Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Toni Negri et Nanni Ballestrini sur Battisti et pour l’amnistie de la gauche en italie (bilingue)
de : Louise Desrenards
mercredi 19 mai 2004 - 17h18 - Signaler aux modérateurs

Easy translation ( please verify or correct it ) by Louise Desrenards from the article http://www.liberation.fr/page.php?A...

" The intellectuals who make the apology of the State of Italian right today, who existed according to them in the 70s, are blind, ignorant or cynical. " Liberation, Bounces

To Forgive Battisti, among others, would free the country of its ghosts of the seventies. In Italy, a political amnesty which does not pass.

By Nanni BALLESTRINI and Toni NEGRI on Tuesday, May 18th, 2004 Nanni Balestrini poet and novelist and Toni Negri philosopher

On June 30th, the French justice should pronounce on the possible extradition of Cesare Battisti, political refugee in France since 1981 and on the run of its own country for acts committed in the 70s. The decision was sent back after a first audience of the chamber of instruction on April 7th, date which made, for a certain number of us, sad and painful memories reappear.

April 7th, 7th, 2004, was indeed the 25th anniversary of the arrest of about sixty intellectuals and workers by the judge Calogero, who was in the time - and who is even today - the public prosecutor of the city of Padoue. These workers and these intellectuals were all accused of having organized a vast movement within factories and universities which pushed in the " uprising armed against the State " (an offence introduced into the Italian penal code during the fascism, punished by the life imprisonment, and which was never overruled since), and in particular to represent the brain of a political organization the official facade of which would have been named " Autonomia operaia " ( labor autonomy ), and the secret structure of which would have been that of the Red Brigades. They were besides accused without proofs of being the people in charge of nineteen murders, and in particular that of the president of the Christian Democracy, Aldo Moro. After seven years, while the accused persons had waited in prison for a lawsuit which finally took place, these charges were totally abandoned, and almost all those who had been imprisoned on April 7th, 1979 in prisons of high security were set again at liberty having been totally cleared : they had thus made seven years of prison in extreme conditions but received neither excuses nor compensation on behalf of the Italian State.

Both authors of this text were among those whom the judge Calogero accused : the first one managed supernaturally to avoid the confinement and lived seven years in France before being totally settled and daring to return in Italy ; the second underwent four and a half years of preventive confinement, then was afterward elected representative, what allowed himto go out of prison, and finally took refuge with France during fourteen years, protected by the doctrine Mitterrand, before returning in Italy voluntarily in 1997 to purge the last six years of prison which remained in him to make. It is in the light of this experience that we allow, today, to speak about the historic and legal problem which puts the extradition of Cesare Battisti.

We read the indignant letters of certain intellectuals, journalists and Italian magistrates : unlike what assert numerous French intellectuals, these write that Italy of the 70s did not live civil war, And what the State of Italian right did not thus have to use of laws of exception. The arguments which they use seem to us nevertheless often forgetful, not to say more ridiculous. Thus let us restart this history which was - so - ours.

The 70s represented an at the same moment vast and deep collective experiment thanks to which two generations tried to eradicate props - nevertheless unchanging seemingly - of the Italian society of the post-war years. It is on this movement that it meant imposing new reports in the family, in the sexuality, in the work, in the education, in the creation, in the politics... But, while in the other countries of Europe the wave provoked by 1968 had been integered inside institutions thanks to reforms certainly more or less effective but which always took into account requirements of the new generations, in Italy, on the contrary, an opaque and corrupt political class, been used since the 50s to repress in the blood the labor and peasant fights, refused at once everything dialogue with a student movement which did not besides stop developing, and was bound more and more in an enormous labor mobilization. Instead of opening in the reforms for which asked a modern country (let us remember that it is in these same years when the rights for the divorce and for the abortion were conquered - against the will of the government in load), they preferred to repress and to stop the demonstrators ; and the custom of firearms on behalf of police forces provoked of numerous died. At the same time, Italy underwent what we called " a terrorism of State ", that is of numerous murderous attacks organized by certain fringes of secret services having escaped any control and by extreme right-wing small groups : there were thus explosions on trains, bombs in banks and during trade-union meetings, during real acts of terror having for end to generalize the fear and to force the country to withdraw on moderate positions. We said that it was a " strategy of the tension " : to destabilize to re-stabilize - and the deaths counted by hundreds. In answer to it, a part of the movement gradually slid towards the armed struggle and committed political murders : officers and producers, journalists, union activists, politicians, magistrates... The State then adopted an outfit of special laws which did not correspond doubtless formally to a real State of exception, but which nevertheless allowed the arrest and the preventive confinement of thousand persons during years ( the legal limit was fixed to twelve years ), the usage of the torture, the summary lawsuits completely built on prisoners’ word to which it had been promised that the freedom in exchange for confessions and which would have anything invented to go out of prison. The data are sadly clear : 36 000 orders, 6 000 condemned persons, one thousand persons taken refuge abroad ; and those who think that all this is not true have only to go to glance at the reports of Amnesty International of these same years.

Now it is not a question of saying that the 70s were not violent years, nor to make profession of angelism. But Italy of post-68, it was also the attempts of putsch, the infiltration of the masonic lodge P2 in the high spheres of the State and the civil society ( should we remind that numerous elements of the political class of this time are the same who are protagonists of the public life of the peninsula today ? ), the Atlantic military structure "Gladio" which had surrouunded in secret the centres of the power, the enormous scandal "Lockheed" which had soiled not only several Ministers of the government in responsibility but also the President of the Republic itself, forcing him to the resignation...

A diffuse and deep corruption, thus, which eventually appeared in full light at the beginning of the 90s, and which provoked, at least formally, the disappearance of the big Italian parties : the history of Tangentopoli is from this point of view only the consequence of decades of dysfunctions and bribes, subversion and lie, drift and secrets.

The 70s were all this - and not only, as some people want it to persuade, a metropolitan "jacquerie" in which a small number of delirious fanatics, totally cut by the reality and manipulated by occult powers, put in danger a peaceful, quiet and calm democracy.

The repression of the movement of the 70s lasted during years. The time passed. Many politicians recovered a virginity. The actors of the lead years purged for their part up to the end, and sometimes excessively, their condemnation - in prison for the majority of them, in exile for the others - and only ones those who did not live the exile can deny that it is also, in spite of appearances, about an exemplary and cruel punishment.

It is not a question here of saying that we were innocent. It is simply a question of reminding that the laws by virtue of which we were imprisoned - and, for some, condemned - were not normal laws ; and that every man, whatever it is, is entitled to a just justice. It is on this point that the doctrine Mitterrand based its thought. In the case of the settled, certainly : all those who were cleared having undergone the years of prison, having lost their work and sometimes their family, underwent a justice tragically grotesque ; but in the case of the condemned persons, the injustice is not less monstrous there.

The case of Adriano Sofri, condemned for twenty two years of prison, twenty five years after the facts which are blamed him - and although it continues desperately to proclaim itself innocent-, is the most sad example. Sofri is innocent, but he was condemned during a lawsuit-river dotted with contradictory declarations), with ambiguous witnesses, with proofs which disappear, of uncalled-for or replaced judges, hoarse and redone judgments. We allow only to add to all this : if Sofri had been guilty - and it is not him-, this parody of justice to which he was subjected, and about which the historian Carlo Ginzburg said very exactly that it looked like a real lawsuit of witchcraft, it would be less monstrous ?

Thirty years passed. The men changed. They recovered with difficulty a life when they were able to do it. But this history, the history of which we do not still manage to make, is a wound. After thirty years, while nothing is more similar to what existed then - neither the persons, nor the historic situation - has it another sense to want to punish ? Is not there legal prescription when souls and bodies became other, and when all their existence is the proof ? Do not we risk to transform the justice - the one who was cruelly so lacking to the time - in a vengeance ?

A vengeance which made of the eye for eye its creed, but which does not work in the same way for all. The massacres provoked by the strategy of the tension lived, for the greater part, unpunished. In the daytime of the arrest of Battisti, the Italian judiciary decided to refuse, after thirty years of successive lawsuits, the charges which charged certain extreme right-wing leaders and people in charge of the secret services of the attack of the Bank of the agriculture of Milan, in 1969 : a bomb had provoked a real bloodbath. The people in charge can sleep soundly, they do not need an amnesty, they are already pardoned.

But, for the extreme left, no amnesty. This page of the history will not be turned, because it would mean exactly that we finally agreed to worry the real history. The Italian left refuses to make an amnesty by fear that Berlusconi and his friends take advantage of it. Berlusconi and his friends do not need it, they are autoamnistiés for a long time.

The intellectuals who make the apology of the State of Italian right today, who existed according to them in the 70s, are blind, ignorant or cynical. The doctrine Mitterrand had no big claims. It simply registered a non-functioning of the justice and the impossibility of the Italian political class to give political answers to a movement of contesting pushed bit by bit to the extremism by the choice of the repression. The doctrine Mitterrand allowed dozens persons to abandon the infernal spiral of the appeal to weapons and to choose another life, another route. It is on this base that it was confirmed by the governments of cohabitation which succeeded one another from 1986, to begin with that in the head of which was Jacques Chirac, then Prime Minister. In narrow connection with Italian Caritas, the Church of France has, too, always supported firmly the commitment which had been taken.

There is a problem of the political amnesty today for lead years. Some people believe that the forgiveness is a weakness. We think, on the contrary, that only the forgiveness is the measure of a real political force, because only the forgiveness can allow Italy today to release itself from ghosts of the 70s.

But, in Italy, all this is doubtless still impossible, because he(it) reigns an opaqueness there which does not allow the history(story) to be made, unless, as today, the direct actors decide - indeed in spite of them, because there is no other possible solution - to resume(to take back) the word. Italy of the XXIth century tries(feels) towards the lead years the difficulty that France towards Vichy or towards the war of Algeria had for a long time. We ask today that, as in France, this history(story) is written, so that it stops finally being the taboo of the memory and the forgiveness.

From a Translation Italian to French by Judith Revel in Liberation http://www.liberation.fr/page.php?A...


"Les intellectuels qui font aujourd’hui l’apologie de l’Etat de droit italien, qui existait selon eux dans les années 70, sont aveugles, ignorants ou cyniques."

Libération, 18 mai. Rebonds Pardonner à Battisti, entre autres, libérerait le pays de ses fantômes des années soixante-dix. En Italie, une amnistie politique qui ne passe pas

Par Nanni BALLESTRINI et Toni NEGRI mardi 18 mai 2004 Par Nanni Balestrini poète et romancier et Toni Negri philosophe

Le 30 juin, la justice française devrait se prononcer sur l’éventuelle extradition de Cesare Battisti, réfugié politique en France depuis 1981 et en fuite de son propre pays pour des actes commis dans les années 70. La décision a été renvoyée après une première audience de la chambre d’instruction le 7 avril, date qui a fait resurgir pour un certain nombre d’entre nous des souvenirs tristes et douloureux.

Le 7 avril 2004, a en effet été le 25e anniversaire de l’arrestation d’une soixantaine d’intellectuels et d’ouvriers par le juge Calogero, qui était à l’époque ­ et qui est encore aujourd’hui ­ le procureur de la République de la ville de Padoue. Ces ouvriers et ces intellectuels étaient tous accusés d’avoir organisé un vaste mouvement au sein des usines et des universités qui poussait à l’« insurrection armée contre l’Etat » (un délit introduit dans le code pénal italien pendant le fascisme, puni par la réclusion à perpétuité, et qui n’a jamais été abrogé depuis), et en particulier de représenter le cerveau d’une organisation politique dont la façade officielle aurait été nommée « Autonomia operaia » (autonomie ouvrière), et dont la structure clandestine aurait été celle des Brigades rouges. Ils étaient en outre accusés sans preuves d’être les responsables de dix-neuf assassinats, et en particulier de celui du président de la Démocratie chrétienne, Aldo Moro. Après sept ans, alors que les accusés avaient attendu en prison un procès qui eut finalement lieu, ces accusations ont été totalement abandonnées, et presque tous ceux qui avaient été incarcérés le 7 avril 1979 dans des prisons de haute sécurité ont été remis en liberté après avoir été totalement blanchis : ils avaient donc fait sept ans de prison dans des conditions extrêmes mais n’ont reçu ni excuses ni dédommagement de la part de l’Etat italien.

Les deux auteurs de ce texte ont été au nombre de ceux que le juge Calogero accusait : le premier a réussi miraculeusement à éviter l’incarcération et a vécu sept ans en France avant d’être totalement acquitté et d’oser rentrer en Italie ; le second a subi quatre ans et demi d’incarcération préventive, puis a été par la suite élu député, ce qui lui a permis de sortir de prison, et s’est enfin réfugié en France pendant quatorze ans, protégé par la doctrine Mitterrand, avant de rentrer en Italie volontairement en 1997 pour purger les six dernières années de prison qui lui restaient à faire. C’est à la lumière de cette expérience que nous nous permettons, aujourd’hui, de prendre la parole à propos du problème historique et juridique que pose l’extradition de Cesare Battisti.

Nous avons lu les lettres indignées de certains intellectuels, journalistes et magistrats italiens : au contraire de ce qu’affirment de nombreux intellectuels français, ceux-ci écrivent que l’Italie des années 70 n’a pas vécu de guerre civile, et que l’Etat de droit italien n’a donc pas eu à utiliser de lois d’exception. Les arguments qu’ils utilisent nous semblent pourtant souvent oublieux, pour ne pas dire ubuesques. Repartons donc de cette histoire qui a été ­aussi ­la nôtre.

Les années 70 ont représenté une expérience collective à la fois vaste et profonde à la faveur de laquelle deux générations ont cherché à déraciner les piliers ­ pourtant immuables en apparence ­de la société italienne de l’après-guerre. C’est à ce mouvement qu’il est revenu d’imposer de nouveaux rapports dans la famille, dans la sexualité, dans le travail, dans l’enseignement, dans la création, dans la politique... Mais, alors que dans d’autres pays d’Europe la vague provoquée par 1968 avait été réabsorbée à l’intérieur des institutions grâce à des réformes certes plus ou moins efficaces mais qui tenaient toujours compte des exigences des nouvelles générations, en Italie, au contraire, une classe politique opaque et corrompue, habituée depuis les années 50 à réprimer dans le sang les luttes ouvrières et paysannes, a refusé d’emblée tout dialogue avec un mouvement étudiant qui ne cessait par ailleurs de se développer, et se liait de plus en plus à une énorme mobilisation ouvrière. Au lieu de s’ouvrir aux réformes que demandait un pays moderne (souvenons-nous que c’est dans ces mêmes années que les droits au divorce et à l’avortement ont été conquis ­ contre la volonté du gouvernement en charge), on a préféré réprimer et arrêter les manifestants ; et l’usage des armes à feu de la part des forces de police a provoqué de nombreux morts. Parallèlement, l’Italie a subi ce que l’on a appelé « un terrorisme d’Etat », c’est-à-dire de nombreux attentats meurtriers organisés par certaines franges des services secrets ayant échappé à tout contrôle et par des groupuscules d’extrême droite : il y a donc eu des explosions sur des trains, des bombes dans des banques et lors de meetings syndicaux, de véritables actes de terreur ayant pour finalité de généraliser la peur et de contraindre le pays à se replier sur des positions modérées. On a dit que c’était une « stratégie de la tension » : déstabiliser pour restabiliser ­ et les morts se sont comptés par centaines. En réponse à cela, une partie du mouvement a progressivement glissé vers la lutte armée et a commis des assassinats politiques : entrepreneurs, journalistes, syndicalistes, hommes politiques, magistrats... L’Etat a alors adopté une panoplie de lois spéciales qui ne correspondaient sans doute pas formellement à un véritable Etat d’exception, mais qui ont malgré tout permis l’arrestation et l’incarcération préventive de milliers de personnes pendant des années (la limite juridique en était fixée à douze ans), l’usage de la torture, des procès sommaires entièrement construits sur la parole de détenus auxquels il avait été promis la liberté en échange de confessions et qui auraient inventé n’importe quoi pour sortir de prison. Les données sont tristement claires : 36 000 arrêtés, 6 000 condamnés, un millier de personnes réfugiées à l’étranger ; et ceux qui pensent que tout cela n’est pas vrai n’ont qu’à aller jeter un coup d’oeil dans les rapports d’Amnesty International de ces mêmes années.

Or il ne s’agit pas de dire que les années 70 ont été des années non violentes, ni de faire profession d’angélisme. Mais l’Italie de l’après-68, c’était aussi les tentatives de coup d’Etat, l’infiltration de la loge maçonnique P2 dans les hautes sphères de l’Etat et de la société civile (faut-il rappeler que de nombreux éléments de la classe politique de l’époque sont les mêmes qui sont aujourd’hui protagonistes de la vie publique de la péninsule ?), la structure militaire atlantique Gladio qui avait clandestinement investi les centres du pouvoir, l’énorme scandale Lockheed qui avait entaché non seulement plusieurs ministres du gouvernement en charge mais aussi le président de la République lui-même, le contraignant à la démission...

Une corruption diffuse et profonde, donc, qui a fini par émerger en pleine lumière au début des années 90, et qui a provoqué, au moins formellement, la disparition des grands partis italiens : l’histoire de Tangentopoli n’est de ce point de vue que la conséquence de décennies de dysfonctionnements et de pots-de-vin, de subversion et de mensonge, de dérives et de secrets.

Les années 70 ont été tout cela ­ et non pas seulement, comme certains veulent le faire croire, une jacquerie métropolitaine dans laquelle un petit nombre d’exaltés délirants, totalement coupés de la réalité et manipulés par des pouvoirs occultes, ont mis en danger une démocratie pacifique, tranquille et placide.

La répression du mouvement des années 70 a duré pendant des années. Le temps a passé. Bien des hommes politiques se sont refait une virginité. Les acteurs des années de plomb ont pour leur part purgé jusqu’au bout, et parfois outre mesure, leur condamnation ­ en prison pour la majorité d’entre eux, en exil pour d’autres ­ et seuls ceux qui n’ont pas vécu l’exil peuvent nier qu’il s’agisse aussi, malgré les apparences, d’une peine exemplaire et cruelle.

Il ne s’agit pas ici de dire que nous avons été innocents. Il s’agit simplement de rappeler que les lois en vertu desquelles nous avons été incarcérés ­ et, pour certains, condamnés ­ n’étaient pas des lois normales  ; et que tout homme, quel qu’il soit, a droit à une justice juste. C’est sur ce point que la doctrine Mitterrand a fondé sa pensée. Dans le cas des acquittés, certes : tous ceux qui ont été blanchis après avoir subi des années de prison, perdu leur travail et parfois leur famille, ont subi une justice tragiquement grotesque ; mais dans le cas des condamnés, l’injustice n’en est pas moins monstrueuse.

Le cas d’Adriano Sofri, condamné à vingt-deux ans de prison, vingt-cinq ans après les faits qui lui sont reprochés ­ et bien qu’il continue désespérément à se proclamer innocent ­, en est l’exemple le plus triste. Sofri est innocent, mais il a été condamné lors d’un procès-fleuve constellé de déclarations contradictoires, de témoins ambigus, de preuves qui disparaissent, de juges déplacés ou remplacés, de jugements cassés et refaits. Nous nous permettons seulement d’ajouter à tout cela : si Sofri avait été coupable ­ et il ne l’est pas ­, cette parodie de justice à laquelle il a été soumis, et dont l’historien Carlo Ginzburg a très justement dit qu’elle ressemblait à un véritable procès de sorcellerie, en serait-elle moins monstrueuse ?

Trente ans ont passé. Les hommes ont changé. Ils se sont refait difficilement une vie quand ils l’ont pu. Mais cette histoire, dont on ne réussit toujours pas à faire l’histoire, est une plaie. Après trente ans, alors que rien n’est plus semblable à ce qui existait alors ­ ni les personnes, ni la situation historique ­, cela a-t-il encore un sens de vouloir punir ? N’y a-t-il pas de prescription juridique quand les âmes et les corps sont devenus autres, et que toute leur existence en est la preuve  ? Ne risque-t-on pas de transformer la justice ­ celle qui a fait si cruellement défaut à l’époque ­ en une vengeance ?

Une vengeance qui a fait de l’oeil pour oeil son credo, mais qui ne fonctionne pas de la même manière pour tous. Les massacres provoqués par la stratégie de la tension sont demeurés, pour la plupart, impunis. Le jour de l’arrestation de Battisti, la magistrature italienne a décidé de débouter, après trente ans de procès successifs, les accusations qui inculpaient certains leaders d’extrême droite et des responsables des services secrets de l’attentat de la Banque de l’agriculture de Milan, en 1969 : une bombe avait provoqué une véritable hécatombe. Les responsables peuvent dormir tranquilles, ils n’ont pas besoin d’amnistie, ils sont déjà amnistiés.

Mais, pour l’extrême gauche, point d’amnistie. Cette page de l’histoire ne sera pas tournée, parce que cela voudrait dire précisément qu’on a finalement accepté d’en faire l’histoire véritable. La gauche italienne se refuse à faire une amnistie par peur que Berlusconi et ses amis en profitent. Berlusconi et ses amis n’en ont pas besoin, ils se sont autoamnistiés depuis longtemps.

Les intellectuels qui font aujourd’hui l’apologie de l’Etat de droit italien, qui existait selon eux dans les années 70, sont aveugles, ignorants ou cyniques. La doctrine Mitterrand n’a pas eu de grandes prétentions. Elle a simplement enregistré un non-fonctionnement de la justice et l’impossibilité de la classe politique italienne à donner des réponses politiques à un mouvement de contestation poussé peu à peu à l’extrémisme par le choix de la répression. La doctrine Mitterrand a permis à des dizaines de personnes d’abandonner la spirale infernale du recours aux armes et de choisir une autre vie, un autre parcours. C’est sur cette base qu’elle a été confirmée par les gouvernements de cohabitation qui se sont succédé à partir de 1986, à commencer par celui à la tête duquel se trouvait Jacques Chirac, alors Premier ministre. En liaison étroite avec la Caritas italienne, l’Eglise de France a, elle aussi, toujours appuyé fermement l’engagement qui avait été pris.

Il reste aujourd’hui le problème de l’amnistie politique pour les années de plomb. Certains croient que le pardon est une faiblesse. Nous pensons, au contraire, que seul le pardon est la mesure d’une force politique véritable, parce que seul le pardon peut aujourd’hui permettre à l’Italie de se libérer des fantômes des années 70.

Mais, en Italie, tout cela est sans doute encore impossible, parce qu’il y règne une opacité qui ne permet pas à l’histoire de se faire, à moins que, comme aujourd’hui, les acteurs directs ne se décident ­ bien malgré eux, parce qu’il n’y a pas d’autre solution possible ­ à reprendre la parole. L’Italie du XXIe siècle éprouve à l’égard des années de plomb la difficulté qu’a eu longtemps la France à l’égard de Vichy ou de la guerre d’Algérie. Nous demandons aujourd’hui que, comme en France, cette histoire soit écrite, afin qu’elle cesse enfin d’être le tabou de la mémoire et du pardon.

Traduit de l’italien par Judith Revel

© Libération http://www.liberation.fr/page.php?A...


All infos and links on Battisti redirected to http://www.vialibre5.com

Popup online http://www.criticalsecret.com



Imprimer cet article





’Je suis Gabon’ ou ’C’était à Port-Gentil’ ?
dimanche 22 - 01h38
Au Sénégal auchan terrifie les petits commerçants (boycott en cours)
samedi 21 - 20h50
de : André
1 commentaire
Incontrôlables, violents, intouchables : les 7 racailles de l’Elysée
samedi 21 - 12h53
de : nazairien
2 commentaires
Affaire Benalla : Des photos qui embarassent l’Elysée
samedi 21 - 10h31
de : JO
A.Benala et le retraité
vendredi 20 - 21h37
de : jean 1
2 commentaires
Palestine : Qui enfin fera stopper les mains criminelles de l’Etat hébreux ?
vendredi 20 - 19h15
de : JO
L’extrême droite et l’extrême centre se valent pas mal. On le savait. On n’a pas voté pour Hamon ou Macron, à aucun tour
vendredi 20 - 18h17
de : Deeplo
2 commentaires
20/07/2001 - 20/07/2018 : Carlo Giuliani
vendredi 20 - 15h44
de : Roberto Ferrario
L’été est là, la mer est belle, les migrant-es ...
vendredi 20 - 14h04
de : Antoine (Montpellier)
Affaire Benalla : (dernière minute) l’Elysée annonce le licencier ?
vendredi 20 - 12h08
de : JO
2 commentaires
Il ne s’agit pas seulement d’Alexandre Benalla et de Vincent Crase. Il y a un troisième homme.
vendredi 20 - 11h35
de : Raquel Garrido
2 commentaires
Pour ne pas mourir au travail ? Finalement le vent se lève à l’Est… !
vendredi 20 - 07h13
de : Lepotier
1 commentaire
Nutella champion du monde.
jeudi 19 - 18h57
de : L’iena rabbioso
21 juillet 2018, marche à Beaumont-sur-Oise : 2 ans de la mort d’Adama Traoré
jeudi 19 - 15h20
Quand Alexandre Benalla était présent avec les Bleus et à la panthéonisation de Simone Veil (video)
jeudi 19 - 12h49
de : Matthieu Jublin
5 commentaires
Vincent Crase, un deuxième collaborateur de l’Elysée visé dans l’affaire Benalla
jeudi 19 - 12h10
de : Alexandre Boudet
1 commentaire
Alexandre Benalla, collaborateur de Macron, identifié en train de frapper un manifestant le 1er mai à Paris (videos)
jeudi 19 - 00h08
5 commentaires
les entreprises font leur loi en influant sur le Conseil constitutionnel et le Conseil d’État
mercredi 18 - 22h30
de : Olivier Petitjean BASTAMAG
1 commentaire
Second bras d’honneur de l’exécutif sur fond de coupe du monde et même la vraie gôche tombe dans le panneau
mercredi 18 - 21h36
Le XXIVème Forum de Sao Paulo s’est achevé mardi après trois jours de solidarité latino-américaine à La Havane
mercredi 18 - 15h58
de : JO
L’Assemblée nationale disjoncte
mercredi 18 - 12h03
de : Jean-Luc Mélenchon
1 commentaire
Un pognon de dingues sans compter de l’impérialisme pour se perdurer coûte que coûte !
mercredi 18 - 11h26
de : JO
MALGRE UNE COM’ DECHAINEE, MACRON RECULE APRES LA COUPE DU MONDE !
mercredi 18 - 09h46
de : Jacques Cotta
2 commentaires
Rassemblement pour Gaël : 3ème Convoc au comico !
mercredi 18 - 09h43
SAMEDI 21 JUILLET : FÊTE DES POSTIÈRES ET POSTIERS GRÉVISTES DU 92
mercredi 18 - 08h48
DE TOUT BOIS #9 - Revue de lutte contre le Center Parcs de Roybon
mercredi 18 - 07h42
de : Ernest London
LA HAVANE : Ouverture du 24ème Forum des Mouvements Sociaux de Sao Paulo
mardi 17 - 20h54
de : JO
SYRIE : Un menteur nommé Macron !
mardi 17 - 20h35
de : JO
1 commentaire
Nous au Red Star de St Ouen !
mardi 17 - 13h28
de : Un vrai rouge
MORTS PAR LA FRANCE - Thiaroye 1944
mardi 17 - 07h35
de : Ernest London
Adieux aux armes : à Deraa, des radicaux remettent des dizaines de chars à l’armée syrienne
lundi 16 - 14h55
de : JO
3 commentaires
Foot-identitaire : un make-up BBR pour femmes et hommes... en luttes !
dimanche 15 - 16h18
de : Delarue Christian
6 commentaires
OTAN : La guerre qu’ils ne pourront jamais gagner : celle contre les Peuples !
dimanche 15 - 10h40
de : JO
NATIONALISME FESTIF ! VRAIMENT ? ...
dimanche 15 - 09h16
de : philippedechatillon
2 commentaires
Déconnexion massive avant la coupe du monde
dimanche 15 - 01h20
de : CLAP‎
Le sénat Irlandais vote l’interdiction des produits issus des colonies israéliennes
samedi 14 - 20h24
de : JO
MAUVAISES MINES - Combattre l’industrie minière en France et dans le monde
samedi 14 - 19h14
de : Ernest London
L’équipe de France de football : des fantassins en uniforme bleu blanc rouge frappé du coq.
samedi 14 - 16h37
de : René HAMM
Ce matin, nouvelle action sur le Tour de France d’Info’Com-CGT (reportage photo + video)
samedi 14 - 15h58
de : Collectif Bellaciao
Concert : 14 Juillet des luttes et des résistances
vendredi 13 - 14h57
de : Info’Com-CGT

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Devenir adulte, c'est apprendre à vivre dans le doute et à développer, au travers des expériences, sa propre philosophie, sa propre morale. Éviter le "prêt-à-penser". Hubert Reeves
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite