Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Parfum de cachot autour des élections du 21 décembre en Catalogne
de : Stéphane Ortega
lundi 6 novembre 2017 - 18h35 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 123.2 ko

Opposé à tout processus d’autodétermination de la Catalogne, comme à toute autonomie élargie, le Premier ministre espagnol utilise toute la puissance de l’État pour réduire à néant les velléités d’indépendance. Les élections du 21 décembre sur fond d’incarcération de dirigeants catalans ne devraient rien y changer.

Belote, rebelote, et dix de der. Le gouvernement espagnol a repris la main et impose ses règles aux indépendantistes catalans. Un temps dépassé par la puissance de l’élan pour un référendum décidant de l’avenir de la Catalogne, Mariano Rajoy a joué une drôle de guerre d’usure avec les responsables politiques catalans tout au long du mois d’octobre. À l’instant où ces derniers ont franchi la ligne rouge de la déclaration d’indépendance, l’État espagnol a déroulé toute la panoplie de sa contre-offensive.

Sitôt la déclaration unilatérale d’indépendance (DUI) prononcée le vendredi 27 octobre, le top départ des contre-mesures a été donné. Dans l’heure, le Sénat autorisait le gouvernement à recourir à l’article 155 de la Constitution pour suspendre l’autonomie de la région catalane. Une première depuis la fin de la dictature au nationalisme espagnol exacerbé de Francisco Franco. Sans attendre, le Premier ministre destitue le président, le vice-président et les membres du gouvernement catalan, le soir même. Le directeur des Mossos d’Esquadra — la police régionale — subit le même sort. Les représentations catalanes dans le monde sont fermées. Mariano Rajoy dissout le parlement et convoque des élections le 21 décembre. La numéro deux du gouvernement espagnol, Soraya Saenz de Santamaria, est nommée à la tête de la Catalogne. C’est le premier acte de ce qui ressemble à une punition.

Le deuxième acte est judiciaire et s’est joué en quelques jours seulement. Lundi 30 octobre, le procureur général de l’État espagnol requiert des poursuites contre les membres destitués de la Generalitat. Le lendemain, la Cour constitutionnelle donne un avis favorable au recours du gouvernement madrilène déposé afin d’annuler la décision du parlement catalan. L’indépendance est officiellement illégale au regard du droit espagnol. Le même jour, la juge de l’Audience nationale Carmen Lamela convoque Carles Puigdemont (ex-président), Oriol Junqueras (ex-vice-président), Carme Forcadell (ex-présidente du parlement) et les membres du gouvernement catalan à Madrid. Ils sont accusés de rébellion, sédition et malversation et risquent jusqu’à 30 ans de prison. Huit membres de l’exécutif catalan, dont Oriol Junqueras, sont incarcérés jeudi 2 novembre. Cinq autres, avec Carme Forcadell, ont obtenu un report et sont convoqués de nouveau le 9 novembre à Madrid. De son côté, Carles Puigdemont, sous le coup d’un mandat d’arrêt européen, s’est retranché en Belgique avec 4 ministres de son gouvernement.

Élections du 21 décembre : piège à cons ?

Un parfum de défaite politique pour ces élections. Les représentants indépendantistes, destitués par Madrid, sont sommés de concourir à un scrutin convoqué par le gouvernement espagnol duquel ils se sont déclarés indépendants le 27 octobre. Pour ajouter à l’humiliation, ils doivent mener campagne pendant que plusieurs de leurs responsables politiques de premier plan sont incarcérés ou menacés de l’être. Finalement, une victoire des indépendantistes les conduirait à réoccuper leurs postes à la tête d’une région d’Espagne.

Pour autant, rien ne permet d’imaginer qu’une nouvelle tentative d’engager la déconnexion avec Madrid ne se heurterait pas au refus de négocier du gouvernement espagnol et à l’utilisation de nouveau de la Constitution de 1978. À moins de parier sur la fragilisation de Mariano Rajoy, de la chute de son gouvernement et de l’arrivée d’une nouvelle majorité plus conciliante. Mais ce scénario est plus qu’improbable au vu du consensus politique qui a prévalu au déclenchement de l’article 155 de la Constitution. Son vote au Sénat a en effet été validé par le Parti populaire (PP), Ciudadanos et le Parti socialiste (PSOE).

En attendant les dates limites de dépôt et de validation des listes électorales pour le scrutin du 21 décembre, les négociations et tractations politiques vont bon train en Catalogne. La politique politicienne retrouve tous ses droits. Côté indépendantiste, les discussions pour faire liste commune ont peu de chance d’aboutir. Carles Puigdemont a bien annoncé son intention de se présenter, mais sa formation (PDCat – centre droit) est en recul dans les sondages par rapport à 2015, dépassant juste les 10 %. À l’inverse, l’Esquera Republicana catalana (ERC), l’autre force indépendantiste historique, progresse nettement. Elle est tentée de se présenter sous ses couleurs. Elle conditionne sa participation à une liste commune avec PDCat à un front commun englobant au moins la CUP, malgré son recul dans les sondages (-2 %). Le camp favorable à l’unité espagnole (PP, Ciudadanos, PSC) présentera des listes en ordre dispersé, mais fera bloc après le 21 décembre dans le nouveau parlement catalan. Entre les deux, la gauche radicale se déchire, à l’image des relations entre Podemos et sa branche catalane Podem, sur la position à tenir vis-à-vis d’un bloc anti-155 commun avec les indépendantistes.

Silences européens

Le caractère totalement inédit de l’incarcération de huit membres du gouvernement catalan élus en 2015 n’a provoqué que de rares réactions en Europe. Les chancelleries des pays de l’UE sont étonnamment silencieuses. Pour la France, le dernier communiqué du ministère des Affaires étrangères date du 27 octobre. Il confirme la position de la France depuis le début de la crise : « La France souhaite que l’Espagne soit forte et unie ». La diplomatie française « ne reconnaît pas la déclaration d’indépendance que le parlement catalan vient d’adopter » et affirme que « la constitution doit être respectée ». Depuis le néant. Même silence des autres dirigeants des pays membres de l’Union européenne. Les protestations sont restées marginales. À l’exception de la Première ministre de l’Écosse, de députés nationalistes belges ou corses et du député européen José Bové (lui-même incarcéré au début des années 2000), peu de voix se sont exprimées sur le sujet.

Dans les médias, le traitement est sensiblement du même acabit. Le jour où les ministres catalans ont été placés en détention, le journal de TFI n’y a consacré que quelques secondes. Même non-événement pour les leaders des grandes formations politiques françaises. Aucun commentaire. Du côté de la société civile, les associations ou les forces sociales font le service minimum. La Ligue des droits de l’Homme a produit un communiqué tenant en cinq lignes pour exprimer son inquiétude. Mais pas de condamnation de l’État espagnol. Enfin, silence radio du côté des trois grandes confédérations syndicales françaises.

La rue va reprendre la parole

Le soir du placement en détention des ministres catalans, 20 000 personnes ont manifesté à Barcelone, et plusieurs milliers d’autres dans nombre de localités catalanes, pour exiger « la libération des prisonniers politiques ». Ces demandes de libération concernant également Jordi Sanchez et Jordi Cuixart. Les deux responsables des associations catalanes (Omnion et ANC) sont en prison depuis le 16 octobre en attendant leur procès pour sédition. Le samedi 4 novembre, les accès à Barcelone ont été coupés. Même chose à La Jonquera où des tracteurs ont perturbé la circulation.

Parallèlement, le syndicat indépendantiste inter-CSC a appelé à une grève générale le 8 novembre, appuyée par la CUP. Si les motivations du préavis sont d’ordre social afin d’éviter que la grève soit déclarée illégale par les autorités catalanes contrôlées par Madrid, la revendication porte sur la répression. Cette grève sera un test dans la mobilisation du camp indépendantiste avant la manifestation du week-end à venir à Barcelone que les partisans de l’indépendance espèrent massive. Cependant, s’ils ne parviennent ni à faire baisser les velléités répressives de Madrid ni à obtenir des avancées politiques par la voie électorale, la tentation d’emprunter d’autres chemins, plus radicaux, risque de grandir.

https://rapportsdeforce.fr/linterna...



Imprimer cet article





Les députés LREM... interdits de collaborer avec leurs alliés à l’Assemblée
vendredi 17 - 14h20
de : Étienne Girard
1 commentaire
Chiffres du chômage de l’Insee au troisième trimestre 2017. Non au chômage remplacé par la précarité
vendredi 17 - 14h18
de : CGT
18 NOVEMBRE : UNE OCCASION INÉDITE DE FAIRE CONVERGER TOUTES LES LUTTES LORS DE LA MARCHE NATIONALE SUR L’ÉLYSÉE
vendredi 17 - 11h45
de : Front Social
1 commentaire
Le vilain secret de la libération de Raqqa : Une vidéo de 7 minutes glaçante (video)
vendredi 17 - 11h40
de : Audrey Duperron
Les réponses de Mélenchon aux questions fouille-merde de l’Express
vendredi 17 - 11h19
de : Pierrick Tillet
1 commentaire
Une répression syndicale "jamais vue" au ministère du Travail, selon des syndicats
vendredi 17 - 11h06
Un journaliste de “C à vous” écarté de la visite présidentielle après ses questions aux Insoumis (videos)
vendredi 17 - 09h25
de : M. F.
1 commentaire
Nov 15 La culture victime des options ultralibérales du gouvernement
vendredi 17 - 08h43
Pourquoi l’élection d’une députée LREM a été invalidée
vendredi 17 - 08h35
de : Olivier Pérou
SAISONS - Nouvelles de la ZAD
vendredi 17 - 07h26
de : Ernest London
LE SILENCE DES BLAIREAUX
vendredi 17 - 00h08
de : irae
Mobilisation contre les ordonnances : le miracle n’a pas eu lieu
jeudi 16 - 21h04
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
A propos de Charlie-Hebdo.
jeudi 16 - 16h46
de : L’iena rabbioso
Chirurgie esthétique et chirurgie réparatrice
jeudi 16 - 16h28
de : C’est quoi la différence entre chirurgie esthétique et réparatrice
LES BLANCS CONTRE LES ROUGES / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 16 - 12h00
de : Hdm
1 commentaire
TOUS A L’ELYSEE SAMEDI 18 !!! (video)
jeudi 16 - 11h07
de : Mat76
La jeune Russie des Soviets, paradis de l’écologie ?
jeudi 16 - 10h46
de : Paul Ariès
Poissy : mobilisation pour soutenir les élus CGT accusés de séquestration
jeudi 16 - 09h03
Macron est un fléau ! Le 16 on manifeste tous ensemble, le 17 on continue et le 18 novembre on marche sur l’Elysée
jeudi 16 - 08h49
"ENCORE UNE GRÈVE ? " EH OUI, ENCORE !
jeudi 16 - 08h44
de : Théo Roumier
#RDLS46 : MAJORITÉ SEXUELLE, CLIMAT, LAÏCITÉ, LAFARGE, NUCLÉAIRE, INVESTISSEMENTS, LIBAN (Video)
jeudi 16 - 08h38
de : JEAN-LUC MÉLENCHON
Soutenu par la CGT, un salarié de la CGT attaque la direction de la CGT aux prud’hommes
jeudi 16 - 08h26
de : Vincent Vantighem
KOBANE CALLING
jeudi 16 - 07h46
de : Ernest London
RETRAITES : Le Sénat supprime la hausse de la CSG !
mercredi 15 - 17h54
de : JO
Lyon, un laboratoire permanent de l’extrême droite en France
mercredi 15 - 16h26
La France d’Emmanuel Macron capitule devant les paradis fiscaux et pire, elle les imite
mercredi 15 - 13h26
de : Alain Deneault
1 commentaire
L’incroyable fuite organisée de djihadistes avant la chute de Raqqa
mercredi 15 - 12h49
de : Yohan Blavignat
Une centaine de "marcheurs" vont quitter le mouvement vendredi, à la veille du congrès
mercredi 15 - 08h48
4 commentaires
Jeudi 16 novembre 2017 à 11h à Versailles, solidarité avec les 9 militants CGT de PSA Poissy !
mercredi 15 - 07h55
MAIN BASSE SUR LA TERRE – Land grabbing et nouveau colonialisme
mercredi 15 - 07h36
de : Ernest London
MARCHE NATIONALE DU 18 NOVEMBRE : CREER LA SURPRISE
mardi 14 - 23h46
de : LD
Emplois aidés : une mobilisation pour l’instant dispersée…
mardi 14 - 21h26
de : Eve76
ASSISES OUTRE MER : UNE NOUVELLE ESCROQUERIE
mardi 14 - 19h24
de : UNION GENERALE DES TRAVAILLEURS DE GUADELOUPE
Communiqué de l’UCR-CGT : Vers une baisse générale des pensions ?
mardi 14 - 18h00
de : JO
Pourquoi je refuse de saluer Emmanuel Macron à la cérémonie d’hommage du 13 novembre
mardi 14 - 13h40
de : Michael Dias
3 commentaires
Réaction aux déclarations des autorités israéliennes
mardi 14 - 12h52
de : Groupe « La France insoumise » à l’Assemblée nationale
1 commentaire
MACRON VISE UNE DEFAITE DURABLE DU PEUPLE FRANCAIS, COMME THATCHER AVEC LES GREVISTES MINEURS ANGLAIS !
mardi 14 - 11h21
de : Brigitte pascall
4 commentaires
Appel des organisations de jeunesse : Non à la sélection à l’entrée de l’université !
mardi 14 - 09h40
ÉLISE LUCET HARCELÉE… L’INFORMATION EST UN DANGER POUR MACRON
mardi 14 - 09h04
de : Info’Com-CGT
Renoncements en série sur l’écologie : N. Hulot doit répondre à l’urgence nucléaire
mardi 14 - 08h41
de : Greenpeace France
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La paix universelle se réalisera un jour non parce que les hommes deviendront meilleurs mais parce qu'un nouvel ordre, une science nouvelle, de nouvelles nécessités économiques leur imposeront l'état pacifique. Anatole France
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Télévision. «  Pour le Che, la guérilla devait avoir ses propres médias  » (vidéo)
lundi 9 octobre
de Laurent Etre
1 commentaire
Un documentaire Che Guevara, naissance d’un mythe, qui met l’accent sur le rapport du guérillero-ministre à sa propre image et le rôle potentiellement révolutionnaire des outils d’information. Entretien avec son auteur, Tancrède Ramonet. Votre documentaire s’intitule Che Guevara, naissance d’un mythe. Qu’entendez-vous par «  mythe  »  ? Tancrède Ramonet Je l’entends au sens de Roland Barthes, qui définissait le mythe comme un « (...)
Lire la suite
Video live : grève générale, la foule est immense à Barcelone
mardi 3 octobre
Le cortège, immense, impossible d’en distinguer le début ou la fin. Plus des 87% des travailleurs sont en grève générale, affectant tous les secteurs d’activités.
Lire la suite
Avec ses ordonnances Travail, Macron a réussi à nous refourguer… le CPE pour tous
dimanche 1er octobre
de Thomas Vampouille
Les ordonnances voulues par Emmanuel Macron pour réformer le code du travail facilitent sensiblement le licenciement d’un salarié en CDI ayant moins de deux ans d’ancienneté. Et les indemnités prévues ne sont pas lourdes. Finalement, Marianne a calculé que cela revient au même que le fameux CPE que la rue avait fait enterrer. En pire, même… C’est la ministre du Travail elle-même qui nous mis la puce à l’oreille. Si vous ne l’avez pas vu, Muriel Pénicaud (...)
Lire la suite
Travail : ton univers impitoyable - Cash investigation (video intégrale)
jeudi 28 septembre
Les enquêtes de l’émission présentée par Élise Lucet se sont concentrées sur Lidl France et Free, mettant en avant la souffrance au travail et les licenciements avec des séquences parfois choquantes.
Lire la suite
Oui tous ensemble le 28 septembre avec les retraité-e-s
jeudi 28 septembre
de UCR Union Confédéral des Retraités
Parce qu’une fois de plus le gouvernement s’attaque à leur pouvoir d’achat, aux services médicaux et sociaux, neuf organisations appellent les retraité-e-s à se mobiliser dans les départements sous des formes diverses le 28 septembre. Haro sur le pouvoir d’achat des retraités Au printemps dernier plus de 12 000 retraité-e-s se sont exprimé-e-s dans une enquête lancée par nos organisations. 80 % des personnes retraitées indiquent que leur situation financière (...)
Lire la suite
Soutenez la création d’un nouveau média citoyen (video)
mardi 26 septembre
2 commentaires
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/media-citoyen Quand l’information et la culture sont trop souvent traitées comme des marchandises, quel rôle les citoyen·ne·s peuvent-ils encore jouer pour faire vivre le pluralisme et le débat ? Cette question appelle une réponse qui ne saurait attendre. Un peu partout, des millions de gens s’investissent et agissent sur leur quotidien sans attendre le bon vouloir des pouvoirs publics et à contre-courant des puissances (...)
Lire la suite
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 septembre
de Jean-Luc Mélenchon
Le samedi 23 septembre 2017, 150 000 personnes se sont rassemblées place de la République pour s’opposer au coup d’État social d’Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon a expliqué que la bataille contre les ordonnances de Macron ne faisait que commencer et a appelé la jeunesse à se mobiliser. Il a lancé un appel aux organisations syndicales pour qu’elles prennent la tête d’une ample mobilisation à laquelle les insoumis apporteront leur (...)
Lire la suite