Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le gouverment espagnol PS fait passer l’âge de départ à la retraite à 67 ans avec la collaboration des syndicats réformistes
de : Solidarité-Internationale-PCF
dimanche 6 février 2011 - 16h10 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires

Avec la collaboration des syndicats réformistes et face à la seule opposition des communistes, le gouvernement socialiste espagnol fait passer l’âge de départ à la retraite de 65 à 67 ans

JPEG - 145.3 ko

Article AC pour http://solidarite-internationale-pc...

Nous l’avions annoncé déjà il y a plusieurs mois (cf http://solidarite-internationale-pc...), la dernière grande contre-réforme du gouvernement PSOE de José Luis Zapatero, le recul de l’âge de la retraite de 65 à 67 ans, est désormais scellée après l’accord conclu mercredi dernier entre le gouvernement socialiste, les représentants patronaux et les deux syndicats réformistes, l’UGT (socialiste) et les CC.OO (historiquement liées au PCE – aujourd’hui ’a-politique’).

Le premier ministre José Luis Zapatero a exprimé sa satisfaction d’avoir obtenu cet accord dans le cadre du « dialogue social » et le schéma institutionnel du Pacte de Tolède, ce forum de collaboration de classe réunissant depuis 1995 syndicats patronaux et de salariés, sous l’égide du gouvernement, en vue de la négociation des contre-réformes cassant le système public de retraites.

Le rapport du gouvernement socialiste, alimentant la négociation avec les « partenaires sociaux » et la future élaboration du projet de loi, avait par ailleurs déjà bénéficié d’un vote quasi unanime à la Chambre des députés où seuls 10 députés s’étaient opposés à ce rapport alors que 334 députés, PS et droite confondus, l’avaient adopté.

Les directions réformistes de l’UGT et des CC.OO fidèles à la ligne du « dialogue social »

Cet accord négocié avec les syndicats est une cruelle désillusion non seulement pour la frange la plus combative de la classe ouvrière mais aussi pour l’ensemble du salariat qui s’était mobilisé massivement le 29 septembre dernier, avec plus de 10 millions de grévistes et 1,5 millions de manifestants dans les rues (cf http://solidarite-internationale-pc...)

L’idée d’un appel à la grève générale montait dès lors un peu partout en Espagne. Pourtant, les deux confédérations syndicales, derrière une opposition de façade au gouvernement, ont freiné et empêché tout développement du mouvement. Aujourd’hui, la duplicité de la ligne des directions syndicales réformistes est révélée au grand jour.

Après la signature de l’accord, les secrétaires-généraux des deux grandes centrales syndicales se complaisaient dans l’auto-satisfaction

Ignacio Toxo, secrétaire-général des CC.OO, pouvait ainsi faire passer ce recul historique comme une avancée : « C’est un accord qui regarde vers l’avenir, qui mise sur la transformation de l’économie espagnole, car il n’est pas possible de reproduire dans la sortie de la crise les facteurs de croissance qui nous ont mené dans cette crise. »

Dans la même veine, Candido Mendez, de l’UGT proposait une justification audacieuse de cet accord ignominieux : « face à ceux qui estiment que l’obéissance aux marchés est la seule façon de combattre la crise (sic), les mauvais chiffres actuels du chômage montrent jusqu’à quel point il fallait sortir de l’inertie des mesures unilatérales du gouvernement ». Pourtant, cette collaboration avec le gouvernement socialiste dans la casse des droits des travailleurs est tout sauf une volte-face. Depuis le début des années 1980, les deux centrales syndicales ont contribué à faire passer huit contre-réformes du marché du travail, plusieurs vagues de privatisation, le plan de renflouement (Plan E) des banques et de l’industrie en 2008, et donc aujourd’hui le recul de l’âge de départ à la retraite à 67 ans.

Si l’UGT socialiste remplit sa fonction historique en collaborant à la casse du système de Sécurité sociale, le rôle joué par les CC.OO rentre en contradiction avec les raisons qui ont présidé à la naissance de cette centrale syndicale, dont le regretté dirigeant communiste Marcelino Camacho fut le fondateur.

Ainsi, ce nouveau pas dans la collaboration de classe a suscité la désapprobation du « secteur critique des CC.OO », aile-gauche de la confédération restée sur les positions historiques du syndicat. Le secteur critique a refusé de voter l’adoption par les CC.OO du projet gouvernemental dénonçant dans l’approbation de cette réforme non-nécessaire et inopportune un acte de soumission au patronat et au pouvoir, et plus largement à l’idéologie dominante

Consensus total dans les partis bourgeois, de la droite nationale aux nationalistes, face à la seule opposition des communistes

Pour faire passer son projet au Congrès, le gouvernement socialiste n’a pas peur de nouer des alliances douteuses. Ainsi, le PSOE s’est assuré de tout retournement de dernière minute du Parti populaire au Parlement en pactant avec les formations nationalistes de CiU (le parti nationaliste catalan), du Parti nationaliste basque (PNV) et de la Coalition des Canaries (CC) au prix d’ajustements mineurs aux textes.

Car le Parti populaire (PP – parti de la droite post-franquiste) a su habilement tenir un double discours sur la question du recul de l’âge à la retraite.

Devant les électeurs largement opposés à ce projet, il jouait la sa fibre sociale manifestant son opposition verbale au projet de loi promettant même un retour à 65 ans en cas de victoire de la droite aux prochaines élections.

Dans l’hémicycle comme dans les coulisses des négociations, le PP apportait son soutien sur le fond tout en désirant ne pas se griller face aux électeurs mécontents. Mariano Rajoy, leader du PP, a ainsi reconnu officiellement sur le ton de l’euphémisme que son parti « avait de bonnes dispositions » pour voter le projet et José Luis Zapatero a plus clairement affirmé que c’était une « bonne chose » que le PP ait apporté son soutien.

Seule formation parlementaire à porter une opposition au projet dans les institutions, Izquierda Unida (IU – formation à laquelle participent essentiellement les communistes qui compte sur seulement deux députés au Congrès après la déroute de 2008) a néanmoins participé au discours dominant sur la réforme nécessaire du système de retraites en jouant le rôle du « partenaire critique mais constructif » proposant ses mesures alternatives au gouvernement pour sauver le système.

C’est finalement du côté du Parti communiste espagnol (PCE) dont la voix est hélas étouffée par celle de la coalition IU, beaucoup plus timide et dont elle est pourtant la force motrice, que l’on retrouve à la fois l’analyse la plus complète et l’opposition la plus résolue au projet de loi :

« La politique du gouvernement de Zapatero de remise en cause des droits des travailleurs de ce pays continue. Se confirme sa soumission aux pouvoirs économiques laissant apparaître clairement une fois de plus que l’objectif des politiques du gouvernement PS consiste à récompenser les responsables de la crise et de punir ceux qui n’ont rien à voir dans les causes qui l’ont engendré. La nouvelle remise en cause du droit à la retraite ne vise en fait qu’à les diminuer, que ce soit leur montant que le nombre de personnes qui y auront droit, avec comme dessein de renforcer les systèmes privés de retraite afin de générer des profits plus importants encore pour les banques privés ».

Pour le PCE, cette mesure n’est pas seulement injuste mais c’est une véritable absurdité économique : « Cette attitude politique est encore plus grave si on prend en compte le fait que plus de 900 000 jeunes de moins de 25 ans sont au chômage dans notre pays et que le président du Gouvernement même reconnaissait lui-même au Congrès quelques jours auparavant, que le chômage des jeunes en Espagne est structurel, ce qui veut dire qu’il condamne consciemment une grande partie de la population à ne pas recevoir une retraite répondant aux exigences d’un minimum de dignité ».

Le boulet de l’expérience Izquierda Unida pour la relance d’un projet communiste impulsant les luttes et leur donnant une perspective !

Les travailleurs espagnols manquent cruellement aujourd’hui non seulement d’une centrale syndicale sur des positions de classe mais aussi d’une organisation politique révolutionnaire, de classe et de masse, ce que fut historiquement le Parti communiste espagnol (PCE), capable de la remettre sur des positions de lutte de classe.

L’échec de l’expérience Izquierda Unida (IU) pèse lourd dans la situation d’échec dans laquelle se trouve la gauche de classe en Espagne, avec une hégémonie de la social-démocratie réformiste dans le champ syndical et politique (IU y compris) et une impuissance des forces révolutionnaires, des communistes, privées de toute action et de toute expression autonome hors d’une IU liée structurellement au PS. Aux communistes, et aux syndicalistes de classe des CC.OO, de reconquérir leur autonomie !

Plus que jamais, dans un pays ravagé par le chômage et la pauvreté de masse, le peuple d’Espagne a besoin d’un PCE fort et combatif !



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Le gouverment espagnol PS fait passer l’âge de départ à la retraite à 67 ans avec la collaboration des syndicats réformistes
6 février 2011 - 17h49 - Posté par Copas

Avec la collaboration des syndicats réformistes et face à la seule opposition des communistes, le gouvernement socialiste espagnol fait passer l’âge de départ à la retraite de 65 à 67 ans

les militants de IU ne sont pas les seuls, et de loin, à s’opposer à cette agression contre les travailleurs.



Le gouverment espagnol PS fait passer l’âge de départ à la retraite à 67 ans avec la collaboration des syndicats réformistes
6 février 2011 - 19h52 - Posté par

L’article dit que IU est précisément lié au PSOE, et que les Communistes sont les seuls opposants, aux Cortes, c’est à dire au Parlement espagnol. Il ne s’agit ici pas de sectarisme.
Aujourd’hui des sections régionales du PCE quittent IU (Gauche unitaire= coalition électorale avec les Verts) pour présenter leurs propres candidats.
Pour ma part, je pense qu’il ne peut y avoir d’espérance de révolution socialiste sans rupture avec l’ Union Européenne.
Si l’horizon du "réformisme" c’est la retraite à 67 ans avec plus de 20% de chômage, quelle différence avec la réaction ?
A lire sur la lettre ouverte à Juan Carlos de Bourbon, de J. ORTIZ universitaire palois et fils de Guerrillero à propos des décisions royales et légales, de l’héritier de Franco, d’ennoblir des "personnalités" littéraires , sportives etc.
L’Espagne n’a jamais quitté l’Ancien Régime, et la France y revient...


Le gouverment espagnol PS fait passer l’âge de départ à la retraite à 67 ans avec la collaboration des syndicats réformistes
6 février 2011 - 21h37 - Posté par Copas

de Franco à sarko en passant par l’appareil de l’UE et aux appareils d’état nationaux c’est d’abord derrière la bourgeoisie qui est toujours en face.

la frontière ne passe pas entre l’UE et les états-nations mais entre la bourgeoisie, ses appareils d’état (UE , Etats-nations, OTAN, etc) et la classe ouvrière, les organisations politiques qu’elles se donnent.

Effectivement IU fut un terrible échec du dévoiement des révolutionnaires quand ils aspirent à l’unité sur des bases réformistes.

La rupture est des fois nécessaire et l’indépendance de l’expression politique des révolutionnaires ne ressort pas d’un sectarisme, ni de tourner le dos à des aspirations unitaires d’une classe mais d’un impératif fondamental.

les mêmes questions se posent ne France (entre le PC qui se dilue dans le FdG ou le NPA qui est tenté en permanence par des unités qui brouillent et font reculer).

l’unité doit porter sur ce qui fait avancer les capacités d’organisation et de mobilisation des travailleurs, pas sur le terrain de l’adversaire.

je suis persuadé qu’en partant de ce principe on peut reconstruire un mouvement puissant qui soit candidat au pouvoir (réel).

Bonne chance


Le gouverment espagnol PS fait passer l’âge de départ à la retraite à 67 ans avec la collaboration des syndicats réformistes
7 février 2011 - 00h12 - Posté par richard PALAO

je relève une inexactitude si l UGT est bien un syndicat socialiste , les CCOO ( commissions ouvrières) ne sont pas un syndicat indépendant la quasi totalité de ses dirigeants appartiennent au PCE , alors si effectivement le PCE et IU affichent officiellement leur opposition au plan ZAPATERO qui ne concerne dailleurs pas que la retraite mais remet également en cause les indemnités de chomage et les remboursements des médicaments et des aides sociales diverses , on ne peut pas dire que seul les communistes s’opposent au plan du gouvernement .
Le PCE est toujours en proie à des luttes internes , les plus réformistes dirigent les syndicats (comme pour la CGT EN FRANCE ) et restent à IU les autres quittent IU et essaient de reconstruire un PCE uni sur des bases plus révolutionnaires ;

au total il n y a pas de vraie opposition en ESPAGNE la seule opposition c’est la droite du PARTI POPULAIRE qui reprendra le pouvoir aux prochaines élections pour appliquer une politique encore plus rigoureuse en suivant la route trAcée par le PSOE.


Le gouverment espagnol PS fait passer l’âge de départ à la retraite à 67 ans avec la collaboration des syndicats réformistes
7 février 2011 - 18h03 - Posté par coconuts

bon, très bien
ZAPATERO est un socialo verreux

J’espère que, ici, personne n’en doutait

Je ne vois pas comment les espagnols ne vont pas manger du RAJOY d’ici peu

la droite va être regonfler a bloc, et les électeurs socialistes préféreront sans doute se faire tout petit aux prochaines législatives

Je ne vous parle même pas des prochaines municipales
Ca va saigner dur






les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
7 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Je n'ai qu'une passion, celle de la lumière, au nom de l'humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. Emile Zola
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite