Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Echanges autour de la condition des agriculteurs (28 oct. 2017)
de : Collectif d’agriculteurs contre les normes
jeudi 12 octobre 2017 - 09h46 - Signaler aux modérateurs

Agriculture : la gestion par les normes

Les rencontres nationales du Collectif d’agriculteurs contre les normes étaient annoncées depuis le mois d’août (cf le communiqué du collectif). Elles sont maintenant programmées :

Rendez-vous à Cenves (69) le 28 et 29 octobre pour parler de la gestion par les normes en agriculture.

Sam. 28 Oct - Salle des fêtes - Cenves (69) Entrée libre / Buvette Pour les agriculteurs et personnes mobilisées sur le sujet, il est possible (et recommandé) de demander des précisions à : hors.norme [att] riseup.net

14H : Présentation des livres Le ménage des champs et Le paysan impossible

16H - Témoignage de Stéphane Dinard, éleveur hors-norme

17H - Conférence gesticulée sur les normes - Sainte ISO, protégez nous !

L’initiative repose principalement surle texte diffusé par le collectif en août 2017.

L’initiative sera également l’occasion de soutenir Stéphane D. Petite présentation :

Stéphane Dinard est éleveur de vaches, de cochons et de volailles en Dordogne. Il élève et tue ses animaux dans sa ferme. Il le fait sans se cacher, ouvertement. Parce qu’il se sait le mieux placé, lui qui élève ses animaux avec soin, pour les tuer avec la même attention, dans les meilleures conditions pour eux et sur leur lieu de vie. Il choisit de ne pas déplacer ses animaux avant de les tuer. Ceux-ci ne finissent pas dans les abattoirs collectifs ou municipaux, malheureusement souvent sous-équipés et sans moyens, et évidemment pas non plus dans les abattoirs industriels, ces usines où l’organisation à la chaîne du travail métamorphose les bêtes sur pied en minerai alimentaire et où les travailleurs se tuent à la tâche jusqu’à en oublier la mort. Aujourd’hui, Stéphane accompagne ses animaux jusqu’au bout. Il assume la relation qu’il entretient avec eux depuis leur naissance. Et leur mort ne disparaît pas derrière des cadences infernales ; mais retrouve sa place dans la vie de la ferme. Il choisit le respect des animaux et de ses conditions de travail plutôt que celui des normes. Stéphane Dinard échappe aux marchés de la transformation et de la distribution de l’alimentation de masse qui n’existent que par l’accaparement des cheptels. Il échappe à la traçabilité censée rassurer le consommateur par la magie des étiquettes. Il esquive des règles administratives. Lesquelles sont douloureuses voire impossible à suivre pour tout agriculteur attentif à ses activités et à ses animaux. Elles sont faites pour industrialiser les fermes ou les faire disparaître. Son échappée belle nous séduit et le goût de sa viande nous renforce. L’État n’est pas dupe de l’exemple qu’il impose. Il en a fait une affaire d’État en l’invitant à une commission parlementaire[1], du côté de la carotte, et en lui imposant une longue procédure judiciaire, du côté du bâton. Il était convoqué devant le procureur au tribunal de Périgueux à la fin août, on l’accuse d’abattre ses animaux sur leur lieu de vie et en dehors d’un abattoir agréé et de transformer la viande dans un atelier qui n’a pas reçu d’agrément. Pour l’instant il a obtenu un report et attend une nouvelle échéance. La loi requiert pour ce genre d’échappée une amende de 15 000 euros et six mois de prison ferme. Stéphane n’est pas un Robinson qui cultiverait un idéal autarcique. Son activité consiste à consacrer son temps, sa vie, au soin et à l’élevage d’animaux et à les tuer au moment propice pour nourrir ses semblables et à essayer d’en vivre. Sa terre n’est pas un territoire qui s’aménage à la guise des intérêts économiques. Il ne cherche pas à gagner plus d’argent que ce dont il a besoin pour que ça dure. Nous, collectif d’agriculteurs contre les normes, savons bien que l’atomisation générale empêche la plupart des éleveurs de vivre de cette manière. Mais nous savons aussi que la plupart le voudraient, et le font quand ils le peuvent, s’engouffrant dans les rares brèches que laisse ouvertes l’encadrement administratif du régime économique. Nous savons surtout que quiconque le fait risque de se livrer à l’autorité étatique et à l’exclusion sociale. C’est précisément cet isolement que nous voulons briser. Nous refusons de nous enfermer dans la clandestinité. Nous regrouper ouvertement est la seule manière de ne pas être condamnés à l’isolement que vivent tant d’agriculteurs. Nous avons entendu l’appel que Jérôme Laronze[2] avait si clairement exprimé, mais seul, dans le Journal de Saône-et-Loire : « l’hyper administration n’apporte rien aux agriculteurs, sinon de l’humiliation et des brimades. Cela ne rapporte qu’aux marchands et aux intermédiaires. Mon cas est anecdotique, mais il illustre l’ultra-réglementation qui conduit à une destruction des paysans. » Les normes, sanitaires ou environnementales, sont le miroir aux alouettes d’une prétendue qualité des denrées alimentaires qui permet de passer sous silence l’industrialisation forcée à laquelle elles participent activement.

À notre tour, nous émettons un appel pour rompre l’isolement.

Rendez-vous à Cenves (69) le 28 et 29 octobre pour parler de la gestion par les normes en agriculture et soutenir Stéphane.

Le collectif d’agriculteurs contre les normes, octobre 2017

[1] Cette commission s’est tenue en 2016. Elle était dédiée à faire évoluer les pratiques d’abattage industriel, en réaction aux vidéos de l’association L214. Ne changeant rien, bien entendu, à la logique industrielle de la production de viande, cette commission a surtout contribué à renforcer le contrôle des salariés des abattoirs et à rendre toujours plus inhumaines leurs conditions de travail. Pour la première fois, la justice a condamné pénalement un salarié d’abattoir pour son travail. Il a servi de fusible pour protéger la direction, exempter les services vétérinaires et valider le sous-équipement de l’abattoir. Les groupes industriels de la viande et L214, révélant ainsi son vrai visage, ont salué cette condamnation. Celle-ci permet aux industriels d’accentuer la pression et la souffrance subies – dans les normes – par les salariés, comme celles imposées – dans les normes – aux animaux. Et cela dans un système industriel qui n’a rien à voir avec l’élevage.

[2] Jérôme Laronze, éleveur en Saône-et-Loire, a été abattu par des gendarmes le 20 mai 2017 après avoir refusé de se plier aux innombrables contrôles sanitaires qu’il subissait.



Imprimer cet article





La fin de la neutralité d’Internet et la poussé vers la censure
vendredi 15 - 21h56
Les geignards, députés En marche pas assez payés !
vendredi 15 - 20h07
de : JO
Les faucheurs ont semé du blé chez LIMAGRAIN
vendredi 15 - 18h53
de : Peillard JY
PALESTINE : Qui arrêtera les mains de l’Etat Hébreux terroriste ?
vendredi 15 - 17h29
de : JO
Tentative de suicide d’un enseignant en Dordogne
vendredi 15 - 15h40
de : Jean Roussie
"petite-bourgeoisie marxiste" : insulte aux "cadres" syndicaux marxistes
jeudi 14 - 22h01
de : Christian Delarue
HONDURAS : Manifestation géante contre l’ingérence frauduleuse Nord-Américaine !
jeudi 14 - 18h36
de : JO
Migrants : De Menton à Nantes, regain de mobilisation sur fond de restrictions d’accès à l’asile
jeudi 14 - 17h38
Un million, dix jours, un siècle / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 14 - 10h16
de : Hdm
Hold-up social : comment le droit du travail a été démantelé en Europe, sans aucun bénéfice sur l’emploi et les gens
jeudi 14 - 07h15
de : jean 1
Ich bin ein banlieusard.
mercredi 13 - 20h44
de : L’iena rabbioso
Nouveau triomphe chaviste aux élections municipales du Venezuela
mardi 12 - 10h39
de : Thierry DERONNE
2 commentaires
« En un mot, anéantir tout ce qui ne rampera pas à nos pieds comme des chiens.  »
lundi 11 - 18h27
de : Louise Vallés
4 commentaires
Amazon : Pour livrer tous leurs colis, des livreurs anglais urinent dans des bouteilles en plastique
lundi 11 - 15h58
2 commentaires
APRÈS LA CATASTROPHE
lundi 11 - 14h13
de : Ernest London
HONDURAS :L’OEA pose ses conditions à l’opposition, pour cesser son ingérence ?
lundi 11 - 12h05
de : JO
Pendant que Macron organise son sommet climat, l’Etat continue de financer allègrement le réchauffement planétaire
lundi 11 - 11h36
de : jean 1
1 commentaire
HONDURAS : L’OPPOSITION DEMANDE L’ANNULATION DES ÉLECTIONS !
dimanche 10 - 16h50
POPULISME « people » : J HALLIDAY et LA CRÉTINISATION DES FOULES
dimanche 10 - 15h35
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Des cailloux dans les mains !
dimanche 10 - 11h36
de : LE BRIS RENE
À TRAVERS LES LIGNES
dimanche 10 - 11h12
de : Ernest London
Grèce : Pour le 9ème anniversaire de l’insurrection – Emeutes contre les assassins de l’Etat à Athènes et à Thessaloniqu
dimanche 10 - 10h20
de : jean 1
Anti-trump... vous êtes des antisémites !
dimanche 10 - 02h15
de : Philou’s Off
MANIFESTATION A PARIS : Nous sommes tous Palestiniens !
samedi 9 - 19h21
de : JO
GAZA : Halte au génocide Palestinien !
samedi 9 - 09h57
de : JO
"Tri" des migrants : les associations claquent la porte du ministère de l’Intérieur
samedi 9 - 09h57
Humus poème de Fabrice Selingant
samedi 9 - 02h43
de : le Rouge-gorge
INTERDIRE HYPERTEXTILE ET SEXYMANIA AUX FILLETTES
vendredi 8 - 22h27
de : Christian DELARUE
pleurer sur un tueur d’enfant...seul un journaleux peut le faire
vendredi 8 - 21h02
de : irae
PALESTINE ! Le Liban, les pays Arabes, appellent à d’importantes manifestations !
vendredi 8 - 16h57
de : JO
HONDURAS : Le Peuple uni contre la fraude ne saurait être vaincu !
vendredi 8 - 14h23
de : JO
Un roi sans divertissement.
jeudi 7 - 22h28
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Gouvernement : La guerre contre le SMIC fulmine-t-elle sous roche ?
jeudi 7 - 20h28
de : JO
2 commentaires
Cinquantième jour de grève à Holiday Inn : « Nous pensons fêter Noël en famille »
jeudi 7 - 18h02
LOI TRAVAIL : LE CONSEIL D’ÉTAT ANNULE LE DECRET SUR LE RÉFÉRENDUM D’ENTREPRISE + Conférence de presse (videos)
jeudi 7 - 17h57
de : Info’Com-CGT
2 commentaires
Jérusalem : heurts à Bethléem (videos live)
jeudi 7 - 15h25
1 commentaire
CEUX QUI EXECUTENT LES ORDRES
jeudi 7 - 14h03
de : frances13
Crépuscule / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 7 - 13h04
de : Hdm
1 commentaire
HONDURAS : Vers un second tour de la Présidentielle ?
jeudi 7 - 10h07
de : JO
1 commentaire
Manipulation de masse je ne suis pas johnny
jeudi 7 - 07h54
de : irae
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Sous un gouvernement qui emprisonne injustement n'importe qui, la vraie place d'un homme juste est en prison. Henry David Thoreau (1817-1862)
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
LOI TRAVAIL : LE CONSEIL D’ÉTAT ANNULE LE DECRET SUR LE RÉFÉRENDUM D’ENTREPRISE + Conférence de presse (videos)
jeudi 7 décembre
de Info’Com-CGT
2 commentaires
Conférence de presse du 8-12-2017 : Suite à la procédure engagée par une quarantaine de syndicats CGT contre les décrets d’application de la Loi Travail, la décision du Conseil d’Etat vient de tomber : le décret sur les référendum est annulé ! :) :: : Le point de vue de Fiordor Rilov, l’avocat des syndicats ayant engagé cette procédure, lors de l’audience publique du 4 décembre :: : Liste des syndicats CGT à l’initiative de cette démarche juridique : (...)
Lire la suite
Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
samedi 25 novembre
Souscription ici : https://www.helloasso.com/associati... C’est vraiment sympa, de lancer un journal... « Ben voilà, c’est comme d’hab’, les petits-bourgeois ont pris le contrôle du canard. » C’était un peu après, ça. Un peu après les débuts tonitruants de Moins Une, Laurent, plombier, syndicaliste, membre fondateur, tirait à vue sur les journaleux du collectif, confondus dans l’opprobre de la réaction, de la bourgeoisie, de l’intellectualisme (...)
Lire la suite
Télévision. «  Pour le Che, la guérilla devait avoir ses propres médias  » (vidéo)
lundi 9 octobre
de Laurent Etre
1 commentaire
Un documentaire Che Guevara, naissance d’un mythe, qui met l’accent sur le rapport du guérillero-ministre à sa propre image et le rôle potentiellement révolutionnaire des outils d’information. Entretien avec son auteur, Tancrède Ramonet. Votre documentaire s’intitule Che Guevara, naissance d’un mythe. Qu’entendez-vous par «  mythe  »  ? Tancrède Ramonet Je l’entends au sens de Roland Barthes, qui définissait le mythe comme un « (...)
Lire la suite
Video live : grève générale, la foule est immense à Barcelone
mardi 3 octobre
Le cortège, immense, impossible d’en distinguer le début ou la fin. Plus des 87% des travailleurs sont en grève générale, affectant tous les secteurs d’activités.
Lire la suite
Avec ses ordonnances Travail, Macron a réussi à nous refourguer… le CPE pour tous
dimanche 1er octobre
de Thomas Vampouille
Les ordonnances voulues par Emmanuel Macron pour réformer le code du travail facilitent sensiblement le licenciement d’un salarié en CDI ayant moins de deux ans d’ancienneté. Et les indemnités prévues ne sont pas lourdes. Finalement, Marianne a calculé que cela revient au même que le fameux CPE que la rue avait fait enterrer. En pire, même… C’est la ministre du Travail elle-même qui nous mis la puce à l’oreille. Si vous ne l’avez pas vu, Muriel Pénicaud (...)
Lire la suite
Travail : ton univers impitoyable - Cash investigation (video intégrale)
jeudi 28 septembre
Les enquêtes de l’émission présentée par Élise Lucet se sont concentrées sur Lidl France et Free, mettant en avant la souffrance au travail et les licenciements avec des séquences parfois choquantes.
Lire la suite
Oui tous ensemble le 28 septembre avec les retraité-e-s
jeudi 28 septembre
de UCR Union Confédéral des Retraités
Parce qu’une fois de plus le gouvernement s’attaque à leur pouvoir d’achat, aux services médicaux et sociaux, neuf organisations appellent les retraité-e-s à se mobiliser dans les départements sous des formes diverses le 28 septembre. Haro sur le pouvoir d’achat des retraités Au printemps dernier plus de 12 000 retraité-e-s se sont exprimé-e-s dans une enquête lancée par nos organisations. 80 % des personnes retraitées indiquent que leur situation financière (...)
Lire la suite