Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

TERRORISME D’ETAT D’ISRAËL : Le génocide, lâche et assassin se poursuit !
de : JO
dimanche 11 février 2018 - 11h49 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 6.9 ko

Un garçon qui jetait des pierres sur des jeeps de Tsahal a été puni : un soldat l’a exécuté. C’était la troisième fois ces dernières semaines que les soldats visaient la tête des lanceurs de pierres.

Le champ d’exécution sommaire du jeune Laith Abu Naim est un terrain vague dans le village reculé d’Al-Mughayyir, au nord de Ramallah. Quelqu’un a prévu un jour d’y construire une maison, mais n’a pas pu aller plus loin que des tiges de fer et un mur de soutènement. Le garçon a couru pour sa vie entre les tiges, poursuivi par deux jeeps blindées des Forces de défense israéliennes. La chasse s’est terminée lorsque la porte de l’un des véhicules s’est ouverte et qu’un soldat a pointé son fusil droit sur le front de Laith à une distance de 20 mètres. Il a tiré une balle, tuant l’adolescent, de la même façon qu’un animal est traqué et abattu lors d’un safari.

Un garçon de 16 ans qui rêvait de devenir gardien de but a jeté des pierres sur une jeep et a subi la punition par un soldat : l’exécution, peut-être pour lui donner une leçon, peut-être comme vengeance. La balle en acier enveloppée de caoutchouc a frappé exactement le point visé – le front du garçon, au-dessus de son œil gauche – et a eu le résultat escompté : Laith est tombé à terre et est mort peu après. L’excellent tireur d’élite des FDI aurait pu viser ses jambes, utiliser des gaz lacrymogènes ou tenter de l’arrêter d’autres façons. Mais il a choisi, dans ce qui semble être un modèle presque standard dans les dernières semaines dans ce domaine, de lui tirer un coup directement à la tête.

C’est ainsi que les soldats ont tiré sur deux jeunes hommes du nom de Mohammed Tamimi, l’un de Nabi Saleh, l’autre d’Aboud, blessant gravement les deux jeunes. Le second est toujours hospitalisé dans un état grave dans un hôpital de Ramallah ; le premier, avec une partie de son crâne en moins, se remet à la maison.

Laith Abu Naim repose maintenant dans le cimetière de son village.

Le champ d’exécution est situé sur la place principale d’Al-Mughayyir, presque entièrement vide, à part une épicerie. Le propriétaire, Abdel Qader Hajj Mohammed, âgé de 70 ans, a été témoin oculaire du meurtre de l’adolescent. Deux des amis d’Abu Naim étaient avec lui, mais ils n’ont pas vu le moment de la fusillade – ils s’étaient engagés sur le chemin de terre qui descend de la place vers les maisons du village. Les deux élèves, Majid Nasan et Osama Nasan, des garçons maigres de 16 ans, témoignent aujourd’hui devant un chercheur de la Croix-Rouge internationale, Ashraf Idebis, qui est venu avec un collègue européen pour enquêter sur les circonstances de l’assassinat du 30 janvier.

Les deux jeunes portent tous deux des chemises bleues sur lesquelles une photo de leur ami mort a été imprimée, et des keffieh drapés sur leurs épaules. Les signes du traumatisme sont encore gravés sur leurs visages aux barbes naissantes. Le pupitre où Laith était assis dans la classe est vide, et ses amis y ont placé sa photo, comme s’il était encore avec eux. Dimanche dernier, une cérémonie commémorative a eu lieu pour lui dans la cour de l’école.

C’est un village pauvre de 4 000 habitants qui vivent principalement de leur d’ agriculture, entourés de colonies et d’avant-postes de colons dont l’expansion dans cette région – la vallée de Shiloh – a été particulièrement sauvage. La localité palestinienne voisine, Turmus Ayya, est riche : certaines de ses maisons sont des villas de luxe, qui sont fermées, leurs propriétaires vivent en exil aux USA.

Les deux amis d’Abu Naim et le propriétaire de l’épicerie racontent une histoire presque identique sur ce qui s’est passé ici mardi dernier.

Dans l’après-midi, quelques dizaines d’enfants et d’adolescents d’Al-Mughayyir se sont dirigés vers Allon Road, à environ un kilomètre du centre du village, où ils ont jeté des pierres et brûlé des pneus. Depuis que le président US Donald Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël en décembre, des affrontements ont éclaté presque quotidiennement, même dans ce village assiégé.

Le jour en question, les forces israéliennes ont repoussé les jeunes à l’aide de gaz lacrymogènes, et deux jeeps se sont précipitées à leur poursuite alors qu’ils battaient en retraite vers le village. La plupart des jeunes se sont dispersés dans toutes les directions. Laith est resté presque seul sur le terrain face aux jeeps. Il avait décidé de jeter une pierre de plus sur les véhicules avant de s’enfuir. Il s’est avancé à travers les tiges de fer vers la jeep qui s’était arrêtée de l’autre côté, a jeté sa pierre et s’est mis à courir. Hajj Mohammed, de l’épicerie, qui donne sur la place, rapporte que l’un des soldats, apparemment celui qui était à côté du chauffeur, a ouvert la porte, a pointé son fusil et a tiré un seul coup.

La carcasse d’un véhicule utilitaire qui appartenait à Leiman Schlussel, un distributeur de bonbons en Israël, maintenant repeint en marron et servant de stand de falafel, se dresse sur la place. Lorsque nous avons visité le site lundi, les portes de l’automobile étaient cadenassées. Laith a apparemment essayé de se mettre à l’abri derrière la vieille épave mais n’y est pas arrivé.

Nous montons sur le toit de l’immeuble où se trouve l’épicerie, dont certains appartements restent inachevés, et observons l’arène : Allon Road, les colonies et avant-postes, dont Adei Ad et Shvut Rachel, tout autour et le site du chantier abandonné avec les barres de fer qui s’y dressent.

La terre est toujours tachée de sang là où Abu Naim est tombé, et jonché de lambeaux d’une affiche commémorative avec sa photo dessus. Selon l’épicier, le soldat qui a tiré le coup de feu a marché vers l’adolescent mourant et a retourné son corps avec son pied, apparemment pour vérifier son état. Les soldats ont ordonné à l’épicier de rentrer dans son magasin et de le fermer. Ils sont partis sans offrir d’assistance médicale à la victime. Un taxi a transporté le jeune homme à la clinique de Turmus Ayya, d’où il a été emmené dans une ambulance palestinienne à l’hôpital gouvernemental de Ramallah.

Une grande affiche portant la photo de Laith, avec des bannières d’organisations palestiniennes, est maintenant accrochée sur la façade du bâtiment inachevé, à côté de l’endroit où il est tombé. Le jour où il a été tué, racontent ses deux amis, il a quitté l’école vers 10 heures, car il ne se sentait pas bien. Ils l’ont retrouvé vers 4 heures de l’après-midi, sur la place du village. Il n’a pas pris part aux jets de pierres près d’Allon Road, rejoignant les manifestants seulement quand ils ont atteint la place.

Le grand-père d’Abu Naim nous a dit plus tard que Laith était en route pour un entraînement de football à Turmus Ayya. Quand il a quitté la maison cet après-midi-là, il a pris son sac de sport avec lui. Le sac n’a pas été trouvé, et chez lui on pense que quelqu’un l’a peut-être pris comme « souvenir ».

La maison de la famille est à la lisière du village. La mère de Laith, Nora, est décédée du cancer quand elle avait 26 ans et Laith 2 ans. Son père, Haitham Abu Naim, s’est remarié et a déménagé à Beit Sira, un village à l’ouest de Ramallah. Laith a été élevé par ses grands-parents paternels Fat’hi et Naama, dans la maison que nous visitons actuellement avec Iyad Hadad, un chercheur de terrain de l’organisation israélienne des droits humains B’Tselem.

Jusqu’à l’âge de 10 ans, on n’a pas dit à Laith que sa mère était morte. il pensait que ses grands-parents étaient ses parents. Même après il a continué à appeler son grand-père et son père « papa », en utilisant des termes différents : « Yaba » pour son grand-père, « Baba » pour son père.

Haitham travaille pour une entreprise d’infrastructure à Modiin. Il voyait Laith tous les week-ends, quand le garçon allait à Beit Sira. Celui-ci a vu son père pour la dernière fois quatre jours avant d’être tué. En ce jour fatidique de la semaine dernière, la tante de Laith a téléphoné à son père pour lui dire que le garçon avait été blessé. Haitham s’est précipité à l’hôpital de Ramallah, où il a vu les médecins s’efforcer en vain de sauver la vie de son fils.

« Nous lui avons tout donné », explique Fat’hi, le grand-père de Laith. Fat’hi a étudié la cuisine à Tadmor, l’école de gestion hôtelière, à Herzliya ; la signature de Rehavam Ze’evi, l’ancien général de Tsahal, qui était alors ministre du Tourisme (et a été assassiné en 2001), figure sur son diplôme. Jusqu’à récemment, Fat’hi, qui a 65 ans, travaillait comme cuisinier à l’hôtel Métropole de Jérusalem.

Quelqu’un apporte les gants de gardien de Laith – verts et blancs et très usés. Il aimait se faire photographier ; son père nous montre des photos. C’était un beau garçon aux cheveux noirs qui couvraient son front. Ici, il est au toboggan aquatique d’ Al-Ouja. Il était le gardien de but de l’équipe de l’école, un supporter du FC Barcelone, et il aimait aussi nager. Comme tous les enfants de cette région, la seule plage qu’il ait jamais vue était celle de la Mer Morte.

Son grand-père dit que chaque fois que des affrontements éclataient à Al-Mughayyir, il sortait pour rappeler le garçon à la maison. Il ne l’a pas fait mardi dernier, parce qu’il pensait que Laith était à son entraînement de football. L’unité des porte-parole de Tsahal a déclaré cette semaine, en réponse à une question de Haaretz : « Le 30 janvier, des troubles violents ont éclaté, avec la participation d’une trentaine de Palestiniens, qui ont brûlé des pneus et jeté des pierres sur les forces de Tsahal postées près du village d’Al-Mughayyir. Les forces ont répondu avec des moyens pour disperser les manifestations. Nous sommes au courant de l’affirmation qu’un Palestinien a été tué est connue. La police militaire a ouvert une enquête, à l’issue de laquelle les conclusions seront transmises à l’unité de l’avocat général militaire. ».

Fat’hi, dont le visage est un manifeste d’accablementt, demande : » Y a-t-il une armée dans le monde qui, après avoir tiré sur quelqu’un, met un pied sur son corps ? Ils lui ont tiré dessus de sang froid pour le tuer. C’était une liquidation, un assassinat. Ils auraient pu l’arrêter, le blesser mais pas le tuer. Tuer un Palestinien n’est rien pour eux. Ils n’ont aucun sentiment humain. L’officier qui a tiré n’a-t-il pas d’enfants ? A-t-il vu Laith comme un garçon comme ses enfants ? Les soldats israéliens ont perdu toute retenue. Chaque soldat peut tuer n’importe qui selon son humeur ».

Puis ils nous montrent d’autres photos sur le téléphone portable du père. Voici Laith qui fume un narguilé avec des amis ; voici ses funérailles. Le président palestinien Mahmoud Abbas a appelé et des milliers de personnes y ont assisté, et cela a été une source de réconfort pour la famille.

Gideon Levy

Traduit par Fausto Giudice

(source Réseau International)



Imprimer cet article





L’équipe qui domine / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 15 - 18h02
de : Hdm
STRASBOURG : Grève de la faim, Macron ne sait pas, ne voit pas, n’entend pas !
jeudi 15 - 16h28
de : JO
Il y a 30 ans, ARAFAT proclamait l’Etat Palestinien
jeudi 15 - 16h14
de : JO
COMMEMORATIONS du 11 NOVEMBRE : La Serbie sanctionnée !
jeudi 15 - 15h59
de : JO
MARSEILLE : La Marche de la Colère dégénère !
jeudi 15 - 15h51
de : JO
Le 17 novembre sera-t-il apolitique ?
jeudi 15 - 09h19
Rejet des gilets jaunes ou le mépris du peuple.
mercredi 14 - 17h20
8 commentaires
MEXIQUE : Le Président élu invite Nicolas Maduro à son investiture !
mardi 13 - 17h45
de : JO
LES 5 ARNAQUES DES AUTOROUTES : CQFD !
mardi 13 - 17h07
de : JO
2 commentaires
17 novembre : pourquoi les syndicats traînent-ils des pieds, alors que les politiques courent après ?
mardi 13 - 16h45
7 commentaires
Armes Européennes chez Daesch : Des langues se délient !
lundi 12 - 18h02
de : JO
Les grosses augmentations de certains ministres en 2018
lundi 12 - 11h58
de : JO
1 commentaire
Enfoirés de journalistes !
lundi 12 - 10h10
de : jean 1
5 commentaires
« Fêtons la gratuité ! » le samedi 5 janvier à Lyon !
lundi 12 - 09h18
de : Paul Ariès
1 commentaire
La Bible, les terres et les missionnaires du temps de la « pacification » des colonies.
dimanche 11 - 22h02
de : Christian DELARUE
CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Censurons les censeurs !
dimanche 11 - 14h56
de : JO
1 commentaire
LE MONDE SELON MONSANTO - De la dioxine au OGM, une multinationale qui vous veut du bien
dimanche 11 - 08h46
de : Ernest London
1 commentaire
VENEZUELA : La Révolution se défend contre le terrorisme économique !
samedi 10 - 17h39
9 commentaires
Make Anti-Imperialism Great Again !
samedi 10 - 17h07
de : jean 1
1 commentaire
Réformes de l’éducation : « C’est un projet élitiste, autoritaire, réactionnaire et libéral »
samedi 10 - 06h08
Carburants ou pouvoir d’achat : les raisons de la colère
vendredi 9 - 20h44
de : Christian DLR (cgt fin pub)
Du 11 Novembre 1918… au 1er Septembre 1939… D’une guerre mondiale… à l’autre…
vendredi 9 - 13h31
de : Emission Polémix et La Voix Off
rencontre nationale des secteurs en lutte samedi 10 novembre à Paris !
vendredi 9 - 11h17
de : SUD Poste 92
2 commentaires
Ce mensonge du gouvernement qui pourrait vous coûter très cher !
vendredi 9 - 11h07
de : JO
Les GM&S attaquent PSA et Renault en justice
jeudi 8 - 16h08
Gender Recognition Act : la lutte des femmes britanniques pour ne pas être effacées
jeudi 8 - 12h36
de : Female-
5 commentaires
#fachosphère / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 8 - 11h51
de : Hdm
Sortons du vrai-faux débat sur le prix du carburant. Défendons le droit à l’énergie élémentaire via sa gratuité !
jeudi 8 - 07h54
de : Paul Ariès et l’Observatoire international de la Gratuité (OIG)
12 commentaires
Retraite Complémentaire : Très mauvaise nouvelle qui vous attend en 2019
mercredi 7 - 15h27
de : JO
Mélenchon : les limites juridiques, judiciaires et politiques de l’enquête préliminaire
lundi 5 - 16h00
de : Foolad
2 commentaires
Les approches libertaires de l’école du Rojava
lundi 5 - 12h06
de : jean 1
Suicide d’une factrice : ses collègues exigent le départ des encadrants depuis 10 jours
dimanche 4 - 13h37
L’abécédaire de Daniel Guérin
vendredi 2 - 14h03
de : jean 1
Arkéa : les épargnants en danger !
vendredi 2 - 12h15
de : Guirec
Détermination kurde - Retour à Kobané
jeudi 1er - 19h37
de : Pierre Bance
JAMAIS TROP TARD ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 1er - 12h46
de : Hdm
Macron, un économiste stupide ? Ou de classe...
jeudi 1er - 09h22
de : Allain Graux
1 commentaire
Les grèves de la faim se multiplient dans les conflits du travail
jeudi 1er - 07h22
APRÈS LE CAPITALISME - Essai d’écologie politique
mercredi 31 - 07h06
de : Ernest London
2 commentaires
Ce que l’élection de Bolsonaro au Brésil nous apprend ici en France
mercredi 31 - 06h37
de : Foolad

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nier la religion, ce bonheur illusoire du peuple, c'est exiger son bonheur réel. Exiger qu'il abandonne toute illusion sur son état, c'est exiger qu'il renonce à un état qui a besoin d'illusions. La critique de la religion contient en germe la critique de la vallée de larmes dont la religion est l'auréole. Karl Marx
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite