Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
FACE À LA RÉPRESSION D’ÉTAT, DÉFENDONS LA LIBERTÉ D’EXPRESSION LUNDI 18 MARS À 13H30
vendredi 15 mars
de Info’Com-CGT
Signez la pétition pour défendre la liberté d’expression https://libertedexpression.jesigne.org/ La liberté d’expression est notre affiche et notre drapeau ! Christophe Castaner a décidé de porter plainte contre notre syndicat pour la publication de l’affiche "Touchez pas à nos enfants". Romain Altmann, secrétaire général du syndicat, est convoqué à la police judiciaire lundi 18 mars à 14h30, au 36, rue du Bastion à Paris. Info’Com-CGT appelle à un rassemblement (...)
Lire la suite, commenter l'article...

MACRON DEMISSION REVOLUTION
de : Nemo3637
dimanche 9 décembre 2018 - 22h42 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Celui qui voulait transcender le pouvoir, le mal élu qui prétendait unir le peuple, à l’encontre des « extrémistes » est devenu un véritable catalyseur. N’a t-il pas finalement atteint son objectif : l’unité populaire s’est faite... contre lui. Mais au delà d’un représentant aujourdhui haï, n’est-ce pas toute une société qui reste à construire ?...

UN EMPLOYE DECEVANT

Son orgueil, son arrogance, ses insultes, sa complaisance à l’égard des puissants dont il n’est en vérité que le simple obligé... Tout a été dit ou presque sur le personnage.

Ce qui a stupéfié le plus grand nombre, y compris les employeurs du domestique, c’est l’amateurisme sidérant de l’éxécutif.

En prétendant s’affranchir du vieux monde politicien, on est retombé dans ses pires travers. Si l’on accélerait la fin du Parlement où le Peuple ne se sent pas représenté, où les députés de la majorité présidentielle en sont réduits à n’être qu’une volière de perroquets, on prétendait à un pouvoir fort, jupiérien. On anticipait donc la fin des « corps intermédiaires » auxquels, cependant, on tente aujourdhui de se raccrocher désespéremment, versant une larme de crocodile sur cette bonne vieille CGT... Drame et commedia dellArte.

Et on avait donc cru enterrer tranquillement toute perspective réelle d’un renouveau démocratique.

L’amateurisme devenait facilement perceptible à travers des maladresses grossières, comme celle cherchant à faire passer les Gilets Jaunes pour une meute manipulée par des groupes extrémistes. En brandissant l’ombre de l’extrème droite, on espérait en effet jouer sur la vieille corde du « réflexe républicain », espérant discréditer la révolte... et sauver un régime

A la mi novembre les expressions du pouvoir sont significatives de son aveuglement et de son mépris : il s’agit d’une « grogne » et l’objectif est donc de « calmer la colère », de « faire de la pédagogie »....

MEDIAS ET OMBRE DE L’ULTRA DROITE

La médiatisation de la violence se voulait dissuasive. Mais les médias ne pouvaient s’empêcher d’en faire leur Une. Le spectaculaire fait partie d’une addiction qui fait leur raison d’être. Impossible de s’en passer. L’attitude agressive de nombre de policiers gazant, matraquant des manifestants pacifiques a été lontemps occultée, occupé qu’on était à rechercher des « casseurs », des « black blocks » et des groupes de l’ultra droite.

Remarquons au passage que la stratégie de ces derniers, boostés par les progrès des populistes, est connue. Il s’agit de provoquer le désordre pour favoriser la prise d’un pouvoir fort. Ces groupuscules sont encore extremment minoritaires.

Mais en Europe, un pays qui a connu en 2014 un mouvement social, a vu aussi l’émergence de ces groupes fascistes et même leur hégémonie : l’Ukraine. Qui avait favorisé leur émergence ? Les médias. Comme aujourd’hui, ils les ont mis bien en évidence alors qu’ils ne représentaient rien ou presque. Et bien sûr, avec les provocations à la guerre, ce sont ces groupes d’ultra droite qui ont gagné du terrain et qui ont permis d’anéantir le mouvement social (1).

STRATEGIES ET VIOLENCES

La riposte énergique, inattendue des manifestants à la morgue du pouvoir et à la violence des forces de répression a galvanisé la détermination des révoltés qui ont compris depuis longtemps que les défilés traditionnels de jadis n’étaient d’aucune efficacité. Mais comme on l’a dit, des courants opposés partagent jusque là cette même analyse. On remarquait surtout que nombre de prétendus « casseurs » n’étaient que des manifestants en colère.

Par contre après les durs affrontements du 1er décembre, le gouvernement, finassant, se contredisant dans un désarroi grandissant, semblait bien vouloir jeter du lest. Ainsi était justifiée la violence des manifestations, surtout à Paris. Comme toujours c’était bien ainsi qu’on pourrait donc aboutir à la satisfaction de nos revendications...

Une variété d’opinions partage ce mouvement massif que représentent les Gilets Jaunes. Certaines revendications comme une politique d’exclusion plus sévère à l’égard des « étrangers » pouvaient caractériser localement l’influence du Rassemblement National lepeniste. Habillement celui-ci adoptait désormais un « profil bas » lui permettant d’espérer sans coup férir une prochaine victoire électorale. Car la dissolution du Parlement entrainerait sa probable victoire .

Après avoir tenté de la décribiliser, de la rendre confuse, la revendication des Gilets Jaunes, quant à elle, tournait clairement autour du pouvoir d’achat et de la dénonciation des inégalités. Contrairement à ce qu’en disent beaucoup de médias, nombre de Gilets Jaunes rejettent l’extrème droite et le populisme, affirmant leur volonté de créer une nouvelle société basée sur la Démocratie Directe (2).

LA PEUR ET LA DESTITUTION

Mais au fond qu’importe le destin d’un parvenu, d’un ancien employé de banque qui « se l’était un peu pêté » ? De derrrière le rideau on entend de plus en plus les inquiétudes et les grognements de mécontentement des puissants, de ceux qui avaient pourtant parrainé le jeune commis.

Qu’il lâche du lest, comme on avait bien été obligé de le faire en mai-juin 1968 ! Qu’il promette tout ce qu’on veut ; on arriverait bien à récupérer tout ça par la suite !

Et puis, mon pauvre ami, sachez être stratège ; divisez ce mouvement social, maniez un peu plus habilement la carotte, le baton, et votre plumeau, que diable !

Mais tout le monde n’est pas De Gaulle, ni même Pompidou....

Le Président et son Premier ministre, dans un contexte fort différent d’il y a 50 ans, il est vrai, ne jouent cependant pas dans cette catégorie. Trop de maladresses se sont accumulées, obligeant finalement à reculer dans le désordre , « sans filet » avec pour seul aide sa volière de perroquets effarouchés.

Certes l’executif a fini par ouvrir la porte aux Gilets Jaunes les plus convenables. Ceux-ci, rappelant les revendications, ont demandé au Président d’avoir une attitude « paternelle » (3). Cela n’a pas suffi pour dissuader une grande masse de manifestants d’entamer ce quatrième round. Et hormis les paroles, les discours, peu de gestes concrets de l’Exécutif semblaient dignes d’être retenus au soir du samedi 8 décembre.

Celui-ci, sans honte, n’hésitait pas néanmoins à se targuer d’une « réussite » : le maintien de l’ordre ! Cependant les dizaines de milliers de membres des forces de l’ordre mobilisés dans tout le pays, les 8000 rien qu’à Paris, les dizaines de blessés, n’ont pas permis d’éviter les pillages encore plus important que précédemment puisqu’ils s’étendaient à plusieurs villes de province. Comme à Paris où la cible restait le quartier de la place de l’Etoile, en province c’était le plus souvent des magasins de luxe ou à caractère emblématique qui avaient été visés comme les banques ou les agences immobilières.

Une telle « efficacité de nos forces de l’ordre » » illustrée par l’arrestation de milliers de manifestants – ou plutôt de prétendus candidats à la manifestation ! – laissaient quand même dubitatif nombre spectateurs, de propriétaires d’établissements du VIIIe arrondissement qui comprenaient que la solution ne pouvait être que politique et non pas uniquement répressive. Triste victoire du Parti de l’Ordre dont l’objectif se réduisait ici à jeter l’effroi !

On s’aperçut donc – inquiétude grandissante des puissants - que le mouvement avait une force et une plasticité qui lui permettaient de s’étendre, de s’approfondir dans tout le reste du pays. Un cinquième épisode, où la force de répression ne pourra être répétée, semble apparaître à l’horizon.

A l’heure où nous écrivons le Président n’a pas encore parlé et promis. Osera t-il nous annonner du Bossuet comme il l’a déjà fait ?

Comme une fuite de liquide s’écoulant d’un réservoir, le temps qui passe affaiblit la force de son futur discours. A moins d’annoncer sa démission, ou la dissolution du Parlement, nous savons déjà qu’il n’en restera rien, sinon un encouragement pour les révoltés à continuer la lutte.

(1) « Une chose : la présence de l’extrème-droite ne signifie pas son hégémonie. » https://lundi.am/Maidan-1667

(2) Voir sur internet « L’appel de Commercy » https://manif-est.info/L-appel-des-...

(3) Selon l’une des porte voix des Gilets Jaunes reçue par le Premier Ministre le 7 décembre.  



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
MACRON DEMISSION REVOLUTION
10 décembre 2018 - 09h21 - Posté par Jean PRADIER dit jean 1

"Mais tout le monde n’est pas De Gaulle, ni même Pompidou....

Le Président et son Premier ministre, dans un contexte fort différent d’il y a 50 ans, il est vrai, ne jouent cependant pas dans cette catégorie".
Il y a quand même une constante c’est l’absence des syndicats satisfaits en 68 des "miettes" de l’accord de grenelle et désespérément aphones aujourd’hui.






JACOU : UN PROJET DE BUDGET SANS AMBITION ET DANGEREUX POUR LA VIE DÉMOCRATIQUE DE LA COMMUNE
mardi 19 - 15h59
de : BERNARD DUPIN
Lettre aux gentils de la République
mardi 19 - 13h20
de : jean 1
Le 18 mars 1871 : Le peuple et la Garde nationale fraternisent contre la République bourgeoise
mardi 19 - 11h55
de : jean 1
Acte XVIII mis en musique
mardi 19 - 07h58
Maxime Nicolle, une figure des "gilets jaunes" , répond au KéKé de Marselle
mardi 19 - 00h19
de : nazairien
Dans les medias on se rassure comme on peut
mardi 19 - 00h07
de : Irae
« oeil pour oeil » : Admettre et valider la guerre des barbaries racistes est irresponsable !
lundi 18 - 23h48
de : Christian DELARUE
Nouvelle-Zélande : les fantasmes et la haine tuent - MRAP
lundi 18 - 23h16
de : Christian DELARUE
Les "marcheurs en folie" Agnès Buzyn souhaite rehausser l’âge de la retraite, les syndicats appellent à une grève généra (video)
lundi 18 - 19h48
de : nazairien
3 commentaires
Un 16 mars et ça repart ! (video)
lundi 18 - 16h02
de : Le Cercle 49
Venezuela : la prochaine guerre ? (video)
lundi 18 - 15h18
LE "Média" , au fil de l’acte 18 à Paris, donnent la parole aux "gilets jaunes" (vidéo)
lundi 18 - 14h38
de : nazairien
2 commentaires
Fin du grand débat, début du grand débarras ! Frédéric LORDON Bourse du Travail Paris 14/03/2019 (video)
lundi 18 - 11h36
1 commentaire
"Fin du grand débat, début du grand débarras !" Priscillia LUDOSKY BT Paris 14/03/19 (video)
lundi 18 - 11h32
1 commentaire
La loi El Khomri censurée par l’Europe
lundi 18 - 10h54
de : Marianne Rey
Manifestation des Gilets Jaunes : un policier pris en flag avec un marteau à la main (video)
lundi 18 - 10h46
En Italie, enquête sur les funestes sauteries de Berlusconi
lundi 18 - 10h42
de : Léa Polverini
Colère Paris-Banlieue : Acte XVIII Bis
lundi 18 - 08h35
de : jean 1
Thierry Paul Valette, un "bobo" du show biz, aurait écrit à macron, pour demander une audience, pour une sortie de crise
lundi 18 - 02h02
de : nazairien
1 commentaire
LA CANAILLE À GOLFECH - Fragments d’une lutte antinucléaire (1977-1984)
dimanche 17 - 17h05
de : Ernest London
Une foule jaune en colère, déferle au coeur de Paris, sur les champs et toutes les rues avoisinantes (vidéo 1h 39)
dimanche 17 - 15h28
de : nazairien
5 commentaires
La pratique de manipulation des casseurs n’est pas nouvelle.
dimanche 17 - 13h30
1 commentaire
Et une, et deux, et cinq manifestations pour un printemps précoce
dimanche 17 - 12h48
Juan Branco, toujours, au coté de "celles et de ceux" qui ne sont "rien" ,les "sans dents" (vidéo)"
dimanche 17 - 10h54
de : nazairien
1 commentaire
Il faut désespérer Fouquet’s
dimanche 17 - 10h04
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Tuerie islamophobe de Christchurch : portraits des victimes
dimanche 17 - 01h13
de : Alina Reyes
ALGERIE LIBERTAIRE
samedi 16 - 22h26
de : Nemo3637
1 commentaire
Le Desparado Abad Boumsong poétisait à la Comédie Dalayrac
samedi 16 - 19h42
Retour a la monarchie
samedi 16 - 19h35
de : Irae
1 commentaire
L’Algérie est au bord de l’éclosion (video)
samedi 16 - 09h45
de : Mohammed Harbi, Nedjib Sidi Moussa
800 personnes et une ambiance électrique à la soirée “Fin du grand débat, début du grand débarras !” (videos)
samedi 16 - 09h04
de : Flora Carpentier
1 commentaire
Yvette Roudy féministe historique, maximaliste contre le voile - 15 mars 2004 - 15 mars 2019
samedi 16 - 00h29
13 commentaires
Le MRAP exprime son émotion après les attentats de Christchurch
vendredi 15 - 21h09
de : Christian DELARUE - MRAP
LUTTES ET RÉSISTANCES 15èmes Rencontres du film documentaire (video)
vendredi 15 - 19h32
de : gogolini
1 commentaire
Castagnette en vadrouille ou la folle nuit en boite du "Kéké" de marseille (vidéos)
vendredi 15 - 16h13
de : nazairien
3 commentaires
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 16 mai au Nez Rouge
vendredi 15 - 15h36
FACE À LA RÉPRESSION D’ÉTAT, DÉFENDONS LA LIBERTÉ D’EXPRESSION LUNDI 18 MARS À 13H30
vendredi 15 - 15h07
de : Info’Com-CGT
La rupture est consommée / C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 15 - 12h31
de : Hdm
Morts dans la rue 2016
vendredi 15 - 00h30
de : Irae
Morts dans la rue 2016 est ce que ce monde est sérieux
vendredi 15 - 00h27
de : Irae

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La valeur d'un homme tient dans sa capacité à donner et non dans sa capacité à recevoir. Albert Einstein
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite