Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Les demi-vérités de Cécilia Sarkozy
de : lolita
jeudi 10 janvier 2008 - 12h35 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Livre-enquête Les demi-vérités de Cécilia Sarkozy

jeudi 10 janvier 2008

 Dans leur livre "Cécilia, la face cachée de l’ex-Première dame" (Pygmalion), sortie vendredi 11 janvier, les journalistes Denis Demonpion (du Point) et Laurent Léger (de Bakchich.info) révèlent notamment quelques-unes des approximations et demi-vérités qui jalonnent le parcours de Cécilia, née Ciganer, qui affirmait il y a quelques années être "devenue une femme politique". Extraits exclusifs.

 Pas trace d’un quelconque prix de piano pour la descendante du compositeur Isaac Albéniz

Sans vouloir lui faire injure, Cécilia l’admet volontiers, elle n’est pas touchée par la grâce musicale. Les leçons de musique lui sont une astreinte. Avec le recul, elle varie cependant dans ses jugements. Un jour, elle dit avoir souhaité en faire son métier. « Je voulais devenir (…) pianiste classique », consent-elle. Un autre, elle soutient le contraire. « Etant l’arrière - petite-fille d’Albeniz, tout le monde était persuadé dans ma famille que j’avais hérité d’une parcelle de son talent ! Donc au lieu de jouer avec mes copains et mes copines en sortant de l’école, moi, j’avais trois heures de piano. J’ai décroché un prix de la Ville de Paris. J’ai rapporté mon diplôme à ma famille et leur ai dit : ”Maintenant il faut me laisser tranquille” », assène-t-elle. « On ne peut pas forcer les enfants sinon on les dégoûte ».

 Quel concours de piano Cécilia a-t-elle précisément passé avec le succès qu’elle revendique ? Visiblement pas celui du Conservatoire national de Paris de la rue de Madrid, aujourd’hui rebaptisé Conservatoire national supérieur de musique de Paris à La Villette. « Mademoiselle Ciganer n’est pas lauréate du Conservatoire de Paris », affirme une archiviste de l’honorable institution. Pas davantage, vérifications faites, d’un Concours international de la Ville de Paris. « Cette personne ne figure ni à notre concours de piano contemporain Olivier Messiaen ni à celui de piano-jazz Martial Solal », assure l’Association pour la création et la diffusion artistique, qui organise les épreuves.

Le prestigieux concours Long-Thibaud, créé en 1943, n’a pas non plus trace de son passage, si tant est qu’elle s’y soit inscrite. Quant au conservatoire municipal du 8ème arrondissement, situé d’abord rue de Lisbonne, puis rue du Faubourg Saint-Honoré, il n’a conservé aucune trace du passage de Cécilia. Ses archives n’ont pas non plus rejointes celles de la ville de Paris. Un parent nuance : « Elle a bien eu un prix. A l’époque, les interprètes étaient enregistrés. Elle a reçu un 45 tours sur lequel elle jouait 10 à 12 minutes de piano ».

(…)

 A-t-elle été attachée parlementaire du sénateur René Touzet, président du groupe de la Gauche démocratique du Sénat ?

Catherine Hirschfield connaît tout de l’histoire et des aléas de la Gauche démocratique, dissoute dans l’UDF, elle-même fondue dans l’UMP, pour laquelle elle a oeuvré pendant un quart de siècle. Assistante parlementaire du groupe et, parmi ses membres, de René Touzet dont elle a accompagné la carrière, elle jure n’avoir « jamais entendu parler » de Cécilia, ni ne l’avoir rencontrée. « Je ne vois pas comment elle aurait pu être attachée parlementaire sans que je le sache », s’étonne-t-elle. D’autant que le titre est réservé aux personnes chargées des relations avec le parlement pour le compte d’un ministre, une fonction gouvernementale que Touzet n’a jamais occupée. Catherine Hirschfield se souvient, en revanche, parfaitement de Valérie Baroin, l’épouse de Thierry Breton, qui n’était pas encore ministre des Finances de Dominique de Villepin. Il ne peut donc y avoir confusion sur la personne. (…)

 Aussi loin qu’on remonte dans les archives du Sénat, aucune trace n’est visible du passage de Cécilia (ou Cécile) Ciganer. A moins que celle-ci ait eu recours à un nom d’emprunt. L’Association de Gestion des Assistants de Sénateurs ou AGAS, un service dédié à la recension de ces personnes, embauchées sous contrat de droit privé, mais payées par l’Etat, ne dispose d’aucun document à son nom.

 D’où l’embarras du directeur de l’AGAS, Benoît Chadenet qui, la voix blanche, renvoie sur le service de communication du Sénat. Là, la réponse tombe, catégorique : « Madame Sarkozy, ex-Ciganer, n’a jamais été déclarée au Sénat comme assistante parlementaire de M. Touzet ou d’un autre ». Si on se fonde sur les archives du Sénat, par ailleurs en mesure de produire le nom de tous les autres assistants parlementaires de René Touzet, Cécilia n’a, à ce titre, aucune existence juridique. Dans les années 80, époque où elle est censé avoir occupé un tel poste, « il y avait de vrais assistants au sens salarial du terme », note un attaché de presse de la Haute Assemblée. « Elle a pu apporter une aide gracieuse, amicale ou autre », suggère-t-il, ironique.

 René Touzet est mort en 1982 en plein exercice de son mandat. A supposer que Cécilia ait été sa collaboratrice, ce n’aurait pu être qu’au tout début des années 80. Elle avait à l’époque entre 23 et 25 ans. « Ce n’est pas nécessairement un âge où l’on a une collaboration officielle de type salarial », ajoute l’attaché de presse du Sénat, désolé de ne pas pouvoir corroborer les déclarations de celle qu’il appelle alors « notre douce présidente ». « On a tous eu notre petit temps de militantisme ou de stage qui n’emporte ni rémunération, ni convention, comme cela se fait aujourd’hui », conclut-il. Or on ne sache pas que l’ex-épouse du président ait jamais adhéré à une formation politique.

 Cécilia aurait donc été bénévole ? Là encore, les témoins et les preuves font défaut. Qu’elle ait pu alors franchir les portes du Sénat, pourquoi pas. L’incertitude, quant à ses activités, demeure, malgré ses assertions réitérées en octobre 2004 : « Je suis devenue attachée parlementaire, alors que je ne connaissais pas encore Nicolas. Mais c’est avec lui que j’ai mis le pied dans la politique ». (…) Sur la place que Cécilia aurait occupée au sein du personnel parlementaire, le doute subsiste, entier, comme sur le nom du sénateur qu’elle aurait servi. L’association d’orphelins de la police qu’elle dit soutenir… ne l’a jamais vue

 Compassionnelle, Cécilia soutient les associations et ceux que l’infortune a touchés. Femme du ministre de l’Intérieur, elle est sensibilisée au cas des enfants de policiers morts en service, recueillis et soutenus par l’Orphelinat mutualiste de la police nationale. Créé en 1921, reconnu d’utilité publique par le président Gaston Doumergue en 1925, l’orphelinat - aujourd’hui dénommé Orphéopolis - est venu en aide à des milliers d’enfants. « Je me suis engagée dans plusieurs associations et même si je ne suis plus que l’épouse du président de l’UMP, je suis restée leur marraine. D’Orphéopolis, en particulier », assure Cécilia Sarkozy en mai 2005.

 A l’Orphelinat, la trace qu’elle a laissée est des plus incertaines. Certes, elle a accompagné Sarkozy à l’inauguration d’une résidence de l’Orphelinat, le 30 janvier 2003 à Agde. Vêtue intégralement de noir, un dossier à la main, elle reste à son habitude postée derrière le ministre, mais s’assied à la place réservée à Laetitia Hallyday, marraine de l’établissement. Présente, Bernadette Chirac en profite pour donner une leçon de savoir vivre à Sarkozy devant le maire d’Agde et le président du Conseil régional, comme le rapporte Le Monde du lendemain. Laetitia n’en tient pas rigueur à Cécilia. Bonne pâte, elle lui a conservé son amitié et, en marraine attentionnée, elle a invité les enfants à un concert de Johnny à Marseille, précédé d’une rencontre avec « l’ex-idole des jeunes ».

 Cécilia devait parrainer un centre d’Orphéopolis. Le projet a échoué. « Nous l’avions sollicité en 2003 pour qu’elle pose la première pierre d’une nouvelle résidence à Bourges. Mais elle s’est décommandée à cause d’un plan de licenciement qui risquait de provoquer un mouvement social. Le cabinet du ministre a estimé qu’être accueillie par des banderoles risquait de faire désordre », raconte un cadre de l’orphelinat. « Finalement Cécilia n’est jamais venue et nous ne l’avons pas sollicitée à nouveau », conclut-il. Ouvert en janvier 2005, l’établissement de Bourges, d’une capacité d’accueil de trente-six lits, a été inauguré officiellement un an plus tard. Sans Sarkozy, pas plus qu’en présence de Cécilia.

(…)

©Pygmalion 2008

- http://www.bakchich.info/article231...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Les demi-vérités de Cécilia Sarkozy
10 janvier 2008 - 12h42

Il ment, elle ment ...
Ma grand-mère avait pour habitude de dire que la fourche finit toujours par rencontrer le fumier.
Cultivons donc notre jardin !



Les demi-vérités de Cécilia Sarkozy
10 janvier 2008 - 17h30

Les histoires de cul sentent la merde.momo11



Les demi-vérités de Cécilia Sarkozy
11 janvier 2008 - 22h21 - Posté par

C’est bien pour ça qu’il faut pas y mettre le nez, camarade momo11. Vieux stal borné.





Julien Lauprêtre, le président du Secours populaire est décédé
vendredi 26 - 12h22
de : Secours Populaire Français
Gouvernement et Medef veulent tout détruire ! Le 27 avril 2019, opposons-leur une riposte générale !
vendredi 26 - 08h41
de : Info’Com CGT
MACRON ET LE TROU NOIR SANS REPIT
jeudi 25 - 23h05
de : Nemo3637
7 commentaires
Près de 70% des policiers d’une compagnie de CRS en arrêt de travail : « Certains sont proches du burn-out »
jeudi 25 - 20h59
de : jean 1
1 commentaire
La police française utiliserait des « armes de guerre » lors des manifestations !
jeudi 25 - 18h20
de : JO
Notre Dame : qui a allumé le feu ?
jeudi 25 - 15h58
de : Patrick Samba
2 commentaires
Des journalistes convoqués pour compromission du secret de la défense nationale
jeudi 25 - 12h49
de : Disclose, ARTE Info, Konbini, Mediapart
ARRESTATION DE GASPARD GLANZ LE 20 AVRIL 2019 À PARIS (ACTE 23 #GILETSJAUNES) (video)
jeudi 25 - 12h39
Le lanceur de balles de défense a été reconnu comme « arme de guerre » par la réglementation internationale.
jeudi 25 - 11h40
de : JO
Mélanie, gilet jaune amiénoise frappée violemment dans la nuque par un policier samedi à Paris (video)
jeudi 25 - 08h51
de : Vanessa Lamarre
2 commentaires
Conférence de presse à haut risque pour Macron
jeudi 25 - 08h24
de : Placide
1 commentaire
Ce qu’a déclaré Gaspard Glanz, repris par Pierrick Tillet, impressionnant de lucidité et de courage
mercredi 24 - 13h33
de : nazairien
1 commentaire
Grande fête du livre Paris samedi 27 avril 2019
mercredi 24 - 11h10
de : Frank
Nous sommes tous des débiles profonds
mardi 23 - 23h37
de : irae
Contre le travaillisme patronal
mardi 23 - 21h35
de : Christian DELARUE
2 commentaires
AP-HP : la grève cherche à s’étendre en l’absence de nouvelles propositions de la direction
mardi 23 - 19h44
de : Stéphane Ortega
Force et Honneur, pour le Journaliste Gaspard Glanz, toute sa détermination et sa volonté, dans le regard (vidéo)
mardi 23 - 14h39
de : nazairien
4 commentaires
Gal Tauzin, Permettez que je vous donne ici ma vision de votre révolte, que je considère comme très saine dans le fond.
mardi 23 - 12h50
de : nazairien
3 commentaires
« Ne vous suicidez pas ! Rejoignez-nous ! » : le slogan oublié par les géants du journalisme
mardi 23 - 08h06
de : Frédéric Lemaire, Henri Maler
1 commentaire
Toulouse : “Ne vous suicidez pas, rejoignez nous ! ” lance au mégaphone une Gilet jaune aux policiers (video)
mardi 23 - 07h55
de : Laurent Dubois
À Lyon, des gilets jaunes isérois ont chanté "Ne vous suicidez pas, rejoignez-nous" aux forces de l’ordre (video)
mardi 23 - 07h49
1 commentaire
Un oligarque, "ça ose tout" Carlos Ghosn aurait dépensé l’argent de Nissan dans des boutiques de luxe
lundi 22 - 20h29
de : nazairien
1 commentaire
Les Gilets Jaunes de France. « Nous ne lâcherons rien ». CQFD !
lundi 22 - 16h49
de : JO
Violences policières acte 23 : des scènes de guerre civile, des propos excessifs et un communiqué inopportun LA PEUR CHANGE DE CAMP" (vidéo)
lundi 22 - 13h29
de : Pierrick Tillet
7 commentaires
Nouvelle polémique suicides policier bel enfumage.
lundi 22 - 09h11
de : irae
3 commentaires
Acte 23 Gilets Jaunes samedi 20 avril 2019
lundi 22 - 08h35
de : jean 1
2 commentaires
Enquètes sur pratiques policières !
dimanche 21 - 16h54
de : JO
1 commentaire
LA RECOMPOSITION DES MONDES
dimanche 21 - 10h52
de : Ernest London
1 commentaire
Acte 23, forte mobilisation à Paris, Les Gilets jaunes chantent leurs carmagnoles
dimanche 21 - 10h06
de : nazairien
1 commentaire
Le gouvernement sous arrestation.
samedi 20 - 18h29
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Gilets Jaunes : Lavilliers vire casaque
samedi 20 - 12h22
de : Stafed
4 commentaires
Y-a-t-il eu fichage des « gilets jaunes » blessés lors des manifestations ?
samedi 20 - 08h15
de : François Béguin
Fortes restrictions du droit de manifester : Un Etat de droit en dérive !
samedi 20 - 07h03
de : Chrstian DELARUE
2 commentaires
« VIVRE L’ANARCHIE » film documentaire de Michel Mathurin
vendredi 19 - 22h31
de : Nemo3637
Grande action de désobéissance civile en cours à Paris (video)
vendredi 19 - 15h26
de : JO
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
vendredi 19 - 12h09
de : BERNARD DUPIN
NOTRE-DAME : OU VA LA GENEROSITE ?
vendredi 19 - 10h38
de : Nemo3637
5 commentaires
Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
6 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il n’existe pas d’activité humaine dont on puisse exclure tout-à-fait l’intervention intellectuelle, il n’est pas possible de séparer l’homo faber de l’homo sapiens. Antonio Gramsci
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite