Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’Ifrap d’Agnès Verdier-Molinié : faux institut de recherche et vrai lobby ultra-libéral
de : Étienne Girard
vendredi 9 février 2018 - 13h29 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 10.7 ko

C’est le diablotin qui sort de la boîte médiatique, dès que le mot « dépense publique » apparaît à l’écran. A moins d’éviter soigneusement ce type de programmes, difficile de louper Agnès Verdier-Molinié et ses analyses chiffrées dégainées à chaque fois qu’une réforme sur les retraites ou les fonctionnaires revient au menu d’une émission. Depuis le début de l’année, la directrice de la Fondation Ifrap est sur les antennes presque un jour sur deux : LCI trois fois, France 5, M6, Canal+, Arte, Europe 1, RTL, RMC, France Inter, Sud Radio, BFM Business, I24news, le service vidéo du Figaro (trois fois)… Sur son site web, l’institution se félicite d’ailleurs de cette aura impressionnante : « En 9 ans, les travaux de la Fondation sont devenus une référence pour les médias. » Mais de quels travaux s’agit-il ?

Sur les plateaux, on s’efforce la plupart du temps de dérouler le titre d’Agnès Verdier-Molinié au long, pour que l’on comprenne mieux de quoi il s’agit : « Directrice de la fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques ». Un intitulé soporifique… mais qui a le bon goût de suggérer qu’il s’agit là d’une véritable organisation de recherche. Tout, dans la présentation de l’Ifrap, est voué à asseoir cette image d’une institution objective, aux méthodes scientifiques, qui produirait un contenu de référence. Ses salariés sont présentés comme des « chercheurs », chargés d’ « analyser » les politiques publiques. Selon ses statuts, le but de l’Ifrap est d’ailleurs en premier lieu d’« effectuer des études et des recherches scientifiques sur l’efficacité des politiques publiques, notamment celles visant la recherche du plein emploi et le développement économique ».

229 notes, dont seulement 2 rédigées par un chercheur

Cette présentation a tout du coup de génie marketing, puisqu’elle légitime et crédibilise l’Ifrap en tant qu’interlocuteur indépendant pour les médias. Le hic, c’est que quand on s’intéresse à la production de l’Ifrap, son caractère réellement « scientifique » ne saute pas aux yeux. Selon nos calculs, sur les 229 notes publiées par la Fondation en 2017, seulement… 2 ont été rédigées par un chercheur en activité, à savoir Samy Azzam, doctorant en droit public (devenu docteur en décembre dernier). Loin de pouvoir compter sur un « réseau de près de 150 chercheurs, contributeurs et experts qui participent à la conception de (ses) études » comme elle le revendique, l’Ifrap repose en réalité sur un nombre réduit de contributeurs, qui n’ont jamais publié d’article scientifique.

Alors qui, sont-ils ? En 2017, on retrouve seulement 20 signataires pour tous ses travaux. Près de 80% d’entre eux sont rédigés par une équipe restreinte de six personnes, qui correspond aux permanents de la Fondation, salariés pour leur immense majorité. Parmi eux, des titulaires de Master 2 en affaires publiques, en gestion, un ex-avocat, un ancien consultant… mais aucun diplômé d’économie. Agnès Verdier-Molinié elle-même est diplômée d’histoire contemporaine. Ce qui n’empêche aucunement d’être compétent mais incite à relativiser les prétentions scientifiques de la Fondation. Le reste des intervenants se décompose entre stagiaires (9%) et cadres dirigeants ou retraités du privé, tous passés par les secteurs de la banque ou de l’assurance sauf trois d’entre eux, si l’on se fie à leurs comptes professionnels en ligne.

De la "recherche"... pas scientifique

Dès 2011, Franck Ramus, directeur de recherche en sciences cognitives au CNRS et professeur à l’ENS, s’interrogeait sur son blog sur le caractère « scientifique » des travaux de l’Ifrap. Il expliquait d’abord que la qualité de « chercheur » en économie répond à des critères bien précis : « Les chercheurs, pour que leurs travaux soient diffusés et servent à quelque chose, doivent les publier dans des revues internationales à comité de lecture. Pour être publiés, leurs articles doivent être expertisés par d’autres chercheurs en économie parmi les plus compétents sur le sujet, dont le rôle est justement de faire ce travail de vérification des sources et des analyses (…) C’est ce processus d’expertise par les pairs qui assure que les articles publiés dans les revues scientifiques offrent un niveau minimal de qualité méthodologique. C’est à ce seul prix que la connaissance peut avancer. »

L’universitaire relevait donc que les « chercheurs » auto-proclamés de l’Ifrap n’ont jamais publié d’article scientifique : « Aucun des "chercheurs" de l’Ifrap examinés [...] n’a jamais publié le moindre article dans une revue internationale d’économie. Aucun n’a même effectué une formation à la recherche attestée par un doctorat. ». Il en déduisait que l’activité de l’Ifrap se rapprochait plus du lobbying que de la recherche : « À la lumière de cet examen, j’hésiterais à dire que l’Ifrap est un institut de recherche, et que ses membres sont des chercheurs au sens usuel du terme. Lobbyistes serait sans doute un terme plus juste. »

Idéologie libérale

En réalité, sous ce vernis scientifique, l’Ifrap cherche surtout à défendre une idéologie ultra-libérale. Si les think tanks cèdent souvent à la tentation de porter des idées déjà arrêtées plutôt que de tenter d’élaborer une réflexion consensuelle, l’organisation d’Agnès Verdier-Molinié pousse le curseur particulièrement loin. Ses études ne proposent jamais d’auditions contradictoires d’experts (comme l’Institut Montaigne, think tank libéral), ni de rapports prévisionnels sur la conjoncture ou la croissance (comme l’OFCE, institut de recherche généralement classé à gauche). Les notes se résument souvent à un commentaire sur un rapport ou une annonce économique, assorti d’une proposition de réforme, invariablement ultra-libérale.

Dans cette optique, les chiffres maniés par cette organisation fondée en 1985 par le chef d’entreprise Bernard Zimmern sont très souvent les mêmes. Le taux des prélèvements obligatoires et le niveau de la dépense publique en France - particulièrement hauts - sont martelés, agrémentés de comparaisons internationales peu flatteuses. D’autres chiffres qui pourraient nourrir le contexte, comme ceux de l’évasion fiscale ou des écarts de revenu, ne sont pratiquement jamais évoqués.

Seize études sur l’ISF, zéro sur la fraude fiscale

De la même façon, certains sujets passionnent l’Ifrap, quand d’autres l’ennuient. Alors que pas moins de 16 études ont été consacrées à la « nécessaire » suppression de l’ISF en 2017, aucune n’a porté sur la fraude fiscale, qui grève pourtant également la compétitivité française. Et quand Agnès Verdier-Molinié plaide pour la fin de l’impôt sur la fortune, elle assure que « la fin de l’ISF devrait permettre le retour à terme des 200 à 300 milliards d’euros qui ont fui la France à cause de cet impôt ». Sauf que cette affirmation, qu’on retrouve de longue date dans les argumentaires de la droite, ne repose sur aucune étude scientifique : c’est un pari.

Sur les inégalités de richesse, la seule note de l’Ifrap consacrée précisément au sujet en 2017 – « Fiscalité : les riches sont-ils privilégiés ? » - en vient à relativiser les transferts de richesse en direction des plus riches sous Macron en constatant que les plus aisés ont beaucoup souffert sous Hollande et que « les pauvres (…) seront les premiers à bénéficier d’une baisse du chômage et d’un gain de pouvoir d’achat lié à la baisse des cotisations salariales programmées ». Cet argument, qui postule que les versements faits aux riches vont faire refluer le chômage, s’avère encore une fois plus proche du plaidoyer politique que de l’analyse économique rigoureuse.

Des pamphlets anti-candidats

D’une façon étonnante de la part d’une fondation censée poursuivre une œuvre d’intérêt général, l’Ifrap s’est même fendue de quelques pamphlets contre des candidats à l’élection présidentielle. Le programme de Jean-Luc Mélenchon en a pris particulièrement pour son grade, au détour d’une étude plus proche de l’argumentaire politique que d’un rapport économique rigoureux, intitulée "Jean-Luc Mélenchon, un programme économique de prestidigitateur". "Nous touchons ici à la véritable maladie des extrêmes français", pointe l’auteur en incluant Marine Le Pen et Benoît Hamon dans son réquisitoire. Il remet en cause le sérieux des rédacteurs du projet de la France Insoumise : "La charité nous fera douter que ce programme ait pu recevoir l’aval de véritables économistes".

Le principal reproche de l’Ifrap ? Ce programme ne serait pas favorable aux entreprises et aux riches, qui verront leurs impôts augmenter grandement, au risque d’étouffer leurs marges : "L’éléphant ne se contente pas d’entrer dans le magasin de porcelaine de l’emploi, il y casse toute la vaisselle et s’apprête, non seulement à geler tout nouvel emploi, mais à provoquer la faillite des entreprises qui ne pourront pas résister au choc". Une assertion valable du point de vue ultra-libéral mais qui ne prend que peu en compte le renversement de modèle de société prôné par Jean-Luc Mélenchon, rapidement renvoyé à une "soviétisation totale" de la société, sans aucune analyse sur les conséquences de la refonte de la Constitution et des textes européens, indispensables pour concevoir sérieusement l’argumentaire Insoumis.

"Marxisme dictatorial"

La fondation d’utilité publique se plaint encore qu’"héritier du jacobinisme révolutionnaire, puis du marxisme dictatorial, ce programme se refuse à considérer les acteurs économiques, et au premier chef les entreprises, comme des partenaires légitimes". Drôle de vocable qui emprunte davantage à la virulence du combat politique qu’à la froideur d’un rapport économique. Plus que des études de "chercheurs" indépendants, qui tenteraient d’éclairer le débat économique en prenant en compte toutes les données, les notes de l’Ifrap s’apparentent ainsi plutôt à des éléments de langage chiffrés à destination des responsables politiques libéraux. Officiellement indépendant de tout parti politique, le think tank penche d’ailleurs clairement d’un côté de l’échiquier politique. Dans une étude sur les "12 réformes que Macron doit reprendre des programmes des candidats battus", il pousse... dix mesures issues des programmes de Les Républicains.

Plus globalement, hormis cette devanture chic de la "recherche scientifique", l’Ifrap fonctionne comme un groupe de pression lambda. Elle propose par exemple un programme législatif de 15 réformes économiques, à la manière d’un parti politique. Parmi elles, l’augmentation de l’âge du départ à la retraite, un référendum sur la fin de la fonction publique, la fin des 35 heures, des baisses massives des dépenses publiques et des impôts. Un agenda que ne renierait pas un lobby anti-impôts comme Contribuables associés, créé en 1990, notamment par Bernard Zimmern... le fondateur et président d’honneur de l’Ifrap.

Lobby au Parlement et mystérieux mécènes

Preuve ultime de sa véritable nature, l’organisation libérale s’est récemment définie elle-même en tant que lobby. C’est que la loi imposait aux organisations qui souhaitent faire du lobbying au Parlement de s’enregistrer avant le 31 décembre 2017... Le 20 décembre 2017, l’Ifrap s’est donc inscrite au registre des représentants d’intérêts au Parlement, publié par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

Si ces pratiques sont parfaitement respectables dès lors qu’elles sont transparentes, il demeure un hic : on ne sait pas par qui elles sont financées. Sur son site, l’Ifrap se targue de ne recevoir aucun subside public, ce qui renforcerait son indépendance : « la Fondation Ifrap est intégralement financée par la générosité privée ; ceci la rend totalement libre de parole, de ses axes de recherche et de ses propositions de réformes ». On pourrait tout aussi bien soutenir exactement le contraire : dépendante des dons privés, l’Ifrap a tout intérêt à calquer ses propositions sur les attentes de ses mécènes. Et ce même si elle assure solennellement qu’elle « ne rémunère pas, de quelque manière que ce soit, ni n’accorde aucun avantage, ni publication, ni contrat préférentiel, au donateur ».

Une très précieuse "utilité publique"

En 2016, l’Ifrap a ainsi touché la somme impressionnante de 1,34 million d’euros de dons privés. Venant d’où ? On ne le sait pas, étant donné que l’Ifrap ne donne aucune indication sur ses mécènes. Pour ces derniers, le bénéfice est maximum. Ils peuvent pousser leurs idées, tout en restant dans l’ombre. Auréolée de l’aura "scientifique" que se plaît à entretenir l’Ifrap, l’idéologie libérale qu’ils soutiennent est défendue sur tous les plateaux télé. Leurs idées sont également poussées directement auprès des parlementaires par Agnès Verdier-Molinié, qui enfile alors sa casquette de représentante d’intérêts.

Grâce à la reconnaissance d’"utilité publique" accordée par un décret de François Fillon en 2009, ces mystérieux financeurs peuvent même soutenir ce lobby... tout en bénéficiant d’une remise de 66% de leurs dons sur leurs impôts sur le revenu ou de 75% de leur IFI (le nouvel ISF). A la différence d’un parti politique, ces dons ne sont d’ailleurs aucunement limités à 7.500 euros par an. Le bon plan !

En 2015, Challenges évoquait un financement « à 90% par des dons de particuliers, le reste provenant de PME ». Quand on observe la gouvernance de l’Ifrap, on remarque surtout la présence de hauts cadres du secteur privé français. Sur les onze membres actuels de son conseil d’administration (hormis le commissaire du gouvernement, qui représente l’Etat), on dénombre… neuf dirigeants ou retraités d’entreprises françaises importantes.

108ème fortune française

Parmi eux, quelques mastodontes. Le président du conseil d’administration, Jean-Claude Rouzaud est l’ancien Président du groupe prospère Champagne Louis Roederer et un habitué des classements des Français les plus riches. Son fils, Frédéric Rouzaud, à qui il a légué l’essentiel de ses biens, est aujourd’hui considéré par Challenges comme la 108èmefortune française, avec 785 millions d’euros de richesses. Denis Kessler, personnalité qualifiée, est lui PDG du groupe de réassurance Scor, coté au CAC Next 20, l’indice boursier qui regroupe les vingt valeurs qui suivent celles du CAC 40. Son chiffre d’affaires 2016 avoisine les 14 milliards d’euros.

https://www.marianne.net/economie/l...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
L’Ifrap d’Agnès Verdier-Molinié : faux institut de recherche et vrai lobby ultra-libéral
9 février 2018 - 19h18 - Posté par irae

Je renvoie a mes précédentes interventions.
Cette furie anti fonctionnaires gagne sa vie sur fonds publics (66 % de degrevement pour les genereux donnateurs) et n’a de cesse que vouloir la précarisation des categorie c remunerees au smic.
Haro sur la sorciere balance ta salope.



L’Ifrap d’Agnès Verdier-Molinié : faux institut de recherche et vrai lobby ultra-libéral
10 février 2018 - 10h39 - Posté par lilitte

Il serait temps de s intéresser à cette femme qui squatte tous les plateaux des médias , invitée et traitée avec complaisance par les valets de l oligarchie .
Cette femme est in poison qui récite toukours les mêmes contrevérités et qui déteste les fonctionnaires .
Dénoncer c est bien mais une pétition serait la bienvenue pour que cessent les subventions allouée à l ifrap .



L’Ifrap d’Agnès Verdier-Molinié : faux institut de recherche et vrai lobby ultra-libéral
10 février 2018 - 10h49 - Posté par lilitte

J ai oublié de dire merci pour cet article car trop de silence sur ce "loup télévisuel déguisé en mère grand "






DE L’ESCLAVAGE : PLAIDOYER POUR JOHN BROWN
lundi 19 - 16h54
de : Ernest London
Potere al Popolo : la nouvelle gauche en Italie qui renaît des cendres de Gramsci
lundi 19 - 15h16
de : Marco Cesario via FR
Forfaiture sur le forfait-jour
lundi 19 - 11h55
de : Ugict-CGT
LA SNCF A CRÉÉ DES CENTAINES DE FILIALES POUR MIEUX PRÉPARER LE DÉMANTÈLEMENT DU TRANSPORT FERROVIAIRE
lundi 19 - 10h57
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Le 22 mars 2018 : le retour des cheminots à Paris
lundi 19 - 10h48
de : CGT des Cheminots de Saint-Denis
FORD S’ACHARNE… CONTRE NOUS MAIS PAS POUR L’USINE !!!
lundi 19 - 10h44
de : CGT FORD
VENEZUELA : 55% de la population approuve une réélection de Maduro !
dimanche 18 - 21h13
de : JO
Jann Halexander rend hommage à la chanteuse canadienne Pauline Julien le 9 mars
dimanche 18 - 19h19
VENEZUELA : la Colombie recrute des mercenaires Vénézueliens
dimanche 18 - 16h25
de : JO
LA JOIE ARMÉE
dimanche 18 - 15h12
de : Ernest London
À Naples, rencontre avec Potere al Popolo (vidéo)
dimanche 18 - 12h29
de : Jean-Luc Mélenchon via RF
Augmenter la pression contre le licenciement de Gaël Quirante
dimanche 18 - 11h26
de : olivier
Mirages 2000, chars Leclerc, canons Caesar : la France et ses entreprises, fournisseurs officiels de la guerre au Yémen
dimanche 18 - 03h37
de : stef131
El votán Zapata
samedi 17 - 16h36
de : Georges Lapierre
Après NDDL : des ZAD partout ?
samedi 17 - 13h59
de : JO
Rennes : Deux enseignantes convoquées au rectorat pour avoir organisé une sortie scolaire à La Maison de la Grève
samedi 17 - 11h44
1 commentaire
TROIS OPTIONS POUR L’EUROPE !
vendredi 16 - 23h05
de : LE BRIS RENE
LE VRAI SCANDALE DES GAZ DE SCHISTE
vendredi 16 - 19h12
de : Ernest London
LE ROI NE MARCHE PLUS IL VOLE....
vendredi 16 - 18h56
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Ivry, Vendredi 16 février dès 19h jusqu’à 23h Nuit de la liberté : Free Salah Hamouri
vendredi 16 - 17h50
de : Roberto Ferrario
Potere al Popolo, ou l’optimisme de la volonté
vendredi 16 - 14h48
de : Marco Cesario via FR
Pouvoir d’achat : les Français déçus par Macron
vendredi 16 - 14h42
de : Grégoire Normand
2 commentaires
Samedi 24, une grande manifestation en solidarité avec nos amis Kurdes à Paris
vendredi 16 - 14h35
Solidarité avec la ville d’Afrin et les territoires kurdes du nord de la Syrie (video)
vendredi 16 - 11h56
de : Roberto Ferrario
Départ de la mutuelle uMen : tout ça pour ça ?
vendredi 16 - 10h44
de : Tagazog
UN RAZ-DE-MAREE DE LA MISERE : selon le Secours Populaire
vendredi 16 - 10h40
de : JO
Amazon veut équiper ses salariés de bracelets électroniques
vendredi 16 - 10h27
Michelin, exemplaire pour Emmanuel Macron, suspend les contreparties de son plan de départs volontaires
vendredi 16 - 09h36
1 commentaire
Vidéo 3’ - Pôle emploi, contrôle tes offres au lieu de cliquer les chômeurs
vendredi 16 - 06h49
de : CGT chômeurs rebelles du Morbihan
Pour Muriel Pénicaud, "le burn-out n’est pas une maladie professionnelle"
jeudi 15 - 14h31
de : Tiphaine Thuillier
1 commentaire
LE MONDE DIPLOMATIQUE N°767
jeudi 15 - 13h34
de : Ernest London
LE MYTHE DE L’IMMIGRATION MASSIVE
jeudi 15 - 13h11
de : Nemo3637
Gérald Darmanin visé par une nouvelle plainte : le trouble envahit l’hémicycle
jeudi 15 - 11h48
de : Louise Bodet
1 commentaire
Le Saint Empire économique allemand
jeudi 15 - 10h29
La vie en transit / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 15 - 09h23
de : Hdm
2 commentaires
L’avocat de Trump a versé 130.000 dollars de sa poche à une actrice de films pornographiques
mercredi 14 - 10h29
2 commentaires
Israël : la police recommande la mise en examen de Benyamin Netanyahu
mercredi 14 - 09h49
de : Guilhem Delteil
La gauche peut-elle être complice des religions ?
mercredi 14 - 09h19
de : Paul Ariès et Yvon Quiniou
CHRONIQUE DE LA GUERRE CIVILE
mardi 13 - 19h25
de : Ernest London
Cent dix-sept travailleurs sans-papiers lancent la première d’une série de grèves contre le projet de loi Collomb
mardi 13 - 15h47

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours. Gandhi
LE JOURNAL DU MEDIA à 20H
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Italie. Elections du 4 mars 2018. Et programme du mouvement Potere al Popolo
lundi 12 février
de Jean-marc B via RF
Nous présentons, ci-après, une version française intégrale et annotée du programme de Potere al popolo[1] pour les élections législatives nationales italiennes du 4 mars 2018 (renouvellement des 630 membres de la Chambre des députés et des 315 membres du Sénat)[2]. Elles se dérouleront selon la nouvelle loi électorale adoptée en novembre 2017. C’est un système alambiqué, difficile à saisir dans son fonctionnement (à quel candidat sont finalement attribuées les voix exprimées ?[3]) et (...)
Lire la suite
Potere Al Popolo
vendredi 9 février
de Mathieu Dargel via RF
Point culminant d’une initiative lancée cette automne, la première Assemblée Nationale de la liste « Potere al Popolo » s’est tenue à Rome le dimanche 17 décembre. Plus de 1000 personnes issues de collectifs militants, centres sociaux, associations, mouvements écologiques, syndicats et partis politiques, se sont réunies pour adopter le principe d’une liste unique de la gauche antilibérale et anticapitaliste aux prochaines élections législatives du printemps 2018, après (...)
Lire la suite
Italie, POTERE AL POPOLO : Manifeste pour une liste populaire aux prochaines élections.
mercredi 7 février
de via Roberto Ferrario
1 commentaire
Nous avons trop attendu…. Maintenant nous nous portons candidats ! Nous sommes les jeunes qui travaillons au noir, les précaires à 800 euros par mois et qui en ont besoin, qui souvent émigrent pour trouver mieux. Nous sommes les travailleu(r)ses soumis chaque jour et des chantages plus lourds et offensants pour notre dignité. Nous chômeuses, en chômage partiel ou en pré-retraite. Nous sommes les retraités qui vivent de peu, même s’ils ont peiné toute leur vie et qui maintenant (...)
Lire la suite
Sognavamo cavalli selvaggi
jeudi 1er février
de Luca Visentini via RF
Il est enfin sorti en version papier comme e-Book. https://www.amazon.it/Sognavamo-cav... https://www.amazon.it/Sognavamo-cav... Ce sont cent contes courts ou très courts qui, dans l’ensemble, reconstruisent, en une seule affaire, la Milan de 1968 à 1977 d’un garçon de la nouvelle gauche. Un compagnon de base, pas un dirigeant, ni un repenti. On ne parle pas d’analyses politiques ou de querelles idéologiques, mais d’amour, d’amitiés, de famille, de luttes (...)
Lire la suite
PROCÈS DES 7 DE GOODYEAR : LA COUR DE CASSATION CASSE LES SALARIÉS
jeudi 25 janvier
de Info’Com-CGT
1 commentaire
Le syndicat Info’Com-CGT est scandalisé par la décision de la Cour de Cassation d’Amiens : elle vient de confirmer le verdict de la Cour d’appel condamnant 7 salariés de Goodyear à des mois de prison avec sursis (pour certains 24 mois), 5 ans de mise à l’épreuve et l’inscription au casier judiciaire B2 ! Cette décision est hallucinante étant donné que la position du procureur était de valider notre recours et ...d’appuyer la démarche de casser le (...)
Lire la suite
Bonne année 2018 !!! Soutenez Bellaciao !!! :-)
mardi 2 janvier
de Bellaciao
https://bellaciao.org/souscription (transaction sécurisée) Bellaciao souhaite une bonne année 2018 à toutes celles et tous ceux qui luttent contre le capitalisme et qui se battent pour leur dignité et leur émancipation. Bonne santé, vive la liberté, vive l’amour et vive le communisme ! La lutte continue, on les aura ! Soutenez Bellaciao :) Le serveur et la bande passante coûtent cher, nous ne bénéficions d’aucun financement public, mais exclusivement de financements (...)
Lire la suite
Ça n’arrête pas !
mardi 26 décembre
de Jean-Luc Mélenchon
Et toc ! J’avais prévu mon coup. Mon post du lendemain de Noël est prêt. Mes amis Jean-François et Antoine le publient aussitôt. Que l’adversaire se le dise : nous ne dormons jamais que d’un œil. Voici donc des lignes qui vagabondent sur des sujets de la semaine passée. Je n’en rajoute pas. Je me suis fait reprocher à l’Assemblée nationale d’annoncer des désastres comme si je les souhaitais. À mon invitation à nous rendre maîtres de nos destins, on (...)
Lire la suite