Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Pas de nouveau traité européen sans référendum
de : Gerard Filoche
vendredi 9 décembre 2011 - 08h54 - Signaler aux modérateurs
12 commentaires

Non à ce projet de traité scandaleux instaurant une dictature des banksters

Nicolas Sarkozy nous affirme que le nouveau traité européen dont il a défini les principes avec Angela Merkel “protégera” la population française. Peut-on mentir davantage ?

Il nous “protégera”, comme sa politique d’agression contre nos retraites, notre assurance-maladie, nos allocations, nos conditions de travail et nos salaires, “protège” « notre modèle social ».

Il nous “protégera”, comme sa politique de distribution de dizaines de milliards d’euros aux banques sans la moindre contrepartie en 2008-2009 et la baisse des impôts des ménages les plus aisés et des sociétés nous a “protégé” d’une augmentation de la dette publique de 57 % du PIB en 2002 à 87 % en 2011. C’est Sarkozy qui a creusé la dette de 23 points, 196 milliards de recettes en moins en 2009, 10 ans de pertes de recettes non compensées.

Il nous “protégera”, comme sa politique de « travailler plus pour gagner plus » a permis au patronat de faire stagner les salaires et au chômage (toutes catégories confondues) de frapper, record historique, près de 5 millions de personnes. En réalité, ce traité plongera l’Europe dans la récession et la stagnation pendant des années. Comment la multiplication des plans d’austérité qu’implique ce traité pourrait-elle produire autre chose qu’une récession sans fin ?

Pour le président de l’Observatoire (correction : "directeur de recherche" et non "Président") français des conjonctures économiques (OFCE), Jean-Paul Fitoussi “on vit une tragédie” : « La récession sera implacable et durable » Le scénario le plus probable, selon lui, est une évolution du PIB dans la zone euro entre –1 % et +1 % l’an au cours des dix années à venir. Ce qui signifie des millions de chômeurs et de salariés précaires supplémentaires.

Ce traité entraînerait un énorme bond en arrière de la démocratie dans l’Union européenne. Les États qui ratifieront ce traité n’auront plus le droit de voter librement leur budget. Ils seront tenus par une « règle d’or », (“un piége à cons” comme le dit Jacques Delors) imposée par le traité, visant à atteindre l’équilibre budgétaire à une date précise et à ne pas en déroger par la suite.

Or, le vote de la loi de finance est l’acte le plus politique du Parlement, institution élue au suffrage universel dans tous les pays européens. Sans financement, les lois n’ont aucune valeur. Demain, la Commission européenne, une institution qui n’a rien à voir, ni de près ni de loin, avec le suffrage universel, pourra lancer une procédure pour déficit excessif à l’encontre d’États dont le déficit dépasserait 3 % de son PIB et la sanction (une amende de 0,2 % du PIB du pays concerné soit 3,9 milliards d’euros pour la France) serait “automatique”.

La Cour de justice, institution qui a aussi peu à voir avec le suffrage universel que la précédente, pourrait même “juger” que la « règle d’or » imposée par le traité n’a pas correctement été transposée dans le droit d’un État.

Nous ne laisserons pas bafouer une nouvelle fois le suffrage universel comme l’a fait Sarkozy en février 2008 en faisant voter par le Parlement réuni en congrès le traité de Lisbonne, copie conforme du Traité Constitutionnel Européen (TCE) que les électeurs français avaient refusé par 55 % de leurs suffrages le 29 mai 2005.

Pour modifier les traités européens il faudra en passer par un référendum, et ce coup-ci, il faudra respecter la volonté du peuple souverain. Avant de modifier le traité européen, il leur faudra profondément modifier la Constitution française. D’abord pour y introduire la « règle de plomb » de Sarkozy et Merkel. Ensuite pour entériner la mise en cause de la souveraineté populaire française par le nouveau traité.

Ces modifications de la Constitution française, préalable à toute ratification, devra elle aussi être soumise au peuple souverain, c’est-à-dire à un référendum.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Pas de nouveau traité européen sans référendum
9 décembre 2011 - 09h05

Versailles 04 février 2008



Pas de nouveau traité européen sans référendum
9 décembre 2011 - 09h54 - Posté par Mengneau Michel

Oui, n’oublions pas Vesailles où les socialos (les copains à Filoche) ont tout fait pour que le Traité de Lisbonne soit adopté. En s’abstenant ils n’ont pas respecté la volonté populaire qui avait dit "non". Alors si c’est pour recommencer le même genre de connerie, avec les mêmes acteurs se n’est pas la peine de faire un référendum, d’autant qu’il ne supprimera pas le Traité de Lisbonne...


Pas de nouveau traité européen sans référendum
9 décembre 2011 - 09h47 - Posté par ROBIN DES BOIS

ras le bol des capitaliste



Pas de nouveau traité européen sans référendum
9 décembre 2011 - 09h49 - Posté par richard PALAO

malgré toute sa phraséologie de gauche , FILOCHE est un social-démocrate pur jus car ce n ’est pas un référendum pour approuver ou rejeter un nouveau traité qui est nécessaire ce qu’il faut c ’est lutter pour qu’il n y ait pas de nouveau traité et abroger ceux en cours qui n ont pas respecté le NON des français au précédent référendum ...



rideau de fumée
9 décembre 2011 - 11h20 - Posté par patrice bardet

allons, le problème n’est pas seulement Sarkozy

C’est un rideau de fumée pour nous faire croire que le PS est différent de l’UMP

Hollande, il est d’accord pour un référendum ?

Aubry, qu’en pense-t-elle ? après avoir approuvé les plans d’austérité en Grèce , de papandréou ?

Après que l’extrême droite soit revenue au pouvoir avec l’aide du PASOK ?


Il me semble me souvenir que le PS était pour le OUI au TCE


Le peuple de gauche a très majoritairement rejeté le TCE


Qu’a donc fait le parti "socialiste" ?


Il n’aurait pas voté le traité comme un seul homme aux côtés de Sarkozy , Hollande compris ?


Il n’aurait pas bafoué le NON de gauche ?

Et Gérard pourrait-il nous rappeler les traités tout aussi pourris initiés par le PS, par exemple celui de Lisbonne, par Jospin ?



Pas de nouveau traité européen sans référendum
9 décembre 2011 - 11h22 - Posté par Annie

et ce matin la bonne nouvelle la règle d’or est en cours d’être instituée j’ai pas bien compris d’ailleurs par quelle voie ?

une loi sans l’avis de personne (même pas de notre AN de droite ?)

… la blague c’est que les agences de notation et la bourse sont même pas calmées.

http://www.penseelibre.fr/



Pas de nouveau traité européen sans référendum
9 décembre 2011 - 13h15 - Posté par

Alors on fait quoi et comment ?

On descend dans la rue ? Qui va appeler à descendre dans la rue ? On a des lois qui nous permettent de nous protéger de ces voyous , de leurs lois pourries, de leur pognon etc ?

Ou il faudra leur faire entendre par d’autres moyens ?


Pas de nouveau traité européen sans référendum
9 décembre 2011 - 13h41

foutaise on voit ce qu’ils en font du vote souverain remenber 2005 contre le TCE
on nous repond un nouveau traité et voilà l’affaire est dans le sac .
le PS ne vaut pas mieux congrès de Barcelone avec Chirac Jospin signe le démantèlement
du régime des retraites et du service publique en parfaite harmonie avec la ligne de l’OCDE de 1996 .
avec Hollande ce n’est pas mieux le PS n’a qu’un programme abattre Sarkozy, et il veux nous faire croire qu’il changera la donne mais franchement regardez ce que font les socialistes dans les autres pays européens : rigueur sur toute la ligne en fait ce sont les mêmes petits soldats du capitalisme et des agences de notation , des banquiers et actionnaires etc ...
Alors un référendum ça sert surtout à donner bonne conscience à la classe politique ,celle des salons .
indignons nous une bonne fois pour toute, arrêtons de payer pour alimenter le fond d’une dette qui n’est pas la notre .
tous ces politicards de l’UMP comme du PS n’aspirent surtout pas à un changement radical de société ils ont beaucoup trop à perdre .
Démocratie directe, autogestion des mouvements, pour construire enfin une vrai grève générale expropriatrice d’où émergera une nouvelle société ou les chefs les patrons les banquiers les petits soldats n’auront plus leur place .
en tant qu’ouvrier si je devais voter ce serait pour un ouvrier qui sait de quoi il parle pas une personne formatée ENA experte en tout ce qui est rien et qui parle en notre nom en nous donnant des leçons .
l’appel au calme des dirigeants quels qu’ils soient , syndicat parti politique institution n’est que le prétexte du conservateur , celui qui ne veux pas de changement radical :
le capitalisme n’est pas réformable il se combat pour le détruire ni plus ni moins .
Chanterons nous encore une fois le temps des cerises au mois de mai ;
est -ce que 2012 sera l’année du printemps des indignés des révoltés à l’instar du printemps Arabe de cette année : " Inch alha " 18 mars 28 mai 1871
18 mars ... 2012 140 ans N+1 la Commune de partout .

"lorsque la liberté aura disparue il existera toujours un homme pour en rêver "
MH

Pierrot ( toulouse )



Pas de nouveau traité européen sans référendum
9 décembre 2011 - 22h46

en 2012, votez en mettant dans l’urne :
oui pour une assemblée constituante.



Pas de nouveau traité européen sans référendum
9 décembre 2011 - 23h30 - Posté par arnold

Mon bulletin du second tour sera marquer de merde car je me serais rendu dans les chiottes avant. Dès l’ouverture de l’urne, les scrutateurs auront mon vote dans les narines.
Je ne plaisante pas, je le ferais.


quand Gérard Filoche fait l’impasse sur les questions qui fâchent
10 décembre 2011 - 07h13 - Posté par patrice bardet

un référendum initié par le parti socialiste ? de qui se moque-t-on ?

On a comme exemple patent de la capitulation du PS son acceptation du Traité de Lisbonne, au mépris du NON eu TCE

Laissons donc la parole au PS ( L’hebdo des socialistes ) pour montrer jusqu’où va l’imposture socialiste

Cet article a été publié le Mardi 6 novembre 2007]

Les socialistes disent oui au traité de Lisbonne

Faut-il oui ou non approuver le traité de Lisbonne ? Le 6 novembre, au terme d’un débat dense, le bureau national du Parti socialiste a tranché. Extraits de quelques-unes des interventions, qui, s’ils n’en rendent pas l’exhaustivité, reflètent la tonalité des débats.

François Hollande
« Le PS avait pris position pour la renégociation d’un nouveau traité en cas de victoire à la présidentielle. Nous n’avons pas changé d’avis. Nous aurions négocié un autre traité et nous l’aurions soumis à référendum.
Aujourd’hui, nous devons nous prononcer sur la question qui nous est posée. Approuvons-nous oui ou non le traité de Lisbonne ? Les modalités de ratification viennent après. L’opinion publique attend de notre parti une position claire. Ce traité ne répond pas à toutes nos ambitions. Il n’est, à bien des égards, pas simplifié. Il ne comprend ni protocole social, ni coordination des politiques économiques, ni redéfinition des missions de la BCE. Mais il présente trois mérites : il reprend un dispositif institutionnel sur lequel nous étions d’accord, les politiques communes ne sont plus dans le traité et une directive-cadre sur les services publics est possible ; le traité permet surtout de donner un règlement intérieur à l’Europe qui permet de sortir de l’impasse avec notamment l’augmentation de votes à la majorité qualifiée. Au final, l’adoption du traité permettra de remettre en avant le débat sur les contenus de l’Union. »

Claude Bartolone
« Le traité ne mérite ni excès d’indignité ni couronnement. Mais le recours à une procédure référendaire est un engagement à l’égard de nos électeurs. Nous devons continuer à l’exiger. Le fond du texte peut être laissé à l’appréciation de chacun d’entre nous, en fonction des engagements publics antérieurs et de l’appréciation en conscience des enjeux. »

Henri Emmanuelli
« Dans une démocratie, le mode de décision n’est pas une question secondaire. La souveraineté populaire n’est pas une notion secondaire. L’exigence d’un référendum découle du parallélisme des formes et du précédent qui avait conduit le peuple de France à refuser le traité constitutionnel européen. Deux électeurs de gauche sur trois ont exprimé leur refus du TCE.
Le PS aurait pu se rassembler autour de l’exigence de référendum. Je regrette que nous n’ayons pas su nous en tenir là. J’appelle les socialistes à respecter la souveraineté du peuple et son expression. Je suis partisan du « non » à ce traité. Je ne souhaite pas me dédire ni renier le suffrage universel. »

Benoît Hamon
« Je refuse de dissocier la méthode d’adoption et le fond du traité. Nous avions une position commune : le parallélisme des formes d’adoption du TCE et du traité simplifié. La voie référendaire est une obligation démocratique.
Sur le fond, l’abstention était la voie possible de l’unité, c’est-à-dire une position permettant de ne pas faire obstacle à l’adoption tout en émettant un doute sur le contenu. »

Jean-Marc Ayrault
« L’abstention maintiendrait une ambiguïté parce qu’elle laisserait une double interprétation possible de notre vote. Serait-ce un refus de voter ou une volonté de ne pas s’opposer ? Il faut tourner la page si nous voulons peser dans le débat lors de la présidence française de l’Union. Notre « oui » n’interdit pas la revendication d’un référendum ni ne préjuge de notre vote lors du débat de révision constitutionnelle.

Pierre Moscovici
« Je ne néglige pas les engagements pris devant les Français. Mais quelle que soit la procédure de ratification, nous devons clairement nous prononcer sur le contenu du texte. Pour ma part, malgré ses insuffisances et ses lacunes, je considère qu’il peut permettre de sortir la construction européenne de l’ornière. Je plaide pour son approbation. Par ailleurs, le fait qu’il ne soit plus constitutionnel ne grave plus dans le marbre un certain nombre de principes que nos concitoyens ont refusé. Le recours à la procédure référendaire ne s’impose plus par nature. »

Vincent Peillon
« Je m’étais prononcé pour le « non » au traité constitutionnel européen en 2005 avec deux espérances : une renégociation possible au lendemain de l’élection présidentielle dans un meilleur rapport de force ; et, devant les insuffisances en matière d’harmonisation sociale, l’espoir que le « non » français puisse entraîner l’ensemble de nos partenaires sociaux-démocrates dans une attitude plus offensive. Aujourd’hui, mes deux espérances sont déçues et il n’existe aucune perspective de rechange. Je vote « oui » pour permettre la relance de la construction européenne et la possibilité de nouvelles interventions sur son cours. »

Gauche marketing ou gauche sociale ?

LEMONDE.FR - 21.06.11

GAUCHE MARKETING OU GAUCHE SOCIALE ?

Par Pierre Khalfa, coprésident de la Fondation Copernic et Willy Pelletier, cocoordinateur de la Fondation Copernic.

Le rapport de Terra Nova "Gauche, quelle stratégie pour 2012 ?" est précieux. S’y expriment, décomplexées, toutes les dérives et les démissions d’une certaine gauche.

Quelle méthode guide Terra Nova ? Les recettes basiques du marketing plaquées à l’action politique. Pour vendre une marque – ici le Parti socialiste (PS) – lui associer des référents baptisés "valeurs", jugées d’autant plus "in" qu’elles sont extrêmement vagues et abstraites : libéralisme culturel, solidarité sociale, humanisme, tolérance…

Cette "stratégie des valeurs" posée, reste à cibler des clientèles supposées friandes de ces "valeurs", en un catalogue à la Prévert qui mêle "les jeunes, les femmes, les minorités, les chômeurs, les travailleurs précaires (…), soutenus par les plus intégrés (les diplômés) solidaires de ces exclus par conviction culturelle". Le tour est joué : ce sera "électoralement payant", promet-on.

Les ouvriers "choisissent le Front national : à 36 % selon un sondage IFOP", écrit Olivier Ferrand sur Le Monde.fr le 9 juin. Ils ne sont plus liés aux "valeurs" artificiellement isolées comme "de gauche" et ne doivent pas constituer la cible du PS.

Curieux propos. Ni les jeunes, les femmes, les chômeurs, les "minorités" ne constituent des groupes sociaux. Aucune de ces identités ne vaut en elle-même, toutes se composent entre elles et avec d’autres. Cette composition seule détermine les conduites : une femme homosexuelle, héritière, patronne d’une grande entreprise, dotée d’un très haut patrimoine, votera-t-elle à gauche ? Rien n’est moins sûr.

La grande majorité des femmes sont employées ou ouvrières, alors pourquoi bannir "la classe ouvrière" du cœur de la gauche ? Les chômeurs et précaires vont et viennent entre postes d’ouvriers et d’employés, pourquoi bannir "la classe ouvrière" du cœur de la gauche ? Par ailleurs, nombre de diplômés, cadres ou professions libérales, au capital économique élevé, votent à droite. Ils dénoncent l’assistanat. Ils ne sont pas solidaires des exclus. Un ouvrier jeune, en concurrence chaque jour pour garder son travail, sera-t-il, par ailleurs, plus "tolérant", "humaniste", "ouvert", qu’un ouvrier âgé ? Remarquons, de plus, que 56 % des ouvriers, 51 % des employés, votèrent Royal au second tour en 2007.

Au-delà, Terra Nova fait l’impasse sur une question fondamentale : pourquoi les classes populaires se sont-elles éloignées du PS ? Car les ouvriers ne votent pas premièrement FN, ils s’abstiennent : pour 69 % d’entre eux aux européennes de 2009, 70 % aux régionales de 2010. Cet éloignement n’est d’ailleurs pas simplement le fait du PS français, mais touche toute la social-démocratie européenne.

Risquons une hypothèse. L’impuissance de la gauche à répondre aux attentes sociales que note Olivier Ferrand n’a-t-il rien à voir avec les politiques menées par la social-démocratie qui, depuis une trentaine d’années, a accompagné, voire encouragé, la financiarisation de l’économie, l’instauration d’un libre-échange destructeur, la précarisation du travail, bref la domination du capitalisme dans sa version la plus rapace ? Terra Nova raisonne ainsi comme si les politiques concrètes menées par le PS n’avaient aucune importance sur le comportement des électeurs.

Qu’exprime alors ce rapport de Terra Nova tellement promu ? D’une part, le poids et l’alliance, pour conseiller les professionnels de la politique, de technocrates qui ignorent tout des classes populaires, et de communicants dont l’unique boussole est les sondages. D’autre part, le renoncement d’une grande partie du PS à affronter le patronat et plus globalement le capitalisme actionnarial pour défendre une politique apte à regagner les groupes populaires. Plus baisse la part des employés et des ouvriers au PS, plus gagne ce renoncement. Si bien qu’à présent semble "porteur" de théoriser, comme supplément d’âme et coup de pub, le divorce avec les classes populaires.

Le projet du PS pour 2012 en porte la trace. Que ce soit sur la question de la dette publique, de la crise de l’Union européenne, des droits sociaux des salariés, les contradictions, les imprécisions, les mesures en trompe l’oeil sont de mises et les déclarations d’intentions vertueuses cachent mal le refus de rompre réellement avec les politiques néolibérales. Le mot "capitalisme" paraît même tabou. Le projet socialiste ne l’emploie qu’une seule fois, pour prier de "réguler le capitalisme débridé".

Ce ne sont pas les ouvriers et les employés qui se sont éloignés du PS, c’est plutôt l’inverse. Terra Nova consacre cette démission, la célèbre et appelle la gauche à oublier son rôle historique.

A noter que pas plus que ses prédécesseurs Jospin et Royal, Hollande ne se sent pas non plus lié par le programme du PS

quand aux "différences" entre Sarkozy et Hollande à propos de la "règle d’or", au delà des petites phrases politiciennes qui voudraient faire penser que le fond est différent, un petit tableau vaut mieux qu’un long discours

Le piège sarkozyste de la « règle d’or » en passe de se refermer sur Hollande

(sauf qu’il ne s’agit aucunement d’un "piège", mais d’une simple comédie pour le bas peuple, puisqu’ils partagent la même vision sur le fond)



Pas de nouveau traité européen sans référendum
11 décembre 2011 - 11h11 - Posté par Copas

Ouais, bon,

Nous avons une nouvelle attaque d’une grande rudesse essayant de plier à des règles mettant en tutelle les peuples, sous le contrôle de bourgeois et de banquiers.

Le feu roulant des attaques de la minorité parasitaire interroge sur les façons d’y faire face.

Ainsi la bataille sur la question de la dette , on arrête de payer , bataille importante , n’est pas encore menée, pas encore déployée que nous voilà face à une autre attaque complémentaire et liée sur laquelle peut aussi se déployer une bataille de résistance importante.

L’accélération de l’édification d’un appareil d’état commun de l’UE vise à rationaliser le commandement de la bourgeoisie, à passer au bulldozer les freins d’une politique unifiée d’agression bourgeoise.

La question que pose Filoche suppose que la droite soit stupide au point d’appeler à un référendum.

La proposition de Filoche est donc à ranger dans des demandes de référendum inapplicables ou contre-feux des batailles en cours, comme le fut le référendum demandé par le Front de Gauche lors du mouvement des retraites, présenté comme solution politique, mais concrètement leurre démobilisateur de la bataille qui était en cours.

Ou alors nous avons la capacité d’organiser un référendum par dessus la tête de la bourgeoisie au pouvoir et son appareil d’état qui sera mis en chasse pour l"interdire.
En ce cas ça se comprendrait, sinon , ma foi, ça ne sert pas à grand chose.

Je pense qu’il s’agit plus là, de la part de Filoche d’une démarche propagandiste pour affaiblir politiquement la droite et une partie du PS , mais non applicable concrètement.

Mais il est juste d’attaquer sur la droite de Coblence, contre Merkel (surnommée notre bonne mère à tous de la part d’une présentatrice de télé-Sarko), il est juste d’attaquer la droite du PS là dessus, et de souligner qu’un changement énorme apparait de nouveau en Europe, éloignant toujours plus les grandes décisions du contrôle de la classe populaire.

Mais une attaque étroitisant considérablement aussi la base sociale de la bourgeoisie.

Il s’agit là de pas rater le porte-coton de la faction merkelienne du capital allemand sur ce terrain.






les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
7 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le problème aujourd'hui n'est pas l'énergie atomique, mais le coeur des hommes. L'Etat est notre serviteur et nous n'avons pas à en être les esclaves. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite