Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Soutenez la création d’un nouveau média citoyen
mardi 26 septembre
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/media-citoyen Quand l’information et la culture sont trop souvent traitées comme des marchandises, quel rôle les citoyen·ne·s peuvent-ils encore jouer pour faire vivre le pluralisme et le débat ? Cette question appelle une réponse qui ne saurait attendre. Un peu partout, des millions de gens s’investissent et agissent sur leur quotidien sans attendre le bon vouloir des pouvoirs publics et à contre-courant des puissances (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Des policiers veulent prendre la tête du cortège le 12 septembre : "Tant pis si on se fait massacrer"
de : Paul Conge
jeudi 7 septembre 2017 - 10h37 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 80.8 ko

En tête du cortège, le 12 septembre, il n’y aura pas que les traditionnels militants encapuchonnés. Un syndicat policier, le VIGI (classé plutôt à gauche), appelle les forces de l’ordre à prendre la tête du défilé. Les policiers entendent manifester contre la "destruction du Code du travail" mais "tout en protégeant [les manifestants] des délinquants et criminels infiltrés". Alexandre Langlois, secrétaire de ce syndicat "de la colère des policiers", témoigne pour RMC.fr.

Alexandre Langlois est policier du renseignement territorial, et secrétaire général du syndicat policier VIGI (ex-CGT Police).

"Ce que l’on voit, c’est que M. Macron ne veut pas nous recevoir ni nous répondre, malgré nos appels et nos lettres ouvertes. Or, les propositions sur la réforme du code du travail, les CHSCT qui disparaissent, les Conseils d’entreprise (CE) que nous policiers on n’a jamais eus… C’est l’occasion de parler ce qui va nous arriver. Car c’est une réforme d’Etat. On la fait d’abord dans le privé. Ensuite, ce sera la même pour le public.

On veut déjà manifester en soutien le 12 septembre. On a des revendications communes avec les manifestants. La deuxième chose, c’est qu’il y a des gens qui veulent être violents et qui agressent des agents de police dans le cortège de tête, et qui décrédibilisent tout le mouvement social. Des collègues CRS qui subissent des coups pendant des heures avant de recevoir l’ordre d’intervenir.

"Même manifestant, on est en service 24h/24"

Alors autant y être. En nous plaçant à cet endroit stratégique, on veut leur expliquer que taper, agresser, un policier, ou juste casser la figure à quelqu’un ça ne changera pas les choses. Changer les choses, on y arriver tous ensemble.

Le problème, ou l’avantage, d’être policiers, c’est que l’on est en service 24h/24. Même quand on a la casquette du manifestant, on peut intervenir si l’on voit un acte violent. A ce titre là, si on voit quelqu’un agresser quelqu’un, même hors-service, du fait de notre charte d’engagement, on doit faire cesser l’infraction avec les moyens dont on dispose.

Mais on ne vient pas pour être policiers. On vient pour manifester. Et dans le cortège syndical, le vrai, ça s’est toujours bien passé. C’est seulement à l’avant de la manifestation que le message syndical n’est pas écouté.

"Nos revendications consistaient à s’aligner sur ce qui se faisait dans le privé"

On a nous aussi des raisons de venir. On subit des coupes budgétaires de 370 millions d’euros, on a des commissariats insalubres, du matériel pas aux normes, des heures sup’ à outrance qui détruisent notre vie familiale, des heures de nuit payés 97 centimes supplémentaires…

Dans la police, nos revendications ont longtemps consisté en un alignement sur ce qui se pratiquait dans le privé. J’ai fait des heures de nuit dans le privé, c’était payé 27 euros de plus, pas 97 centimes. Une fois que le code du travail sera cassé, on n’aura plus l’exemple du privé pour faire valoir nos droits.

"Tant pis si on se fait massacrer"

Il y a eu, en 2013, ces policiers italiens qui ont enlevé leur casque en solidarité des manifestants. On va déjà régulièrement dans les manifestations pour apaiser et dialoguer. Si c’est contre-productif, tant pis, on ira dans le cortège de tête, et on se fera massacrer.

Ce qu’on répond à ceux qui nous attaquent sur Twitter, c’est que les centrales syndicales ont toutes voté pour un "défilé pacifique". C’est-à-dire sans des gens qui se greffent sur le cortège pour tout casser.

Certains nous disent avec virulence qu’on n’est pas les bienvenus, que ce n’est pas notre manifestation. Mais il y a un problème, ils inversent les rôles. Ce sont ces éléments violents qui ne sont pas les bienvenus.

Si on était sûr de se faire agresser à 100%, on n’irait pas. Mais il y a une chance qu’on ne le soit. Lors de la manifestation contre la haine anti-flics, en mai 2016, on avait été à la rencontre des contre-manifestants.

Il n’est pas sûr que les autres syndicats nous rallieront. Mais on a eu un joli rassemblement avec le syndicat Unité SGP-FO, à la foire de Châlons, peut être qu’ils viendront aussi cette fois-ci. Du syndicat Alliance (majoritaire), on attend peu de choses. Même quand c’est eux qui proposent une intersyndicale, ils ne font rien.

Ce qui est sûr, c’est qu’on ne sera pas de la manifestation du 23 septembre. On se refuse de participer à une manifestation initiée par un parti politique."

http://rmc.bfmtv.com/emission/des-p...

JPEG - 66.7 ko

Les organisations syndicales ont appelé à une manifestation contre la destruction du Code du Travail, qui protègent les plus faibles. Nous, policiers sommes concernés car c’est nos familles, nos amis, nos connaissances que le gouvernement veut affamer et précariser. Nous nous sommes engagés pour défendre le faible contre l’injustice et non l’inverse.

Monsieur MACRON ne daignant pas répondre à notre lettre ouverte du 13 juillet 2017, nous voulons aussi manifester contre la coupe budgétaire de 370 millions d’euros que nous allons subir, dégradant une nouvelle fois nos conditions de travail et la qualité de vie de nos familles. Nous sommes loin des promesses de la lettre ouverte du candidat de la République En Marche aux policiers du 28 avril 2017…

La conséquence est plus d’insécurité pour tous, au nom de l’austérité. Mais nous ne voulons pas nous habituer à vivre avec le terrorisme, comme Monsieur MACRON. Il faut dire que les 99% de personnes, qui ne sont rien à ses yeux, n’ont pas une protection personnelle permanente…

Pourquoi manifester avec des non policiers ?

En 2016 chacun à manifester de son côté avait manifester de son côté : aucun résultat. Nous avons des revendications communes, agissons ensemble !

Pourquoi le cortège de tête ?

VIGI. propose de se positionner dans le cortège de tête pour faire comprendre à toutes personnes violentes que perturber une manifestation syndicale ou agresser un policier, acte criminel, ne fait que le jeu du gouvernement, en créant une diversion, lui permettant de continuer d’éviter de débattre du fond des sujets.

A défaut, en tant que policiers, nous pourrons intervenir pour défendre nos collègues victimes d’agression, qui n’ont pas le droit de se défendre faute d’ordres cohérents et protéger la Liberté d’expression des manifestants, en interpellant les délinquants et criminels infiltrés dans le cortège.

VIGI. a besoin de vous !

VIGI. invite tous les personnels de la Police Nationale, les élus de la Nation et tous ceux qui veulent soutenir leurs policiers à venir nous rejoindre en tête de cortège place de la Bastille à 13h30 pour marcher jusqu’à place d’Italie le mardi 12 septembre 2017.

Les revendications de VIGI. sur la casse du code du travail :

 Maintien d’un droit du travail commun à tous, pour éviter la mise en place d’un point d’indice pour les différentes fonctions publiques, comme annoncé le 17 juillet par Monsieur MACRON ;
 Maintien de la hiérarchie des normes, pour éviter que demain une note de service puisse avoir plus de valeurs qu’un texte législatif ;
 Maintien de toutes les instances représentatives du personnel et créer dans la Police Nationale de véritable CHSCT, avec formation indépendante des élus et les moyens d’avoir recours à des experts. Ce serait un minimum avec un collègue qui réussit à se suicider toutes les semaines. De plus, si cette réforme passe nous ne pourrons jamais avoir de CE, même si nous sommes + de 140 000 personnels.

Les revendications de VIGI. pour la sécurité de tous, une hausse du budget pour mettre fin :

 A la mise en danger de nos vies avec des véhicules et du matériel insuffisant et obsolètes ;
 Aux commissariats et locaux vétustes, voir insalubres et hors normes légales ;
 Aux cantonnements de CRS insalubres ;
 A un parc informatique datant du XXème siècle ;
 A un manque de formation en adéquation avec nos missions ;
 Aux heures supplémentaires à outrance en dehors de tout cadre légal, à cause du manque de personnels et de l’état d’urgence permanent, qui nous épuisent et détruisent notre vie familiale et sociale ;
 Au manque de personnels par un recrutement massif des personnels de tous corps sur la durée ;
 A la suppression des réservistes.

Les revendications de VIGI. pour les personnels, qui vont jusqu’au sacrifice ultime pour la sécurité de tous :

 Pas de jour de carence pour punir les fonctionnaires malades ;
 La hausse du point d’indice et non son gel ;
 Le maintien de l’indemnité de résidence et non sa suppression ;
 Le maintien des règles liées à la majoration des indemnités des fonctionnaires en postes Outre-Mer et non leurs modifications à notre désavantage ;
 Le maintien du supplément familial de traitement et non sa suppression ;
 Pas de gel de l’avancement durant une année, comme cela a été suggéré ;
 Pas d’augmentation de la CSG ;
 Une retraite calculée sur les 6 derniers mois et non les 20 dernières années ;
 La réinstauration de l’Avantage Spécifique d’Ancienneté (ASA) pour les services départementaux ;
 Un 13e mois, voir aussi le 14e selon les conventions des grosses entreprises ;
 Des chèques restaurant ;
 Une mutuelle digne de ce nom et prise en charge à 50% par l’administration ;
 Des heures de nuit payées double et non 0,97€ ;
 Des jours fériés payés triple ;
 Des heures supplémentaires majorées de 25%, puis 50%, récupérées ou payées selon le choix des personnels et non récupérées à temps égal ;
 Une répartition des primes de performance entre tous les personnels de façon équivalente et non plus de 100 000€ pour un directeur et 300€ pour un adjoint technique ou un gardien de la paix ;
 Le respect des textes en vigueur par notre hiérarchie, plus particulièrement concernant le droit au respect de la vie privée et familiale ;
 Une médecine du travail indépendante ayant pour objectif de soigner les agents et non une médecine aux ordres pour « virer » les personnels arbitrairement voir les pousser au suicide ou à la dépression.

VIGI. le syndicat des personnels de la Police Nationale depuis 1883

https://www.facebook.com/VIGIpn/pos...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Des policiers veulent prendre la tête du cortège le 12 septembre : "Tant pis si on se fait massacrer"
10 septembre 2017 - 00h16 - Posté par Davesnes

Pour faire pièce aux arguments de ces flics qui prétendent nous dire quelle est la bonne façon de manifester, je vous propose de regarder cette émission consacrée à Antonin Bernanos, un jeune militant libertaire qui vient de passer dix mois en détention provisoire sans jamais cesser de clamer son innocence. En mai 2016, Antonin Bernanos était interpellé dans l’enquête sur la voiture de police incendiée quai de Valmy, en marge des manifestations contre la loi travail. Notamment mis en examen pour tentative de meurtre sur policier, le jeune militant antifasciste a été depuis remis en liberté sous contrôle judiciaire, jusqu’à son procès qui doit avoir lieu d’ici quelques jours. Poursuivi sans preuve formelle, sur la foi d’un témoignage unique et anonyme qui s’avèrera être celui d’un policier, Antonin Bernanos revient en détail sur l’affaire en témoignant sur le site "Hors série" (émission exceptionnellement gratuite) :
http://www.hors-serie.net/Speciale/...






Marseille : Août 1944, de l’insurrection à la libération
mardi 26 - 12h45
de : Mireille Roubaud
Loi contre le terrorisme : "un pli autoritaire et une surenchère sécuritaire", dénonce Quatennens (video)
mardi 26 - 12h12
Manifestation des « insoumis » : le journalisme de préfecture a encore frappé
mardi 26 - 12h04
de : Frédéric Lemaire
Reprendre la rue le 28 septembre avec les retraité-es !
mardi 26 - 11h48
de : Communiqué de presse des étudiant-es mobilisés
LE MODÈLE ALLEMAND PUE LA CROIX GAMMÉE
mardi 26 - 11h37
de : Sept Jours Debout
Lettre ouverte à « Monsieur Torreton »
mardi 26 - 11h33
de : Laure Zudas
Les petits cadeaux d’un cigarettier aux députés
mardi 26 - 11h29
de : Matthieu Pechberty
Paris libéré… par le peuple parisien ?
mardi 26 - 11h25
de : François Ruffin
L’incroyable recul du gouvernement sur le glyphosate (video)
mardi 26 - 11h14
de : Wuko
Les plus riches bénéficieront d’une hausse de revenus 18 fois plus importante que les plus pauvres (video)
mardi 26 - 11h07
Soutenez la création d’un nouveau média citoyen
mardi 26 - 10h31
Grève des routiers. Le dépôt pétrolier d’Haulchin bloqué, vers de nouvelles opérations sur les routes du Nord ce mardi 26 septembre 2017
mardi 26 - 09h30
"Tout sauf humaine" : Muriel Pénicaud vue par des salariés de Business France (video)
lundi 25 - 18h46
de : Complément d’enquête
TOUS ENSEMBLE dans les grèves et les blocages et vers une manifestation nationale
lundi 25 - 18h21
de : Front Syndical de classe
Vif échange entre Raquel Garrido (FI) et Ruth Elkrief (BFM) à propos de la démocratie (video)
lundi 25 - 18h18
de : La Luciole Mélenchantée
D’une manière certaine
lundi 25 - 16h24
de : L’iena rabbioso
Affaire Business France : Muriel Pénicaud était "informée de tout"
lundi 25 - 16h02
Après la marche, la démarche
lundi 25 - 15h50
de : Jean-Luc Mélenchon
Fête du livre des éditions Noir et Rouge Paris, samedi 30 septembre 2017
lundi 25 - 14h03
de : frank
30 000 personnes à la manifestation du 23 ? Vraiment ?? (8 videos)
lundi 25 - 12h33
de : Les Insoumis Charente-Maritime
Macron hué à Marseille (video)
lundi 25 - 12h11
Le patron de FO, Jean-Claude Mailly, estime que Muriel Pénicaud « fait le job ».
lundi 25 - 11h39
de : Marie-Cécile Renault
La marche du peuple et la diversion
lundi 25 - 11h11
de : Jean-Luc Mélenchon
1 commentaire
La Résistance dans la rue face à la collaboration par Léon Landini résistant FTP MOI
lundi 25 - 11h09
de : Léon Landini
EN DIRECT- Loi travail : les chauffeurs routiers bloquent plusieurs sites
lundi 25 - 10h00
de : Luc Lenoir
Insoumission au Parlement et dans la rue, partout !
lundi 25 - 00h48
de : Christian DELARUE
Bastille !
dimanche 24 - 21h47
de : Gilles
manif rassemblement mardi 26 septembre devant sous préf Montargis 17h30 pour les contrats aidés EVS des écoles
dimanche 24 - 18h12
de : le Rouge-gorge
Sénatoriale , Macron et du Cynisme !
dimanche 24 - 14h05
1 commentaire
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 - 11h07
de : Jean-Luc Mélenchon
Et maintenant ?
dimanche 24 - 10h43
de : LE BRIS RENE
Alors, Laurent Joffrin : Le Pen ou Le Che ?
vendredi 22 - 21h49
1 commentaire
Loi travail : la contestation cherche un second souffle
vendredi 22 - 17h39
Contre le coup d’état social
vendredi 22 - 15h40
Et si la presse se portait plus mal encore que ce qu’on pouvait l’imaginer…
vendredi 22 - 15h13
de : Jacques Cotta
La France Insoumise doit se glisser dans tous les interstices de la société – Entretien avec Manuel Bompard
vendredi 22 - 12h51
Un ex-dirigeant de Lafarge reconnaît des versements d’argent à Daech en Syrie
vendredi 22 - 12h39
Rappel : 8 français sur 10 n’ont pas voté pour Macron : Une autre analyse des résultats
vendredi 22 - 12h36
de : clab
Stop à la dispersion des manifestations (pétition)
vendredi 22 - 12h13
de : Front Social
Stéphane Sirot : « Les syndicats devraient reconsidérer les vertus des grèves reconductibles »
vendredi 22 - 12h00

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c'est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience. Karl Marx
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Soutenez la création d’un nouveau média citoyen
mardi 26 septembre
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/media-citoyen Quand l’information et la culture sont trop souvent traitées comme des marchandises, quel rôle les citoyen·ne·s peuvent-ils encore jouer pour faire vivre le pluralisme et le débat ? Cette question appelle une réponse qui ne saurait attendre. Un peu partout, des millions de gens s’investissent et agissent sur leur quotidien sans attendre le bon vouloir des pouvoirs publics et à contre-courant des puissances (...)
Lire la suite
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 septembre
de Jean-Luc Mélenchon
Le samedi 23 septembre 2017, 150 000 personnes se sont rassemblées place de la République pour s’opposer au coup d’État social d’Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon a expliqué que la bataille contre les ordonnances de Macron ne faisait que commencer et a appelé la jeunesse à se mobiliser. Il a lancé un appel aux organisations syndicales pour qu’elles prennent la tête d’une ample mobilisation à laquelle les insoumis apporteront leur (...)
Lire la suite
Contre le coup d’état social
vendredi 22 septembre
Samedi 23 septembre 2017, donnons-nous rendez-vous à 14h00, place de la Bastille à Paris pour une marche contre le coup d’État social d’Emmanuel Macron, qui veut détruire le code du travail à coup d’ordonnances.
Lire la suite
Stop à la dispersion des manifestations (pétition)
vendredi 22 septembre
de Front Social
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/stop-%C3%A... À travers cette pétition, nous proposons la tenue d’une table ronde permettant à tous les acteurs du mouvement social de s’entendre et proposer au plus vite une feuille de route unique et des actions communes... Amis et camarades, Comme vous, nous constatons que le programme de Macron n’épargne personne, des étudiants aux retraités, des jeunes bénéficiant de contrats aidés aux assurés sociaux, des (...)
Lire la suite
Stéphane Sirot : « Les syndicats devraient reconsidérer les vertus des grèves reconductibles »
vendredi 22 septembre
À la veille de la présentation des ordonnances, les syndicats opposés à la réforme du code du travail ont manifesté et appelé à la grève. Ces mobilisations traditionnelles sont-elles encore efficaces ? L’éclairage de Stéphane Sirot, historien du mouvement ouvrier. Regards. Après 1936 et 1968, la France est le pays de la grève générale, mais en pratique, depuis 1995, on évalue le rapport de forces dans la rue, en comptant le nombre de manifestants… La manifestation a-t-elle (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ : 3 JOURS POUR AGIR ET SE FAIRE PLAISIR
jeudi 14 septembre
de Info’Com-CGT
Venez échanger, débattre, discuter partager, vous amuser, partager un verre sur le stand d’Info’Com-CGT à la Fête de l’Humanité, avenue Lousie-Michel. :: : Concerts Roadmaster Officiel, Paul Exploit, Damien Accordémon, Palabre, Boris Pelosof :: : Débats Samedi 10 h 30 Inauguration du journal Moins Une, suivi du débat : Faire sauter le verrou médiatique : quelles initiatives pour une information indépendante ? Premiers invités : Pierre Souchon, rédacteur en chef (...)
Lire la suite
Les rendez-vous secrets de Berger et Mailly au ministère et au Château
jeudi 7 septembre
C’est le Canard enchaîné qui révèle les rencontres cachées aux travailleurs comme aux militants de leurs propres organisations de Berger et Mailly avec Macron le 28 août dernier, ce dernier ainsi que le premier ministre voulant " s’assurer qu’ils tenaient bien leurs troupes" !!! Afin de faire accepter la démolition du Code du travail contre de soit-disant contre-parties ! Des raisons supplémentaires pour que les travailleurs expriment leur colère et leur détermination le (...)
Lire la suite