Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Grèce : Berlin veut pousser son avantage
de : Romaric GODIN
vendredi 20 février 2015 - 13h09 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Le gouvernement grec a cédé beaucoup de terrain dans sa demande de financement de six mois. Mais l’Allemagne veut pousser son avantage. sur le même sujet

Lorsque l’on a commencé à boire la coupe, il faut aller à la lie. Voici, en substance, la réaction de l’Allemagne à la demande de financement qu’a déposé, ce jeudi 19 février, le gouvernement hellénique auprès du président de l’Eurogroupe, le ministre des Finances néerlandais Jeroen Dijsselbloem. Ce qu’Athènes a accepté

Dans cette demande, signée du ministre des Finances grec Yanis Varoufakis, la Grèce avait pourtant fait de larges concessions, allant plus loin que le document proposé lundi par Pierre Moscovici et remplacé par Jeroen Dijsselbloem. Athènes affirmait ainsi « reconnaître comme engageant le contenu financier et juridique de l’accord de financement (Master facility agreement) passé avec le Fonds européen de Stabilité financière (FESF). » Cette disposition reconnaissait de fait, conformément à l’article 10-1 de l’accord, le droit des créanciers « d’envoyer ses agents ou d’autres représentants pour mener les contrôles financiers ou techniques qu’ils jugeront bons de réaliser. » Bref, c’était admettre la poursuite d’un contrôle par « les institutions », puisque la lettre ne parle plus de la troïka. En réalité, c’était faire revivre une forme nouvelle de troïka.

Cette lettre affirme à nouveau la volonté de la Grèce de se soumettre aux contrôles des créanciers en renonçant « à toute action unilatérale qui pourrait remettre en cause les objectifs budgétaires, la reprise économique et la stabilité financière. » Cette phrase, qui avait été jusqu’ici refusée par la Grèce limite de facto la souveraineté budgétaire du pays qui devra donc mener sa politique budgétaire dans les cadres définis en accord avec ses créanciers. Du reste, Athènes s’engageait à dégager des « excédents appropriés. » En attendant, le pays s’en remet aux « flexibilités » comprise dans les accords, comme l’exigeait la déclaration de Jeroen Dijsselbloem lundi qu’Athènes avait refusé de signer. Les demandes de la Grèce

Moyennant quoi, la Grèce demandait la poursuite du financement, l’acceptation par la BCE de la dérogation concernant l’acceptation de la dette grecque à son guichet suspendue le 4 février dernier, mais aussi l’ouverture de discussions sur la dette et la croissance. Yanis Varoufakis demande donc que l’on utilise l’extension du financement pour « entamer le travail des équipes techniques sur un nouveau contrat pour la croissance et la reprise que les autorités grecques envisagent. » Il rappelle également que l’Eurogroupe se souvienne de sa décision de novembre 2012, où il envisageait « de possibles mesures sur la dette », donc que l’on entame des négociations sur la restructuration de la dette. Gagner du temps pour Athènes

Sans être une « capitulation » complète comme certains l’avancent, le gouvernement d’Alexis Tsipras a cédé sur des points importants : la reconnaissance des engagements passés et le refus de toute « action unilatérale. » Devant la dégradation de la situation économique, devant le manque de liquidité à venir de l’Etat (mercredi, le gouvernement a reconnu ne plus avoir de quoi se financer en mars), devant la faible augmentation de l’accès à la liquidité d’urgence de la BCE mercredi (seulement 3,3 milliards de plus), Athènes n’a pas voulu tenter le diable du Grexit. Le gouvernement s’est incliné devant les principales demandes européennes pour gagner du temps. Il s’est agi pour lui de laisser passer le mois d’août et donc les principales échéances de remboursement des dettes détenus par la BCE et le FMI. Ces échéances de près de 9 milliards d’euros en tout étaient impossibles à honorer sans aide externe. Une fois ces échéances passées, Athènes pense sans doute avoir plus de liberté d’agir. Portes ouvertes à la négociation

Par ailleurs, la lettre de Yanis Varoufakis laisse beaucoup de portes ouvertes à la négociation pour l’avenir : elle amène les créanciers du pays à négocier sur la dette et la croissance du pays. Athènes laisse aussi en suspens la question centrale des excédents primaires. Elle n’accepte pas explicitement les objectifs fixés en 2012. Autrement dit, elle les contraint à négocier. Par ailleurs, Athènes lie l’usage de la flexibilité « donnée par l’accord actuel (...) sur la base des propositions de la partie grecque et des institutions. » Autrement dit, Athènes tente de modifier le fonctionnement de la troïka en en faisant un lieu de discussion et de coopération, non d’injonctions. Ceci est cohérent avec le programme de Syriza. La signification du mouvement grec

Pourtant, en cédant sur ces points, la Grèce s’est placée nettement dans une position de faiblesse. Elle a été la première à céder dans la partie de bras de fer. La position édictée avant l’élection du 25 janvier par Yanis Varoufakis dans une interview à la Tribune selon laquelle « la Grèce n’avait plus rien à perdre » est désormais invalidée. Devant l’urgence, Athènes est prête à céder sur des points essentiels. Elle a donc beaucoup à perdre. Le message envoyé aux créanciers est celui-ci : nous craignons davantage le Grexit que vous. L’Allemagne, qui avait imposé lundi une position très ferme, a donc gagné une partie essentielle.

Elle a donc toutes les raisons du monde de pousser encore son avantage en rejetant cette lettre. Le gouvernement allemand a rapidement fait savoir que cette lettre ne pouvait pas « constituer une solution. » Ce que demande Berlin, c’est clairement la poursuite de l’accord de 2012 in extenso. Ne rien changer, donc. La flexibilité doit être laissée à l’appréciation de la troïka et la négociation sur la dette n’est pas acquise. Berlin veut aussi maintenir explicitement les objectifs d’excédents primaires. Ce que veut l’Allemagne

La position de l’Allemagne est logique : son coup de force de lundi a fonctionné, Athènes a cédé en premier. Elle veut que sa victoire soit complète. Alexis Tsipras a commencé à nouer autour de son cou la cravate que lui a offert Matteo Renzi le 3 février dernier et Berlin juge bon que l’on serre le nœud jusqu’au bout. L’enjeu pour le ministre allemand des Finances est central : il s’agit de prouver qu’aucune élection ne peut modifier les règles fixées auparavant et que la zone euro est prête pour cela à aller jusqu’au bout. Ainsi les électeurs espagnols tentés par Podemos ou irlandais tentés par le Sinn Fein devront y réfléchir à deux fois avant de placer leur bulletin dans l’urne. Le résultat sera que la démocratie en zone euro deviendra une démocratie encadrée par des règles destinées à appliquer certaines politiques économiques plutôt que d’autres. Wolfgang Schäuble est sur le point de réussir son pari.

Dans la réunion de l’Eurogroupe de ce vendredi 20 février, Athènes va devoir décider si elle refuse d’aller plus loin dans les concessions, ou si elle place l’urgence financière avant toute chose. Dans le second cas, elle devra céder à la logique allemande. Mais maintenant qu’elle a cédé la première, rétablir l’équilibre sera difficile. A moins que l’Eurogroupe décide de se dresser contre le maximalisme de Wolfgang Schäuble. Ce que les ministres des finances de la zone euro ont refusé de faire lundi... Ou bien - et ce serait un coup de théâtre, à moins que les Grecs ont cédé pour mieux montré l’intransigeance allemande et pouvoir refuser toute responsabilité en cas d’aggravation de la crise. C’est ce qu’a laissé entendre un responsable grec à Reuters en affirmant que la proposition hellénique était "à prendre ou à laisser."

http://www.latribune.fr/actualites/...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Grèce : Berlin veut pousser son avantage
20 février 2015 - 14h37 - Posté par PierreP

Une autre façon de faire la guerre aux peuples : les obus s’appellent austérité et les ruines sont celles de la misère.
Mort au capitaliste, ive le communisme.



Grèce : Berlin veut pousser son avantage
21 février 2015 - 09h55 - Posté par JO

A doses homéopathiques c’est plus astucieux bien sûr pour chloroformer l’opînion publique et perdurer à faire croire en la supériorité du régime capitaliste pour l’humanité ! Ce faisant s’il y a un détournement des nouveaux dirigeants de la volonté du Peuple ils devront lui rendre des comptes, à moins que ce soit le Peuple qui l’exige !



Grèce : Berlin veut pousser son avantage
22 février 2015 - 16h16 - Posté par nOCTURNE

Tout mouvement qui ne prônera pas clairement la rupture avec le K et ne posera pas`les perspectives d’un socialisme a inventer et mettre en oeuvre, sera porteur face au K D’UNE TRAHISONS DES MASSES.





Gauche homard et gauche caviar : Débat pour en sortir !
dimanche 21 - 10h48
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

A l'instant où l'esclave décide qu'il ne sera plus esclave, ses chaînes tombent. Gandhi
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite