Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Italie. Ils veulent redonner le pouvoir au peuple
de : Gaël De Santis via FR
mardi 20 février 2018 - 11h12 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 59.8 ko
Giorgio Cremaschi, ancien dirigeant du syndicat CGIL, en campagne pour la liste Potere al popolo à Arzano, près de Naples, le 28 janvier. Salvatore Esposito/Pacific Press/Zuma/REA

Communistes, écologistes et militants des centres sociaux autogérés partent ensemble aux élections législatives italiennes du 4 mars .

La gauche qui ne s’est pas rendue aux sirènes néolibérales reprend espoir en Italie. Et si elle retrouvait le chemin du Parlement  ? Depuis le mauvais score des communistes, en 2008, elle n’est en effet plus représentée dans les institutions nationales. Cette année, le monde militant antilibéral a retrouvé le chemin de l’unité, sous la bannière dynamique de Pouvoir au peuple (PAP). Pour faire son retour à la Chambre des députés et au Sénat, à l’occasion des élections législatives du dimanche 4 mars, la gauche anti-austéritaire devra franchir les 3 %, dans un contexte où elle a disparu des médias.«  Nous voulons redonner sa centralité au travail, à la lutte contre les inégalités, à la défense de l’environnement  », explique à l’Humanité Viola Carofalo, porte-parole de Potere al popolo. Rétablissement des droits des salariés mis à mal par le Jobs Act de Matteo Renzi, reconversion écologique de l’économie, développement des services publics sont au cœur des ambitions affichées dans un programme volontairement à rebours de la doxa libérale. «  Là où il y avait un non, nous ferons un oui  », clame le manifeste, qui se veut être, plus qu’un programme de gouvernement, un programme de luttes, au vu des scores attendus.

Si les propositions avancées ne sont pas originales, comparées aux élections précédentes, la démarche, elle, l’est. En 2008, les communistes et les Verts se présentaient dans un cartel nommé Gauche arc-en-ciel. Sans succès. En 2013, plusieurs organisations s’étaient réfugiées sous la bannière Révolution civile, dont le leader était Antonio Ingroia, un magistrat anticorruption. Sans plus de réussite. En Italie plus qu’ailleurs, l’unité de la gauche est un combat. De l’avoir perdu, elle n’a pas su se relever au cours de la dernière décennie.Cette année, c’est un attelage plus large qui se présente aux électeurs. On y trouve de tout  : les militants communistes, et un nouveau monde, celui des défenseurs de l’environnement, celui des adeptes d’un «  syndicalisme de base  » radical, les membres d’associations de soutien aux migrants, et les activistes des centres sociaux, dont certains n’ont jamais voté.

On compte de nombreux communistes parmi les candidats

Face à une gauche politique inaudible, ce sont d’ailleurs les militants d’un squat autogéré napolitain qui ont relevé le gant en lançant un appel à une liste de gauche, en novembre dernier. Les centres sociaux sont désormais l’une des colonnes vertébrales de Pouvoir au peuple. En Italie, ils représentent un mouvement original, enraciné, qui fait de la politique tout en dispensant une action sociale. Le squat «  Je so’ pazzo  » (je suis fou), initiateur de la démarche, est en soi un exemple de la vitalité de l’activité des centres sociaux, l’un des principaux courants politiques de la gauche radicale de la péninsule. En mars 2015, à Naples, «  avec cinquante militants, engagés dans la bataille pour l’école ou auprès des précaires, ou encore des syndicalistes, nous avons occupé une ancienne prison désaffectée  », se rappelle Salvatore Prinzi, l’un des militants. À côté de l’activité politique à proprement parler, c’est toute une palette d’activités qui est offerte aux habitants du quartier Materdei  : sport, théâtre, distribution de nourriture, mais aussi aide juridique pour les salariés et migrants. Je so’ pazzo abrite même un centre médical à destination des familles populaires. «  On ne peut remplacer les services publics, mais on peut montrer qu’on peut faire quelque chose là où les institutions bourgeoises ne savent répondre aux besoins des gens  », avance Salvatore Prinzi. Ce centre social est fréquenté par un millier de personnes à Naples. Incontournable, Je so’ pazzo a noué de bonnes relations avec la municipalité dirigée par Luigi De Magistris.

La deuxième colonne vertébrale du rassemblement est constituée par les deux formations communistes, le Parti de la refondation communiste (PRC) et le Parti communiste italien (PCI, ex-PdCI). «  Nous avons toujours travaillé à l’agrégation des formations de la gauche radicale, en dehors du centre gauche, représenté par le Parti démocrate, très centriste  », explique Maurizio Acerbo, secrétaire du PRC. «  L’expérience Pouvoir au peuple est en train de remotiver de nombreux citoyens et nos militants  », se réjouit-il. On compte de nombreux communistes parmi les candidats.

Cette liste permettra-t-elle de faire mieux qu’en 2008 et 2013  ? Impossible de le dire pour l’heure. Pouvoir au peuple commence seulement à être connu. Et il doit faire face à deux écueils. Le premier est celui d’une liste concurrente d’une gauche plus institutionnelle, Libres et égaux (voir encadré). Le refus assumé des alliances avec les autres forces de gauche, le choix de l’opposition à l’heure où resurgit Silvio Berlusconi pourraient isoler la nouvelle formation. Le deuxième écueil est le Mouvement cinq étoiles (M5S). Cette formation démagogique, lancée par Beppe Grillo, créditée de plus de 25 % des intentions de vote incarne désormais la révolte, mais la dévoie. «  Pour nous, la question d’un emploi non précaire et d’une démocratie sur les lieux de travail est centrale  », explique Viola Carofalo. Ce n’est pas le cas pour le M5S, qui cherche à se rapprocher, avec son nouveau leader, Luigi Di Maio, des entrepreneurs. Et c’est sans compter la dérive droitière du M5S sur les questions des migrants. «  Nous devons reconquérir une partie de l’électorat M5S  », prévient la porte-parole de PAP. Une tâche immense.

Libres et égaux, l’autre liste de gauche

Outre Pouvoir au peuple, une autre liste concourt, à gauche du Parti démocrate (PD, centre), aux suffrages des Italiens. Libres et égaux dispose déjà de députés. Ils proviennent pour une part de Gauche italienne (SI, ex-Gauche écologie et liberté, composée pour beaucoup de membres et dirigeants sortis du Parti de la refondation communiste en 2009). SI est une formation de gauche antilibérale et anti-austéritaire qui a un temps été au Parti socialiste européen. Elle avait dû ses élus, en 2013, à une alliance avec le Parti démocrate. L’autre partie des parlementaires de Libres et égaux provient d’une nouvelle formation, le Mouvement des progressistes. Elle est composée essentiellement d’anciens du Parti communiste italien au sein du Parti démocrate, à savoir ceux qui se reconnaissaient en Massimo D’Alema, ex-premier ministre, et Pier Luigi Bersani. Ceux-ci ont été acteurs convaincus du virage blairiste et néolibéral du centre gauche italien dans les années 2000. Ils ne se reconnaissent pas dans la dérive droitière actuelle de Matteo Renzi à la tête du PD.

https://humanite.fr/italie-ils-veul...



Imprimer cet article





Fête de la musique à l’Elysée ! Incroyable mais vrai !
samedi 23 - 18h36
de : JO
1 commentaire
Les cadenas de l’EPR de Flamanville : la piste du sabotage de plus en plus sérieuse
vendredi 22 - 13h59
de : Patrick Samba
La grève à Enedis et Grdf est extraordinaire….
vendredi 22 - 13h55
de : dakota
1 commentaire
Quelques critiques anarchistes de la médecine
jeudi 21 - 23h08
de : jean 1
Annonce des (f)estives de la décroissance. 20-23 juillet. Le sens de la technique est une question politique
jeudi 21 - 22h18
de : Brulavoine
À QUOI SERVENT LES POLITIQUES DE MÉMOIRE ?
jeudi 21 - 19h40
de : Ernest London
MÉTÈQUE(S) / C’est l’heure de l’mettre (Radio Campus Lille)
jeudi 21 - 19h11
de : Hdm
Palestine : des entreprises françaises participent à la colonisation de Jérusalem-Est
jeudi 21 - 16h40
Sur l’« intégrisme laïque » français
jeudi 21 - 09h22
de : Christian DELARUE
Fête des secteurs en lutte pour la grève générale : C’est dans la rue que ça se gagne !
mercredi 20 - 10h41
François Ruffin à l’Ass.Nat. : Charge sur la vaisselle de l’Elysée "vieillissante" !
mercredi 20 - 10h09
de : JO
Palestine : face aux massacres, l’insupportable, ce serait le silence.
mercredi 20 - 09h55
de : UD CGT PARIS
1 commentaire
LA CONQUÊTE DU PAIN
mardi 19 - 20h14
de : Ernest London
YEMEN : Une guerre oubliée ?
mardi 19 - 18h20
de : JO
2 commentaires
Après Arago, Rassemblement Mercredi 20 juin à 8h au TGI de Nanterre pour la relaxe des inculpés suite évacuation par les
mardi 19 - 11h46
1 commentaire
Mouvement de grève chez les gazierEs et les électricienEs de GRDF et ENEDIS (video)
mardi 19 - 07h12
de : jean 1
En Alaska, les pétroliers gèlent le sol réchauffé par l’augmentation des températures
mardi 19 - 01h44
de : nazairien
2 commentaires
L’ESCLAVAGISTE RICHEPANCE DOIT QUITTER LA GUADELOUPE
lundi 18 - 20h20
de : LIYANNAJ KONT PWOFITASYON (L.K.P.)
L’ex-FO Mailly rejoint le cabinet d’un ancien conseiller de Sarkozy
lundi 18 - 17h37
1 commentaire
Photographier les exactions de l’armée d’occupation bientôt puni de plusieurs années de prison (photos, vidéos)
lundi 18 - 15h58
de : CAPJPO-EuroPalestine
PSA : mort sur ordonnance des 35 heures à Vesoul
lundi 18 - 08h47
1 commentaire
MENACES SUR LE REGIME DES ARTISTES-AUTEURS : MOBILISATION !
lundi 18 - 08h02
de : FNSAC CGT
1 commentaire
Méditerranée : l’escalade dans l’ignominie
lundi 18 - 07h47
de : MRAP
1 commentaire
Quand l’Aide publique au développement finance les garde-côtes libyens
lundi 18 - 07h34
de : Jérôme Duval
URGENT : CAMARADES EN GARDE-À-VUE SUITE À UNE ACTION CONTRE LE SALON DE L’ARMEMENT EUROSATORY.
vendredi 15 - 22h46
de : jean 1
Ivry en fête aura lieu les 16 et 17 juin 2018
vendredi 15 - 17h08
Interpellations du 22 mai : les parents appellent à manifester ce vendredi devant le tribunal
vendredi 15 - 08h37
QUE NOUS RESTE-T-IL ?
jeudi 14 - 19h49
de : Raymond H
Ernesto Rafael Guevara né le 14 juin 1928 à Rosario, Argentine, il aurait 90 ans...
jeudi 14 - 14h57
de : Roberto Ferrario
L’ÉCOLOGIE RÉELLE / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 14 - 12h47
de : Hdm
1 commentaire
LES MIGRANTS
jeudi 14 - 11h54
Soutien au Jargon Libre : Bourse aux livres et Concert de Dominique Grange
mercredi 13 - 12h32
Etat espagnol. Gouvernement de gauche, ah bon ?
mercredi 13 - 11h05
de : Antoine (Montpellier)
KURDISTAN, AUTOGESTION, RÉVOLUTION
mardi 12 - 09h25
de : Ernest London
2 commentaires
Fête la grève !
mardi 12 - 07h35
1 commentaire
QUAND L’ESPAGNE RÉVOLUTIONNAIRE VIVAIT EN ANARCHIE
mardi 12 - 07h17
de : Frédéric Goldbronn & Frank Mintz
Présentation-débat : Tout !
lundi 11 - 22h47
de : jean 1
Congrès du MRAP et CNCDH
lundi 11 - 20h55
de : Christian - MRAP
1 commentaire
Eurosatory 2018 : des collectifs veulent redynamiser la lutte contre le salon de l’armement
lundi 11 - 18h50
Propaganda - La fabrique du consentement (video)
lundi 11 - 15h19
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il n’y a point d’assujettissement si parfait que celui qui garde l’apparence de la liberté. J.J. Rousseau
LE JOURNAL DU MEDIA de 20H
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite