Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Acte X : à l’aune des Gilets jaunes
de : Hervé Pitet
vendredi 18 janvier 2019 - 17h52 - Signaler aux modérateurs

L’acte X arrive déjà avec son lot d’incertitudes, de diversions et d’affrontements. Que peut-il en sortir d’autre que la perpétuation du mouvement  ? Car la caractéristique majeure de cette «  crise  » des Gilets jaunes est de participer au dévoilement progressif de la réalité du monde. À chacun son rythme.

À la veille de l’acte X des Gilets jaunes, sur fond de violence policière, le rapport de force semble s’installer durablement en faveur de la contestation. Une «  guerre de position  » comme l’énonce François-Bernard Huyghe, auteur du premier bon livre sur les Gilets jaunes. Dans un article récent (1), le 14 janvier au lendemain de la fameuse «  lettre  » aux français (qu’aucun d’entre eux n’a encore reçu), François-Bernard Huyghe annonce la couleur pour l’acte X : «  Nous sommes dans une guerre de position au sens de Gramsci : deux camps (unifiant des groupes qui présentent des caractéristiques économiques, sociales, mais aussi culturelles et idéologiques communes)  ; ils deviennent de plus en plus solidaires (au moins pour les premières lignes)  ; ils avancent ou reculent, se défient mutuellement. Ils se stigmatisent et appellent le reste de la population à se mobiliser contre l’autre. Finalement, ils montent aux extrêmes (au moins en paroles) et rejouent constamment le rapport de force. Personne ne marche sur Versailles ou sur le Palais d’hiver, et il n’y a encore, ni Grenelle, ni dissolution, ni fuite à Varennes pour terminer le processus (même si certains pensent — sans doute à tort — copier ces modèles anciens). Des avancées et des reculs. Et on recommence.  » Oui, la roue tourne. Et ça grince aussi dans les rouages.

De fait, malgré le «  Grand débat national  » lancé cette semaine par Macron — exercice de communication louable et utile en tout état de cause — les Gilets jaunes «  ne lâchent rien  ». Bizarrement, plus Macron joue son va-tout avec le Grand débat national, plus le fossé se creuse entre le Gouvernement et les Gilets jaunes. Pourquoi  ?

D’abord, il est vrai que Macron — dont nous ne sous-estimons pas le talent tactique — semble vouloir entamer une nouvelle phase qui consiste à surfer sur la contestation pour justifier sa «  Réforme  » — qui en réalité découle directement des Grandes orientations de politique européenne (Gopé). L’argent coule à flot, la dette enfle, le Trésor vit de fausse monnaie, les taux d’intérêt, encore bas, donnent l’illusion d’une grande remise à plat fiscale, énergétique, territoriale… Mais les Gilets jaunes sont déjà ailleurs : RIC, «  Macron, démission  », etc. Loin des frustrations des puissants, qui sont pourtant supposés mieux jouir que les sans-dents (ce qui reste à vérifier). Bref, il y a vraiment un blème chez les pros de la communication politique. La «  foule haineuse  » a trop bon dos.

Certains se contentent de juger injuste le rejet qu’inspire Macron. «  Voyez comme il est jeune  !  »… Il faudrait simplement prendre acte de son immaturité, qui serait le gage de sa capacité à «  retourner la table  » et à transformer le pays en profondeur… Oui, mais dans quel cadre idéologique  ? Là, on peut commencer à causer. Mais peut-on vraiment parler des mêmes choses, comme ça, simplement  ? Résultat, à travers les Gilets jaunes, les Français parlent entre eux, se côtoient, mangent, dansent, puis manifestent à nouveau. Des factieux  ? Non, des factuels. Macron devrait se méfier : les faits vont parler.

D’autres ont simplement peur, c’est naturel — ce qui ne peut être compris et accepté étant nécessairement occulté. L’aspiration à l’ordre revient donc en force après l’instrumentalisation médiatique des violences de rue. Mais face à la force du courant, ce petit barrage sautera comme tous les autres… Comme sauteront tous les mots morts de la propagande officielle (qui ne date pas d’hier) : incitation à la haine, antisémitisme, complotisme, conspirationnisme… Le dernier goulet d’étranglement se trouvant dans les médias d’information (les «  merdias  » disent les plus virulents) où il devient impossible de distinguer politiciens, éditorialistes, experts divers autoproclamés et où le pauvre Gilet jaune de service est condamné à paraître incompétent, inconscient, dangereux, trop populaire, trop «  cash  », trop beauf, trop «  fake  », en somme trop irrationnel… Pitié  ! Stop à cette lecture à sens unique de la rationalité  !

Il en est d’autres enfin qui jouissent de voir le mouvement s’amplifier à la faveur d’une conjonction exceptionnelle d’événements propices et de prises de conscience accélérées sur la réalité du système dominant à l’échelle planétaire. Car il est vrai que cet ensemble protéiforme des Gilets jaunes relève d’un corps désirant, un corps trop longtemps déformé par la loupe des médias, un corps dont des membres oubliés s’agitent dans les recoins de la France mondialisée, cette France trahie une nouvelle fois par ses élites de la haute fonction publique et des entreprises transnationales. Et ce corps ventriloque commence à réapprendre à parler, à vraiment parler : loin des éléments de langage recyclés en permanence au sommet de l’État. Les Gilets jaunes réveillent le corps social. Ça chatouille, ça fait mal… mais ça fait du bien. Car c’est un processus d’élimination : le corps veut guérir, mais sans médoc, sans vaccin, sans OGM, sans glyphosate, sans élus ripoux, sans prébendes publiques dans les diverses autorités de régulation, sans mensonge, sans fake news d’État.

Calendrier inexorable, cadence hypnotique, emballement mimétique, répétition magique, dévoilement progressif… Les Gilets jaunes ont déjà marqué l’histoire mondiale. Vont ils maintenant réinventer la démocratie  ?

(1) https://www.journaldeleconomie.fr/G...



Imprimer cet article





Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
1 commentaire
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
8 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
23 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L'histoire de toute société jusqu'à nos jours n'a été que l'histoire de luttes de classes. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite