Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

CE QUE LE MACRON FAIT A LA CULTURE
de : Diane Scott
lundi 17 juillet 2017 - 13h09 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 63 ko

CE QUE LE MACRON FAIT A LA CULTURE

(bienvenue à Donald et Melania)

 1.

On a tout faux : « Macron » n’est pas l’anti-Le Pen, c’est l’anti-Sarkozy. « Macron » a avant tout une fonction dans l’histoire de la droite française : il est son moment de rédemption contemporain. C’est peu dire que de la « Princesse de Clèves » aux mises en scène semi-doctes du macron disant des vers il y a un gap. Un gap qui fait battre des mains. Ce retournement de produit que la droite nous sert est frappant. D’abord il y a eu le gain extraordinaire des années 2000 nommé « Sarkozy », cette percée dans l’importation de l’extrême-droite, l’acclimatation décisive des signifiants du FN au jeu politique « normal ». Et dix ans plus tard, « Macron » vient jouer le rôle de celui qui rachète la droite de son infamie fasciste. Gageons que c’est le peuple plus que le fascisme qui tache. (N’a-t-on pas entendu après l’élection de Trump que son anglais était « si vulgaire » ?) On reviendrait alors à cette fameuse présidence « normale » que Hollande avait promise et qui arriverait par son dauphin, un quinquennat plus tard : le gentil gars qui-dit-bonjour-à-la-dame versus l’incarnation de la racaille elle-même. Macron est là pour fournir la figure de cette opération de séparation. Réconcilier néo-libéralisme et normalité politique. Non, la droite d’aujourd’hui ça n’est pas que les rednecks de l’Amérique inculte, c’est aussi cette bonne vieille tradition du conservatisme de province qui couvre d’un plaid de sous-préfet aux champs les petites frappes du néo-thatchérisme européen.

 Sarkozy : le plus-de-cru de la droite républicaine, l’obscène de l’ambition petite-bourgeoise, le gant retourné de l’arrivisme, le cauchemar du représentant de commerce en sueur qui met le pied dans ta porte et dont tu ne te débarrasseras jamais. Macron, c’est tout le contraire : le fils de famille spectral lavé de tout soupçon, le beau-fils blabla, le bienvenu sorti des eaux, sorte de Pompidou de farine à la voix délavée. Tout le contraire c’est-à-dire le même. Voit-on que l’on a affaire aux deux faces de la même médaille ? Entre le corps de l’un, grimacé de pulsions, éternel trépignant agrippé aux milliards de sa femme, candidat à la berlusconnade ayant traîné dans toutes les magouilles du RPR et des Hauts-de-Seine, et le corps de l’autre, Jésus de la politique, jamais élu-jamais sali actualisant le fantasme royaliste et antidémocratique à pleins tubes, héritier comme à son insu, l’éternel khâgneux aux dents du bonheur : voit-on les correspondances contraires et symétriques ? Le brouillage déclaré entre gauche et droite – brouillage de droite - est évidemment à inscrire dans cette stratégie de blanchiment. Pile : la bombe pulsionnelle toujours en débord d’elle-même. Face : l’oint de la souveraineté retrouvée qui rachète la politique de ses péchés. D’un côté une espèce d’érection ambulante, de l’autre un costard asexué qui débite de l’alexandrin. Que certains regardent cela d’un œil attendri laisse pantois, et pour la politique et pour le reste (l’alexandrin). On a effectivement affaire à un rêve de restauration de la droite après le tunnel amer de la Sarkozie. Le choix d’un premier ministre venu directement de Juppé le dit. Macron est le strict prolongement de Sarkozy : la même histoire, un chapitre plus bas. Sarkozy a vu juste : « Macron, c’est moi en mieux ! » Car la violence sociale est la même, la vulgarité refoulée ne tarde jamais à ressortir que ce soit au nom du « costard », du mépris des « illettrées », des « rien » ou des « kwassa-kwassa ». Cet atroce proverbe français du racisme social trouve ici sa meilleure application : la caque sent toujours le hareng. Le macron exsude le sarkozy mal gré qu’il en ait.

 2.

On voit alors la fonction stratégique que la culture dite savante vient jouer. « Ricœur », madame professeur de Lettres, cette actualisation de la culture légitime venue des humanités que l’on pensait à jamais perdue avec l’arrivée d’un personnel politique formé à l’entreprise : voilà la légende que ce quinquennat nous sert. On a troqué le mannequin people et son incompressible vulgarité d’âpre-au-gain contre la bourgeoisie de province et son lycée catholique. Les épouses valent à ce niveau partage des eaux. Nous renouerions aujourd’hui avec quelque chose d’une vieille France pompidolienne que l’on a cru historiquement liquidée mais que revoilà proprette. D’où l’insistance sur la jeunesse du machin : non, ce n’est pas le pétard mal éteint de la province contre-révolutionnaire et du moisi thatchérien dont nous mourrons depuis quarante ans, c’est une nouvelle ère, c’est Vénus sortie des eaux. Dans Macron y’a du Fumaroli caché. Du coup tout a été bon pour virer l’odeur de naphtaline : Julien Sorel, Boris Vian. « Un philosophe à l’Elysée ? » s’interroge RFI. Sérieusement… On en était presque à le comparer à Rimbaud, faut quand même prendre la mesure du ridicule. Je regrette la présidence inculte qui avait au moins l’avantage de ne pas abîmer tout ça. Sarkozy avait plus de respect dans sa haine pour le savoir que ces rodomontades adressées à BMF-TV. Pourrait-on avoir la lucidité de se sidérer de la vulgarité de ces références dites savantes ?

 La culture savante a une fonction : elle vient décoller la violence néo-libérale de la figure fasciste. Car la culture légitime – distinguons en l’espèce d’avec la culture savante - est la seule chose qui distingue Macron de Trump. L’élection présidentielle française a été marquée par celle qui avait eu lieu aux États Unis quatre mois avant. L’équivalence FN-Trump était l’évidence et Macron a bénéficié de l’effroi suscité en Europe par le résultat de l’élection américaine. Celle-ci a consacré à la sidération générale le mariage de la plouquerie intellectuelle et du capitalisme. Mais entre le redneck et le Rastignac picard il n’y a aucune différence politique. Même politique étrangère - des électeurs d’En Marche pour protester contre la trahison du programme de la présidentielle en ce qui concerne la Syrie ? Même politique économique de dérégulation, même effet de bonds de joie de Wall Street pour l’un et du CAC 40 pour l’autre. En matière de racisme, on sait la fonction tactique de paratonnerre idéologique de celui du petit peuple qui permet de garder intouché celui des autres. La bienséance supposée du grand garçon n’a en l’occurrence cessé de se craqueler sous les effets d’impensés et l’aisance du petit blanc sûr de son bon droit. Que dire de la commune aversion décomplexée de ces nouveaux présidents pour la liberté de la presse ? On a insisté pendant la campagne des présidentielles sur le fait que Mélenchon aurait été le représentant d’une forme de néo-souverainisme mais que dire de ce début de quinquennat ? Les mises en scène du « Louvre » et de « Versailles » suscitent une sorte d’euphorie suspecte dans l’opinion proprement anti-démocratique, entre émoustillement chauvin et soulagement de sujet soumis. Saupoudrer l’ensemble des signifiants qui brillent permet d’avancer masqué : ça n’est pas brutal puisque c’est savant. On comprend du coup l’insistance à débiter l’alexandrin, le souci de citer Fernand Braudel et Georges Bataille (!) La culture a été inventée pour suturer la politique. En France en 2017 il est sidérant de voir à quel point la confiture ça s’étale et ça sucre.

 3.

Volte-face sur la Syrie[1], inscription de l’État d’urgence dans la loi commune sous couvert de sa suppression tant attendue : ces deux faits sidèrent non seulement par la violence des choix politiques qu’ils actent mais par la violence faite à la valeur de la parole. Parler n’a plus de rapport à la vérité. Il y a ce qui a fait élire Macron et ce pour quoi il a été élu, entre les deux une pellicule visqueuse où la parole se retourne, glisse, ne mord plus sur rien. Le macron actualise le mensonge a un degré qui n’a d’égal que l’adhésion médusante qu’il suscite. Il y a un effet d’hypnose collective dans « Macron » qui arrête, ou qui devrait. Et cet arrangement avec la vérité prolifère à tous les niveaux : je ne m’arrête pas sur le mercenariat des législatives – la superposition du « mouvement » et des « partis » étant une stratégie miraculeuse : jouer l’indépendance et le renouvellement d’un côté, l’allégeance aux mafias traditionnelles de l’autre. Mais qui y croit réellement  ? Qui croit à la « société civile » quand on assiste à un recrutement façon légion étrangère des plus fidèles au chef ? Quand on a affaire en réalité à un renouvellement par les seconds couteaux, c’est-à-dire les mêmes en moins drôles ?[2]

 Ce type a été élu paraît-il pour défendre la liberté d’expression, le moins que l’on puisse dire est que la victoire de ses électeurs leur a coupé la parole. Des réactions du côté des macronistes ? Il faut croire que ce harassant combat contre le Grand Mal vous aura épuisés. Après tout ce tintamarre on ne vous entend plus. Allez, vaillants défenseurs de la civilisation, encore un petit effort. Mais où êtes-vous ? Où est votre haute alarme ? Peu de gens (vraiment) de gauche se sont illusionnés sur la lutte anti-FN des fillonistes-macronistes mais quand même. En sommes-nous donc là que personne ne bronche devant la mayonnaise royaliste, les trahisons de campagne, l’instrumentalisation hallucinante de la « culture », les dérives autoritaires, la violence salariale annoncée ? Vous n’avez pas envie de d’en dire quelque chose ? La vérité, ça ne vous concerne donc en rien ?

 Quand François Dosse parle à propos de Macron de « Renaissance » (sic), quand Alain Touraine parle du « retour de la parole », quand Jean-Luc Nancy parle de retour « jubilatoire » du « sens des mots » (je m’étouffe), ce n’est pas que l’effet du fantasme sénile du gendre idéal. Nous avons affaire à un phénomène auquel les années 1980 croyaient avoir fait un sort : la crédulité. N’ai-je pas entendu certains amis me dire que c’était la première fois, via « Macron », qu’ils vivaient autant d’enthousiasme pour la politique ? Il ne s’agit pas de traiter cela par le mépris ou l’ironie, c’est une vraie question – la morgue du comité invisible ne suffit pas. Les années 80 ont porté aux nues la figure du cadre cynique pour lequel le « décryptage » de l’événement autorisait désengagement, dépolitisation, ricanement de surplomb et autres poses fort sympathiques façon Canal +. Le cadre supposé savoir était la figure de la fin de l’histoire. Trump fait naître un sentiment exactement inverse sur le mode d’un énigmatique « le roi est nu » : on ne comprend pas que l’on puisse y croire. Au bonhomme et à l’événement lui-même – « on n’y croit pas ». La morale des fake-news est intéressante : personne n’y croit en fait – ou alors sur le mode de la croyance d’un autre. Il n’y a jamais rien eu à penser là avec les catégories de la vérité et du mensonge puisque c’est une affaire qui touche à la jouissance[3]. Or « Macron » se joue sur une scène similaire où le rapport à la parole est dans une désinvolture d’une violence rare à l’égard de la vérité. Il faudrait commencer par traiter Macron comme une fake-news de mauvais goût. La difficulté est là : il y a quelque chose de l’ordre de la croyance en jeu dans cette élection d’une manière jamais aussi improbable qui reste à penser. Déjà l’argument anti-FN était un moment très particulier de la passion de la méconnaissance. Mais la puissance de cette passion ne se suffit pas de l’intérêt de classe ou de la culture comme voile imaginaire.

Il y a une triple et stratégique articulation Trump-Macron : (acte 1) je suis ton antithèse, la preuve par la culture ; (acte 2) je suis en fait ton même, la preuve par les actes ; (acte 3) nous nous ressemblons dans la remise en selle historique d’une séquence qui problématise la mystification. De fait les années 2010 sont la scène d’un réassort bien ironique de la figure de la croyance – l’enfoncement dans la mystification décomplexée est comme un sourire narquois que l’époque enverrait aux années 1980 et à leurs hauteurs de vues.

 

Diane Scott

 

[1] « Le vrai aggiornamento que j’ai fait à ce sujet, c’est que je n’ai pas énoncé que la destitution de Bachar al-Assad était un préalable à tout. Car personne ne m’a présenté son successeur légitime  !  »

[2] La rencontre sur Médiapart avec les quatre élues LREM était désemparante (« À l’Assemblée : la majorité présidentielle et ses soutiens », 21 juin 2017).

[3] Manya Steinkoler, "Post-vérité et fausses nouvelles : Perspective psychanalytique", Colloque Savoirs et clinique, « Qu’est-ce qui nous arrive ? », Lille, mars 2017.

https://blogs.mediapart.fr/diane-sc...



Imprimer cet article





Force ouvrière : un congrès qui s’annonce houleux
dimanche 22 - 09h31
2 commentaires
Garantir le maintien du pouvoir d’achat : une vraie réforme que ne fera pas Emmanuel Macron…
samedi 21 - 23h02
de : Albert
Quand la DILCRAH combat la pédagogie de l’antiracisme
samedi 21 - 21h21
de : UJFP
Peuple-classe 99 % en lutte de Rennes en jonction le 19 avril.
samedi 21 - 18h19
de : Christian DELARUE
CRACK CAPITALISM - 33 thèses contre le capital
samedi 21 - 10h18
de : Ernest London
La lutte et la solidarité grandissent avec les cheminots à Puyoo comme ailleurs !
samedi 21 - 08h42
de : Sémard
"Malheur au pays dont le prince est un enfant"
vendredi 20 - 20h12
de : Deeplo
Crime de lèse majesté
vendredi 20 - 17h23
de : irae
1 commentaire
CFDT et FO pas de 1er mai unitaire
vendredi 20 - 14h14
2 commentaires
Frédéric Lordon : et voilà le sens du pari du 5 mai
vendredi 20 - 11h43
4 commentaires
Tolbiac évacué par la police à 5 heures du matin !!! (videos et photos)
vendredi 20 - 07h45
1 commentaire
Usager.e.s et grévistes, nous avons les mêmes intérêts :
 la défense d’un service public de qualité au service du public
vendredi 20 - 07h07
de : via Ch DELARUE
Fonctionnaire(s) et syndicalisme : Pour faire société.
jeudi 19 - 22h01
de : Christian DELARUE
L’insoupçonnable profondeur de la déroute / C’est l’heure de l’mettre - Radio
jeudi 19 - 20h07
de : HDM
Notre-Dame-des-Landes : "Le gouvernement est animé par une idéologie individualiste et capitaliste
jeudi 19 - 18h55
de : jean 1
1 commentaire
Etat espagnol : ¡ Ay Podemos !
jeudi 19 - 16h40
de : Antoine (Montpellier)
1 commentaire
info technique concernant le service mail de la poste
jeudi 19 - 16h17
de : info technique
1 commentaire
Grève SNCF : « C’est plus fort qu’en 2014 et 2016, mais moins dynamique. »
jeudi 19 - 08h38
La CGT Mines Energie appelle à la grève à partir de ce jeudi et jusqu’au 28 juin
mercredi 18 - 16h00
Grève : la CGT-RATP dépose un préavis pour jeudi et vendredi
mercredi 18 - 15h34
de : CGT-RATP
Sciences Po Paris à son tour occupée par des étudiants (video)
mercredi 18 - 14h51
3 commentaires
Comme dirait Ruffin un bol d’air...belge (video)
mercredi 18 - 13h26
de : irae
3 commentaires
SNCF : les grèves commencent à peser sur la croissance française
mercredi 18 - 11h15
3 commentaires
Merci Nicolas Hulot, les opérations à Notre-Dame-des-Landes coûtent 300 000 euros par jour à l’Etat...
mercredi 18 - 11h01
4 commentaires
JUSTICE DE CLASSE
mercredi 18 - 09h59
1 commentaire
Ce Roi d’Espagne qui fait la leçon démocratique ! Et la République, bordel !
mardi 17 - 15h16
de : Antoine (Montpellier)
3 commentaires
Survie : il faut virer Macron par ordonnances populaires !
mardi 17 - 14h14
de : Author : Pierrick Tillet
3 commentaires
19 avril, 1er et 22 mai : printemps larvé ou explosion sociale ?
mardi 17 - 09h20
PLUS MACRON PASSE A LA TÉLÉ, MOINS IL CONVAINC
lundi 16 - 23h07
de : Luttesinvisibles
François Ruffin - On n’est pas couché 14 avril 2018 (video)
lundi 16 - 22h50
Assemblée générale - Rennes 2
lundi 16 - 21h48
Macron... non... non... non... (video)
lundi 16 - 21h44
Les mensonges sanglants de M. Macron
lundi 16 - 21h27
de : Hervé Kempf
3 commentaires
Emmanuel Macron connaît ses classiques (video)
lundi 16 - 21h20
LE 19 AVRIL, C’EST EN GRÈVE POUR REMPLIR LES RUES !
lundi 16 - 18h55
de : Info’Com-CGT
Pierre Laurent : nous pensons qu’une marche du 5 mai réussie est une marche qui additionnerait toutes les forces
lundi 16 - 15h14
de : Pierre Laurent
3 commentaires
Marie-George Buffet : 5 mai pour faire la fête à Macron, belle initiative de François Ruffin
lundi 16 - 14h21
de : Marie-George Buffet
4 commentaires
(videos et photos) Manifestation nationale inter-luttes du 14 avril à Montpellier : 2500 personnes dans les rues, centre-ville retourné, 50 interpellés, une quarantaine de gardes à vue
lundi 16 - 13h55
de : jean 1
PLUS DE 2 HEURES, TOUT CELA, POUR RIEN OU SI PEU !
lundi 16 - 12h29
de : Serge Cercelletti
1 commentaire
Olivier Faure soutient les frappes en Syrie avec Benoît Hamon !!!
lundi 16 - 11h25
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les philosophes n'ont fait qu'interpréter diversement le monde, il s'agit maintenant de le transformer. Karl Marx
LE JOURNAL DU MEDIA de 20H
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite
SOIXANTE DIX SEPT - LA REVOLUTION QUI VIENT
mardi 13 mars
de Roberto Ferrario
NOUS NOUS RETROUVONS COMME CHAQUE ANNEE POUR NOUS RAPPELER CE JOUR OU FRANCESCO LORUSSO MOURUT... LE JOUR OU LE POUVOIR FICHA UN PIQUET DE FRÊNE DANS LE CŒUR ROUGE D’UN RÊVE... LE RÊVE D’UNE SOCIETE EN COULEURS... FAIBLE FLAMME QUI COUVE SOUS LA CENDRE !!! SOIXANTE DIXSEPT - LA REVOLUTION QUI VIENT sous la direction de Sergio Bianchi et Lanfranco Caminiti 432 pp -20,00 euros 88-88738-57-6 En Italie, le mouvement politique, social, culturel, existentiel de 1977 n’a (...)
Lire la suite
Pour la création d’un Conseil de déontologie du journalisme en France. Allez jusqu’à 200 000 !!!
dimanche 11 mars
de Roberto Ferrario
Signez ici : https://www.change.org/p/pour-la-cr... Les médias et la presse jouent un rôle majeur dans la vie démocratique d’un pays. Mais ils ont aussi le pouvoir de façonner le débat public. Ce pouvoir peut donner lieu à des abus. D’autant plus qu’ils dépendent de 9 milliardaires pour 90% d’entre eux et du gouvernement pour le service public. L’émission politique de France 2 du 30 novembre 2017 dont j’étais l’invité est un modèle du genre. (...)
Lire la suite
Solidarité avec les cheminots !!!
lundi 5 mars
de Roberto Ferrario
En juin 2016 les cheminots grévistes de Versailles ont reçu un chèque de 15 000 € de la part de quatre organisations membres de la CGT. ;-) En preparation de la greve, on doit se préparer à faire la même chose de maintenant... ;-)
Lire la suite
Élections en Italie : une droite honteuse, un rayon d’espoir à gauche
mercredi 28 février
de Marc Botenga via RF
Attentat néonazi, corruption, mafia… Sur fond d’une crise inouïe, l’Italie s’approche des élections parlementaires du 4 mars prochain. Alors que la social-démocratie assume son virage ultra-libéral, la droite recycle Berlusconi et s’en prend aux étrangers. À gauche, un nouvel acteur essaie de remettre les pendules à l’heure : ce sont les partis traditionnels, et non les migrants, qui sont responsables du chômage et de la précarité. Un attentat, une droite (...)
Lire la suite
Italie : Pourquoi voter pour Potere al popolo !
mercredi 28 février
de Chiara Carratù via RF
Potere al popolo ! est né lors de l’assemblée du 18 novembre en réponse à la crise de la gauche radicale, qui risquait encore une fois de disparaître des bulletins de vote, entraînée dans des alliances avec des forces ambiguës par rapport à leurs relations avec le PD (le parcours du Brancaccio, puis la convergence en grande partie avec Liberi et Uguali), ou présente avec des propositions politiques de faibles impact sur les secteurs d’avant-garde de la classe ouvrière. Voilà (...)
Lire la suite
Italie. Ils veulent redonner le pouvoir au peuple
mardi 20 février
de Gaël De Santis via FR
Communistes, écologistes et militants des centres sociaux autogérés partent ensemble aux élections législatives italiennes du 4 mars . La gauche qui ne s’est pas rendue aux sirènes néolibérales reprend espoir en Italie. Et si elle retrouvait le chemin du Parlement  ? Depuis le mauvais score des communistes, en 2008, elle n’est en effet plus représentée dans les institutions nationales. Cette année, le monde militant antilibéral a retrouvé le chemin de l’unité, sous (...)
Lire la suite