Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Brésil. Bruits de bottes au sein des universités publiques. De Smaïl Hadj Ali
de : Smaïl Hadj Ali
vendredi 26 octobre 2018 - 18h53 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

À trois jours du second tour, la presse progressiste du Brésil, et d’autres titres dont le journal de la droite libérale Folha de Sao Paulo, rapportent que de nombreuses universités fédérales -publiques- dans tout le pays, ont fait l’objet d’actions répressives menées par la police militaire, et fédérale, les juges du Tribunal supérieur électoral, et ce en violation totale de l’autonomie des Universités, stipulée par la Constitution. -5/10/1988-. Ces médias signalent que ces actions se sont déroulées dans des universités du nordeste, du nord, du centre-ouest, du sud -est du Brésil.

A cet effet, comment ne pas lier ces actions répressives à la publication du décret numéro 9527 du 16 octobre 2018, signé conjointement par le président usurpateur Temer et le général Etchegoyen. Un mot sur cet homme de l’ombre, nostalgique de la dictature, et membre de l’armée depuis 1971. Totalement inféodé au puissant lobby sioniste du Brésil, il est le fils d’un général qui fut un zélé serviteur de la dictature militaire, dont la Commission Vérité a établi l’implication dans les actes de torture. J’ouvre une parenthèse sur cette pratique monstrueuse pour noter que le « spécialiste » des questions internationales sur CNews, Harold Hyman, interrogé ce jeudi 25 octobre sur la situation au Brésil par Yves Calvi, dans l’émission L’Actu. L’Info Du vrai de CNews, a admis l’existence de la torture sous la dictature militaire : «  oui il y a eu de la torture  », pour très vite nuancer : « …mais pas de manière excessive ». À ces propos tout simplement ignobles, une question : combien de torturés vous faudra-t-il, Monsieur le spécialiste, pour juger que la torture «  a été excessive » ? Fermons cette parenthèse. Le général, fils du général Etchegoyen, s’est naturellement élevé contre l’implication, documentée par la Commission Vérité, de son père, et réaffirmé à de multiples occasions sa fierté et sa reconnaissance filiales. Sa signature conjointe, plus qu’étrange, du décret présidentiel, doit bien évidemment à sa nomination par Temer au lendemain du golpe parlementaire, en tant que ministre en chef du Cabinet de Sécurité Institutionnelle, - Gabinete de Segurança Institucional- à la présidence de la république, ce qui ne s’était jamais vu depuis la « fin » de la dictature. En vérité, cette structure est l’exacte réplique du sinistre Service National des Informations-SNI- créé en juin 1964 par la dictature militaire, et spécialisé dans la répression, l’arrestation et la disparition des opposants. Les forces progressistes considèrent que ce personnage est un membre caché de l’équipe de coordination électorale de Bolsonaro. Sa nomination par Temer, lors du golpe néo-libéral-fascisant comme nous l’avions écrit en mai 2016 -LGS 16/05/2016- préfigurait le scénario que vit aujourd‘hui le Brésil-ibidem-, et en a fait l’homme fort du golpe anti Dilma Rousseff.

Ceci posé, voici sans exhaustivité, les premières actions répressives menées contre les universités publiques brésiliennes depuis quelques jours :

 Mardi 23 octobre, des policiers militaires et fédéraux ont envahi l’Université fédérale Fluminense (UFF) à Niterói -État de Rio de Janeiro-, pour retirer un drapeau antifasciste, qui ne mentionnait aucun des candidats.

 Mercredi 24 octobre, l’Université fédérale de São João del Rei (État du Minas Geraes) a reçu un mandat ordonnant le retrait de la note de l’Université réaffirmant les principes démocratiques et le rejet de la violence durant la campagne électorale de la présidentielle. Dans cette note le Recteur déclarait : "La violence qui affecte aujourd’hui les groupes minoritaires dans notre société - Noirs, Indiens, Quilombolas, LGBTI, personnes handicapées, femmes, s’étend aussi à des groupes qui s’opposent à la doctrine de l’un des candidats. La production du savoir, de l’art et de la culture est menacée dans sa propre existence, dans un contexte de violence et de manque de respect pour la démocratie ".

 Le syndicat des enseignants de l’Université publique de l’État du Para rapporte que la police militaire a envahi mercredi 24 octobre, la classe du professeur Mario Brasil, suite à la dénonciation-délation d’un étudiant, alors qu’il abordait dans la partie relative aux médias sociaux de son cours de sciences sociales, la question des fausses nouvelles- fake news-. Alertés par le père de l’étudiant les agents de la Police militaire, une excroissance des pires moments de la dictature, ont voulu conduire au poste de police l’enseignant qui a refusé et déclaré qu’il ne s’y rendrait qu’avec ses avocats et les responsables de son syndicat.

 Le 24 octobre, à l’université fédérale de l’État de Paraiba, -Nordeste- située à Joao Pessoa capitale de l’État, des hommes portant la tenue d’ agents du Tribunal régional électoral-T-R-E, mais refusant de décliner les documents justifiant leur statut et leur appartenance, ont envahi la salle de cours d’un enseignant pour enquêter sur une allégation selon laquelle on y faisait de la publicité électorale pour une candidate progressiste. L’accusation ne reposant sur rien, ces supposés agents ont dû rebrousser chemin Toujours dans l’État de Paraiba, le 25 octobre à l’Université fédérale de Campina Grande, des officiers de la police fédérale armés et mandatés par un juge électoral ont fait une descente au siège du syndicat national -ANDES- qui se trouve dans le campus, pour y saisir et détruire le" Manifeste de Défense de la démocratie et de l’Université publique ", rédigé par le syndicat et approuvé en Assemblée générale par les enseignants. Durant la perquisition ils ont volé l’ordinateur du Bureau de presse du syndicat. Ce manifeste se faisait l’écho des positions des enseignants dans la défense « sans restriction de la démocratie, des libertés démocratiques, de l’université publique, libre, de qualité et laïque et de leur organisation syndicale ».

 Le 25 octobre l’Université fédérale, de la ville de Grande Dourados dans le Mato Grosso do Sul, a été l’objet de la violation de son autonomie sur ordre d’un juge du Tribunal Électoral Supérieur interdisant une conférence publique intitulée "Écrasons le fascisme" qui devait avoir lieu le même jour à 10h00.

Face à ces actes de répression et de violation de l’autonomie universitaire, l’Université Pontificale Catholique de São Paulo, PUC-SP, dont le campus a été envahi par les forces de répression de la dictature militaire en septembre 1977, et dont neuf cents étudiants ont été arrêtés et conduits dans les locaux de la police militaire et de la police politique -la sinistre DOPS-, a publié une note jeudi 25 octobre, dans laquelle elle affirme :

"Répudier toutes les manifestations de haine, d’intolérance et d’embarras de quelque manière que ce soit, contraire à l’égalité individuelle et collective, politique, économique, sociale, raciale et de genre de la population brésilienne établie par la Constitution. La note ajoute que "la défense des intérêts du peuple brésilien, de ses travailleurs, ainsi que des personnes les plus fragiles et les plus vulnérables, qui est notre priorité, est désormais menacée. L’université déclare qu’elle se joint à " tous ceux qui appellent à un large mouvement syndical pour la défense de la justice sociale et le plein accès au bien-être du peuple brésilien dans son ensemble ».



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Brésil. Bruits de bottes au sein des universités publiques. De Smaïl Hadj Ali
26 octobre 2018 - 20h59 - Posté par Jean PRADIER dit jean 1

Merci pour toutes ces informations qui font froid et que les médias délaissent.
Tout notre soutien au peuple brésilien mais le combat sera rude et violent.






IDÉES NOIRES SOUS GILETS JAUNES
mardi 25 - 05h27
de : jean 1
VENEZUELA : La nouvelle économie Socialiste, c’est parti !
lundi 24 - 17h01
de : JO
Affaire Legay : les gendarmes en service à Nice ce jour-là ont refusé les ordres du commissaire
lundi 24 - 15h07
de : nazairien
2 commentaires
Ils sont 93
lundi 24 - 11h45
de : jean 1
1 commentaire
LE MONDE A CHANGE : L’impérialisme l’apprend à ses dépends !
lundi 24 - 11h38
de : JO
acte 32, beaucoup de monde à paris, manif sauvage, flics éparpillés, fatigués, inefficaces (vidéo)
dimanche 23 - 14h18
de : nazairien
7 commentaires
HONTEUX, SCANDALEUX ET INACCEPTABLE : L214 dénonce l’horrible scandale des ‘vaches à hublots’
dimanche 23 - 11h56
de : nazairien
2 commentaires
Sarkozy et ses "casseroles" , Sarkozy jugé pour corruption - C l’hebdo - 22/06/2019 (vidéo)
dimanche 23 - 02h45
de : nazairien
L’ Acte 32, a bien tenu ses promesses et le live du sanglier jaune, a donné l’information en continu (vidéo)
dimanche 23 - 01h46
de : nazairien
1 commentaire
perturbation au Salon aéronautique
samedi 22 - 22h32
de : désobéir
Retour aux blocages pour les gilets jaunes
samedi 22 - 17h42
1 commentaire
L’héritage de Brecht : ’Berlin en Seine’ à l’Essaïon
vendredi 21 - 19h56
Daniel Tanuro : « Collapsologie : toutes les dérives idéologiques sont possibles »
vendredi 21 - 14h08
de : jean 1
2 commentaires
C’est un gendarme mobile qui a renversé quatre gilets jaunes à Rouen en février (video)
vendredi 21 - 13h36
de : Lille Insurgée
Fête de soutien aux postier-e-s du 92
vendredi 21 - 10h39
MACRON : PREMIERE A DROITE
jeudi 20 - 10h15
de : Nemo3637
QG, le média libre (videos)
jeudi 20 - 09h30
de : Aude Lancelin
3 commentaires
RÉFÉRENDUM ADP Objectif : 4,7 millions de signatures !
jeudi 20 - 08h53
de : La CGT
Comédie de Béthune - Un an après la grève ...
jeudi 20 - 08h37
de : Synptac Cgt
Ulcan (Chelli) renvoyé aux assises : sera-t-il extradé ?
jeudi 20 - 08h22
de : CAPJPO-EuroPalestine
ASSURANCE CHÔMAGE : LES CHÔMEURS DANS LE VISEUR ! Rassemblement le 20 juin à 11H Place du Palais Royal
jeudi 20 - 08h14
de : FNSAC - CGT
Non au détricotage de la loi sur la liberté de la presse
jeudi 20 - 08h05
de : SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes, SGJ-FO
Urgence pour l’hôpital et pour un accès effectif à des soins de qualité, partout et pour tous !
jeudi 20 - 07h59
de : Ligue des droits de l’Homme
Le Naufrage d’ALSTOM : Macron dans la tourmente ?
mercredi 19 - 20h50
de : JO
1 commentaire
Assurance chômage : 3,4 milliards d’économies sur le dos des chômeurs, zéro sur celui du patronat
mercredi 19 - 15h25
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Voitures électriques, nucléaire et compteurs Linky : Stéphane Lhomme à nouveau à Castres
mercredi 19 - 09h35
QUAND LES TRAVAILLEUSES DE LA MUSIQUE NE SONT PAS À LA FÊTE ...
mercredi 19 - 09h27
de : FNSAC - CGT
Grève massivement suivie à Radio France, près des trois quarts des salarié-e-s ont cessé le travail le 18 juin
mercredi 19 - 09h22
de : CFDT, CGT, FO, SNJ, Sud, Unsa de Radio France
Une Magistrate agressée devant chez elle par un #LBD40 : une enquête ouverte pour tentative d’assassinat
mardi 18 - 18h21
de : nazairien
11 commentaires
Geodis : ces batailles du flux des ouvriers de la logistique
mardi 18 - 09h19
de : David Gaborieau
1 commentaire
Reverdir le Rojava
mardi 18 - 08h53
de : Pierre Bance
Rendez-vous dans 100 ans.
lundi 17 - 18h40
de : L’iena rabbioso
VENEZUELA : Cette expérience Socialiste qui donne des frayeurs à l’impérialisme !
lundi 17 - 17h47
de : JO
Grande Fête du livre de Noir et Rouge samedi 22 juin 2019-
lundi 17 - 09h52
de : frank
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 - 09h29
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Garde à vue de Gaël prolongée, Mobilisation lundi 17 juin 12h30
lundi 17 - 09h27
ADRESSE À TOUS CEUX QUI NE VEULENT PAS GÉRER LES NUISANCES MAIS LES SUPPRIMER
lundi 17 - 09h25
de : Ernest London
L’ESCROQUERIE DU REVENU UNIVERSEL D’ACTIVITÉ DE MACRON (video)
dimanche 16 - 16h35
de : JO
2 commentaires
ACTE 31 Gilets Jaunes de Toulouse : les brutes de macron dans ses oeuvres ! (videos)
dimanche 16 - 15h51
de : JO
Européennes : de la montée de l’extrême-droite à une autre perspective
dimanche 16 - 13h18
de : Eve76

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c'est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience. Karl Marx
Info Com-CGT
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite