Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

CE QUE LE MACRON FAIT A LA CULTURE
de : Diane Scott
lundi 17 juillet 2017 - 13h09 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 63 ko

CE QUE LE MACRON FAIT A LA CULTURE

(bienvenue à Donald et Melania)

 1.

On a tout faux : « Macron » n’est pas l’anti-Le Pen, c’est l’anti-Sarkozy. « Macron » a avant tout une fonction dans l’histoire de la droite française : il est son moment de rédemption contemporain. C’est peu dire que de la « Princesse de Clèves » aux mises en scène semi-doctes du macron disant des vers il y a un gap. Un gap qui fait battre des mains. Ce retournement de produit que la droite nous sert est frappant. D’abord il y a eu le gain extraordinaire des années 2000 nommé « Sarkozy », cette percée dans l’importation de l’extrême-droite, l’acclimatation décisive des signifiants du FN au jeu politique « normal ». Et dix ans plus tard, « Macron » vient jouer le rôle de celui qui rachète la droite de son infamie fasciste. Gageons que c’est le peuple plus que le fascisme qui tache. (N’a-t-on pas entendu après l’élection de Trump que son anglais était « si vulgaire » ?) On reviendrait alors à cette fameuse présidence « normale » que Hollande avait promise et qui arriverait par son dauphin, un quinquennat plus tard : le gentil gars qui-dit-bonjour-à-la-dame versus l’incarnation de la racaille elle-même. Macron est là pour fournir la figure de cette opération de séparation. Réconcilier néo-libéralisme et normalité politique. Non, la droite d’aujourd’hui ça n’est pas que les rednecks de l’Amérique inculte, c’est aussi cette bonne vieille tradition du conservatisme de province qui couvre d’un plaid de sous-préfet aux champs les petites frappes du néo-thatchérisme européen.

 Sarkozy : le plus-de-cru de la droite républicaine, l’obscène de l’ambition petite-bourgeoise, le gant retourné de l’arrivisme, le cauchemar du représentant de commerce en sueur qui met le pied dans ta porte et dont tu ne te débarrasseras jamais. Macron, c’est tout le contraire : le fils de famille spectral lavé de tout soupçon, le beau-fils blabla, le bienvenu sorti des eaux, sorte de Pompidou de farine à la voix délavée. Tout le contraire c’est-à-dire le même. Voit-on que l’on a affaire aux deux faces de la même médaille ? Entre le corps de l’un, grimacé de pulsions, éternel trépignant agrippé aux milliards de sa femme, candidat à la berlusconnade ayant traîné dans toutes les magouilles du RPR et des Hauts-de-Seine, et le corps de l’autre, Jésus de la politique, jamais élu-jamais sali actualisant le fantasme royaliste et antidémocratique à pleins tubes, héritier comme à son insu, l’éternel khâgneux aux dents du bonheur : voit-on les correspondances contraires et symétriques ? Le brouillage déclaré entre gauche et droite – brouillage de droite - est évidemment à inscrire dans cette stratégie de blanchiment. Pile : la bombe pulsionnelle toujours en débord d’elle-même. Face : l’oint de la souveraineté retrouvée qui rachète la politique de ses péchés. D’un côté une espèce d’érection ambulante, de l’autre un costard asexué qui débite de l’alexandrin. Que certains regardent cela d’un œil attendri laisse pantois, et pour la politique et pour le reste (l’alexandrin). On a effectivement affaire à un rêve de restauration de la droite après le tunnel amer de la Sarkozie. Le choix d’un premier ministre venu directement de Juppé le dit. Macron est le strict prolongement de Sarkozy : la même histoire, un chapitre plus bas. Sarkozy a vu juste : « Macron, c’est moi en mieux ! » Car la violence sociale est la même, la vulgarité refoulée ne tarde jamais à ressortir que ce soit au nom du « costard », du mépris des « illettrées », des « rien » ou des « kwassa-kwassa ». Cet atroce proverbe français du racisme social trouve ici sa meilleure application : la caque sent toujours le hareng. Le macron exsude le sarkozy mal gré qu’il en ait.

 2.

On voit alors la fonction stratégique que la culture dite savante vient jouer. « Ricœur », madame professeur de Lettres, cette actualisation de la culture légitime venue des humanités que l’on pensait à jamais perdue avec l’arrivée d’un personnel politique formé à l’entreprise : voilà la légende que ce quinquennat nous sert. On a troqué le mannequin people et son incompressible vulgarité d’âpre-au-gain contre la bourgeoisie de province et son lycée catholique. Les épouses valent à ce niveau partage des eaux. Nous renouerions aujourd’hui avec quelque chose d’une vieille France pompidolienne que l’on a cru historiquement liquidée mais que revoilà proprette. D’où l’insistance sur la jeunesse du machin : non, ce n’est pas le pétard mal éteint de la province contre-révolutionnaire et du moisi thatchérien dont nous mourrons depuis quarante ans, c’est une nouvelle ère, c’est Vénus sortie des eaux. Dans Macron y’a du Fumaroli caché. Du coup tout a été bon pour virer l’odeur de naphtaline : Julien Sorel, Boris Vian. « Un philosophe à l’Elysée ? » s’interroge RFI. Sérieusement… On en était presque à le comparer à Rimbaud, faut quand même prendre la mesure du ridicule. Je regrette la présidence inculte qui avait au moins l’avantage de ne pas abîmer tout ça. Sarkozy avait plus de respect dans sa haine pour le savoir que ces rodomontades adressées à BMF-TV. Pourrait-on avoir la lucidité de se sidérer de la vulgarité de ces références dites savantes ?

 La culture savante a une fonction : elle vient décoller la violence néo-libérale de la figure fasciste. Car la culture légitime – distinguons en l’espèce d’avec la culture savante - est la seule chose qui distingue Macron de Trump. L’élection présidentielle française a été marquée par celle qui avait eu lieu aux États Unis quatre mois avant. L’équivalence FN-Trump était l’évidence et Macron a bénéficié de l’effroi suscité en Europe par le résultat de l’élection américaine. Celle-ci a consacré à la sidération générale le mariage de la plouquerie intellectuelle et du capitalisme. Mais entre le redneck et le Rastignac picard il n’y a aucune différence politique. Même politique étrangère - des électeurs d’En Marche pour protester contre la trahison du programme de la présidentielle en ce qui concerne la Syrie ? Même politique économique de dérégulation, même effet de bonds de joie de Wall Street pour l’un et du CAC 40 pour l’autre. En matière de racisme, on sait la fonction tactique de paratonnerre idéologique de celui du petit peuple qui permet de garder intouché celui des autres. La bienséance supposée du grand garçon n’a en l’occurrence cessé de se craqueler sous les effets d’impensés et l’aisance du petit blanc sûr de son bon droit. Que dire de la commune aversion décomplexée de ces nouveaux présidents pour la liberté de la presse ? On a insisté pendant la campagne des présidentielles sur le fait que Mélenchon aurait été le représentant d’une forme de néo-souverainisme mais que dire de ce début de quinquennat ? Les mises en scène du « Louvre » et de « Versailles » suscitent une sorte d’euphorie suspecte dans l’opinion proprement anti-démocratique, entre émoustillement chauvin et soulagement de sujet soumis. Saupoudrer l’ensemble des signifiants qui brillent permet d’avancer masqué : ça n’est pas brutal puisque c’est savant. On comprend du coup l’insistance à débiter l’alexandrin, le souci de citer Fernand Braudel et Georges Bataille (!) La culture a été inventée pour suturer la politique. En France en 2017 il est sidérant de voir à quel point la confiture ça s’étale et ça sucre.

 3.

Volte-face sur la Syrie[1], inscription de l’État d’urgence dans la loi commune sous couvert de sa suppression tant attendue : ces deux faits sidèrent non seulement par la violence des choix politiques qu’ils actent mais par la violence faite à la valeur de la parole. Parler n’a plus de rapport à la vérité. Il y a ce qui a fait élire Macron et ce pour quoi il a été élu, entre les deux une pellicule visqueuse où la parole se retourne, glisse, ne mord plus sur rien. Le macron actualise le mensonge a un degré qui n’a d’égal que l’adhésion médusante qu’il suscite. Il y a un effet d’hypnose collective dans « Macron » qui arrête, ou qui devrait. Et cet arrangement avec la vérité prolifère à tous les niveaux : je ne m’arrête pas sur le mercenariat des législatives – la superposition du « mouvement » et des « partis » étant une stratégie miraculeuse : jouer l’indépendance et le renouvellement d’un côté, l’allégeance aux mafias traditionnelles de l’autre. Mais qui y croit réellement  ? Qui croit à la « société civile » quand on assiste à un recrutement façon légion étrangère des plus fidèles au chef ? Quand on a affaire en réalité à un renouvellement par les seconds couteaux, c’est-à-dire les mêmes en moins drôles ?[2]

 Ce type a été élu paraît-il pour défendre la liberté d’expression, le moins que l’on puisse dire est que la victoire de ses électeurs leur a coupé la parole. Des réactions du côté des macronistes ? Il faut croire que ce harassant combat contre le Grand Mal vous aura épuisés. Après tout ce tintamarre on ne vous entend plus. Allez, vaillants défenseurs de la civilisation, encore un petit effort. Mais où êtes-vous ? Où est votre haute alarme ? Peu de gens (vraiment) de gauche se sont illusionnés sur la lutte anti-FN des fillonistes-macronistes mais quand même. En sommes-nous donc là que personne ne bronche devant la mayonnaise royaliste, les trahisons de campagne, l’instrumentalisation hallucinante de la « culture », les dérives autoritaires, la violence salariale annoncée ? Vous n’avez pas envie de d’en dire quelque chose ? La vérité, ça ne vous concerne donc en rien ?

 Quand François Dosse parle à propos de Macron de « Renaissance » (sic), quand Alain Touraine parle du « retour de la parole », quand Jean-Luc Nancy parle de retour « jubilatoire » du « sens des mots » (je m’étouffe), ce n’est pas que l’effet du fantasme sénile du gendre idéal. Nous avons affaire à un phénomène auquel les années 1980 croyaient avoir fait un sort : la crédulité. N’ai-je pas entendu certains amis me dire que c’était la première fois, via « Macron », qu’ils vivaient autant d’enthousiasme pour la politique ? Il ne s’agit pas de traiter cela par le mépris ou l’ironie, c’est une vraie question – la morgue du comité invisible ne suffit pas. Les années 80 ont porté aux nues la figure du cadre cynique pour lequel le « décryptage » de l’événement autorisait désengagement, dépolitisation, ricanement de surplomb et autres poses fort sympathiques façon Canal +. Le cadre supposé savoir était la figure de la fin de l’histoire. Trump fait naître un sentiment exactement inverse sur le mode d’un énigmatique « le roi est nu » : on ne comprend pas que l’on puisse y croire. Au bonhomme et à l’événement lui-même – « on n’y croit pas ». La morale des fake-news est intéressante : personne n’y croit en fait – ou alors sur le mode de la croyance d’un autre. Il n’y a jamais rien eu à penser là avec les catégories de la vérité et du mensonge puisque c’est une affaire qui touche à la jouissance[3]. Or « Macron » se joue sur une scène similaire où le rapport à la parole est dans une désinvolture d’une violence rare à l’égard de la vérité. Il faudrait commencer par traiter Macron comme une fake-news de mauvais goût. La difficulté est là : il y a quelque chose de l’ordre de la croyance en jeu dans cette élection d’une manière jamais aussi improbable qui reste à penser. Déjà l’argument anti-FN était un moment très particulier de la passion de la méconnaissance. Mais la puissance de cette passion ne se suffit pas de l’intérêt de classe ou de la culture comme voile imaginaire.

Il y a une triple et stratégique articulation Trump-Macron : (acte 1) je suis ton antithèse, la preuve par la culture ; (acte 2) je suis en fait ton même, la preuve par les actes ; (acte 3) nous nous ressemblons dans la remise en selle historique d’une séquence qui problématise la mystification. De fait les années 2010 sont la scène d’un réassort bien ironique de la figure de la croyance – l’enfoncement dans la mystification décomplexée est comme un sourire narquois que l’époque enverrait aux années 1980 et à leurs hauteurs de vues.

 

Diane Scott

 

[1] « Le vrai aggiornamento que j’ai fait à ce sujet, c’est que je n’ai pas énoncé que la destitution de Bachar al-Assad était un préalable à tout. Car personne ne m’a présenté son successeur légitime  !  »

[2] La rencontre sur Médiapart avec les quatre élues LREM était désemparante (« À l’Assemblée : la majorité présidentielle et ses soutiens », 21 juin 2017).

[3] Manya Steinkoler, "Post-vérité et fausses nouvelles : Perspective psychanalytique", Colloque Savoirs et clinique, « Qu’est-ce qui nous arrive ? », Lille, mars 2017.

https://blogs.mediapart.fr/diane-sc...



Imprimer cet article





Le psy
mercredi 18 - 02h39
de : Carland
2 commentaires
Le psy
mercredi 18 - 02h27
de : Caarland
Spectacle ’CLAIR DE LUNE’ 3/02/2018 au Café de la Danse, avec Tita Nzebi
mercredi 18 - 01h17
de : Bruno
LA BATAILLE DE PARIS - 17 octobre 1961
mardi 17 - 22h13
de : Ernest London
MACRON, Le « PETIT TELEGRAPHISTE » ET FIER DE L’ETRE, de FRAU MERKEL
mardi 17 - 10h11
de : Floreal
Lettre ouverte d’un apprenti au Président de la République
mardi 17 - 09h02
de : Un apprenti
1 commentaire
Communiqué conjoint des syndicats de l’éducation CGT, CNT et Sud sur les arrestations et les humiliations subies par deu
mardi 17 - 07h38
de : jean 1
Interview d’Eric Beynel (Solidaires) : « Nous sommes dans la construction d’un appel unitaire en novembre. »
lundi 16 - 18h37
Manifestation des victimes de l’amiante
lundi 16 - 15h38
de : blanval
NOUS NE FERONS PAS MARCHE ARRIÈRE - Lutte contre la frontière franco-italienne à Vintimille
lundi 16 - 11h46
de : Ernest London
Socialisons l’espace économique !
dimanche 15 - 22h19
de : LE BRIS RENE
Soutenons le combat de Georges Abdallah !
dimanche 15 - 21h33
de : [Tien/1] Bagnolet
Retour vers le passé
dimanche 15 - 11h21
de : Irae
CGT : syndicat nucléaire.
samedi 14 - 23h29
de : L’iena rabbioso
5 commentaires
Objet de luxe 1 santé zéro
samedi 14 - 12h22
de : Irae
1 commentaire
LES PRÉDATEURS DU BÉTON : Enquête sur la multinationale Vinci
samedi 14 - 07h11
de : Ernest London
Ordonnances Macron Mobilisons nous le 19 octobre !!
vendredi 13 - 12h47
de : La CGT
2 commentaires
Ne jamais lâcher le fil de l’eau
vendredi 13 - 11h18
de : Jean-Luc Mélenchon
Pourquoi le drapeau européen est-il bleu avec 12 étoiles dorées en cercle ?
vendredi 13 - 11h13
de : Philippe Vandel
3 commentaires
Conflit d’intérêts : cette décision de la ministre Agnès Buzyn qui a bien fait les affaires de son mari
vendredi 13 - 11h09
de : Étienne Girard
Pétition : Procès en appel de Frédéric (4 mois ferme en 1ère instance)
vendredi 13 - 10h44
Le Média appartiendra à ses « socios »… c’est-à-dire nous !
vendredi 13 - 01h45
de : Pierrick Tillet
2 commentaires
Les médicaments génériques, c’est de la merde. Preuve par le lévothyrox
vendredi 13 - 00h47
de : André
Encore un suicide d’un camarade Goodyear, le 16ème... FAUT QUE CELA CESSE .....
jeudi 12 - 23h40
de : Mickael Wamen
4 commentaires
François Fillon placé sous le statut de témoin assisté pour "escroquerie aggravée" dans le PenelopeGate
jeudi 12 - 22h16
VIDÉO - Cattenom : des militants de Greenpeace ont pénétré tôt ce matin dans l’enceinte de la centrale nucléaire
jeudi 12 - 22h07
de : Thomas Jeangeorge
1 commentaire
Radio Palestina Libération RPL, l’actualité de la question palestinienne
jeudi 12 - 19h44
de : Palestine Solidarite
La torture est de retour en Turquie
jeudi 12 - 18h54
"Abruti" : Trump choque son administration en voulant décupler les têtes nucléaires
jeudi 12 - 17h12
Un peu de respect, bordel de merde !
jeudi 12 - 15h04
de : Jean ORTIZ
Définissez objet de luxe vous avez une heure
jeudi 12 - 14h56
de : Irae
Venezuela : Silence des médias sur les élections régionales
jeudi 12 - 12h40
de : JO-DEZ
1 commentaire
Propagande / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 12 - 09h56
de : Hdm
Echanges autour de la condition des agriculteurs (28 oct. 2017)
jeudi 12 - 09h46
de : Collectif d’agriculteurs contre les normes
LE MÉDIA : SOIRÉE DE LANCEMENT (video)
jeudi 12 - 00h59
MACRON TIENT DEBOUT GRÂCE À NOS DIVISIONS ! ALORS ? PRENONS NOTRE UNITÉ ET NOS ACTIONS EN MAIN !
jeudi 12 - 00h44
de : Sept Jours Debout
Procès-bâillon : Areva déboutée, les antinucléaires relaxés
mercredi 11 - 21h33
de : elian
Merci qui
mercredi 11 - 19h28
Le président de la République ne peut imposer à la France un emblème confessionnel
mercredi 11 - 14h21
de : Jean-Luc Mélenchon
Aude Lancelin : "Les milliardaires ont fait leur marché dans les médias avec la complicité du politique" (video)
mercredi 11 - 13h51

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

A l'instant où l'esclave décide qu'il ne sera plus esclave, ses chaînes tombent. Gandhi
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Télévision. «  Pour le Che, la guérilla devait avoir ses propres médias  » (vidéo)
lundi 9 octobre
de Laurent Etre
1 commentaire
Un documentaire Che Guevara, naissance d’un mythe, qui met l’accent sur le rapport du guérillero-ministre à sa propre image et le rôle potentiellement révolutionnaire des outils d’information. Entretien avec son auteur, Tancrède Ramonet. Votre documentaire s’intitule Che Guevara, naissance d’un mythe. Qu’entendez-vous par «  mythe  »  ? Tancrède Ramonet Je l’entends au sens de Roland Barthes, qui définissait le mythe comme un « (...)
Lire la suite
Video live : grève générale, la foule est immense à Barcelone
mardi 3 octobre
Le cortège, immense, impossible d’en distinguer le début ou la fin. Plus des 87% des travailleurs sont en grève générale, affectant tous les secteurs d’activités.
Lire la suite
Avec ses ordonnances Travail, Macron a réussi à nous refourguer… le CPE pour tous
dimanche 1er octobre
de Thomas Vampouille
Les ordonnances voulues par Emmanuel Macron pour réformer le code du travail facilitent sensiblement le licenciement d’un salarié en CDI ayant moins de deux ans d’ancienneté. Et les indemnités prévues ne sont pas lourdes. Finalement, Marianne a calculé que cela revient au même que le fameux CPE que la rue avait fait enterrer. En pire, même… C’est la ministre du Travail elle-même qui nous mis la puce à l’oreille. Si vous ne l’avez pas vu, Muriel Pénicaud (...)
Lire la suite
Travail : ton univers impitoyable - Cash investigation (video intégrale)
jeudi 28 septembre
Les enquêtes de l’émission présentée par Élise Lucet se sont concentrées sur Lidl France et Free, mettant en avant la souffrance au travail et les licenciements avec des séquences parfois choquantes.
Lire la suite
Oui tous ensemble le 28 septembre avec les retraité-e-s
jeudi 28 septembre
de UCR Union Confédéral des Retraités
Parce qu’une fois de plus le gouvernement s’attaque à leur pouvoir d’achat, aux services médicaux et sociaux, neuf organisations appellent les retraité-e-s à se mobiliser dans les départements sous des formes diverses le 28 septembre. Haro sur le pouvoir d’achat des retraités Au printemps dernier plus de 12 000 retraité-e-s se sont exprimé-e-s dans une enquête lancée par nos organisations. 80 % des personnes retraitées indiquent que leur situation financière (...)
Lire la suite
Soutenez la création d’un nouveau média citoyen (video)
mardi 26 septembre
2 commentaires
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/media-citoyen Quand l’information et la culture sont trop souvent traitées comme des marchandises, quel rôle les citoyen·ne·s peuvent-ils encore jouer pour faire vivre le pluralisme et le débat ? Cette question appelle une réponse qui ne saurait attendre. Un peu partout, des millions de gens s’investissent et agissent sur leur quotidien sans attendre le bon vouloir des pouvoirs publics et à contre-courant des puissances (...)
Lire la suite
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 septembre
de Jean-Luc Mélenchon
Le samedi 23 septembre 2017, 150 000 personnes se sont rassemblées place de la République pour s’opposer au coup d’État social d’Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon a expliqué que la bataille contre les ordonnances de Macron ne faisait que commencer et a appelé la jeunesse à se mobiliser. Il a lancé un appel aux organisations syndicales pour qu’elles prennent la tête d’une ample mobilisation à laquelle les insoumis apporteront leur (...)
Lire la suite