Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Mise au pas royale
de : Philippe Marlière
lundi 2 mai 2011 - 16h54 - Signaler aux modérateurs

Le script officiel : William, duc de Cambridge, épouse Kate Middleton, la belle roturière. Des commentateurs insistent sur l’allure « moderne » du dernier conte de fée princier.

On décrit deux jeunes gens « sympas », « méritants » et on parle d’une union qui symbolise la mobilité sociale britannique : le deuxième héritier à la Couronne se marie avec l’arrière-arrière petite-fille de mineurs de Durham.

Le peuple est convié à cette union et la monarchie britannique triomphe en mondovision ! Malheur aux traîtres qui refusent de communier à l’unisson de la nation en liesse !

Les Français mieux lotis avec Sarkozy ?

Le discours est bien rodé, la grosse caisse des célébrations retentit dans les médias, mais rien n’y fait. Les sondages indiquent que plus de la moitié des Britanniques se contrefiche de ce mariage. Les fêtes de quartier sont infiniment moins nombreuses que lors du mariage de Charles et de Diana, il y a trente ans.

C’est donc l’indifférence qui prédomine ; un sentiment qui n’est d’ailleurs pas contradictoire avec le plaisir de se voir octroyer un jour de congé (le jour de la cérémonie est férié), ni avec la curiosité de discuter des à-côtés people du mariage.

Depuis Diana, la monarchie est une extension du show-biz. Les monarchistes insistent également sur le solide soutien populaire dont bénéficierait le régime (seul un sondé sur cinq souhaite l’abolition de la monarchie et l’établissement d’une république).

Mais ils passent sous silence le fait que ce soutien décroît parmi les catégories les plus jeunes. Le camp monarchiste refuse tout débat sur l’avenir de la monarchie, considérant que celle-ci a fait ses preuves et que seuls des aménagements cosmétiques sont envisageables (tel, par exemple, la succession au trône d’une femme quand celle-ci est plus âgée que les descendants masculins).

L’argument antirépublicain :

« Nous ne voulons pas d’un président Blair ou d’un président Richard Branson. »

Pourquoi ne mentionner que des personnages corrompus ou fantaisistes ? Poussé dans ses retranchements, le monarchiste assènera :

« Croyez-vous que les Français soient mieux lotis avec le président Sarkozy ? »

La réponse est évidemment négative, mais n’invalide pas l’argument pro-républicain : un mauvais chef d’Etat sera battu ou partira à la fin de ses mandats, tandis qu’un monarque héréditaire, aussi incompétent soit-il, règnera jusqu’à son abdication ou sa mort.

Le problème de la République française est qu’elle est trop peu… républicaine. En créant un Président omnipotent, les institutions de la Ve république ont rétabli les conditions d’une monarchie quasi-absolue (la pompe avec) : le chef de l’Etat, bien que politiquement irresponsable, est doté de pouvoirs très étendus.

Ainsi, en dépit de l’idéologie monarchiste ambiante, une majorité de Britanniques prend leur régime à la rigolade. Ils comprennent que la monarchie va à l’encontre de ce en quoi ils croient : méritocratie, pluralisme, modernité. En l’absence de culture républicaine règne un consensus mou et diffus autour de la Couronne ; un consensus par défaut. Les Windsor, c’est 200 millions d’euros par an

Les adultes ne croient pas au père Noël. Pourquoi les Britanniques croiraient-ils aux contes de fées princiers, manufacturés par la classe dominante du royaume ? Downing Street, la Chambre des Lords, la City ou la presse de Rupert Murdoch : ces institutions ont tout intérêt à infantiliser le peuple et à lui inculquer un sentiment de déférence à l’égard du monarque.

C’est ainsi que l’on dépolitise les masses. Le mélange de traditionnalisme post-impérial et de capitalisme débridé made in England, hier regardé avec envie dans le monde, est aujourd’hui en crise. Mais ne vous inquiétez pas, disent en substance les héritiers et les banquiers au peuple mécontent, notre monarque veille sur vous ; il ne peut donc rien vous arriver !

C’est ici que l’idéologie royaliste s’abat implacablement et anesthésie les esprits. La démonstration demi-habile s’incruste jusque dans les cerveaux les plus critiques. La monarchie, nous dit-on, est une institution « impartiale ».

A ce titre, elle garantirait la continuité de la nation et transcenderait ses conflits. Elle remplirait cette tache avec désintérêt et dévouement pour le bénéfice de ses sujets. Nul besoin de professer un républicanisme échevelé pour contrer l’argument : le statut apolitique de la famille royale est acquis pour la simple raison qu’elle ne joue aucun rôle politique actif.

Le monarque a certes des pouvoirs constitutionnels (convocation du parlement, nomination du premier ministre), mais ceux-ci sont d’ordre purement formel et non politique. A quoi servent les Windsor ? Politiquement, à rien. Si on excepte les engagements auprès d’œuvres caritatives (à l’instar des footballeurs pendant leur temps libre) et les cérémonies d’Etat, la famille royale vit une vie de loisirs (agrémentée d’un passage dans l’armée ou comme pilote d’hélicoptère secouriste pour William).

L’inutilité sociale des Windsor coûte pourtant cher aux contribuables qui financent le faste royal à hauteur de 180 millions de livres sterling par an, soit plus de 200 millions d’euros.

Mariage coûteux contre plan d’austérité

Kate Middleton, arrière-arrière petite-fille d’ouvriers : n’est-ce pas la preuve de la modernité de la monarchie, et le signe d’une mobilité sociale dans le royaume ? Oui, si on considère que la loterie nationale est également facteur de mobilité sociale.

Avec le nouveau couple princier, la classe dominante fait le pari d’une modernisation de l’image royale ; d’une famille qui n’hésiterait plus à laisser libre cours à ses émotions en public. Ce vœu bien-pensant est peu réaliste : après 60 ans de règne, la reine Elizabeth est aussi insaisissable et mystérieuse que le monstre du Loch Ness. Charles et William sont en apparence plus en phase avec le monde.

Le problème est qu’ils sont en prise avec le monde suranné de l’aristocratie britannique. Ces « toffs » ont été élevés dans le milieu select d’Eton, des clubs, des manoirs de campagne, de la chasse et du polo ; un univers que les classes moyennes et populaires exècrent. Certes, William joue au football, mais son style de vie, son parcours social, ses connaissances, le placent dans la caste des ultra-privilégiés. Loin d’incarner la méritocratie des classes moyennes, les Middleton ont épousé avec vulgarité les valeurs de l’aristocratie. Il n’est donc pas acquis que Kate devienne une nouvelle Diana, une noble qui s’était construite une image « populaire » pour mieux se venger des Windsor.

Si la famille royale présente une continuité, c’est dans sa persistance à faire payer à une nation en crise de coûteuses cérémonies de mariage. La princesse Anne épousa Mark Phillips en novembre 1973 en pleine récession économique ; Charles et Diana s’unirent en 1981 sur fond d’émeutes raciales à Brixton et d’offensive antisociale du thatchérisme ; William et Kate se marient au moment où le gouvernement libéral-conservateur a mis en chantier un « plan d’austérité » qui asphyxie le peuple.

Sous couvert de réduction des déficits, le gouvernement Cameron démantèle les services publics. Les frais d’inscription à l’université vont être triplés (jusque 9 000 livres sterling par an, soit plus de 10 000 euros).

Cette décision idéologiquement motivée va barrer la route des études aux enfants des classes populaires, et profondément endetter ceux issus des classes moyennes. Les Britanniques ne sont pas dupes de cette nouvelle offensive néolibérale, synonyme de coup d’arrêt à la mobilité sociale. Pour nombre d’entre eux, ce mariage princier est une provocation et une insulte.



Imprimer cet article





Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
7 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Elle [la philosophie] fait sienne la profession de foi de Prométhée : "Je hais tous les dieux." Cette profession de foi est sa propre devise qu'elle oppose à tous les dieux du Ciel et de la Terre qui ne reconnaissent pas pour divinité suprême la conscience que l'homme a de soi. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite