Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Brésil : coup d’État institutionnel en guise de destitution
de : Jérôme Duval
mercredi 5 décembre 2018 - 14h39 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 72.7 ko

Au Brésil, l’oligarchie est parvenue à destituer la présidente en exercice, Dilma Rousseff, par un coup d’État institutionnel et placer son vice-président, le très réactionnaire Michel Temer, au pouvoir sans passer par les urnes. Devenu le président par intérim le plus impopulaire de l’histoire du Brésil, le temps est alors venu d’oublier ces désagréments et faire parler les urnes… pour légitimer l’illégitime : l’ascension progressive depuis 2015 d’un régime autoritaire accompagné d’une résurgence du rôle politique des militaires suite à un coup d’État parlementaire.

Pour bien comprendre le contexte dans lequel se déroule l’élection d’octobre 2018 qui porte le candidat d’extrême droite, Jair Bolsonaro, à la présidence de la République pour le Parti social-libéral (PSL), un retour en arrière s’impose.

Procédure de destitution illégitime et coup d’État parlementaire

Une procédure de destitution (« impeachment ») [1] controversée, portée par le président de la Chambre des députés, Eduardo Cunha (Parti du mouvement démocratique brésilien, Partido do Movimento Democrático Brasileiro – PMDB, centre) est déclenchée le 2 décembre 2015 à l’encontre de la présidente en exercice Dilma Rousseff (Parti des travailleurs, Partido dos Trabalhadores – PT, centre-gauche), démocratiquement élue en 2010 et réélue en 2014 avec 51,64 % des voix au second tour du scrutin. Cette procédure de destitution intervient quelques heures seulement après que les parlementaires du PT aient voté pour la poursuite de l´enquête sur Eduardo Cunha au Conseil d´éthique de la chambre des députés. L’architecte de la destitution de Dilma Rousseff, évangélique, ultraconservateur et adversaire acharné de l’avortement, est alors soupçonné pour son rôle dans l’affaire Petrobras et des comptes secrets en Suisse, alimentés par des pots-de-vin, où il aurait dissimulé plus de 5 millions de dollars, dont lui et sa seconde épouse Claudia Cruz se sont révélés être les bénéficiaires. La Cour suprême finira par le suspendre de ses fonctions et, le 12 septembre 2016, une majorité écrasante des parlementaires le déclarera inéligible jusqu’en janvier 2027.

Malgré cela, la procédure contre Dilma Rousseff se poursuit, et le 17 avril 2016, suite à une session marathon de près de 43 heures dans un climat de haine, les députés se prononcent sur la destitution de la présidente. Jair Bolsonaro entame alors un court discours [2] dans lequel il remercie chaleureusement Eduardo Cunha « pour la façon dont il a mené les travaux [menant à la destitution] » et rend hommage à l’un des pires responsables de la répression politique sous la dictature : « Pour la mémoire du colonel Carlos Alberto Brilhante Ustra, l’épouvante de Dilma Rousseff, pour l’armée de Caxias, pour les forces armées, pour le Brésil au-dessus de tout et pour Dieu au-dessus de tout, je vote oui » [3] Son Oui à la destitution de la présidente, dédié au tortionnaire responsable de la torture qu’a endurée Dilma Rousseff, claque dans l’enceinte de la Chambre telle une déclaration de guerre susceptible de faire ressurgir les démons du passé et scandalise l’opinion brésilienne et internationale. De septembre 1970 à janvier 1974, sous le commandement du colonel Ustra, un des personnages les plus craints de la dictature militaire, près de 500 personnes ont été torturées dans le principal organe de la répression de l’armée à Sao Paulo, le centre DOI-CODI, par où est passé Dilma Rousseff elle-même. Plus de cinquante autres sont portées disparues ou ont été assassinées, selon la Commission nationale de la vérité (Comissão Nacional da Verdade - CNV).

Ce jour là, plus des deux tiers des députés se prononcent pour la destitution, ouvrant la voie à la poursuite de la procédure. Finalement, au terme d’un vote au Sénat le 31 août 2016, Dilma Rousseff est officiellement destituée. Les politiques corrompus, une justice réactionnaire, le grand patronat brésilien et les médias des hautes familles de l’oligarchie, ont réussit la prouesse d’installer Michel Temer (PMDB) au pouvoir sans passer par les urnes. Précision de taille, la destitution de Dilma Rousseff ne s’est pas faite pour corruption mais sous prétexte d’irrégularités comptables 4, les fameux « coups de pédale fiscaux » (pedalada fiscal), un délit fréquemment mis en pratique par les prédécesseurs de Mme Rousseff et par de nombreux gouverneurs d’État, et dont la gravité n’est pas assez élevée pour justifier une destitution présidentielle. Dilma Rousseff n’est alors impliquée dans aucun scandale de corruption.

A contrario, les parlementaires putschistes (députés et sénateurs), à commencer par les membres du PMDB de Temer, sont eux, massivement empêtrés dans les affaires de corruption. Plusieurs ministres du président par intérim sont eux aussi touchés par les scandales et quittent le gouvernement. Onze jours seulement après être entré en fonction, le ministre de la Planification, Romero Juca (PMDB), est limogé le 23 mai 2016 après s’être prononcé pour étouffer l’enquête sur le scandale Petrobras, dans lequel il est lui-même mis en cause ; Fabiano Silveira, le ministre de la Transparence, poste nouvellement créé pour lutter contre la corruption (!), démissionne le 30 mai 2016 ; le ministre du Tourisme, Henrique Eduardo Alves (PMDB), soupçonné de corruption, démissionne le 16 juin 2016. Puis, c’est finalement au tour du secrétaire du gouvernement, Geddel Vieira Lima (PMDB), d’être accusé de trafic d’influences dans le cadre d’un projet immobilier, il démissionne le 25 novembre 2016. José Serra (PSDB [4]) qui a subit deux défaites électorales au second tour, d’abord contre Lula en 2002, puis contre Dilma Rousseff en 2010, est nommé ministre des Affaires étrangères le 12 mai 2016. Formellement accusé par la justice brésilienne de corruption, c’est pour raisons de santé qu’il démissionne du gouvernement Temer le 22 février 2017. Au total, le gouvernement par intérim est remanié à six reprises.

Et Michel Temer, parachuté au sommet de l’État au terme de l’opération de destitution ? Un personnage mafieux qui croule sous les accusations de malversations, souvent étayées par des enregistrements accablants [5], qui fait l’objet de deux enquêtes du parquet pour corruption et association de malfaiteurs. En dépit de cette situation incompatible avec son poste, il bénéficie d’une immunité jusqu’à la fin de son mandat, courant jusqu’au 1er janvier 2019, et ne peut être condamné. Et pour s’en assurer il ordonne le versement de pots-de-vin au président du Parlement qui avait lancé la procédure de destitution, Eduardo Cunha, pour acheter son silence [6].

Difficile de résumer toute la littérature sur l’opération Lava Jato (« Lavage express », ou scandale Petrobras) en quelques lignes, mais pour qui s’y intéresse, on notera que le PT est loin d’être le seul parti touché par la corruption [7]. Celle-ci a toujours gangrené l’histoire politique brésilienne, mais elle est soudainement mise en exergue comme jamais auparavant par les grands médias et l’opposition après avoir été dénoncée par la gauche lors du mouvement populaire « passe libre » [8] contre l’augmentation des prix dans les transports publics en 2013. L’opposition à Dilma Rousseff s’en est servi comme arme pour légitimer la procédure de destitution. Paradoxalement, les responsables politiques qui pointent du doigt, avec un acharnement spectaculaire, le PT, sont eux-même souvent englués dans les affaires de malversations… L’exemple flagrant étant l’architecte de la destitution de Dilma Rousseff, Eduardo Cunha, qui purge désormais une peine de quinze ans et quatre mois de prison pour corruption, blanchiment d’argent et évasion illégale de devises [9].

Article publié sur le blog Un monde sans dette du journal Politis. L’auteur remercie chaleureusement Joaquín de Santos Barbosa, Rémi Chatain, Matthias Sant’Ana, Joaldo Dominguez, Deborah Cavalcante, Mats Lucia Bayer et Yvette Krolikowski.

Notes

[1] Fernando Collor, second président suite au régime militaire dictatorial, a été le premier a être destitué au Parlement le 29 septembre 1992. José Sarney est considéré le premier président « post-dictature », après avoir pourtant été désigné par un parlement élu sous la dictature…

[2] Jair Bolsonaro voto sim impeachment 2016 HD : https://www.youtube.com/watch?v=Sro..., consulté le 26 novembre 2018. Extrait : “Para o povo brasileiro, tem um nome que entrará para historia nessa data, pela forma como conduziu os trabalhos nessa casa. Parabéns presidente Eduardo Cunha ! Perderam em 64, perderam agora em 2016. Pela família, pela inocência das crianças em sala de aula que o PT nunca teve. Contra o comunismo, pela nossa liberdade, contra o Foro de São Paulo. Pela memória do coronel Carlos Alberto Brilhante Ustra, o pavor de Dilma Rousseff. Pelo exercito de Caxias. Pela nossas forças armadas, por Brasil acima de tudo e por deus acima de todos, o meu voto é sim.”

[3] Mariana Della Barba et Marina Wentzel « Discurso de Bolsonaro deixa ativistas ‘estarrecidos’ e leva OAB a pedir sua cassação », BBC Brasil, 20 avril 2016.

[4] PSDB : Parti de la Social Démocratie Brésilienne (Partido da Social Democracia Brasileira).

[5] Marina Lopes, « Brazilian President Temer survives a vote to suspend him on corruption charges », The Washington Post, 2 août 2017.

[6] « Au Brésil, la fabrique des démagogues », Glenn Greenwald & Victor Pougy, Le Monde diplomatique, octobre 2018.

[7] En 2013, le PT était classé 9e dans la liste des partis les plus corrompus au Brésil. « Um ranking da corrupção por partido », 21 juin 2013. http://opiniaoenoticia.com.br/brasi...

[8] Le Movimento Passe Livre s’est constitué au Forum social mondial de Porto Alegre en 2005. Il a connu un développement important lors des manifestations spectaculaires de juin 2013. Lire : https://pt.wikipedia.org/wiki/Jorna...

[9] Glenn Greenwald, Victor Pougy, op. cit.

http://www.cadtm.org/Bresil-coup-d-...



Imprimer cet article





Voitures électriques, nucléaire et compteurs Linky : Stéphane Lhomme à nouveau à Castres
mercredi 19 - 09h35
QUAND LES TRAVAILLEUSES DE LA MUSIQUE NE SONT PAS À LA FÊTE ...
mercredi 19 - 09h27
de : FNSAC - CGT
Grève massivement suivie à Radio France, près des trois quarts des salarié-e-s ont cessé le travail le 18 juin
mercredi 19 - 09h22
de : CFDT, CGT, FO, SNJ, Sud, Unsa de Radio France
Une Magistrate agressée devant chez elle par un #LBD40 : une enquête ouverte pour tentative d’assassinat
mardi 18 - 18h21
de : nazairien
9 commentaires
Geodis : ces batailles du flux des ouvriers de la logistique
mardi 18 - 09h19
de : David Gaborieau
Reverdir le Rojava
mardi 18 - 08h53
de : Pierre Bance
Rendez-vous dans 100 ans.
lundi 17 - 18h40
de : L’iena rabbioso
VENEZUELA : Cette expérience Socialiste qui donne des frayeurs à l’impérialisme !
lundi 17 - 17h47
de : JO
Grande Fête du livre de Noir et Rouge samedi 22 juin 2019-
lundi 17 - 09h52
de : frank
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 - 09h29
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Garde à vue de Gaël prolongée, Mobilisation lundi 17 juin 12h30
lundi 17 - 09h27
ADRESSE À TOUS CEUX QUI NE VEULENT PAS GÉRER LES NUISANCES MAIS LES SUPPRIMER
lundi 17 - 09h25
de : Ernest London
L’ESCROQUERIE DU REVENU UNIVERSEL D’ACTIVITÉ DE MACRON (video)
dimanche 16 - 16h35
de : JO
2 commentaires
ACTE 31 Gilets Jaunes de Toulouse : les brutes de macron dans ses oeuvres ! (videos)
dimanche 16 - 15h51
de : JO
Européennes : de la montée de l’extrême-droite à une autre perspective
dimanche 16 - 13h18
de : Eve76
Alternative Nouvelle au Capitalisme (?)
dimanche 16 - 09h47
de : Jean Roussie
Taha Bouhafs : « Je ne suis pas plus militant qu’un journaliste du “Point” ou de BFM TV »
samedi 15 - 23h51
de : Entretien avec Taha Bouhafs
CONGRÈS DE FONDATION DE L’UNION COMMUNISTE LIBERTAIRE (UCL) : DÉCLARATION FINALE
samedi 15 - 19h29
de : jean 1
NON à l’amalgame honteux du régime israélien avec l’Antisémitisme !
samedi 15 - 10h22
de : JO
École de la confiance : la loi passe, la défiance reste, les mobilisations continuent
samedi 15 - 07h50
de : Stéphane Ortega
CE CAUCHEMAR QUI N’EN FINIT PAS - Comment le néolibéralisme défait la démocratie
vendredi 14 - 19h24
de : Ernest London
GILETS JAUNES : PAUSE AVANT LA REPRISE ?
vendredi 14 - 18h23
de : Raymond H
Macron et Castaner visés par une plainte à la Cour pénale internationale pour « crime contre l’humanité » (video)
vendredi 14 - 17h41
de : JO
Interview de Maître Sophia Albert Salmeron après s’être rendue à la C.P.I à La Haye (vidéo)
vendredi 14 - 17h32
de : nazairien
Entre Pôle emploi et Françafrique, le gagne-pain de Benalla après l’Élysée
vendredi 14 - 15h20
de : JO
SOUTIEN AUX POSTIER-ES DU 92 EN GREVE / RDV LUNDI MATIN
vendredi 14 - 11h03
Les "cons" , ça ose tout : la cheffe de l’IGPN « réfute totalement le terme de violences policières
jeudi 13 - 22h43
de : nazairien
4 commentaires
La Grande-Bretagne livrera Julian Assange aux Etats-Unis
jeudi 13 - 17h03
de : JO
1 commentaire
« Ensemble on nous opprime, les femmes, ensemble révoltons-nous ! »
jeudi 13 - 11h51
de : jean 1
Le gong vient de sonné en Chine : l’hégémonie nord-américaine, c’est bien fini !
jeudi 13 - 10h33
de : JO
6 commentaires
L’union fait la force : La Coordination des Groupes Anarchistes (CGA) se dissout pour contribuer à la création de l’UCL
jeudi 13 - 10h31
de : jean 1
1 commentaire
Fête de soutien aux postier-e-s du 92 en grève
jeudi 13 - 09h33
1 commentaire
Votez Info’Com-CGT ! Élection du comité social et économique UES L’Équipe 1er tour, 17 au 21 juin 2019 (video)
mercredi 12 - 20h30
de : Info’Com-CGT
Trou de la Sécu : merci Macron !
mercredi 12 - 07h40
4 commentaires
A Genève, macron nous fait le coup du "nouveau capitalisme" sans doute à la sauce sarkozy
mardi 11 - 19h13
de : nazairien
7 commentaires
LUNDI DE PENTECÔTE : une arnaque de plus !
mardi 11 - 15h47
de : JO
Le grand remplacement ?
lundi 10 - 20h24
de : Claude JANVIER
5 commentaires
MONTPELLIER : ACTE XXX, L’ART ET LES GILETS JAUNES
lundi 10 - 17h52
de : jean 1
1 commentaire
A Montpellier, meme avec sa violence, la "flicaille" , n’est plus aussi fringante et perd rapidement pied (vidéo)
lundi 10 - 17h20
de : nazairien
1 commentaire
L’Armée Arabe Syrienne, réplique face aux terroristes du Front Al-Nosra, armé et financé par la France (vidéos)
lundi 10 - 16h36
de : nazairien

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Tous les hommes sont des intellectuels, mais tous les hommes ne remplissent pas dans la société la fonction d’intellectuel. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite