Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
FACE À LA RÉPRESSION D’ÉTAT, DÉFENDONS LA LIBERTÉ D’EXPRESSION LUNDI 18 MARS À 13H30
vendredi 15 mars
de Info’Com-CGT
Signez la pétition pour défendre la liberté d’expression https://libertedexpression.jesigne.org/ La liberté d’expression est notre affiche et notre drapeau ! Christophe Castaner a décidé de porter plainte contre notre syndicat pour la publication de l’affiche "Touchez pas à nos enfants". Romain Altmann, secrétaire général du syndicat, est convoqué à la police judiciaire lundi 18 mars à 14h30, au 36, rue du Bastion à Paris. Info’Com-CGT appelle à un rassemblement (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Ceux qui défigurent le monde et ceux qui l’envisagent autrement
de : Alina Reyes
lundi 11 mars 2019 - 21h59 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Bernard Arnault, l’homme le plus riche de France, le financeur de la campagne de Macron (qui habille gratuitement Brigitte Macron) a détruit le bâtiment historique de La Samaritaine au cœur de Paris, datant des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, pour le remplacer par un de ces trucs en verre qui deviennent de plus en plus laids avec les années, et déparent lamentablement avec les immeubles environnants. Et « pour construire cela, il a fallu piétiner allègrement tous les règlements existants, parce qu’on ne refuse rien à Bernard Arnault », écrit Didier Rykner dans La Tribune de l’art.

La surévaluée Fondation Louis Vuitton du même milliardaire, gros machin de verre et d’acier construit par Franck Ghéry, sans être aussi vilaine que cette nouvelle Samaritaine, reste à mon sens d’une grande médiocrité architecturale, tant dans sa forme et ses couleurs extérieures que dans ses espaces intérieurs. Pourquoi les riches se piquent-ils, après avoir piqué l’argent des peuples, de décider de l’environnement, de la culture et de la politique à mettre en place ? Parce qu’il faut toujours plus de pouvoir pour se maintenir dans une position injustifiée et artificielle. Et parce qu’il leur faut aussi pour cela le prestige – aisément obtenu à coups de réalisations épate-bourgeois, épate-journalistes – et l’illusion d’être des influenceurs à la façon des artistes ou des intellectuels. Malheureusement leur tricherie fondamentale se retrouve aussi chez nombre d’artistes et d’intellectuels, corrompus financièrement, ou politiquement, ou moralement, ou les trois à la fois.

Nous voyons ces temps-ci éclater plus que jamais l’imposture de soixante-huitards et autres gauchistes ou progressistes désormais macronistes qui acceptent sans sourciller, voire défendent d’arrache-pied, des politiques iniques et ce qui les accompagne : violences policières et restrictions des libertés publiques. La trahison est écœurante mais n’est pas étonnante. D’une part parce qu’avoir soutenu le stalinisme ou le maoïsme prédispose très bien à soutenir n’importe quel autoritarisme ou fascisme. D’autre part parce que le décalage entre le discours et les actes est devenu un mode d’existence chez ces fils de bourgeois devenus ce qu’ils étaient réellement, des produits de leur caste, destinés à la défendre et à la perpétuer. En leur temps, Sartre et Beauvoir, qui se posaient en libérateurs du peuple et de la femme, pratiquaient sans vergogne la manipulation et l’asservissement de toutes jeunes femmes que la prétendue féministe séduisait d’abord pour elle, puis pour lui, à qui elle servait de rabatteur. Et lui, malgré leur pacte, mentait à sa bourgeoise comme l’eût fait n’importe quel bourgeois afin de s’amuser tout en s’assurant la permanence d’une femme parachute. Beaucoup de belles paroles distribuées au public, beaucoup de souffrances infligées en privé, entre eux et à leur entourage. Encore que ces paroles ne fussent belles qu’en apparence : l’existentialisme de Sartre, avec sa conception de l’homme comme « passion inutile », étant empreint d’une désespérance sans appel ; et le féminisme de Beauvoir d’une intense détestation du corps de la femme. Imposture qui se poursuit de nos jours où leur héritage est admiré ou adulé par conformisme, tandis que la posture de l’intellectuel imposteur est devenue quasiment la norme pour tout intellectuel médiatique, et déborde dans la politique où l’on nous a vendu pour président un Macron prétendument cultivé, intelligent et philosophe.

La métaphysique de la vie privée dévoile la métaphysique de la politique, a dit un jour Milan Kundera. C’est une maladie fort répandue chez les intellectuels, qui ont en France pour tradition de donner sans cesse des leçons au peuple, de ne pas conformer leur discours à leurs actes. Tout comme aucun des politiques, urbanistes et architectes complices n’habiterait les barres de béton parées de noms lumineux à la façon de la glorieuse ancêtre Cité radieuse (« maison du fada », rigolèrent les Marseillais, « réceptacle parfait d’une famille », dixit martialement Le Corbusier), où ils parquent les pauvres. L’idéologie fasciste de Le Corbusier était ainsi résumée dans un article de Métro en 2015, citant Xavier de Jarcy et son livre Le Corbusier, un fascisme français : « La Cité radieuse correspond à un projet eugéniste. On y trouve des équipements sportifs pour créer cette race nouvelle, faciliter le retour du patriarcat, où tout est prévu pour que les femmes ne sortent pas de chez elles, parce qu’elles sont là pour faire des enfants. (…) Choquant ? Ce n’est rien encore : Le Corbusier voulait « épurer les villes ». Autrement dit, chasser ceux qui « ne servent à rien » et retrancher les ouvriers dans des camps ».

« Ceux qui ne servent à rien », ça ne vous rappelle rien ? Eh oui, le « ceux qui ne sont rien » de Macron est du même acabit fasciste. « En 1922, rappelle Xavier de Jarcy, Le Corbusier a ce projet de Ville contemporaine pour 3 millions d’habitants, où le centre-ville est réservé à l’élite et à la classe moyenne supérieure, et où les ouvriers sont repoussés en banlieue avec une zone verte de sécurité qui les sépare de la ville pour qu’on puisse les tenir à distance et les contrôler… » L’architecte conçoit des tours, des barres de logements immenses, presque identiques aux HLM d’aujourd’hui : il n’hésite pas à parler d’ « élevage humain ».

JPEG - 39.1 ko

L’architecte Émile Aillaud, qui construisit la cité de La Grande Borne sur les communes de Grigny et Viry-Châtillon dans les années 60, appelait les pauvres : « l’innombrable ». « L’architecture a une puissance occulte, disait-il, les individus finissent par ressembler à l’architecture ». Et il se vantait de « manipuler un devenir des gens. » Ce devenir, nous le voyons aujourd’hui : les 11000 habitants de sa cité qu’il voulut « labyrinthe » sont livrés au désœuvrement, au chômage, au trafic de drogue et d’armes, à la violence et à la déscolarisation. Dans la mythologie, le labyrinthe est un lieu d’enfermement où un monstre dévore les jeunes.

L’enfermement des pauvres par les architectes et les urbanistes déborde sur les classes moyennes et rurales par des politiques qui tendent à transformer de plus en plus le territoire en succession de périphéries, à la fois défigurées par des zones d’activité commerciale et dépouillées de leurs industries, de leurs services publics, de leurs commerces de proximité, de tout ce qui rend un vivre et un vivre-ensemble possibles.

De même que les urbanistes enferment le peuple physiquement, les médias, les intellectuels et les artistes médiatiques, complices du pouvoir en place, l’enferment psychiquement dans des réseaux de mensonges et de manipulations. Le premier de leurs mensonges est de se faire passer pour des élites, alors qu’ils n’en sont pas. Les énormes tulipes de Jeff Koons, roi du spectaculaire hideux, trôneront bientôt dans les jardins du Petit Palais à Paris parce que ces gens ne savent pas refuser un cadeau empoisonné quand il vient des États-Unis. Et dans le bureau de Macron trône une Marianne au style dangereusement années 30, peinte par Shepard Fairey, artiste américain aussi fameux que plat, malgré son tape-à-l’œil. Résumant l’allégeance de la France de Macron aux puissances de l’argent et à la médiocrité.

Dans ce monde où l’ « élevage » industriel se pratique aussi bien sur l’homme que sur le bétail, l’homme est un mouton pour l’homme. Et le grand bourgeois, qui se voudrait élite éclairée, n’est pas même un loup, il est un veau. « Ce ne sont pas les riches bourgeois qui achetèrent des tableaux de Cézanne et de Monet qu’ils dédaignaient », me rappelait le poète Sarane Alexandrian, ancien compagnon de route d’André Breton, « mais l’employé des douanes Vincent Choquet, le pâtissier Eugène Maurer, qui collectionna trente Renoir quand personne n’en voulait, le baryton Faure, etc. »

Ce sont les habitants de ronds-points et les constructeurs de cabanes où se retrouver et réfléchir qui retrouvent le chemin de l’humanité. Ce sont eux qui ont raison et intelligence, en ne se laissant pas endormir. Macron avec son projet de société verticale a tout faux. C’est l’horizontalité des relations humaines qui donne un horizon à l’humanité. C’est dans la vérité de l’horizontalité, du rapport franc et direct, non hiérarchisé, que peut se réinventer le monde, pour que tous puissent s’élever jusqu’à l’habiter en beauté.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Ceux qui défigurent le monde et ceux qui l’envisagent autrement
12 mars 2019 - 20h00 - Posté par irae

Pour ce qui est de l’homme aux milliards le méfait samaritaine voisine avec la destruction des statues de bouddha par daesh et tue la poule aux oeufs d’or du tourisme parisien. La preuve que la richesse ne protège pas de la connerie.

Pour les urbanistes et autres architectes d’intérieur de l’habitat hlm, donc pour les pauvres, faudrait les condamner à habiter leurs créations pour les punir et leur passer l’envie de commettre de telles horreurs (aucune isolation phonique, pas d’intimité, ni thermique, pièces exiguës, pas de terrasses ou balcon pour le confort, matériaux au rabais à dégradation rapide, etc...).






Acte XVIII mis en musique
mardi 19 - 07h58
Maxime Nicolle, une figure des "gilets jaunes" , répond au KéKé de Marselle
mardi 19 - 00h19
de : nazairien
Dans les medias on se rassure comme on peut
mardi 19 - 00h07
de : Irae
« oeil pour oeil » : Admettre et valider la guerre des barbaries racistes est irresponsable !
lundi 18 - 23h48
de : Christian DELARUE
Nouvelle-Zélande : les fantasmes et la haine tuent - MRAP
lundi 18 - 23h16
de : Christian DELARUE
Les "marcheurs en folie" Agnès Buzyn souhaite rehausser l’âge de la retraite, les syndicats appellent à une grève généra (video)
lundi 18 - 19h48
de : nazairien
3 commentaires
Un 16 mars et ça repart ! (video)
lundi 18 - 16h02
de : Le Cercle 49
Venezuela : la prochaine guerre ? (video)
lundi 18 - 15h18
LE "Média" , au fil de l’acte 18 à Paris, donnent la parole aux "gilets jaunes" (vidéo)
lundi 18 - 14h38
de : nazairien
2 commentaires
Fin du grand débat, début du grand débarras ! Frédéric LORDON Bourse du Travail Paris 14/03/2019 (video)
lundi 18 - 11h36
1 commentaire
"Fin du grand débat, début du grand débarras !" Priscillia LUDOSKY BT Paris 14/03/19 (video)
lundi 18 - 11h32
1 commentaire
La loi El Khomri censurée par l’Europe
lundi 18 - 10h54
de : Marianne Rey
Manifestation des Gilets Jaunes : un policier pris en flag avec un marteau à la main (video)
lundi 18 - 10h46
En Italie, enquête sur les funestes sauteries de Berlusconi
lundi 18 - 10h42
de : Léa Polverini
Colère Paris-Banlieue : Acte XVIII Bis
lundi 18 - 08h35
de : jean 1
Thierry Paul Valette, un "bobo" du show biz, aurait écrit à macron, pour demander une audience, pour une sortie de crise
lundi 18 - 02h02
de : nazairien
1 commentaire
LA CANAILLE À GOLFECH - Fragments d’une lutte antinucléaire (1977-1984)
dimanche 17 - 17h05
de : Ernest London
Une foule jaune en colère, déferle au coeur de Paris, sur les champs et toutes les rues avoisinantes (vidéo 1h 39)
dimanche 17 - 15h28
de : nazairien
5 commentaires
La pratique de manipulation des casseurs n’est pas nouvelle.
dimanche 17 - 13h30
1 commentaire
Et une, et deux, et cinq manifestations pour un printemps précoce
dimanche 17 - 12h48
Juan Branco, toujours, au coté de "celles et de ceux" qui ne sont "rien" ,les "sans dents" (vidéo)"
dimanche 17 - 10h54
de : nazairien
1 commentaire
Il faut désespérer Fouquet’s
dimanche 17 - 10h04
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Tuerie islamophobe de Christchurch : portraits des victimes
dimanche 17 - 01h13
de : Alina Reyes
ALGERIE LIBERTAIRE
samedi 16 - 22h26
de : Nemo3637
1 commentaire
Le Desparado Abad Boumsong poétisait à la Comédie Dalayrac
samedi 16 - 19h42
Retour a la monarchie
samedi 16 - 19h35
de : Irae
1 commentaire
L’Algérie est au bord de l’éclosion (video)
samedi 16 - 09h45
de : Mohammed Harbi, Nedjib Sidi Moussa
800 personnes et une ambiance électrique à la soirée “Fin du grand débat, début du grand débarras !” (videos)
samedi 16 - 09h04
de : Flora Carpentier
1 commentaire
Yvette Roudy féministe historique, maximaliste contre le voile - 15 mars 2004 - 15 mars 2019
samedi 16 - 00h29
13 commentaires
Le MRAP exprime son émotion après les attentats de Christchurch
vendredi 15 - 21h09
de : Christian DELARUE - MRAP
LUTTES ET RÉSISTANCES 15èmes Rencontres du film documentaire (video)
vendredi 15 - 19h32
de : gogolini
1 commentaire
Castagnette en vadrouille ou la folle nuit en boite du "Kéké" de marseille (vidéos)
vendredi 15 - 16h13
de : nazairien
3 commentaires
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 16 mai au Nez Rouge
vendredi 15 - 15h36
FACE À LA RÉPRESSION D’ÉTAT, DÉFENDONS LA LIBERTÉ D’EXPRESSION LUNDI 18 MARS À 13H30
vendredi 15 - 15h07
de : Info’Com-CGT
La rupture est consommée / C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 15 - 12h31
de : Hdm
Morts dans la rue 2016
vendredi 15 - 00h30
de : Irae
Morts dans la rue 2016 est ce que ce monde est sérieux
vendredi 15 - 00h27
de : Irae
Morts dans la rue 2016 ca semble irréel et pourtant
vendredi 15 - 00h24
de : Irae
Morts dans la rue 2016
vendredi 15 - 00h20
de : Irae
Morts dans la rue 2016
vendredi 15 - 00h19
de : Irae

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il n’existe pas d’activité humaine dont on puisse exclure tout-à-fait l’intervention intellectuelle, il n’est pas possible de séparer l’homo faber de l’homo sapiens. Antonio Gramsci
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite