Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Les femmes au pouvoir au Nicaragua
de : CEDRIC REICHENBACH
dimanche 22 janvier 2012 - 23h48 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
JPEG - 41.8 ko

Sur les 62 sièges obtenus en novembre dernier par la première force politique du Nicaragua – le Front sandiniste de libération nationale (FSLN) –, plus de la moitié reviennent à des femmes. A partir du 10 janvier, 34 députées sandinistes, soit 53% du total des fauteuils gagnés par le FSLN, siègeront à l’Assemblée nationale : une révolution pour un pays où le machisme est une véritable calamité.

« Pour la première fois, nous disposons de la majorité au sein du Front sandiniste. Ce n’est pas seulement une victoire pour les femmes de notre pays, mais également pour l’ensemble des familles du Nicaragua qui peuvent enfin défendre pleinement leurs droits », déclare fièrement la députée Gladys Báez qui représentera à nouveau le département de León à l’Assemblée. Au sein du parlement, les députées réélues ne cachent pas leur satisfaction, à l’instar de cette ex-combattante du FSLN.

« La lutte des femmes pour obtenir l’espace politique qui leur revient ne date pas d’hier », souligne celle qui participa à la création en 1963 de la Fédération des femmes démocratiques nicaraguayennes, tandis que s’intensifiait la violence de la dictature du clan Somoza.

Libéraux sexistes

Arrêtée et torturée à de nombreuses reprises par la guardia avant la Révolution sandiniste (1979), Gladys Báez est aujourd’hui l’une des nombreuses Nicaraguayennes à occuper un poste important au sein des structures de l’Etat. Des femmes qui auraient pu se rapprocher de la majorité à l’Assemblée nationale (92 députés au total) si la principale force d’opposition – le Parti libéral Institutionnel (PLI) – avait donné plus d’espace à ses candidates : les hommes accaparent en effet 26 des 29 sièges libéraux.

Il faut dire qu’au Nicaragua libéraux et conservateurs n’ont pas exactement fait de l’égalité des sexes une priorité. Si l’on additionne les députées issues de l’ensemble des forces libérales (ALN, PLC, PLI) sur les vingt dernières années, on dénombre à peine une cinquantaine de femmes, titulaires et suppléantes confondues !

De son côté, le Front sandiniste compte 34 députées titulaires et 38 suppléantes, uniquement pour la période 2012-2017, ce qui place le Nicaragua au sommet du classement latino-américain – et même mondial – des pays avec la plus grande représentation parlementaire féminine. Un classement dominé par les pays nordiques (avec un taux moyen de 40%) selon un rapport publié cette année par le Bureau de l’Observateur permanent de l’Union interparlementaire auprès des Nations Unies. Suivent les Amériques avec une moyenne de 22% (Cuba, le Costa Rica et l’Argentine dépassant les 35%), puis l’Europe avec seulement 20%, une moyenne dans la fourchette mondiale.

Priorité sandiniste

« Les femmes font partie intégrante de l’histoire du Front sandiniste. Avant le triomphe de la Révolution (1979), à travers leur engagement dans la guérilla de résistance contre le dictateur Anastasio Somoza, durant les années 1980 au cours des campagnes d’alphabétisation et de vaccination, ou encore tout au long des étapes de production du café et du coton », affirme la députée Irís Montenegro. Elle rappelle que « beaucoup d’activités, habituellement réservées aux hommes, ont été rendues accessibles aux femmes par le biais du FSLN, lequel s’est toujours engagé pour l’égalité des sexes ».

De son côté, Raquel Dixon, députée pour la Région autonome de l’Atlantique nord (RAAN, côte Caraïbe), assure que « le grand nombre de femmes actuellement présentes au parlement s’explique, certes, par le travail des femmes elles-mêmes, mais également par la volonté du parti de les intégrer ».

Le rôle de la première dame

L’ensemble des femmes formant la nouvelle Assemblée nationale reconnaît aussi l’importance du travail réalisé par Rosario Murillo, la première dame du Nicaragua, dans ce processus de récupération du pouvoir politique. « Elle a joué un rôle moteur durant la dernière campagne électorale : sur les 220 candidats du FSLN, 137 étaient issues de nos rangs », insiste Irís Montenegro, tout récemment réélue. « C’est grâce à la compañera Rosario que je me retrouve aujourd’hui à l’Assemblée », explique Alyeris Areas, fraîchement élue au parlement. « Aux côtés du président Ortega, elle nous a permis de sortir de notre condition d’esclaves. Aujourd’hui, c’est nous qui allons faire les lois grâce à la majorité dont nous jouissons enfin. »

Si les députées admettent volontiers que le machisme ne disparaîtra pas du jour au lendemain – nombreuses sont les Nicaraguayennes qui ont elles-mêmes intériorisé certains mécanismes sexistes –, il n’empêche que le chemin parcouru par les femmes depuis 2007 reste saisissant.

Preuve en est que nombre de postes clés se trouvent entre les mains du « deuxième sexe ». C’est sous l’autorité du commissaire Aminta Granera, en charge depuis 2007 de la Police nationale, que le Nicaragua s’est imposé comme le pays le plus sûr d’Amérique centrale et l’un des moins dangereux d’Amérique latine. La coordination entre la police, les pompiers et les autorités pénitentiaires est l’œuvre d’Ana Isabel Morales Mazún, en charge du Ministère de l’intérieur, tandis que les Ministères de la santé, du travail, de l’éducation et de la défense sont tous dirigés par des femmes ! Et la liste n’est pas exhaustive : Alba Luz Ramos se trouve par exemple à la tête de la Cour Suprême de Justice, tandis que la maire de Managua n’est autre que Daysi Torres (lire ci-dessous).

Dans un pays où le machisme est une véritable plaie, nul doute que l’intérêt sandiniste pour les questions de genre et d’égalité des sexes continue de faire son effet sur l’électorat. Il n’est d’ailleurs pas exclu que ce soit la propre femme du président Ortega qui, dans cinq ans, se présentera à la succession de son mari aujourd’hui âgé de 66 ans.

Ce bond en avant des Nicaraguayennes est d’autant plus frappant que les députées sandinistes sont issues de tous les secteurs de la société. On y trouve des médecins, des avocates, des femmes cheffes d’entreprise, des maîtresses d’école, ou encore des syndicalistes, infirmières, éducatrices ou commerçantes travaillant dans les grands marchés populaires de la capitale (lire ci-dessous).

La « quasi-élection » en novembre d’une marchande ambulante travaillant à Managua illustre ce souci de compter avec l’ensemble de la société nicaraguayenne. Assumant la direction du secteur féminin de la « Centrale des travailleurs pour leur propre compte (CTCP) » – une organisation qui représente plus d’un million de travailleurs informels urbains et ruraux–, Flor Avellán a bien failli être élue députée suppléante au parlement à quelques voix près.

Un exemple pour la Suisse ?

Ce pays en pleine révolution semble aujourd’hui donner une leçon de démocratie aux gouvernements « mâles » du Nord, dont les principaux médias avaient durement et injustement critiqué le processus électoral nicaraguayen en novembre dernier. L’actuel parlement suisse compte moins de 20% de femmes aux Conseils des Etats et seulement 28,5% au Conseil national, soit 57 femmes sur 200 députés. Grâce à la percée sandiniste lors des dernières élections nationales, le Nicaragua est représenté par plus de 40% de femmes à l’Assemblée nationale, multipliant par trois le nombre de députées par rapport à la période 2007-2011. Lequel des deux pays fait-il réellement preuve d’une attitude progressiste ?

Une question qu’il faudrait adresser au correspondant du quotidien suisse la Neue Zürcher Zeitung (NZZ) pour l’Amérique centrale qui, après un bref passage à Managua avant les élections de novembre dernier, avait assimilé le processus révolutionnaire et démocratique en cours à une farce politique.

Une marchande au parlement

MANAGUA EN BINÔME FÉMININ

Le « Mayoreo » est un des marchés les plus populaires de Managua. On y trouve toute sorte d’aliments bon marché qui attirent de nombreux chalands chez les commerçants de ce quartier populaire de la capitale. Malgré la foule, deux minutes suffisent pour trouver la « compañera Alyeris ». Et pour cause, cette femme à l’esprit vif, installée dans une échoppe au coin d’une ruelle, est certainement l’une des personnes les plus influentes des lieux. Née à Rivas, Alyeris Areas a suivi très tôt sa mère dans les marchés de Managua. A 8 ans, c’est elle qui prend les commandes du magasin lorsque sa mère s’absente pour aller chercher les bananes et autres ananas qu’elle met en vente. Issue d’une famille pauvre, elle a combiné travail au marché et études secondaires, puis universitaires.

Dans les années 1960 elle s’engage dans les rangs sandinistes pour combattre la dictature d’Anastasio Somoza, époque pendant laquelle l’actuel président du Nicaragua (Daniel Ortega) est lui-même emprisonné. A la fin de la Révolution (1979-1990), la déroute électorale sandiniste ne lui fait pas renoncer à l’activité politique. Mère de six enfants, elle poursuit son engagement en faveur des marchands en tant que directrice de l’Association des commerçants du Mercado El Mayoreo, un poste qu’elle occupe depuis 1985.

Alyeris Areas siège à l’Assemblée nationale depuis 2012 pour une durée de cinq ans en tant que députée suppléante pour le Front sandiniste. Au Mayoreo, les marchands se réjouissent de compter une des leurs au parlement, tout comme le million de petits commerçants de la capitale. CR

Mariée, deux enfants, Reyna Rueda a débuté sa carrière politique dans les quartiers difficiles de la capitale à travers l’Association des enfants sandinistes, puis la Fédération des étudiants du secondaire et, finalement, au contact des jeunes femmes souffrant du sida ou en situation de maternité précoce. Formée initialement comme infirmière, elle a obtenu son diplôme de gestion d’entreprise en étudiant le soir. Il y a un peu plus de deux ans, après la disparition tragique du maire emblématique de Managua – le triple champion du monde de boxe Alexis Argüello, retrouvé mort à son domicile –, elle a été nommée vice-maire à la place de sa collègue Daysi Torres, laquelle est devenu maire. Egalement élue en novembre dernier sur la liste du Front sandiniste, Reyna Rueda siège désormais à l’Assemblée nationale de son pays. Depuis 2009, deux femmes se trouvent donc à la tête du centre économique et politique du pays où vivent et travaillent environ deux des cinq millions et demi d’habitants que compte le Nicaragua. Une première à Managua. CR

http://www.larevolucionvive.org.ve/...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Les femmes au pouvoir au Nicaragua
23 janvier 2012 - 13h11

Souhaitons que parmi elles il y ait plus de Louise Michel ou de Rosa Luxembourg que de Morano ou d’Hilary Clinton....



Les femmes au pouvoir au Nicaragua
23 janvier 2012 - 15h17 - Posté par

Tu doutes !!!??? On voit bien que tu connais mal les femmes nicaraguayennes et sandinistes. Des femmes qui ont osé s’affronter, les armes à la main, à la dictature somoziste et à la Contra soutenue par les USA. La Révolution Populaire Sandiniste, ses organisations de masse et les femmes elles-même ont pu faire évoluer les droits de l’égalité. Bien que tout n’est pas réglé, n’oublie pas que l’Amérique Centrale ce n’est pas l’Europe industrialisée (ou désindustrialisée). Le poids de l’Eglise et du machisme sont toujours présents et le pays et la société ne se changent pas en quelques années d’un coup de baguette magique.

En tout cas, la place des femmes est solide, que ce soit au sein des organes de décision, dans les organisations, les institutions, les coopératives ou l’armée. Et cela c’est grâce aux combats qu’elle ont menées avec leurs camarades et compagnons.





SIVENS plus que la douleur
dimanche 28 - 22h03
de : Jean-Yves Peillard
Pierre Laurent : la division "mauvais calcul"
dimanche 28 - 18h35
de : ZAPPY MARX
3 commentaires
LE MEXIQUE INSURGÉ
dimanche 28 - 13h23
de : Ernest London
NON AU RACKET DE M. MACRON SUR LES RETRAITES !
samedi 27 - 15h54
de : JO
3 commentaires
Venezuela : l’opposition paie des enfants pour les enrôler dans ses violences (video)
samedi 27 - 12h53
de : Thierry Deronne
1 commentaire
Veillée d’armes contre les Macro-Ordonnances
samedi 27 - 11h38
de : jo
Ex-Fralib : en faire des tonnes pour gagner ! (video)
samedi 27 - 10h44
2 commentaires
À Besançon, le communiste Christophe Lime soutient la socialiste Barbara Romagnan plutôt que la France insoumise
vendredi 26 - 22h44
3 commentaires
Sur le terrain des grèves !
vendredi 26 - 21h05
de : JO
1 commentaire
#RDLS29 : NUCLÉAIRE SUISSE, OTAN, TRUMP, BAHREÏN, SOCIÉTÉ GÉNÉRALE, IRAK, AFGHANISTAN (VIDEO)
vendredi 26 - 20h04
de : Jean-Luc Mélenchon
Le Parisien 93 va-t-il prochainement parler de notre grand Rassemblement de Montreuil ? (video)
vendredi 26 - 19h47
de : Alexis Corbière et Raquel Garrido
1 commentaire
Les bacchanales de la vertu : retour sur l’entre-deux tours de la présidentielle
vendredi 26 - 19h31
de : Mathias Reymond
Un cadre de Force ouvrière rejoint le cabinet de la ministre du Travail
vendredi 26 - 18h43
de : Erwan Manac’h
1 commentaire
Lille : assassinat de notre camarade Hervé Rybarczyk par les identitaires
jeudi 25 - 23h11
Pujadas 11 septembre 2001 : "Woooh, génial !" (video)
jeudi 25 - 22h26
de : phil
Soutenir un documentaire nécessaire "Acharnement, poursuivis pour l’exemple"
jeudi 25 - 21h44
de : Lulu d’Aubrac
La petite colère d’une insoumise censurée en Gironde (10ième) (video)
jeudi 25 - 16h33
de : Cesar
CETA : La Fondation HULOT, Veblen et FW lance un ultimatum à Macron !
jeudi 25 - 14h39
de : JO
BRESIL, violence policière : Nos merdias muets !
jeudi 25 - 11h27
de : JO
La France insoumise censurée
jeudi 25 - 09h16
de : César
2 commentaires
36ème Foire éco-bio d’Alsace au Parc des Expositions de Colmar, entre le jeudi 25 et le dimanche 28 mai.
mercredi 24 - 17h19
de : René HAMM
1 commentaire
FI Paris19 - circo16 à 17:00 aujourd’hui, quartier Rosa Parks avec Sarah Legrain et Stephane Fernandez (video)
mercredi 24 - 15h47
de : Sarah Legrain
FI conférence de presse aujourd’hui, à 17:00 113, avenue Maurice Thorez, 94200 Ivry sur Seine (video)
mercredi 24 - 15h23
de : Mathilde Panot
Apéro insoumis aujourd’hui, à 17:00 Place Edith Piaf, 75020 Paris avec Jean-Luc Mélenchon (video)
mercredi 24 - 15h08
de : Mehdi Kemoune
Atelier insoumis sur l’emploi aujourd’hui, à 19:00 14 Rue Mathis, 75019 Paris (video)
mercredi 24 - 14h58
de : Danièle Obono
Souvenir : Mélenchon est-il parti tout seul à la présidentielle ? Ou de l’amnésie collective
mercredi 24 - 14h16
Souvenir : Jean-Luc Mélenchon se déclare candidat à la présidentielle de 2017
mercredi 24 - 14h10
Souvenir : PCF les bons élèves de la primaire
mercredi 24 - 13h59
Souvenir Primaire à gauche : écologistes, communistes et une partie du PS prêts à y aller
mercredi 24 - 13h50
Souvenir : Le PCF cherche à s’allier au PS pour la présidentielle
mercredi 24 - 12h58
Souvenir : L’appel du pied du Parti communiste à Benoît Hamon
mercredi 24 - 12h43
Souvenir petition : à huit semaines des élections législatives, 1272 élus et dirigeants du PCF contre Mélenchon
mercredi 24 - 12h31
1 commentaire
Souvenir : Les cadres du PCF votent contre un ralliement à Mélenchon pour 2017
mercredi 24 - 11h56
Souvenir : En 2014 plus de 60 militants suspendus du PCF dans l’agglomération rochelaise
mercredi 24 - 11h13
Lorsque le PCF du Val d’Oise utilise la photo de Jean-Luc Mélenchon...
mercredi 24 - 10h52
de : Brigitte Diaz
Les petits arrangements familiaux de Richard Ferrand
mercredi 24 - 10h32
Législatives. À Roubaix, communistes et Insoumis main dans la main
mercredi 24 - 10h27
de : LUDOVIC FINEZ
Jean-Luc Mélenchon était l’invité de RTL le 24 mai 2017 (video)
mercredi 24 - 10h14
1 commentaire
Six mois après sa création, une première action de groupe pour discriminations lancée
mercredi 24 - 09h55
de : Alexia Eychenne
J’aimerais être ce second soleil poème de Fabrice Selingant
mercredi 24 - 09h49
de : le Rouge-gorge
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les prolétaires n'ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! Karl Marx
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Rassemblement avec Jean-Luc Mélenchon à Montreuil le mercredi 24 mai à partir de 18h30 pl Jean Jaurès
mardi 23 mai
de Alexis Corbière
1 commentaire
Jean-Luc Mélenchon vient mercredi 24 mai à Montreuil pour soutenir la campagne législative de son porte-parole Alexis Corbière (et de sa suppléante Corinne Benabdallah). Rassemblement avec prises de parole sur la place Jean Jaurès à Mairie de Montreuil à partir de 18h30. Animation musicale et festive organisée par l’Orchestre insoumis. Chantez avec l’orchestre ! El Pueblo Unido (Quilapayun) Le Chant des Partisans Bella Ciao The Partisan (Leonard Cohen) avec le (...)
Lire la suite
Une tribune bien interressante de Brigitte Dionnet, ancienne membre du Conseil National du PCF
jeudi 18 mai
de jean paul duparc
5 commentaires
Bonjour, Il est paru ce jour sur le site de l’Humanité ( à la rubrique Débat ) une tribune de Brigitte Dionnet qui me semble utile à connaitre et faire connaitre. Je me permets de la signaler d’autant qu’elle n’est pas parue dans la version papier du quotidien et que certains d’entre vous n’en ont sans doute pas eu connaissance. Cordialement jean paul duparc http://www.humanite.fr/pour-gagner-... Pour gagner, il faut choisir Par Brigitte Dionnet (...)
Lire la suite
Une déclaration des communistes rassemblés dans l’espace politique de la France insoumise
mardi 16 mai
de Christian Audoin, Bernard Bandelier, Francis Parny, David Pellicer, Françoise Quainquard
7 commentaires
STOP A LA CONFUSION POUR UN VOTE SANS AMBIGUÏTÉ AUX LÉGISLATIVES "Alors que la confusion des valeurs s’établit au sommet de l’Etat, les communistes rassemblés dans la France insoumise sont inquiets de la multiplication d’accords aux législatives qui en rajoutent sur le brouillage politique actuel. Le PS, EELV et le PCF successivement dans trois départements, le Jura les Yvelines et la Marne et de façon plus éparpillée dans des circonscriptions diverses en France ont (...)
Lire la suite
Rassemblement à Paris : Soutien aux grévistes de la faim !
mardi 16 mai
À l’appel de l’AFPS et de nombreuses organisations du Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens ***Rassemblement jeudi 18 mai*** de 17h30 à 19 h devant le ministère des Affaires étrangères (Quai d’Orsay) Métro Invalides SOUTIEN AUX GRÉVISTES DE LA FAIM QUI ENTRENT DANS LEUR 2e MOIS DE GRÈVE ILS ONT BESOIN DE NOUS ! Il y a urgence, leur santé est gravement menacée : la France doit agir en urgence pour le respect de leurs (...)
Lire la suite
ELECTIONS LEGISLATIVES - MONTREUIL - BAGNOLET / L’ART NECESSAIRE
mardi 16 mai
de Laurent Klajnbaum
1 commentaire
L’art et la culture n’ont pas été des enjeux de l’élection présidentielle. Dans le programme d’Emmanuel Macron la place de la création est réduite à la question de la diffusion et de sa consommation avec sa mesure phare en la matière : le pass culture de 500 euros pour les jeunes de 18 ans. Il faut que s’exprime, à l’Assemblée nationale, une autre voix sur l’art et la culture, comme d’ailleurs sur le social, l’écologie, la démocratie et (...)
Lire la suite
Un président "Jupitérien"
lundi 15 mai
de Thierry Chantrel
2 commentaires
Donc, nous avons couronné un président "jupitérien", comme le répètent à l’envie, en guise de conclusion à la glorieuse journée d’hier, tout chroniqueur qui se respecte. En fait, si tu dis pas, ce matin, que Macron est « Jupitérien » et que le "bleu Vuitton de sa splendide robe à double boutonnage" va si bien à sa moitié, t’es pas chroniqueur, t’es juste naze de chez naze. Moi, je le dis. Donc, je peux chroniquer grave ! Chroniquer, qui, par ailleurs, vient du (...)
Lire la suite
Bon, les gens, on va évacuer le truc de suite
jeudi 11 mai
de Barbara Goujon
5 commentaires
La guéguerre avec les instances du PCF, ça va deux minutes. Faire passer les insoumis pour les méchants de service, ça va deux minutes aussi. La France insoumise a une charte de bon fonctionnement, et il est demandé aux candidats de signer la charte ANTICOR (anti-corruption, ndlr). Pour intégrer la France insoumise, nul besoin de quitter son parti si on en a un. Nul besoin, non plus, d’être membre d’un parti. Alors, comme ça, on serait les vilains pas beaux parce qu’on (...)
Lire la suite