? A suivre !
dimanche 5 - 11h15
de : JO
COVID-19 : LA MACRONIE BIENTÔT DEVANT LES TRIBUNAUX ? (video)
dimanche 5 - 09h52
de : JO
FEU AU CENTRE DE RÉTENTION (Janvier – Juin 2008)
dimanche 5 - 07h11
de : Ernest London
Journal de confiné (4).
samedi 4 - 18h28
de : L’iena rabbioso
Campagne pour la libération immédiate de Georges Abdallah !
samedi 4 - 17h21
de : Jean Clément
CUBA : Tout le pays dispose de tests rapides pour détection du Covid-19
samedi 4 - 16h09
de : JO
Coronavirus : stock de médicaments pour quelques jours ?
samedi 4 - 15h55
de : JO
Coronavirus : « Nos établissements sont totalement vides », déplore la fédération de l’hospitalisation privée
samedi 4 - 15h35
de : JO
Covid-19 : la crise économique qui vient
samedi 4 - 08h02
Postier·es sans masques, éditeurs sans scrupule
vendredi 3 - 18h45
de : Les Confiné·es
Journal de confiné (3).
vendredi 3 - 18h39
de : L’iena rabbioso
UN PNEU MON’NVEU...
vendredi 3 - 12h36
de : Mickael Wamen
1 commentaire
La Défense russe réagit aux articles critiquant l’aide de Moscou à l’Italie !
vendredi 3 - 11h58
de : JO
LQR : La propagande du quotidien
vendredi 3 - 09h37
de : Ernest London
Journal de confiné (2).
jeudi 2 - 22h04
de : L’iena rabbioso
Masques : les preuves d’un mensonge d’Etat
jeudi 2 - 18h55
de : Yann Philippin, Antton Rouget et Marine Turchi
CORONAVIRUS : PAS DE CONFINEMENT POUR LES FRAIS BANCAIRES ...
jeudi 2 - 15h11
de : Mickael Wamen
Covid-19 des médecins Cubains en Bretagne ?
jeudi 2 - 13h06
de : Gael
Le jour d’avant, C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 2 - 10h28
de : Hdm
1 commentaire
Exemplarité et police : Se (re)tenir ou se lâcher !
mercredi 1er - 19h51
de : Christian DELARUE (MRAP)
Des nouvelles de la région rennaise
mercredi 1er - 18h12
de : jean1
CORONAVIRUS, RIEN N’EST TROP GROS POUR LA CLASSE ORDURIÈRE...
mercredi 1er - 17h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Coronavirus : Mais nous(La CHINE) on voit clair, HEIN/HEIN !
mercredi 1er - 14h46
de : JO
1 commentaire
Journal de confiné (1).
mercredi 1er - 12h09
de : L’iena rabbioso
Aérien, grande distribution, courrier, transports, les salariés tombent comme des mouches
mercredi 1er - 08h02
Bâtiment et construction : la Ministre, le patronat , les ouvriers, les syndicats.
mardi 31 - 22h49
de : Ch DELARUE
Survivre au virus : une méthode anarchiste
mardi 31 - 18h59
de : jean1
1 commentaire
Coronavirus aux Etats-Unis : Incroyable mais vrai, la Russie envoie des équipements médicaux !
mardi 31 - 13h37
de : JO
Crise sanitaire - Les derniers billets d’humeur d’un médecin urgentiste !
lundi 30 - 16h24
de : JO
2 commentaires
Mesures de confinement : les contrôles de police ne doivent être ni abusifs ni violents ni discriminatoires
lundi 30 - 13h35
de : la LDH
3 commentaires
CORONAVIRUS : LECLERC-VOYANT...
lundi 30 - 13h18
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Certains et certaines sont "au front de l’essentiel"
lundi 30 - 12h49
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Double peine pour la banlieue (video)
lundi 30 - 11h33
de : azard
1 commentaire
Les conditions idéales
lundi 30 - 11h15
de : UJFP via JYP
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
Projection-soutien aux grévistes "Soigne et tais-toi" Mardi 4 février à 19h30
jeudi 30 janvier
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Pour soutenir les grévistes qui luttent actuellement contre la réforme des retraites, "Les rencontres Info’Com" organisent une soirée projection-soutien du film ’’Soigne et tais-toi". • Date : 4 février à 19h30 • Lieu : Salle Colonne au 94 bd Auguste-Blanqui 75013 Paris • Participation libre reversée à la Caisse de grève. "Les rencontres Info’Com" est un rendez-vous culturel organisé par le syndicat Info’Com-CGT. Son objectif est de vous (...)
Lire la suite
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite