Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

CE QUE LE MACRON FAIT A LA CULTURE
de : Diane Scott
lundi 17 juillet 2017 - 13h09 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 63 ko

CE QUE LE MACRON FAIT A LA CULTURE

(bienvenue à Donald et Melania)

 1.

On a tout faux : « Macron » n’est pas l’anti-Le Pen, c’est l’anti-Sarkozy. « Macron » a avant tout une fonction dans l’histoire de la droite française : il est son moment de rédemption contemporain. C’est peu dire que de la « Princesse de Clèves » aux mises en scène semi-doctes du macron disant des vers il y a un gap. Un gap qui fait battre des mains. Ce retournement de produit que la droite nous sert est frappant. D’abord il y a eu le gain extraordinaire des années 2000 nommé « Sarkozy », cette percée dans l’importation de l’extrême-droite, l’acclimatation décisive des signifiants du FN au jeu politique « normal ». Et dix ans plus tard, « Macron » vient jouer le rôle de celui qui rachète la droite de son infamie fasciste. Gageons que c’est le peuple plus que le fascisme qui tache. (N’a-t-on pas entendu après l’élection de Trump que son anglais était « si vulgaire » ?) On reviendrait alors à cette fameuse présidence « normale » que Hollande avait promise et qui arriverait par son dauphin, un quinquennat plus tard : le gentil gars qui-dit-bonjour-à-la-dame versus l’incarnation de la racaille elle-même. Macron est là pour fournir la figure de cette opération de séparation. Réconcilier néo-libéralisme et normalité politique. Non, la droite d’aujourd’hui ça n’est pas que les rednecks de l’Amérique inculte, c’est aussi cette bonne vieille tradition du conservatisme de province qui couvre d’un plaid de sous-préfet aux champs les petites frappes du néo-thatchérisme européen.

 Sarkozy : le plus-de-cru de la droite républicaine, l’obscène de l’ambition petite-bourgeoise, le gant retourné de l’arrivisme, le cauchemar du représentant de commerce en sueur qui met le pied dans ta porte et dont tu ne te débarrasseras jamais. Macron, c’est tout le contraire : le fils de famille spectral lavé de tout soupçon, le beau-fils blabla, le bienvenu sorti des eaux, sorte de Pompidou de farine à la voix délavée. Tout le contraire c’est-à-dire le même. Voit-on que l’on a affaire aux deux faces de la même médaille ? Entre le corps de l’un, grimacé de pulsions, éternel trépignant agrippé aux milliards de sa femme, candidat à la berlusconnade ayant traîné dans toutes les magouilles du RPR et des Hauts-de-Seine, et le corps de l’autre, Jésus de la politique, jamais élu-jamais sali actualisant le fantasme royaliste et antidémocratique à pleins tubes, héritier comme à son insu, l’éternel khâgneux aux dents du bonheur : voit-on les correspondances contraires et symétriques ? Le brouillage déclaré entre gauche et droite – brouillage de droite - est évidemment à inscrire dans cette stratégie de blanchiment. Pile : la bombe pulsionnelle toujours en débord d’elle-même. Face : l’oint de la souveraineté retrouvée qui rachète la politique de ses péchés. D’un côté une espèce d’érection ambulante, de l’autre un costard asexué qui débite de l’alexandrin. Que certains regardent cela d’un œil attendri laisse pantois, et pour la politique et pour le reste (l’alexandrin). On a effectivement affaire à un rêve de restauration de la droite après le tunnel amer de la Sarkozie. Le choix d’un premier ministre venu directement de Juppé le dit. Macron est le strict prolongement de Sarkozy : la même histoire, un chapitre plus bas. Sarkozy a vu juste : « Macron, c’est moi en mieux ! » Car la violence sociale est la même, la vulgarité refoulée ne tarde jamais à ressortir que ce soit au nom du « costard », du mépris des « illettrées », des « rien » ou des « kwassa-kwassa ». Cet atroce proverbe français du racisme social trouve ici sa meilleure application : la caque sent toujours le hareng. Le macron exsude le sarkozy mal gré qu’il en ait.

 2.

On voit alors la fonction stratégique que la culture dite savante vient jouer. « Ricœur », madame professeur de Lettres, cette actualisation de la culture légitime venue des humanités que l’on pensait à jamais perdue avec l’arrivée d’un personnel politique formé à l’entreprise : voilà la légende que ce quinquennat nous sert. On a troqué le mannequin people et son incompressible vulgarité d’âpre-au-gain contre la bourgeoisie de province et son lycée catholique. Les épouses valent à ce niveau partage des eaux. Nous renouerions aujourd’hui avec quelque chose d’une vieille France pompidolienne que l’on a cru historiquement liquidée mais que revoilà proprette. D’où l’insistance sur la jeunesse du machin : non, ce n’est pas le pétard mal éteint de la province contre-révolutionnaire et du moisi thatchérien dont nous mourrons depuis quarante ans, c’est une nouvelle ère, c’est Vénus sortie des eaux. Dans Macron y’a du Fumaroli caché. Du coup tout a été bon pour virer l’odeur de naphtaline : Julien Sorel, Boris Vian. « Un philosophe à l’Elysée ? » s’interroge RFI. Sérieusement… On en était presque à le comparer à Rimbaud, faut quand même prendre la mesure du ridicule. Je regrette la présidence inculte qui avait au moins l’avantage de ne pas abîmer tout ça. Sarkozy avait plus de respect dans sa haine pour le savoir que ces rodomontades adressées à BMF-TV. Pourrait-on avoir la lucidité de se sidérer de la vulgarité de ces références dites savantes ?

 La culture savante a une fonction : elle vient décoller la violence néo-libérale de la figure fasciste. Car la culture légitime – distinguons en l’espèce d’avec la culture savante - est la seule chose qui distingue Macron de Trump. L’élection présidentielle française a été marquée par celle qui avait eu lieu aux États Unis quatre mois avant. L’équivalence FN-Trump était l’évidence et Macron a bénéficié de l’effroi suscité en Europe par le résultat de l’élection américaine. Celle-ci a consacré à la sidération générale le mariage de la plouquerie intellectuelle et du capitalisme. Mais entre le redneck et le Rastignac picard il n’y a aucune différence politique. Même politique étrangère - des électeurs d’En Marche pour protester contre la trahison du programme de la présidentielle en ce qui concerne la Syrie ? Même politique économique de dérégulation, même effet de bonds de joie de Wall Street pour l’un et du CAC 40 pour l’autre. En matière de racisme, on sait la fonction tactique de paratonnerre idéologique de celui du petit peuple qui permet de garder intouché celui des autres. La bienséance supposée du grand garçon n’a en l’occurrence cessé de se craqueler sous les effets d’impensés et l’aisance du petit blanc sûr de son bon droit. Que dire de la commune aversion décomplexée de ces nouveaux présidents pour la liberté de la presse ? On a insisté pendant la campagne des présidentielles sur le fait que Mélenchon aurait été le représentant d’une forme de néo-souverainisme mais que dire de ce début de quinquennat ? Les mises en scène du « Louvre » et de « Versailles » suscitent une sorte d’euphorie suspecte dans l’opinion proprement anti-démocratique, entre émoustillement chauvin et soulagement de sujet soumis. Saupoudrer l’ensemble des signifiants qui brillent permet d’avancer masqué : ça n’est pas brutal puisque c’est savant. On comprend du coup l’insistance à débiter l’alexandrin, le souci de citer Fernand Braudel et Georges Bataille (!) La culture a été inventée pour suturer la politique. En France en 2017 il est sidérant de voir à quel point la confiture ça s’étale et ça sucre.

 3.

Volte-face sur la Syrie[1], inscription de l’État d’urgence dans la loi commune sous couvert de sa suppression tant attendue : ces deux faits sidèrent non seulement par la violence des choix politiques qu’ils actent mais par la violence faite à la valeur de la parole. Parler n’a plus de rapport à la vérité. Il y a ce qui a fait élire Macron et ce pour quoi il a été élu, entre les deux une pellicule visqueuse où la parole se retourne, glisse, ne mord plus sur rien. Le macron actualise le mensonge a un degré qui n’a d’égal que l’adhésion médusante qu’il suscite. Il y a un effet d’hypnose collective dans « Macron » qui arrête, ou qui devrait. Et cet arrangement avec la vérité prolifère à tous les niveaux : je ne m’arrête pas sur le mercenariat des législatives – la superposition du « mouvement » et des « partis » étant une stratégie miraculeuse : jouer l’indépendance et le renouvellement d’un côté, l’allégeance aux mafias traditionnelles de l’autre. Mais qui y croit réellement  ? Qui croit à la « société civile » quand on assiste à un recrutement façon légion étrangère des plus fidèles au chef ? Quand on a affaire en réalité à un renouvellement par les seconds couteaux, c’est-à-dire les mêmes en moins drôles ?[2]

 Ce type a été élu paraît-il pour défendre la liberté d’expression, le moins que l’on puisse dire est que la victoire de ses électeurs leur a coupé la parole. Des réactions du côté des macronistes ? Il faut croire que ce harassant combat contre le Grand Mal vous aura épuisés. Après tout ce tintamarre on ne vous entend plus. Allez, vaillants défenseurs de la civilisation, encore un petit effort. Mais où êtes-vous ? Où est votre haute alarme ? Peu de gens (vraiment) de gauche se sont illusionnés sur la lutte anti-FN des fillonistes-macronistes mais quand même. En sommes-nous donc là que personne ne bronche devant la mayonnaise royaliste, les trahisons de campagne, l’instrumentalisation hallucinante de la « culture », les dérives autoritaires, la violence salariale annoncée ? Vous n’avez pas envie de d’en dire quelque chose ? La vérité, ça ne vous concerne donc en rien ?

 Quand François Dosse parle à propos de Macron de « Renaissance » (sic), quand Alain Touraine parle du « retour de la parole », quand Jean-Luc Nancy parle de retour « jubilatoire » du « sens des mots » (je m’étouffe), ce n’est pas que l’effet du fantasme sénile du gendre idéal. Nous avons affaire à un phénomène auquel les années 1980 croyaient avoir fait un sort : la crédulité. N’ai-je pas entendu certains amis me dire que c’était la première fois, via « Macron », qu’ils vivaient autant d’enthousiasme pour la politique ? Il ne s’agit pas de traiter cela par le mépris ou l’ironie, c’est une vraie question – la morgue du comité invisible ne suffit pas. Les années 80 ont porté aux nues la figure du cadre cynique pour lequel le « décryptage » de l’événement autorisait désengagement, dépolitisation, ricanement de surplomb et autres poses fort sympathiques façon Canal +. Le cadre supposé savoir était la figure de la fin de l’histoire. Trump fait naître un sentiment exactement inverse sur le mode d’un énigmatique « le roi est nu » : on ne comprend pas que l’on puisse y croire. Au bonhomme et à l’événement lui-même – « on n’y croit pas ». La morale des fake-news est intéressante : personne n’y croit en fait – ou alors sur le mode de la croyance d’un autre. Il n’y a jamais rien eu à penser là avec les catégories de la vérité et du mensonge puisque c’est une affaire qui touche à la jouissance[3]. Or « Macron » se joue sur une scène similaire où le rapport à la parole est dans une désinvolture d’une violence rare à l’égard de la vérité. Il faudrait commencer par traiter Macron comme une fake-news de mauvais goût. La difficulté est là : il y a quelque chose de l’ordre de la croyance en jeu dans cette élection d’une manière jamais aussi improbable qui reste à penser. Déjà l’argument anti-FN était un moment très particulier de la passion de la méconnaissance. Mais la puissance de cette passion ne se suffit pas de l’intérêt de classe ou de la culture comme voile imaginaire.

Il y a une triple et stratégique articulation Trump-Macron : (acte 1) je suis ton antithèse, la preuve par la culture ; (acte 2) je suis en fait ton même, la preuve par les actes ; (acte 3) nous nous ressemblons dans la remise en selle historique d’une séquence qui problématise la mystification. De fait les années 2010 sont la scène d’un réassort bien ironique de la figure de la croyance – l’enfoncement dans la mystification décomplexée est comme un sourire narquois que l’époque enverrait aux années 1980 et à leurs hauteurs de vues.

 

Diane Scott

 

[1] « Le vrai aggiornamento que j’ai fait à ce sujet, c’est que je n’ai pas énoncé que la destitution de Bachar al-Assad était un préalable à tout. Car personne ne m’a présenté son successeur légitime  !  »

[2] La rencontre sur Médiapart avec les quatre élues LREM était désemparante (« À l’Assemblée : la majorité présidentielle et ses soutiens », 21 juin 2017).

[3] Manya Steinkoler, "Post-vérité et fausses nouvelles : Perspective psychanalytique", Colloque Savoirs et clinique, « Qu’est-ce qui nous arrive ? », Lille, mars 2017.

https://blogs.mediapart.fr/diane-sc...



Imprimer cet article





Italie. Ils veulent redonner le pouvoir au peuple
mardi 20 - 11h12
de : Gaël De Santis via FR
Ses Camarades qui ont été fusillés le 21 février 1944 au Mont Valérian (video)
mardi 20 - 10h37
de : Bernadette Leydier
Les fréquentations antisémites de la droite israélienne
mardi 20 - 10h02
de : CAPJPO-EuroPalestine
Comment 200 000 représentants du personnel vont perdre leur statut de salariés protégés
mardi 20 - 08h31
DE L’ESCLAVAGE : PLAIDOYER POUR JOHN BROWN
lundi 19 - 16h54
de : Ernest London
Potere al Popolo : la nouvelle gauche en Italie qui renaît des cendres de Gramsci
lundi 19 - 15h16
de : Marco Cesario via FR
Forfaiture sur le forfait-jour
lundi 19 - 11h55
de : Ugict-CGT
LA SNCF A CRÉÉ DES CENTAINES DE FILIALES POUR MIEUX PRÉPARER LE DÉMANTÈLEMENT DU TRANSPORT FERROVIAIRE
lundi 19 - 10h57
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Le 22 mars 2018 : le retour des cheminots à Paris
lundi 19 - 10h48
de : CGT des Cheminots de Saint-Denis
FORD S’ACHARNE… CONTRE NOUS MAIS PAS POUR L’USINE !!!
lundi 19 - 10h44
de : CGT FORD
VENEZUELA : 55% de la population approuve une réélection de Maduro !
dimanche 18 - 21h13
de : JO
Jann Halexander rend hommage à la chanteuse canadienne Pauline Julien le 9 mars
dimanche 18 - 19h19
VENEZUELA : la Colombie recrute des mercenaires Vénézueliens
dimanche 18 - 16h25
de : JO
LA JOIE ARMÉE
dimanche 18 - 15h12
de : Ernest London
À Naples, rencontre avec Potere al Popolo (vidéo)
dimanche 18 - 12h29
de : Jean-Luc Mélenchon via RF
Augmenter la pression contre le licenciement de Gaël Quirante
dimanche 18 - 11h26
de : olivier
Mirages 2000, chars Leclerc, canons Caesar : la France et ses entreprises, fournisseurs officiels de la guerre au Yémen
dimanche 18 - 03h37
de : stef131
El votán Zapata
samedi 17 - 16h36
de : Georges Lapierre
Après NDDL : des ZAD partout ?
samedi 17 - 13h59
de : JO
Rennes : Deux enseignantes convoquées au rectorat pour avoir organisé une sortie scolaire à La Maison de la Grève
samedi 17 - 11h44
1 commentaire
TROIS OPTIONS POUR L’EUROPE !
vendredi 16 - 23h05
de : LE BRIS RENE
LE VRAI SCANDALE DES GAZ DE SCHISTE
vendredi 16 - 19h12
de : Ernest London
LE ROI NE MARCHE PLUS IL VOLE....
vendredi 16 - 18h56
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Ivry, Vendredi 16 février dès 19h jusqu’à 23h Nuit de la liberté : Free Salah Hamouri
vendredi 16 - 17h50
de : Roberto Ferrario
Potere al Popolo, ou l’optimisme de la volonté
vendredi 16 - 14h48
de : Marco Cesario via FR
Pouvoir d’achat : les Français déçus par Macron
vendredi 16 - 14h42
de : Grégoire Normand
2 commentaires
Samedi 24, une grande manifestation en solidarité avec nos amis Kurdes à Paris
vendredi 16 - 14h35
Solidarité avec la ville d’Afrin et les territoires kurdes du nord de la Syrie (video)
vendredi 16 - 11h56
de : Roberto Ferrario
Départ de la mutuelle uMen : tout ça pour ça ?
vendredi 16 - 10h44
de : Tagazog
UN RAZ-DE-MAREE DE LA MISERE : selon le Secours Populaire
vendredi 16 - 10h40
de : JO
Amazon veut équiper ses salariés de bracelets électroniques
vendredi 16 - 10h27
Michelin, exemplaire pour Emmanuel Macron, suspend les contreparties de son plan de départs volontaires
vendredi 16 - 09h36
1 commentaire
Vidéo 3’ - Pôle emploi, contrôle tes offres au lieu de cliquer les chômeurs
vendredi 16 - 06h49
de : CGT chômeurs rebelles du Morbihan
Pour Muriel Pénicaud, "le burn-out n’est pas une maladie professionnelle"
jeudi 15 - 14h31
de : Tiphaine Thuillier
1 commentaire
LE MONDE DIPLOMATIQUE N°767
jeudi 15 - 13h34
de : Ernest London
LE MYTHE DE L’IMMIGRATION MASSIVE
jeudi 15 - 13h11
de : Nemo3637
Gérald Darmanin visé par une nouvelle plainte : le trouble envahit l’hémicycle
jeudi 15 - 11h48
de : Louise Bodet
1 commentaire
Le Saint Empire économique allemand
jeudi 15 - 10h29
La vie en transit / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 15 - 09h23
de : Hdm
2 commentaires
L’avocat de Trump a versé 130.000 dollars de sa poche à une actrice de films pornographiques
mercredi 14 - 10h29
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Vous voulez les misérables secourus, je veux la misère supprimée. V. Hugo
LE JOURNAL DU MEDIA à 20H
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Italie. Ils veulent redonner le pouvoir au peuple
mardi 20 février
de Gaël De Santis via FR
Communistes, écologistes et militants des centres sociaux autogérés partent ensemble aux élections législatives italiennes du 4 mars . La gauche qui ne s’est pas rendue aux sirènes néolibérales reprend espoir en Italie. Et si elle retrouvait le chemin du Parlement  ? Depuis le mauvais score des communistes, en 2008, elle n’est en effet plus représentée dans les institutions nationales. Cette année, le monde militant antilibéral a retrouvé le chemin de l’unité, sous (...)
Lire la suite
Potere al Popolo : la nouvelle gauche en Italie qui renaît des cendres de Gramsci
lundi 19 février
de Marco Cesario via FR
Les élections législatives approchent en Italie et dans un pays ravagé par une extrême droite toujours plus agressive et rampante qui prend comme cible les migrants et toute sorte de minorité ethnique ou religieuse, une nouvelle force politique voit le jour : Potere al Popolo ! (Pouvoir au peuple, en français) un mouvement de jeunes, ouvriers, précaires, étudiants, militants, résistants. “Nous sommes les sans emploi - lit-on dans le programme - nous sommes les (...)
Lire la suite
Italie. Elections du 4 mars 2018. Et programme du mouvement Potere al Popolo
lundi 12 février
de Jean-marc B via RF
Nous présentons, ci-après, une version française intégrale et annotée du programme de Potere al popolo[1] pour les élections législatives nationales italiennes du 4 mars 2018 (renouvellement des 630 membres de la Chambre des députés et des 315 membres du Sénat)[2]. Elles se dérouleront selon la nouvelle loi électorale adoptée en novembre 2017. C’est un système alambiqué, difficile à saisir dans son fonctionnement (à quel candidat sont finalement attribuées les voix exprimées ?[3]) et (...)
Lire la suite
Potere Al Popolo
vendredi 9 février
de Mathieu Dargel via RF
Point culminant d’une initiative lancée cette automne, la première Assemblée Nationale de la liste « Potere al Popolo » s’est tenue à Rome le dimanche 17 décembre. Plus de 1000 personnes issues de collectifs militants, centres sociaux, associations, mouvements écologiques, syndicats et partis politiques, se sont réunies pour adopter le principe d’une liste unique de la gauche antilibérale et anticapitaliste aux prochaines élections législatives du printemps 2018, après (...)
Lire la suite
Italie, POTERE AL POPOLO : Manifeste pour une liste populaire aux prochaines élections.
mercredi 7 février
de via Roberto Ferrario
1 commentaire
Nous avons trop attendu…. Maintenant nous nous portons candidats ! Nous sommes les jeunes qui travaillons au noir, les précaires à 800 euros par mois et qui en ont besoin, qui souvent émigrent pour trouver mieux. Nous sommes les travailleu(r)ses soumis chaque jour et des chantages plus lourds et offensants pour notre dignité. Nous chômeuses, en chômage partiel ou en pré-retraite. Nous sommes les retraités qui vivent de peu, même s’ils ont peiné toute leur vie et qui maintenant (...)
Lire la suite
Sognavamo cavalli selvaggi
jeudi 1er février
de Luca Visentini via RF
Il est enfin sorti en version papier comme e-Book. https://www.amazon.it/Sognavamo-cav... https://www.amazon.it/Sognavamo-cav... Ce sont cent contes courts ou très courts qui, dans l’ensemble, reconstruisent, en une seule affaire, la Milan de 1968 à 1977 d’un garçon de la nouvelle gauche. Un compagnon de base, pas un dirigeant, ni un repenti. On ne parle pas d’analyses politiques ou de querelles idéologiques, mais d’amour, d’amitiés, de famille, de luttes (...)
Lire la suite
PROCÈS DES 7 DE GOODYEAR : LA COUR DE CASSATION CASSE LES SALARIÉS
jeudi 25 janvier
de Info’Com-CGT
1 commentaire
Le syndicat Info’Com-CGT est scandalisé par la décision de la Cour de Cassation d’Amiens : elle vient de confirmer le verdict de la Cour d’appel condamnant 7 salariés de Goodyear à des mois de prison avec sursis (pour certains 24 mois), 5 ans de mise à l’épreuve et l’inscription au casier judiciaire B2 ! Cette décision est hallucinante étant donné que la position du procureur était de valider notre recours et ...d’appuyer la démarche de casser le (...)
Lire la suite