Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Acte X : à l’aune des Gilets jaunes
de : Hervé Pitet
vendredi 18 janvier 2019 - 17h52 - Signaler aux modérateurs

L’acte X arrive déjà avec son lot d’incertitudes, de diversions et d’affrontements. Que peut-il en sortir d’autre que la perpétuation du mouvement  ? Car la caractéristique majeure de cette «  crise  » des Gilets jaunes est de participer au dévoilement progressif de la réalité du monde. À chacun son rythme.

À la veille de l’acte X des Gilets jaunes, sur fond de violence policière, le rapport de force semble s’installer durablement en faveur de la contestation. Une «  guerre de position  » comme l’énonce François-Bernard Huyghe, auteur du premier bon livre sur les Gilets jaunes. Dans un article récent (1), le 14 janvier au lendemain de la fameuse «  lettre  » aux français (qu’aucun d’entre eux n’a encore reçu), François-Bernard Huyghe annonce la couleur pour l’acte X : «  Nous sommes dans une guerre de position au sens de Gramsci : deux camps (unifiant des groupes qui présentent des caractéristiques économiques, sociales, mais aussi culturelles et idéologiques communes)  ; ils deviennent de plus en plus solidaires (au moins pour les premières lignes)  ; ils avancent ou reculent, se défient mutuellement. Ils se stigmatisent et appellent le reste de la population à se mobiliser contre l’autre. Finalement, ils montent aux extrêmes (au moins en paroles) et rejouent constamment le rapport de force. Personne ne marche sur Versailles ou sur le Palais d’hiver, et il n’y a encore, ni Grenelle, ni dissolution, ni fuite à Varennes pour terminer le processus (même si certains pensent — sans doute à tort — copier ces modèles anciens). Des avancées et des reculs. Et on recommence.  » Oui, la roue tourne. Et ça grince aussi dans les rouages.

De fait, malgré le «  Grand débat national  » lancé cette semaine par Macron — exercice de communication louable et utile en tout état de cause — les Gilets jaunes «  ne lâchent rien  ». Bizarrement, plus Macron joue son va-tout avec le Grand débat national, plus le fossé se creuse entre le Gouvernement et les Gilets jaunes. Pourquoi  ?

D’abord, il est vrai que Macron — dont nous ne sous-estimons pas le talent tactique — semble vouloir entamer une nouvelle phase qui consiste à surfer sur la contestation pour justifier sa «  Réforme  » — qui en réalité découle directement des Grandes orientations de politique européenne (Gopé). L’argent coule à flot, la dette enfle, le Trésor vit de fausse monnaie, les taux d’intérêt, encore bas, donnent l’illusion d’une grande remise à plat fiscale, énergétique, territoriale… Mais les Gilets jaunes sont déjà ailleurs : RIC, «  Macron, démission  », etc. Loin des frustrations des puissants, qui sont pourtant supposés mieux jouir que les sans-dents (ce qui reste à vérifier). Bref, il y a vraiment un blème chez les pros de la communication politique. La «  foule haineuse  » a trop bon dos.

Certains se contentent de juger injuste le rejet qu’inspire Macron. «  Voyez comme il est jeune  !  »… Il faudrait simplement prendre acte de son immaturité, qui serait le gage de sa capacité à «  retourner la table  » et à transformer le pays en profondeur… Oui, mais dans quel cadre idéologique  ? Là, on peut commencer à causer. Mais peut-on vraiment parler des mêmes choses, comme ça, simplement  ? Résultat, à travers les Gilets jaunes, les Français parlent entre eux, se côtoient, mangent, dansent, puis manifestent à nouveau. Des factieux  ? Non, des factuels. Macron devrait se méfier : les faits vont parler.

D’autres ont simplement peur, c’est naturel — ce qui ne peut être compris et accepté étant nécessairement occulté. L’aspiration à l’ordre revient donc en force après l’instrumentalisation médiatique des violences de rue. Mais face à la force du courant, ce petit barrage sautera comme tous les autres… Comme sauteront tous les mots morts de la propagande officielle (qui ne date pas d’hier) : incitation à la haine, antisémitisme, complotisme, conspirationnisme… Le dernier goulet d’étranglement se trouvant dans les médias d’information (les «  merdias  » disent les plus virulents) où il devient impossible de distinguer politiciens, éditorialistes, experts divers autoproclamés et où le pauvre Gilet jaune de service est condamné à paraître incompétent, inconscient, dangereux, trop populaire, trop «  cash  », trop beauf, trop «  fake  », en somme trop irrationnel… Pitié  ! Stop à cette lecture à sens unique de la rationalité  !

Il en est d’autres enfin qui jouissent de voir le mouvement s’amplifier à la faveur d’une conjonction exceptionnelle d’événements propices et de prises de conscience accélérées sur la réalité du système dominant à l’échelle planétaire. Car il est vrai que cet ensemble protéiforme des Gilets jaunes relève d’un corps désirant, un corps trop longtemps déformé par la loupe des médias, un corps dont des membres oubliés s’agitent dans les recoins de la France mondialisée, cette France trahie une nouvelle fois par ses élites de la haute fonction publique et des entreprises transnationales. Et ce corps ventriloque commence à réapprendre à parler, à vraiment parler : loin des éléments de langage recyclés en permanence au sommet de l’État. Les Gilets jaunes réveillent le corps social. Ça chatouille, ça fait mal… mais ça fait du bien. Car c’est un processus d’élimination : le corps veut guérir, mais sans médoc, sans vaccin, sans OGM, sans glyphosate, sans élus ripoux, sans prébendes publiques dans les diverses autorités de régulation, sans mensonge, sans fake news d’État.

Calendrier inexorable, cadence hypnotique, emballement mimétique, répétition magique, dévoilement progressif… Les Gilets jaunes ont déjà marqué l’histoire mondiale. Vont ils maintenant réinventer la démocratie  ?

(1) https://www.journaldeleconomie.fr/G...



Imprimer cet article





Ce qu’a déclaré Gaspard Glanz, repris par Pierrick Tillet, impressionnant de lucidité et de courage
mercredi 24 - 13h33
de : nazairien
1 commentaire
Grande fête du livre Paris samedi 27 avril 2019
mercredi 24 - 11h10
de : Frank
Nous sommes tous des débiles profonds
mardi 23 - 23h37
de : irae
Mobilisation de soutien pour Michel, éleveur, le 30 Avril 2019 TGI Dijon
mardi 23 - 22h34
de : Hors norme via Jyp
1 commentaire
Contre le travaillisme patronal
mardi 23 - 21h35
de : Christian DELARUE
2 commentaires
AP-HP : la grève cherche à s’étendre en l’absence de nouvelles propositions de la direction
mardi 23 - 19h44
de : Stéphane Ortega
Force et Honneur, pour le Journaliste Gaspard Glanz, toute sa détermination et sa volonté, dans le regard (vidéo)
mardi 23 - 14h39
de : nazairien
4 commentaires
Gal Tauzin, Permettez que je vous donne ici ma vision de votre révolte, que je considère comme très saine dans le fond.
mardi 23 - 12h50
de : nazairien
2 commentaires
« Ne vous suicidez pas ! Rejoignez-nous ! » : le slogan oublié par les géants du journalisme
mardi 23 - 08h06
de : Frédéric Lemaire, Henri Maler
1 commentaire
Toulouse : “Ne vous suicidez pas, rejoignez nous ! ” lance au mégaphone une Gilet jaune aux policiers (video)
mardi 23 - 07h55
de : Laurent Dubois
À Lyon, des gilets jaunes isérois ont chanté "Ne vous suicidez pas, rejoignez-nous" aux forces de l’ordre (video)
mardi 23 - 07h49
1 commentaire
Un oligarque, "ça ose tout" Carlos Ghosn aurait dépensé l’argent de Nissan dans des boutiques de luxe
lundi 22 - 20h29
de : nazairien
1 commentaire
Les Gilets Jaunes de France. « Nous ne lâcherons rien ». CQFD !
lundi 22 - 16h49
de : JO
Violences policières acte 23 : des scènes de guerre civile, des propos excessifs et un communiqué inopportun LA PEUR CHANGE DE CAMP" (vidéo)
lundi 22 - 13h29
de : Pierrick Tillet
7 commentaires
Nouvelle polémique suicides policier bel enfumage.
lundi 22 - 09h11
de : irae
3 commentaires
Acte 23 Gilets Jaunes samedi 20 avril 2019
lundi 22 - 08h35
de : jean 1
2 commentaires
Enquètes sur pratiques policières !
dimanche 21 - 16h54
de : JO
1 commentaire
LA RECOMPOSITION DES MONDES
dimanche 21 - 10h52
de : Ernest London
1 commentaire
Acte 23, forte mobilisation à Paris, Les Gilets jaunes chantent leurs carmagnoles
dimanche 21 - 10h06
de : nazairien
1 commentaire
Le gouvernement sous arrestation.
samedi 20 - 18h29
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Gilets Jaunes : Lavilliers vire casaque
samedi 20 - 12h22
de : Stafed
4 commentaires
Y-a-t-il eu fichage des « gilets jaunes » blessés lors des manifestations ?
samedi 20 - 08h15
de : François Béguin
Fortes restrictions du droit de manifester : Un Etat de droit en dérive !
samedi 20 - 07h03
de : Chrstian DELARUE
2 commentaires
« VIVRE L’ANARCHIE » film documentaire de Michel Mathurin
vendredi 19 - 22h31
de : Nemo3637
Grande action de désobéissance civile en cours à Paris (video)
vendredi 19 - 15h26
de : JO
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
vendredi 19 - 12h09
de : BERNARD DUPIN
NOTRE-DAME : OU VA LA GENEROSITE ?
vendredi 19 - 10h38
de : Nemo3637
5 commentaires
Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
6 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
1 commentaire
Gilets Jaunes : motion de soutien de la FIJ aux journalistes français
jeudi 18 - 08h25
de : FIJ
Un caillou dans sa chaussure / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 18 - 07h53
de : Hdm
Manifestation potagère le samedi 18 Mai à Sainte-Pazanne contre les multiples projets de grandes surfaces dans le 44 !
jeudi 18 - 06h52
de : Collectif Terres Communes
Wauquiez sera sûrement d’accord pour un EPR en lieu et place de NDDP
mercredi 17 - 23h58
de : Quasimodo de NDDL à Quasimodo de NDDP via jyp
2 commentaires
Aucune fermeture selon Macron. « Un hôpital sans chirurgie, sans maternité ni urgence, ce n’est plus un hôpital », réagit Christophe Prudhomme
mercredi 17 - 17h31
Les bâtiments peuvent être reconstruits mais la nature ne peut pas se reconstuire aujourd’hui !
mercredi 17 - 11h54
de : Shepered Gaïa
1 commentaire
Rencontre débat sur les violences policières ici et là-bas
mercredi 17 - 11h48
CGT, France insoumise, « gilets jaunes »... Appel à l’union pour une « grande mobilisation » sociale le 27 avril
mercredi 17 - 08h26
1 commentaire
SANS FEU, NI FLAMME ..
mercredi 17 - 08h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Bordel, quelle hypocrisie !
mercredi 17 - 08h09
de : anti-k
4 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La critique de la religion détrompe l'homme, afin qu'il pense, qu'il agisse, qu'il forge sa réalité en homme détrompé et revenu à la raison, afin qu'il gravite autour de lui-même, c'est-à-dire autour de son véritable soleil. La religion n'est que le soleil illusoire, qui gravite autour de l'homme tant que l'homme ne gravite pas autour de lui-même. Karl Marx
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite