Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite, commenter l'article...

La chasse à la France Insoumise est ouverte !
de : JO
vendredi 26 octobre 2018 - 15h39 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

La chasse à la France Insoumise est ouverte… © AFP 2018 Philippe HUGUEN POINTS DE VUE (source sputnik-France) NDLR:EXTRA cet article ! Toute la supercherie Elyséenne analysée, je ne résiste pas à reproduire pour que nul n’en ignore ! La vérité est Révolutionnaire écrivit LENINE

Jacques Sapir

Il faut revenir sur les perquisitions dont ont été victimes Jean-Luc Mélenchon et les insoumis. Bien des choses ont été dites à leurs sujets. Cette opération politique, car il ne faut pas se voiler la face, c’est bien de cela qu’il s’agit, fait partie de l’entreprise systématique de démolition de la France Insoumise.

Cela ne devrait pas étonner. Après tout, ce que le pouvoir, et le Président de la République, à montré dans l’affaire Benalla indique bien que ce pouvoir n’est pas et ne sera pas à court de barbouzeries de tout ordre, de coup tordus et d’instrumentalisation honteuse de la justice. A peine peut-on s’étonner que Jean-Luc Mélenchon en ait été surpris.

Jean-Luc Mélenchon © REUTERS / GONZALO FUENTES Mélenchongate : « le pouvoir exécutif instrumentalise le pouvoir judiciaire » Les relais trouvés par le pouvoir dans le milieu d’un journalisme de complaisance ne sauraient eux non plus surprendre. Nous sommes en présence, pour certains, de journalistes à gages comme l’on dit des tueurs du même nom ; de sicaires qui utilisent la plume ou le clavier là où leurs homologues usent d’armes à feu ou d’armes blanches. Mais, l’ensemble de l’opération nous en dit long sur la décomposition de la macronerie (1), tout comme sur les méthodes qu’elle est prête à utiliser. Les perquisitions du 16 octobre

Revenons donc sur ce qui s’est passé. Nous sommes en présence d’une opération politique de première grandeur. Les 15 perquisitions du 16 octobre n’ont pu être organisées sans que le pouvoir exécutif soit non seulement au courant, mais qu’il ait pris lui-même la décision. De nombreux indices permettent de l’affirmer et notamment, le fait qu’une opération de cette ampleur ait eu lieu le jour même de l’annonce du remaniement (2). Cette opération a été menée par le parquet en mobilisant 100 policiers (excusez du peu). C’est sans doute la première fois que l’on a eu recours à un grand nombre de perquisitions simultanées, une pratique qui est plutôt réservée aux enquêtes liées au terrorisme ou à la grande criminalité dans le cadre du flagrant délit ou de l’information judiciaire et non de l’enquête préliminaire (article 76 du CPP) (3), et ce sans le consentement exprès et écrit des responsables ou propriétaires des lieux. Pourquoi avoir excipé des nécessités de l’enquête auprès du juge des Libertés pour se passer de ces consentements ? Les a-t-on seulement sollicités ? On est en droit de s’interroger sur la légalité de la procédure. En effet, dans l’article 76 du CPP, cette possibilité offerte au procureur vient après un paragraphe qui précise qu’il convient d’obtenir, préalablement, l’assentiment exprès et écrit du propriétaire ou de l’occupant des lieux. Cela n’a, visiblement, pas été fait…

Jean-Luc Mélenchon © REUTERS / EMMANUEL FOUDROT Mélenchon : « Nous sommes sous le feu d’une offensive politique » Cette opération visait un des premiers partis d’opposition. Comment peut-on peser que cette opération ait pu être décidée, tant dans le fond que dans la forme et dans le choix de la date, sans que les services de la place Vendôme et notamment le Garde des Sceaux, voire Matignon ou l’Elysée, aient été au courant ? Il est donc probable que la décision de l’ouverture de l’information judiciaire et la saisine d’un ou plusieurs juges d’instruction ait été prise avant même le déclenchement de cette opération, et que les magistrats instructeurs aient été judicieusement choisis par le pouvoir. Lors du déclenchement de l’affaire Fillon en 2017 par le Parquet National Financier, le monde judiciaire savait à l’avance qui serait le juge d’instruction désigné savait aussi que le candidat LR serait immédiatement mis en examen (4). Bien sûr, il sera plus difficile, en fin de compte, de trouver du fond. Les surfacturations reprochées à Mme Chikirou sont loin d’êtres évidentes dans les milieux de la communication. Les prix pratiqués restent largement inférieurs aux prix des agences de communication travaillant soit pour l’ancien candidat « socialiste », M. Benoit Hamon, soit pour le candidat Emmanuel Macron.

La question des assistants parlementaires européens, elle, peut probablement prêter plus à une mise en examen. Mais, tout comme dans le cas du MODEM ou du Front National, ce sera au prix d’une immense hypocrisie. Les assistants, et tout le monde le sait, travaillent pour des députés européens qui sont membres de partis. Il est logique et naturel qu’ils aient aussi des attributions dans les partis pour lesquels ils travaillent en définitive. Nous ne sommes pas là dans le cas reproché à François Fillon, ou la réalité du travail peut être mise en doute. De plus, les députés européens sont élus au scrutin de liste et non au scrutin uninominal d’arrondissement. Cela implique un engagement du parti qu’ils représentent bien plus important que pour les députés de l’Assemblée nationale.

Une opération illégale ?

Il faut alors revenir au fond de l’argument dont s’est servi la justice dans cette opération de basse police. En ce qui concerne les attachés parlementaires et les frais de campagne électorale, les lois de 1988 et de1990 (5), lui qui furent prises pour éviter les abus et le discrédit de la vie politique qui en découlait ont mis en place un système de financement public de la vie politique.

Mélenchon © AFP 2018 BERTRAND GUAY Les Français sont-ils vraiment « choqués » par le comportement de Mélenchon ? Ce système repose alors sur trois principes qui sont le financement par l’État en fonction des résultats électoraux, la limitation des dépenses pendant les campagnes électorales (pour éviter des déséquilibres mettant en cause le choix démocratique) et le contrôle financier à posteriori qui est exercé par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques. Ce contrôle porte notamment sur les recettes des partis afin d’éviter les dons interdits (et dans l’esprit du législateur cela devait éviter que des entreprises ne portent à bout de bras certains candidats), et sur les dépenses de ces derniers en période électorale. Le contrôle des dépenses, ce point est essentiel, ne doit porter que sur la réalité de ces dernières afin de vérifier l’absence de minoration pour empêcher le dépassement du plafond. C’est ce qui fut reproché à Nicolas Sarkozy dans sa campagne de 2012. Mais, la stratégie électorale est ici libre et la commission ne doit pas déterminer à la place du candidat, ou de son parti, les dépenses réputées bonnes pour sa stratégie. Ce point est essentiel. La Commission ne vérifie ici que la forme, et de plus elle vérifie dans le but d’éviter un dépassement du plafond légal. Cela veut dire que l’accusation de surfacturation portée contre Mme Chikirou n’a pas lieu d’être. Elle est même contraire à l’esprit comme à la lettre de la loi puisqu’une surfacturation aurait rapproché en fait la campagne de J-L Mélenchon de son plafond autorisé. C’est le droit le plus strict de Mme Chikirou de ne pas se faire rémunérer plus, et c’est le droit le plus strict de la France Insoumise de choisir ce prestataire. Tout le reste relève d’une comptabilité inventive et d’une interprétation plus que douteuse de la lettre comme de l’esprit de la loi de la part des juges. La réalité politique : un pouvoir aux abois chasse le Mélenchon

L’opération politique se révèle ici. Le dossier semble bien vide en matière de dons interdits (au contraire de la campagne d’Emmanuel Macron) et de minoration des dépenses. On doit ajouter que le déchaînement d’une certaine presse contre Mme Chikirou et contre M. Mélenchon le confirme. Le fait qu’une certaine « gôche » ait décidé de joindre sa voix à la meute des macronistes, de Hamon à Médiapart, n’y change rien. Ou plutôt, cela confirme la déliquescence morale de ces personnages et institutions.

Fiscal Kombat © PHOTO. CAPTURE D’ÉCRAN : YOUTUBE Fiscal Kombat, le jeu où Mélenchon secoue Macron (VIDEO) On peut considérer que Mélenchon n’a pas su trouver le ton juste face cette attaque. C’est une affaire de point de vue. On peut aussi penser qu’il a été ulcéré par le comportement d’un pouvoir qui lui avait dit qu’il était un adversaire et non un ennemi (6), et qu’il a été scandalisé, à juste titre, par les insinuations grossières et de caniveau de certains journalistes. J’aurai donc tendance à trouver normale la réaction de Jean-Luc Mélenchon. Mais, ce qui n’est pas normal, c’est qu’il ait cru sur parole le Président et, au-delà, la structure oligarchique que Macron représente. Si Mélenchon a pu imaginer qu’il était un adversaire et non un ennemi de ce pouvoir, il a grandement et gravement erré. Ce pouvoir, dont on mesure chaque jour d’avantage la déliquescence tant morale que politique, ne reculera devant rien pour abattre la France Insoumise. Il a d’ailleurs trouvé des rabatteurs complaisants dans les rangs d’un P « S » moribond. On s’en souviendra en temps utile…

Il est urgent que Mélenchon comprenne qui est son ennemi et quels sont ses adversaires dans le contexte et la situation actuelle. Car, on ne traite pas des adversaires comme il faut traiter son ennemi…



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
La chasse à la France Insoumise est ouverte !
26 octobre 2018 - 19h48 - Posté par Foolad

@ JO
Je trouve très intéressant et utile cet article de Jacques Sapir






IDÉES NOIRES SOUS GILETS JAUNES
mardi 25 - 05h27
de : jean 1
VENEZUELA : La nouvelle économie Socialiste, c’est parti !
lundi 24 - 17h01
de : JO
Affaire Legay : les gendarmes en service à Nice ce jour-là ont refusé les ordres du commissaire
lundi 24 - 15h07
de : nazairien
2 commentaires
Ils sont 93
lundi 24 - 11h45
de : jean 1
1 commentaire
LE MONDE A CHANGE : L’impérialisme l’apprend à ses dépends !
lundi 24 - 11h38
de : JO
acte 32, beaucoup de monde à paris, manif sauvage, flics éparpillés, fatigués, inefficaces (vidéo)
dimanche 23 - 14h18
de : nazairien
7 commentaires
HONTEUX, SCANDALEUX ET INACCEPTABLE : L214 dénonce l’horrible scandale des ‘vaches à hublots’
dimanche 23 - 11h56
de : nazairien
2 commentaires
Sarkozy et ses "casseroles" , Sarkozy jugé pour corruption - C l’hebdo - 22/06/2019 (vidéo)
dimanche 23 - 02h45
de : nazairien
L’ Acte 32, a bien tenu ses promesses et le live du sanglier jaune, a donné l’information en continu (vidéo)
dimanche 23 - 01h46
de : nazairien
1 commentaire
perturbation au Salon aéronautique
samedi 22 - 22h32
de : désobéir
Retour aux blocages pour les gilets jaunes
samedi 22 - 17h42
1 commentaire
L’héritage de Brecht : ’Berlin en Seine’ à l’Essaïon
vendredi 21 - 19h56
Daniel Tanuro : « Collapsologie : toutes les dérives idéologiques sont possibles »
vendredi 21 - 14h08
de : jean 1
2 commentaires
C’est un gendarme mobile qui a renversé quatre gilets jaunes à Rouen en février (video)
vendredi 21 - 13h36
de : Lille Insurgée
Fête de soutien aux postier-e-s du 92
vendredi 21 - 10h39
MACRON : PREMIERE A DROITE
jeudi 20 - 10h15
de : Nemo3637
QG, le média libre (videos)
jeudi 20 - 09h30
de : Aude Lancelin
3 commentaires
RÉFÉRENDUM ADP Objectif : 4,7 millions de signatures !
jeudi 20 - 08h53
de : La CGT
Comédie de Béthune - Un an après la grève ...
jeudi 20 - 08h37
de : Synptac Cgt
Ulcan (Chelli) renvoyé aux assises : sera-t-il extradé ?
jeudi 20 - 08h22
de : CAPJPO-EuroPalestine
ASSURANCE CHÔMAGE : LES CHÔMEURS DANS LE VISEUR ! Rassemblement le 20 juin à 11H Place du Palais Royal
jeudi 20 - 08h14
de : FNSAC - CGT
Non au détricotage de la loi sur la liberté de la presse
jeudi 20 - 08h05
de : SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes, SGJ-FO
Urgence pour l’hôpital et pour un accès effectif à des soins de qualité, partout et pour tous !
jeudi 20 - 07h59
de : Ligue des droits de l’Homme
Le Naufrage d’ALSTOM : Macron dans la tourmente ?
mercredi 19 - 20h50
de : JO
1 commentaire
Assurance chômage : 3,4 milliards d’économies sur le dos des chômeurs, zéro sur celui du patronat
mercredi 19 - 15h25
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Voitures électriques, nucléaire et compteurs Linky : Stéphane Lhomme à nouveau à Castres
mercredi 19 - 09h35
QUAND LES TRAVAILLEUSES DE LA MUSIQUE NE SONT PAS À LA FÊTE ...
mercredi 19 - 09h27
de : FNSAC - CGT
Grève massivement suivie à Radio France, près des trois quarts des salarié-e-s ont cessé le travail le 18 juin
mercredi 19 - 09h22
de : CFDT, CGT, FO, SNJ, Sud, Unsa de Radio France
Une Magistrate agressée devant chez elle par un #LBD40 : une enquête ouverte pour tentative d’assassinat
mardi 18 - 18h21
de : nazairien
11 commentaires
Geodis : ces batailles du flux des ouvriers de la logistique
mardi 18 - 09h19
de : David Gaborieau
1 commentaire
Reverdir le Rojava
mardi 18 - 08h53
de : Pierre Bance
Rendez-vous dans 100 ans.
lundi 17 - 18h40
de : L’iena rabbioso
VENEZUELA : Cette expérience Socialiste qui donne des frayeurs à l’impérialisme !
lundi 17 - 17h47
de : JO
Grande Fête du livre de Noir et Rouge samedi 22 juin 2019-
lundi 17 - 09h52
de : frank
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 - 09h29
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Garde à vue de Gaël prolongée, Mobilisation lundi 17 juin 12h30
lundi 17 - 09h27
ADRESSE À TOUS CEUX QUI NE VEULENT PAS GÉRER LES NUISANCES MAIS LES SUPPRIMER
lundi 17 - 09h25
de : Ernest London
L’ESCROQUERIE DU REVENU UNIVERSEL D’ACTIVITÉ DE MACRON (video)
dimanche 16 - 16h35
de : JO
2 commentaires
ACTE 31 Gilets Jaunes de Toulouse : les brutes de macron dans ses oeuvres ! (videos)
dimanche 16 - 15h51
de : JO
Européennes : de la montée de l’extrême-droite à une autre perspective
dimanche 16 - 13h18
de : Eve76

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La religion est le soupir de la créature opprimée, l'âme d'un monde sans cœur, comme elle est l'esprit des conditions sociales d'où l'esprit est exclu. Elle est l'opium du peuple. Karl Marx
Info Com-CGT
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite